Tag Archives: Memory

Publication: Politics of Memory: Making Slavery Visible in the Public Space, edited by Ana Lucia Araujo (Routledge, 2012)

Politics of Memory: Making Slavery Visible in the Public Space, edited by Ana Lucia Araujo (Routledge, 2012)

TABLE OF CONTENTS:

Introduction Ana Lucia Araujo, Howard University

Part I: Slavery and Slave Trade in National Narratives

1. Transnational Memory of Slave Merchants: Making the Perpetrators Visible in the Public Space Ana Lucia Araujo, Howard University

2. Reasons for Silence: Tracing the Legacy of Internal Slavery and Slave Trade in Contemporary Gambia Alice Bellagamba, University of Milan-Biccoca

3. With or Without Roots: Conflicting Memories of Slavery and Indentured Labor in the Mauritian Public Space Mathieu Claveyrolas, CNRS and EHESS

4. Smoldering Memories and Burning Questions: The Politics of Remembering Sally Bassett and Slavery in Bermuda Quito Swan, Howard University

5. Making Slavery Visible (Again): The Nineteenth-Century Roots of a Revisionist Recovery in New England Margot Minardi, Reed College

6. Teaching and Commemorating Slavery and Abolition in France: From Organized Forgetfulness to Historical Debates Nelly Schmidt, University of Paris IV-Sorbonne

7. Commemorating a Guilty Past: The Politics of Memory in the French Former Slave Trade Cities Renaud Hourcade, Sciences Po Rennes

8. The Challenge of Memorializing Slavery in North Carolina: The Unsung Founders Memorial and the North Carolina Freedom Monument Project Renée Ater, University of Maryland College Park

Part II: Slavery and Slave Trade in the Museum

9. Museums and Slavery in Britain: The Bicentenary of 1807 Geoffrey Cubitt, University of York

10. Museums and Sensitive Histories: The International Slavery Museum Richard Benjamin, International Slavery Museum

11. The Art of Memory: São Paulo’s AfroBrasil Museum Kimberly Cleveland, Georgia State University

12. Afro-Brazilian Heritage and Slavery in Rio de Janeiro Community Museums Francine Saillant, Université Laval Pedro Simonard, Université Laval

13. Exhibiting Slavery at the New-York Historical Society Kathleen Hulser, New-York Historical Society

14. Museums and the Story of Slavery: The Challenge of Language Regina Faden, Historic St. Mary’s City

Notes

Bibliography

Index

Workshop: Quels patrimoines pour quelles communautés? Valeur sociale du patrimoine

Quels patrimoines pour quelles communautés? Valeur sociale du patrimoine
12 mars 2012
Patrimoines et communautés religieuses

Ministère de la culture et de la communication.
182 rue Saint-Honoré. 75001 Paris
Salle Colette

Le programme “Quels patrimoines pour quelles communautés ? Valeurs sociales du patrimoine”, organisé conjointement par le Lahic et le DPRPS, a pris la forme de journées d’étude régulières destinées à nourrir la réflexion des professionnels du patrimoine sur cette question qui touche au cœur de leur action.
Devant les transformations des processus patrimoniaux au cours des dix dernières années, une réflexion est aujourd’hui devenue indispensable. Deux aspects concomitants seront pris en compte et analysés :
– le changement des échelles de désignation du patrimoine, avec une montée en puissances des échelles locales et supra-nationales et une minoration du rôle de l’Etat.
– le rôle grandissant des communautés, devenues des acteurs à part entière du processus patrimonial, mouvement entériné par la convention de Faro ou celle sur le patrimoine culturel

Ces transformations nous invitent à tenter de définir ce qu’est aujourd’hui un bien commun, ce qui fait communauté, et quels sont les critères qui, à côté des valeurs classiques de Riegel permettraient de déterminer les valeur sociales d’un patrimoine.
Ces journées d’étude permettent de mettre en place une réflexion commune aux spécialistes du patrimoine, praticiens et chercheurs, qu’ils travaillent à l’échelle locale, nationale ou supra-

Journée du 12 mars 2012

9h : Introduction

9h15-10h : Pascal Even, conservateur général des patrimoines
Les enjeux de la préservation des archives religieuses

10h-10h45 : Marie-Anne Sire, conservatrice générale des patrimoines
La valorisation des lieux de culte en France. Les enjeux et les pièges , à partir de quelques récents projets de travaux soumis à la commission nationale des monuments historiques

11h-11h45 : Gaspard Salatko
Composer une architecture mémorielle hybride ? Agencement et restauration du sanctuaire de l’église Saint-Jean-Baptiste de Belleville

11h45-12h30 : Discussion

14h-16h30 : Sossie Andézian, Fanny Urien, Elsa Grugeon
Analyse de l’inventaire des sites du patrimoine culturel et naturel de valeur universelle exceptionnelle en Palestine
S. Andézian : La Basilique de la Nativité à Bethléem
F. Urien : Le Mont Gerizim et les Samaritains en Cisjordanie
E. Grugeon :Les lieux saints musulmans dans les « Itinéraires de pèlerinages »

16h45-17h30 : Discussion

Publication: Politics of Memory: Making Slavery Visible in the Public Space (Routledge, 2012)

New edited volume Politics of Memory: Making Slavery Visible in the Public Space (Routledge, 2012), which is now available for pre-order.

 
The table of contents is pasted below and a description is available here: http://www.routledge.com/books/details/9780415526920/
 
The preliminary versions of most chapters published in this book were firstly presented as papers in a multi-session workshop I convened in the American Historical Association Meeting held in Boston in January 2011.  
 
The book will interest scholars working on public memory and public history of slavery on various geographical areas (United States, Brazil, Caribbean, England, France, and West Africa). 
 
Feel free to circulate the announcement among your contacts and especially to forward this email to the library of your university.
 
All the best,
 
Ana Lucia Araujo
Associate Professor of History
Director of Graduate Studies
Howard University
Department of History
Frederick Douglass Memorial Hall
2441 6th Street N.W.
Room 316 B
Washington D.C.
United States
20059

Phone number : 202-806-9365

Personal website: www.analuciaaraujo.org

 
 
* * *

Politics of Memory: Making Slavery Visible in the Public Space, edited by Ana Lucia Araujo (Routledge, 2012)

TABLE OF CONTENTS :

Introduction
Ana Lucia Araujo, Howard University

Part I: Slavery and Slave Trade in National Narratives

1. Transnational Memory of Slave Merchants: Making the Perpetrators Visible in the Public Space

Ana Lucia Araujo, Howard University

 

2. Reasons for Silence: Tracing the Legacy of Internal Slavery and Slave Trade in Contemporary Gambia

Alice Bellagamba, University of Milan-Biccoca

 

3. With or Without Roots: Conflicting Memories of Slavery and Indentured Labor in the Mauritian Public Space

Mathieu Claveyrolas, CNRS and EHESS

 

4. Smoldering Memories and Burning Questions: The Politics of Remembering Sally Bassett and Slavery in Bermuda

Quito Swan, Howard University

 

