Tag Archives: Anthropology

Seminar : L’oralisation des écrits sur les terrains des sciences sociales – Montpellier

Advertisements

CFP : Intangible Heritage and the challenges for the theory and practice of anthropology

Conference Anthropology in the World
BRITISH MUSEUM, LONDON, UK; 8TH – 10TH JUNE 2012
(P06)Intangible Heritage and the challenges for the theory and practice of anthropology

CONVENORS
Simone Frangella (Institute of Social Sciences – University of Lisbon)
Elsa Peralta (Institute of Social Sciences, University of Lisbon)

SHORT ABSTRACT
This panel welcomes papers with an empirical basis that involves the relationship between the field of intangible heritage and the discipline and profession of anthropology. We are interested in questions of conflict, cultural legitimacy and the role of anthropology in the negotiations involved.

LONG ABSTRACT
Since the creation of the Convention for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage in 2003, the concept of heritage underwent a considerable redefinition. The appraisal of immateriality of heritage brings to the fore new power alignments as well as new forms of legitimating which cultural expressions are regarded as value and worth preserving. This new approach encompasses conflicts and ambivalences between what community groups experience as their social life and the political processes that involve the formalisation of this social life as heritage. Our interest is in debating specific contexts in which these problems arise. What are the negotiations involved in the making of the heritage? Who are the social actors that perform the process, from the selection of cultural references to its formalisation? Which are the political agenda and economic interests of these actors, and how they merge or conflict? We also pose broader questions: Can  anthropology work as a mediator in these dynamics? How to distinguish in this context the concepts of intangible heritage and culture? What are the challenges for anthropologists that are being called again to “certificate” cultural expressions of these communities? We welcome papers that present research in different empirical contexts which address these questions and offer new insights regarding strategies and tools for the anthropologists to work in this field.

For more information see: http://www.nomadit.co.uk/rai/events/rai2012/panels.php5?PanelID=xx

CFP Ethical Issues in Empiric Research

French and German versions below
Dear Colleagues,

The Ethical and Deontological Think Tank (EDTT) of the Swiss Ethnological Society (SES) wants to open the discussion to case discussions, documenting ethical issues that researchers in empirical research faced concretely. In attachment you will find the call for paper in English, French and German.

We invite you to send your contribution before February 15th 2012 to the following adress: julie.perrin@unine.ch<mailto:julie.perrin@unine.ch>

For more information about the EDDT: http://www.seg-sse.ch/en/commissions/gred.shtml
(Unfortunately, the SES stand on the ethical issue in empirical research only exists in the French and German versions.)
_______________

Chers et chères Collègues,

Le Groupe de Réflexion Ethique et Déontologique (GRED) de la Société Suisse d’Ethnologie (SSE) souhaite offrir un espace de discussions de cas documentant la place de l’éthique dans les différents «moments» de la recherche empirique. Vous trouverez l’appel à contributions en français, allemand et anglais en pièces jointes.

Nous vous invitons à nous faire parvenir votre contribution avant le 15 février 2012 à l’adresse suivante: julie.perrin@unine.ch<mailto:julie.perrin@unine.ch>

Pour plus d’informations sur le GRED: http://www.seg-sse.ch/fr/commissions/gred.shtml
_____________________

Liebe KollegInnen,

Die Arbeitgruppe für Ethik und Deontologie (AED) der Schweizerischen Ethnologischen Gesellschaft (SEG) möchte einen Raum zum Fallbeispielen anbieten, die die ethischen Herausforderungen in der empirischen Forschung dokumentieren. In attachment ist der Aufruf zu Beiträgen auf Deutsch, Französisch und Englisch.

