Category Archives: Workshop

Workshop: “Quel droit au patrimoine (des autres) ?”, Paris, Musée de l’Homme, 13 mai 2019

Paris, Musée de l’Homme, lundi 13 mai 2019
Auditorium, 18h – 21h
Saison EN DROITS ! au Musée de l’Homme
 
Quel droit au patrimoine (des autres) ?
 
Projection/débat autour du film « L’Afrique collectionnée »
 
Dans le cadre de sa saison En Droits ! et à l’occasion de la célébration des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le Musée de l’Homme, en partenariat avec l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP), propose d’investir la question du droit au patrimoine. Alors que l’article 27 de la Déclaration universelle des droits de l’homme offre à chacun « le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent », quelle est la nature et la portée de ce droit culturel dans les processus d’appropriation ou de réappropriation du patrimoine culturel ? A partir de la projection du film de Christian Lajoumard L’Afrique collectionnée, un débat sur le droit au patrimoine, sur ses figures juridiques et ses multiples représentations, réunira Geneviève Koubi, professeur de droit public, Isabelle Schulte-Tenckhoff, anthropologue et Jean-Louis Sagot-Duvauroux, philosophe.
17h45 – Accueil du public & Présentation de la soirée par André Delpuech, directeur du Musée de l’Homme & Vincent Négri, chercheur à l’ISP
18h – Projection publique du film L’Afrique collectionnée de Christian Lajoumard, en présence du réalisateur
19h – Débat public avec Geneviève Koubi, professeure de droit public (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis), Isabelle Schulte-Tenckhoff, professeure émérite d’anthropologie (IHEID, Genève), professeure associée à McGill University (Montréal), Jean-Louis Sagot-Duvauroux, philosophe.



Advertisements

Workshop: Agenda scientifique 2019

Agenda scientifique du Centre de recherche HiCSA pour l’année 2019.

http://hicsa.univ-paris1.fr/page.php?r=3&id=999&lang=fr

Conference: “The algorithmic past: The third way of memory”, POEM public lecture by Prof Dr Andrew Hoskins (26th March 2019)

Next session of the POEM public lecture series hosted by the H2020 Innovative Training Network Participatory Memory Practices (POEM) at the University of Glasgow.

Tue 26th March 2019 | 09:30-10:30 am

Location: Kelvin Hall Lecture Theatre, University of Glasgow, U.K.

The algorithmic past: The third way of memory
POEM public lecture by Prof Dr Andrew Hoskins (Glasgow University)
https://www.poem-horizon.eu/public-talk-the-algorithmic-past-the-third-way-of-memory/

About this event

A paradoxically connected but atomised media ecology, the living archive of social media – a constantly evolving record of the everyday – defies traditional categories and certainties of media provenance, ownership, duration and decay.

User-generated needs and the embrace of the digital values of openness appear to liberate archives from the bounds of space and from organisations and elites, and yet the past is also caught up in the algorithmic narrowing of information, knowledge, and life. The haste for the former (the digitization of everything) seems at the expense of the latter (comprehension of the risks related to ownership, use, access, costs and finitude of digital data).

This presentation asks what are the prospects for human remembering and forgetting under these conditions. To this end, I explore the long implicit binary or separation between accounts of roughly human (cognitive) and exteriorised (social, cultural, collective) memory. The former (in the head) is seen as mostly active, whereas the latter (in the wild) never ‘did anything to itself’ in that it was seen as reliant on human agents to make it active. I ask: do algorithms and so-called artificial intelligence (AI) offer memory a ‘third way’, beyond its established domains (in the head, and in the wild)?

Kind regards,

Samantha Lutz

—————————————————————————
[up-uhh-logo-u-2010-u-email]
Samantha Lutz, M.A.
University of Hamburg
Faculty of Humanities
Institute of European Ethnology/Cultural Anthropology
POEM Project Management
Grindelallee 46
20146 Hamburg, Germany
Room: 201
+49 40 42838-9940 (phone, Mon, Tue, Thu, Fri)
+49 40 42838-6346 (fax)
samantha.lutz@uni-hamburg.de<mailto:samantha.lutz@uni-hamburg.de>
https://www.poem-horizon.eu<https://www.poem-horizon.eu/>
Twitter: poem_h2020
Instagram: poem_h2020

*This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Sklodowska-Curie grant agreement No. 764859.

