Category Archives: Education

CF: SIEF Summer School 2020

Call SIEF Summer School 2020

‘Heritage, Tradition, Identity. A Case Study of the Palio di Siena’
Siena, 25 June – 3 July 2020

Société internationale d’ethnologie et de folklore 

In collaboration with the Department of Scienze Storiche e dei Beni Culturali, University of Siena and the Scuola di Specializzazione in Beni Demoetnoantropologici, University of Perugia
Today’s heritage policies may be seen as strategies for the promotion of traditions, whether they be marginal and neglected, or celebrated local treasures that work symbiotically with tourist development programs.

The third SIEF International Summer School aims to explore the triangle composed of tradition, explored as an open and progressively constructed concept, identity, as a grassroots need or rhetorical construct, self-legitimating and aiming to enact difference, and heritage policies, with their contrasting demands of safeguarding and valorization of diversity versus control of the “product”. It will focus on heritage policies as strategies for the promotion of traditions in relation to the dynamics of identity and to the challenge posed by the touristic gaze.

We will be interrogating a number of questions,

  • How do heritage policies, within UNESCO’S ICH framework, interact with local traditions and identities?
  • How do formal bureaucratic procedures interact with cultural practices and social expectation?
  • How might globalized attention on local expressive festive traditions become a process of “re-ethnicization”?
  • How does this entangle with touristic valorization and re-semanticizing?
  • How should we identify the role of identity in a given tradition?
  • What ethical issues are raised by and within a traditional ethos?
  • How may involvement in heritage bring value, while respecting the intimacy and internal ethos of a given traditional system?
  • How should we read the influence of heritage or touristic valorization on a given traditional behavior and how do we avoid essentialist or late-romantic traps?
  • Where does the “bliss point” lie between originality (how a traditional event occurs) and standardization (how it can be shaped to fit the matrices of heritage practice)?
  • Can heritage be a resource for strengthening local traditions?

The Summer School will take place in Siena during the crucial week of the world-renowned Palio, which the participants will be invited to consider as representative of our theme.

The Palio festival focuses on a horse race and on competition among the Contrade (city districts), social networks offering mutual support and building community identity. Firmly established in Siena’s social and economic life, the Palio and the Contrade have survived many pressures throughout their existence, long before modernity discovered and celebrated them as a tourist resource, or movie and media backdrops. The Palio today may be seen as a “global” event, one that deeply involves several thousand people under an international gaze, illuminated in a continuous spotlight. The festival has been thoroughly documented and studied, both its historical roots and its more recent presence in social media and on the web (a detailed bibliography will be available to participants).

The Palio and the Contrade system offer a rich lens through which Summer School participants can consider our theoretical topics, not least the allure and limits of official or institutional heritage policies, media-driven over-exposure of tradition, and identity-driven cultural intimacies.

Programme

Lectures will be given by an international team of scholars of heritage processes (Dorothy Noyes, Valdimar Tr. Hafstein, Laurent-Sebastien Fournier, Alessandra Broccolini, Berardino Palumbo, Gianni Pizza, Daniele Parbuono, and Tobias Boos, among others), who will also lead workshops drawing on the shared experiences of Summer School participants. The week will also include an experience-based reflection on methodological approaches to a collaborative, comprehensive, and critical anthropology of heritage processes and institutions. The teaching team will include distinguished experts on the Palio, on Siena’s history, and on cultural management and tourism economies.

Students will be invited to undertake individual or group ethnographic fieldwork, under the guidance of an expert team. Fieldwork sessions will bring participants into contact with grassroots community resilience around tradition and the very form of the festival. Meetings with one or more of the seventeen autonomous Contrade (and their collective democratic representative organizations) will be arranged, so as to explore efforts to support the tradition’s transmission and to protect its image and symbols.

Lectures and seminars will be held at the Università di Siena, workshops while encounters with Contrade administrators and Palio authorities will be held on site.

PhD students from Folklore, Anthropology, Heritage Studies, Cultural Studies, and Tourism will have priority access, though Master’s students at an advanced level, or fledgling post-doc applications, may also be considered, until the maximum of 20 participants is reached.

  • The Summer School will award 5 ECTS credits
  • There will be a registration fee of €50 (not due until the formal application through University portal later in the year). This will give participants access to University libraries and a reduced price at their restaurants.
  • Support for finding accommodation, aiming for a closer integration with the town and its people will be offered, and prices will be kept as low as possible, but we are unable to cover meal, accommodation, and travel expenses; applicants are encouraged to inquire at their own university and seek to raise funds elsewhere.