Wir laden Sie ein uns Ihren Beitrag bis zum 15. Februar 2012 per e-Mail an folgende Adresse zu senden: julie.perrin@unine.ch<mailto:julie.perrin@unine.ch>

Für weitere Informationen über die AED:http://www.seg-sse.ch/de/commissions/gred.shtml

 

 

CFP

 

Call for papers

Dear Colleagues,

Having taken a stand on the ethical issue in empirical research, the Ethical and  eontological Think Tank (EDTT) of the Swiss Ethnological Society (SES) wants to open the discussion to external contributions. Researchers are invited to write and submit case discussions that contribute to the debate. These case discussions have to be based on personal research experience and are intended to document ethical  issues that the researcher faced concretely. The author may also describe and justify the type of answers
that he/she chose. The accepted papers will be published on the website of the SES (www.seg-sse.ch)

Far from wanting to set up itself as a “controller” or a “guarantor” of ethics, the members of the EDTT reject any moralizing approach and wish to encourage the exchange of experiences. They propose to consider, in an educational and reflexive way, the different “moments” in research and their issues. The purpose is to demonstrate that ethnologists/anthropologists give great importance to the ethical dimension, though their actual responses have to vary according to specific contexts (therefore to the common issues of ethics correspond a broad pallet of responses, which echoes the particular
epistemological space of social sciences).

Contributions may be written in French, German and English and will have to focus on a particular moment of research,
a) fieldwork (from the preparation to the return from the field, including the fieldwork itself),
b) restitution of results to the various interlocutors,
c) teaching,
d) publication and data filing.

Privileged will be the contributions which will underline not only the specificity of the ethical issue from the point of view of the researchers facing other institutions, but especially the way every context of research obliges to negotiate adapted responses according to various interlocutors.

We invite you to send your contribution of 6’000 – 8’000 signs maximum (spaces included) with a summary of 1’500 signs (spaces included) before February 15th 2012 to the following address: julie.perrin@unine.ch

Timeline:
15/02/2012: reception of contributions for internal review by the EDTT
15/03/2012: feedback from reviewers and possible requests for modifications
May 2012: publication on the website of the SES

Publication: G. Ciarcia dir. Ethnologues et passeurs de mémoires

SOUS LA DIRECTION DE

Gaetano Ciarcia

Ethnologues et passeurs de mémoires

KARTHALA – MSH-M

L’ethnologue sur le terrain est amené à rencontrer une grande diversité d’acteurs et de témoins qui sont producteurs de discours sur des savoirs et des savoir-faire locaux, susceptibles d’être objectivés de l’extérieur et mis en inventaire. Ces personnes que nous définissons, dans cet ouvrage, comme des « passeurs de mémoires » ne correspondent pas au portrait stéréotypé de l’érudit du terroir ou du porte-parole de communautés imaginées que l’on voit notamment évoqué dans certains discours émanant de l’Unesco.

Si ces passeurs ne reprennent pas à leur compte l’image qui voudrait faire du vieillard qui meurt une « bibliothèque qui brûle », ils savent organiser leur discours en y mêlant des références à la tradition et à la modernité et en faisant un outil politique. Leur capacité à être à la fois des porteurs, des auteurs, des enquêteurs-collecteurs de mémoires culturelles et des lecteurs de textes scientifiques caractérise les actions des passeurs dont ce volume présente des ethnographies.

Dans les contributions ici réunies, l’analyse des pratiques de la transmission croise l’examen de leurs représentations. Les études qui viennent illustrer cette problématique s’intéressent aussi bien à descontextes français qu’à des situations extra-européennes (Afrique, Amérique, Asie, Océanie).

Gaetano Ciarcia est anthropologue, professeur à l’Université Paul-Valéry – Montpellier III où il est membre du CERCE (Centre d’études et de recherches comparatives en ethnologie).

Textes de N. Adell, G. Alévêque, M. Aria, B. Brac de la Perrière, A. Chandivert, G. Ciarcia, V. Dassié, M. Demanget, A. Favole, J. Garnier, Ph. Martel, V. Moulinié, N. Puig, S. Sagnes, J.-L. Tornatore.

