Monthly Archives: July 2015

CFP : Médiation des mémoires en ligne

Appel à publication pour un numéro de  Les Cahiers du Numérique (http://lcn.revuesonline.com)

Médiation des mémoires en ligne

sous la direction de Claire Scopsi et Rémy Besson

Intention de soumission : 30/09/2015

Ce numéro des Cahiers du Numérique propose de questionner, à l’heure du numérique, l’évolution des pratiques professionnelles et amateur de collecte et de valorisation des mémoires filmées qu’elles concernent l’histoire contemporaine, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnomusicologie ou encore l’action culturelle et l’intermédialité (liste non exhaustive).

Les contributions, transdisciplinaires,    éclaireront la manière dont le numérique conduit à reconsidérer les différentes étapes de cette mise en mémoire. Qu’est‐ce qui change quant la valorisation des entretiens est à la portée du plus grand nombre ? Qu’est‐ce qui évolue quand les récits mémoriels filmés sont intégrés à des plateformes plurimédia ? Quels usages sont fait de ces images par les individus, par les groupes de mémoires et par les institutions ? Est‐ce que cela transforme la façon dont les communautés mobilisent le support mémoriel qu’est l’acteur de l’histoire filmé ? Quels matériaux pour l’histoire ou la sociologie peuvent être ainsi produits ? Cela n’est pas uniquement à interroger d’un point de vue technologique, mais aussi en termes de pratiques et d’usages artistiques, culturels et sociaux desdites technologies. Il s’agira ainsi, de se demander ce qui fait rupture au tournant du XXIème siècle, ainsi que ce qui relève de l’ordre de la continuité.

AXES DE PROPOSITIONS POSSIBLES (LISTE NON EXHAUSTIVE)

Pour exemple, les contributions proposées pourront porter sur :

‐ Des dispositifs socio‐techniques de collecte ou de valorisation (archives ouvertes, scénographies muséales, pratiques d’amateurs).

‐ Des interprétations sémiopragmatiques et/ou génétiques de corpus d’entretiens filmés créés au format numérique ou numérisés.

‐ Des enjeux mémoriels qui se sont cristallisés autours d’usages artistiques, culturels ou sociaux des images animées partagées sur le web.

‐ Des pratiques et usages amateurs de ces images animées portant sur la mémoire.

‐ Des réflexions méthodologiques, épistémologiques ou historiographiques impliquant une prise en compte des effets de rupture et continuité impliquées par l’émergence de l’époque du numérique dans le domaine de la captation d’entretiens filmés avec des acteurs de l’histoire.

Texte complet de l’appel sur le site de la revue (suivez le lien http://lcn.revuesonline.com/auteurs.jsp)

Comité de lecture du numéro

  • Michael Bourgatte (Institut Catholique de Paris, Atelier du Numérique) / EA 7403,
  • Evelyne Broudoux (Conservatoire National des Arts et Métiers, Dicen-IDF)
  • Florence Descamps(Ecole Pratique des Hautes Etudes, Histara)
  • Véronique Ginouves (Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme)
  • Louise Merzeau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Dicen-IDF)
  • Roger Odin (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IRCAV)
  • Viva Paci (Université du Québec à Montréal)
  • Marcelo Vitali-Rosati (Université de Montréal)

Calendrier

Intention de soumission :                                              25/09/2015
Notification aux auteurs :                                              10/10/2015
Date limite de soumission :                                           20/12/2015
Date de notification d’acceptation aux auteurs :           1/02/2016
Date de la version finale :                                              15/03/2016
Remise éditeur :                                                              avril 2016
Parution du numéro spécial :                                       juin 2016

Recommandations aux auteurs

  • Les intentions de soumission (6000 caractères, espaces compris, plan et références bibliographiques non compris) sont à envoyer à Claire Scopsi : scopsi@cnam.fr avant le 25/09/2015. Elles doivent comporter prénom et nom, institution d’attache, adresse électronique, titre de l’article, 3 à 5 mots clefs. Elles seront envoyées en deux versions : 1 version PDF de référence et 1 version word ou odt modifiables pour permettre l’anonymisation. Les deux versions doivent être identiques.

Les articles font entre 20 à 25 pages (50 000 signes environ, espaces, notes de bas de page et bibliographie compris). Ils sont acceptés en français .

