Monthly Archives: February 2018

CFP: Culture & Musées La fabrique des patrimoines européens au XXIe siècle

Appel à proposition d’articles  pour un numéro thématique de la revue  Culture & Musées 

Sous la direction d’Isabelle Brianso, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse  & Françoise Rigat, Université de la Vallée d’Aoste 

La fabrique des patrimoines européens au XXIsiècle 

Au XXIsiècle, les patrimoines européens bénéficient de labels d’excellence et d’une certaine reconnaissance politique des États membres. Par exemple, le label Patrimoine européen ou le label des Itinéraires culturels européens du Conseil de l’Europe, qui pourtant peinent à s’affirmer à l’heure des dynamiques patrimoniales mondialisées (Fagnoni, 2013). Bien qu’issu de réflexions diplomatiques d’après-guerre visant à favoriser la reconstruction entre les peuples et le maintien de la paix, à l’instar de la création de l’Unesco, le patrimoine européen (sens politique) se présente néanmoins comme un élément identitaire marginalisé, utopique, voire oublié des politiques européennes destinées à fédérer les acteurs de la société civile. Au-delà des auteurs qui ont contribué à définir la notion de patrimoine (Babelon et Chastel, 1994), précisons que la Convention-cadre sur les valeurs du patrimoine culturel pour la société, dite Convention de Faro (2005), définit le patrimoine commun de l’Europe (article 3) comme une « source partagée de mémoire, de compréhension, d’identité, de cohésion et de créativité » relevant des droits culturels et démocratiques des citoyens de l’espace européen (Meyer-Bisch, 1996 ; Brianso, 2015). 

L’européanité culturelle si recherchée par les pères fondateurs de l’Europe (Robert Schuman, Jean Monnet) que l’on peut définir comme un sentiment d’appartenance à une entité culturelle européenne, reste encore bousculée et questionnée au-delà des approches géographiques et linguistiques considérées par certains auteurs (Gaillard, 2017 ; Rigat, 2017) comme trop réductrices car ne répondant pas véritablement à la complexité des réalités de la grande Europe. En effet, soulignons qu’à l’heure de défis majeurs (climat, économie, politique, éthique, migrants, etc.) qui sont sujets à l’épreuve médiatique et politique des institutions européennes, les citoyens des États concernées semblent s’interroger sur les frontières mouvantes de cette européanité sous tension que Joanna Nowicki définit comme “[…] le résultat d’une analyse, d’une réflexion, et […] [d’]une attitude, une adhésion affective aux valeurs intériorisées, une vision du monde qui en résulte, c’est aussi une manière d’être, des coutumes, des moeurs, un art de vivre. […]” (Nowicki, 2005). 

Pourtant, on observe un tissu hétérogène d’acteurs engagés (habitants, citoyens, “communauté patrimoniale”), des réseaux partagés, des patrimoines identifiés et étudiés (monuments, sites, paysages, artefacts, etc.) mais aussi l’émergence d’une multitude de projets de terrain (nationaux, transnationaux, transfrontaliers) répondant aux directives et aux normes patrimoniales adoptées puis ratifiées par les États membres de l’Union européenne en vue de préserver, conserver et valoriser les richesses artistiques, paysagères et immatérielles témoignant de la diversité culturelle européenne tissée dans le temps et l’espace. 

Ce numéro de Culture & Musées s’attachera donc à interroger les éléments du patrimoine européen (musées, sites, paysages, oeuvres d’art, patrimoines matériels et immatériels, etc.), leur mise en réseaux selon des dynamiques transnationales, frontalières et interculturelles (route, itinéraire, chemin, etc.) mais aussi leurs modes de revendication identitaire par les acteurs de la société civile. Il s’agit également de comprendre les stratégies politiques, éthiques, économiques et communicationnels des institutions nationales ou inter-gouvernementales en charge des politiques européennes du patrimoine, notamment le Conseil de l’Europe, en vue de l’année européenne du patrimoine culturel (2018). 

