Category Archives: Seminar

Journée d’étude – 13 janvier 2020 – Maison internationale de la recherche – Université de Cergy-Pontoise Neuville – Notre Dame en feu. Perte patrimoniale et opportunités – Notre Dame on Fire. Heritage Loss and Opportunities

Notre Dame en feu. Perte patrimoniale et opportunités
Notre Dame on Fire. Heritage Loss and Opportunities

Journée d’étude commune des séminaires :
Visions comparées du patrimoine (Axe Patrimoines, Agora, Université de Cergy-Pontoise)
Critical Heritage Studies. Epistémologie, réception, actualités (EHESS/CNRS)
et du GT Émotions/Mobilisations, chantier scientifique de Notre Dame de Paris
(CNRS-Ministère de la Culture)

Lundi 13 Janvier 2020 – 10h00-17h00
Maison Internationale de la Recherche

Université de Cergy-Pontoise
1 rue Descartes
95 000 Neuville-sur-Oise
RER A arrêt Neuville-Université (sortie Mail Gay Lussac)

Dans la continuité de la journée d’étude 2018, cette nouvelle édition interroge l’incendie de 2019 de Notre- Dame de Paris afin de décrire les effets sociaux et les pratiques d’opportunité que l’accident a pu provoquer parmi une myriade d’acteurs dont la relation à la cathédrale varie et se révèle à travers l’incendie. Loin de rechercher les causes de l’événement et de se limiter aux dégâts patrimoniaux, nous puiserons dans la métaphore agricole du brûlis afin de montrer en quoi une catastrophe patrimoniale de cette ampleur ne peut se réduire à l’inventaire des pertes, mais devrait également se mesurer aux effets sociaux, culturels ou scientifiques qu’elle autorise, déploie ou révèle. Dans une perspective comparative, ce que la destruction d’un patrimoine tel que Notre-Dame de Paris nous dit de nos façons de transformer la catastrophe en opportunité permet de réfléchir aux positionnements contemporains des hommes envers d’autres disparitions patrimoniales et de penser alors les potentialités derrière la perte.

Following our 2018 study day, we will examine the 2019 fire of Notre Dame in Paris, to describe the social effects and the practices of opportunity the accident may have provoked among a myriad of actors whose relations to the cathedral varied and which was revealed through the fire. Far from exploring the causes of the eventor limit ourselves to the heritage damage, we will draw on the metaphor of slash-burn agriculture to show how a heritage disaster of this extent cannot be restricted to the inventory of losses, but should also measure the social, cultural, scientific effects it allows, deploys or reveals. Using a comparative perspective, what the destruction of such heritage as Notre Dame tells us ofour ways to transform disasters into opportunities allows us to think about people’s contemporary positioning towards other heritage losses and to then reflect upon the potentialities of loss.

PROGRAMME
10h00 Accueil café (Hall de la MIR)

10h15 Ouverture de la Journée d’Etudes : Catherine Marshall (Directrice du Laboratoire Agora, Université de Cergy Pontoise)

10h30 Chair and Introduction, Cécile Doustaly (Agora, Université de Cergy Pontoise), Cyril Isnart (IDEMEC)

Discussant, Valérie Toureille, Agora, Université de Cergy Pontoise

11h00-11h30 Eva Löfgren, Department of Conservation, Gothenburg University, Sweden.
“Church Reconstructions and Heritage Practices in a Swedish Context”

11h30-12h00 Jennifer Alexander, History of Art, Warwick University

“Notre Dame de Paris vulnerabilities: a comparative outlook from a British expert”

12h00-12h30 Cécile Doustaly,

“Notre Dame de Paris’ Fire and the Anglo-Saxon Media. Emotions, Mobilizations, Opportunities, Competitions, Controversies, from the UK and the US”
Followed by an interview with Jennifer Alexander: “On being an expert: a testimony in media attention in a context of crisis”

Pause déjeuner

14h30-15h00 Chair and introduction, Claudie Voisenat (IIAC-LAHIC, Ministère de la Culture).
Discutante, Anne-Julie Etter, Agora, Fondation des Sciences du Patrimoine

15h00-15h30 Vivien Berger, Secrétaire Général, Maîtrise Notre-Dame de Paris, « Se redécouvrir après l’incendie. Les nouveaux enjeux de la Maîtrise Notre-Dame de Paris »

