Category Archives: Seminar

Seminar: Les études de patrimoine : effets de génération et jeux d’échelles 1980-20..

Séminaire HiCSA / Axe Mémoires et patrimoine
Les études de patrimoine : effets de génération et jeux d’échelles 1980-20..
27 septembre 2019
Galerie Colbert, Salle Vasari
Responsable scientifique : Dominique Poulot
Programme
14h10 – 15h10 / « East of the Louvre: Museology and Cultural Memory in the Balkans »
Nenad Makuljevic, professeur à la Faculté de Philosophie – Université de Belgrade (en anglais)
« Political Crises and Interplay between Public and Private Memory »
Milan Popadic, professeur à la Faculté de Philosophie – Université de Belgrade (en anglais)
« East of the Louvre: Museology Behind the Iron Curtain »
15h15 – 16h35 / « D’un âge européen à un âge mondial des études de patrimonialisation »
Dominique Poulot, professeur à l’Université Paris 1
« La génération 1980 des études de patrimoine en Europe occidentale : un âge d’or ? »
Lucie K. Morisset, Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain (UQAM) et présidente de l’Association internationale des études critiques de patrimoine ACHS, « Des études de la patrimonialisation au développement des Critical Heritage Studies »
Pause
16h50 – 17h30 / Table ronde (en anglais), Ways and Patterns of research in Heritage today, modération Felicity Bodenstein, Maîtresse de conférences Sorbonne Université.

Discussion avec la salle

Advertisements

Seminar: Photographie et collecte ethnographique – 23 septembre 2019 – Mucem Marseille

Séminaire La collecte ethnographique dans les musées de société

Mucem – UMR IDEMEC

Séance 7

Photographie et collecte ethnographique

23 septembre 2019

14h à 17h

I2MP –  MUCEM, Marseille

Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org

La photographie, en tant que technique, est née en même temps que la discipline ethnologique et s’est imposée dès le XIXe siècle comme un des outils des ethnographes. Cette séance du séminaire « la collecte ethnographique dans les musées de sociétés » propose de revenir sur les modalités de sa collecte, qu’elle soit outil, support d’enregistrement d’une réalité ou manière de rendre compte d’une recherche. Ce séminaire abordera ces trois aspects des relations qui unissent ethnographie et photographie : l’enquête par la photographie, la photographie par l’enquête et le devenir des fonds photographiques.

Intervenants :

Anaïs Mauuarin, université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Collecter des images pour le musée de l’Homme (1930-1960) : entre geste scientifique et raison photographique

Eléonore de Bonneval, photoreporter indépendante
Polaroïds olfactifs : collecter l’imaginaire et l’invisible

Aurélie Berre, attachée de collection, Musée Dauphinois, Grenoble
Devenir des collections photographiques : l’exemple du Musée Dauphinois

Gilles de Rapper, IDEMEC-CNRS-Université Aix-Marseille, président de séance

 

Séminaire du Pôle recherche-musée (Mucem-IDEMEC)

Organisation : Véronique Dassié, Aude Fanlo, Cyril Isnart, Florent Molle

Seminar: Séminaire doctoral “L’expérience du visiteur au musée : sources, formes, enjeux théoriques”, Ecole du Louvre/musée du Louvre, novembre 2019-mai 2020

L’expérience du visiteur au musée : sources, formes, enjeux théoriques

L’École du Louvre eTalk and concert: L’après-coup Conférence – concert à propos du patrimoinet le musée du Louvre (Centre Dominique-Vivant Denon) s’associent pour organiser, durant l’année universitaire 2019-2020, un atelier de troisième cycle qui prendra la forme d’un séminaire doctoral.