Nous proposons trois axes réflexifs pour ce numéro thématique : 

1) Quels patrimoines européens ? ou, comment l’intégration des dimensions politiques et européennes à l’élaboration de projets patrimoniaux conduit à repenser et réinventer la notion de « patrimoine commun ». On observera donc avec intérêt certains patrimoines oubliés ou fragilisés et qui, élevés au rang de « patrimoine européen », ont été ré-inventés, tels que les multiples Itinéraires culturels européens sur lesquels de nombreux territoires s’appuient pour renforcer une économie durable et envisager de nouvelles pratiques touristiques. En ce domaine, on s’interrogera sur la spécificité, la pertinence et les atouts (justifiés ou non) des catégories patrimoniales (matériel, naturel, immatériel), leurs glissements et les superpositions d’échelles (local, national, régional, mondial) à partir de l’expression même de « patrimoine européen », sur les plans conceptuels et pratiques, par contraste avec celle de « patrimoine universel » (Unesco), ou avec d’autres labels et réseaux tout aussi convoités comme par exemple Villes et pays d’art et d’histoire. 

2) Patrimoines sans frontières ? On verra ici dans quelle mesure l’espace européen insuffle, fragilise, clive ou renforce les sentiments d’adhésion et d’appartenance des Européens, et notamment des jeunes, dont l’acculturation à la citoyenneté est mise en avant dans la Convention de Faro (2005) à une identité et à un espace culturel communs autour du patrimoine en question. Il s’agira également de questionner la construction mémorielle de l’héritage européen au XXIsiècle : le sens symbolique, culturel, religieux, politique profond que le « patrimoine commun » peut représenter pour les communautés culturelles et patrimoniales. Cet axe interroge la manière dont l’ancrage européen du patrimoine s’articule mais aussi comment il se transforme, circule et entre en parallèle ou en contraste avec les logiques identitaires et d’appartenance locales, régionales et nationales. Il s’agit de comprendre la gestion de l’unicité du patrimoine en question et de la diversité linguistique et culturelle, de la multiplicité des mémoires et des récits qui distinguent chaque territoire dans les processus de patrimonialisation, de transmission et de médiation. On sera ici particulièrement attentif aux pratiques de traduction et de médiation interculturelle. 

3) Expériences et usages des patrimoines culturels en Europe : le troisième axe interroge les lieux d’exposition et de diffusion des richesses patrimoniales européennes mais aussi les comportements et les représentations croisées des acteurs culturels et des publics (touristes, primo-arrivants, minorités, etc.) à l’ère d’un tourisme mondialisé. On se penchera notamment sur les phénomènes d’interprétation de ce patrimoine, c’est-à-dire sur les significations, les  représentations, les valeurs passées et présentes que les visiteurs et les touristes lui attachent. On se demandera si les usages touristiques, patrimoniaux, spirituels, économiques et sociaux que les visiteurs font de cet héritage européen révèlent de nouvelles pratiques, liens et sens avec le patrimoine. 

Ces axes pourront être abordés dans des perspectives comparatives entre différents pays, régions et acteurs, langues et cultures, en évitant les approches purement monographiques et descriptives. 

Bibliographie : 

Babelon J.-P. et Chastel A., La notion de patrimoine, Editions Liana Levi, 1994, 141 p. 

Brianso I., « La Convention de Faro en perspective : analyse éthique du patrimoine culturel pour la société au Kosovo », Revue Alterstice, Vol. 5, n°2, 2015, p. 21-32. 

Conseil de l’Europe., Convention-cadre sur les valeurs du patrimoine culturel pour la société, 2005. 

Fagnoni E., « Patrimoine versus mondialisation ? », Revue Géographique de l’Est [En ligne], vol. 53 / 3-4 | 2013, mis en ligne le 02 juillet 2014, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://rge.revues.org/5048 

Gaillard M., « Les itinéraires culturels du Conseil de l’Europe : entre européanité revendiquée et utopie européenne », Revue Hermès, n°77, 2017/1, p. 71-77. 