Pause

15h45-16h15 Marie Baltazar, Chercheure associée au LISST-Cas (Université Toulouse 2 Jean-Jaurès), enseignante, UFR STAPS, Université Clermont Auvergne

« D’une forêt l’autre : le “miracle” du grand orgue de la cathédrale Notre-Dame de Paris »

16h15-16h45 Christine Hatté, Valérie Daux, Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, UMR 8212 CEA CNRS UVSQ, Université Paris Saclay,

« Calibration 14C et analyses du climat, usages scientifiques de la forêt disparue »

16h45-17h00 Conclusions
Caroline Bodolec, Cécile Doustaly, Cyril Isnart, Claudie Voisenat

Équipes partenaires
– Axe Patrimoines, Laboratoire Agora (EA 7392), Université de Cergy Pontoise, Masters Internationaux Territoires, Cultures, Tourisme, UFR LEI
– Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC), UMR 8173 Chine, Corée, Japon (CCJ), EHESS-CNRS, Paris
– Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC), UMR 7307, Aix Marseille Université-CNRS, Aix-en-Provence
– Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC) / Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC), UMR 8177, Paris

Seminar: “Collections vivantes au prisme des SHS”, mercredi 11 décembre au Muséum : valeur génétique, cryoconservation et dilemmes éthiques …

Cher.e.s collègues,

Nous avons le plaisir de vous convier à notre quatrième séance du séminaire « Les collections vivantes au prisme des SHS »

Mercredi 11 décembre 2019

14h30-17h30, Amphithéâtre de la Galerie de Paléontologie du MNHN (métro Gare d’Austerlitz)

Celle-ci s’intitule : Administrer les collections vivantes : de la captivité animale à la cryoconservation

Nous allons discuter de gestion de collections dans les parcs zoologiques, de stratégies de conservation des espèces animales en danger, des biotechnologies mobilisées et des valeurs qui les sous-tendent, ainsi que des dilemmes éthiques qui en découlent…. Nos débats porteront (entre autres) sur la tension entre volonté de contrôle par la collection et désir de reproduction du sauvage…

Nous aurons le plaisir d’accueillir Luca Morino, primatologue et chargé des collections de singes et de lémuriens au Parc Zoologique de Paris et Adrian Van Allen, anthropologue et chercheur associé à U.C. Berkeley, California Academy of Sciences & Smithsonian Institution.

L’accès est libre et gratuit.

Nous vous espérons nombreux parmi nous.

Résumés

 

Gestion des populations au zoo : naissances et morts sous contrôle

 

Luca Morino (Primatologue, Chargé des collections de singes et de lémuriens, Parc Zoologique de Paris)

 

Dans la première partie de mon intervention, je décrirai la manière dont les collections d’animaux sont gérées dans un zoo contemporain, comment sont prises les décisions concernant les espèces à obtenir, conserver, reproduire, réduire. Dans la deuxième partie, je donnerai des exemples spécifiques et aborderai les questions éthiques auxquelles nous sommes confrontés.

 

MORINO, Luca et Andrew J J MACINTOSH (2015), « Gibbon songs and intergroup dynamics : a community-level network analysis », Revue de primatologie, Vol.6.

 

 

Remaking Ferrets and Feral Biobanks: Craft, Care and Salvaged Ecologies using Frozen Collections

 

Adrian Van Allen (Anthropologue, Ph.D. (U.C. Berkeley, California Academy of Sciences & Smithsonian Institution)

Cryopreservation has given way to a new scientific ice age: The ability to freeze and bank biological material is today a pivotal technological practice in animal breeding, conservation biology, and human reproduction. This paper examines the revival of the black-footed ferret (Mustela nigripes) using eggs, sperm, and embryos cryo-preserved in museums and zoos over three decades. Thought extinct until a remnant population was discovered in 1981, these “salvaged” ferrets were captured and used in various breeding programs. Based on ethnographic fieldwork in the laboratories and biobanks at the Smithsonian Conservation Biology Institute at the National Zoological Park in Washington D.C., I examine the practices of reviving this endangered species through biotechnology. Concepts of violence and care are key to understanding how frozen collections are being utilized for their potential to resurrect critically endangered species and recreate lost ecologies. Focusing on the cryopoltics of technology as it migrates from human medical contexts into the feral landscape of biodiversity conservation, I explore these “feral” biobanks so named for the potential authentic wildness they are imagined to both contain and reproduce.