Table des matières

Remerciements     5

Liste des auteurs     6

Introduction, par Gaetano Ciarcia     7

PREMIÈRE PARTIE

PRATIQUES ET LOGIQUES DE LA TRANSMISSION

Des hommes-patrimoine, par Nicolas Adell    33

Quelle autorité pour l’ethnographie du patrimoine ? Relations 
entre enquêteur et passeurs, par Arnauld Chandivert    55

Mais que se passe(nt)-il(s), au juste ? Sur la relation au passé (patrimoine, mémoire, histoire, etc.) et ses amateurs, 
par Jean-Louis Tornatore    75

Quand les passeurs prennent la parole, par Philippe Martel    93

Patrimonialiser les mémoires des migrations. L’onction scientifique 
dans une quête de légitimation, par Véronique Dassié 
et Julie Garnier   109

SECONDE PARTIE

POLITIQUES ET SPECTACLES DE LA REPRÉSENTATION

Un médium au quai Branly. Regards croisés autour d’une 
ethnographie birmane, par Bénédicte Brac de la Perrière   133

La voix des moribonds. Politiques de la collecte et médiations 
locales au Caire, par Nicolas Puig   153

Quand le secret devient parure. Les passeurs de chamanisme 
chez les Indiens mazatèques (Mexique), par Magali Demanget   171

La ritualisation de la culture en Polynésie française. Enjeux 
politiques et identitaires, par Guillaume Alévêque   195

Passeurs culturels, patrimonialisation partagée et créativité 
culturelle en Océanie « francophone », par Matteo Aria et Adriano Favole   213

Au miroir du savoir : de l’Arlésienne en historienne à l’ethnologue 
en Arlésienne, par Sylvie Sagnes   239

Polyphonie ou cacophonie ? La mémoire des républicains espagnols 
en Languedoc-Roussillon, par Véronique Moulinié   255

Grant: allocations de formation et de recherche du ministère de la culture France

Comme chaque année, le ministère de la culture propose des allocations
de formation et de recherche. La date limite d’envoi des dossiers est
fixée au 2 janvier 2012. Vous trouverez tous les détails dans le
formulaire joint (envoyé en .odt, téléchargez openoffice si vous ne
parvenez pas à le lire)

Cordialement

Sylvie GRENET

Ministère de la Culture
Direction générale des patrimoines
Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique
Chargée de mission pour le patrimoine culturel immatériel et le
patrimoine ethnologique
6 rue des Pyramides
75001 Paris
01 40 15 85 76

 

AFR2012_dossier candidature

Seminar: Msh-Montpellier – Cerce La culture dogon. De la version ethnologique à la vitrine électronique

Le CERCE vous invite à la quatrième séance du séminaire 2011 du programme MSH-M
L’oralisation des écrits sur les terrains des sciences sociales.

Éric Jolly (Cnrs/Cemaf, Paris):

“La culture dogon. De la version ethnologique à la vitrine électronique”.

Mardi 18 octobre, 10h, à la MSH-M, 17 rue de l’Abbé-de-l’Epée, 34000 Montpellier

Présentation:
http://www.mshm.fr/programmes-2011/l-oralisation-des-ecrits/
Programme du séminaire 2011 :
http://www.mshm.fr/programmes-2011/l-oralisation-des-ecrits/article/programme-du-seminaire-2011-968
——————————

———————-
CERCE
Centre d’Études et de Recherches Comparatives en Ethnologie
Université Paul-Valéry, Montpellier III

Workshop: «La Vénus hottentote entre Barnum et Muséum » 1er juin, Paris

Le Centre Alexandre Koyré et le Muséum national d’histoire naturelle organisent le 1er juin 2011 une journée d’étude intitulée
La Vénus hottentote entre Barnum et Muséum
(auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris)

Vous trouverez ci-dessous et en document joint le programme de cette journée. Merci de le faire circuler autour de vous.
Cette journée est largement ouverte et toute personne intéressée sera le(a) bienvenu(e). Toutefois, le nombre de places étant limité, il est vivement conseillé de s’inscrire (gratuitement) auprès d’Anne Sirand [sirand@mnhn.fr].