Gruson L. « Comment mettre la culture au service de l’accueil des migrants », 2017, p. 170-179, in Hommes et migrations [en ligne]. Disponible sur : URL : http:// hommesmigrations.revues.org/3826 [23.01.2018]. 

Meyer-Bisch P., « La notion de démocratisation au regard des droits culturels », Revue Hermès, n°19, 1996/1, p. 241-264. 

Nowicki J., « Communication interculturelle et construction identitaire européenne », Revue Hermès, n°41, 2005/1, pp. 131-138. 

Rigat F., « L’écrit de médiation à l’épreuve de l’interculturalité », in Scrittura e linguaggi, Viaggi tra parole, interpretazioni, esperienze, L. Balbiani. D. Kluge (dir), Edizioni Nuova cultura, 2017, p. 105-128. 

Merci d’adresser vos propositions d’articles (environ 5000 signes) par courriel au plus tard le 3 avril 2018 à Isabelle Brianso (isabelle.brianso@univ-avignon.fr), Françoise Rigat (f.rigat@univda.it) et Marie-Christine Bordeaux (mc.bordeaux@wanadoo.fr) 

Les résumés comporteront : 

– un titre 

– 5 références bibliographiques 

– ainsi que les noms, adresse électronique, qualité et rattachement institutionnel (Université, laboratoire) de leur auteur.e. 

Calendrier : 

Lancement de l’appel à propositions d’articles : février 2018 

Réception des propositions (résumés) : 17 avril 2018 

Réponses aux auteurs et commande des textes : début mai 2018 

Réception des textes : 1er septembre 2018 

Expertises, réponses définitives aux auteurs et propositions éventuelles de modifications : novembre 2018 

Réception des textes dans leur version définitive : début janvier 2019 4 

Publication : 2019 

Contact : Isabelle Brianso 

isabelle.brianso@univ-avignon.fr 

Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse 

UFR-ip Sciences Humaines et Sociales 

74, rue Louis Pasteur 

84029 Avignon, Cedex 1 

Casier 8 

Françoise Rigat 

f.rigat@univda.it 

Université de la Vallée d’Aoste 

Département des Sciences humaines et sociales 

Strada Cappuccini, 2A 

11100 Aosta, Italie 

Advertisements

Seminar: Patrimoines & patrimonialisation. Rencontres du mois de mars

Dans le cadre du séminaire Patrimoines et patrimonialisation. Les inventions du capital historique XIXe – XXIe siècle, deux séances auront lieu au mois de mars (MSH Paris-Saclay). Ces rencontres sont ouvertes au public.

ENS Paris-Saclay
Salle Reneaudeau
Bâtiment Laplace
16h-19h

Lundi 5 mars. PATRIMONIALISATION, ENJEUX JURIDIQUES ET SOCIO-ÉCONOMIQUES

Line Touzeau, Maître de conférences en Droit public, Université de Reims : Le droit, soutien ou frein à la patrimonialisation ?
Stéphane Olivesi, Professeur en SIC, CHCSC – UVSQ : L’invention des patrimoines vitivinicoles

Lundi 19 mars. PATRIMOINE ET IDENTITÉ

Michel Vergé-Franceschi, Professeur d’histoire moderne, Université François Rabelais – Tours, Pasquale Paoli. Occultation et renaissance d’une figure patrimoniale
Adama Djigo, Historienne, Chercheuse au Centre d’études africaines de Leiden, Patrimoine national et patrimonialisation au Sénégal

Seminar: “Espaces publics de la patrimonialisation” : cycle “Valorisation(s) de la diversité par l’art et le patrimoine”, séance du 8 mars 2018

Séminaire “Espaces publics de la patrimonialisation” porté par les enseignantes du laboratoire MRTE et du Master Développement culturel et Valorisation des patrimoines (DCVP), qui entre dans sa 5e saison, intitulée : Valorisation(s) de la diversité par l’art et le patrimoine. Usages institutionnels, mobilisations militantes”.
 Consacré aux approches des processus de patrimonialisation et des patrimoines en sciences sociales, ce séminaire croise les regards de chercheurs, de professionnels et d’experts français et étrangers du champ patrimonial. Il s’ouvre cette année à de nouveaux domaines comme le théâtre ou l’art contemporain.

