Monthly Archives: June 2011

Publication: Bulletin Mémoires vives, juin 2011

Chères lectrices,
Chers lecteurs,

Nous sommes heureux de vous présenter le plus récent numéro de Mémoires vives, le bulletin virtuel de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs (CFQLMC). http://www.cfqlmc.org/bulletin-memoires-vives/derniere-parution

Nous vous invitons à faire suivre ce message aux membres de votre association ou à toute personne pouvant être intéressée par le sujet.

Votre opinion nous intéresse, vos commentaires sont les bienvenus!

L’équipe de rédaction du Bulletin « Mémoires vives »

Bonne lecture!

Advertisements

CFP : TOURISM AND SUSTAINABLE DEVELOPMENT AT WORLD HERITAGE SITES, Gabon,June1st-8th, 2012

CALL FOR PAPERS
 
Conférence Internationale / International Conference
 
Réseau UNITWIN « Culture, Tourisme, Développement »
UNITWIN Network “Culture, Tourism, Development”
 
LE TOURISME, MOTEUR DU DEVELOPPEMENT DURABLE
DES SITES DU PATRIMOINE MONDIAL ?
Contextes, pratiques, cadres d’évaluation
TOURISM AND SUSTAINABLE DEVELOPMENT
AT WORLD HERITAGE SITES: Contexts, Experiences and Frameworks of Assessment
 
Libreville et Parc National de la Lopé, GABON, 1er au 8 juin 2012
Libreville and La Lopé National Parc (WHS), GABON, June 1st to June 8th, 2012
 
Organisation 
Université Omar Bongo (Libreville, Gabon), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris, France), Université de Barcelone (Espagne)
 
____________________________________________________________
Maria Gravari-Barbas
DIRECTRICE
Institut de Recherche et d’Etudes Supérieures du Tourisme (IREST)
Equipe Interdisciplinaire de REcherches Sur le Tourisme (EIREST)
Chaire UNESCO « Tourisme, Culture et Développement »
Coordinatrice du réseau UNITWIN-UNESCO
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
6, Rue Jean Calvin 75005 PARIS – 2e étage
Tel : (33) 1 58 10 22 30 / 00 (33) 6 75 50 67 70
Fax : (33) 1 45 81 53 11
Pdf:

Conference: African memory in danger. Plundering and return of cultural and anthropological heritage in Africa

Conference

African memory in danger : Plundering and return of cultural and anthropological heritage in Africa

The African continent has been subject to plundering for centuries, the nature, form and motivation of which has varied with conquests, colonization, independence and globalization. At present, plundering and the illicit trade of cultural property have seriously affected African history and compromise the development of populations. Export of blood samples and repatriation of human remains also raise important ethical questions. For several years, laws have been formulated, agreements ratified, ethics code proclaimed and ethical commissions established. Local initiatives for cultural heritage protection appeared, the return of cultural property and biological remains was organized. Yet the positive effects have not always been seen, or the situation is shown to be more complex than expected.

Organised by the swiss society of African studies, the laboratory Archéologie et peuplement de l’Afrique (Unité d’anthropologie of University of Geneva), and the CECOJI (CNRS), this conference is under the patronage of the swiss commission for UNESCO.

 

Place: Musée d’art et d’Histoire, Geneva, Switzerland

Dates : 15-16 September 2011

Programm and subcriptions : http://au.unige.ch/memoireafricaine/

Seminar: 30 juin 2011 – Atelier sur la collecte des archives : Pascal Geneste : “Une politique de collecte des fonds d’hommes politiques ?”

La sixième et dernière séance de l’année de l’atelier “Enquête sur la collecte” aura lieu le jeudi 30 juin 2011, aux Archives nationales, en salle d’Albâtre (Rdc du Hall du CARAN, entrée 11 rue des Quatre fils – 75003 Paris), de 16h30 à 18h30 : “Une politique de collecte des fonds d’hommes politiques contemporains ?”

Nous aurons le plaisir d’écouter Pascal Geneste, conservateur en chef aux Archives nationales (Section du XXe siècle), responsable d’une partie des fonds présidentiels, des papiers de cabinet de la Ve République et commissaire de l’actuelle exposition consacrée à Georges Pompidou aux Archives nationales.
Bien à vous,
Eléonore Alquier, Justine Berlière, Christian Hottin et Yann Potin.