Journée d’étude ouverte au public
organisée par le Centre Alexandre Koyré et le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN)
le 1er juin 2011, de 9h00 à 17h45
Auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution,
36, rue Geoffroy Saint Hilaire, 75005 Paris

9h00    Ouverture de la journée par Jeanne Peiffer, Directeur de recherche CNRS, Directeur du Centre Alexandre Koyré, suivie de la
Projection du film VÉNUS NOIRE d’Abdellatif Kechiche

12h00    Saartjie Baartman et nous : le spectacle de l’altérité
Président et modérateur : Alain Froment, Directeur scientifique des collections, MNHN
Pascal Blanchard, Historien, chercheur-associé au Laboratoire Communication et Politique (CNRS),
« De la Vénus hottentote aux exhibitions coloniales (1810-1940) : l’affirmation et le développement d’une culture populaire du regard »
Christelle Patin, Anthropologue doctorante à l’IRIS/EHESS, « Les présentations post mortem de la “Vénus hottentote” : muséologie et économies morales »
Discussion publique

13h00   Pause déjeuner

14h00   L’éloquence du forum : du savant au politique
Ouverture/présidence : Florence Raulin-Cerceau, Maître de conférence, MNHN-Centre Alexandre Koyré
Philippe Taquet, Paléontologue, vice-président de l’Académie des sciences : « Les corps de Sarah Baartman et de Georges Cuvier sous le regard de la science du XIXe siècle »
Claude Blanckaert, Directeur de recherche CNRS, Centre Alexandre Koyré,  « Le Hottentot, type archaïque ou Homme premier ? Perspectives naturalistes au XIXe siècle »
Arnaud Hurel, Chargé de conservation des collections, MNHN et Institut de paléontologie humaine, « Hottentots et Boschimans dans la construction de la préhistoire française»

Pause – discussion
Michel Van Praët, Professeur au Muséum, Centre Alexandre Koyré,  Directeur du projet de rénovation du musée de l’Homme : « Exposer les éléments du corps humain : la muséologie questionnée, le droit et l’éthique en dialogue »

Discussion

Clôture à 17h30/17h45

Organisation :
Claude Blanckaert (blanckaertmc@wanadoo.fr) et Anne Sirand (sirand@mnhn.fr ou tel  01 40 79 80 01)
Le nombre de places étant limité, il est vivement conseillé de s’inscrire, auprès de sirand@mnhn.fr

Publication : Saskia Cousin, Les Miroirs du tourisme. Ethnographie de la Touraine du Sud

Les Miroirs du tourisme

Ethnographie de la Touraine du Sud

Saskia Cousin

Appuyé par des enquêtes ethnographiques, sociologiques et historiques, cet ouvrage retrace l’histoire et l’actualité du tourisme dans le sud de l’Indre-et-Loire. Il montre que dès le milieu du xixe siècle, le tourisme a joué un rôle central dans la construction de l’imaginaire associé à la Touraine. En effet, cette dernière s’est rapidement distinguée par sa position et sa revendication de centralité : centre géographique de la France, centre historique du pouvoir, centre linguistique du français, centre culturel du patrimoine. Se distanciant des travaux d’histoire classique centrés sur le rôle « d’inventeur » joué par les touristes, l’ouvrage révèle que les collectivités locales n’ont jamais été passives vis-à-vis de l’industrie touristique. Ediles, érudits, notables, commerçants ont patiemment imaginé, organisé et structuré l’offre touristique tourangelle.