La prochaine séance, le 8 mars 2018 (14h-18h), est consacrée aux projets culturels et patrimoniaux incluant les réfugiés, à partir de deux cas français et allemands :

– Salma Jreige, Projektleitung, “Multaka: Treffpunkt Museum – Geflüchtete als Guides in Berliner Museen”, Museum für Islamische Kunst im Pergamonmuseum, Staatliche Museen zu Berlin ; accompagnée de Tony Alarkan

– Sébastien Thiéry, Pôle d’Exploration des Ressources urbaines (PEROU)

Débat avec les invités sur la place des réfugiés dans les sociétés contemporaines à travers la présentation de projets de médiation du patrimoine muséal et de nouvelles formes d’interventions dans l’espace public des métropoles.

Lieu

Maison internationale de la Recherche (MIR), 1 rue Descartes, 95000 Neuville-sur-Oise (plan d’accès joint)

Contact et renseignements

anne.hertzog@u-cergy.frelizabeth.auclair@u-cergy.fr

CFP: journées d’étude “Le numérique : outil d’étude de la valeur patrimoniale !”, Charenton-le-Pont, 31 mai-1er juin 2018

Dans le cadre d’un projet ANR interdisciplinaire “ReSeed” (REtro-conception SémantiquE d’objEts patrimoniaux Digitaux), le département IPCI de l’Ecole Centrale de Nantes (équipe IS3P – laboratoire LS2N / UMR CNRS 6004) lance deux journées d’étude prospectives sur le thème : “Le numérique : outil d’étude de la valeur patrimoniale !”, qui se tiendront les 31 mai et 1er juin 2018 à l’auditorium de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine à Charenton-le-Pont (94).

Le projet ANR ReSeed (REtro-conception SémantiquE d’objEts patrimoniaux Digitaux) rassemble différents partenaires institutionnels, académiques et industriels, dans le but de construire de nouvelles façons de capitaliser, d’analyser et de valoriser notre patrimoine en utilisant les outils numériques tant de la 3D que des bases de données mettant en relation la sémantique des objets.

La récente démocratisation du ‘virtuel’ a permis à de nombreuses équipes de recherche de s’emparer de ces nouveaux outils et également d’engager des démarches en ce sens. Pour autant, des problématiques se posent : Quelle(s) nouvelle(s) méthodologie(s) ? Quel périmètre pour les outils numériques ? Quels formats de données interopérables ? Quels nouveaux métiers ? Comment valider les résultats ?

Définir cette vision du patrimoine numérique de demain est l’objectif de ce projet ANR interdisciplinaire porté par 4 laboratoires CNRS (UMR ou EA), tant au sein d’écoles d’ingénieurs que d’universités, 2 entreprises privées ainsi que le Ministère de la Culture et le Musée des arts et métiers.

Plus d’informations ici : http: //www. reseed. fr

Dans ce cadre, nous souhaitons organiser une rencontre sous la forme de journées d’études sur la thématique de l’utilisation du numérique (modélisation 3D, bases de données…), comme outil d’étude et d’aide à la décision dans l’analyse de la valeur patrimoniale, tant des sites bâtis que des instruments et des machines, entendus comme composants unitaires ou comme systèmes complexes (social, économique, technique, scientifique…).

Ces deux journées d’études permettront de dresser l’état de l’art en France dans ces domaines. Il ne s’agit pas d’établir simple compilation des exemples de recherche en cours mais d’envisager comment, à moyen et long terme, cette problématique scientifique de pérennisation et de transmission de la connaissance technique, scientifique et industrielle requiert une vision prospective sur les outils et méthodes – entre autres ceux issus de l’ingénierie. L’accent sera également mis sur les processus interdisciplinaires – indispensables, et les technologies utilisées par ou développées pour les Humanités Numériques dans le domaine patrimonial et muséologique.