ATELIER D’ANTHROPOLOGIE ET D’HISTOIRE DES ARCHIVES

4e Année

De la collecte aux versements :

le patrimoine au risque de la représentativité

Les jeudi de 16h30 à 18 h – à partir du 14 avril 2011

Archives nationales,  CARAN – 11 rue des Quatre Fils, 75003 PARIS – (salle d’Albâtre)

Atelier coordonné par Christian Hottin (Direction générale des patrimoines,  Ministère de la culture, chargé de cours à l’École nationale des chartes) et Yann Potin (Archives nationales, site de Paris, section du XIXe siècle, chargé de conférence complémentaire à l’EHESS), avec la collaboration d’Eléonore Alquier (Archives nationales, site de Fontainebleau, responsable du service des fonds) et Justine Berlière (Service interministériel des Archives de France, bureau des Missions) et  le soutien de l’École nationale des chartes, en association avec le LAHIC et l’Équipe Anthropologie de l’Écriture (IIAC – UMR 8177)

Ces rencontres se proposent de confronter les expériences des professionnels du patrimoine et de susciter une observation collective des pratiques patrimoniales et archivistiques Elles s’inscrivent dans le prolongement d’une série d’ateliers menés depuis 2008 dans le cadre du LAHIC (Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire d’Institution de la culture).

Après trois années consacrées à l’analyse de la situation de collecte des archives privées, il s’agit  de porter un même regard ethnographique sur les processus de collecte et de constitution des fonds publics au sein des institutions patrimoniales, en s’attachant à la spécificité des logiques de collectes « représentatives » ou systématiques (du CAOA à l’Inventaire général), jusqu’à l’obligation de « versement » des archives publiques.

En donnant la parole à différents acteurs de la collecte, du conservateur au chercheur, cet atelier est une invitation à un dialogue entre anthropologues, historiens et professionnels du patrimoine, qui y trouveront, pour les uns, un nouvel objet de recherches et, pour les autres, un éclairage inédit sur les sources de leur travail.

Pour plus d’informations : http://www.lahic.cnrs.fr

Date prévues : 14 avril (introduction), 28 Avril, 19 mai, 26 mai, 9 juin et 30 juin 2011

Une séance de visite du site de Fontainebleau des Archives nationales est programmée le 19 mai après-midi

Le programme des interventions sera communiqué prochainement

Contacts :

christian.hottin@culture.gouv.fr

yann.potin@culture.gouv.fr

eleonore.alquier@culture.gouv.fr

justine.berliere@culture.gouv.fr

Seminar: Gouverner le vivant – Séance 22 juin 2011 – Gouverner les flux : sciences et politiques de la détection de transgènes et de la “co-existence”

La prochaine séance du séminaire Gouverner le vivant aura lieu le mercredi 22 juin 2011, de 16h00 à 19h00
au Centre Koyré (3ème étage du Pavillon Chevreul), Muséum National d’Histoire Naturelle, Jardin des Plantes de Paris (M° Jussieu)
Entrée libre et sans inscription, dans la limite des places disponibles.

Très cordialement, les organisateurs:
Valérie Boisvert (UR 199, IRD), Christophe Bonneuil (Centre A. Koyré, CNRS-Ehess-MNHN), Elise Demeulenaere (Eco-anthropologie & Ethnobiologie, CNRS-MNHN-Paris 7, associée à l’ISCC), Jean Foyer (ISCC, CNRS) et Frédéric Thomas (PALOC, IRD-MNHN)

 

Mercredi 22 juin (16h-19h) : « Gouverner les flux : sciences et politiques de la détection de transgènes et de la « co-existence »

La détection de transgènes dans les aliments, dans les cargaisons ou en plein champs représente un enjeu central des politiques de biosécurité, de libre choix des consommateurs et de « coexistence » des cultures OGM et non OGM. Elle fait l’objet de la mise en place de dispositifs plus ou moins institutionnalisés où se confondent les dimensions techniques, économiques, politiques et culturels. On reviendra dans cette séance sur l’histoire de la mise en place d’un réseau de détection et la politique de « co-existence » au niveau Européen, sur les différentes solutions et évolutions techniques ainsi que sur le cas particulièrement controversé de la détection de transgènes dans les variétés locales de maïs au Mexique.

