Monthly Archives: September 2010

Seminar : La Grande Guerre aujourd’hui. Patrimoines, territoires, tourismes

Depuis quelques décennies, l’intérêt pour la Grande Guerre prend de l’ampleur dans la société française. Aussi, dans les espaces marqués par le conflit, des acteurs toujours plus nombreux préservent, exhument, interprètent, muséifient les traces de la Grande Guerre, en un mot les patrimonialisent. Comment cette relation à la Guerre et à ses espaces se construit-elle, s’invente-t-elle en héritage à préserver ? Un séminaire pluridisciplinaire réunissant historiens et géographes permettra de s’interroger sur la manière dont les acteurs s’approprient ce passé et le territorialisent.

Depuis quelques décennies, l’intérêt pour la Grande Guerre prend de l’ampleur dans la société française. Dans les territoires marqués par le conflit, des acteurs toujours plus nombreux préservent, exhument, interprètent, muséifient les traces de la guerre, en un mot, les patrimonialisent.

Mais comment cette relation à la Guerre et à ses espaces se construit-elle, s’invente-t-elle en héritage à préserver, à transmettre et à valoriser ? En quoi la trace de guerre est-elle une production sociale à la fois matérielle et immatérielle sans cesse réinvestie révélant un rapport particulier au passé et au territoire ?

Le séminaire permettra de s’interroger sur la manière dont les acteurs se saisissent et s’approprient ce passé par les lieux. Il apparaît en effet que les modalités de sélection, de préservation et de valorisation des traces de la Guerre varient fortement selon les espaces et les époques. Elles ont profondément évolué ces dernières décennies sous l’effet de recompositions territoriales, de l’affirmation de nouveaux acteurs, de la redéfinition du rôle de la culture dans l’aménagement des territoires, sans oublier l’intensification des mobilités touristiques et le développement de l’histoire comme pratique populaire. Aux enjeux mémoriels et politiques s’ajoutent des enjeux économiques, identitaires et de nouveaux impératifs de développement.

Quels savoirs mais aussi quels imaginaires associés à la guerre sont mobilisés pour en faire un facteur d’attractivité et de requalification des territoires ? Quels registres sont utilisés dans le traitement des lieux de combat pour rendre ce patrimoine “désirable”?

La patrimonialisation peut être un processus conflictuel comme le montrent les débats suscités par le “tourisme de mémoire” ou par la place attribuée aux traces de la guerre dans les projets urbains. Mais elle sert aussi à bâtir du lien social et à forger des communautés.Les pratiques sociales liées à la patrimonialisation suscitent en effet de nombreuses formes de sociabilités, de participation à la vie collective, produisent de la localité. Aussi les lieux de l’ancien front connaissent-ils des usages hybrides qu’il convient de bien cerner.

L’espace de la patrimonialisation ne se limite toutefois pas aux “régions du front” mais s’étend à l’ensemble du territoire national à travers les monuments aux morts, les plaques du souvenir, les inscriptions mais aussi les projets muséographiques et scolaires. Cet espace de la patrimonialisation est donc un espace discontinu, contrasté et sans cesse recomposé sous l’effet d’une tension permanente entre l’exhumation, la conservation et  l’effacement de l’héritage de la Guerre qu’il convient d’interroger.

Mardi 5 octobre 2010. Ouverture

  • Anne Hertzog et Nicolas Offenstadt. « La Grande Guerre aujourd’hui. Patrimoines, territoires, tourismes. » Enjeux d’une recherche

Mardi 2 novembre 2010. Batailles pour la mémoire

  • Nicolas Offenstadt, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. « Les anciens combattants et le patrimoine de guerre, des années 20 aux années 1970 ».

Mardi 7 décembre 2010. Politiques de mémoire et territoires

  • Thierry Hardier, CRID1418. « L’Etat et les vestiges de la Grande Guerre en Picardie»

Mardi 4 janvier 2011. Le cas Verdun

  • Antoine Prost, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne « Le cas Verdun»

Mardi 1er février 2011. Valeurs du patrimoine

  • Alexandre Lafon, CRID 1418, «Un patrimoine encombrant ? Transferts et transformations des monuments aux morts de la Grande Guerre dans les communes françaises»

Mardi 1er février 2011

  • Rémi Dalisson, Université de Rouen. « Le culte de la victoire de la Marne : mémoires, célébrations et muséographie»

Mardi 1er mars 2011. Mises en tourisme

  • Patrick Naef, Université de Genève. « La mise en tourisme des champs de bataille » : du « Traumascape » au « touristscape »
  • Jean Klinkert, Directeur de l’Association Départementale du Tourisme du Haut-Rhin et Vice-Président délégué du Comité duMonument National du Hartmannswillerkopf. «Mise en tourisme d’un haut-lieu demémoire et de réconciliation francoallemand – Le Hartmannswillerkopf 14 – 18 »

Mardi 5 avril 2011. Questionner la notion d’héritage

  • Jean-Paul Amat, Université de Paris VII « Forêt et patrimoine sur les champs de bataille français de la Grande Guerre. Enjeux. »

Mardi 3 mai 2011. Que faire du patrimoine de la Grande Guerre à Paris?