Workshop: Culture, Space and Memory Research Group – The Keyword Conversations series

THE KEYWORD CONVERSATIONS | Culture, Space and Memory Research Group |
Department of Communication and Media | University of Liverpool*

//

THE//KEYWORD CONVERSATIONS/will involve 4 or 5 speakers in a
round-table-style setting, each presenting a 10 minute position paper
that addresses, however obliquely or tenuously, ideas that will feed
discussion pertaining to, after Raymond Williams, a given Keyword.
Contributions can be something that engages with the Keyword head-on, or
can be linked to work-in-progress that productively speaks to it in some
way, or something deliberately provocative, or any other idea or
research-led intervention. The brief for each event should ideally
remain as un-prescriptive as possible, keeping things wide-ranging and
eclectic and, in particular, allowing specific concepts and ideas to be
interrogated from an interdisciplinary and multidisciplinary perspective.///

https://www.liverpool.ac.uk/communication-and-media/events/keyword-conversations/
*

*_SEASON 1 KEYWORDS_**: /CULTURE / SPACE / MEMORY/

*1.**CULTURE – Friday 22 March 2019 – 5-7pm, School of the Arts Library*

·Dr Jordana Blejmar (Communications & Media): /Cultural studies and
cultural memory in Latin America/

·Dr Beatriz Garcia (Institute of Cultural Capital/Communications &
Media): /Culture and one-off city events: What is meant by ‘culture’ in
Cities of Culture event narratives?/

·Dr Alyssa Grossman (Communications & Media): /Experiments in visual
anthropology/

·Dr Wallis Motta (Communications & Media): /Money as culture and media/

·Dr Les Roberts (Communications & Media): /Culture takes root in the
‘home village of the self’/

·CHAIR: Dr Paul Jones (Sociology)

**

*2.**SPACE – Wednesday 1 May 2019 – 5-7pm, Taylor Room, Sydney Jones
Library.*

·Dr Julian Ferraro (English): /As west and east in all flat maps . . ./

·Dr Marco Iuliano (Architecture): /The space of the image/

·Dr Paul Jones (Sociology): /I need some space/

·Dr Les Roberts (Communications & Media): /In search of the north-west
passage/

·Dr Morag Rose (Geography): /More than pedestrian: why pavements matter/

·CHAIR: tbc

3.*MEMORY*– *Monday 17 and Tuesday 18 June 2019, University of
Liverpool, London Campus.*

**

The third Keywords event will form part of a two-day workshop to be held
in London – see details below.

**

*DIGITAL MEMORIES: ART, ARCHIVES AND ACTIVISM*

17 and 18 June 2019

London Campus, University of Liverpool

33 Finsbury Square, London EC2A 1AG

**

Organisers: Culture, Space, and Memory Research Group (Communication &
Media, University of Liverpool) and ERC-funded project “We are all
Ayotzinapa: The role of Digital Media in the Shaping of
Transnational Memories on Disappearance” (KU Leuven)

The workshop aims to explore the reconfiguration of cultural memory
under the impact of the digital turn. We are interested in grasping
memory’s entanglement with artistic, activist and archival forces in
a digital ecology. Questions that we would like to address in the
workshop include:

·How do digital technologies contribute to, or trigger, new forms of
political and artistic activism?

·How can we conceptualise the distinction between ‘collective’ and
‘connective’ memory?

·How issue-based politics and the personalization of engagement that are
characteristic of digital activism affect the shaping of collective memory?

·What are the new digital (transnational, interactive, connected)
communities of memory? What is the role of affect in constituting
networked communities?

·How is the notion of the ‘archive’ reconfigured under the impact
of digital media? What kinds of ‘rogue archives’ are produced and
socialised by artists and activists after the connective turn?

·What are the political and aesthetic challenges of outsourcing memory
to digital infrastructures?