Intervenants : Yves Bertheau (INRA-programme européen Co-Extra), Jean Foyer (ISCC-CNRS), Christophe Bonneuil (Centre Koyré, CNRS)

Discutant : Didier Torny (INRA)


Le programme complet du séminaire est disponible à http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?rubrique320
http://www.ecoanthropologie.cnrs.fr/spip.php?article553
http://www.koyre.cnrs.fr/spip.php?article494

Ressource: Un nouveau site Web pour l’Inventaire du patrimoine immatériel du Québec

                         

Communiqué de presse

Un nouveau site Web pour l’Inventaire du patrimoine immatériel du Québec (www.irepi.ulaval.ca)

 

Université Laval (Québec), 17 juin 2011 – Lancement du nouveau site de l’inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel (IREPI), qui présente plus de 500 pratiques, savoirs et savoir-faire provenant de toutes les régions du Québec sur un site multimédia très interactif composé de textes, de photos, et d’extraits audio et audio-visuels.

La Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique présente une base de données multimédia novatrice et dynamique, constituée de descriptions textuelles de ressources du patrimoine culturel immatériel, accompagnées de photographies 2D et 3D, d’extraits vidéo et audio et de pano-vidéographie. Si la notion de patrimoine a longtemps fait référence aux biens matériels (sites historiques, bâtiments, vestiges archéologiques et collections muséales), elle s’ouvre maintenant de plus en plus au patrimoine culturel immatériel (récits oraux, savoir-faire artisanaux et artistiques, fêtes, rituels, cuisine, chanson, musique et danse), comme en témoigne la Convention sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO (2003) et le tout récent projet de loi 82 du Québec sur le patrimoine culturel. L’inventaire a été réalisé pour identifier, mettre en valeur, transmettre et faire connaître le patrimoine immatériel riche et varié du Québec. Afin de rendre plus accessibles les plus de 500 fiches actuellement en ligne, un nouveau site Internet a été développé pour faciliter leur consultation par recherches thématiques, géographiques et par médias, avec une interface plus interactive et conviviale. La Chaire est heureuse d’annoncer le soutien obtenu du Fonds canadien de l’innovation (FCI) qui a permis de créer ce nouveau site Web et d’acquérir des équipements de très haute technologie pour une mise en valeur de grande qualité du patrimoine immatériel et aussi matériel (captation d’objets en 3 dimensions, pano-photographie et pano-vidéographie accessibles par le Web). La Chaire a développé des approches d’intégration de ces nouvelles technologies qui sont uniques au monde. Expérimentées au Laboratoire d’enquête ethnologique et multmédia (LEEM) et plus récemment à l’Université d’été qui s’est tenue au Musée de la mémoire vivante à Saint-Jean-Port-Joli, ces nouvelle technologies se sont avérées uniques pour développer des modules pédagogiques en ligne, des jeux sérieux (éducatifs), des expositions virtuelles et des itinéraires touristiques accessibles sur des téléphones intelligents.

Le projet d’Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel a été élaboré et mis en œuvre par la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique de l’Université Laval, dirigée par Laurier Turgeon, en partenariat avec le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, le ministère des Affaires municipales, des régions et de l’occupation du territoire, la Société québécoise d’ethnologie et le Musée québécois de culture populaire.

Informations : Elise Bégin, coordonnatrice du projet IREPI, www.irepi.ulaval.ca
Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique
(418) 656-2131 p.13571 | elise.begin@ipac.ulaval.ca

Call: Appel à projets mémoire

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES
APPEL À PROJETS 2011
2ème session

La Région Rhône-Alpes et l’État, DRAC Rhône-Alpes, ont souhaité mettre en place conjointement le présent
appel à projets, dont l’objectif est d’encourager les démarches de connaissance et de valorisation des mémoires du
XXe siècle en région Rhône-Alpes.