Cet appel à communications est destiné à tous les chercheurs et experts tant issus du patrimoine et de la

muséologie que des sciences du numérique pour venir présenter leurs expériences, échanger et ainsi se mettre en miroir du projet ANR ReSeed.

Envoyer quelques lignes + un titre / email avant le 1 5/2/2018.

Dates : 31 mai – 1 juin 2018

Lieu : Auditorium de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – 94220 Charenton-le-Pont

Gratuité pour les communicants et les auditeurs

Contact : florent. laroche@ls2n. fr

« Le numérique : outil d’étude de la valeur patrimoniale ! »

Journées d’études scientifiques prospectives – 31 /05 & 01 /06/2018 – Paris

L’appel à communications, joint, est ouvert aux enseignants-chercheurs et aux professionnels du patrimoine.

Date-limite d’envoi des contributions
15 avril 2018

Entrée libre aux journées, sur inscription préalable

Conference: “Droit public et patrimoine : le rôle du Conseil d’État”, Paris, 16-17 mars 2018

En partenariat avec l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, ENS Paris Saclay, Université Paris Nanterre, CNRS), les comités d’histoire du Conseil d’Etat et du ministère de la Culture organisent un colloque sur le thème “Droit public et patrimoine : le rôle du Conseil d’Etat”, à Paris, au Conseil d’Etat le 16 mars (9h-16h30) et à l’INHA le 17 mars 2018 (9h30-16h).

La protection du patrimoine, principalement régie par le droit public – le code du patrimoine adopté en 2004 rassemble l’essentiel des dispositifs – est le plus souvent comprise et analysée sous l’angle soit des législations catégorielles (monuments historiques, archives, musées, archéologie), soit du rôle de l’État et de ses bureaux. S’ils sont des acteurs centraux dans le projet de conservation et de transmission du patrimoine culturel, la matière est aussi le fruit d’une co-construction, le lieu d’un dialogue entre le juge, l’administration et le législateur.

Ce colloque a pour objet d’interroger, à partir de la collecte et de l’exploitation des archives du Conseil d’État, sous une double perspective historique et juridique, la contribution du Conseil d’État dans l’édification de ce droit, au travers de sa fonction juridictionnelle – un grand nombre d’arrêts traitent de la question patrimoniale – et dans son rôle de conseiller du gouvernement pour la préparation de projets de loi, d’ordonnance et de certains décrets. Dans la succession des textes depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à la codification, il tient une place particulière dans le processus d’écriture de la loi, versant sans doute moins visible et moins connu de son activité.

Tout en s’intéressant à l’institution mais aussi à l’histoire sociale, aux conseillers d’État qui l’ont marqué de leur empreinte, cette exploration du rôle du juge sera élargie aux expériences étrangères, en particulier le Royaume-Uni et l’Italie.

Programme détaillé

http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Colloques-Seminaires-Conferences/Droit-public-et-patrimoine-Le-role-du-Conseil-d-Etat

Inscription obligatoire (avant le 12 mars 2018)

https://tinyurl.com/y7o9jycv

Publication: Swaantje Güntzel-Octave Debary. HIDDEN BY THE SURFACE. Works about marine debris

Swaantje Güntzel //Octave Debary:

HIDDEN BY THE SURFACE. Works about marine debris

The catalogue HIDDEN BY THE SURFACE is a collaborative project between the German conceptual artist Swaantje Güntzel (*1972) and the French anthropologist Octave Debary, professor at the University of Paris Decartes. Debary has been following Güntzels works for several years and has conducted an interview with the artist in her studio in Hamburg. His essay „Trash or tainted culture“ Le déchet ou l´atteinte de la culture analyses Güntzel´s art practise exploring the essential dichotomy between visual pleasure and disturbing global issues with a focus on the anthropogenic pollution of the oceans and marine debris.

