Monthly Archives: December 2014

Calendar: labex Les passés dans le présent – janvier 2015

Vous trouverez, ci-joint, le premier numéro de la lettre d’information du labex Les passés dans le présent, ainsi que l’agenda des événements du mois de janvier 2015.

Agenda des événements du labex Les passés dans le présent – Janvier 2015

Lettre d’information n°1 – Hiver 2014-2015 – Labex Les passés dans le présent

Advertisements

Publications: Sites of Popular Music Heritage

SITES OF POPULAR MUSIC HERITAGE:
Memories, Histories, Places
Edited by Sara Cohen, Robert Knifton, Marion Leonard, Les Roberts*

http://www.routledge.com/books/details/9780415824507/

This volume examines the location of memories and histories of popular music and its multiple pasts, exploring the different ‘places’ in which popular music can be situated, including the local physical site, the museum storeroom and exhibition space, and the digitized archive and display space made possible by the internet. Contributors from a broad range of disciplines such as archive studies, popular music studies, media and cultural studies, leisure and tourism, sociology, museum studies, communication studies, cultural geography, and social anthropology visit the specialized locus of popular music histories and heritage, offering a diverse set of approaches. Popular music studies has increasingly engaged with popular music histories, exploring memory processes and considering identity, collective and cultural memory, and notions of popular culture’s heritage values, yet few accounts have spatially located such trends to focus on the spaces and places where we encounter and engender our relationship with popular music’s history and legacies. This book offers a timely re-evaluation of such sites, reinserting them into the narratives of popular music and offering new perspectives on their function and significance within the production of popular music heritage.

Contents:

1. Introduction: Locating Popular Music Heritage
Sara Cohen, Robert Knifton, Marion Leonard, and Les Roberts
Part I: Problematizing Popular Music Heritage
2. Popular Music and the ‘Problem’ of Heritage/
Andy Bennett
3. The Heritage Obsession: The History of Rock and Challenges of ‘Museum Mummification’. A French Perspective
Philippe Le Guern
Part II: Mapping, Music, and Memory
4. Mapping the Politics of ‘Race’, Place and Memory in Liverpool’s Popular Music Heritage
Brett Lashua
5. “Still here?”: A Geospatial Survey of Welsh-language Popular Music/Craig Owen Jones
Part III: Archives and Virtual Sites of Memory
6.’Fillin’ in Any Blanks I Can’: Online Archival Practice and Virtual Sites of Musical Memory
Jez Collins and Paul Long
7. Locating the “Bristol Sound”: Archiving Music as Everyday Life
Michelle Henning and Rehan Hyder
8.Saving ‘Rubbish’: Preserving Popular Music’s Material Culture in Amateur Archives and Museums
Alison Huber and Sarah Baker
9. Intangible Cultural Heritage and the Women’s Liberation Music Archive
Deborah Withers
Part IV: Nostalgia and Heritage Practices
10. “You Had To Be There”: Memories of the Glasgow Apollo Audience
Kenneth Forbes
11. Engaging Nostalgia: Popular Music and Memory in Museums
/Marion Leonard and Rob Knifton
12. The Remembering: Heritage-Work at US Progressive-Rock Festivals, 1983 to 2012
Tim Dowd
Part V: Pilgrimage and Sacred Sites
13. Pilgrimage, Place, and Preservation: The Real and Imagined Geography of the Grateful Dead in Song, on Tour, and in Cyberspace
John V. Ward
14. Putting the Psycho in Psycho-geography: Tom Vague’s Musical Mapping of Notting Hill
Alex Lawrey
15. Unveiling Memory: Blue Plaques as (In)tangible Markers of Popular Music Heritage
Les Robertsand and Sara Cohen
16. Why I Didn’t ‘Go Down to the Delta’: The Cultural Politics of Blues Tourism
Mark Duffett

Seminar / Publication : Les vocabulaires locaux du ‘patrimoine’ 7 janvier 2015 Fabriqu’am

Dans le cadre du projet ANR ABRIQ’AM, La fabrique des « patrimoines » : Mémoires, savoir et politique en Amérique indienne aujourd’hui (http://fabriqam.hypotheses.org)

Le 7 janvier 2015, salle 1, RdC, bât. Le France, EHESS, de 14h00 à 17h00 heures

Présentation de l’ouvrage :

Les vocabulaires locaux du “patrimoine”

Traductions, négociations et transformations.