I. THÉMATIQUES
1. Mémoires des grands conflits du XXe siècle
Le siècle qui vient de s’achever a été marqué par plusieurs grands conflits encore très présents dans le
quotidien, notamment par leur dimension dramatique (événements tragiques, actes d’héroïsme, mémoires
douloureuses, mémoires de la perte). Certains de ces événements se sont déroulés sur le territoire régional mais
d’autres, parfois très loin des lieux de vie actuels des populations, continuent aussi à résonner à travers les mémoires
de ceux qui les ont vécus et à travers les mémoires de leurs descendants. Par delà la dimension commémorative, on
s’efforcera de valoriser ce qui fait sens aujourd’hui à travers le traitement de ces événements conflictuels.
La thématique de l’histoire et des mémoires liées aux grands conflits du XXe siècle constitue un axe privilégié
dans le cadre de l’appel à projets. Seront particulièrement pris en compte les projets culturels s’appuyant sur une
approche scientifique. Dans le cas d’expositions, de publications ou de rencontres il conviendra de s’entourer d’un
conseil scientifique qui valide la démarche.

2. Mémoires des migrations
Faits historiques marquants pour l’histoire du XXe siècle en Rhône-Alpes, les multiples mouvements de
populations, des campagnes vers les villes puis par vagues migratoires successives, depuis les pays alpins et
méditerranéens et enfin, avec les dernières décennies, des pays de l’Europe centrale, orientale et de l’Asie, donnent à
la région une identité qui fait sa richesse et sa diversité. Ce sont ces mouvements migratoires depuis Rhône-Alpes
mais aussi vers elle qui trouveront ici leur place au travers de projets ouverts, en s’efforçant d’éviter tout
développement nostalgique et surtout toute tentation de repli identitaire.
Les projets présentés au titre de cette thématique devront faire l’objet d’un réel accompagnement scientifique
permettant d’apporter un éclairage sur la compréhension des phénomènes migratoires. Les projets de simple
collecte / restitution ne seront pas retenus. Les démarches comparatives, sur plusieurs territoires de la région, ou les
approches qui s’intéressent aux mémoires croisées des migrations sur un territoire seront privilégiées.

3. Mémoires du travail
L’histoire du XXe siècle est aussi une histoire sociale marquée à la fois par la généralisation du salariat
notamment la généralisation du salariat féminin et l’accroissement numérique des populations ouvrières urbaines
dans le prolongement des révolutions industrielles du XIXe siècle.
Les projets présentés au titre de cette thématique s’attacheront à explorer les mémoires liées aux grandes
industries régionales (mines, textile, sidérurgie, …) ; un regard particulier pourra être porté sur des industries qui se
sont fortement développées au XXe siècle (chimie, mécanique, électronique, …), secteurs importants mais peu mis en
valeur à ce jour. Dans tous les cas, l’accompagnement scientifique (sociologique, historique, ethnologique) sera une
condition déterminante dans l’appréciation du projet.

4. Mémoires, langues et territoires en Rhône-Alpes
L’Etat et la Région souhaitent que soit abordée la question de la langue, langue régionale ou langue de l’immigration,
comme lieu ou support de mémoire.
Au cours du vingtième siècle les langues régionales qui étaient le mode d’expression usuel dans les sociétés rurales
jusqu’au début du XXe siècle sont entrées en déclin. La disparition de certaines pratiques langagières, les ruptures de
transmission en font aujourd’hui un patrimoine envisagé sous l’angle de la conservation (archives orales, publications)
ou de la revitalisation (apprentissage, chants…). Dans le même temps la mobilité des populations et l’arrivée de
populations migrantes sur le territoire régional amènent de nouvelles langues parlées en public ou en privé, mais
aussi des phénomènes de croisement linguistique qu’il convient aussi de relever. La transmission ou l’absence de
transmission de la langue de ses parents, sa place dans la mémoire familiale, mais aussi les rapports entre une
langue liée à la migration et la langue du pays d’accueil sont autant de thèmes susceptibles de s’inscrire dans cet axe
de l’appel à projet.
Dans tous les cas, c’est le lien avec un territoire particulier qui doit être interrogé, autant à travers la façon dont une
langue façonne un territoire, via notamment la toponymie, que la façon dont la langue désormais patrimoine devient
source d’enjeux politiques et sociaux pour un territoire donné.
De même que les autres axes de l’appel d’offre, le projet devra s’inscrire dans une action culturelle ou
patrimoniale et bénéficier d’un encadrement scientifique. Celui-ci fera le point sur les précédentes recherches
effectuées sur le sujet.