Les soumissions seront envoyées en deux versions : 1 version PDF de référence et 1 version word ou odt modifiables pour permettre l’anonymisation. Les deux versions doivent être identiques.

  • les versions finales seront acceptées au format word.

Les soumissions seront évaluées en double aveugle.

Contact

Claire Scopsi (Maitre de Conférences, Dicen-Idf CNAM Paris) : claire.scopsi@cnam.fr
Rémy Besson (Postdoctorant à l’Université de Montréal): remybesson@gmail.com

Advertisements

Workshop: “Patrimoine, participation, citoyenneté”, Anost, 4-5 septembre

Patrimoines, participation, citoyenneté

Journées-rencontres organisées par le Centre Georges Chevrier (université de Bourgogne) et la Maison du patrimoine oral de Bourgogne, en collaboration avec le Centre français du patrimoine culturel immatériel
et avec le soutien de la Région Bourgogne

Vendredi 4 et samedi 5 septembre
Maison du patrimoine oral de Bourgogne, Anost (Saône-et-Loire)

Des collectes de mémoire de tous ordres aux plateformes de « mécénat populaire » dédiées à la restauration du « patrimoine de proximité », des jurys citoyens appelés à désigner les éléments emblématiques de la culture locale aux démarches de concertation avec les habitants, mises en œuvre dans le cadre de la rénovation urbaine de centres anciens ou de la création de parcs naturels, afin de faire émerger un engagement collectif autour d’une « vision partagée »… la participation semble devenue le « fil rouge » des projets patrimoniaux, et s’agissant des patrimoines très divers, ruraux, industriels, muséaux, etc.

Cette notion de participation est inscrite dans le dispositif même du patrimoine culturel immatériel (PCI) tel que défini par la Convention adoptée par l’UNESCO en 2003 : réunissant sous cette dénomination l’ensemble des pratiques et des expressions transmises de génération en génération et reconnues par les « communautés, groupes et individus » comme « leur procurant un sentiment d’identité et de continuité » et par conséquent faisant partie de leur patrimoine, cet instrument normatif international considère que les « praticiens » doivent être, sinon à l’origine, du moins associés à toutes les étapes de reconnaissance de leurs pratiques : l’inventaire (phase d’identification), la sauvegarde (mesures destinées à assurer la continuité et la transmission), la valorisation (par l’exposition, par la diffusion par l’image, numérique, ou encore par la candidature pour les listes du patrimoine culturel immatériel de l’humanité).

Ce « tournant participatif » du patrimoine trouve un écho certain dans la société civile, auprès de collectifs divers engagés dans l’action patrimoniale. Un peu partout dans les territoires, des acteurs parfois historiques des cultures dites « régionales », « traditionnelles » ou « populaires » ont pu voir dans la notion de PCI à la fois la reconnaissance de leurs actions et un levier pour les porter voire en impulser une nouvelle dynamique, permettre de (re)mobiliser publics et élus – profitant de ce que le dispositif est juridiquement contraignant pour les États qui l’ont ratifié. D’un autre côté, l’UNESCO étant une assemblée d’États, les candidatures sont soumises par mais aussi aux instances gouvernementales, ce qui a pour effet de contrôler, d’encadrer ou de limiter les initiatives. En ce sens la politique du PCI peut être vue autant comme un agent d’émancipation que comme un dispositif de contrôle…

C’est sur cette ambivalence que ces journées feront porter leurs interrogations. Quelle est la réalité de la participation ? Comment se manifeste la diversité des expertises dans le travail de production des valeurs patrimoniales ? Quelles autorités (administratives, scientifiques, praticiennes) pèsent sur les velléités ou les projets de candidatures ? De quels enjeux, à la fois symboliques et politiques mais aussi économiques sont-ils lestés ? Que peut-on au final comprendre de l’actualité du patrimoine et de son opérativité aujourd’hui : à quelles redéfinitions de la notion de culture invitent-elle – en particulier quant à l’idée de culture populaire – ? A quel renouvellement des formes de mobilisation participe-t-elle – en particulier quant à l’idée de citoyenneté considérée comme capacité à s’instaurer en sujet politique – ?