Declarations of Interest

Please declare your interest by sending,

  1. A short CV, clearly stating your PhD study status and your Master’s degree field; and
  2. An abstract of 300–500 words describing your own research project and how it relates to the themes outlined above.

Please send your declarations by 31 October 2019 to siena2020@siefhome.org (only emailed applications will be considered).

Successful applicants will be notified by e-mail no later than 8 December 2019 and will be invited to formalize the application according to the University of Siena’s procedure. A formal confirmation of acceptance is expected by the end of December 2019, so to give time enough for individual fund raising and accommodation decisions.

Any enquiry is welcome at Siena2020@siefhome.org
Fabio Mugnaini, SIEF Summer School 2020 Convener

Publication: “Les confins du patrimoine”, dir. M. Drouin, L. K. Morisset, M. Rautenberg, 2019

L’ouvrage collectif, Les Confins du Patrimoinecoordonné par Martin Drouin, Lucie K Morisset et Michel Rautenberg vient de paraître aux Presses de l’Université du Québec, coll. « Nouveaux Patrimoines », 312 pages.

https://www.puq.ca/catalogue/livres/les-confins-patrimoine-2908.html

Education: MOOC du réseau UNESCO UNITWIN : ” Tourism Management at UNESCO World Heritage Sites” (vol.2)

The course “Tourism Management at UNESCO World Heritage Sites (vol.2)” is open since last May!

The course is composed of six completely new chapters and will explore the themes of heritage communication, management and marketing.

Starting on May 6th, 2019, a new international team of professors and researchers of the UNESCO UNITWIN Network “Culture,Tourism, Development” will welcome and accompany you during this new eLearning experience!

For more information, follow the link to the course:

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:Paris1+16012+session01/about

Feel free to invite other colleagues and friends, and don’t forget to join us on our dedicated Facebook group (https://www.facebook.com/groups/119125402154753/), and start posting on Social Media using the hashtag #TourismMgmtWHS.

See you soon in the new volume of the MOOC,

Maria Gravari-Barbas (coordinator)

Education: Ouverture en apprentissage du Master 2 Direction de projets ou établissements culturels, parcours Ingénierie de l’action culturelle, Université de Bourgogne

Le Département Denis Diderot de l’Université de Bourgogne souhaite vous informer de l’ouverture en apprentissage du master DPEC (Direction de Projets ou Etablissements Culturels), parcours Ingénierie de l’Action Culturelle (IAC). Ce département d’études culturelles et patrimoniales a été créé en 1991 et forme des professionnels de haut niveau dans le domaine des métiers de la culture (spectacle vivant, muséologie/patrimoine). Vous trouverez de nombreuses informations sur ce site web :
Il est désormais possible de proposer aux étudiants la formation du master DPEC en apprentissage. Nous aimerions connaître vos besoins et savoir si vous accepteriez de proposer un contrat d’apprentissage à l’un ou plusieurs de nos étudiants. Dans le cas d’un accueil favorable de votre part, nous nous tenons à votre disposition. Vous pouvez contacter Céline Méchin pour les questions administratives et techniques. (Contact : celine.mechin@u-bourgogne.fr).

Job: Appel pour un doctorat financé/Université de Lille

Appel pour une candidature à une doctorat financé / Université de Lille
Thématique : les ruines de guerre dans les Hauts-de-France au XXe siècle.

Le sujet de thèse se propose d’analyser l’évolution des usages politiques et sociaux des ruines de guerre comme moteur et symptôme d’un régime d’historicité caractérisé par la construction d’événements guerriers en repères d’une contemporanéité essentiellement catastrophique et traumatique. L’hypothèse centrale est que la relation qu’établissent les sociétés aux vestiges de guerre dit quelque chose de leur mode de relation au passé. L’originalité de cette approche réside dans sa focalisation sur un cas à grande échelle, les Hauts-de-France afin de mesurer la valeur heuristique de la notion de « paysage de guerre ».