Si l’histoire des institutions patrimoniales porte avant tout une grande attention à leur organisation et aux objets qu’elles conservent, le musée ne se réduit ni à son histoire institutionnelle, ni à un objet architectural désincarné : l’espace muséal est investi par l’homme selon une temporalité singulière, celle de la visite et des expériences qui en découlent. Cet angle de vue, relativement délaissé pour les périodes anciennes, ouvre des voies de recherche importantes pour la compréhension des fonctions du musée. Dès ses origines, la question de l’accès au musée – étroitement liée à celle des catégories sociales des usagers –, a représenté un défi majeur. D’abord pensé pour et par les artistes, le musée donnait à voir une image normée et hiérarchisée de l’art, répondant à des critères académiques, sociaux, mais aussi moraux, dont il s’est progressivement défait, en lien avec la place accordée aux loisirs et la démocratisation des usages. De l’acte de copier les œuvres jusqu’à celui de donner libre cours à la création ou à la créativité, l’artiste, l’amateur ou le visiteur-touriste sont devenus des figures incontournables, par leur présence grandissante et la place qui leur est aujourd’hui accordée. Comment se sont déployées et incarnées les pratiques du (au) musée ? Comment ont-elles évolué au fil du temps ? Quelles perceptions et représentations les visiteurs/usagers ont-ils eu de l’institution muséale et de leurs relations à celle-ci ? La question des catégories sociales s’appropriant le musée, leur répartition genrée, la présence des publics juvéniles, ou encore, la place accordée aux artistes vivants, constituent autant de thèmes d’intérêt. Le corps du visiteur au musée justifie également d’être étudié, dans la double perspective d’une expérience sensible et sociale. La prosopographie de la visite constituera ainsi l’axe directeur de ce séminaire. Visiter un musée, c’est investir un espace en faisant l’expérience de la durée, au terme d’une discipline de l’esprit, du corps et des sens.

La question des sensations éprouvées par le visiteur rejoint aussi celle des conditions de la mise en exposition où « tout fait sens » (mobilier muséographique, appareil didactique, éclairage, affluence…). Le comité d’organisation de l’atelier invite à la soumission de propositions de communications qui portent, de façon diachronique et jusqu’à nos jours, sur l’histoire des pratiques et des expériences de visite dans les institutions muséales, françaises comme internationales, et de leurs représentations sociales. Les collections concernées iront des collections de beaux-arts à celles d’objets historiques, scientifiques et ethnographiques. Chaque participant(e) choisira d’approfondir une thématique spécifique sous la forme d’une communication de 60 mn. Le programme de recherche prendra naturellement appui sur la bibliographie existante et sur les travaux conduits en France comme au niveau international. L’atelier se tiendra au Centre Dominique-Vivant Denon (musée du Louvre, entrée Porte des Arts) de novembre 2019 à mai 2020, à raison d’une journée par mois. Les voyages des participants résidant hors de l’Île-de-France seront pris en charge.

L’atelier est ouvert sur inscription (et après sélection sur dossier) aux étudiants de troisième cycle d’histoire de l’art, de muséologie et de toute autre discipline des sciences sociales (histoire, littérature, cinéma…), inscrits à l’École du Louvre ou dans l’un de ses établissements partenaires : http://www.ecoledulouvre.fr/enseignements/etre-eleve/partenariats

Les candidats doctorants sont engagés dans un sujet de thèse portant sur la thématique concernée, ou s’intéressent à celle-ci à titre complémentaire. Les participants peuvent être en début ou en cours de doctorat (1ère, 2ème ou 3ème année d’inscription en 2019-2020).

Les candidatures devront comprendre un cv et une lettre de motivation, à envoyer au plus tard le mercredi 25 septembre 2019 aux deux adresses courriel suivantes (en précisant dans l’objet du courriel : Atelier 3ème cycle Louvre) : troisiemecycle@ecoledulouvre.fr et DRC-AAP@louvre.fr

Seminar: Pré-programme 2019-2020 Critical Heritage Studies. Épistémologies, réception et actualité (Europe, Asie, Monde)

Pré-programme 2019-2020

Critical Heritage Studies. Épistémologies, réception et actualité (Europe, Asie, Monde)

Caroline Bodolec (CCJ-CECMC)
Cyril Isnart (IDEMEC)
Claudie Voisenat (IIAC-LAHIC)

Après avoir dessiné le panorama des études critiques sur le patrimoine dans le domaine francophone et anglophone, en traitant soit de la diversité des traditions épistémologiques qui innervent ce champ de recherche, soit en explorant une grande partie des thématiques qui le façonnent aujourd’hui, le séminaire Critical heritage studies se donnera pour tâche de mettre en perspective une série d’actions et de programmes patrimoniaux dont les enjeux, les objets et les motivations résident dans un renversement des logiques sociales, culturelles et morales qui traversent les structures institutionnelles du patrimoine et les collectifs d’acteurs mobilisés autour des causes patrimoniales contemporaines.

