Monthly Archives: June 2019

Workshop: Les volières au prisme des sciences humaines et sociales

« Les volières au prisme des sciences humaines et sociales »

 

Workshop interdisciplinaire

Paris, 8-9 juillet 2019

 

Organisé par Emmanuel Lurin, Centre André Chastel, emmanuellurin@yahoo.fr

Mélanie Roustan, UMR208 Paloc (IRD-MNHN), melanie.roustan@mnhn.fr

Flaminia Bardati, université de Rome La Sapienza, flaminia.bardati@uniroma1.it

Julien Bondaz, université Lyon 2,  j.bondaz@univ-lyon2.fr

 

Avec la participation de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis,

du Muséum national d’Histoire naturelle,

et le soutien d’OPUS, l’Observatoire des Patrimoines de Sorbonne Université

 

 

Entrée libre et gratuite

 

Ancrées dans le temps long de l’histoire de la domestication et de l’acclimatation animales, déclinées dans une multitude de formes architecturales, les volières, prises comme objet de recherche pluridisciplinaire, ouvrent de nombreuses portes sur les liens, passés et présents, qui unissent les humains à leur environnement, sur leurs représentations de la nature, mais également sur les dynamiques de circulation des êtres vivants, des techniques et des idées, à l’intérieur des sociétés et entre les cultures, incluant les rapports de domination qui les sous-tendent.

Ce workshop parisien s’intéressera en particulier aux imaginaires de la captivité, en partant des oiseaux de chasse, ainsi qu’à la dimension métaphorique des volières, du Moyen Âge au monde contemporain. Il est intégré au programme de recherchePuNaCa « Putting nature in a cage: an interdisciplinary research program on aviaries », soutenu par Sorbonne Université, et fait lien avec le colloque international « Encager le ciel : approches artistiques, historiques et anthropologiques des volières » qui aura lieu en février 2020 à Rome, en coopération avec l’Académie de France à Rome – Villa Médicis[1].

AAC : APPEL À COMMUNICATION | Encager le ciel : approches artistiques, historiques et anthropologiques des volières – Villa Medici

WORKSHOP PARIS 
 
Lundi 8 juillet 2019 : journée d’études

Muséum national d’histoire naturelle, Jardin des Plantes, Amphithéâtre Rouelle, entrée 47 rue cuvier, 75005 Paris, métro Jussieu ou Gare d’Austerlitz

Matin : Chasses, captures et captivités

9h45-10h10 : Accueil et Introduction par Flaminia Bardati, historienne de l’architecture, université de Rome La Sapienza, Emmanuel Lurin, historien de l’art, Sorbonne Université, Centre André Chastel et Mélanie Roustan, anthropologue, Muséum national d’histoire naturelle.

10h10-10h50 : Oiseaux rapaces sous contrôle : la fauconnerie médiévale à la lumière des sources écrites et figurées par Baudouin Van Den Abeele, historien, université de Louvain/FNRS.

10h50-11h30 : Les volières du paradis : volières, élevage et chasse au domaine de Rambouillet (1783-1995) par Raphaël Devred, étudiant M2 Histoire environnementale (UVSQ-Paris-Saclay) et fauconnier (Espace Rambouillet).

11h30-11h50 : Pause café

11h50-12h30 : “Cargaisons ailées” et volières coloniales. Invention, marchandisation et mise en exposition des oiseaux du Sénégal par Julien Bondaz, anthropologue, Université Lumière Lyon 2.

12h30-14h00 : Repas

14h00-15h00 : Visite de la grande volière de la Ménagerie du Jardin des Plantes, en compagnie d’Aude Bourgeois, vétérinaire et éthologue au Muséum national d’histoire naturelle.

Après-midi : Cages, imaginaires exotiques et érotiques

15h00-15h40 : La Midinette, la cage et l’oiseau : représentations féminines au tournant du XXe siècle, par Anne Monjaret, ethnologue, CNRS.

15h40-16h20 : Hommes ou oiseaux en cage : la fortune d’une métaphore à la Renaissance, par Francesca Alberti, historienne de l’art, Académie de France à Rome – Villa Médicis.