5. Making Slavery Visible (Again): The Nineteenth-Century Roots of a Revisionist Recovery in New England

Margot Minardi, Reed College

 

6. Teaching and Commemorating Slavery and Abolition in France: From Organized Forgetfulness to Historical Debates

Nelly Schmidt, University of Paris IV-Sorbonne

 

7. Commemorating a Guilty Past: The Politics of Memory in the French Former Slave Trade Cities

Renaud Hourcade,  Sciences Po Rennes

 

8. The Challenge of Memorializing Slavery in North Carolina: The Unsung Founders Memorial and the North Carolina Freedom Monument Project

Renée Ater, University of Maryland College Park

 

Part II: Slavery and Slave Trade in the Museum

 

9. Museums and Slavery in Britain: The Bicentenary of 1807

Geoffrey Cubitt, University of York

 

10. Museums and Sensitive Histories: The International Slavery Museum

Richard Benjamin, International Slavery Museum

 

11. The Art of Memory: São Paulo’s AfroBrasil Museum

Kimberly Cleveland, Georgia State University

 

12. Afro-Brazilian Heritage and Slavery in Rio de Janeiro Community Museums

Francine Saillant, Université Laval

Pedro Simonard, Université Laval

 

13. Exhibiting Slavery at the New-York Historical Society

Kathleen Hulser, New-York Historical Society

 

14. Museums and the Story of Slavery: The Challenge of Language

Regina Faden, Historic St. Mary’s City

 

Notes

Bibliography

Index

CFP: Colloque international Lieux et enjeux de mémoire dans le Sud-ouest du Burkina – Gaoua – 27-29 juin 2012

COLLOQUE INTERNATIONAL

Lieux et enjeux de mémoire

dans le Sud-ouest du Burkina

Gaoua, 27-29 juin 2012

Appel à communication

L’inscription en juin 2009 des Ruines de Loropéni au Patrimoine mondial de l’humanité, grâce aux travaux de l’équipe scientifique internationale dirigée par le professeur Jean-Baptiste Kiéthéga, révèle tout l’intérêt que l’on doit accorder aux monuments architecturaux ou autres édifices humains du passé comme lieux de rappel de la mémoire, sinon comme enjeux de la mémoire dans l’histoire d’une région ou d’une nation. Elle ouvre de nombreuses perspectives à l’écriture de l’histoire nationale et en particulier de la région du Sud-ouest burkinabè. De nombreux sites méritent d’être étudiés pour révéler l’importance qu’elles ont revêtue dans l’histoire des peuples et dont la seule évocation de la mémoire contribue à la prise de conscience collective de ces peuples comme sujets de l’histoire. Jusque-là, l’écriture de l’histoire du Burkina Faso s’est faite en fonction d’une logique de spécialisation qui finit par définir des cloisons entre spécialistes dans la recherche. Nous saisissons l’événement de l’inscription des ruines de Loropéni au patrimoine mondiale de l’Unesco pour organiser cette rencontre scientifique et inviter les chercheurs de différentes spécialisations à investiguer le champ des sites culturels comme lieux de mémoire et comme matériaux de l’écriture de l’histoire.

Le Sud-ouest du Burkina Faso est reconnu comme une zone historiquement marginalisée par le déroulement des grands événements politiques ouest africains. La région du Bassin du Niger a été, entre le IVe et le XVIe siècles, le théâtre successif de fondation des empires du Ghana, du Mali et de Gao. La fondation de royaumes ou d’empires de taille modeste après la fin du XVIe siècle, a pu se réaliser du Bassin du Niger jusqu’au cours supérieur du Bassin de la Volta noire et dans la partie est du Burkina Faso. Au sud, dans le littoral du Golfe de Guinée, se sont développés des royaumes dont les plus célèbres sont le royaume Ashanti et le Dahomey plus au sud, et le Dagomba au nord.

Le Sud-ouest du Burkina n’a pas été concerné par ces développements de formations politiques parfois remaniés. Il est resté pendant longtemps isolé des influences extérieures. Seul le royaume koulango de Bouna a revendiqué l’occupation de cet espace jusqu’à la Bougouriba avant le XVe siècle. Au cours du XVe siècle, les Gan, un groupe akan venu de la région du Golfe de Guinée, créent un Etat centré sur Obiré et s’adonnent à l’exploitation de l’or. D’après les recherches de Madeleine Père (1993), ils utilisèrent à cet effet à leur arrivée, les autochtones, Lorhon et Koulango comme main-d’œuvre servile. Lobi, Birifor, Djan, Pougouli, Dagara et Dioula, qui arrivèrent au cours des XVIIIe et XIXe siècles, constituèrent la dernière vague des migrations et de peuplement.

Sur le plan physique, le Sud-ouest représente une des régions les plus accidentées du Burkina. Les collines et chaînes de montagnes de formation birrimienne offrent des possibilités de refuge, mais ont été utilisées à une époque récente comme des lieux d’exploitations agricoles à cause de la fertilité de leurs versants. Collines et chaînes montagneuses entrecoupent des plateaux, plaines et vallées qui sont les théâtres d’habitations et d’exploitations agricoles privilégiées. Ils sont donc en tant qu’espace de colonisation agricole, les lieux de mémoire du territoire.

Cette notion de mémoire du territoire nous invite à partir d’une acception dynamique de la notion même de territoire. Le territoire inclut à la fois une dimension sociétale dans ses particularismes, mais aussi ses caractéristiques unificatrices du fait de l’expression d’une conscience collective ou d’un sentiment d’appartenance et d’appropriation du territoire en tant que construit social ; une dimension historique cumulative des expériences du vécu humain et une dimension spatiale, avec ses spécificités locales et régionales. Une telle approche du territoire est susceptible de mettre au clair les tendances majeures qui, pour le Sud-ouest burkinabè, ont agi dans le sens d’un dépassement de l’isolement historique et économique, en faveur d’une ouverture au monde à partir de la fin du XIXe siècle, mettant en relation les acteurs sociaux qui ont influé sur la formation des « tribus du Rameau lobi » pour reprendre l’expression d’Henri Labouret (1931) et de l’entité territoriale régionale d’après le découpage colonial qui finit par donner lieu à des considérations géopolitiques. Il y a un lien entre le Sud-ouest et les populations de culture lobi opposées à leurs vis-à-vis, les Sénoufo et apparentés dans une relation d’alliance à plaisanterie.

Au regard du phénomène de migrations, l’espace du Sud-ouest burkinabè comme entité géopolitique s’est formé progressivement dans la longue durée, sur la base d’une succession de populations qui tissent des relations d’interdépendance, développant ainsi deux systèmes sociopolitiques : centralisé pour les Loron-Koulango, les Gan et les Gbodogo ; lignager pour les Lobi, les Birifor, Dagara, Djan, etc. Ces populations ont mis en place une économie de subsistance assortie de courants d’échanges internes et semi-ouverts. L’ouverture vers l’extérieur étant l’œuvre des marchands dioula qui ont vu dans cet El dorado au sens propre du terme, une zone de relais entre les pays de la noix de kola et le bassin du Niger, plaque tournante du commerce transsaharien. Des rapports d’hégémonies ont pu exister dans le temps entre Gan et Loron-Koulango, puis entre Lobi et Loron, mais ils ont fait place à des rapports de complémentarité dans l’action culturelle.