A partir d’études biographiques, l’ouvrage décrit ainsi les caractéristiques sociologiques des personnes qui, depuis le milieu du XIXe, se sont constituées en intermédiaires et promoteurs du tourisme, quelles que soient leurs motivations. Une ethnographie fine de la réception du tourisme dans le sud de la Touraine permet de mieux comprendre comment les tourangeaux anciens et nouveaux vivent avec cette réalité qui agit sur leur vie quotidienne sans toutefois la bouleverser. Si l’image d’une Touraine caractérisée par son patrimoine historique bâti est devenue omniprésente après la Seconde Guerre mondiale, les étapes précédentes révèlent que la Touraine du tourisme s’est aussi construite en relation avec les réseaux régionalistes et éducatifs. L’ouvrage montre enfin que le tourisme a été et reste le vecteur de l’édification d’une identité locale perçue et promue comme la petite patrie de l’imaginaire national.

Saskia Cousin est diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Lille, docteur en anthropologie sociale (EHESS, Paris), maîtresse de conférence en sociologie à l’IUT de Tours, co-directrice de la revue espacestemps.net (EPFL, Lausanne), elle travaille sur le tourisme depuis une quinzaine d’années. Elle anime depuis cinq ans un groupe et un séminaire de recherche sur le sujet à l’EHESS. Elle a publié de nombreux articles scientifiques, ainsi que l’ouvrage Sociologie du Tourisme, co-écrit avec Bertrand Réau et publié aux éditions La Découverte en 2009.

Collection : Hors collection

ISBN : 978-2-84446-191-9

Code Sodis : 939 859 7

Mise en vente : 13 mai 2011

Prix : 19 euros

Sief Congress Lisbon, Panel Making heritage, making knowledge – April 19th and 20th

During the 10th Sief Congress to be held in Lisbon, Portugal, Kristin Kuutma (University of Tartu) and Valdimar Tr. Hafstein (University of Iceland) are directing a panel called “Making heritage, making knowledge”.

19 Apr, 2011 at 16:30
Faculty of Social and Human Sciences of the Universidade Nova de Lisboa, Av. de Berna 26, Lisbon

Argument

A formation of recent vintage, seized upon by a vast array of actors under a variety of circumstances in hundreds of thousands of scattered places, the success of cultural heritage in recent years and decades has been phenomenal. Mobilizing people and resources, reforming discourses and transforming practices, cultural heritage changes the world.

The recent re-theorization of heritage as a social construction and cultural practice combines places and people, objects and expressions while drawing attention to the process of heritage-making. On the ground, cultural heritage is a strong and flexible language for staking claims to culture and claims based on culture. As an asset for acquiring socio-political capital, as a channel for economic resources, and as a frequent bone of contention, cultural heritage plays an important role in the global politics of culture.

The construction and identification of cultural heritage is always an act of politics and power; it depends on who defines cultural heritage and who has the control to conceptualize its stewardship. Cultural heritage plays on the categories of time and space, on continuity and locality in contrast with their opposites. A value-laden project of ideology, it makes claims for ownership, purity, and restitution. At the same time, analysing how cultural heritage is identified and instrumentalised requires critical investigation into how knowledge of heritage is made and disseminated, and how it generates categorical distinctions, exclusions and inclusions.

This panel has been convened to explore the various interfaces of heritage making and knowledge production.

Papers

Cultural heritage and the theory of repetition
Pertti Anttonen (University of Helsinki)

Framing folklore, framing heritage
Diarmuid Ó Giolláin (University of Notre Dame)

Knowledge and power in the UNESCO World Heritage system
Christoph Brumann (Max Planck Institute for Social Anthropology, Halle)

Sex, lies and heritage
Ellen Hertz (University of Neuchâtel, Switzerland)

Knowledge production and the National Museum
Kristin Kuutma (University of Tartu)

Unknowing a museum: memories and proposals for Lisbon’s Folk Art Museum
Alexandre Oliveira (ISCTE- Lisbon University Institute)

Making Sámi heritage: representations of Sámi culture and history in museum exhibitions
Nika Potinkara (University of Jyväskylä)

Heritage, power and ethnicity: a Norwegian case study
Arne Bugge Amundsen (University of Oslo)

Making noble World Heritage in Tana Toraja, Indonesia
Karin Klenke (University of Goettingen)  email