 

VAN ALLEN, Adrian (2017), « Bird Skin to Biorepository: Making Materials Matter in the Afterlives of Natural History Collections », Knowledge Organization, Vol. 44, n°7, pp. 529-534.

VAN ALLEN, Adrian (2019), « Folding Time: Practices of Preservation, Temporality and Care in Making Bird Specimens », Deterritorializing the Future, Critical Climate Change, London, Open Humanities Press.

VAN ALLEN, Adrian (2019), « Reviving Ferrets, Remaking Ecosystems », Anthropology NewsVol. 60 (3), pp. 20-23. Special Issue Animalia.

 

Organisation du séminaire et contact

Mélanie Roustan (Maître de conférences MNHN) melanie.roustan@mnhn.fr

Mathilde Gallay-Keller (Doctorante EHESS, LAS-Paloc) mgallaykeller@gmail.com

UMR208 Patrimoines locaux, environnement et globalisation (IRD-MNHN)

&

Dominique Juhé-Beaulaton (Directrice de recherche CNRS) dominique.juhe-beaulaton@mnhn.fr

Serge Reubi (Maître de conférences MNHN) serge.reubi@mnhn.fr

UMR8560 Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN)

Seminar: Universalisation, spiritualisation et patrimonialisation du soufisme, 12 décembre 2019

Universalisation, spiritualisation et patrimonialisation du soufisme

séminaire de recherche de centre de l’IMAF, EHESS, 2e et 4e jeudis du mois, de 17h à 20h
 
(Campus Condorcet, salle 0.031, bâtiment Recherche Sud, 5 Cours des Humanités 93300 Aubervilliers),
du 14 novembre 2019 au 12 mars 2020
Jeudi 12 décembre 2019
 

Claire Bay (responsable des programmes et conférencière au musée du soufisme de Chatou),

“Une expérience immersive au musée du soufisme de Chatou, un projet pour faire découvrir le soufisme au grand public”


 
Au programme de mon intervention, j’ai prévu de parler du projet de rendre le soufisme, son art et ses savoirs disponibles au grand public. J’expliquerai brièvement ce qu’est le soufisme, comment il sera présenté dans le musée et comment il entrera en dialogue avec d’autres disciplines, telles que les sciences et les arts. Enfin, je prévois de parler des personnes à l’origine du projet et de la vision portée.
 
 
Anne-Sophie Monsinay (cofondratrice des Voix d’un islam éclairé (V.I.E.) et imame de la mosquée Sîmorgh à Paris),
“Parcours soufi d’une imame et transmission d’enseignements issus du soufisme au sein de la mosquée Sîmorgh” 
 

 Mon cheminement dans l’islam et dans le soufisme m’a amenée à m’interroger sur les formes de transmission que prend actuellement le soufisme en France. Disciple d’un maître spirituel issu d’une chaîne initiatique authentique, je suis ses enseignements avec la plus grande rigueur. Cependant, je pense que le modèle traditionnel de la tariqa (voie) confrérique aujourd’hui majoritaire, constituée principalement de pratiques entre disciples, n’est plus forcément le modèle de transmission qui convient le mieux à notre époque ou du moins, des alternatives existent et pourraient être amenées à se développer dans les années à venir. En outre, on constate que la plupart des soufis ont une vision très traditionnelle des aspects socio-culturels qui entourent la pratique religieuse (la place des femmes, la tenue vestimentaire…) alors qu’il est tout à fait possible d’être à la fois soufi et progressiste. Entre soufis progressistes et soufis traditionnels, le fond est bien sûr le même, les points communs seront toujours plus grands que les différences, ces dernières portant essentiellement sur la forme et les modalités de transmission des enseignements.
Parallèlement à mon cheminement spirituel, j’ai eu à cœur d’offrir une plus grande visibilité ainsi que des lieux de cultes aux musulmans progressistes. J’ai ainsi créé en aout 2018, avec Eva Janadin, les Voix d’un islam éclairé – un mouvement pour un islam spirituel et progressiste. Un an après, nous avons ouvert la première mosquée mixte en France dont les sermons et les prières sont dirigées par deux femmes imames (Eva Janadin et moi-même), la Mosquée Simorgh. La spiritualité est au cœur de ces deux projets. Les Voix d’un islam éclairé et la mosquée Simorgh ont notamment pour objectif de transmettre des enseignements issus du soufisme ainsi qu’une compréhension approfondie du Coran au plus grand nombre, à tous les musulmans qui fréquentent notre mosquée, qu’ils soient engagés au sein d’une confrérie ou non. Nous estimons en effet qu’il est temps que le coeur de l’islam ne soit plus réservé qu’à une élite mais accessible à tous les musulmans.
Anne-Sophie Monsinay & Eva Janadin, Une mosquée mixte pour un islam spirituel et progressiste, Fondapol, février 2019
Anne-Sophie Monsinay, Soufisme progressiste, Saphirnews, mars 2019