Pour répondre à ces questions, ces journées proposent de croiser les réflexions et les expériences, en Bourgogne et ailleurs en France ou à l’étranger (Italie, Belgique, Espagne…), autour de projets participatifs, notamment dans le domaine de patrimoine culturel immatériel.


Programme

Vendredi 4 septembre

8h45 – 9h15 : Accueil

9h15 – 9h45 : Ouverture par Séverine Cachat, Caroline Darroux et Jean-Louis Tornatore

9h45 – 12h30 : Modération de la matinée : Pascal Ribaud, président de la Maison du patrimoine oral

  • Caroline Darroux, anthropologue (Centre Georges Chevrier) et Pierre Léger, président de l’Association des « Langues de Bourgogne » à Anost :Émergence citoyenne et institutionnalisation : la place de la participation dans le projet Maison du patrimoine oral de Bourgogne
  • Benjamin Assié, directeur du CIRDOC (Béziers) : Le CIRDOC, de la bibliothèque occitane d’initiative populaire à la bibliothèque-forum des acteurs du PCI

11h15 – 11h30 : Pause

  • Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-Marseille Université et Mikaël O’Sullivan, directeur de la Maison du patrimoine oral de Bourgogne : Le patrimoine oral à l’heure des humanités numériques: le portail du patrimoine oral, outil de recherche et de valorisation du patrimoine culturel immatériel

12h30 – 14h : Repas

14h – 15h30 : Modération de l’après-midi : Séverine Cachat

  • Emmie Segers, LECA, Expertisecentrum alledaags erfgoed (Gand, Belgique), Autour des jupes des géants. Expériences participatives de sauvegarde et réseaux d’acteurs du patrimoine culturel immatériel en Flandre
  • Flavie Ailhaud, ethnologue, Ville d’Arbois, et Noël Barbe, anthropologue (LAHIC-IIAC et DRAC Franche-Comté). À propos d’une candidature Unesco et de l’organisation des publics. Retours critiques sur les réglages du dossier du Biou  d’Arbois

15h30 – 16h : Pause

16h – 17h

  • Marion Trannoy, responsable du Musée de Corse, Patrimonialisation et interculturalité, ce que participer veut dire entre centre et ultra-périphérie.Communication précédée du film réalisé par la communauté wayana dans le cadre de la candidature du rituel du maraké pour la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

19h – 21h : Repas

21h – 22h30 : Spectacle « Tourne les histoires et rêve la musique », Jean Dollet et Simon Guillaumeau

Samedi 5 septembre

9h 15 – 12h15 : Modération de la matinée : Caroline Darroux,

  • Valentina Zingari, anthropologue, université de Sienne et réseau Simbdea, Patrimoine-s : approches intégrées, PCI et participation en Italie. Le terrain de Cocullo, pays de la montagne méditerranéenne
  • Gaizka Aranguren, directeur de Labrit multimedia (Pampelune, Espagne). Identité et développement local : méthodologie, modèles et exemples de gestion participative du PCI.
  • 11h15 – 11h30 : Pause
  • Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine (Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne), président du Conseil scientifique du Parc du Morvan, Enjeux d’un partenariat de recherche scientifique en lien avec les habitants pour questionner la patrimonialisation en milieu rural

12h15-12h30 : Mots de fin, Jean-Louis Tornatore

12h30 – 14h : Repas

Workshop : Actualité du patrimoine à l’Anthropocène – Dijon – 17-18 septembre

Actualité du patrimoine à l’Anthropocène

Ontologies et politiques

Journées d’étude organisées par le Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne – Dijon
avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne

17-18 septembre 2015
Salle du Conseil de Droit
Bâtiment Droit-Lettres
Dijon

Que peut, ou pourrait, l’idée de patrimoine face aux enjeux du 21ème siècle tels qu’ils sont pointés par le concept d’Anthropocène – selon lequel l’espèce humaine est devenue une force géologique ? Plus précisément, s’il y a un « événement anthropocène » (C. Bonneuil et B. Fressoz), dans quelle mesure la question patrimoniale peut-elle ou pourrait-elle contribuer à l’élaboration de récits alternatifs « au Grand Récit actuellement dominant de l’Anthropocène », et obvier au risque que « le concept d’Anthropocène ne devienne la philosophie légitime d’un géopouvoir nouveau » (C. Bonneuil et P. de Jouvancourt) et ne concoure à éluder la question des responsabilités en dessinant la figure d’une humanité coupable ?