Pause

16h30-17h10 : Luxe et luxure : lois somptuaires et volaille sur les tables italiennes de la Renaissance, par Allen Grieco, historien de l’alimentation, Villa I Tatti Florence.

17h10 : Conclusions

Mardi 9 juillet 2019 : Journée de visites

Journée ouverte aux membres du comité scientifique et aux collègues ayant participé à la journée d’études

9h30-12h : Visite du Parc zoologique de Paris (ex zoo de Vincennes), en particulier : volière 1930 (rapaces) et volière 2014 dite « immersive ».

Déjeuner

15h00-16h30 : Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie : présentation d’un choix de pièces (images ornithologiques, peintures chinoises, dessins, etc.) par Corinne Le Bitouzé, directrice-adjointe du département.

16h30-17h30 : réunion de travail avec les conservateurs (chantiers documentaires, possibilités de stages)


[1] Un premier workshop a eu lieu à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, les 4-6 février 2019.

Advertisements

CFP: journées d’étude “Créer et transmettre : la fabrique numérique du patrimoine ! “, Paris, 17-18 octobre 2019

Dans le cadre de l’ANR www.reseed, qui traite de la digitalisation du patrimoine, deux journées d’étude prospectives, sur le thème  « Le numérique : outil d’étude de la valeur patrimoniale ! », ont rassemblé en 2018 près de 100 personnes sur des thématiques interdisciplinaires. Les vidéos des interventions sont accessibles en ligne :  https://reseed.ls2n.fr/fr/productions/journees-detudes/

Deux nouvelles journées d’étude, rassemblant les contributions ouvertes de chercheurs et de professionnels, seront organisées les 17 et 18 octobre 2019 à l’Observatoire de Paris (salle Cassini, Paris XIVe), sur le thème :  « Créer et transmettre : la fabrique numérique du patrimoine ! »

Pour témoigner de votre expérience ou participer comme auditeur-acteur, vous pouvez répondre à l’appel à contributions joint.

Date limite d’envoi des contributions : 8 juillet 2019

Entrée libre pour les communicants et les auditeurs.

Inscription requise sur Eventbrite : https://www.eventbrite.com/e/journees-detudes-2-creer-et-transmettre-la-fabrique-numerique-du-patrimoine-tickets-63372174881

Publication: Politika – Passés Futurs – 1917 en héritages

Le dossier du 5e numéro de Passés Futurs, « 1917 en héritages », est dédié aux commémorations de la Révolution d’octobre. Dès 1927, tandis que des expositions sillonnaient le monde afin de répandre la bonne nouvelle, près d’un millier de délégués étrangers étaient invités à Moscou pour le 10e anniversaire. Et aujourd’hui ? Que fait-on de « 1917 » ?
Les analyses du centenaire en Russie, aux États-Unis, en Ukraine ou dans les pays d’Europe occidentale suscitent une question : l’événement jadis chargé d’une portée universelle serait-il devenu un phénomène historique comme un autre, ancré dans un territoire et un temps spécifiques ? La situation de l’Amérique Latine permet sans doute de nuancer ce diagnostic. Reste, comme le dit l’un de nos interviewés, l’écrivain Davide Orecchio, qu’Octobre n’est peut-être qu’une révolution parmi d’autres : « Celle qui a eu le dessus. Celle qui a pris le pouvoir, puis est devenue mythe et idéologie, technique du parti et de l’État ». Dorénavant dénué de mythologie, quels sens 1917 peut-il encore revêtir pour le présent ?
Dans le premier article qui accompagne ce dossier, Willibald Steinmetz interroge le problème central de la sémantique historique, à savoir le statut de la « réalité » extra-linguistique dans les récits historique. Bianca Maria Dematteis analyse pour sa part les mécanismes argumentatifs par lesquels certaines publications ont revalorisé le fascisme durant les dix premières années de la République Italienne. Trois lectures critiques abordent enfin des représentations artistiques du passé : l’œuvre du plasticien allemand Jochen Gerzi, le roman d’Antonio Scurati sur Mussolini et les monuments récemment consacrés en Colombie aux mémoires du conflit entre le gouvernement et les FARC.
Du défilé savamment organisé de 1927 à l’ombre duquel s’amorce la reprise en main de l’appareil d’État, aux œuvres s’attachant à rendre sensibles la mémoire et l’oubli, en passant par l’historiographie, les expositions ou les transformations en Ukraine du discours politique et savant sur l’histoire à l’occasion des conflits nouveaux, la revue continue d’explorer les usages publics du passé dans leur diversité.