·Do different platforms provide distinct affordances for the
construction of memory, or should we rather focus on genres of content
and memory objects that migrate across platforms, making the distinction
useless?

·What concepts, ideas, debates contribute to make sense of memory
practices that are distributed between non-human/post-human and human
agents?

We would like to discuss these and other related questions from both
theoretical and methodological perspectives, concentrating on the
challenges posed by digital media to memory studies.

Guest speakers include: Dr. Joanne Garde-Hansen (Warwick), Dr. Red
Chidgey (King’s College), Prof. Ana Longoni (Museo Reina Sofía/CONICET),
Prof. Claire Taylor (Liverprool), Prof. Mette Mortensen (Copenhagen),
Dr. Martin Pogačar (Slovenian Academy of Sciences and Art), Prof. Andrew
Hoskins (Glasgow), Prof. Wulf Kansteiner (Aaharus), Prof. Wolfgang Ernst
(Humboldt University), Prof. Annette Kuhn (Queen Mary), Dr. Zoe Alker
(Liverpool).

Registration will open soon. Please send enquiries about the workshop to
Dr. Jordana Blejmar (jblejmar@liverpool.ac.uk)

Les Roberts (Dr)

Senior Lecturer in Cultural and Media Studies

Department of Communication and Media

School of the Arts

19 Abercromby Square

University of Liverpool

Liverpool. L69 7ZG. UK

tel: +44 151 794 3102

New book: /Spatial Anthropology: Excursions in Liminal Space/
<https://www.rowmaninternational.com/book/spatial_anthropology/3-156-debf2849-7e0a-435b-85fd-5e67a047631a>//

www.liminoids.com/ <http://www.liminoids.com/>

www.liv.ac.uk/communication-and-media/staff/les-roberts/
<http://www.liv.ac.uk/communication-and-media/staff/les-roberts/>

Worshop: “Pays, paysans, paysages”, Rendez-vous du Patrimoine vivant, Pouzauges, 11 avril 2019

Les Rendez-vous du Patrimoine vivant / “Pays, paysans, paysages” auront lieu à Pouzauges (Vendée) (salle de l’Echiquier), le jeudi 11 avril 2019.

Les Rendez-vous du Patrimoine vivant (https://memoires-entrelacees.fr/) ont pour but de sensibiliser, d’échanger et de partager sur la richesse du patrimoine culturel immatériel, à travers les réflexions et les expériences de ceux qui s’investissent dans sa préservation et sa transmission, en Pays de la Loire, comme dans l’hexagone et en outre-mer.

La journée du 11 avril veut faire découvrir les pratiques traditionnelles relatives à la gestion des paysages et des communs en zone agricole, forestière ou habitée. Elle réunira des acteurs concernés par la problématique de la place des paysages traditionnels et des communs dans les territoires, par les processus de recréation de ces espaces et par la transmission des savoir-faire liés à leur gestion et à leur valorisation. Organisée en tables rondes et visites de terrain, la rencontre s’inscrit dans un contexte de questionnements croissants sur les intérêts et les enjeux du paysage autour des pratiques issues de la tradition, réintroduites ou recrées.

Programme en ligne : https://memoires-entrelacees.fr/programme-2018-2019/pays-paysans-paysages/

Inscriptions avant le 31 mars 2019 :

    * par téléphone à l’OPCI-EthnoDoc : 02 28 11 42 51

    * par courriel : contact@opci-ethnodoc.fr

    * en ligne :  https://www.helloasso.com/associations/opci-ethnodoc/evenements/les-rdv-du-patrimoine-vivant-pays-paysans-paysages

Workshop: “Plus vif que mort ! L’animal en patrimoine”, Paris, 16 avril 2019

Respatrimoni Network

sam. 2 mars 18:32 (il y a 19 heures)

À respatrimoni Se désabonner
Journée d’étude des élèves-conservateurs de l’INP : “Plus vif que mort ! L’animal en patrimoine” (Paris, musée de la Chasse et de la Nature, 16 avril 2019).