Seminar: Instantanés patrimoniaux – 17 décembre 2019

INSTANTANES PATRIMONIAUX
La Fondation Maison des sciences de l’homme et le ministère de la Culture ont le plaisir de vous convier à la soirée de clôture du cycle Instantanés patrimoniaux.

Patrimoines spoliés de la guerre 1939-1945

En temps de guerre, les destructions, spoliations et transferts d’objets culturels accompagnent les massacres, les détentions et les déplacements humains ; à ces pertes dramatiques s’ajoute, dans les pays ravagés, l’atteinte portée à la mémoire historique et familiale.

Tel fut le cas de l’Europe durant la seconde guerre mondiale. Le régime nazi a détruit les traces de la pensée intellectuelle et artistique, considérées pour certaines comme les témoignages d’un « art dégénéré », et en a pillé tant d’autres (œuvres d’art, livres, archives…), transférées vers les institutions officielles et les commerces d’art en particulier. Le patrimoine des familles juives d’Europe fut ainsi systématiquement réquisitionné et pillé. Au terme de l’occupation, l’armée de libération soviétique procéda ensuite à l’évacuation de ces œuvres d’art, qui furent éparpillées sur un vaste territoire, bientôt scindé en blocs.

Au gré de vagues successives, leur récupération s’opère depuis plus de cinquante ans. Prenant ce contexte pour cadre, les spécialistes invités pour cette séance du 17 décembre, à la faveur de la publication récente de travaux de recherche et d’édition de sources, questionneront l’organisation de la spoliation du patrimoine artistique et écrit et les voies de la résistance à ce mouvement à l’échelle nationale. Ils évoqueront aussi les recherches conduites, au retour de la paix, pour localiser ces collections et ces ensembles déplacés, à l’instar des « fonds russes », et les démarches de restitution à leurs héritiers et ayants droit.

#InstantanésPatrimoniaux | En savoir +

Mardi 17 décembre 2019 à 18h
Forum de la FMSH
FMSH | 54, boulevard Raspail, Paris 6
Réservation
Rencontre autour des ouvrages :

  • B. Fonck, H. Servant, S. Coeuré (dir.), Les « fonds de Moscou ». Regards sur les archives rapatriées de Russie et les saisies de la  Seconde Guerre mondiale, Presses universitaires de Rennes, 2019
  • M. Poulain (dir.), Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?, Presses de l’enssib, 2019
  • R. Valland, Le front de l’art : Défense des collections françaises, 1939-1945, RMN, 2014
 
En présence de :

| Sophie Cœuré, professeure d’histoire contemporaine, université de Paris – Diderot, chercheuse au laboratoire ICT
| Martine Poulain, conservatrice générale des bibliothèques honoraire, HDR sociologie
| Isabelle Le Masne de Chermont, conservatrice générale des bibliothèques, cheffe du département des Collections à la Bibliothèque nationale de France
| Yann Potin, chargé d’études documentaires aux Archives nationales et maître de conférence associé en histoire du droit à l’université Paris-Nord / Institut de droit public, sciences politiques et sociales

Retrouvez les séances précédentes des Instantanés Patrimoniaux en libre accès sur Canal-U :
Les métiers du patrimoine
La nouvelle archéologie ultramarine
L’art pariétal et rupestre

Instantanés patrimoniaux

Cycle de rencontres mensuelles sur les politiques et stratégies patrimoniales centrées sur une sélection d’ouvrages de la collection “Ethnologie de la France et des mondes contemporains“, publiés par les Éditions de la Maison des sciences de l’homme en partenariat avec le ministère de la Culture.