Sabina Loriga

Sommaire
   Bilan d’une commémoration. 
         Alain Blum
   1927 : « Bienvenue au pays de Lénine »
         Jean-François Fayet

   Un passé trop proche ou trop éloigné ? Le centenaire en Russie 
Emilia Koustova 

   La « Journée nationale pour les victimes du communisme » aux Etats-Unis  
Nikolay Koposov

   Célébrer, commémorer et oublier 1917 en Europe de l’Ouest  
Julie Deschepper, Olga Bronnikova, Marija Podzorova

   Retour sur une exposition
         Alain Blum
   En Ukraine : l’Indépendance contre la Révolution ? Entretien avec Roman Podkur 
Emilia Koustova
  Depuis le Sud : la Révolution russe et l’Amérique latine 
       Carlos Miguel Herrera, Omar Acha
   Impossibilité de raconter, nécessité de réécrire. Le contre-chant de Davide Orecchio
       Lisa Ginzburg
   La sémantique historique : problèmes théoriques et pratiques de recherche  
         Willibald Steimetz
   La banalisation du fascisme dans l’après-guerre
         Bianca Maria Dematteis
   Le fascisme en prise directe  
         Maddalena Carli 
   Invoquer et conjurer l’oubli   
         Gaetano Ciarcia

    La fonction de los monuments en la Colombia contemporánea 
         Sebastián Vargas Álvarez

   Compte rendu de Quentin Deluermoz, Pierre Singaravelou, Hacia une historia de los posibles. Analisis contrafactuales y futuros no acontecidos, 2018   
         Martha Rodriguez
Lire le 5e numéro de la revue Passés Futurs

Workshop: “Tango-Flamenco : regards croisés sur deux patrimonialisations au titre du patrimoine culturel immatériel”, Paris, 2 juillet 2019

Journée d’étude Tango – Flamenco : regards croisés sur deux patrimonialisations au titre du PCI”, fixée le 2 juillet prochain sur le site Broca de l’université Paris 1 (21 rue Broca, 5e arr.), organisée par l’EIREST – EA 7337 (université Paris 1 Panthéon Sorbonne) et le département de Géographie et Environnement de l’université de Genève, avec le soutien de l’Agence nationale de la Recherche et du Fonds national suisse de la Recherche scientifique.

Workshop: “Recherche culturelle et Sciences participatives”, Paris, MNHN, 11 juillet 2019

Colloque « Recherche culturelle et Sciences participatives »

Jeudi 11 juillet 2019

Amphithéâtre Verniquet du Muséum national d’Histoire naturelle – Paris

Programme prévisionnel et inscription

Le réseau ParticipArc, coordonné par le Muséum national d’Histoire naturelle, vous invite à la présentation et à la mise en discussion des résultats de l’ « Atelier Recherche culturelle et Sciences participatives ». Le réseau est né en janvier 2018 à la suite de l’Appel à manifestation d’intérêt 2017 du ministère de la Culture et réunit plus de 30 partenaires du monde de la culture et de la recherche.

Programme et inscription gratuite et obligatoire avant le 4 juillet 2019 : https://www.participarc.net/colloque-11-juillet-2019

Dans les recherches du champ culturel, archéologie, linguistique, architecture et urbanisme, musique, médias, création et patrimoine matériel et immatériel, la participation des acteurs de la société civile est foisonnante. Les formes de participation y sont extrêmement diversifiées. De nombreuses questions d’ordre scientifique, mais aussi éthique, juridique, économique, ainsi que technique et institutionnel se posent.

Quelles sont les spécificités de ces recherches en culture ? Comment se construisent-elles entre les chercheurs et la société civile et de quoi est faite leur relation ?

Quels sont les défis pour les chercheurs, les institutions et les politiques publiques ? Ces recherches produisent-elles un lien renouvelé à la culture ?

L’Atelier a permis de co-construire une dynamique de réseau et mettra en perspective les enjeux de la mutualisation des pratiques participatives dans la recherche culturelle et le développement de nouvelles synergies.