Si les animaux habitent l’imaginaire des hommes, ils peuplent également les institutions culturelles, tantôt considérés comme des créatures « nuisibles », tantôt valorisés comme objets de collection ou supports de création artistique. La présence d’animaux vivants dans le cadre de lieux patrimoniaux a souvent été approchée sous l’angle unique de la nuisance, et ce au détriment d’une analyse plus vaste de leur cohabitation avec les visiteurs et les professionnels du patrimoine. De cette rencontre entre le naturel et le culturel, entre le vivant et le patrimonial, naît une relation complexe qui pose de nombreuses questions pratiques, éthiques et philosophiques.
Quelle est la place de l’animal vivant dans ce contexte et son rôle dans l’évolution des politiques culturelles ? Comment les pratiques professionnelles de conservation et d’exposition intègrent-elles sa présence, voire en tirent profit ? Ces questionnements invitent à envisager de nouvelles formes d’interactions avec l’animal.
En dépassant le simple rapport d’éradication ou de valorisation touristique et génétique, il s’agira de s’intéresser à la relation quasi symbiotique qui lie l’homme à l’animal au sein d’espaces patrimoniaux perçus comme autant d’écosystèmes vivants.

Programme détaillé : https://www.chassenature.org/plus-vif-que-mort/

Inscription gratuite, mais obligatoire, avant le 5 avril 2019 (nombre de places limitées à 50, du fait de la capacité de l’auditorium du musée).

Workshop: “Quel rôle pour les communautés dans la gestion du patrimoine ?”, Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 4 avril 2019

Journée d’étude : Quel rôle pour les communautés dans la gestion du patrimoine ?

Jeudi 4 avril 2019, auditorium de la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, 11 rue du Séminaire de Conflans – 94220 Charenton-le-Pont

9h-18h

Le ministère de la Culture, le ministère en charge de la Recherche, l’Agence nationale de la recherche et la Fondation des Sciences du Patrimoine organisent le 4 avril 2019 une journée thématique dans le cadre de leur participation à l’Initiative de Programmation Conjointe sur le patrimoine culturel (JPI-CH). La coordination de cette Initiative européenne est assurée, depuis novembre 2018, par le ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines).

Cette journée a pour thème « Quel rôle pour les communautés dans la gestion du patrimoine ?». Cette question des communautés sera abordée à des échelles différentes, en identifiant les types de communautés engagées, tout en décrivant un large éventail de stratégies élaborées pour assurer leur implication, participation et collaboration à la gestion du patrimoine culturel. Il s’agira, à travers trois sessions, d’examiner comment ces communautés assurent la participation des citoyens à la gestion du patrimoine culturel à travers la construction et le partage des savoirs.

Cette journée a pour objectifs de faire mieux connaître les recherches européennes financées par la JPI-CH, de faciliter les synergies avec des projets français, et d’identifier, suite aux débats, des thématiques orphelines qui pourraient faire l’objet d’appels à projets conjoints, ou de réponses coordonnées aux appels à projets européens, notamment dans le cadre du futur programme Horizon Europe.

Programme provisoire:

http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Connaissance-des-patrimoines/Actualites/Quel-role-pour-les-communautes-dans-la-gestion-du-patrimoine

Inscription gratuite mais obligatoire  (places limitées) :

http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Connaissance-des-patrimoines/Quel-role-pour-les-communautes-dans-la-gestion-du-patrimoine

Workshop: Rendez-vous du Patrimoine vivant 2019 en Pays de la Loire : “Culture maritime. Révéler et faire vivre la culture des gens de mer et de rivière”, Les Sables d’Olonne, 1er mars 2019

“CULTURE MARITIMERévéler et faire vivre la culture des gens de mer et de rivière” est la thématique des prochains Rendez-vous du Patrimoine vivant en Pays de la Loire, qui se tiendront le vendredi 1er mars 2019 aux Sables d’Olonne (complexe culturel Le Havre d’Olonne, salle de la Licorne, 71 rue du 8-Mai 1945).