Table ronde avec

  • Elise Julien (Institut d’Etudes Politiques de Lille)
  • Jean-Louis Robert (Université de Paris I)
  • Pascal Monnet (Administrateur de l’Arc de Triomphe et du Panthéon)

Mardi 7 juin 2011. Paysages de la Grande Guerre

  • Anne Hertzog, Université de Cergy-Pontoise. « Les paysages de la Grande Guerre : l’invention d’un patrimoine en question ».

Conclusion et perspectives

Date et horaires :

Tous les premiers mardis du mois, d’octobre 2010 à juin 2011 de 17h à 19h.

Ministère de la défense
Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives (Salle Michelet)
37 rue de Bellechasse – 75 007 Paris

Source Calenda

Advertisements

Cultural and Heritage Tourism Symposium 2010- Toronto

Cultural and Heritage Tourism Symposium 2010- Toronto, ON

5 octobre – 6, 2010

The Culture and Heritage Institute (CHI) is pleased to announce this year’s theme for the Cultural and Heritage Tourism Symposium:

“Intercultural Dialogue in Tourism: 2020 Vision”

October 5 and 6, 2010

Venues:Evergreen Brick Works (Toronto, ON)

& the Centennial College Residence and Conference Centre (Toronto, ON)

Join us for the fourth in a series of thought provoking and leading edge CHI Symposia. This year’s theme is dedicated to furthering the international dialogue led by the United Nations and UNESCO in support of The 2010 International Year for the Rapprochement of Cultures (Intercultural Dialogue) and The International Year of Biodiversity, and is endorsed by these organizations as an official event within the international calendar of events.

Renowned speakers from countries including the United Kingdom, Australia, the United States of America and Canada will share their expertise and discuss both problems and solutions from today’s viewpoint, as they relate to the Symposium’s exploration of ‘Intercultural Dialogue in Tourism: 2020 Vision’.

This year’s topics include:

– China’s Approved Destination Status for Canada
– Intercultural Dialogue in Sport
– Geo-tourism
– Media on Intercultural Dialogue
– Investing in Cultural Diversity
– Museums and Intangible Heritage in Sustainable Tourism
– Museums and Places for Intercultural Dialogue
– First Voice: The Transformation of Museological and Heritage Practices

Who should attend?

Whether you are a tourism practitioner, a professional involved in museums, heritage sites or galleries, an educator, a corporate sponsor, a culture, heritage, tourism government official, policy developer and/or student, this conference has been designed for you, and offers you the unique opportunity to meet and learn from your partners in the cultural heritage tourism sector. We also invite you to help shape the future of Toronto as a city recognized for its intercultural dialogue.

Please visit our website for the complete Symposium agenda

Register now!

Personnes-ressources

Culture and Heritage Institute Contact Info: Tel: 416 289 5000 ext 3360 Email: chi@centennialcollege.ca

Organisation

Culture and Heritage Institute of Centennial College

Site Web

www.centennialcollege.ca/chi/symposium

Lieu

Oct. 5-Centennial College Residence and Conference Centre, 940 Progress Avenue/Oct. 6- Evergreen Brick Works, 550 Bayview Avenue
Toronto, Ontario
M1G 3T5/M4W 3X8

Workshop : Sief Working Group on ‘Cultural Heritage and Property’

Working Group on ‘Cultural Heritage and Property’ 2nd Meeting
16th September 2010, Lisbon, Auditório 1, FCSH-UNL (Av. Berna, 26-C, 1069-061 Lisboa)
17th September, Universidade Fernando Pessoa, Porto.

After the 1st and successful meeting of the WG in Tartu, Estonia, in August 2009, we are pleased to announce the 2nd meeting of the SIEF’s Working Group on ‘Cultural Heritage and Property’, to be held in Portugal from 16 to 17 September 2010.