A travers ce colloque, les travaux du réseau Particip-Arc se proposent de compléter le rapport Les Sciences participatives en France de 2016, centré sur les sciences participatives dans les domaines scientifiques et technologiques.

Renseignements : anna.echassoux@mnhn.fr

CFP: Association of Critical Heritage Studies 5th Biennial Conference University College London, UK

ACHS 2020: Futures
Association of Critical Heritage Studies 5th Biennial Conference
University College London, UK
26th August-30th August 2020

Organised by the UCL Institute of Archaeology at University College London in association with the Arts and Humanities Research Council (AHRC) Heritage Priority Area.

For more information, please visite the conference’s website: https://achs2020london.com/

The conference’s theme—Futures—invites participants to explore a range of issues, including the future of critical heritage studies; newly emerging concepts, themes and methods for the study of heritage; the future of heritage management, governance and diplomacy; evolving and nascent forms of heritage, and how they might be recognised; heritage as future-making; the “time” of heritage and its relationship with the past, present and future; future impacts of climatological, ecological, economic, political and social change on heritage; future relations of natural and cultural heritage in the light of the recognition of the Anthropocene; and the future of heritage itself.

The UCL Institute of Archaeology is one of the world’s leading international centres of expertise for research and teaching in the fields of Museum Studies, Conservation, Cultural Heritage Studies, and Public Archaeology. The IoA has a long history of promoting Critical Heritage Studies as a field of academic research and teaching and a long association with the ACHS.

We look forward to welcoming you to London in the Summer of 2020.

Rodney Harrison
Professor of Heritage Studies
and AHRC Heritage Priority Area Leadership Fellow,
University College London
ACHS 2020 Conference Chair

Please send any queries to achsconference2020@gmail.com

CFP: JE Loto du patrimoine, 11-12 octobre 2019, Marseille

Appel à communications

 

Journées d’études

Le loto du patrimoine : logiques, acteurs et effets sociaux

11 octobre 2019

École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille

12 octobre 2019

Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille

Argument

 

Le 14 septembre 2018, lors des journées du patrimoine, eut lieu le premier tirage du loto du patrimoine. La seconde édition prévoit un second tirage exceptionnel le 14 juillet et deux jeux à gratter. Le loto du patrimoine fait suite à la création de la mission de Stéphane Bern, journaliste et animateur de média, auprès du Président de la République Emmanuel Macron, pour la sauvegarde du patrimoine français.

L’objectif de cette journée, dans la continuité de l’Observatoire du loto du patrimoine [https://obslopat.hypotheses.org/], est de s’interroger sur les mécanismes du loto du patrimoine et ses effets sociaux. Le mode de financement, le retentissement médiatique, les frictions entre professionnels du patrimoine et les tenants du projet, les modalités de sélection des monuments, le succès populaire de l’appel à candidature et la superposition avec l’incendie de Notre-Dame de Paris constituent un laboratoire exceptionnel et un lieu privilégié d’observation d’un projet patrimonial en train de se faire.

Les sciences sociales qui analysent le fait patrimonial depuis plusieurs décennies fournissent d’ors et déjà de nombreux outils de lecture et de compréhension d’un tel phénomène. Mais l’analyse du loto du patrimoine appelle la mise en place de nouvelles méthodes de description du fait patrimonial, en bouleversant les pratiques disciplinaires liées à des études de cas locaux, des lectures critiques de textes réglementaires ou de biographies sociales d’objets patrimoniaux dans leur contexte.

Quatre axes seront discutés lors de ces journées d’études :

–               « Filiations » examine l’histoire, la généalogie et les antécédents du loto du patrimoine.

–               « Comparaisons » met en perspective l’expérience française avec d’autres contextes nationaux.

–               « Logiques » propose des analyses sur le fonctionnement du loto du patrimoine.

–               « Études de cas » concerne des descriptions suivies des sites choisis par la Mission Bern pour bénéficier d’un soutien.

A travers les différentes communications, il s’agira de croiser les échelles d’observation (internationale, nationale, régionale, locale), les terrains d’enquêtes (associations de sauvegarde du patrimoine, groupes professionnels, journalistes, acteurs du dispositif), les sources documentaires (articles de presse, communiqués officiels, dossiers de candidature, réactions individuelles, discours des concurrents) et les approches disciplinaires.