Si l’on peut apprécier la mémoire du territoire à partir du peuplement, des sites naturels comme les grottes, les cours d’eau sacrés (la Volta en l’occurrence) d’une part, des édifices humains comme les ruines de Loropéni, les sites d’or précoloniaux, les grottes militaires de Gaoua, Diébougou, Kampti, Djikologo et les lieux saints, objets de pèlerinage, d’autre part, constituent à la fois des lieux et des enjeux de la mémoire. Les anthropologues français du religieux Louis Vincent Thomas et René Luneau ont soutenu depuis 1969 que les Africains sont « incurablement religieux ». En effet, les populations du Sud-ouest burkinabè ont vu dans ces sites qu’ils soient naturels ou édifiés par des hommes, des sanctuaires, lieux de commémoration et de communication avec le divin. Elles ont recherché l’équilibre individuel et collectif dans une communion avec les forces de la nature à travers les sites. C’est dire qu’il existe une relation forte entre ces sites pris souvent comme des entités divinisés et les groupes sociaux qui en font des lieux de communion et d’évocation de la mémoire collective. A ce titre, la ritualisation de la traversée de la Volta dans le cadre de l’initiation au Djoro est en quelque sorte une évocation de la mémoire collective.

L’objectif de ce colloque est de mettre en exergue le lien entre histoire et mémoire. La mémoire collective du groupe familial, clanique ou ethnique est souvent évoquée comme un fait de culture et un facteur de cohésion et d’unité de ce groupe. Dans le cadre de l’oralité, on peut la considérer comme une histoire traditionnelle de type oral où la connaissance du passé n’est pas nécessairement une affaire de spécialiste. Elle repose sur la conscience du groupe de former une seule et même communauté par rapport à d’autres groupes. « Le passé ancien de l’Afrique est, selon Jean-Pierre Chrétien (1996), pétri de mémoire et pénétré de dynamiques historiques ». En explorant le champ de la mémoire, nous voulons dépasser le simple cadre de son évocation pour élaborer plus rigoureusement la connaissance du passé des populations du Sud-ouest burkinabè à partir des sites, lieux et enjeux de mémoire collective. Les différentes communications devront explorer les thèmes suivants :

–  Peuplement, relations interethniques et évolution des systèmes sociopolitiques dans la longue durée. La résistance désormais légendaire des Lobi à la colonisation a expliqué que historiens et anthropologues aient privilégié l’étude du fait colonial au détriment de leur passé précolonial. Dans la mise en place du peuplement, il serait intéressant de mettre en exergue l’importance symbolique de la traversée de la Volta comme une étape de la migration que la mémoire collective des différentes « tribus du Rameau lobi » évoque pour signifier la fin d’une époque dans le processus de la recherche de soi.

Les sites du patrimoine culturel comme lieux de mémoires. Comment peut-on expliquer la place du monument fortifié de Loropéni dans l’histoire de la région. Le choix du site dans une plaine qui s’ouvre vers l’ouest sur les pays Dogossye, Karaboro et Komono laissant à l’opposé une région de chaînes montagneuses pourtant plus densément peuplé aujourd’hui donne à réfléchir sur les raisons de ce choix et ce que représente cette plaine dans l’histoire de la région. La construction de la fortification signifie-t-elle l’existence de menaces constantes contre les populations de la zone par rapport à l’ensemble de la région ? Contre qui les Koulango qui sont censés en être les bâtisseurs l’ont-ils érigé ? Il s’agit ici de prendre le site ou le monument (les ruines) comme « nœuds de la mémoire », selon le mot d’Henri Moniot (1996), faisant converger dans le temps des acteurs variés, et de ce point de vue comme un matériau d’écriture de l’histoire.

–  La relation entre les sites du patrimoine et le phénomène du croire. On comprend qu’un site naturel en raison de sa charge mystique et mythique puisse être considéré comme un sanctuaire, un lieu de pèlerinage. Mais la sanctification d’édifices comme les ruines de Loropéni, les grottes militaires vraisemblablement à destination initialement défensive donne à penser que le phénomène du croire, lié au choix d’un site s’impose en fonction de diverses circonstances (état moral et psychologique des populations, etc.).

Les résumés des communications en français ou en anglais doivent parvenir au CERLESHS au plus tard le 15 décembre 2011.

Les textes des communications sont attendus pour le mercredi 30 mai 2012.

Coordonnateurs :

Pr Magloire SOME : cerleshs@univ-ouaga.bf; cerleshs@rocketmail.com;

Dr Lassina SIMPORE : mkelassane@yahoo.fr.

CFP: Patrimony, Memory and Identity in West Africa, July 3-5, 2012

Call for papers: IFRA-Nigeria 2012 International Conference, University of Ibadan, July 3-5, 2012

Patrimony, Memory and Identity in West Africa

 

IFRA is launching a new multi-annual research programme on Patrimony, Memory and Identity in West Africa with a particular -but not exclusive- focus on Nigeria.

An international conference will take place at the University of Ibadan from July 3-5, 2012. This project is intended to link up Nigerian and West African Scholars to the many international research teams that are currently working on the concepts of patrimonialisation and identity.

Main topics:

1. Processes of patrimonialisation in Africa: review of achievements and theoretical implications for the study of contemporary Africa.

2. Contested patrimonies and memories: History, Culture and Politics in post-colonial West Africa

3. Environment as patrimony: from local practice to global concern.

4. Patrimony and Identity in Nigeria.

Besides the above questions, we welcome papers on patrimony and policy making, on the question of the patrimonial status of land and its reform, as well as innovative papers on the emergence of new forms of identity-related forms of patrimonies in West Africa and Nigeria in particular.

Download Call for Paper in PDF format here

Conference: African memory in danger. Plundering and return of cultural and anthropological heritage in Africa

Conference

African memory in danger : Plundering and return of cultural and anthropological heritage in Africa

The African continent has been subject to plundering for centuries, the nature, form and motivation of which has varied with conquests, colonization, independence and globalization. At present, plundering and the illicit trade of cultural property have seriously affected African history and compromise the development of populations. Export of blood samples and repatriation of human remains also raise important ethical questions. For several years, laws have been formulated, agreements ratified, ethics code proclaimed and ethical commissions established. Local initiatives for cultural heritage protection appeared, the return of cultural property and biological remains was organized. Yet the positive effects have not always been seen, or the situation is shown to be more complex than expected.

Organised by the swiss society of African studies, the laboratory Archéologie et peuplement de l’Afrique (Unité d’anthropologie of University of Geneva), and the CECOJI (CNRS), this conference is under the patronage of the swiss commission for UNESCO.