Julien Bondaz, Florence Graezer Bideau, Cyril Isnart, Anais Leblon (Eds.) Freiburger Sozialanthropologische Studien/Freiburg Studies in Social Anthropology/ Etudes d’Anthropologie Sociale de l’Université de Fribourg.

 

Discutante : Ellen Hertz (Université de Neuchâtel)

Avec la présence des coordinateurs et de certains des auteurs 

 

Le souci du « patrimoine » constitue aujourd’hui une activité universelle dont la diffusion est soutenue par les grandes organisations internationales. Elle produit chaque jour de nouveaux espaces de contacts entre les doctrines occidentales et le reste du monde. Mais que sait-on au juste des terminologies et des pratiques de conservation qui fonctionnent en dehors des canons occidentaux ? Ce livre s’attache à décrire et comparer les vocabulaires indigènes du « patrimoine », en montrant la diversité des conceptions locales et leur dialogue avec les politiques internationales. Se révèlent ainsi les ajustements et les oppositions linguistiques et pratiques que les acteurs activent, depuis leurs propres lieux, pour distinguer ces biens singuliers que nous appelons « patrimoine ».

 

Table des matières

 

Relocaliser les discours sur le « patrimoine »

Julien Bondaz, Florence Graezer Bideau, Cyril Isnart et Anaïs Leblon

Words for Expressing What We Care About The Continuity and the Exteriority of the Heritage Experience

Jean-Louis Tornatore

Reviving the Disagreement: A Debate on the Terminology of Intangible Cultural Heritage and the UNESCO 2003 Convention in the Arab World

Ismail Ali El-Fihail

Transformation et histoire pluriculturelle d’un patrimoine. L’exemple des collections africaines en France

Manuel Valentin

Subtiles divergences. Le patrimoine carioca entre « paisagem cultural » et « paysage culturel »

Véronique Zamant

Le transfert d’un standard international. Le patrimoine culturel immatériel vu par la France

Chiara Bortolotto

« Traditions vivantes », une catégorie bonne à penser ? Le cas de la Suisse Florence Graezer Bideau

Une histoire de patrimoine à l’indonésienne. Le cas du wayang golek sundanais (Java Ouest)

Sarah Anaïs Andrieu

Du « PCI » au « finaa tawaa ». Ethnographie d’une traduction patrimoniale Anaïs Leblon

Manifold “Barter”: Heritagization of Economic Exchange in the Argentinean Andes

Olivia Angé

Représentations linguistiques dans deux régions de Suisse romande (Jura et Valais). De la pratique du parler à la mise en patrimoine

Federica Diémoz et Aurélie Reusser-Elzingre

 

CFP: Art, Culture and Heritage – Call for papers

Janet Ulph (Leicester) and Charlotte Woodhead (Warwick) are once again co-convening a stream entitled Art, Culture and Heritage at the annual conference of the Socio-Legal Studies Association to be held at the University of Warwick, UK 31st March – 2nd April 2015. The conference is a legal conference which aims to set law in its context; however, we welcome both law, non-law and interdisciplinary papers. Participants do not need to be members of the SLSA but they would need to pay the full non-member conference fee in addition to their other expenses. Information about the full call for papers is available here<http://www2.warwick.ac.uk/fac/soc/law/research/events/conferences/slsa/streams/acah/>. There is also a poster session at this conference <http://www2.warwick.ac.uk/fac/soc/law/research/events/conferences/slsa/streams/poster> .

Papers are submitted through the Easychair website<https://easychair.org/account/signin.cgi?key=18707728.iQncNRvtGU1k8hQP> (details are also available at the link above), but if anyone would like to discuss a potential presentation then please contact either Janet (janet.ulph@le.ac.uk) or Charlotte (c.c.woodhead@warwick.ac.uk) by email.