This meeting addresses the relationships between heritage and power. It aims to discuss in a comprehensive way and with ethnographic grounds the discourses and practices associated with the contemporary production and consumption of localized heritage in the current context of the global capitalist ideology. (Note: the adopted work language will be English)

Organization: Luís Silva, Paula Mota Santos
Partnerships: Centre for Research in Anthropology (CRIA / FCSH-UNL, Lisbon); Fernando Pessoa University (Porto)
More details

http://www.cria.org.pt/

Workshop Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement

Journée d’étude internationale
«  Patrimonialisations : enjeux identitaires et
problématiques de développement »
19 octobre 2010 – EHESS, Paris

Les études et travaux sur les phénomènes de patrimonialisation n’ont jamais
été aussi en vogue qu’actuellement. Comme toute thématique qui connaît une
popularité considérable dans le domaine de la recherche, celle-ci semble
devenir victime de son succès puisque la notion du patrimoine apparaît peu à
peu comme étant diffuse et confuse. Nous nous dirigeons ainsi vers un « tout
patrimonial » que critiquait déjà Marc Guillaume (1980) lorsqu’il
affirmait : « Tout devient patrimoine: l’architecture, les villes, le
paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code
génétique. »
Lors de cette journée d’étude, une attention particulière sera portée à la
conceptualisation et la redéfinition du concept de patrimoine. S’il apparaît
désormais établi que celui-ci englobe aussi bien des formes matérielles
(architecture, objets, arts plastiques) qu’intangibles (danses, chants,
coutumes, légendes, savoir-faire, connaissances), d’autres formes sont à
exclure de cette discussion, comme, par exemple, le patrimoine paysager.
Au cours de cette rencontre, il s’agira de s’intéresser à divers types de
patrimoines culturels en mettant en valeur les enjeux identitaires mais
aussi politiques soulevés lors de leur valorisation. Etudier les mises en
patrimoines sous l’angle des motivations des acteurs initiateurs et/ou
responsables (décideurs politiques) mais également demandeurs (populations
locales ; touristes) en termes de culture permettra d’analyser la diversité
des phénomènes identitaires qui se forment en réaction à des contextes
locaux et mondiaux.
Ces politiques seront appréhendées dans une perspective de développement
socio-économique. Les intervenants chercherons à démontrer dans quelle
mesure la mise en patrimoine peut être un vecteur de développement pour ces
sociétés. L’originalité de cette journée sera d’analyser les points de
convergence entre les mises en valeur des patrimoines culturels et les
politiques de développement, dans un contexte de « glocalisation »
(Schuerkens 2003), c’est-à-dire, où le local et le global s’entremêlent,
s’influencent mutuellement et de manière plurielle. En dehors de son aspect
particulièrement lié à l’histoire et à la mémoire des peuples, le patrimoine
sera ainsi replacé dans une perspective dynamique en phase avec les réalités
socioéconomiques locales.

Journée d’étude organisée par :
Ulrike SCHUERKENS, Docteur en sociologie, Docteur de l’ÉHÉSS en
anthropologie sociale et en ethnologie, HDR, professeur associée à l’ÉHÉSS.
Madina REGNAULT, Doctorante à l’ÉHÉSS, Chargée d’enseignement à
l’Université Paris III –Sorbonne Nouvelle.
Initiative soutenue par la Formation doctorale « Territoires, sociétés,
développement » de l’EHESS.