Ces mouvements de renversement ne sont pas une nouveauté dans le champ des études du patrimoine et ils rencontrent parfois des résistances politiques et économiques tenaces, comme dans le cas de l’incendie de Notre-Dame de Paris. Mais leur confrontation et leur proximité avec des enjeux sociaux, environnementaux et moraux majeurs leur donnent aujourd’hui un sens particulier. Décolonisation, théorie queer, matrimonialisation, muséologie sociale, déhiérarchisation, anthropocène impliquent en effet de nouveaux comportements de subversion et de transformation des rapports de classe, de genre, de race, comme de nouvelles modalités de nos rapports aux cultures et à l’environnement. La prise en compte massive et spectaculaire d’alternatives, d’altérations et de diversification des pratiques, des enjeux et des objets patrimoniaux, tant sur le plan des politiques culturelles que dans le champ de l’activisme revendicatif, ouvre des voies souvent nouvelles pour “faire patrimoine”, pour “instituer la culture”, pour “prendre soin”.

Elle permet également de saisir les transformations cognitives et sociales que nos sociétés contemporaines vivent à travers les expériences collectives ou individuelles autour du patrimoine. En ouvrant des espaces de présentation de telles dynamiques de renversement, le séminaire sera également un lieu de débat des arguments et des ressorts théoriques qui sont mis ainsi en jeu dans le monde académique et en dehors de lui.

 

Thème de l’année : Alternatives patrimoniales

14 octobre 2019 (lieu EHESS) : Séance de rentrée, présentation du programme, actualité de la recherche (Chantier de restauration de Notre Dame, Loto du patrimoine, Publications récentes, Congrès Critical Heritage Studies London 2020)

9 décembre 2019 (Lieu EHESS) : Déranger le genre du patrimoine

13 janvier 2020 : Journée d’étude « Patrimoine et opportunités » avec l’université de Cergy Pontoise

10 février 2020 (Lieu EHESS) : Patrimoine et anthropocène en Chine

9 mars 2020 : Journée d’étude « Dé-colonisation, anthropologie et muséologie sociale » avec l’Institut national du Patrimoine et l’Ecole du Louvre

11 mai 2020 (Lieu EHESS) : Migrations, mémoires et dignité dans les pratiques patrimoniales

8 juin 2020 (Lieu EHESS) : Critiquer le patrimoine aujourd’hui : exemples de la Russie et de la Tunisie

Détails des séances mis à jour sur la page facebook du séminaire

Seminar: Cycle “Exposer une autre histoire du monde”, le 25 mai 2019 au Mucem à Marseille

Lancement du cycle “Exposer une autre histoire du monde”, le 25 mai 2019 au Mucem à Marseille. Séance 1: “Chronologies alternatives”

Ce nouveau cycle préfigure un projet d’exposition du Mucem en proposant d’inverser les perspectives classiques, européocentrées, pour privilégier de nouveaux points de vue et mettre en scène des œuvres représentatives des grands récits alternatifs sur le monde, de la Méditerranée à l’ensemble du globe.

Avec Anne Cheng (historienne, Collège de France, Paris), Bambi Ceuppens (anthropologue, Musée royal de l’Afrique centrale, Bruxelles), Divya Dwivedi (philosophe, Indian Institute of Technology, Delhi), Shaj Mohan (philosophe), Philippe Pelletier (géographe, Université Lyon 2) et Camille de Toledo (écrivain, artiste plasticien).

http://www.mucem.org/programme/chronologies-alternatives

Seminar: Cycle “Collecter, conserver, exposer l’histoire sociale du SIDA”, Mucem, Marseille

Cycle “Collecter, conserver, exposer l’histoire sociale du SIDA” aura lieu le 24 mai 2019 au Mucem à Marseille sur le thème “Les représentations publiques du SIDA” .