Please note that the deadline for submissions is Monday 19 January 2015.

CFP conference on Cultural History

The International Society for Cultural History is organizing its 2015 annual conference in Bucharest. We warmly welcome new members and new participants, please see attached for details. Feel free to circulate the CFP to colleagues, PhD student etc.

Time and culture-call ISCH conference Bucharest_2015(2) – Copy

Seminar: “Enseigner l’invention et la création” le 18 décembre

Séminaire du Labex « Créations, arts, patrimoines »

Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

 

Organisé par

Guy Lambert (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville, UMR AUSser),

Eléonore Marantz (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, HiCSA),

Valérie Nègre (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris La Villette, UMR AUSser),

Nadia Podzemskaia (Centre de recherche sur les arts et le langage (CNRS-EHESS)

Estelle Thibault (ENSA Paris Belleville, UMR AUSser)

Institut National d’Histoire de l’Art – Université Paris I, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

mai 2014 – décembre 2014

Jeudi 18 décembre 2014 – INHA – 1er étage – salle AVD – 14h-17h

Collections et musée dans l’enseignement

Présidence : Estelle Thibault

– Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La question du musée d’art industriel et de la formation des ouvriers et artistes sous le Second Empire : le cas du musée Napoléon III

Isabelle Warmoes (Musée des Plans-reliefs, Paris)

La création de collections de maquettes d’étude comme supports d’enseignement de l’art de la fortification dans les écoles militaires (1795-1898)

Répondant: Renaud d’Enfert (université de Cergy-Pontoise)

– Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La question du musée d’art industriel et de la formation des ouvriers et artistes sous le Second Empire : le cas du musée Napoléon III

Unique par la constitution de ses collections et les conditions de sa création, le musée Napoléon III, au palais de l’Industrie puis au Louvre, est représentatif des expérimentations et des réflexions muséographiques qui traversent les musées durant le Second Empire. Il est également l’expression de la volonté politique de Napoléon III d’une éducation élargie au plus grand nombre, et des affrontements qui existent dans les cercles du pouvoir au sujet d’une action culturelle bégayante. Cette intervention s’interrogera notamment sur la présentation pionnière du musée qui cherchait à offrir aux visiteurs, artistes et ouvriers des industries d’art, de nouveaux modèles et à les confronter aux civilisations étrangères à travers l’évolution des formes artistiques.

Arnaud Bertinet est maître de conférences à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a été post-doctorant au sein du Labex CAP à l’INP et à l’INHA, pour le projet « Évacuer le musée, entre sauvegarde du patrimoine et histoire du goût, 1870-1940 » et à l’université François-Rabelais de Tours dans le cadre du programme ANR-DFG ArtTransForm. Auteur d’une thèse “La politique artistique du Second Empire : l’institution muséale sous Napoléon III”, qui sera bientôt publiée chez Mare & Martin sous le titre “Les musées de Napoléon III, une institution pour les arts”, ses recherches portent sur l’histoire des musées, des institutions artistiques et du patrimoine en Europe. Parmi ses publications récentes : « From Model Museum to the fear of the Uhlan, Museums’ Relations between France and Germany during the Second French Empire », Savoy, Bénédicte, Meyer, Andrea (dir.), The Museum is open. Towards a Transnational History of Museums 1750-1940, Berlin 2013 ; « Le décor sculpté des musées français, les figures d’artistes », Bonnet, Alain, Jagot, Hélène (dir.),L’Artiste en représentation, cat. exp. Musée de la Roche sur Yon 2012 ; « Les fondations de musées locaux sous le Second Empire : l’exemplaire M. Jubinal », Histo.Art. Travaux de l’Ecole doctorale d’Histoire de l’art, n°4, Paris, PUS, 2012.