L’objectif de ces journées est donc d’interroger la pertinence politique de la notion de patrimoine et de mettre à l’épreuve l’hypothèse d’une « actualité du patrimoine » en faisant travailler et en traduisant dans la « perspective anthropocénique » deux évolutions majeures du « patrimoine-aujourd’hui » : à la fois son ouverture sur le vivant – ouverture permise par le passage historique du monument au patrimoine (D. Fabre) et problématisée sous le glissement du paradigme de la conservation au paradigme de la sauvegarde (A. Micoud) – et sa diffusion dans l’espace public résultant d’un débordement des institutions culturelles et patrimoniales. D’une part, une extension catégorielle décisive : le patrimoine n’est plus seulement ce qui reste présent d’un temps perdu, il est aussi et peut-être surtout un legs et une réclamation du futur ; d’autre part, une profusion irrépressible des porte-paroles impliquant un partage des expertises quant à la valuation et à la gestion patrimoniales. En somme, il s’agit de prendre la mesure du patrimoine ou plutôt de l’activité patrimoniale hors de ses cadres usuels de référence – l’esthétique, l’artistique, le monumental, le symbolique, l’historique ou encore l’ethnologique – et d’envisager son opérativité sur le terrain de l’action citoyenne, de la justice sociale, de la démocratie comme méthode – au sens de John Dewey –, de la gouvernance délibérative, de l’instauration de nouveaux liens entre les êtres qui peuplent la Terre.

Le patrimoine peut-il soutenir et porter une interrogation générale sur l’habiter : habiter la Terre, habiter la ville, habiter le temps, cohabiter, dans une perspective pluraliste mais qui n’escamote pas la critique ? Peut-il se libérer de sa teneur eurocentrée – et des dualismes qui y sont associés – de manière à porter l’idée « d’un monde fait d’une pluralité de mondes » (J. Baschet), en lien avec la perspective d’une pluralité d’ontologies (P. Descola) ? Peut-il rencontrer des expériences qui, singulièrement, remettent en cause nommément le capitalisme, en tant que système global qui organise et structure notre réalité et est en grand partie responsable de la menace mortelle qui pèse sur notre planète : en somme, le capitalisme comme la désignation expresse d’une modernité qui s’est cristallisée en Europe au 18ème siècle et a étendu sa raison sur la totalité des formes de vie au terme d’une triple conquête : économique, écologique et culturelle (A. Escobar) ? Est-il mobilisé dans ces expériences, aux tonalités communautaires ou sociales qui, ici ou là, explorent et portent des projets de modernités alternatives à la modernité capitaliste, ou, à défaut, une sortie radicale de la modernité – en y négociant, voire reconstruisant, dans l’action et en toute localité, l’articulation ou l’intrication de ces trois « ordres » trop commodément distingués ? Participe-t-il enfin d’une réflexion sur l’implication pragmatiste des actions, en tant qu’elles proposent des futurs et des passés moins imaginés, imaginaires ou utopiques qu’élaborés dans l’action, moins des utopies comme horizon d’attente que des « utopies réelles », moins des projections idéales et lénifiantes que des gestes concrets qui, tout en prenant au sérieux la proposition « anthropocénique », travaillent à la survie des Terriens (B. Latour) en « réactualisant des pensée du lieu et des attachements » (Bonneuil et Jouvancourt) ?

Pour explorer ces questions, nous sollicitons les points de vue de chercheur-e-s issu-e-s de diverses disciplines, philosophie, anthropologie, sociologie, histoire environnementale, histoire des techniques, histoire de l’art, économie, écologie, et qui ne sont pas nécessairement familiers des questions patrimoniales : à partir de lieux communs et moins communs sur le patrimoine, l’objectif sera donc de croiser et faire dialoguer les savoirs et les postures de manière à faire émerger des intérêts et des problèmes communs ou en commun.