Téléchargez le programme | En savoir +

Seminar: Mercredi 27 novembre : ” Étudier les collections vivantes : produire et ordonner les savoirs”

 La prochaine séance du séminaire “Les collections vivantes au prisme des SHS”, organisée conjointement par le laboratoire Paloc et le CAK aura lieu mercredi 27 novembre à 14h30 dans l’amphithéâtre de la Galerie de Paléontologie du MNHN. Elle sera intitulée :

 

” Étudier les collections vivantes : produire et ordonner les savoirs”

avec

 

Bruno J. Strasser (historien des sciences, Professeur Université de Genève)

Autour de son ouvrage paru en 2019 :  Collecting Experiments: Making Big Data Biology, Chicago, University of Chicago Press. 

(https://www.press.uchicago.edu/ucp/books/book/chicago/C/bo38870755.html)

 

Charlotte Brives (Anthropologue, CR CNRS, Centre Émile Durkheim)

Les collections comme archives vivantes de la production des savoirs scientifiques. Faire de la « biologie de l’histoire » avec les levures et les phages.

Dans cette présentation, je décrirai la constitution de deux collections, une collection de levures dans un laboratoire de génétique et de biologie cellulaire en France, et une collection de virus bactériophages dans un laboratoire de microbiologie en Suisse. En décrivant les pratiques de production et de conservation de ces collections, je montrerai comment celles-ci peuvent nous permettre de déplier l’histoire du laboratoire dans lequel elles sont situées, ainsi que les conceptions du vivant mobilisées par les chercheurs. Ceci m’amènera à présenter le laboratoire comme un ‘espace d’espèces’, un espace avant tout défini par un ensemble de ‘règles de savoir-vivre’ interspécifiques rendant possible l’expérimentation.

 

 

Mélanie ROUSTAN

Maître de conférences – Muséum national d’histoire naturelle
Département Homme et environnement
Directrice adjointe UMR208 PALOC (IRD-MNHN)
43 rue Buffon – CP135 – 75005 Paris

Contact : melanie.roustan@mnhn.fr – 06.83.81.91.57

 

Dominique JUHÉ-BEAULATON

Directrice de recherche CNRS

UMR8560 CAK (Centre Alexandre Koyré, CNRS-EHESS-MNHN)

Département Homme et environnement

43 rue Buffon – CP135 – 75005 Paris

 

Serge REUBI

Maître de conférences – Muséum national d’histoire naturelle

Département Homme et environnement

UMR8560 CAK (Centre Alexandre Koyré, CNRS-EHESS-MNHN)

27 rue Damesme – 75013 Paris

Seminar: Critical Heritage Studies – 9 décembre 2019 – Déranger le genre du patrimoine

Prochaine séance du séminaire

 
Critical Heritage Studies. Épistémologies, réception et actualité (Europe, Asie, Monde)
Caroline Bodolec (CCJ-CECMC), Cyril Isnart (IDEMEC), Claudie Voisenat (IIAC-LAHIC)
Lundi 9 décembre 2019
13:00-16:00
salle A07_51, 54 bd Raspail 75006 Paris
 
Déranger le genre du patrimoine
 
Trouble dans les politiques patrimoniales : les logiques contraires du projet de centre d’Archives LGBTQI à Paris
Renaud Chantraine IIAC-MUCEM
 
Reconnaissance, redistribution, résonance: le genre comme médiateur du rapport au temps
Ellen Hertz, Institut d’ethnologie, Université de Neuchâtel

Seminar: Les objets et les choses en sciences sociales

La prochaine séance du séminaire « Les objets et les choses en sciences sociales » aura lieu

Mercredi 27 novembre de 14 à 16 heures

Au musée du Quai Branly, sous-sol, salle 3

Christelle Patin traitera du sujet suivant

La patrimonialisation des restes humains

au prisme de la biographie culturelle de chose (II) :

Des emblèmes pour servir l’identité d’un musée

 

Poursuivant nos réflexions sur les restes humains patrimonialisés, entre dépouille mortelle, objet  scientifique et transmetteur de mémoire, nous aborderons leur mise en scène et en récit  dans l’institutionnalisation d’une identité locale par le musée.