II. CRITÈRES
– Le projet doit faire apparaître une démarche d’encadrement, soit par la présence d’une équipe scientifique
confirmée, soit par la présence d’un comité scientifique, et revêtir une réelle dimension de valorisation
culturelle.
– Il doit comporter une réalisation concrète (exposition, publication, édition, journées d’étude …) culturellement
ouverte, de dimension régionale (pas de microprojet) et adaptée à des publics différenciés.
– Seront privilégiés les projets de mise en réseau entre plusieurs institutions ainsi que l’ouverture à d’autres
territoires, notamment vers l’Europe.
– Le projet devra faire état des recherches de financement en cours et/ou des financements déjà acquis. Il ne
pourra pas être recevable au titre de « l’appel à projet mémoires » s’il est déjà soutenu par d’autres
financements émanant de l’État et de la Région. Le budget prévisionnel équilibré constituera un élément
important d’appréciation de la faisabilité du projet.

ATTENTION :
· Le soutien concerne des projets, non du fonctionnement permanent.
· Les dépenses d’investissement, notamment la construction de stèles et monuments, sont inéligibles.
Un comité de sélection des projets, constitué de professionnels de la culture, se réunira en septembre 2011.
Les propositions du comité seront ensuite soumises au vote des élus du Conseil régional et à la validation de l’État.
Les réponses, positives ou négatives, ne seront données qu’à l’issue du vote des élus régionaux.

III. DOSSIER
1. Qui peut déposer un dossier ?
– les associations
– les collectivités territoriales
– les laboratoires et centres universitaires
– les comités d’entreprises et d’établissements pour leur action culturelle, dans le strict cadre des articles
R 432-11 et R 432-12 du Code du Travail

2. Composition du dossier
L’intégralité du dossier est à transmettre par voie électronique. Seul le courrier de demande de
subvention doit nous parvenir par courrier postal, la signature originale étant requise. Tout dossier incomplet
ou hors délai sera automatiquement refusé. Merci de vous assurer que toutes les pièces demandées nous
ont été transmises.

À transmettre par courrier électronique à anne-lise.curcio@culture.gouv.fr et memoires@rhonealpes.fr
au format pdf (de préférence) ou Word, en un seul document
– un descriptif détaillé du projet, incluant une présentation des partenaires et le calendrier prévisionnel
– le budget prévisionnel détaillé du projet, selon les modalités suivantes :
– le budget doit être équilibré
– la somme demandée dans le cadre de l’appel à projets devra apparaître en recettes sous une ligne
unique « appel à projets mémoires du XXe siècle »
– si le projet se déroule sur plus d’une année, il conviendra de distinguer le budget global et le budget de
l’année en cours
– une lettre de recommandation ou de soutien du (des) chercheur(s) impliqué(s) dans le projet et/ou de
la (des) structures partenaire(s)
– RIB et numéro de SIRET. Sans numéro de SIRET, aucune subvention ne pourra être attribuée
–  un budget prévisionnel annuel de structure détaillé et équilibré (pour une association)
– statuts (pour une association)
– délibération relative à la demande de subvention (pour une collectivité)
– pour les structures ayant déjà bénéficié d’une subvention dans le cadre de cet appel à projets, un
bilan de présentation de l’action réalisée au format Excel
– la fiche synthétique de candidature complétée, (document téléchargeable sur les sites
www.rhonealpes.fr et www.culture.gouv.fr/rhone-alpes/), à conserver impérativement au format
Excel, sans changer la taille des cellules

3. Délai
Pour la deuxième session de l’année 2011, la date butoir d’envoi des dossiers est fixée au
21 août 2011, dernier délai.

4. À transmettre par courrier postal
– Un courrier officiel de demande de subvention, daté et signé par l’autorité compétente (Président de
l’association, exécutif de la collectivité…), précisant l’intitulé du projet et la somme demandée

Ce courrier doit être transmis aux adresses suivantes :
Région Rhône-Alpes Direction Régionale des Affaires Culturelles
Direction de la culture Service de l ‘ethnologie
Service Patrimoine et arts plastiques Le Grenier d’Abondance
1, Esplanade François Mitterrand 6 Quai St Vincent
CS 20033 69283 – LYON CEDEX 01
69269 Lyon Cedex 02

ATTENTION : Tous les projets subventionnés dans le cadre de l’appel à projets « mémoires du XXe siècle »
devront faire apparaître les logos de la Région et de la DRAC (ministère de la culture et de la communication),
quelle que soit l’institution attribuant la subvention.