Jean-Louis Tornatore et Anne-Sophie Haeringer

 

Programme

Jeudi 17 septembre

13h – 13h30 :

  • Anne-Sophie Haeringer, sociologue, AAU-Cresson et Centre Max Weber-Poco, et Jean-Louis Tornatore, anthropologue, Centre Georges Chevrier : Introduction

13h30 – 15h30

  • Ellen Hertz, anthropologue, et Alexandre Aebi, ethnobiologiste, université de Neuchâtel : La santé des châtaigniers comme cause patrimoniale : bio-terrorisme amateur, assouplissement administratif et « neutralité active » des sciences citoyennes
  • Jean-Baptiste Fressoz, historien, Centre Alexandre-Koyré : Une histoire politique du CO2

15h30 – 15h45 : pause

15h45 – 17h45

  • Elena Apostoli Cappello, anthropologue, IIAC-TRAM, et Catherine Neveu, anthropologue, IIAC-TRAM (CNRS-EHESS) : « Libérer » la ville pour fabriquer la citoyenneté : ethnographie de pratiques d’occupations à Rome
  • Noël Barbe, anthropologue, IIAC et Drac de Franche-Comté : Mettre en culture, produire du politique ?

Vendredi 18 septembre

9h 15 – 11h 15

  • François Jarrige, historien, Centre Georges Chevrier, université de Bourgogne : Comment hériter des expériences énergétiques du passé ? Histoire et patrimoine des énergies renouvelables
  • Élise Demeulenaere, anthropologue, Cnrs, laboratoire d’éco-anthropologie et d’ethnobiologie, Muséum d’histoire naturelle : Politiques ontologiques de la semence

11h15 – 11h30 : pause

11h30 – 12h30

  • Xavier Douroux, historien de l’art, codirecteur du Consortium, Dijon : Le patrimoine en attente de l’œuvre

12h30 – 14h : repas

14h – 15h45

  • Alexandre Monnin, philosophe, INRIA, et Diego Landivar, économiste, CERDI – CNRS et Origens Media Lab : Restauration/Instauration, Déclore/Forclore : le patrimoine et les “mondes possibles” à l’heure de l’anthropocène

15h45 – 16h : pause

16h – 16h45

  • Jean-Louis Tornatore: Restauration et effondrement

16h45 – 17h : Conclusion

 

Contact :
Jean-Louis Tornatore : jl.tornatore@free.fr

Programme et résumés : http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/15_16/15_09_17-18.html

Grant: Labex CAP / Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines Appel à candidatures / Bourses Immersion

Labex CAP / Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines
Appel à candidatures / Bourses Immersion

Date limite : le 1er septembre 2015
Le Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines (Labex CAP), annonce l’attribution par voie de concours de cinq bourses « Immersion » pour l’année 2015-2016.

Le programme « Immersion » est un dispositif nouveau à double visée. Il contribue à la formation professionnelle des doctorants qui s’orientent vers les métiers de la culture en rapport avec la recherche universitaire. Il vient également en appui au développement des départements recherche des musées et à la réalisation des projets de recherche des institutions patrimoiniales membres du Labex CAP.

Le dispositif « Immersion » consiste donc à mettre en mouvement les liens entre les jeunes chercheurs et les musées par un travail d’expertise et de recherche. L’intégration des musées et de la BnF pour une durée de dix mois peut prendre des formes diverses : préparation scientifique d’une exposition, travail de recherche sur des fonds, des réserves, des archives etc. Les étudiants bénéficient de l’acquis d’une véritable expérience professionnelle auprès d’une structure patrimoniale ou muséale ; inversement, les musées et la BnF approfondissent, par la recherche, la mise en place de leur programmation et/ou la valorisation de leurs fonds.

Conditions d’admission

Candidats : les candidats doivent être inscrits en thèse dans un des établissements d’enseignement supérieur membre du Labex CAP : CNAM, EHESS, EPHE, ENC, ENSCI, ENSA Paris La Villette, LCPI Paris Tech, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Structures d’accueil pour l’année 2015-2016 : BnF, Centre Pompidou, Cité de l’architecture et du Patrimoine, Musée du Louvre, Musée Picasso
Profils proposés pour 2014-2015
–    BnF / Fonds Germaine Tillon : inventaire et mise en valeur
–    Centre Pompidou / Expositions-dossiers
–    Cité de l’architecture et du patrimoine / Narration et muséographie (collections, parcours, outils)
–    Musée du Louvre / Exposition L’Histoire commence en Mésopotamie
–    Musée Picasso / Guernica : Picasso et l’Espagn

pdf : Centre Pompidou_Immersion 2015

Cite architecture_Immersion 2015

Musee du Louvre_Immersion 2015 (1)

Musee Picasso_Immersion 2015

Calendrier de recrutement
→ Date de lancement du concours : le 7 juillet 2015
→ Date de clôture – dépôt des candidatures : le 1er septembre 2014
→ Phase d’admission (auditions*) : du 7 au 28 septembre 2015

*Chaque institution forme un jury d’admission comprenant des personnels internes et des membres du bureau du Labex CAP. Les candidats sont auditionnés au sein de chacune des structures d’accueil.