 

Place: Musée d’art et d’Histoire, Geneva, Switzerland

Dates : 15-16 September 2011

Programm and subcriptions : http://au.unige.ch/memoireafricaine/

Call: Appel à projets mémoire

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES
APPEL À PROJETS 2011
2ème session

La Région Rhône-Alpes et l’État, DRAC Rhône-Alpes, ont souhaité mettre en place conjointement le présent
appel à projets, dont l’objectif est d’encourager les démarches de connaissance et de valorisation des mémoires du
XXe siècle en région Rhône-Alpes.

I. THÉMATIQUES
1. Mémoires des grands conflits du XXe siècle
Le siècle qui vient de s’achever a été marqué par plusieurs grands conflits encore très présents dans le
quotidien, notamment par leur dimension dramatique (événements tragiques, actes d’héroïsme, mémoires
douloureuses, mémoires de la perte). Certains de ces événements se sont déroulés sur le territoire régional mais
d’autres, parfois très loin des lieux de vie actuels des populations, continuent aussi à résonner à travers les mémoires
de ceux qui les ont vécus et à travers les mémoires de leurs descendants. Par delà la dimension commémorative, on
s’efforcera de valoriser ce qui fait sens aujourd’hui à travers le traitement de ces événements conflictuels.
La thématique de l’histoire et des mémoires liées aux grands conflits du XXe siècle constitue un axe privilégié
dans le cadre de l’appel à projets. Seront particulièrement pris en compte les projets culturels s’appuyant sur une
approche scientifique. Dans le cas d’expositions, de publications ou de rencontres il conviendra de s’entourer d’un
conseil scientifique qui valide la démarche.

2. Mémoires des migrations
Faits historiques marquants pour l’histoire du XXe siècle en Rhône-Alpes, les multiples mouvements de
populations, des campagnes vers les villes puis par vagues migratoires successives, depuis les pays alpins et
méditerranéens et enfin, avec les dernières décennies, des pays de l’Europe centrale, orientale et de l’Asie, donnent à
la région une identité qui fait sa richesse et sa diversité. Ce sont ces mouvements migratoires depuis Rhône-Alpes
mais aussi vers elle qui trouveront ici leur place au travers de projets ouverts, en s’efforçant d’éviter tout
développement nostalgique et surtout toute tentation de repli identitaire.
Les projets présentés au titre de cette thématique devront faire l’objet d’un réel accompagnement scientifique
permettant d’apporter un éclairage sur la compréhension des phénomènes migratoires. Les projets de simple
collecte / restitution ne seront pas retenus. Les démarches comparatives, sur plusieurs territoires de la région, ou les
approches qui s’intéressent aux mémoires croisées des migrations sur un territoire seront privilégiées.

3. Mémoires du travail
L’histoire du XXe siècle est aussi une histoire sociale marquée à la fois par la généralisation du salariat
notamment la généralisation du salariat féminin et l’accroissement numérique des populations ouvrières urbaines
dans le prolongement des révolutions industrielles du XIXe siècle.
Les projets présentés au titre de cette thématique s’attacheront à explorer les mémoires liées aux grandes
industries régionales (mines, textile, sidérurgie, …) ; un regard particulier pourra être porté sur des industries qui se
sont fortement développées au XXe siècle (chimie, mécanique, électronique, …), secteurs importants mais peu mis en
valeur à ce jour. Dans tous les cas, l’accompagnement scientifique (sociologique, historique, ethnologique) sera une
condition déterminante dans l’appréciation du projet.

4. Mémoires, langues et territoires en Rhône-Alpes
L’Etat et la Région souhaitent que soit abordée la question de la langue, langue régionale ou langue de l’immigration,
comme lieu ou support de mémoire.
Au cours du vingtième siècle les langues régionales qui étaient le mode d’expression usuel dans les sociétés rurales
jusqu’au début du XXe siècle sont entrées en déclin. La disparition de certaines pratiques langagières, les ruptures de
transmission en font aujourd’hui un patrimoine envisagé sous l’angle de la conservation (archives orales, publications)
ou de la revitalisation (apprentissage, chants…). Dans le même temps la mobilité des populations et l’arrivée de
populations migrantes sur le territoire régional amènent de nouvelles langues parlées en public ou en privé, mais
aussi des phénomènes de croisement linguistique qu’il convient aussi de relever. La transmission ou l’absence de
transmission de la langue de ses parents, sa place dans la mémoire familiale, mais aussi les rapports entre une
langue liée à la migration et la langue du pays d’accueil sont autant de thèmes susceptibles de s’inscrire dans cet axe
de l’appel à projet.
Dans tous les cas, c’est le lien avec un territoire particulier qui doit être interrogé, autant à travers la façon dont une
langue façonne un territoire, via notamment la toponymie, que la façon dont la langue désormais patrimoine devient
source d’enjeux politiques et sociaux pour un territoire donné.
De même que les autres axes de l’appel d’offre, le projet devra s’inscrire dans une action culturelle ou
patrimoniale et bénéficier d’un encadrement scientifique. Celui-ci fera le point sur les précédentes recherches
effectuées sur le sujet.

II. CRITÈRES
– Le projet doit faire apparaître une démarche d’encadrement, soit par la présence d’une équipe scientifique
confirmée, soit par la présence d’un comité scientifique, et revêtir une réelle dimension de valorisation
culturelle.
– Il doit comporter une réalisation concrète (exposition, publication, édition, journées d’étude …) culturellement
ouverte, de dimension régionale (pas de microprojet) et adaptée à des publics différenciés.
– Seront privilégiés les projets de mise en réseau entre plusieurs institutions ainsi que l’ouverture à d’autres
territoires, notamment vers l’Europe.
– Le projet devra faire état des recherches de financement en cours et/ou des financements déjà acquis. Il ne
pourra pas être recevable au titre de « l’appel à projet mémoires » s’il est déjà soutenu par d’autres
financements émanant de l’État et de la Région. Le budget prévisionnel équilibré constituera un élément
important d’appréciation de la faisabilité du projet.

ATTENTION :
· Le soutien concerne des projets, non du fonctionnement permanent.
· Les dépenses d’investissement, notamment la construction de stèles et monuments, sont inéligibles.
Un comité de sélection des projets, constitué de professionnels de la culture, se réunira en septembre 2011.
Les propositions du comité seront ensuite soumises au vote des élus du Conseil régional et à la validation de l’État.
Les réponses, positives ou négatives, ne seront données qu’à l’issue du vote des élus régionaux.

III. DOSSIER
1. Qui peut déposer un dossier ?
– les associations
– les collectivités territoriales
– les laboratoires et centres universitaires
– les comités d’entreprises et d’établissements pour leur action culturelle, dans le strict cadre des articles
R 432-11 et R 432-12 du Code du Travail

2. Composition du dossier
L’intégralité du dossier est à transmettre par voie électronique. Seul le courrier de demande de
subvention doit nous parvenir par courrier postal, la signature originale étant requise. Tout dossier incomplet
ou hors délai sera automatiquement refusé. Merci de vous assurer que toutes les pièces demandées nous
ont été transmises.