A partir du sciage contesté des reliques de Sainte Grimonie d’un petit village de Thiérache, il s’agira d’analyser comment certains éléments de corps humain, telle la peau tannée du muséum de Nantes ou la momie Ta-Iset du musée de Rueil Malmaison, ont été emblématisés par leur inscription dans une histoire locale, qu’elle soit celle de la ville ou de l’institution muséale. Or l’usage public de ces histoires, lequel nécessite d’entretenir inventions et zones d’ombre, suscite aussi parfois des revendications.

Séminaire “Patrimoine et déménagement”, Cachan, ENS Paris Saclay, 20 novembre 2019

Le 20 novembre prochain, de 9h30 à 17h, à l’ENS Paris Saclay à Cachan se tiendra un séminaire autour du thème “Patrimoine et déménagement”. La question du patrimoine déplacé a été abondamment travaillée en particulier par les historiens, historiens d’art et spécialistes des sciences de la conservation. C’est cependant le plus clair du temps sous l’angle des crises, des guerres, des spoliations, des prises coloniales et de la mise en question d’un droit au butin qu’elle a été le plus souvent traitée.

 

Mais les déplacements liés à d’autres circonstances, plus pacifiques, n’ont guère été explorés, en particulier l’hypothèse très contemporaine du déménagement. En quoi cette circonstance produit un impact sur le patrimoine, met à l’épreuve la relation au patrimoine ? Quand une institution se déplace, quelle posture, quelle réflexion autour de son patrimoine entendu au sens symbolique du terme, question qui implique, en amont une réflexion sur la notion même de patrimoine et sa mobilisation comme catégorie scientifique, juridique, politique, symbolique, etc. ?  L’idée est de questionner, plus spécifiquement, le(s) patrimoine(s) de l’école à la faveur du déménagement de l’ENS sur le plateau de Saclay, de comprendre ce que fait ce moment du déplacement au patrimoine, en quoi il en est un révélateur, un facteur de transformation, une forme délaissement ou de réinvestissement et de réappropriation. L’école est prise comme principal terrain d’observation et d’investigation, ce qui n’exclut pas des comparaisons possibles.

Ce deuxième atelier autour du thème “patrimoine et déménagement” s’inscrit dans un programme plus large. D’autres ateliers se tiendront à Saclay, et le programme se clôturera par un colloque interdisciplinaire.

Programme et informations pratiques :

https://isp.cnrs.fr/?p=1805

Seminar: “Mémoires et patrimonialisations des migrations” (IIAC, EHESS-CNRS), novembre 2019-juin 2020

Le séminaire « Mémoires et patrimonialisations des migrations » (IIAC, EHESS-CNRS) reprend le 21 novembre 2019.

 

Mémoires et patrimonialisations des migrations

  • Michèle Baussantdirectrice de recherche au CNRSISP
  • Marina Chauliacanthropologue au ministère de la Culture (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes), chercheure au IIAC-LACI
  • Irène Dos Santoschargée de recherche au CNRS, URMIS, chercheure associée au IIAC/LACI et Centro em Rede de Investigaçao em Antropologia (Lisbonne)
  • Catherine Perronchargée de recherche, CERI – Sciences Po
  • Évelyne Ribertchargée de recherche au CNRS, IIAC-LACI

3e jeudi du mois de 13 h à 17 h (salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 21 novembre 2019 au 18 juin 2020

Depuis 2010, le séminaire « Mémoires et patrimonialisations des migrations » développe une réflexion sur les articulations entre mémoires singulières des migrations, mémoires collectives et patrimonialisations. Cette année sera consacrée au concept de patrimoine négatif, c’est-à-dire à la patrimonialisation d’expériences considérées comme traumatiques et des faces sombres de l’histoire, à partir d’exemples tirés des migrations et des déplacements de population. Nous examinerons la pertinence de ce qualificatif qui charge le patrimoine de valeurs spécifiques – « négatives » versus « positives »-, engagent différentes rhétoriques de la reconnaissance et des formes de patrimonialisation particulières. L’attention sera portée notamment sur le rôle des images dans ces constructions patrimoniales, qu’il s’agisse des fonds constitués par les acteurs patrimoniaux ou des images produites par les migrants eux-mêmes.