Durée du recrutement, date de prise de fonction, nature du contrat
→ Le contrat proposé est d’une durée de 10 mois.
→ La prise de fonction s’effectuera à partir du 2 novembre 2015.
→ Contrat de travail de catégorie B (personnel non titulaire non enseignant).

Dossier de candidature
Le dossier de candidature complet (Immersion_Musee_Nom.PdF) devra être envoyé au plus tard le 1er septembre 2015 à 16h00 au secrétariat du Labex CAP :
labex.creations.patrimoines@gmail.com
(en copie à : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr)

Le dossier comprend :
→ une lettre de motivation
→ un projet (3 à 5 pages) en lien avec le profil de poste proposé : valoriser le lien avec le sujet de thèse en préparation
→ un curriculum vitae
→ photocopie du dernier diplôme obtenu
→ éventuellement une publication (PDF)
→ deux lettres de recommandation rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création

Critères de sélection
→ L’adéquation du profil des candidats (parcours, compétences scientifiques) et de leur projets avec le profil recherché par les institutions partenaires du Labex CAP.
→ La motivation des candidats.

http://labexcap.fr/

CFP: HISTORICAL CULTURES OF LABOUR UNDER CONDITIONS OF DEINDUSTRIALISATION (WORKSHOP AS PART OF THE EUROPEAN LABOUR HISTORY NETWORK CONFERENCE, TURIN 15-16 DECEMBER 2015)

CFP: HISTORICAL CULTURES OF LABOUR UNDER CONDITIONS OF
DEINDUSTRIALISATION 

WORKSHOP AS PART OF THE EUROPEAN LABOUR HISTORY
NETWORK CONFERENCE, TURIN 15-16 DECEMBER 2015

This group discusses historical cultures (“Geschichtskulturen”) of
labour under conditions of deindustrialisation and postindustrial
conditions. How has the historical consciousness of (former) cultures of
labour been constructed and articulated in the private, public (counter
public) and official spheres? In which ways have changes of labour
relations, deregulation and trade unions, the effects on the labour
movement and changes of working class identity in deindustrialising and
postindustrial regions been memorised? This group looks at the symbolic
repertoire of historical cultures of labour and seeks to explore the
ways in which the memory of the industrial age is being performed.

We are calling for papers on themes such as industrial heritage, museums
and exhibitions, monuments, arts and theatre performences, literature
and historiography, including oral history. Please forward your paper
proposal (approx. 200 words) including a brief biographical statement to
Christian Wicke (Institute for Social Movements, Ruhr University
Bochum): christian.wicke@rub.de

Conference website: http://www.storialavoro.it/elhn-torino-2015/

Grant: Scholarship Opportunity in the Alfred Deakin Institute for Citizenship and Globalisation

Apply now – HDR Scholarships in the Alfred Deakin Institute for Citizenship and Globalisation

The Alfred Deakin Institute for Citizenship and Globalisation is seeking outstanding scholars for four full-time PhD projects and scholarships in the area of social sciences and humanities.

These scholarships will align with one or more of the Institute’s four research streams:

  • Culture and Heritage​
  • Development and Human Rights
  • Diversity and Identity
  • Governance and Security

Applications have been extended and now close 24 July 2015

For more information contact: adicg-admin@deakin.edu.au

To apply visit: http://www.deakin.edu.au/study-at-deakin/scholarships-and-awards/research-degree-scholarships/phd-scholarship-adicg

 

Grant: Labex CAP post-doc 2015

Appel à candidatures / Six à huit contrats post-doctoraux sont ouverts au concours 2015-2016
Date limite : le 2 septembre 2015

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex CAP), annonce le recrutement par voie de concours de six à huit chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période d’un an.
L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus choisis et les objets de recherche concernent les interactions entre création et patrimoines.
Le jury pluridisciplinaire, composé des membres du Conseil et du Bureau du Labex, sélectionnera les six à huit projets de recherche les plus pertinents et originaux, proposant des définitions scientifiques nouvelles dans le cadre d’un appel thématique.