À transmettre par courrier électronique à anne-lise.curcio@culture.gouv.fr et memoires@rhonealpes.fr
au format pdf (de préférence) ou Word, en un seul document
– un descriptif détaillé du projet, incluant une présentation des partenaires et le calendrier prévisionnel
– le budget prévisionnel détaillé du projet, selon les modalités suivantes :
– le budget doit être équilibré
– la somme demandée dans le cadre de l’appel à projets devra apparaître en recettes sous une ligne
unique « appel à projets mémoires du XXe siècle »
– si le projet se déroule sur plus d’une année, il conviendra de distinguer le budget global et le budget de
l’année en cours
– une lettre de recommandation ou de soutien du (des) chercheur(s) impliqué(s) dans le projet et/ou de
la (des) structures partenaire(s)
– RIB et numéro de SIRET. Sans numéro de SIRET, aucune subvention ne pourra être attribuée
–  un budget prévisionnel annuel de structure détaillé et équilibré (pour une association)
– statuts (pour une association)
– délibération relative à la demande de subvention (pour une collectivité)
– pour les structures ayant déjà bénéficié d’une subvention dans le cadre de cet appel à projets, un
bilan de présentation de l’action réalisée au format Excel
– la fiche synthétique de candidature complétée, (document téléchargeable sur les sites
www.rhonealpes.fr et www.culture.gouv.fr/rhone-alpes/), à conserver impérativement au format
Excel, sans changer la taille des cellules

3. Délai
Pour la deuxième session de l’année 2011, la date butoir d’envoi des dossiers est fixée au
21 août 2011, dernier délai.

4. À transmettre par courrier postal
– Un courrier officiel de demande de subvention, daté et signé par l’autorité compétente (Président de
l’association, exécutif de la collectivité…), précisant l’intitulé du projet et la somme demandée

Ce courrier doit être transmis aux adresses suivantes :
Région Rhône-Alpes Direction Régionale des Affaires Culturelles
Direction de la culture Service de l ‘ethnologie
Service Patrimoine et arts plastiques Le Grenier d’Abondance
1, Esplanade François Mitterrand 6 Quai St Vincent
CS 20033 69283 – LYON CEDEX 01
69269 Lyon Cedex 02

ATTENTION : Tous les projets subventionnés dans le cadre de l’appel à projets « mémoires du XXe siècle »
devront faire apparaître les logos de la Région et de la DRAC (ministère de la culture et de la communication),
quelle que soit l’institution attribuant la subvention.

Contacts pour toutes demandes d’informations :
– Anne-Lise Curcio, Drac Rhône-Alpes, service ethnologie : 04 72 00 44 27
– Service patrimoine et arts plastiques de la région Rhône-Alpes : 04 26 73 40 41

aap mémoires 2011 2

Fiche aap 2011

 

Education: Appel à jeunes chercheurs 2011-2012

Pour la troisième année, le Rize, équipement culturel de la ville de Villeurbanne, souhaite accueillir, à partir de la rentrée universitaire 2011, deux étudiants de M2 en sciences humaines et sociales, dans le cadre d’un stage indemnisé de 4 à 6 mois.

Ils mèneront leur recherche sur un sujet susceptible de rencontrer les centres d’intérêt du Rize, voire, si possible, d’être valorisé au sein de sa programmation culturelle. Ils disposeront bien évidemment d’une parfaite liberté dans le choix de leur problématique et son traitement. Le Rize mettra un bureau équipé à leur disposition et les assistera dans leur recherche de sources sur le territoire villeurbannais. Il leur fournira en outre un support éditorial pour une éventuelle publication de leurs recherches.

Marion JACQUIER
Responsable administrative

Le Rize
Ville de Villeurbanne
Tél. : 04 37 57 17 02  –  Fax : 04 37 57 17 11
Courriel : marion.jacquier@mairie-villeurbanne.fr
http://lerize.villeurbanne.fr

 

Appel, rensiegnements et formulaires

 

2011RIZE_appel à chercheur (juin2011)

APPEL A COMMUNICATION V Congrès Imágenes de la Muerte (54 ICA, Viena, Austria) 15-20 Julio 2012

Appel à communication.

V CONGRÈS IMAGES DE LA MORT. LA MORT ET LE MOURIR DANS LE MONDE IBEROAMERICAIN

54 ICA Congreso internacional de americanistas
« construyendo diálogos en las Américas »
Viena, Austria, 15 â 20 de julio de 2012

Module 6 â Histoire Symposium 791

Coordinatrices :

Claudia Rodrigues (Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro
UNIRIO/Brasil)
Isabel Zacca (Universidad Nacional de Salta – UNSa/Argentina)
María Dolores Muñoz Jiménez (Universidad de Granada – UGR/España)

Le Groupe de recherche Imagens da Morte : a morte e o morrer no mundo
Ibero-americano invite les collègues intéressés à participer au «
Symposium 791 â Imágenes de la Muerte : la muerte y el morir en el
mundo Iberoamericano », avec la coordination de Claudia Rodrigues
(Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro UNIRIO/Brasil),
Isabel Zacca (Universidad Nacional de Salta – UNSa/Argentina) y María
Dolores Muñoz Jiménez (Universidad de Granada – UGR/España). Cet
événement, qui constituera la cinquième édition du Congrès latino-
américain de sciences sociales et humanités « Imagens da Morte
» (maintenant « V » Congrès dâImágenes de la Muerte », dont le
déroulement aura lieu à lâintérieur du 54e Congrès international des
Américanistes. Avec cette finalité nous vous invitons à nous soumettre
vos propositions de communication jusquâau 31 août 2011.

Pour plus de détails, consulter le lien officiel du Symposium :

http://ica2012.univie.ac.at/es/inicio/

http://ica2012.univie.ac.at/es/simposios-pre-aceptados/6-historia/#791

Appel à proposition

Les pratiques et représentations sur la mort sont historiques, et,
dans ce sens elles se transforment avec le temps. Cependant, ce
processus de transformation ne doit pas être compris à partir dâune
perspective évolutive, car les permanences, dâhabitude, accompagnent
les mutations dans les coutumes et conceptions du mourir et de « lâau-
delà » ; câest ainsi que dans certains moments et lieux ont peut
arriver à douter que quelque chose avait effectivement changé.

De plus, la pluralité des différentes perspectives à travers un point
de vue interdisciplinaire permet de percevoir la richesse et la
complexité sur la manière dont les individus et les différentes
sociétés et cultures ont expérimenté et vivent leurs attitudes et
sensibilités envers la mort. Le but de ce symposium est de réunir des
chercheurs pour échanger leurs points de vue sur le sujet, non
uniquement à partir dâune perspective historique, mais aussi
anthropologique, philosophique, iconographique, artistique,
littéraire, sociologique, psychologique, parmi dâautres domaines
affinés, en ayant pour but de permettre lâidentification des
complexités et de richesses dans les analyses ainsi que la possibilité
sur la discussion des aspects théoriques, méthodologiques,
conceptuelles ainsi que les processus des différentes recherches.