__________________________________________________

Depuis l’apparition de la notion de « patrimoine maritime » voilà quarante ans, le monde culturel des gens de mer et de rivière, qui avait été oublié des Français, a été remis à l’honneur. Cette redécouverte a entraîné la création de nouvelles activités pour les populations littorales, liées à la construction navale, à la navigation, au patrimoine oral. En hexagone, en outre-mer et autour des « Sept Mers du monde », des acteurs participent à ces développements. Comme le rappelle Bernard Cadoret dans le n° 300 du “Chasse-Marée” de décembre 2018, au-delà d’un riche patrimoine, on voit l’essor d’une « culture maritime, vivante et enthousiasmante (…) qui passe par les musées, les livres et les revues, la recherche, mais [qui] s’exprime surtout en naviguant, en construisant des bateaux, en faisant la fête, en partageant des gestes et des pratiques ».

La journée du 1er mars permettra de découvrir des expériences exemplaires, ayant permis de révéler et de transmettre des pans du patrimoine des gens de mer, et d’échanger sur la manière dont on peut organiser la mise en valeur pérenne de ces savoirs et de ces savoir-faire, en mettant en place des outils de découverte, de transmission et d’accompagnement de projets culturels maritimes.

Donner rendez-vous à ceux qui œuvrent pour que vive et se transmette le patrimoine culturel immatériel, partager des expériences pouvant servir de référence afin de construire le patrimoine culturel immatériel de demain : voilà l’objectif des journées thématiques organisées dans le cadre des Rendez-vous du Patrimoine vivant, avec les acteurs œuvrant en Pays de la Loire et au-delà, pour faire vivre le patrimoine culturel immatériel.

Conçus, initiés et portés par l’Office du patrimoine culturel immatériel (OPCI), les Rendez-vous du Patrimoine vivant, dont la première édition a eu lieu en 2014, sont co-organisés par l’OPCI et par les acteurs concernés par les thématiques traitées, en partenariat avec la Région Pays-de-la-Loire, les villes accueillant les journées et d’autres partenaires.

Informations complémentaires et inscriptions en ligne :

https://memoires-entrelacees.fr/

ou à l’OPCI : 02 28 11 42 51, contact@opci-ethnodoc.fr

Workshop: Inventaire participatif du PCI en Pays Centre Ouest Bretagne : restitution publique de la 2e phase, Rostrenen, 8 mars 2019

Inventaire participatif du patrimoine culturel immatériel en Pays Centre Ouest Bretagne 
Depuis décembre 2015, un inventaire participatif du patrimoine culturel immatériel en Centre Bretagne a été lancé par l’association Bretagne Culture Diversité, en partenariat avec le Pays du Centre-Ouest Bretagne.

En 2016/2017, une première étape avait permis de rencontrer plus de 150 personnes représentant le Pays dans sa diversité qui sont venues témoigner, échanger et partager ce qui pour elles, fait partie de leur culture populaire et qu’il importe de sauvegarder et de diffuser.

Le chant, les jeux et sports traditionnels, la langue bretonne, les festoù-noz ou encore les pardons… autant d’éléments évoqués qui ont fait l’objet, en 2017/2018, d’enquêtes et d’entretiens auprès de personnes qui les font vivre au quotidien.

Aussi, pour vous présenter ces différents états des lieux, nous vous invitons à venir assister à la restitution publique de cette deuxième phase le vendredi 08 mars prochain, à Rostrenen, à la cité administrative, à partir de 18 heures. Vous trouverez l’invitation [ici].

Cette restitution sera l’occasion d’échanger ensemble sur l’avenir de ces pratiques et des actions qui peuvent être menées pour que celles-ci restent vivantes.

En espérant chaleureusement vous y voir nombreuses et nombreux, nous restons à votre disposition pour toute information.