Heritage, knowledge, and conflict
Markus Tauschek (Universität Kiel)

World Heritage in the making: making politics and making conceptualizations
Hans-Jakob Ågotnes (University of Bergen)

Making Swiss intangible cultural heritage: tensions between the centre and its peripheries
Florence Graezer Bideau (EPFL)

Legal ground: metaphysical place for heritage making
Anita Vaivade (Latvian Academy of Culture)

“Swiss watch-making hasn’t changed!” The production of historical continuities and the heritagization of the watch-making industry in the Swiss Jura region

Hervé Munz (University of Neuchâtel)

Birth and life of historic centres in metropolitan areas
Filipa Ramalhete (Universidade Autónoma de Lisboa)  and Flavio Barbini (Universidade Autonoma de Lisboa)

More details


CFP: Ethnographies des pratiques patrimoniales : Temporalités, territoires, communautés, ethnographiques.org

Ethnographies des pratiques patrimoniales : Temporalités, territoires, communautés

ethnographiques.org

 

A partir d’une approche ethnographique et/ou d’analyses de cas, ce numéro souhaite interroger les enjeux liés aux formes contemporaines de patrimonialisation. Les conventions de l’UNESCO sur le patrimoine culturel immatériel et la diversité culturelle, ratifiées à grande échelle par de nombreux Etats, suscitent autour de la notion de patrimoine une effervescence planétaire. Des mécanismes de sélection, amorcés dans certains pays comme la France depuis plus de deux siècles (Desvallées, 1995 ; Leinaud, 2002), se trouvent ainsi ravivés et sont au cœur des politiques patrimoniales menées aujourd’hui, contribuant à la définition de temporalités, de territoires et de communautés nouveaux. Dans quelle mesure cette patrimonialisation correspond-elle à la définition de l’ethnicité selon Max Weber (1971), jouant un rôle de contrepoids dans un contexte actuel marqué par la création de nouvelles formes de dépendance et d’interdépendance internationales (Bazin, Benveniste, Selim, 2004) ? Mettre au jour la diversité de ces pratiques patrimoniales, ainsi que leur relation avec le phénomène de la globalisation, tel est l’objectif poursuivi par ce numéro.

L’exemple de la France illustre la relation étroite que la trajectoire suivie par la notion de patrimoine entretient avec la notion d’histoire nationale, comme le montre Dominique Poulot (1997) dans son analyse de la nation française. Mais cette histoire devient plus que jamais aujourd’hui l’objet de multiples récits : le passé, le présent et le futur s’y conjuguent sous la forme de rétrospection, d’actualisation ou de projection. A côté des différents modes de relégation du passé que sont la destruction et le recyclage, le musée et la patrimonialisation apparaissent comme des instruments de conservation de ce que l’on ne peut détruire. À défaut de sacrifier certains restes de l’Ancien Régime, on les déplace, on les range, « on peut assister aussi à une transformation partielle ou d’ensemble d’un monument, à son remplacement in situ, à son transfert en d’autres lieux (dont le musée), à son exécration ritualisée, et enfin, à sa destruction pure et simple » ; en ce sens « le geste conservateur et le geste destructeur peuvent se renforcer mutuellement » (1997 : 136-139). Le patrimoine fonctionne ainsi comme un outil de requalification, de domestication de l’histoire (Fabre, 2000 ; Kirshenblatt-Gimblett, 1998) à travers lequel le présent choisit son passé en s’en séparant.