La journée s’articule autour de quatre moments : « Témoigner », « Informer », « Expérimenter » et « Exposer ». Il s’agit d’explorer différents modes de prises de paroles, qu’elles soient sociales ou artistiques, qu’elles émanent de personnes séropositives (témoignage) ou de relais médiatiques (presse, reportages photographiques). L’épidémie a affecté ces modes de communication et d’expression, en produisant de nouvelles formes de relations au corps, à l’écoute, à la prévention ou à l’image. Dans le prolongement de cette journée aura lieu le samedi 25 mai à 15 heures, sur la place d’armes du fort Saint-Jean, une cérémonie de déploiement du patchwork des noms.

http://www.mucem.org/en/node/6024

Seminar: Séminaire LPED Marseille 14 juin 2019 Les collections de botanique et de zoologie de l’université d’Aix-Marseille

14 juin 2019

Séminaire du LPED

Saint-Charles –Marseille

Amphithéâtre Charve – 9hs/17hs

Les collections de botanique et de zoologie de l’Université d’Aix-Marseille : du matériel d’étude à la patrimonialisation, des horizons de recherches variés

Plus d’informations sur le site du LPED (www.lped.fr)  et Inscription auprès de : francoise.blanc@univ-amu.fr

Seminar: Patrimoines & patrimonialisation. Rencontre du 17 mai

La dernière séance du séminaire Patrimoines & patrimonialisation, intitulée “Patrimoines, mémoire, flux et reflux” aura lieu le vendredi 17 mai à partir de 13 h en salle Rameau (Ministère de la Culture, 182 rue de Rivoli 75001 Paris)

Le séminaire est ouvert au public mais les réservations sont obligatoires :

https://framaforms.org/seminaire-patrimoines-et-patrimonialisation-les- inventions-du-capital-historique-xix-xxie-siecles

Nous aurons le plaisir d’accueillir :

Isabelle Chave

De la mémoire au patrimoine vivant : les savoir-faire au prisme du patrimoine culturel immatériel

Nathalie Simonnot & Daniel Siret

Environnements sensibles et processus de patrimonialisation

Marina Gasnier

Le patrimoine industriel au XXIe siècle : quels enjeux ?

Seminar: Mémoires et patrimonialisation des migrations

La prochaine séance du séminaire de l’IIAC/LACI  Mémoires et patrimonialisation des migrations aura lieu le jeudi 16 mai 2019, de 13h à 15h,  salle A07 -51 (54 bd Raspail, 75006 Paris)

Il est animé par :

  • Michèle Baussant, chargée de recherche au CNRS (ISP)
  • Marina Chauliac, anthropologue au ministère de la Culture, DRAC Rhône-Alpes, chercheure à l’IIAC/LACI
  • Irène dos Santos, chargée de recherche au CNRS (URMIS, Paris-Diderot)
  • Catherine Perron, chargée de recherche à la FNSP, Sciences Po (CERI)
  • Évelyne Ribert, chargée de recherche au CNRS (IIAC-LACI)

3e jeudi du mois de 13 h à 17 h (salle AS1_24, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2018 au 20 juin 2019. Les séances des 21 février, 21 mars, 18 avril et 16 mai 2019 auront lieu de 13 h à 15 h en salle A07_51, 54 bd Raspail 75006 Paris

Nous écouterons : 

Olivette Otele (Bath Spa University, Grande Bretagne) : « Mémoire d’empire et histoire engagée dans la Grande Bretagne post-Brexit »

     Discutants : ·      Salomé Revault D’Allones

                    Taha Almohammad

Résumé : 

Depuis quelques années, une lutte s’est engagée entre divers groupes au sein du Royaume Uni sur la question des héritages coloniaux. Ces débats d’idées continuent de donner lieu à une ré-écriture du récit national. Les questions d’identité nationale, citoyenneté et inscription du passé dans l’espace urbain sous-tendent ces discussions. Cette présentation prendra pour exemple la ville de Bristol et le débat actuel sur le rôle des universités britanniques dans l’esclavage afin de voir de quelles manières ces querelles sont influencées par le vent populiste qui secoue l’Europe et qui a contribué au Brexit.