Charles Quimbert, directeur de Bretagne Culture Diversité
Julie Léonard, responsable de l’inventaire du PCI

BCD/Sevenadurioù : 02.97.35.48.77

BRETAGNE CULTURE DIVERSITE
3, BOULEVARD COSMAO DUMANOIR
56100 LORIENT

Contactez l’expéditeur : contact@bcdiv.org

Workshop: Musées et patrimoines au Brésil. Expériences communautaires et insurgentes, 12 mars 12, Dijon

Musées et patrimoines au Brésil
Expériences communautaires et insurgentes

Journée d’étude organisée par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 CNRS-uB)
(http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/18_19/19_03_12.html)

12 mars 2019
MSH de Dijon (Forum des savoirs)

Face à la dramatique actualité politique brésilienne, aux conséquences sociales, écologiques et culturelles aujourd’hui incalculables, il n’est pas inutile de souligner la singularité et la richesse des expérimentations en muséologie et patrimoine qui s’y déroulent depuis la fin des années 1980. Hugues de Varine n’a-t-il pas avancé que le Brésil « est un des leaders de la nouvelle muséologie ». Alors même que la France a tourné le dos depuis longtemps à ce courant novateur, né dans les années soixante de la critique radicale du musée européen, bourgeois, centré sur la collection et les beaux-arts, le mouvement muséologique brésilien a généré des formes originales et plurielles, musées communautaires, indigènes, de rue, de favelas…, visant le changement social et développant une fonction politique d’encapacitation des personnes et des collectifs.

À cette première différence de taille entre France et Brésil s’en ajoute une seconde qui tient au lien étroit entre musée et patrimoine pensé par la muséologie sociale, quand des partages divers – mobilier/immobilier, matériel/immatériel –, aux effets neutralisant, différencient les institutions françaises et formatent les approches. Peut-être est-il alors possible d’avancer un troisième contraste, relatif alors au poids des institutions patrimoniales au regard de leur ancienneté et de la force des traditions qu’elles ont instaurées : la « jeunesse » des institutions brésiliennes favorisant une plus grande labilité de la notion de patrimoine, son appropriation et l’émergence de pratiques « insurgentes » (Castriota).

Cette journée donnera lieu à la présentation de situations singulières qui permettront de faire valoir la singularité des approches et pratiques brésiliennes. Effet direct d’une « mobilité sortante » soutenue par la Région de Bourgogne-Franche-Comté, elle est une première concrétisation d’un partenariat entre l’université de Bourgogne et l’université fédérale de Pelotas (RS) et constitue l’amorce d’un réseau de recherche unissant le Centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne), le Programme d’études supérieures en mémoires sociales et patrimoine (Université Fédérale de Pelotas), le Programme de Post-Graduation en environnement bâti et patrimoine soutenable (Université Fédérale du Minas Gerais), et l’université Fédérale de Goias (Bacharelado en Muséologie et Programme de Post-graduation en Anthropologie Sociale).

PROGRAMME

10h-10h15

Jean-Louis Tornatore (uB, CGC)
Ouverture

 

Matin : 10h15-12h30

Modérateur : Alain Chenevez (uB, CGC)

Manuelina Duarte (Université de Liège et l’Université Fédérale de Goiás, Brésil)
Muséologie sociale au Brésil: origines, politiques publiques et expériences

Influencé par la Nouvelle Muséologie française mais aussi enracinée dans les singularités brésiliennes et surtout nourrie de la pensée de Paulo Freire, la Muséologie sociale au Brésil a eu des moments-clés : la 1er Rencontre Internationale des Ecomusées à Rio de Janeiro (1992), la création du Programme Points de Mémoire par l’Institut Brésilien des Musées (2009). Notre conférence va présenter cette trajectoire, caractériser la politique publique mentionnée et montrer quelques expériences concrètes.

Maria Leticia Mazzucchi Ferreira (Université fédérale de Pelotas, RS, Brésil)
Le programme Points de Mémoire: un essai sur la participation populaire?

Le programme Points de Mémoire a été mis en place au Brésil sous le gouvernement du PT et était lié aux ministères de la Justice et de la Culture. L’idée de la mémoire était directement articulée aux processus d’identité et de réparation symbolique des groupes socialement exclus. Parmi les diverses expériences créditées en tant que « Points de mémoire », on peut citer les soi-disant « musées communautaires ». On voudrait pointer ici les problèmes et avancées de cette politique mémoriale dans le pays.