Cette journée d’étude se veut pluridisciplinaire et s’adresse aux chercheurs spécialistes des usages sociaux du patrimoine, mais également aux acteurs de terrain. Elle est ouverte à différents champs disciplinaires (histoire, anthropologie, sociologie, géographie, architecture) et souhaite engager un débat avec les parties prenantes du processus (ABF, représentants des services déconcentrés de l’Etat, associations).

Comité d’organisation

Jean-Lucien Bonillo, professeur en histoire de l’architecture, ENSA-Marseille, INAMA

Muriel Girard, MCF en SHS, ENSA-Marseille, INAMA

Cyril Isnart, chargé de recherche au CNRS, IDEMEC

Manon Istasse, chargée de recherche, Université Libre de Bruxelles, LAMC

Véronique Mouliné, directrice de recherche, IIAC/Équipe Lahic

Partenariat

Laboratoire INAMA (École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille)

UMR 7307 IDEMEC (Aix Marseille Université – CNRS)

UMR 8177 IIAC/Équipe Lahic (CNRS – EHESS – Ministère de la culture)

Mucem, Département de la recherche et de l’enseignement

Date limite d’envoi des propositions en fichier word comportant nom et prénom, affiliation, titre et résumé de 2000 signes, adressées à Muriel Girard muriel.girard@marseille.archi.fr et Cyril Isnart isnartc@gmail.com avant le 15 juillet 2019. L’organisation prendra en charge les déplacements et le logement des participants extérieurs dans la limite des ressources disponibles. 

Workshop: “Patrimoine et déménagement” (ISP/IDHES) : atelier “Lieux et patrimoine de l’école”, 19 juin 2019

Le 1er atelier de recherche autour des lieux et du patrimoine de l’école, dans le cadre du projet de recherche “Patrimoine et déménagement”, proposé par l’Institut des Sciences sociales du Politique (ENS Paris-Saclay), en partenariat avec l’IDHES et d’autres laboratoires de l’ENS Paris Saclay, se tiendra le 19 juin 2019 (9 h 30 – 17 h 00). Il est coordonné par Michela Barbot, Christian Bessy, Marie Cornu, Volny Fages et Noé Wagener.

Lieu  :
Salle des conférences, Pavillon Desjardins, ENS Paris Saclay
61 bd. du Pt. Wilson
94230 CACHAN

Programme :

Matin – 9h30 Noé WAGENER, professeur de droit public à l’Université de Rouen : La stratification juridique d’un espace commun : ce qui fait patrimoine à l’ENS Paris Saclay ?

Auguste NAIM, Paul BOIRON, Sirine OUSACI, étudiants stagiaires à l’ENS Paris Saclay Le patrimoine scientifique et technique à l’épreuve du déménagement, restitution des travaux d’enquête à partir de plusieurs terrains (LMT, IDHES, patrimoine de l’agrégation not.)

Discussions animées par Volny Fages et Christian Hottin

Anne LEFEBVRE, responsable équipe recherche en design, maitre de conférences en philosophie

Clémentine GOZLAN, Docteure en sociologie. IDHES/ENS Paris Saclay Faire laboratoire en sciences sociales, entre le matériel et l’immatériel

Discussions animées par Michela Barbot et Christian Bessy

Midi trente : déjeuner sur l’herbe

Après-midi – 14h30 – 17h Déambulations sur le site de Cachan et poursuite des discussions en lien avec les contributions du matin, présentations d’extraits de films, de documents et de cartographies du site.

Avec la participation de Marie TRAPE, chargée de médiation culturelle à l’ISP, de Julien AVRIL, de Stéphanie RICARDEAU, élève restauratrice, INP

Workshop: “Landscape & Heritage: Between Nature and Culture”

Workshop “Landscape & Heritage: Between Nature and Culture” is taking place on Friday 07.06. from 14 h at the University of Évora (Vimioso Palace, room 111).
The event is bringing together international speakers from different backgrounds, to ponder how the intricate interplay of nature and culture shapes our understanding of landscape and heritage, and their interconnection.
Programme and speakers’ bio-notes are available at https://www.ueline.uevora.pt/agenda/(item)/27457
Attending the event will be possible via web conference – for details, please contact ntatovic@uevora.pt.