Contacts pour toutes demandes d’informations :
– Anne-Lise Curcio, Drac Rhône-Alpes, service ethnologie : 04 72 00 44 27
– Service patrimoine et arts plastiques de la région Rhône-Alpes : 04 26 73 40 41

aap mémoires 2011 2

Fiche aap 2011

 

Education: Appel à jeunes chercheurs 2011-2012

Pour la troisième année, le Rize, équipement culturel de la ville de Villeurbanne, souhaite accueillir, à partir de la rentrée universitaire 2011, deux étudiants de M2 en sciences humaines et sociales, dans le cadre d’un stage indemnisé de 4 à 6 mois.

Ils mèneront leur recherche sur un sujet susceptible de rencontrer les centres d’intérêt du Rize, voire, si possible, d’être valorisé au sein de sa programmation culturelle. Ils disposeront bien évidemment d’une parfaite liberté dans le choix de leur problématique et son traitement. Le Rize mettra un bureau équipé à leur disposition et les assistera dans leur recherche de sources sur le territoire villeurbannais. Il leur fournira en outre un support éditorial pour une éventuelle publication de leurs recherches.

Marion JACQUIER
Responsable administrative

Le Rize
Ville de Villeurbanne
Tél. : 04 37 57 17 02  –  Fax : 04 37 57 17 11
Courriel : marion.jacquier@mairie-villeurbanne.fr
http://lerize.villeurbanne.fr

 

Appel, rensiegnements et formulaires

 

2011RIZE_appel à chercheur (juin2011)

Workshop Eunamus : Great historical narratives in European museums (1750-2010): Building Nations, Looking across Borders and Remembering the Past

European National Museums: Identity Politics, the Uses of the Past and the European Citizen

Great historical narratives in European museums (1750-2010): Building Nations, Looking across Borders and Remembering the Past

Les musées européens et leurs grands récits (1750-2010): Constructions nationales, questions de frontières et usages politiques du passé

International Workshop
29 June – 1st July 2011, Institut national d’histoire de l’art, Paris.
Organizer : Prof. Dominique Poulot

Participation is applied for by sending an email to Felicity.Bodenstein@univ-paris1.fr

There are limited places and participants will be selected.

The “national novel” or roman national has become an everyday expression, establishing itself, in a sense as a lieu de mémoire of its own. As the French face the challenge that it poses for the museum, this workshop will consider its place in national museums across Europe. How can it be read in terms of display- is it a story or is it to be recognized behind a strong idea or principle guiding the museums general presentation of collections, images and various forms of information? Can the museum itself be considered as an author –through the individual voice of the curator or the collective one of the organization – and how may it be related to academic historiography but also to national and international politics? How does its “narration” negotiate with the results of the disciplinary practices that it represents (history, archaeology, ethnology and art history), to provide a popularized approach that remains up to date with the latest research? Finally, how decisively can its narrative contribute to the construction of memory and inspire the representation that every nation has of its own culture?

A l’heure où, en France, le terme de  « roman national » est entré dans le vocabulaire courant, à mesure peut-être de sa transformation en “lieu de mémoire”, et où le monde des musées s’y trouve confronté à nouveau, on s’interrogera sur sa place dans les musées nationaux européens. Comment, d’abord, en donner une traduction en termes d’exposition – sauf à imaginer qu’un message global ou principal inspire généralement le  musée et structure sa présentation d’une collection d’objets, d’images et d’informations ? Peut-on ensuite considérer le musée en tant qu’auteur – de la voix individuelle du conservateur à celle, collective, de l’organisation – notamment dans son rapport à l’historiographie académique et à la vie politique, nationale et internationale ? Sa “narration” doit négocier avec les pratiques disciplinaires dont il se réclame (l’histoire, l’archéologie, l’ethnologie et l’histoire de l’art), et fournir à la fois la vulgate et les interrogations de la recherche contemporaine. Enfin, les musées alimentent de manière plus ou moins décisive la construction d’une mémoire, en incarnant une poétique qui inspire les représentations de la culture de chaque nation.