Présentation du séminaire

Depuis 2010, le séminaire « Mémoires et patrimonialisations des migrations » développe une réflexion théorique et empirique sur les articulations entre mémoires singulières des migrations, mémoires collectives et patrimonialisations. Cette année, il portera sur deux thèmes :

  1. les liens entre accueil des migrants, mémoires des migrations et rapports au passé. Il s’agit d’interroger le rôle des expériences passées, liées aux déplacements, et la place de la connaissance de l’histoire des migrations dans les représentations et les réactions actuelles, individuelles et collectives, face à l’arrivée des migrants. Inversement, dans quelle mesure les nouvelles formes de migrations ont-elles un impact sur les représentations des passés migratoires ? La réception des initiatives mémorielles et patrimoniales, les liens entre public, artistes ou plus largement acteurs culturels et chercheurs, notamment autour des films, feront ici l’objet d’une attention particulière
  2. les patrimoines dits « communs », définis comme les artefacts matériels appartenant à l’histoire culturelle d’une population, que celle-ci a laissé derrière elle à la suite d’une migration – généralement forcée – ou d’un crime de masse / génocide, et dont d’autres se retrouvent dépositaires. Nous interrogerons les actions institutionnelles et les initiatives alternatives, notamment artistiques visant à la production d’un commun, à partir de ce patrimoine culturel (re)découvert, réintégré et repensé comme national et partagé dans des espaces sociaux où les populations concernées ne sont plus ou peu présentes

Programme

Jeudi 20 juin 2019 : (13 h à 17 h) (EHESS, salle AS1_24, 54 bd Raspail 75006 Paris)

  • Yvan Gastaut (URMIS, Université Sophia Antipolis, Nice) : « Le rapport au passé dans les représentations de l’immigration en France »
  • Conclusion

Renseignements :

Évelyne Ribert, IIAC-LACI, ribert@ehess.fr

https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/726/

Seminar: SAET – Alice Doublier – Naturaliser le patrimoine

La prochaine séance du
Séminaire Anthropologie des espaces et des territoires (SAET)
L’Asie orientale en perspective
 
aura lieu le
Lundi 20 Mai 2019
de 13h à 15h50
Maison des Sciences humaines
Salle 737 (7ème étage)
54 bd Raspail 75006 Paris
 
Alice Doublier
(ATER à l’EHESS, UMR CCJ, Centre de recherche sur le Japon)
 
interviendra sur le sujet suivant :
 
Naturaliser le patrimoine.
Ressources, territoires et matériaux dans l’artisanat japonais contemporain
 
Argumentaire introductif

Je propose dans cette présentation d’interroger les liens qui unissent les artisans aux environnements avec lesquels ils travaillent dans le Japon contemporain. Je m’appuierai sur les données issues d’enquêtes ethnographiques menées depuis 2010 dans le champ de la production de céramiques et d’un terrain commencé en 2018 dans le secteur de la fermentation alimentaire (en particulier autour de la culture du ferment national kôji – aspergillus oryzae et de la fabrication de sauce soja). Nous examinerons particulièrement trois cas de crises, liées soit à une pénurie de ressources soit à un manque de vocations, au sein de ces « industries traditionnelles » (dentô sangyô) ainsi que les mouvements de revalorisation d’une production artisanale qui les accompagnent. Il s’agira ainsi de questionner les manières dont les artisans construisent des alternatives au système de protection des savoir-faire orchestré par l’État ou les régions (et notamment celui très célèbre des « Trésors nationaux vivants »), jugé insuffisant, et défendent la préservation des matériaux et de leurs terroirs..

Lien vers l’annonce : https://cecmc.hypotheses.org/53144
 

Lectures d’accompagnement pour la séance
 :

Brian Moeran (2008) Materials, Skills and Cultural Resources: Onta Folk Art Pottery Revisited, The Journal of Modern Craft, 1:1, 35-54

Heather Paxson (2010) Locating Value in Artisan Cheese: Reverse Engineering Terroir for New-World Landscape, American Anthropolgist, vol 112, issue 3, pp444-457

Ce séminaire est organisé par Claire Vidal (Maîtresse de conférence à l’Université de Lyon 2), Mary Picone (Maîtresse de conférence à l’EHESS) et Katiana Le Mentec (chercheure au CNRS)
Site de présentation du séminaire : https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2785/
Contact : katianalementec(at)protonmail.com