PROGRAMME
8h30 : Accueil des participants
9h : Présentation du programme et aperçu théorique par Ulrike Schuerkens et
Madina Regnault
9h15 : Panel 1 : Politiques de mise en patrimoine en période postcoloniale
entre local et global: vers une décolonisation conceptuelle ?
Présidente de séance : Ulrike Schuerkens (EHESS)
§       Timoteo Rodriguez (U C Berkeley): «Iknal, Identity Politics and
Decolonizing the Ethnos: Yucatec Maya Epistemologies.»
§       David Khatile (CIRIEF – Université de Paris 8): «Patrimonialisation
et post-esclavagisme : nature et complexité des enjeux du cas martiniquais.»
§       Susan Meltzer Bonnefond (University of the West Indies at Cave Hill,
Barbados): «The Natural Life of a Playful Space: Grenada’s Rainbow City
Festival.»
§       Beatrice Byer-Bayle (Université de Melbourne, Australie) :
«Patrimonialisation en Thaïlande et au Sri Lanka ou comment les politiques
locales interagissent avec le global.»
§       Patricia Lamarche-de Largentaye (Université de Provence) : «Mise en
valeur du patrimoine kuba au Kasaï occidental en République Démocratique du
Congo : enjeux culturels, politiques, sociaux et économiques»
Distributed papers :
§       Christelle Patin (IRIS, EHESS)/ Jean Simon (Université de Rouen) :
«Les têtes tatouées maories des musées français : un patrimoine “sensible” à
la croisée d’enjeux identitaires contemporains.»
§       Emmanuelle Cadet (IEP d’Aix en Provence): «Héritages culturels au
Liban : comment acteurs, modes de gestion et usages reformulent le modèle
patrimonial transmis.»
10h30: Discussion
10h45: Pause
11h00 : Panel 2 : Mises en tourisme patrimoniales et phénomènes de
constructions, reconstructions, affirmations identitaires.
Présidente de séance : Maria Gravari Barbas (IREST, Paris 1
Panthéon-Sorbonne)
§       Julie Carpentier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense/IFEA) :
«Affirmation identitaire et développement local autour d’un projet
touristique : le cas des shuar de Chico-Méndez. »
§       Audrey Boucksom (Université Paris 1, Panthéon Sorbonne) « D’une mise
en patrimoine de l’artisanat nigérien à une mise en tourisme : Politique
nationale de sauvegarde du patrimoine culturel et aide internationale au
développement »
§       Julien Laverdure (EHESS/IHEAL): « L’artisanat Boruca et la
construction du patrimoine centraméricain. »
§       Bertrand Royer (Université Lyon 2) : «Des récits touristiques à la
musique tradi-moderne, un patrimoine vivant au service du développement en
pays lobi burkinabé»
Distributed papers :
§       Anaïs Pourrouquet (EHESS/ Centre d’Études Africaines) : «La
patrimonialisation de la musique au Mali : de la nationalisation à la
transnationalisation.»
§       Euler David de Siqueira (Université Paris-Descartes/Université
Fédérale de Juiz de Fora, Minas Gerais, Brésil): La (re)patrimonialisation
symbolique du Christ Rédempteur comme nouvelle merveille touristique à Rio
de Janeiro: enjeux liés à la construction de l’identité locale et nationale.
§      Najem Dhaher (Université de Tunis) : «Espaces traditionnels et
fonctions contemporaines : Le cas du centre historique de Tozeur en Tunisie»

12h00 : Discussion
12h15 : Déjeuner libre

14h00 : Panel 3 : Patrimonialisations et enjeux urbains*
Présidente de séance : Philippe San Marco (ENS)
§       Nadia Capuzzo Derkovic (Université de Genève) : « Les dessous d’une
patrimonialisation ou comment exclure l’autre par le monument. Les pratiques
de patrimonialisation à Sarajevo: exemples de revendications
communautaires.»
§       Pauline Guinard (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) :
« L’art public à Johannesburg : outil d’une politique de régénération
urbaine et patrimoine en devenir? »
§       Ghada Salem (Université Lyon2) : «La patrimonialisation des biens
religieux dans les sociétés communautaires : l’enjeu territorial du
patrimoine ou le référentiel religieux de l’identité. Le cas de Baalbek,
Liban.»

Distributed paper :
§       Anna Dewaele (EHESS): «La patrimonialisation de Chandigarh en
question : quels développements pour quelles identités urbaines ? »

14h45 : Discussion
15h00 : Panel 4 : Patrimoine et développement en Afrique : enjeux,
méthodes, pratiques
Présidente de séance : Madina Regnault (EHESS)
§       Olivier Marcel (Bordeaux3/ IFRA-Nairobi): « Les décideurs de la
patrimonialisation africaine : motivations, représentations et stratégies ;
retour sur un colloque institutionnel. »
§       Sebastien Boulay (Université Paris Descartes): «La tradition au
secours du développement ? Enseignements d’interventions menées dans deux
sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en Mauritanie.»
§       Carla Sousa (Universidade do Algarve, Portugal): *«*Patrimonialisations
à l’Île du Mozambique. Mémoires sociales : négociations identitaires autour
des musées. »
§       Jean-Paul Notué  (Université de Yaoundé1, Cameroun/Chercheur associé
IRD) : «Questions de patrimoine, d’art et de muséologie d’Afrique :
problèmes  de concepts et de perceptions, approche endogène avec la
réalisation de  musées au Cameroun. »