 

Isabelle Warmoes (Musée des Plans-reliefs, Paris), La création de collections de maquettes d’étude comme supports d’enseignement de l’art de la fortification dans les écoles militaires (1795-1898)

Cette intervention s’intéressera aux collections de maquettes de systèmes fortifiés réalisées entre 1795 et 1898 par la galerie des plans-reliefs. Créée à la fin du XVIIe siècle, cette dernière était un service du Dépôt des fortifications du département de la Guerre. Parallèlement à la fabrication des plans-reliefs des places fortes françaises, la galerie des plans-reliefs a accompagné le Comité des fortifications tout au long du XIXe siècle dans sa volonté d’améliorer l’instruction des élèves ingénieurs, puis celle des élèves des différents corps d’armée. La galerie a ainsi été sollicitée par le Comité des fortifications pour fabriquer des maquettes d’étude afin de rendre plus intelligibles les savoirs dispensés sur la fortification et sur les méthodes de défense et d’attaque des sites fortifiés. Deux grandes collections de maquettes d’étude ont ainsi été produites afin d’être diffusées à l’échelle territoriale dans les établissements d’enseignement militaires : l’une, née en 1823, avait pour objectif d’enseigner l’histoire de l’évolution des fortifications en Europe depuis le début du XVIIe siècle, l’autre, créée à partir de 1876, devait offrir aux élèves une connaissance pratique des systèmes fortifiés en usage en France et en Europe dans le dernier tiers du XIXe siècle.

Isabelle Warmoes est historienne de l’architecture, spécialisée dans l’étude du patrimoine militaire. Elle est ingénieur d’études au musée des Plans-reliefs. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire de la fortification (XVIe-XIXe siècles), les ingénieurs militaires, l’histoire de la cartographie, les plans-reliefs. Elle enseigne l’histoire de la fortification à l’Ecole du Louvre dans le cadre du cours de spécialité  « Patrimoine et archéologie militaires ». Membre de la Commission Histoire du Comité français de cartographie. Parmis ses publications récentes : Emilie d’Orgeix et Isabelle Warmoes (dir.), Les savoirs de l’ingénieur militaire. Manuels, cours et cahiers d’exercices (1751-1914) », Actes des 5e journées d’études du Musée des plans-reliefs, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction des patrimoines, Musée des Plans-reliefs, 2013 ; Christian Corvisier et Isabelle Warmoes, « L’art de fortifier de Vauban. Normalisation de la fortification bastionnée et réminiscences des formes médiévales », Thierry Martin et Michèle Virol (dir.),Vauban, architecte de la modernité ? Les Cahiers de la MSHE Ledoux, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 101-134 ; « La rationalisation de la production cartographique à grande échelle au temps de Vauban », Le Monde des cartes, revue du Comité français de cartographie, n°195, mars 2008, p. 55-66.

CFP: Gender and Heritage: Performance, Place and Politics

Gender and Heritage: Performance, Place and Politics
Key Issues in Cultural Heritage (Routledge).
Edited by Wera Grahn (Linköping University) and Ross Wilson (University of Chichester)

Call for abstracts – Deadline March 15 2015

The editors invite abstracts for inclusion in a landmark edited collection on gender and heritage studies which will form part of the Routledge series Key Issues in Cultural Heritage (Series Editors: Professor William Logan and Professor Laurajane Smith).

This volume will advance the issue of gender within heritage studies by advocating a new, critical role for this field of enquiry. Drawing upon the wide array of interests and objectives that constitutes gender studies within the social sciences, contributors to the volume will illustrate how heritage can be analysed on the basis of e.g. masculinity studies, intersectionality, feminism, queer theory and sexuality studies. The collection will serve to further the study of gender within heritage studies by positioning the construction of these identities as a global concern that shapes all forms of representations of the past. By offering an international perspective, the various social and cultural enactments of gender will highlight the significance of this field in forming a critical heritage studies.