Wednesday 29 June: salle Perrot (14-18 h)
Afternoon Session 1: Authors and historiography in national museums
14 h : Official Welcome
14h 15 General Keynote – Stephen Bann “Alternative paradigms for the Historical Museum?  Lenoir’s Monuments français and Du Sommerard’s Cluny”, University of Bristol.
Coffee break
15 h 25 : Introduction to the workshop : “Museums, narrative and nation” – Dominique Poulot (Eunamus, University Paris I Panthéon Sorbonne)
Presentations by Eunamus authors and discussions
15h 45: Gabriella Lerario,  “The National Museum of Prehistory and Ethnography “Luigi Pigorini” in Rome: the Nation on Display” (Eunamus, University of Bologna)
16h 30 Lili Elertson, “Freedom Loving Northerners: Norwegian Independency As Narrated in Three National Museums” (Eunamus, University of Oslo)
17h 15: Despina Catapoti, “Conflicting or complementary narratives? An insight into the 1973 Neolithic exhibition at the Archaeological Museum of Volos, Greece” (Eunamus, University of the Aegean)

Thursday 30 June, Salle Perrot, INHA (9-13h)
Morning Session 2 : From Nation building to current revisions and critical history
9h Keynote speaker
Daniel Sherman – “History and Absence at the Musée du Quai Branly and the Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, Paris”, (University of North Carolina)
Presentations by Eunamus authors and discussions
9h 45: Sheila Watson, “Grand Narratives: national museums and the origins of nations in Europe” (Eunamus, University of Leicester)
Coffee break
10h 45: Johan Hegardt “The National Museum of Antiquities, Stockholm, Sweden:  Narrating a (New) Nation. The museum between 1990 and 2010” (Eunamus, National Historical Museum, Stockholm)
11h 30: Péter Apor, “Mystical Nationalism: National Museums and the Recent Past in East-Central Europe”. (Eunamus, Central European University)
12h 15: Nikolai Vukov, “Ethnoscrips and Nationographies: Imagining Nations within Ethnographic Museums in South Central and Eastern Europe” (Eunamus, New Bulgarian University)

Afternoon Session 3: National Museums and Transnational Contexts (14:30-18h)
14h30: Keynote speaker Joachim Baur, “Staging Migration – Staging the Nation? Exhibiting Migration in Europe and overseas”, independent curator, Die Exponauten, Berlin.
Presentations by Eunamus authors and discussions
15: 15 Peter Aronsson, “The rise and fall of the Nordic Dimension in national museums in Scandinavia” (Eunamus, University of Linköping)
Coffee Break
16: 15 Felicity Bodenstein, “Exhibiting Napoleon in European Museum (1837-2011) – the development of a dual Master Narrative” (Eunamus, University Paris I Panthéon Sorbonne)
17h: Andy Sawyer, “Maritime narratives of Europe” (Eunamus, University of Leicester)
17h 30: Christine Dupont “Beyond the national narratives? The House of European History (2011-)” (House of European History, Brussels – Université Libre de Bruxelles)

Friday, 1st July, Salle Vasari, INHA (9-13h)
Morning Session 4 : Social Uses of History and Memory
9h: Denis Peschanski “Between Individual Memory and Social Memory: two transdisciplinary Works in Progress” (Centre national de la recherche scientifique) .
Presentations by Eunamus authors and discussions
9h 45: Dominique Poulot, “Museums and Memorials : conflicts and uses of the French Revolution during the Bicentenary” (Eunamus, University Paris I Panthéon Sorbonne)
10h15: Ilaria Porciani, “The national Museum of the Risorgimento in 2011” (Eunamus, University of Bologna)
Coffee Break
10h45: Thomas Cauvin, “One common past, two distinct narratives: commemorative displays in national museums in Ireland and Northern Ireland in the 1990s” (Eunamus, University Paris I Panthéon Sorbonne and European University Institute Florence)
11h30: José María Lanzarote Guiral, “Rediscovering the Americas: the changing role of colonial collections in Spanish national museums” (Eunamus, University of Bologna)
12h15: Kristin Kutma, “Manipulation of Memory and Rewritten Master Narratives” (Eunamus, University of Tartu)

