Category Archives: Workshop

Workshop: L’ART URBAIN UN NOUVEL ENJEU POUR LE PATRIMOINE – formation les 12-13-14 décembre

12-13-14 décembre à l’Inp

L’ART URBAIN

(RE)CONNAISSANCE, VALORISATION ET PRISE EN COMPTE PATRIMONIALE

Une première en France !

La question de l’art urbain fait l’actualité durant 3 journées de formation pratique à l’Institut national du patrimoine.

Ce mouvement artistique contemporain intéresse à la fois le champ de l’ethnologie, celui de la sociologie et de l’histoire de l’art, et pose la question du dialogue avec les institutions patrimoniales. C’est une des raisons pour laquelle l’Inp a choisi de proposer une formation dédiée à ce courant qui fait l’objet, en Europe, de niveaux de reconnaissance différents selon les pays, alors que la France est la première à avoir mis en œuvre un plan d’accompagnement de l’art urbain au sein du ministère de la Culture.

Les trois journées organisées à Paris s’articuleront autour de cinq thèmes : la patrimonialisation des œuvres, la muséographie de l’art urbain, la question de la conservation et de la restauration des productions, leur documentation, le droit applicable aux œuvres de « street art ».

Pensée sur un axe international, cette rencontre rassemblera des artistes, des conservateurs d’outre-atlantique et de différents pays d’Europe, des chercheurs, des galeristes, mais aussi des avocats spécialistes de la législation dans ce domaine si particulier. Les échanges d’expériences permettront de voir se dessiner une méthodologie et les outils nécessaires à l’intégration facilitée de l’art urbain dans leurs pratiques professionnelles.

 

Voir le programme et tous les détails pour votre inscription

http://www.inp.fr/Actualites/L-ART-URBAIN-re-connaissance-valorisation-et-prise-en-compte-a-l-echelle-europeenne

Plus d’information auprès de  Muriel  Marcellesi, chargée d’organisation au 01 44 41 16 52  muriel.marcellesi@inp.fr

Advertisements

Workshop: Tristes Trophées. S’approprier, exposer et restituer objets et restes humains des conquêtes coloniales (de la du fin du XIXe siècle à nos jours) » 5 septembre 2018, Paris

Journée d’étude

 « Tristes Trophées. S’approprier, exposer et restituer objets et restes humains des conquêtes coloniales (de la du fin du XIXe siècle à nos jours) »

5 septembre 2018, Paris

PARIS NANTERRE UNIVERSITÉ
BÂTIMENT MAX WEBER
5 SEPTEMBRE 2018
9H – 1 8H

ORGANISATION :

Daniel Foliard (Paris Ouest Nanterre)
Lancelot Arzel (Centre d’Histoire de Sciences Po.)
Contact: dfoliard@parisnanterre.fr

Les grands musées européens conservent pour la plupart des traces de pratiques de collecte de restes humains et de trophées de tous ordres opérée durant la période coloniale. Le phénomène, très répandu lors des guerres de conquête coloniale et des pacifications , de constitution de butins d’objets à forte portée symbolique pour les populations locales, voire de prélèvement de têtes humaines à des fins de recherche anthropologique ou de profanation, a suscité le développement de recherches de plus en plus dynamiques. La collecte de ces objets et de ces trophées n’a pas obéi aux mêmes logiques. Certains furent avant tout des trophées de guerre, enlevés dans la violence du combat, d’autres furent négociés dans un processus moins unilatéral. Les interventions mettront en valeur cette diversité des pratiques. C’est aussi le lien entre chasse et violence coloniale, qui explique en partie certaines de ces pratiques, qui a lui aussi attiré l’attention des historiens et qui sera examiné. Cette journée d’études analysera ces collectes telles qu’elles furent pratiquées par les Empires coloniaux dans la phase la plus rapide et la plus violente de leur expansion, de la fin du XIXème siècle à la Première Guerre mondiale, en Afrique, en Asie et en Océanie. Elle mettra en valeur non seulement la prise puis la circulation de ces prises de guerre et de ces objets négociés mais aussi leur vie sociale en métropole. La question des objets ethnographiques se pose d’ailleurs de façon plus vive à mesure que certains Etats demandent de plus en plus distinctement le retour de certaines œuvres prises par les Européens à l’occasion d’expéditions. Les trophées coloniaux sont un héritage lourd d’enjeux de mémoire, et parfois d’oubli, comme le démontre parfois leur traitement muséologique dans les grandes institutions européennes. Cette journée vise à analyser la diversité de ces rituels au cœur de la période d’expansion de l’influence européenne et de comparer les expériences de différents Empires. Elle entamera par ailleurs une réflexion sur la question des restitutions et les enjeux liés à la mise en relief de ces formes de violence coloniale à travers le regard de spécialistes venus de différents horizons.