Conference: “Thermalisme et patrimoines dans les zones de montagne en Europe, du XVIIIe au XXIe siècle”, Pau / Eaux-Bonnes, 13-15 juin 2019

Colloque international TCV-PYR/FEDER

« Thermalisme et patrimoines dans les zones de montagne en Europe du XVIIIe au XXIe siècle »

(Pau, 13-15 juin 2019)

13-14 juin 2019 : Université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau (9h00-18h00)

15 juin 2019 :  Visite du site des Eaux-Bonnes (10h30-15h30)

Ce premier colloque international, organisé dans le cadre du programme de recherche FEDER TCV-PYR par les universités de Pau et des Pays de l’Adour, Toulouse Jean-Jaurès et Perpignan Via Domitia, s’intéresse au patrimoine thermal et de villégiature de montagne en Europe du XVIIIe siècle à nos jours.

Le thermalisme contemporain se développe en effet dans les zones de montagne à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les préoccupations thérapeutiques, renouvelées par le vitalisme, se doublent d’un engouement sans précédent pour les spectacles de la nature qui touche alors à l’âme. Ce thermalisme, à la clientèle parfois mondaine s’ouvre aussi aux militaires et aux indigents. Il s’épanouit au XIXe siècle comme le prouve la multiplication de sites à différentes échelles. Après la première guerre mondiale, sous l’action des médecins et dans le but de gagner en crédit dans un contexte de révolution de la médecine clinique et chimique, le thermalisme se réoriente vers une offre plus médicalisée et une clientèle moins fortunée. Ce mouvement est amplifié à partir de 1947 et la progressive généralisation de la prise en charge des cures par les assurances maladies. Mais l’âge d’or est passé, laissant place à une période de crise ces dernières décennies. Pour y répondre, le thermalisme tente de diversifier son offre et de reconquérir une image plus ludique. Entre-temps, dès le début du XXe siècle, est venue se greffer une activité hivernale grâce aux sports d’hiver.
Dans un milieu montagnard contraint (géographie, climat, risques), l’activité thermale a marqué la morphologie urbaine qui a pu prendre des formes originales en comparaison d’autres villes à la même époque. Cependant, l’impression d’unité qui se dégage découle de la rigueur d’organisation dont elles ont fait l’objet, parfois précocement, le plus souvent au prix d’emprunts massifs : ce sont des villes nouvelles bâties autour des thermes et en fonction des paysages alentours. Des paysages qui guident l’urbanisation et que divers aménagements visent à faire fructifier, que l’on songe aux parcs, aux promenades, aux belvédères, aux routes, aux chemins de fer, aux refuges ou encore aux hôtels des voyageurs et plus généralement à l’architecture qui invite à l’évasion. En effet, le phénomène du thermalisme génère une architecture privée et publique qui a ses spécificités locales et régionales mais qui s’insère dans la réception de modèles nationaux voire cosmopolites. C’est sans doute cette organisation précoce mais aussi les solutions trouvées aux problèmes techniques, sociaux, financiers et écologiques posés par le thermalisme et par l’accueil et l’organisation des loisirs des visiteurs, qui font l’originalité des sites thermaux et touristiques et déterminent toujours une part de leur attractivité. Des patrimoines spécifiques ce sont ainsi développés, qui témoignent et participent du changement des interrelations entre les sociétés et leurs environnements.

Ce colloque propose d’étudier les liens entre le développement du thermalisme et l’essor de patrimoines spécifiques qui lui sont liés, du XVIIIe siècle à nos jours, à l’échelle des montagnes européennes, autour de quatre axes spécifiques :

– le patrimoine bâti ;

– le patrimoine culturel immatériel ;

– l’impact de la villégiature thermale sur l’aménagement des montagnes ;

– la transformation des paysages et la valorisation de ce patrimoine thermal.

Programme détaillé :

https://recherche.univ-pau.fr/fr/productions-scientifiques/colloques/colloques-2019-2/colloquethermalismepatrimoines.html

Contacts :

item @ univ-pau.fr

secretariat-item@univ-pau.fr