14h-17h

Modératrice : Yannick Sencébé (AgroSup Dijon, CAESER)

Hugues de Varine
L’inculturation dans la muséologie brésilienne

À côté d’un ensemble de mouvements innovants plutôt inclusifs que l’on peut attribuer à une « Nouvelle muséologie » brésilienne (éducation patrimoniale, travail sur la mémoire, écomusées, musées communautaires et de territoires), je note l’apparition de formes, de réseaux et de personnalités qui marquent l’invention de muséologies propres à certaines populations qui utilisent le musée comme outil de luttes politiques, sociales, culturelles, économiques, au sein de la société brésilienne. Trois domaines sont particulièrement exemplaires par leurs objectifs et leurs méthodes: la muséologie indigène, la muséologie afro-brésilienne, la muséologie LGBT. On assiste là à des phénomènes qui sont nés depuis les années 1990 et qui sont d’une particulière actualité dans le nouveau contexte politique. On peut parler d’une “inculturation”, en réaction à des formes d’oppression.

Leonardo Castriota (Université fédérale du Minas Gerais, Brésil)
Patrimoines insurgents. Esthétisation et résistance culturelle dans le Brésil contemporain

Ces dernières années, se sont multipliées dans des villes brésiliennes des initiatives « d’action directe » visant l’occupation et la réutilisation de sites et édifices publics, ayant une valeur patrimoniale, dans une critique – plus ou moins claire – de la représentativité du pouvoir constitué ou même des instances formelles de participation, tels que les conseils du patrimoine, qui se sont inscrits dans la lutte pour la re-démocratisation du pays depuis les années 1970. On proposera des éléments de problématisation de cette perspective « insurgente » dans le domaine du patrimoine, occupation de rues, de places et d’édifices abandonné ou inutilisés du Brésil, remettant en question le droit à la ville et à la mémoire.

Jean-Louis Tornatore
Conclusion. Perspectives : insurgences, contre-hégémonie

On voudrait proposer une mise en contraste des situations brésiliennes et françaises. Le développement remarquable, ici, de la muséologie sociale et d’une expression insurgente des attachements patrimoniaux doit être mesuré à l’éventualité d’écrire, là, un scénario contre-hégémonique du patrimoine. Au croisement de l’une et de l’autre, est interrogée la possibilité de « retourner » les institutions muséales et patrimoniales, et, partant, leur capacité de transformation sociale et de résistance aux hégémonies politico-économiques.

Les intervenant.e.s :

Manuelina Duarte est professeure de muséologie à l’Université de Liège (Belgique) et professeure au Programme de Post-Graduation (master/doctorat) en Anthropologie Sociale de l’Université Fédérale de Goiás au Brésil. Elle a été Directrice du Département des Processus Muséaux de l’Institut Brésilien des Musées (IBRAM) de 2015 à 2016.

Maria Leticia Mazzucchi Ferreira est professeure à l’Université Fédérale de Pelotas et chercheuse au Programme de Master et Doctorat en Mémoire Sociale et Patrimoine Cultural et au Conseil National de Recherche Scientifique, CNPq. Elle mène des recherches sur les musées de la mémoire et du patrimoine dans les lieux de souffrance.

Hugues de Varine est ancien directeur de l’ICOM. Il est un acteur et un observateur des écomusées et de la muséologie sociale. Il a publié notamment La culture des autres (Le Seuil, 1976), Les racines du futur (Asdic, 2002), L’écomusée singulier et pluriel (Paris, L’Harmattan, 2017).

Leonardo Castriota est professeur à l’École d’architecture de l’Université Fédérale du Minas Gerais et coordonnateur adjoint du Programme de Post-Graduation en environnement bâti et patrimoine soutenable. Il conduit actuellement des recherches sur les patrimoines insurgents

Jean-Louis Tornatore est anthropologue, professeur au Département Institut Diderot de l’Université de Bourgogne et directeur du Centre Georges Chevrier (UMR 7366 CNRS-uB). Il travaille actuellement sur les possibilités de développer un scénario contre-hégémonique du patrimoine.