Most major ethnographic museums in Europe hold objects that can be traced back to the wars of conquest and “pacification” of the late 19th and early 20th centuries, during what was one of the most violent phases of European colonial expansion. The appropriation of ethnographic artifacts and human remains for the purpose of collection or desecration was a feature of colonial expansion. It has become the focus of a growing field of research. Collecting and accumulating objects took various shapes. Some were looted as war trophies in the violence of combat; others were negotiated in complicated and often uneven hierarchical fashion. This one-day conference will underline the diversity of these processes. It will also delve on the articulations between hunting and colonial violence: a key to some of the practices under study. Not only will the presentations analyze how these objects were collected on site, they will also examine the social life of these artifacts and trophies in Europe. The lingering debate on restitutions will also be addressed. There are increasing demands for some of these human remains and artifacts to be returned. Colonial trophies and objects are a complicated legacy. Their museographic uses often echo their contrived history. The participants – coming from different disciplines – will discuss these issues from a interdisciplinary perspective.

Participants:

Kim Wagner (King’s College) – « But from the Skulls of the Slain » : empire, violence et collecte de restes Humains dans les Indes britanniques  (communication en anglais)

Leonor Faber-Jonker  (African Studies Centre Leiden) – Spécimens anthropologiques ou trophées de guerre? La collecte de crânes pendant le génocide Herero et Nama (1904-1908) (communication en anglais)

Paul Bijl (Utrecht University) – La photographie d’atrocités coloniales dans les Indes néerlandaises: du trophée à l’oubli de réserve (communication en anglais)

Daniel Foliard (Paris Ouest Nanterre) – La tête de Rabah et le crâne du Mahdi: histoires croisées de trophées coloniaux français et britanniques   

Maarten Couttenier (Royal Museum for Central Africa) – De deux trophées du Congo en Belgique: objectifications craniologiques et ethnographiques

Lancelot Arzel (Centre d’Histoire de Sciences Po)  – Les trophées humains de la conquête. Découpe des corps, mise en trophée et guerres coloniales dans l’État indépendant du Congo (fin XIXe siècle-début XXe siècle)

Christelle Patin (Centre Alexandre-Koyré) – Le traitement ordinaire ou extraordinaire des restes humains patrimonialisés – Le cas des têtes de chefs kanak.

Felicity Bodenstein (Technische Universität, Berlin) – Où est Idia? La reine-mère comme « personne distribuée » ou le destin des masques en ivoire de Benin City pillés en 1897

Marie Cornu (Institut des Sciences sociales du Politique) – Le droit et la restitution des restes humains

Workshop: E-RIHS France, Paris, musée du Quai-Branly-Jacques-Chirac, 4 octobre 2018 : ouverture des inscriptions

Les inscriptions sont ouvertes pour la Journée nationale de l’infrastructure de recherche en sciences du patrimoine “E-RIHS France” (The European Research Infrastructure for Heritage Science), dédiée à l’étude des matériaux du patrimoine culturel, prévue le 4 octobre 2018 à Paris, auditorium Claude Lévi-Strauss du musée du Quai-Branly-Jacques Chirac.

Programme provisoire :
https://erihs-fr-2018.sciencesconf.org/resource/page/id/1

Inscription, gratuite et obligatoire :
Sur le site internet de l’événement : https://erihs-fr-2018.sciencesconf.org/resource/page/id/2

Table-ronde: Transmission des identités religieuses en Méditerranée, de la famille au patrimoine, 28 juin 2018, Mucem-Marseille

Transmission des identités religieuses en Méditerranée, de la famille au patrimoine (XVI-XXIe s.)
 
MuCEM
I2MP
Fort Saint Jean
Marseille
 
Jeudi 28 juin 2018
10h – 12h30
 

La première table-ronde du programme TRANSRELEX se propose de mettre en dialogue les constructions des identités religieuses en Méditerranée dans les contextes familiaux et communautaires avec la fabrication du patrimoine religieux, en utilisant des études de cas à l’échelle individuelle. La littérature sépare souvent ces deux registres de transmission des identités religieuses, l’un familial, coutumier et intime, l’autre culturel, muséographique et public. L’objectif de ce projet est de questionner les modalités de l’expérience religieuse individuelle dans les parcours des croyants et dans ceux des activistes du patrimoine religieux et de montrer en quoi la mise en patrimoine des identités confessionnelles participe, autant que l’apprentissage de la relation à l’être surnaturel, de l’entretien et de la transmission des habitus religieux.