Il s’agit d’appréhender les ruines de guerres du point de vue de ses usages politiques et sociaux qui déterminent des représentations et des sensibilités : d’abord, la question du vécu quotidien des ruines (1) afin d’étudier les formes de résilience des sociétés meurtries mais aussi les usages multiples dont les vestiges font l’objet : abri, réserve et revente de matériaux, promenades, etc. Ensuite, la question des usages politiques et de la reconstruction (II). Les ruines transformées en monuments commémoratifs, en mémoriaux, sont le lieu d’élaboration d’un discours écrit et imagé sur la guerre de la part des survivants mais aussi des autorités. Enfin, la patrimonialisation des ruines (III), largement motivée par le développement du tourisme de guerre. Les ruines s’imposent alors comme des ressources économiques de première importance, offrant de nouvelles formes de réappropriation du passé. Cette patrimonialisation peut donner naissance à des « paysages de guerre » de grande étendue (par exemple, ND de Lorette/Vimy ou le Mur de l’Atlantique en Pas-de-Calais).

Conditions de déroulement du doctorat

Le doctorat sera financé pour moitié par la région Hauts-de-France et pour une autre moitié par l’Université de Lille pour une période de 3 ans (sept. 2019-sept 2022). Le doctorant s’inscrira auprès de l’Institut des recherches historiques du Septentrion (UMR 8529) et de
l’École doctorale SHS des Hauts-de-France (voir https://irhis.univ-lille.fr/espace-jeunes-chercheurs/). Il mènera ses travaux sous la direction de M. Stéphane Michonneau (https://pro.univ-lille.fr/stephane-michonneau/).

Le projet de thèse fera l’objet d’une audition à l’École doctorale le 11 juin 2019, sur la campus Pont-de-Bois de l’Université de Lille.

Le doctorant sera possiblement intégré au sein d’un projet ANR portant sur le même sujet en France.

Candidatures

Le candidat sera détenteur d’un Master en histoire (mention TB). Il attestera un bon niveau de maîtrise de l’anglais.

Le dossier de candidature comportera :
– une lettre de motivation
– une lettre de recommandation de son actuel directeur de recherche
– un relevé de notes du Master
– un CV

À envoyer avant le 24 mai 2019 à : stephane.michonneau@univ-lille.fr

Education: Université d’été Musée et démocratie dans l’Europe Méditerranéenne Art, histoire et citoyenneté (XXe – XXIe siècle), 3-5 juillet 2019 Madrid – Casa de Velázquez

– JUILLET 2019
Madrid – Casa de Velázquez
Université d’été

Date limite d’inscription : 25 mai 2019 – 17 h (heure de Madrid)
Accéder au formulaire d’inscription

Musée et démocratie dans l’Europe Méditerranéenne

Art, histoire et citoyenneté (XXe – XXIe siècle)

3JUILLET – 5JUILLET 2019
Madrid – Casa de Velázquez
Université d’été

Inscriptions jusqu’au 25 mai 2019 – 17h (heure de Madrid)

Coord. : Jesús CARRILLO CASTILLO (Universidad Autónoma de Madrid), Cyril ISNART (CNRS / UMR 7307 IDEMEC, Aix-Marseille Université), Nicolas MORALES (EHEHI, Casa de Velázquez), Dominique POULOT (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Universidad Autónoma de Madrid, UMR 7307 IDEMEC, CNRS / Aix-Marseille Université, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Coll. : Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía

Inscription obligatoire
Date limite d’inscription :
 25 mai 2019 – 17h (heure de Madrid)
Accéder au formulaire d’inscription

Dates de l’Université d’été : 3-5 juillet 2019

Lieu :
Casa de Velázquez
C/. Paul Guinard, 3
28040 Madrid – España

Présentation

Le musée et son accès ouvert au grand public matérialisent un rapport à la fois symbolique et effectif entre l’État et les citoyens, une « raison muséale » qui, comme l’a montré D. Poulot1, engage la création d’identités démocratiques et des régimes de légitimations en constantes mutations. L’institution muséale, qui se fonde sur un régime de propriété publique des biens culturels et un partage égalitaire de ces biens symboliques, possède en Europe des origines très diverses et entretient des héritages plus ou moins sensibles avec les imaginaires politiques collectifs d’Ancien Régime. Le cas français est en cela singulier, car il a imposé, pendant la période révolutionnaire de la Convention (1793-94), une rupture fondatrice, articulant à l’autorité muséale un projet de profonde refondation de l’identité et de la souveraineté du peuple.

Nous proposons d’aborder l’histoire contemporaine des rapports entre musée et démocratie au cours du XXe et au début du XXIe siècle dans l’Europe du Sud, en privilégiant l’analyse des institutions muséales en lien avec le régime de souveraineté populaire dont elles tirent leur origine et leur justification, tout en prenant en compte la diversité de ces imaginaires et des systèmes démocratiques, dans une perspective transnationale.