Distributed paper :
§      Tublu Komi N’kégbé Fogâ (Ecole du Patrimoine Africain, Bénin):
«Patrimoine et enjeux identitaires : Le Musée  National du Togo comme outil
de consolidation de l’unité nationale. »
16h00 : Discussion
16h15 : Pause
16h30: Panel 5 : Revivification patrimoniale : du tangible à l’intangible,
mise en perspective de quelques Patrimoines de l’humanité de l’UNESCO
Présidente de séance : Saskia Cousin (EHESS, IUT de Tours)
§       Sébastien Preuil (CEMOTEV, Université Saint Quentin en Yvelines) :
«Angkor : patrimonialisation, khmeritude et développement durable.»
§       Olivier Givre (Université Lyon 2) : «Le *nestinarstvo* dans la
région de Strandzha (Bulgarie): les territoires d’un patrimoine, entre
relocalisation et remise en circulation, « tradition » et développement.»
§       Anaïs Leblon (Centre d’Études des Mondes africains, CEMAf-Aix):
Réinterprétations des identités et enjeux socio-politiques de la
patrimonialisation : le cas du yaaral et du degal, des fêtes de transhumance
peule au Mali.

Distributed papers :
§       Esther Sanz Sanz (EHESS) : «La valorisation des patrimoines
culturels comme vecteur de développement socio-économique. Une étude de cas
: Intervention dans le Château de la Glorieta à Sucre, Bolivie.
§       Nathalie Gauthard (Université de Nice Sophia Antipolis) : «La
patrimonialisation des Arts Vivants issus des minorités tibétaines de Chine. »
17h15: Discussion
17h30 : Conclusion de la journée d’étude par les organisatrices Ulrike
Schuerkens et Madina Regnault
18h : Cocktail de clôture

INFORMATIONS PRATIQUES :
Lieu :
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
105 Boulevard Raspail, 75006 Paris
2ème étage : Salles 7 et 8
Métros : Saint-Placide (ligne 4) ou Notre Dame des Champs (ligne 12)

International Conference: The Restauration of Artworks in Europe from 1789 to 1815: Practices, Transfers, Issues

Université de Genève
Uni Bastions, salle B111
La restauration des œuvres d’art en Europe entre 1789 et 1815
1er et 2 octobre 2010

ColloqueRestaurationGenève

Conference: Partager la diversité culturelle Le dialogue des arts et des patrimoines à travers l’Europe et la Méditerranée

16 et 17 septembre 2010

Marseille

Un échange entre chercheurs et professionnels

Ce colloque, pour décaler les regards et favoriser les échanges, propose un format original qui croise des interventions de professionnels et de chercheurs (communications, dialogues, présentations, tables rondes, etc.)
et des parcours de médiation dans la ville, des vidéos ou encore des  performances éclairs.

Pour expérimenter ce questionnement réciproque autour de l’accueil de la diversité culturelle dans les institutions du patrimoine et des arts, des professionnels des arts et du patrimoine et des chercheurs concernés par ces domaines mettront en perspective réflexions théoriques et expériences pratiques. La portée heuristique de ce colloque s’inscrit dans la continuité du séminaire «Dialogue interculturel dans les institutions patrimoniales
(musées, archives, bibliothèques)» (MRT Ministère de la Culture et de la Communication) et bénéficie de l’expérience et de la réflexion que partagent les Universités de Provence et d’Hildesheim en matière de médiation culturelle dans les domaines des arts et du patrimoine. Ce colloque s’adressent naturellement aux professionnels, aux chercheurs et aux étudiants des domaines concernés, mais également aux acteurs institutionnels (responsables d’établissements publics, etc.) et aux agents des organismes publics nationaux et des collectivités territoriales.

Le colloque est organisé par :

  • Université de Provence site Saint Charles
  • Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale -Alcazar
  • MUCEM
  • Bibliothèque et Archives Départementales
  • Friche de la Belle de mai

Documents à télécharger :

http://www.univ-provence.fr/public_html/univ-provence/index.php?pages=article&id=842&numpage=830&refmod=113314

Seminar: Comprendre le XXe siècle des musées

École pratique des hautes études, EPHE
2010-2011
Direction d’études de Jean-Michel Leniaud

Conférence d’Agnès Callu
Le mardi de 18h à 20h
Salle EPHE de l’INHA
2, rue Vivienne
75002 Paris