Seminar – Le local dans la valorisation et mise en scène des patrimoines – Séance du 21 juin 2011

L’unité « Patrimoines locaux»  (UMR 208 – MNHN/IRD) vous invite à participer au séminaire de recherche

 

Le local dans la valorisation et mise en scène des patrimoines

IRD/MNHN/CEMAF/CRBC

 

Organisateurs : Marie-Christine Cormier-Salem (géographe, IRD), Dominique Juhé-Beaulaton (historienne, CNRS), Yves Girault (muséologue, MNHN),  Dominique Guillaud (géographe/géographie culturelle, IRD), Bernard Roussel (ethnobotaniste, MNHN)

Ce séminaire, après avoir exploré les processus de construction des patrimoines naturels dans les pays du Sud,  propose maintenant de mettre plus particulièrement l’accent sur les nouvelles formes de valorisation des patrimoines, tant naturels que culturels.

Le séminaire s’intéressera aux recompositions sociales, aux réorganisations spatiales et institutionnelles, aux problèmes de conservation de la diversité biologique et culturelle, de transmission des savoirs et savoir-faire locaux face à la valorisation et la mise en scène des patrimoines locaux dans des contextes écologiques, politiques, économiques et sociaux en mutation rapide ou sur la longue durée.

Les interventions s’attacheront à décrire et analyser le jeu des acteurs, leurs actions et leurs discours dans les processus de validation et de mise en scène des objets patrimoniaux qui se rapportent aux territoires, aux ressources, aux savoirs et aux savoir-faire. Les analyses interrogeront aussi les stratégies qu’ils recouvrent.

Une attention particulière sera accordée aux choix effectués par les communautés lorsqu’elles donnent à voir leur culture, leur histoire ou leur cadre de vie (notamment dans une perspective de  valorisation touristique). Les opérations de muséologie qui présentent souvent une interface plus institutionnelle ainsi que les instrumentalisations marchandes ou politiques du patrimoine – de la quête de l’identitaire à la construction nationale – seront aussi étudiées sous l’angle du local.

Les approches pluridisciplinaires, associant en particuliers les sciences humaines et sociales aux sciences de la nature, seront privilégiées et permettront par exemple de mieux saisir les enjeux identitaires dans le cadre d’échanges globalisés et dans des situations de conflits d’accès et d’usage.

 

Prochaine séance – Mardi 21 juin 2011 au MNHN – 14H30 à 17H00

« Bibliothèque de Biophysique»
43 rue Cuvier – 1er étage – Paris 5ème – Métro Jussieu.

 

Intervention  – Jean-Loïc Le QUELLEC (Cemaf)

 

 «Valorisation et protection du patrimoine en milieu saharien : l’exemple du Sud-Ouest libyen»

Résumé :

Sur l’immense plateau du Messak et dans le massif voisin de l’Akakus en Libye (inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco), se trouvent des dizaines de milliers de peintures et gravures rupestres qu’un nombre croissant de touristes viennent admirer, se joignant aux voyageurs qui se rendent simplement dans le Sahara libyen pour se reposer, découvrir un nouvel environnement, rencontrer des Touareg, etc. Nombre de pétroliers fréquentent également cette région, soit pour exploiter un gigantesque gisement d’hydrocarbures découvert il y a quelques années dans le Messak, soit pour en chercher de nouveau en procédant à des prospections sismiques. Les autorités libyennes, et en particulier la Direction des Antiquités, établie à plus de 1000 km au nord, connaissent très mal cette région. Entre développement touristique échevelé et mesures radicales de protection, exploitation industrielle sauvage et archéologie de sauvetage, diverses expériences ont eu lieu là depuis une douzaine d’années, qui peuvent nourrir quelques réflexions sur les intérêts contradictoires que focalise cette zone saharienne dont certaines parties sont très difficiles d’accès.

Renseignement – Contact : Ludivine Goisbault –  paloc@mnhn.fr –  Tél : 01.40.79.36.70

Muséum National d’Histoire Naturelle – UMR 208 «  Patrimoines Locaux » – MNHN/IRD –  Département Hommes, Natures, Sociétés –  57 rue Cuvier  – CP 26 – 75231 Paris cedex  05 – www.paloc.ird.fr