Programme

Jeudi 21 novembre 2019 : (13h-17h)

  • Introduction générale   
  • Tuyet Pham, réalisatrice : Intervention autour de son film “La Prunelle de mes yeux”

Synopsis du film : « Un jour, je perds ma carte d’identité. En faisant les démarches pour la renouveler, je découvre un pan d’histoire ignoré de ma famille… Soudain, je prends conscience du lien existant entre moi, ma nationalité et l’histoire de la colonisation française en Indochine. »

 

Jeudi 19 décembre 2019 : (14h-17h) (Séance au Musée National de l’Histoire de l’Immigration. Palais de la Porte Dorée, 293, avenue Daumesnil, 75012 Paris)

  • Angeline Escafré-Dublet (Université Lyon 2-commissaire scientifique de l’exposition) :  « La patrimonialisation de l’immigration à travers la musique: l’exposition Paris Londres”.
  • Visite de l’exposition « Paris-Londres Music Migrations »

 

Jeudi 16 janvier 2020 : (13h-17h)

  • Séance consacrée à la lecture de textes et aux travaux d’étudiants

 

Jeudi 20 février 2020 : (13 h à 17h)

  • Veronica Estay-Lange (Sciences Po Paris) : « Post-mémoire et négativité » (titre provisoire)
  • Eliza Frenkel (Ben Gurion University) : “The Last Known Address”: post-Soviet shape of personal and collective public commemoration of the Great Purge victim”, en  présence de Julia Lerner (Ben Gurion University)

 

Jeudi 19 mars 2020 : (13 h à 17h)

  • Clara Lecadet (IIAC) : “Dans les archives du HCR : sources et points aveugles pour une histoire des camps de réfugiés”
  •  Olivier Chavanon (LLSETI) : “Baraques, villages nègres et bidonvilles”. Retour sur la construction mémorielle de lieux de l’immigration » (titre provisoire)

 

Jeudi 18 juin 2020 : (13 h à 17 h)

  • Luba Jurgenson (“Eur’ORBEM” (Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane), Sorbonne Université/CNRS) : “Le patrimoine du Goulag”
  • Travail sur des textes et conclusion générale

 

Renseignements : Évelyne Ribert, IIAC-LACI, ribert@ehess.fr

https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/726//

Workshop: Les Débats du CAK – Saison 12-2 – Comment un musée émerge-t-il ? (20/11/2019)

Les Débatdu Centre Alexandre-Koyré  / Saison 12-2
« Comment un musée émerge-t-il ? »
 
Débat autour de l’ouvrage de Miruna Achim (Universidad Autónoma Metropolitana – Cuajimalpa) :
From Idols to Antiquity. Forging the National Museum of Mexico
Lincoln, University of Nebraska Press, 2017
► Mercredi 20 novembre 201910h-12h / Centre Alexandre-Koyré – 27 rue Damesme, 75013 Paris (salle de séminaire – 5e étage gauche)
 
► Les interventions seront données en anglais et en français
► Entrée libre et sans inscription préalable
Le Centre Alexandre-Koyré est heureux de vous convier à son rendez-vous mensuel, Les Débatdu CAK.
La formule est très simple : à l’occasion de la sortie récente d’un ouvrage d’histoire des sciences et des techniques (au sens large), nous invitons son auteur.e à débattre avec deux discutant.e.s privilégié.e.s, ainsi qu’avec l’ensemble de l’auditoire. Ces échanges sont systématiquement suivis d’un moment convivial autour d’un buffet.
La deuxième séance de la saison 12 aura lieu le mercredi 20 novembre 2019, de 10h à 12h. Intitulée «  Comment un musée émerge-t-il ? », il s’agira d’un débat avec Miruna Achim (Universidad Autónoma Metropolitana – Cuajimalpa) autour de son ouvrage From Idols to Antiquity. Forging the National Museum of Mexico (Lincoln, University of Nebraska Press, 2017).
Discutant.e.s :

– Pietro Corsi (University of Oxford, EHESS)

– Mélanie Roustan (MNHN, PALOC)