L’exemple de la Suisse illustre une autre trajectoire de la notion de patrimoine, liée à la valorisation nationale de l’imaginaire alpin, de ses territoires particuliers et des communautés qui lui sont associées. La construction de l’entité politique « Confédération Helvétique » se caractérise dès le 16ème siècle par son identification croissante avec les Alpes, leurs paysages et leurs populations, célébrés sous la plume des chroniqueurs, des savants et des écrivains en des termes tels que l’homo alpinus helveticus du naturaliste Johann Jakob Scheuchzer (1672-1733) ou « le peuple des bergers » du patricien Karl Viktor von Bonstetten (1745-1832) ; c’est cette communauté imaginaire que les élites politiques érigent en modèle d’identification nationale dans la seconde moitié du 19ème siècle, en vue de surmonter des divergences cantonales susceptibles de troubler l’unité recherchée ; elle est au cœur de la plupart des politiques patrimoniales menées aujourd’hui et à l’origine de tensions, au sein de l’institution muséale, à l’égard de pratiques artistiques prenant une distance, souvent ironique, avec ces pesanteurs alpestres.

Quelles que soient leurs échelles territoriales (locale, nationale, mondiale) ou leurs modes de circulation (localisé, dislocalisé, translocalisé) (Appadurai, 2005 ; Clifford, 1997 ; Friedman, 2000 ; Saillant, 2009), les politiques patrimoniales reposent sur une logique de sélection des restes de l’histoire. Comme le souligne Jean Davallon (2006) en s’inspirant des travaux de Maurice Godelier (1996), le patrimoine oblige à garder. Il interdit de se défaire d’objets souvent donnés et conservés par les ancêtres. Le sens de cette conservation peut se comprendre en référence à ce que Gérard Lenclud (1987) a analysé comme un processus de « filiation inversée », par laquelle une tradition est avant tout une « rétro-projection » : « loin que les pères engendrent les fils ; les pères naissent des fils. Ce n’est pas le passé qui produit le présent mais le présent qui façonne son passé. La tradition est un procès de reconnaissance en paternité » (1987 : 119). C’est le sens de la formule de James Clifford selon laquelle le passé est toujours « authentiquement refait » (2007 : 113).

Ces trente dernières années ont permis à plusieurs reprises de remettre en cause les certitudes patrimoniales (Tornatore, 2010). L’émergence de la notion de patrimoine ethnographique en France, au tournant des années 1980, a invité à repenser les échelles et la place des acteurs dans ces partages des patrimoines (Chiva, 1990). La « déhiérarchisation » des patrimoines (s’ouvrant à la reconnaissance du monde rural, industriel, urbain) a conduit à repenser la notion de patrimoine historique. En même temps, elle a participé à la surenchère d’un « tout patrimonial », à une certaine saturation. La multiplication des domaines patrimoniaux s’est accompagnée de celle des lieux, structures, associations, musées et acteurs du patrimoine. Par ailleurs, un second moment participe à cette incertitude ; il correspond au développement en 2003 de la notion de patrimoine culturel immatériel. Dépassant l’exigence de soumettre la reconnaissance patrimoniale à une présence matérielle, la notion s’est ouverte à l’idée d’une conservation et d’une transmission de l’histoire hors du tangible et du visible. De ce point de vue, les débats actuels autour d’une numérisation généralisée des archives laissent entrevoir un autre stade dans la dématérialisation du patrimoine.

Quelles sont les implications de ces différentes formes et échelles de patrimonialisation ? Nous invitent-elles à revisiter la notion et les pratiques patrimoniales ? En quoi le patrimoine culturel immatériel en commençant à être exposé dans les musées vient-il questionner ces institutions ? Le développement du PCI semble aussi multiplier la transmission orale et individuelle de l’histoire sous forme de biographies ou de récits de vie…

Prenant en compte les infléchissements que la notion de patrimoine connaît aujourd’hui, ce numéro s’attachera à décrire les enjeux qui entourent les pratiques patrimoniales. Entre oubli et souvenir, conservation et destruction, identité et altérité, on portera une attention particulière aux logiques qui définissent des groupes, des lieux ou des situations à travers des formes de qualification patrimoniale de leur histoire et qui président dans le même temps aux conceptions du territoire et de la communauté attachées à cette histoire.