Cette proposition se justifie devant le constat, ces dernières
décades, de lâaugmentation des recherches et des réflexions
académiques sur la mort est en train de concrétiser un essor dans
lâélaboration des analyses sur les différentes cultures ibériques et
américaines tout au long de leur histoire. Ce nâest pas par hasard que
lâaugmentation des publications qui expriment la multiplicité des
recherches, effectués dans des universités et centres de recherche de
différents pays ibéro-américains. Le IV Congrès latino-américain de
sciences sociales et humanités : Imágenes de la Muerte, qui avait eu
lieu à Niterói -25/29 juillet 2010- (dont les éditions antérieures
avaient eu lieu en 2004, Lima/Perú ; en 2006, Mérida/México et en
2008, Bogotá/Colombia) avait montré le grand intérêt suscité par ce
sujet ainsi que la vitalité des recherches, en réunissant 160
chercheurs de lâAmérique latine et dâEurope, totalisant
134 travaux de recherche. Les communications se sont focalisées sur :
les perspectives archéologiques sur les sociétés américaines pré-
ibériques ; les représentations sur la mort dans la culture baroque
ibéro-américaine ; les appropriations culturelles, rituelles et les
hiérarchies sociales sur la « bonne mort » ; les transformations dans
les coutumes funèbres et la sécularisation de la mort entre le XIXe et
le XXe siècle (ruptures et continuités) ; représentations littéraires
et philosophiques sur la mort ; relation entre mort et politique ;
relations entre mort, guerre et violence urbaine dans lâactualité ;
ritualisation de la mort dans les contextes de sécularisation ; vécus
et conceptions actuelles sur la mort dans des contextes familiales,
éducationnelles et de maladie dans le monde contemporain ; mort et
sépulture comme lieux de mémoire ; mort, spiritisme et culture
populaire ; mort dans le domaine
philosophique, épistémologique et psychanalytique, et lâiconographie
de la mort.
Devant un tel cadre, un de plus grands défis est le maintien de
lâéchange entre les chercheurs ainsi que lâélaboration de travaux de
recherche et dâétudes comparatifs conjoints. Câest cet objectif qui
est visé dans cette proposition de Symposium : faciliter le dialogue
académique sur les Images de la mort dans le monde Ibéro-Américain.

Mots clés : mort, rituels funéraires, cimetières, représentations de
lâau-delà, deuil.
En suivant ce lien vous trouverez détaillées les conditions de
présentation de propositions de communication, ainsi quâun formulaire
en ligne où il faut sâinscrire :

http://ica2012.univie.ac.at/es/convocatoria-de-ponencias-1/como-presentar-una-propuesta/

ESPAÑOL:

54 ICA Congreso internacional de americanistas
« construyendo diálogos en las Américas »
Viena, Austria, 15 – 20 de julio de 2012

Llamada a comunicaciones – V CONGRESO IMÁGENES DE LA MUERTE. LA MUERTE Y EL MORIR EN EL MUNDO IBEROAMERICANO.
Área Temática : 6 – Historia
Simpósio 791 – Imágenes de la Muerte : la muerte y el morir en el
mundo Ibero-Americano

Coordinadoras :

Claudia Rodrigues (Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro
UNIRIO/Brasil),
Isabel Zacca (Universidad Nacional de Salta – UNSa/Argentina),
María Dolores Muñoz Jíménez (Universidad de Granada – UGR/España).
El Grupo de Pesquisas Imagens da Morte : a morte e o morrer no mundo
Ibero-americano invita a todos los interesados en participar del
“Simpósio 791 – Imágenes de la Muerte : la muerte y el morir en el
mundo Ibero-Americano”, con la coordinación de Claudia Rodrigues
(Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro UNIRIO/Brasil),
Isabel Zacca (Universidad Nacional de Salta – UNSa/Argentina) y María
Dolores Muñoz Jiménez (Universidad de Granada – UGR/España). Evento
que será la quinta edición del Congresso Latino-americano de Ciências
Sociais e Humanidades : “Imagens da Morte” (ahora “V Congreso de
Imagenes de la Muerte”) y se desarrollará en el interior del 54º.
Congreso Internacional de Americanistas. Con esta finalidad los
invitamos a presentar sus propuestas de comunicación/ponencia hasta el
31 de agosto de 2011.

Mas detalles pueden ser obtenidos a través del link oficial del
evento :
http://ica2012.univie.ac.at/es/inicio/
http://ica2012.univie.ac.at/es/simposios-pre-aceptados/6-historia/#791
http://ica2012.univie.ac.at/es/convocatoria-de-ponencias-1/como-presentar-una-propuesta/

Resumen :
Las prácticas y representaciones ante la muerte son, ante todo,
históricas y, en este sentido, se transforman con el tiempo. No
obstante, este proceso de transformación no debe ser comprendido en
una perspectiva evolutiva, pues las permanencias suelen acompañar las
mutaciones en las costumbres y concepciones del morir y del “más
allá” ; así en algunos momentos y lugares llega a ponerse en duda la
idea de que algo efectivamente cambió. Además, la pluralidad de las
diferentes perspectivas a través de un enfoque interdisciplinar
permite percibir la riqueza y complejidad de cómo los individuos y las
diversas sociedades vivenciaron y vivencian sus actitudes y
sensibilidades ante la muerte.

El objetivo de este simposio es reunir a investigadores que analicen,
discutan e intercambien sus puntos de vista sobre el tema, no sólo
desde la perspectiva histórica, sino también antropológica,
filosófica, iconográfica, artística, literaria, sociológica,
psicológica, entre otras áreas afines, con la finalidad de permitir
que se indentifiquen complejidades y riquezas en los análisis y se
posibilite la discusión de aspectos teóricos, metodológicos,
conceptuales así como los procesos de las diferentes investigaciones.
Esta propuesta se justifica ante la constatación que en las últimas
décadas, el incremento de las investigaciones y de las reflexiones
académicas sobre la muerte está posibilitando un gran auge en la
elaboración de análisis sobre las diferentes culturas ibéricas y
americanas a lo largo de su historia. No ha sido por casualidad el
incremento de publicaciones que expresan la multiplicidad de las
investigaciones, llevadas a cabo en universidades y centros de
investigación de diversos países ibero-americanos.

El IV Congreso Latino-Americano de Ciencias Sociales y Humanidades :
Imágenes de la muerte, celebrado en Niterói -25/29 de julio 2010-
(cuyas anteriores ediciones tuvieron lugar en 2004, Lima/Perú ; en
2006, Mérida/México y en 2008, Bogotá/Colombia) demostró el gran
interés que suscita este tema y la vitalidad de las investigaciones,
al reunir a 160 investigadores de América Latina y de Europa,
totalizando 134 trabajos. Las presentaciones enfocaron : perspectivas
arqueológicas sobre sociedades americanas pre-ibéricas ;
representaciones sobre la muerte en la cultura barroca ibero-
americana ; apropiaciones culturales, rituales y jerarquías sociales
sobre la “buena muerte” ; transformaciones en las costumbres fúnebres
y la secularización de la muerte entre los siglos XIX y XX (rupturas y
continuidades) ; representaciones literarias y filosóficas sobre la
muerte ; relación entre muerte y política ; relaciones entre muerte,
guerra y violencia urbana en la actualidad ; ritualización de la
muerte en contextos de secularización ; vivencias y concepciones
actuales sobre la muerte en contextos familiares, educacionales y de
enfermedad en el mundo contemporáneo ; muerte y sepulturas como
lugares de memoria ; muerte, espiritismo y cultura popular ; muerte en
el ámbito filosófico, epistemológico y psicoanalítico y la iconografía
de la muerte.

Ante tal marco, uno de los mayores desafíos es el mantenimiento del
intercambio entre investigadores y la elaboración de estudios de
investigación y estudios comparativos conjuntos. Y es con este objeto
que proponemos este simposio con el objetivo fundamental de propiciar
el diálogo académico sobre las imágenes de la muerte en el mundo Ibero-
Americano.

Palabras claves : muerte, rituales funerarios, cementerios,
representaciones del más allá, duelo.

Conference: Mémoires des migrations, patrimonialisation et citoyenneté, 28-30 juin 2011, Citeres, Tours

Mémoires des migrations, patrimonialisation et citoyenneté

Colloque régional et international

organisé par le laboratoire CITERES (CNRS –UMR 6173)

et l’Université François Rabelais de Tours

Ce colloque vise à rassembler des chercheurs en sciences humaines et sociales et des acteurs institutionnels (de la culture, de l’urbain et du social) pour réfléchir ensemble à la place des mémoires des migrations dans les villes et à la nature des liens qui articulent mémoires, patrimoine et citoyenneté.

L’entrée dans cette problématique étant une étude régionale, le colloque permettra d’interroger cette problématique dans plusieurs contextes régionaux, mais aussi de découvrir comment elle est pensée dans des contextes nationaux comme le Royaume-Uni ou le Canada. Cette manifestation a donc une dimension régionale, avec toutefois l’ambition de poser l’objet dans sa dimension nationale (indispensable avec un tel sujet) mais aussi, par le biais d’exemples et d’approches britanniques et canadiennes, dans une perspective internationale.

PROGRAMME

Mardi 28 juin 2011

14 : 00                  PRESENTATION DES RESULTATS DE LA RECHERCHE MENEE EN REGION CENTRE / Salle Anatole France – Mairie de Tours

Restitution collectivepar l’équipe de chercheurs impliqués : Mobilisations « au nom de la mémoire » et formes de patrimonialisation émergentes

  • En présence de Patrick RIEHL, vice-président de la Région chargé de la recherche (en charge des universités, enseignement supérieur, recherche, innovation et transfert de technologie)
  • Et de Michel TALBOT, Service de l’action territoriale et interministérielle, DRAC Centre.

15 :15                   PAUSE

15 :30                  QUESTIONS ET DEBAT AVEC LA SALLE

16 :00 – 18 : 00     TALE RONDE /

         Histoire et mémoires des migrations dans les institutions patrimoniales

Présidée par Christian HOTTIN, Pilotage de la Recherche, Ministère de la culture et de la communication et Carole CANETTE, Conseillère Régionale, Déléguée à la Culture et patrimoine en Région Centre

  •  Xavier DE LA SELLE, Le Rize – Centre Mémoires et Société, Villeurbanne
  •  Claire CALOGIROU, IDEMEC, CNRS / Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
  •  Silvia BERNARDI, Musée Paolo Cresci de Lucca (Italie)
  •  Julie GARNIER, MIGRINTER, Université Poitiers / A propos de l’Exposition « Nantais venus d’ailleurs » – Musée de Nantes

Mercredi 29 juin 2011

8:30            ACCUEIL DES PARTICIPANTS

                            Salle Anatole France – Mairie de Tours

9:00 – 9:30  Allocutions d’ouverture

Michel CAMUX, Préfet de la région Centre (ou son représentant)

Mr BONNEAU, Président du Conseil Régional (à confirmer) 

Mme LARRUE, Citeres / Université François Rabelais de Tours

09:30 – 09:45        INTRODUCTION / Mémoires en migration : un débat transver

Hélène BERTHELEU, CITERES, Université de Tours

09:45 – 13:00          conférences introductives 

  •  Laure TEULIÈRES, FRAMESPA, Université de Toulouse – Le Mirail : Les conditions d’émergence des mémoires des migrations au prisme d’enjeux mémoriels contemporains
  •  Catherine NEVEU, LAIOS, EHESS : Engagements, mémoires et citoyennetés urbaines

Pause Café

  •  Michel RAUTENBERG, Centre Max Weber, Université de Saint Etienne : Des mémoires qui résistent à la patrimonialisation ?
  •  Alain BATTEGAY, Cnrs, LAMES-Aix en Provence/Centre Max Weber- Lyon-Saint-Etienne : Les mémoires de l’immigration dans les redéploiements mémoriels en France. Ce que le public fait à la mémoire.

13:00                         PAUSE – REPAS SERVI SUR PLACE

                                   Visite des expositions photos dans le Péristyle de la Mairie

                                   Présentation du site www.memoiresplurielles.fr

PENDANT LE COLLOQUE

Visite sur place de deux expositions photographiques

« Retour au Laos » par Malik NEJMI

A la demande de la communauté laotienne qui souhaitait documenter ce voyage et en partenariat avec le Secours Populaire, j’ai suivi l’évolution de ces vingt adolescents dans leur projet de retour au Laos. Sensible aux questions de transmission des cultures parentales, j’ai essayé de dresser ici le portrait de la jeune génération laotienne née en France, à travers un voyage unique et sensible, conditionné par l’espoir d’un retour aux sources… Comment photographier et retranscrire cet espoir de voir se reconstituer des liens avec un pays que les parents ont quitté, il y a trente ans ? La force de ce projet est à l’image de ce que les jeunes ont mis en œuvre pour le réaliser.

« Mémoires de nos aînés » par Kadir HAMOU et Malik NEJMI

Fin 2007, Kader Hamou, médiateur culturel, contacte le photographe Malik Nejmi pour un « petit projet », un simple recueil de mémoires d’immigrés. Quelques récits de vie plus tard, les visages ont surgi avec leurs rides creusées et leurs regards brillants. Ils ne sont pas seuls ces aîné(e)s : le « petit projet » s’est étendu au quartier de la Rabière avec ses hommes et ses femmes pris sur le vif. Mémoire de nos aîné(e)s réunit un texte saisissant et des visages magnifiques, portés par un passeur de mots et un photographe écrivain. Un tout petit projet pour un flot d’humanité.

14:30 – 16:00        Mémoires des migrations : représentations et citoyennetés

                                            Table ronde N°1

Animée par Hélène HATZFELD, chargée de mission, Ministère de la culture et de la communication

  •  Georgie WEMYSS, Goldmiths, University of London (traduction assurée par Catherine Neveu) : White Discourse, Memory and Hierarchies of Belonging
  • · Jim HOUSE, Centre for French and Francophone Cultural Studies, University of Leeds :  Mémoires, silence et engagement
  •  Yvan GASTAUT, CMMC, Université de Nice : Les enjeux des mémoires des migrations  en région PACA

16:00 – 16:30        DEBAT AVEC LA SALLE 

16:30 – 18:00        Mémoires des migrations, transmission et territoires

Table ronde N°2

Animée par Patrice MELE, CITERES, Université de Tours

  • Ahmed BOUBEKER, Piero GALLORO, Laboratoire Lorrain de Sciences sociales, Université de Metz : Des non-lieux de mémoire des migrations ?
  •  Julie GARNIER, MIGRINTER, Université de Poitiers : La mémoire “des murs” au  détour de l’injonction mémorielle
  •  Scott G.SOO, French Studies, School of Humanities, University of Southampton : Don Quijote, la télévision et le jardin : récits de vie et milieux de mémoire des  Républicains espagnols

18:00 – 18:30        DEBAT AVEC LA SALLE

19:00                    RECEPTION /COCKTAIL A LA MAIRIE DE TOURS

                            Accueil par Mr Jean Germain, Maire de Tours

21:00                   SOIREE THEATRE

Entre mémoire, émotion et récit de soi présentée par Hélène BERTHELEU, CITERES, Université de Tours – Salle Thélème, Université de Tours

Pièce de Théâtre : « Sans nom »

Compagnie Gavroche Théâtre, de et avec Mohamed BELLAHCENE

Eclairage : Jean-Raphael SMITH

Un homme dénommé Mohamed interné à l’hôpital psychiatrique délire. De ces délires, des textes d’Arthur Raimbaud, de Maupassant jaillissent comme des torrents de mots. Mohamed se dédouble soudainement pour devenir des personnages tels qu’un metteur en scène, un animateur socioculturel, un vieillard ou encore un rebelle qui lui expriment tous comment faire et que faire comme métier. Mohamed n’existe pas à leurs yeux, quant à lui il n’existe qu’à travers les textes lumineux profonds et inaccessibles. Chaque personnage ou chaque double voulant être Mohamed, s’ensuit une course poursuite pour le vampiriser. Qui est Mohamed ? Rêve ou cauchemar ? La recherche d’une identité, le déracinement sont au centre de cette quête. Un seul comédien pour cinq personnages dans un spectacle fantastique avec un décor de jeux d’ombres, de sons, d’ambiances qui vous emmène loin des portes de la conscience. Qui est-il ? Qui sommes-nous ?

Jeudi 30 juin 201

9:00 – 10:30    Mémoires des migrations : effets de contextes, engagements institutionnels ?

Table ronde n°3

Animée parMichel RAUTENBERG, MODYS, Université de Saint Etienne

  • Marianne AMAR, CNHI, Paris : “Généalogie politique d’un projet culturel : la naissance d’un musée de l’immigration à Paris (1989-2007)”
  • Hélène HATZFELD, Ministère de la culture et de la communication : Mémoires, institutions patrimoniales et contextes locaux
  • Jean-Barthelemi DEBOST, Service du patrimoine culturel, Conseil général de la Seine-Saint-Denis : Le rôle des collectivités locales : l’expérience d’un département engagé
  • Evelyne RIBERT, IIAC/CEM, CNRS : Les actions mémorielles des Espagnols en Seine Saint-Denis

10:30 – 11:00          DEBAT AVEC LA SALLE

11:00 – 13:00        Co-produire la mémoire : quels réseaux d’acteurs ?

Table ronde n°4

Animée par Julie GARNIER, MIGRINTER, Université de Poitiers

  • Naïma YAHI, Association Génériques : Vingt ans d’expérience et de recul d’un acteur « historique »
  • Xavier DE LA SELLE, Le Rize – Centre Mémoires et Société : L’expérience du Centre      Mémoires et Société de Villeurbanne
  • Joëlle RICHARD & Gayé PETEK, anciennes responsables d’associations    d’accompagnement des migrants : Des acteurs en péril et une mémoire étouffée

13:00 PAUSE – REPAS SERVI SUR PLACE

14:30 – 16:30          De la mémoire à la patrimonialisation des migrations

Table ronde n°5

Animée par Alain BATTEGAY, LAMES-Aix en Provence/Centre Max Weber- Lyon-Saint-Etienne

  • Françoise CLAVAIROLLE, CITERES, Université de Tours : La question patrimoniale à la lumière des migrations
  • VéroniqueDASSIE, LAHIC, Paris et Marie-Blanche FOURCADE, UQAM : Souvenirs, intimité et transmission
  • Guillaume ETIENNE, CITERES, Université de Tours et Pôleth WADBLED, ODRIS / Mémoires Plurielles en région Centre : La religion comme vecteur de patrimonialisation des migrations ?

16:30 – 17:00        Conclusion et perspectives

par Hélène BERTHELEU, CITERES, Université de Tours

Contact :

Hélène BERTHELEU, Maître de Conférences en sociologie

Université de Tours, Laboratoire CITERES UMR 6173 CNRS

Tel : 06 32 75 93 51

bertheleu@univ-tours.fr

Inscription au colloque:

Lydia SEABRA, Laboratoire CITERES – Equipe Cost

Tel : 02 47 36 15 31

Comité scientifique :

Marianne Amar, Historienne, Service Recherche de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration

Alain Battegay, Sociologue, Laboratoire UMR CNRS LAMES, Université d’Aix en Provence

Françoise Clavairolle, Anthropologue, Université de Tours, UMR 6173 CITERES

Marie-Blanche Fourcade, UQAM Département d’histoire de l’Art, Canada

Hélène Hatzfeld, Politiste, DREST, Ministère de la Culture

Catherine Neveu, Anthropologue, UMR CNRS LAIOS, école des Hautes études en Sciences Sociales

Michel Rautenberg, Ethnologue, Université de Saint Etienne, Laboratoire UMR CNRS MODYS.

Laure Teulières, Historienne, Université de Toulouse le Mirail, FRAMESPA

Comité d’organisation :

Hélène Bertheleu, Sociologue, Université de Tours, UMR 6173 CITERES

Véronique Dassié, Anthropologue, Laboratoire LAHIC/Ministère de la culture, associée UMR 6173 CITERES

Guillaume Etienne, Doctorant en anthropologie, Université de Tours, UMR 6173 CITERES

Julie Garnier, Sociologue, Université de Poitiers, UMR 6173 CITERES, MIGRINTER

Muriel Hourlier, Chargée de communication (UMR 6173 CITERES)

Lydia Seabra, organisation administrative et financière (UMR 6173 CITERES)

Link : http://www.migrations-centre.fr/