The editors seek abstracts of 250 words maximum on issues of gender and heritage that explore how gender identities, norms and values are constructed across the globe in various contexts and settings through museums, displays and exhibitions, heritage sites, tourist programmes, legislation, literature and the wider heritage industry. Possible areas of focus may include:

•       Performance and gender roles
•       Memory and commemoration
•       Sustainable heritage and gender
•       Queer heritage
•       Intersectionality and heritage
•       Feminist postconstructive/posthuman/technoscientific approaches to heritage
•       Normative gender roles and heritage sites
•       Museums and masculinity
•       Feminism and heritage
•       Gendered tourism
•       Politics, media and legislation
•       Gender, memorials, monuments and literature

Abstracts of 250 words should be sent to Dr Wera Grahn (wera.grahn@liu.se) and Dr Ross Wilson (r.wilson@chi.ac.uk) before 15 March 2015. Successful contributors will then be asked to complete their chapters by September 2015.

Grant: Recrutement d’un post-doctorant en histoire au labex Les passés dans le présent

Le labex Les passés dans le présent lance un appel à candidatures pour un contrat postdoctoral d’un an, pour un(e) docteur(e) en histoire (histoire de l’art ou histoire de l’architecture notamment), pour le projet “Corpus numérique sur l’histoire du Château, des jardins et du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye“. La date limite de candidature est fixée au 30 janvier 2015 pour une prise de poste au 1er mars 2015.

Vous trouverez, ci-joint, la fiche de poste, également disponible sur notre site. Pour plus d’information sur le labex, je vous invite à consulter notre site web : www.passes-present.eu