The essay comes in the original FRENCH version and has been translated to ENGLISH and GERMAN. The texts are accompanied by a selection of images illustrating Güntzel´s work.

Swaantje Güntzel: HIDDEN BY THE SURFACE . Works about marine debris

Editor: Swaantje Güntzel, Layout: Stephanie Dünhölter, Contributor: Octave Debary, Translations: Andrew Gallix, Regine Herrmannsdörfer, Nina Gorgus, text essay: English, German, French // text illustrating part: English, German, 98 pages, 30 x 30 cm, ISBN 978-3-00-057799-4, 2017,  22 €

The catalogue can be purchased for 22 €/copy and can be shipped worldwide.

Order your copy by sending an email to: swaguentzel@gmx.de

SAVE THE DATE

The catalogue will be presented at the GOETHE-INSTITUT PARIS on June 19th, 2018, 19.30 o´clock. Swaantje Güntzel and Octave Debary will be present. 

CONTACT: Swaantje Güntzel / mail: swaguentzel@gmx.de / phone: 0049 (0)179 768 24 73

www.swaantje-guentzel.de

Workshop: “Innover pour redécouvrir le patrimoine écrit”, Biblissima/IIIF, Paris, 15 mars 2018

Ci joint le programme détaillé de la journée-événement “Innover pour redécouvrir le patrimoine écrit”, organisée par l’EquipEx “Biblissima” et l’initiative International Image Interoperability Framework (IIIF), le jeudi 15 mars 2018 (10h-17h30) à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord : programme_journee_biblissima_iiif_15_mars_2018

Workshop: 8e journées professionnelles “Conserver et restaurer le patrimoine culturel : des métiers et des pratiques en évolution”, Paris, 29-30 mars 2018

Conserver et restaurer le patrimoine culturel : des métiers et des pratiques en évolution

29 et 30 mars 2018
Auditorium de la Cité de l’architecture & du patrimoine
7, avenue Albert de Mun, 75016 PARIS

Ces journées professionnelles sont organisées par la direction générale des Patrimoines en partenariat avec la Cité de l’architecture et du patrimoine et l’Institut national du patrimoine.

Vous trouverez en pièce jointe l’invitation à ce colloque à partir de laquelle vous pourrez vous inscrire, l’annonce et le programme : Programme8ejournéesprof12fev2018

Workshop: J “Patrimoine Actualités” de l’Ecole de Chaillot, Paris, 20-21 mars 2018

Les prochaines journées professionnelles “Patrimoine Actualités” de l’Ecole de Chaillot, les 20-21 mars 2018, se tiendront à l’auditorium de la Cité de l’architecture et du patrimoine, sur le thème : “Restaurer les édifices de la Première Reconstruction (1919-1938) : approches monumentales et techniques”.

Programme détaillé et conditions d’inscription en pièce jointe : RESTAURER LES ÉDIFICES DE LA 1ÈRE RECONSTRUCTION A5 13 2 2018

 

Seminar: Collections in Circulation Seminar Series

LONDON GROUP OF HISTORICAL GEOGRAPHERS

Seminar Programme, Spring Term 2018

COLLECTIONS IN CIRCULATION

1st May  Sarah Longair (University of Lincoln)
Objects, islands, empire: collecting in the western
Indian Ocean, 1860 – 1930

15th May  Julie Adams (British Museum)
Museum, magic, memory: the curating of Paul MontagueAs previously, the seminars will take place at 5.15pm in Wolfson Room I (NB01), Institute of Historical Research, North Block, Senate House, University of London. For further details, or to have your name added to our e-mail list, please contact one of the convenors.

For supporting this seminar series, we are grateful to AHRC, King’s, Queen Mary, Royal Holloway, Birkbeck, LSE, Open University, UCL, University of Sussex, and the IHR.

Series Convenors: Ruth Craggs (King’s), Felix Driver (Royal Holloway), Innes M. Keighren (Royal Holloway), and Miles Ogborn (Queen Mary).