En effet, quatre plateformes à projet seront mises en place par le Labex CAP dès la rentrée 2015 :

  • Plateforme 1 : Création, patrimoine et politique
    Mots clés : dominations, conflits, destruction, reconstructions, transferts, champs et contre-champs, émotions patrimoniales, valeurs
  • Plateforme 2 : Représentations, transmission. Séries, copies, multiples
    Mots clés : arts performés, enregistrements ; tirages, moulages, authenticité ; modèle économique de la copie
  • Plateforme 3 : Numérique, art et archives : collaboration, outils et partage
    Mots clés : création et archives numériques d’architecture, de cinéma, de littérature ; valeurs des sources : œuvres et archives d’artistes
  • Plateforme 4 : Exposition et création : pratiques sociales et expériences du musée
    Mots clés : instruments, récits, scénarios ; éclatement des frontières du musée ; réalité augmentée

Conditions d’admission
→ Thèse soutenue après le 01/09/2010.

Calendrier de recrutement
→ Date de lancement du concours : le 2 juillet 2015
→ Date de clôture du dépôt des candidatures : le 2 septembre 2015
→ Phase d’admissibilité : le 5 octobre 2015
→ Phase d’admission (auditions) : le 19 octobre 2015

Durée du recrutement et date de prise de fonction
→ Les contrats proposés sont d’une durée d’un an
→ La prise de fonction s’effectuera à partir du 2 novembre 2015

Dossier de candidature
Le dossier de candidature complet devra être envoyé au plus tard le 3 septembre 2015 à 16h00 à l’adresse suivante :labex.creations.patrimoines@gmail.com

Afin de simplifier la procédure de réception et de traitement des dossiers, veuillez envoyer l’ensemble des pièces relatives à votre candidature au format PDF (Nom_Prénom.pdf). Veillez à optimiser la taille et la résolution de vos fichiers. Si cela est possible, il serait préférable que l’ensemble de votre dossier de candidature n’excède pas 5 Mo et, au maximum, 10 Mo.
Le dossier comprend :
→ le projet de recherche : titre (explicite), nom de la plateforme à projet choisie, unité d’accueil principal et unité d’accueil secondaire (un laboratoire ou un département de musée), les deux sont membres du Labex CAP (liste des partenaires ci-jointe), présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum)
→ un curriculum vitae et une liste des publications
→ le diplôme de doctorat
→ le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
→ une lettre de motivation
→ une publication significative (PDF)
→ deux lettres de recommandation au moins rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création
NB : Chaque dossier est évalué par deux experts extérieurs du Conseil et du bureau du Labex. Le Conseil et le bureau siègent en jury lors des phases d’admissibilité et d’admission.
Obligations de services et participation aux travaux du laboratoire
En plus du projet de recherche sur lequel ils auront été sélectionnés, les chercheurs prendront part aux activités du Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail, ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication (site web, plaquettes ou documents de présentation) ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils organiseront ensemble le séminaire post-doctoral du Labex CAP.

Les post-doctorants exerceront leur fonction conformément à la charte européenne du chercheur.

Résultats attendus
–    le candidat s’engage à rendre une étude de 40 pages (60 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche à la fin du contrat. Cette étude sera publiée dans les « Cahiers du CAP », revue du Labex (Publications de la Sorbonne, Paris).
–    le candidat organise, prend part et suit les séances de séminaire post-doctoral du Labex afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

Rémunération
Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée déterminée à temps plein. Le candidat percevra une rémunération forfaitaire mensuelle brute exclusive de toute rémunération accessoire sur la base d’un temps plein d’un montant de 2361.45 euros.

Critères de sélection
Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ La qualité scientifique du projet, son originalité, son adéquation avec les thèmes proposés cette année
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche, publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude, publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence des rattachements demandés

Contacts
Jeanne-Marie Portevin,  Gestionnaire du Labex CAP : labex.creations.patrimoines@gmail.com
Zinaïda Polimenova, Chargée de pilotage du Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr