Tag Archives: History of Art

Grant : Fondation Marc de Montalambert

Fre.JPG

Advertisements

International Conference: The Restauration of Artworks in Europe from 1789 to 1815: Practices, Transfers, Issues

Université de Genève
Uni Bastions, salle B111
La restauration des œuvres d’art en Europe entre 1789 et 1815
1er et 2 octobre 2010

ColloqueRestaurationGenève

Ressource : Invisu. L’information visuelle et textuelle en histoire de l’art

L’USR 3103 (unité mixte de service et de recherche) Invisu, l’information visuelle et textuelle en histoire de l’art : nouveaux terrains, corpus, outils est le fruit d’un partenariat entre le CNRS et l’INHA. Elle a été créée le 1er janvier 2008.

Elle a pour vocation de contribuer à la réflexion méthodologique en histoire de l’art par l’expérimentation des nouvelles technologies de l’information. Il s’agit de se doter des outils et des méthodes permettant une maîtrise raisonnée du numérique au service du développement de la connaissance en histoire de l’art et de l’élargissement de ses domaines d’investigation.

L’activité s’appuie sur la mise en oeuvre de recherches collaboratives dans des domaines émergents de la discipline (architectures modernes en Méditerranée, historiographie des arts de l’Islam), impliquant la constitution et le traitement de nouveaux corpus (collections graphiques, données multilingues dispersées et hétérogènes, rapprochement virtuel de sources).

CFP The Restoration of Artworks in Europe from 1789 to 1815: Practices, Transfers, Stakes

International workshop

October 2nd 2010

Designed and organised by Noémie Etienne, assistant in Art History, University of Geneva

The Restoration of Artworks in Europe from 1789 to 1815: Practices, Transfers, Stakes

The period stretching from 1789 to 1815 was characterised in Europe by an intense circulation of artworks. The suppression of religious orders, plundering and the French government’s politics favoured the dissemination of objects, whether they were dispersed through private sales, or annexed and regrouped in Paris. In this context, the restoration of artworks gained major importance, and became a common preoccupation at the European level.

This interest was noticeable in the new directives which aimed to favour the conservation of artworks, in the growing institutionalisation of restoration in museum structures, as well as the technical experiments carried out during this period. This increase in power for restoration in the public sphere favoured the emergence of much debate, sometimes on an international scale. Likewise, the actions carried out in France on displaced artworks drew the attention of various European observers.

With this precise context in mind, this study day aims to make a progress report of the different questions pertaining to the period. What was the state and evolution of the principles and practices of European restoration between 1789 and 1815? What were the new institutional, technical or deontological constraints in this context? How was the status of the practitioner transformed? How did French cultural politics influence the practice? And what were the implicit stakes linked to all of this?

Of a truly European scope, this workshop would like to being together different views of this pivotal period. All types of artworks may be studied. Art history, history, history of science and technology, and also sociology or anthropology are all fertile disciplines capable of addressing this topic. Conservator-restorers are also strongly encouraged to participate and submit a paper. Interdisciplinary, analytical and comparative approaches will be favoured. In particular, several lines of inquiry – mentioned non-exhaustively here – could be developed.

1. Institutional and political context

The restoration and conservation of artworks between 1789 and 1815 is part of a specific institutional and political context, it is notably linked to the development of Europe’s first museums. How was this practice developed? What were the technical and deontological gains typical of this period in different European countries? How did these ateliers function? And what place did the restorer occupy within this new structure? The redefinition of the activity and status of practitioners may be an object of study. The ties between the institution and the market could also be addressed.

Additionally, the appropriation of artworks by France created an atmosphere of tension in which the practice of restoration took on an unheard-of political charge. Artworks taken from all over Europe were thus restored and displayed with great pomp and circumstance in Paris. What were the criteria that governed the taking of these objects? What role did their restoration play in the practice of annexation? What are the devices and discourses tied to the moving, conservation and restoration of displaced artworks?

2. Cultural transfers

The second axis will address the exchanges made between the different countries. The period favoured the displacement of artworks and practitioners, thus allowing one to study the transfers of skills and techniques. How did the methods used evolve through the contact of the different restorers? What were the tools or materials linked to this practice, and were they diversified during this period, notably through the influence of the migrations of men and objects?

The question of the transfer of knowledge could also be addressed. The publication and distribution of books or articles spreading the technical know-how for these procedures represented an important factor of the evolution of this practice. On the other hand, the question of secrecy took on particular contrast. In the history of a public sphere of knowledge, the distribution of the report on the transposition of the Madone de Foligno in Paris in 1802 is a milestone, whose stakes and consequences throughout Europe one may choose to observe.

3. Reception and heritage

How were the restorations realised between 1789 and 1815 perceived? What were the controversies surrounding them, and what did they reveal? Many onlookers voiced opinions criticising the operations carried out in the religious and private spheres. In the public sphere in Europe, restorations provoked much debate around the conservation of artworks regrouped in Paris. Thus articles were published by the press to alert public opinion of artworks restored in a manner considered improper and unfair. How is one to understand and analyse these positions? What were their motives and what were the arguments? What do they bear witness to?

Starting in 1815, when the displaced works returned to their countries of origin, frequent reservations were made about the restorations done in France. How and by whom were those interventions judged? How was one to understand the criticisms of their former owners? Finally, we shall examine the portion of the French model of art restoration that was exported, as well as the new European prerogatives. For this question, one may of course go beyond the year 1815.

Paper proposal terms:

Scientific committee:

Frédéric Elsig, Assistant Professor of Art History at the University of Geneva

    Léonie Hénaut, Doctor in Sociology, Research attaché at the Centre de sociologie de l’innovation (Mines Paris-Tech, CNRS)
    Victor Lopes, Conservator-restorer of paintings at the Musées d’art et d’histoire de Genève

Mauro Natale, Honorary Professor of Art History at the University of Geneva

Calendar:

Proposal submission deadline: May 1st 2010

Reply to authors: June 1st 2010

Workshop: October 2nd 2010

Place: University of Geneva

CFP La restauration des œuvres d’art en Europe entre 1789 et 1815 : pratiques, transferts, enjeux

Journée d’étude internationale

2 octobre 2010

Conçue et organisée par Noémie Etienne, assistante en histoire de l’art à l’Université de Genève

La restauration des œuvres d’art en Europe entre 1789 et 1815 : pratiques, transferts, enjeux

L’étude de la restauration des œuvres d’art s’impose actuellement comme un objet de recherche stimulant et innovant. Elle permet de saisir les réactualisations constantes auxquelles sont soumis les objets. D’envergure internationale et interdisciplinaire, cette journée entend réunir des chercheurs issus de différentes disciplines, telles que l’histoire de l’art, l’histoire, la sociologie, ou la conservation-restauration des biens culturels. Elle souhaite faire le point sur l’histoire de la restauration à un moment précis et décisif.

La période qui s’étend de 1789 à 1815 est en effet caractérisée en Europe par une intense circulation des œuvres d’art. La suppression des ordres religieux, les spoliations et la politique du gouvernement français impliquent le déplacement des objets, qu’ils soient dispersés dans des ventes privées, ou annexés et regroupés à Paris. La capitale française s’impose alors rapidement comme le centre de l’activité de restauration. La pratique devient parallèlement une préoccupation commune à l’échelle européenne.

Cet intérêt est perceptible notamment dans les instructions visant à  conserver les œuvres, dans l’institutionnalisation de la pratique au sein des structures muséales, ainsi que dans les expérimentations techniques réalisées durant cette période. Il transparaît aussi intensément dans la littérature et dans la presse. Cette montée en puissance de la restauration dans l’espace public favorise l’émergence de nombreuses polémiques, parfois d’envergure internationale. L’état matériel des œuvres conservées dans les églises peut ainsi susciter la critique. De même, les interventions réalisées en France sur les œuvres déplacées vont attirer l’attention de divers observateurs en Europe.

Partant de ce contexte précis, cette journée d’étude cherchera à faire le point sur différentes questions. Quel est l’état des principes et des pratiques de la restauration en Europe entre 1789 et 1815 ? Quelles sont les nouvelles contraintes institutionnelles ou techniques dans ce contexte ? Comment le statut du praticien se transforme-t-il ? Comment la politique culturelle française en la matière influence-t-elle la pratique ? Et quels sont les enjeux implicites qui y sont liés ?

Cette journée d’étude aimerait croiser les regards sur cette période charnière. Tous les types d’objets pourront être étudiés (peintures, sculptures, livres, archives…). L’histoire de l’art, l’histoire, l’histoire des sciences et des techniques, mais aussi la sociologie ou l’anthropologie pourront être des disciplines fécondes pour aborder ce thème. Les approches analytiques et comparatives seront privilégiées. Dans une perspective d’échange avec les professionnels de la restauration, les conservateurs-restaurateurs sont aussi vivement invités à participer et à proposer des communications. Plusieurs pistes de réflexion, évoquées ici de manière non exhaustive, pourront notamment être développées.

1. Contexte institutionnel et politique

La restauration et la conservation des œuvres d’art entre 1789 et 1815 s’inscrit dans un contexte institutionnel et politique spécifique, lié notamment au développement des premiers musées en Europe. Comment la pratique se développe-t-elle ? Quels sont les acquis techniques et déontologiques propres à cette période dans les différents pays européens ? Comment les ateliers fonctionnent-ils ? Et quelle place le restaurateur occupe-t-il dans cette nouvelle structure ? La redéfinition de l’activité et du statut des praticiens pourra être un objet d’étude. Les liens entre l’institution et le marché privé pourront aussi être évoqués.

En outre, l’annexion des œuvres d’art par la France crée un climat de tension dans lequel la pratique de la restauration prend une charge politique inédite. Les œuvres d’art soustraites en Europe sont ainsi restaurées et exposées en grande pompe à Paris. Quels ont été les critères présidant à l’enlèvement de ces objets ? Quel rôle leur restauration a-t-elle joué dans la pratique des annexions ? Quels sont les dispositifs et les discours liés au déplacement, à la conservation et à la restauration des œuvres déplacées ?

2. Transferts culturels

Le deuxième axe portera sur les échanges entre les différents pays. Favorisés à cette époque par le déplacement des œuvres et des praticiens, les transferts de compétences et de techniques pourront être étudiés. Comment les méthodes utilisées évoluent-elles au contact des différents restaurateurs ? Quels sont les outils ou les matériaux liés à la pratique, et se diversifient-ils pendant la période évoquée, notamment sous l’influence du mouvement des hommes et des objets ?

La question du transfert des connaissances pourra aussi être abordée. La publication et la circulation de livres ou d’articles diffusant un savoir technique sur les procédés représentent un important facteur d’évolution de la pratique. En négatif, la question du secret prendra un relief particulier. Dans l’histoire d’un espace public du savoir, la diffusion du rapport sur la transposition de la Madone de Foligno à Paris est un jalon, dont on pourra observer les enjeux et les conséquences en Europe. Dans un mouvement inverse, on pourra s’interroger sur ce que les restaurateurs parisiens apprennent des méthodes de leurs confrères en intervenant sur les œuvres arrivées de l’étranger.

3. Réception et héritage

Comment les restaurations réalisées entre 1789 et 1815 sont-elles perçues ? Quelles sont les polémiques qui les entourent, et de quoi sont-elles révélatrices ? De nombreux observateurs s’expriment pour critiquer les interventions réalisées. Des articles sont ainsi publiés dans la presse pour alerter l’opinion sur les œuvres restaurées de manière jugée abusive. Comment comprendre et analyser ces prises de position ? Quels sont leurs ressorts et leurs argumentaires ? De quoi témoignent-elles ?

À partir de 1815, lorsque les œuvres déplacées reviennent dans leurs pays d’origine, de fréquentes réserves sont émises au sujet des restaurations pratiquées en France. Comment et par qui ces interventions sont-elles jugées ? Comment comprendre les critiques de leurs anciens propriétaires ? Enfin, il s’agira aussi d’observer la part exportée du modèle français en matière de restauration des œuvres d’art, ainsi que les nouvelles prérogatives européennes. Sur cette question, la date de 1815 pourra naturellement être dépassée.

Modalités de proposition des communications :

Les propositions de communication (2500 signes) sont à envoyer à Noémie Etienne (noemie.etienne@unige.ch) avant le 1 mai 2010.

Comité  scientifique :

Frédéric Elsig, Professeur assistant en histoire de l’art à l’Université de Genève

Léonie Hénaut, Docteure en sociologie, Attachée de recherche au Centre de sociologie de l’innovation (Mines Paris-Tech, CNRS)

Victor Lopes, Conservateur-restaurateur de peinture aux Musées d’art et d’histoire de Genève

Mauro Natale, Professeur honoraire en histoire de l’art à l’Université de Genève

Calendrier :

Envoi des propositions : 1 mai 2010

Réponse aux auteurs : 1 juin 2010

Journée d’étude : 2 octobre 2010

Lieu : Université de Genève, Suisse