 

Participants
Katia Boissevain (CNRS, Idemec), Maria Cardeira da Silva (Universidade Nova de Lisboa, Portugal), Nathalie Cerezales (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Jérémie Foa (AMU-Telemme), Thomas Émilie Girard (MuCEM), Glesener (AMU-Telemme),  Cyril Isnart (CNRS-Idemec), Norig Neveu (CNRS, Iremam), Giovanna Rech (Université du Trentin, Italie)

Discutant: Christophe Pons (CNRS, Idemec)

Inscription obligatoire
i2mp@mucem.orgFinancement
LabexMed, Projet Amorce 2018-2019 TRANSRELEX

Partenaires
IDEMEC (AMU-CNRS), TELEMME (AMU-CNRS), IREMAM (AMU-CNRS), Centro em Rede de Investigação em Antropologia (CRIA, Universidade Nova de Lisboa), Institut français du Proche Orient (IFPO-Amman), Université Paris I et Université de Trente

Crédit de la photo :
Sherwood, A rich student’s room at Medersa Ben Youssef, Morroco (CC)
https://www.flickr.com/photos/mwanasimba/2846788019/in/album-72157607225131633/

Workshop: rencontre autour de l’art : Goethe Institut 19 juin

Rencontre autour de l’art au Goethe-Institut de Paris le 19 juin

A l’occasion de la sortie du catalogue Hidden by the Surface : Works about marine debris, 2018, oeuvres de Swaantje Güntzel, texte d’Octave Debary.

Flyer GI Paris

Roundtable discussion: Table ronde et Assemblée générale de PSF le 9 juin 2018 à Paris

/ Construire des ponts entre les hommes /
Table ronde
Assemblée générale
Le samedi 9 juin 2018, de 10h à 17h.
Patrimoine sans frontières organise dans le cadre de son Assemblée générale une table ronde sur :
Patrimoine immatériel et processus de reconstruction.
Enjeux et place du patrimoine immatériel dans la préservation des liens sociaux.
La table-ronde suivie de l’assemblée générale se dérouleront dans la salle Henri de Seilhac, au 6 rue Albert-de-Lapparent dans le VIIe arr. de Paris
Métro : Cambrone et Sèvres-Lecourbe (Ligne 6), Ségur (ligne 10), Saint-François-Xavier (ligne 13).
Table ronde de 10h à 12h30 
Les discussions et débats seront centrés sur la place du patrimoine immatériel dans des contextes de reconstruction consécutifs à des catastrophes naturelles ou d’origine humaine. Si les dimensions matérielles sont souvent celles qui sont mises sur le devant de la scène, le processus de reconstruction des liens sociaux est tout aussi indispensable et peut-être encourager par la valorisation des patrimoines culturels immatériels des communautés

10:00 – 10:10 : 
Discours d’ouverture : Henri Simon, Président de Patrimoine sans frontières.

10:10 – 12:30 : 
Table ronde : Patrimoine immatériel et processus de reconstruction. Enjeux et place du patrimoine immatériel dans la préservation des liens sociaux.

Modérateur :
Xavier Greffe, professeur émérite d’économie à l’Université de Paris I et administrateur chez Patrimoine sans frontières.

Intervenants :
Vincent Negri, chercheur HDR à l’Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220).
Diego Muños, post-doctorant, EHESS-Marseille.
Léonie Evers, chargée de projet adjointe, Unité de la Préparation et des réponses aux situations d’urgence à l’UNESCO.
Stéphanie Moutaque-Osséni, Secrétaire générale de Patrimoine sans frontières.

Pause déjeuner de 12h30 à 14h 
Assemblée générale de 14h à 15h30 
Au cours de l’assemblé générale nous aurons l’occasion de revenir sur les activités de Patrimoine sans frontières en 2017 et début 2018 et de réfléchir ensemble à l’avenir de l’association.
L’assemblée générale est ouverte à tout le monde. C’est un moment idéal pour venir nous rencontrer.

Pause-café de 15h30 à 16h

Conseil des bénévoles de 16h à 17h
Le conseil des bénévoles sera l’occasion d’organiser le travail pour l’année à venir et de discuter des nouveaux projets. Ce conseil est également ouvert à tous, les personnes désireuses de s’investir à nos côtés seront donc les bienvenues.
Merci de nous indiquer dès à présent si vous serez des nôtres en nous écrivant directement ou bien en remplissant le formulaire.

Rappel : vous êtes tous chaleureusement conviés à participer à notre assemblée générale ; toutefois, seules les personnes à jour de leur cotisation seront en mesure de voter. Le renouvellement de l’adhésion peut se faire le jour de l’AG, en espèce, par chèque, ou par paiement électronique. 