Post-doctorant MAN 2015 – Labex Les passés dans le présent

CFP: Les Métiers du patrimoine en France : appel à contributions

Appel à contributions : Les Métiers du patrimoine en France, XIXe-XXIe siècles
 

Dans le prolongement du colloque consacré aux métiers du patrimoines, tenu en mai 2014 aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, et organisé par les Archives nationales, le Centre de recherches historiques : Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés (université Paris 8), l’IDEFI Créatic (université Paris 8), Médiadix (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et la direction générale du ministère de la Culture, la revue In Situ, revue des patrimoine souhaite consacrer un numéro à ce thème.
En faisant du patrimoine en France un champ d’intervention politique, la Révolution française fut aussi la matrice d’une nouvelle identité professionnelle. Le 25 Nivôse an II (14 janvier 1794), la Commission temporaire des arts et la Commission d’instruction publique édictèrent des « Instructions sur la manière d’inventorier et de conserver, dans toute l’étendue de la République, tous les objets qui peuvent servir aux arts, aux sciences et à l’enseignement ». Ce texte est considéré comme l’acte de naissance du professionnel du patrimoine, intermédiaire entre l’artiste et le gestionnaire , dont les compétences spécifiques sont mises au service du patrimoine. Pourtant, dès la Révolution française, ces compétences sont également revendiquées, voire contestées, par d’autres acteurs (politiques, artistes, érudits, …).
La littérature scientifique sur les identités professionnelles dans le monde du patrimoine est pauvre . La littérature professionnelle est en revanche plus riche mais aussi plus éclatée entre les différents secteurs (archives, archéologie, monuments historiques, bibliothèques, musées, ethnologie), même si nous y trouvons des réflexions communes : par exemple sur l’informatique et le numérique , la question de l’accueil des publics  et de la médiation en général ou les liens entre patrimoine et recherche.
De même, les débats techniques, nombreux et de qualité, dans la presse professionnelle abordent rarement et de manière frontale les effets provoqués par les interrelations professionnelles dans les processus de patrimonialisation et la gestion du patrimoine en général. La variété des acteurs est pourtant grande : élus, universitaires, amateurs, gestionnaires, etc. Et le monde des professionnels du patrimoine n’est lui-même pas exempt de tensions internes, entre secteurs (archives, bibliothèques, musées, monuments historiques, ethnologie…), entre tutelles administratives et politiques (ministère de la Culture, ministère de l’Enseignement supérieur et recherche, collectivités territoriales, instituts, agences et établissements publics), entre spécialités (conservateurs et techniciens entre autres), entre professionnels de la culture et de la médiation,…
Depuis le XIXe siècle, cette hétérogénéité professionnelle s’est trouvée confirmée par une multiplication des formations : l’Ecole nationale des chartes, l’Ecole du Louvre, l’Institut national du Patrimoine (Paris et Saint-Denis), l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Villeurbanne), les centres régionaux de formation aux carrières des bibliothèques, et depuis les années 1980 le réseau du Centre national de formation professionnelle territoriale et la multiplication des formations universitaires (DUT, licences et masters spécialisés) . Ce phénomène est-il la conséquence ou la source de cette multiplication des acteurs ? A-t-il fragilisé la défense des patrimoines ?
Dans le cadre des études et recherches sur les processus de patrimonialisation et de l’histoire du patrimoine en France, ce numéro d’In Situ s’interrogera sur les relations entre tous les métiers du patrimoine (ses acteurs, professionnels et bénévoles, leur sociabilité, les modes de formation professionnelle, les mécanismes de construction des identités professionnelles) et l’évolution d’un secteur important de la vie économique, sociale et politique. Quels rôles ont joué ces a cteurs dans la défense du patrimoine ? Sous quelle forme (école, association, syndicat, sociétés savantes …) ? Quelle définition du patrimoine proposent-ils ? Comment « fabriquent”-ils le patrimoine (médiations, relations avec le monde universitaire et politique…) ?  Quels métiers le thème de la défense du patrimoine a t-il fait apparaître ou disparaître ? Quels effets a-t-il eu et a aujourd’hui sur le monde des amateurs et bénévoles ?
Quatre thème sont retenus ici dans ambition d’exhaustivité :
•             Les acteurs, professionnels et non professionnels, publics et privés, de la patrimonialisation et la construction d’un champ d’intervention publique
•             Les processus de professionnalisation : quels métiers pour quels patrimoines ?
•             Les concurrences professionnelles (ex. : conservateur / technicien / chercheur)
•             Les relations entre professionnels et non professionnels du patrimoine (le public, acteurs politiques, gestionnaires, mécènes, enseignants…) : concurrence, complémentarité, alliances ?
Propositions
Cet appel à contributions s’adresse aux professionnels du secteur et aux chercheurs (économistes, historiens, historiens de l’art, politistes, juristes, sociologues, ethnologues, scientifiques de l’information, sciences et techniques, …).
La France est le périmètre étudié mais les approches comparatistes seront les bienvenues. Les interventions concerneront la période contemporaine, depuis la Révolution française.
Les textes proposés ne devront pas se limiter un simple retour d’expérience.
Les communications devront être envoyées avant le 1er septembre 2015, à l’adresse suivante : marie-cecile.bouju02@univ-paris8.fr
Les textes pourront faire jusqu’à 35 000 signes et pourront être accompagnés d’illustrations. Les auteurs devront impérativement suivre les recommandations éditoriales de In Situ (http://insitu.revues.org/401)

M-C Bouju
Maître de conférences en histoire contemporaine
EA 1571 Centre de recherches historiques : : Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés
Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Publication: Circulating Heritage, Cultura, 11/2, 2014

Cultura International Journal of Philosophy of Culture and Axiology

Volume 11, Issue 2, 2014

Sonia Catrina & Cyril Isnart
Introduction: Mapping the Moving Dimensions of Heritage

Nicolito A. Gianan
Heritage-making and the Language of Auctoritas and Potestas

Susan LT Ashley
Re-telling, Re-cognition, Re-stitution: Sikh Heritagization in Canada

Michel Rautenberg & Sarah Rojon
Hedonistic Heritage: Digital Culture and Living Environment

Vintilă Mihăilescu
“Something Nice.” Pride Houses, Post-peasant Society and the Quest for Authenticity

Meglena Zlatkova
(Re-) Settled People and Moving Heritage – Borders, Heirs, Inheritance

Ema Pires
Re-scripting Colonial Heritage

Eloy Martos Núñez & Alberto Martos García
Tourist Neoreadings of Heritage in Local and Transnational Contexts

Elena Serdyukova
Keeping of Cultural Heritage in Emigration: Experience of Russia Abroad