Ce numéro souhaite aussi promouvoir une approche interdisciplinaire qui a chaque fois s’appuie sur un travail de terrain (ethnographique) ou une analyse de cas concrets, de situations dans lesquelles les acteurs fabriquent du patrimoine – quel que soit son emplacement géographique ou son époque. Il souhaite enfin susciter une réflexion critique sur le rôle ambigu que les ethnologues, les historiens et les muséographes sont amenés à jouer dans le processus de patrimonialisation en cours : étant analystes du phénomène et dans le même temps promus souvent experts en certification, ils sont directement impliqués dans leur objet et participent de ses infléchissements.

L’expérimentation de nouvelles formes d’écriture, que permettent les ressources informatiques et que la revue ethnographiques.org cherche à promouvoir, peut à ce titre être considérée comme une composante du travail d’analyse et d’exposition des données. L’importance accrue des supports numériques, et plus généralement des documents visuels et sonores dans les pratiques de patrimonialisation, invite à penser des solutions de présentation originales, susceptibles de mettre en perspective les rapports qu’entretiennent textes, images et sons, dans les usages qu’en font autant les chercheurs que les acteurs qu’ils étudient. Des membres du comité de direction d’ethnographiques.org, familiers des ressources informatiques offertes par la revue, se tiennent à la disposition des personnes qui souhaitent répondre à cet appel à contribution en intégrant ces ressources en amont de leur travail.

Bibliographie

APPADURAI Arjun, 2005. Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation. Paris, Payot.

BAZIN Laurent, BENVENISTE Annie, SELIM Monique, 2004. « Immersions ethnologiques dans le monde global », Journal des anthropologues, 96-97, pp.11-28.

CHIVA Isac, 1990. « Le patrimoine ethnologique : l’exemple de la France », Encyclopaedia Universalis, 24 (Symposium), pp. 229-241.

CLIFFORD James, 1997. Routes : Travel and Translation in the Late Twentieth Century. Cambridge Mass., Harvard University Press.

CLIFFORD James, 2007. « Expositions, patrimoine et réappropriations mémorielles en Alaska », in DEBARY Octave et TURGEON Laurier (éd), Objets & mémoires. Paris, MSH, pp. 91-125.

DAVALLON Jean, 2006. Le don du patrimoine. Paris, Lavoisier.

DESVALLEES André, 1995. “Emergence et cheminements du mot patrimoine”, Musées et collections publiques de France, 208, pp. 6-29.

FABRE Daniel (dir), 2000. Domestiquer l’histoire. Paris, MSH.

FRIEDMAN Jonathan, 2000. « Globalization, Class and Culture in Global Systems” », Journal of World-Systems Research, VI, 3, pp.636-656

GODELIER Maurice, 1996. L’énigme du don. Paris, Fayard.

HEINICH Nathalie, 2009. La fabrique du patrimoine. Paris, MSH.

KIRSHENBLATT-GIMBLETT Barbara, 1998. Destination Culture. Berkeley-Los Angeles, University of California Press.

LENCLUD Gérard, 1987. « La tradition n’est plus ce qu’elle était…Sur la notion de « tradition » et de « société traditionnelle en ethnologie », Terrain, 9, pp.110-123.

LENIAUD Jean-Michel, 2002. Les archipels du passé. Paris, Fayard.

POULOT Dominique,1997. Musée, nation, patrimoine 1789-1815. Paris, Gallimard.

SAILLANT Francine, 2009. Réinventer l’anthropologie : les sciences de la culture à l’épreuve des globalisations. Montréal, Liber.

TORNATORE Jean-Louis. 2010. « L’esprit du patrimoine », Terrain, 55, pp. 106-127.

WEBER Max, 1971. Economie et société. Paris, Plon.

Responsables du numéro :

Suzanne Chappaz-Wirthner, Ellen Hertz (Université de Neuchâtel), Dominique Schoeni (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne).

Les contributions doivent nous parvenir avant le 15 mai 2011. Toutes les informations concernant la mise en forme de votre document et nos normes éditoriales sont disponibles ici.

Merci d’adresser vos articles aux coordinateur/trices du numéro :