Workshop: Bagdad mon amour/Histoire de l’art en conflit. Le musée irakien sans murs, entre destruction et réinvention du patrimoine”, Paris, mardi 30 mai 2018

Ci-dessous le programme détaillé de la journée d’étude intitulée “Bagdad mon amour / histoire de l’art en conflit. Le musée irakien sans murs, entre destruction et réinvention du patrimoine”, prévue le mardi 30 mai 2018, à l’Institut national d’histoire de l’art (galerie Colbert, salle Giorgio-Vasari, 2 rue Vivienne, Paris IIe), de 9h30 à 18h30.

2018_JDE_Bagdad_mon_amour_A4_Web (1)

Cette journée d’étude dédiée à la crise du patrimoine en Irak s’inscrit dans le cadre du domaine de recherche « Histoire de l’art mondialisée ». Elle a été conçue et sera animée par Morad Montazami, membre du collectif GAP-INHA, chercheur et historien d’art, commissaire de l’exposition du même nom présentée à l’Institut des Cultures d’Islam (28 mars-29 juillet 2018).

Entrée dans la limite des places disponibles

Contacts :
Elsa Nadjm : elsa.nadjm@inha.fr
et Marine Acker : marine.acker@inha.fr

Workshop: patrimoine culturel immatériel – Aix-en-Provence – 2 juillet 2018

Dans le cadre du stage de formation au patrimoine culturel immatériel organisé conjointement par l’ethnopôle de Salagon et l’IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU, une demi-journée d’étude et de formation est proposée le lundi 2 juillet 2018 de 14h à 18h, salle 1, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence.

Lien vers le programme: http://www.idemec.cnrs.fr/spip.php?article1351

Entrée libre et gratuite sans inscription, dans la limite des places disponibles.

Workshop: “Le numérique : outil d’étude de la valeur patrimoniale !”, Charenton-le-Pont, 31 mai-1er juin 2018

Journées d’étude prospectives

31 mai-1er juin 2018

“Le numérique : outil d’étude de la valeur patrimoniale !”

Plus de 25 communications de chercheurs/experts/scientifiques/industriels… viendront témoigner de leurs pratiques du numérique pour l‘étude de la valeur de notre patrimoine : capitaliser, analyser et valoriser.

Comment enrichir les approches de demain : quelle(s) nouvelle(s) méthodologie(s) ? Quel périmètre pour les outils numériques ? Quels formats de données interopérables ? Quels nouveaux métiers ? Comment valider les résultats ?

 

Programme synthétique 

Jeudi 31 mai 2018

o   9h30 – accueil

o   10h – Introduction aux journées d’étude

o   10h15 – Keynote sur les pratiques numériques

o   10h45 – Session 1 « Archéologie : du terrain de fouilles au bureau virtuel »

o   14h30 – Session 2 « Bâti, territoires et industries : restitutions virtuelles 3D »

o   18h – Fin de la journée 1

Vendredi 1 juin 2018

o   9h – Keynote sur la notion de modèle 3D

o   9h30 – Session 3 « Structuration des données numériques »

o   14h – Session 4 « Le numérique pour l’inspection / la restauration »

o   15h30 – Session 5 « Le point de vue des Musées »

o   16h45 – Conclusion et perspectives des journées d’études

o   17h – Fin de la journée 2

Plus d’infos sur : https://reseed.ls2n.fr/fr/journee-detudes/

Programme complet sur : https://reseed.ls2n.fr/wp-content/uploads/sites/22/2018/04/Programme-V3resumes.pdf

 

Gratuité pour tous car nous souhaitons ces 2 jours ouverts, en mode open-contribution de chercheurs et de professionnels.

Inscription conseillée sur Evenbrite – https://www.eventbrite.com/e/journees-detudes-scientifiques-prospectives-le-numerique-outil-detude-de-la-valeur-patrimoniale-tickets-43472244654

 

Lieu : Auditorium de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – 94220 Charenton-le-Pont

Workshop: “Amateurs et institutions. Des Académies aux plateformes numériques”, Nanterre, 29 mai 2018

Amateurs et institutions. Des Académies aux plateformes numériques

Université Paris-Nanterre

amphithéâtre du bâtiment Max-Weber

mardi 29 mai 2018

sous la direction de Marta Severo, maître de conférences (EA Dicen-idf), et de Fernando Filipponi, historien de l’art,

dans le cadre du projet Wikipatrimoine, soutenu par le LabEx Les Passés dans le Présent, la COMUE Université Paris-Lumière et la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture.

Information, programme et inscription : http://wikipatrimoine.parisnanterre.fr/?p=176