Comprendre le XXe siècle des musées

Choisir d’installer sur la table universitaire le musée du XXe siècle comme objet historique suppose d’apprécier les enjeux politiques, sociaux, culturels et économiques qu’il suscite, à l’échelle de l’État comme des collectivités territoriales, dans une société ouverte à la novation esthétique et patrimoniale en même temps qu’elle adopte l’acculturation des codes hiérarchiques et les évolutions entrepreneuriales ou technologiques. Outre le commentaire, sur le mode historiographique, de la production scientifique du domaine – plurielle car distribuée, parfois en tensions, autour de deux pôles souvent opposés : l’Histoire culturelle et l’Histoire de l’art – un panorama des matériaux disponibles à la recherche s’avère l’indispensable préalable. Puis, prenant appui sur des fondations méthodologiques dès lors posées, plusieurs thèmes sont abordés, questionnant, en longue durée, le musée et ses représentations, entre élitisme
social, promotion de la culture pour tous ou merchandising des biens culturels. Sont alors ouvertes et/ou creusées – souvent en diachronie à l’aide du témoignage d’anciens acteurs – plusieurs pistes de réflexion amenant à discuter la figure du musée dans les imaginaires collectifs, le capital symbolique d’un geste architectural, le trilogue entre l’œuvre, l’artiste et le conservateur ou bien encore la place des hommes : érudits, bâtisseurs ou décideurs dans la structuration et le fonctionnement de celui qui, entre désir et pédagogie, se définit comme « une institution permanente […] au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’études, d’éducation et de délectation […] ».

Séance 1). 23 novembre 2010. Objet(s), méthode(s) et historio-bibliographie(s)
Enjeux et perspectives (Agnès Callu)
L’IMEC et les fonds d’artistes (Yves Chèvrefils-Desbiolles)

Séance 2). 7 décembre 2010. Lire, interpréter et confronter les sources
Les fonds d’archives des Musées nationaux et de l’INHA (Catherine Granger et Martine Poulain)

Séance 3). 14 décembre 2010. Lire, interpréter et confronter les sources (suite)
Les archives du Musée national d’art moderne (Didier Schulmann)

Séance 4). 18 janvier 2011. Imaginer un musée
Gaëtan Picon : plaidoyer pour un nouveau musée d’art moderne (Agnès Callu)
Grand témoin : entretien de Robert Bordaz, ancien président du Centre Pompidou [audition et décryptage]

Séance 5). 1er février 2011. Bâtir un musée
Le Centre Pompidou-Metz : enjeux et chef-d’œuvres (Laurent Le Bon, CPM)
Grand témoin : entretien d’Émile-Jean Biasini, ancien secrétaire d’État aux Grands travaux [audition et décryptage]

Séance 6). 15 février 2011. Incarner un musée
Jacques Jaujard ou le mythe résistentialiste du Louvre occupé (Côme Fabre, ENS-Ulm)
Discutant : Écrire l’histoire du Louvre (Guillaume Fonkenell, Musée du Louvre)

Séance 7). 15 mars 2011. Travailler au Musée
François Mathey : les Arts décoratifs aux mains d’un conservateur révolutionnaire ? (Brigitte Gilardet, IEP de Paris)
Grand témoin : entretien de Germain Viatte, conservateur général honoraire du Patrimoine [interview enregistré et filmé]

Séance 8). 5 avril 2011. Développer un musée
La Réunion des musées nationaux : un établissement public en faveur d’une identité muséale française (Agnès Callu)
Grand témoin : entretien d’Irène Bizot, ancien administrateur général de la RMN [interview enregistré et filmé]
Discutante : Existe-t-il une appellation contrôlée « Musées nationaux ? » (Chantal Georgel, INHA) [sous réserve]

Séance 9). 17 mai 2011. L’artiste dans le musée
Au musée et dans les galeries : l’artiste et ses œuvres, 1930-1940 (Claire Maingon)
Discutante : Exposer les artistes vivants (Emmanuelle de l’Écotais, Musée national d’art moderne de la ville de Paris)

Séance 10). 31 mai 2011. Projets et conclusions
Présentation du projet éditorial « Dictionnaire historique et culturel du Louvre » (Yannick Lintz, Musée du Louvre)
Bilan de la conférence (Agnès Callu)

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes (thèse publiée sur la Réunion des musées nationaux sous la IIIe République, Prix Lenoir) et de l’Institut national du Patrimoine (promotion Hubert Robert), Docteur en histoire contemporaine de l’Institut d’études politiques de Paris (thèse sous presse sur le philosophe esthéticien et critique d’art Gaëtan Picon, 1915-1976), Agnès Callu est historienne, conservateur du Patrimoine, chercheur associé au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP), chargé de cours à l’Université Paris – Sorbonne (Paris IV) et à Sciences Po ainsi que chargé de conférences à l’École pratique des hautes études (EPHE)