L’aire à la fois géographique et culturelle de l’Europe du Sud offre en effet un champ d’étude particulièrement fécond, puisque la diversité des expériences de ruptures et transitions démocratiques au XXe siècle (France Espagne, Grèce, Italie, Portugal, ancienne Yougoslavie) permettent d’observer les enjeux et les modes d’investissement variés du musée dans la refondation contemporaine de la citoyenneté démocratique. En regard de la France et de l’Italie, qui font partie des premiers pays fondateurs de la CEE, il s’agira de mieux saisir les régimes de singularité des rapports entre musées et démocratie dans le cadre européen, pour les pays du Sud notamment qui sont entrés dans l’espace européen au cours des années 1980 et 1990 et ont accompli des processus de démocratisation rapides. Dans le contexte institutionnel, comme dans le champ des revendications associatives et culturelles des minorités (ethniques, politiques, professionnelles, sexuelles, migratoires coloniales, etc. ), la compétition ou les conflits muséographiques structurent de manière forte les attentes et les imaginaires muséaux. À l’image des (re)fondations des sociétés démocratiques du Sud de l’Europe, le champ des pratiques muséographiques se présente à la fois comme un lieu d’élaboration d’une identité nouvelle se voulant consensuelle et comme un lieu de négociation, parfois douloureuse, des différentes mémoires et des différentes identités qui voudraient s’y exprimer. Cette perspective ancrée sur le Sud de l’Europe cherche à ouvrir un nouveau questionnement plus global des institutions muséales à partir de la notion même de Sud, pour étudier à partir de ses marges les reconfigurations matérielles, architecturales, administratives et professionnelles d’un espace culturel démocratique européen. Cet angle de réflexion, lié au Southern turn, vise à étudier les circulations, les réinvestissements ou la reconceptualisation de pratiques muséales à l’échelle globale et dans une logique Sud / Sud.

Enfin, la diversité et les mutations des institutions muséales (musées d’art, musées d’histoire, musées de société…) offriront un autre angle d’approche pour analyser, à l’époque actuelle, les processus de représentation et de légitimation des identités démocratiques en construction ou en crise. Privilégiant l’étude des relations entre musées et démocratie, nous porterons aussi une attention particulière aux transformations les plus récentes des identités et des valeurs démocratiques, depuis la fin de la Guerre Froide et notamment dans le cadre d’une crise actuelle de la représentation démocratique. Dans un début de XXIe siècle si visiblement marqué par des phénomènes que W. Brown a qualifiés de « dé-démocratisation » globalisée2, le musée est à la fois investi par des logiques d’entreprise, mais il constitue aussi un lieu central de démocratie réelle, à travers l’essor de la muséologie sociale et des politiques de participation, qui cherche à réorganiser collectivement des possibles démocratiques et un partage populaire des biens culturels communs.

Capital symbolique, capital politique, capital économique et capital culturel participent à l’institution muséale : leurs logiques, leurs modes d’interactions, leurs évolutions et leurs contradictions feront l’objet de cette université d’été destinée à la fois, à des doctorants ou à des post-doctorants, ainsi qu’à étudiants inscrits en 2ème année de Master, dont le projet de recherche est déjà avancé et à des professionnels, désirant compléter leurs connaissances. Le musée comme pratique, comme utopie, mais aussi comme promesse démocratique pourra être abordé à partir de champs disciplinaires divers. Les études muséales peuvent en effet être investies par des chercheurs issus de l’histoire politique, l’histoire des institutions culturelles, des cultural studies, des sciences politiques, de l’histoire de l’art, de la sociologie, l’anthropologie ou la philosophie.

1. Dominique Poulot, Une histoire des musées de France, XVIIIe-XXe siècles. Paris, La Découverte, coll. « L’espace de l’Histoire », 2005.
2. Wendy Brown, Undoing the Demos. Neoliberalism’s Stealth Revolution, Cambridge, MA, MIT Press, 2015.

Conférenciers et formateurs

  • Manuel BORJA-VILLEL (Directeur du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía)
  • Alexandra BOUNIA (University of the Aegean)
  • Jesús CARRILLO CASTILLO (Universidad Autónoma de Madrid)
  • Noemí DE HARO (Universidad Autónoma de Madrid)
  • Nélia Susana DIAS (Instituto Universitário de Lisboa)
  • Beatriz HERRÁEZ (Directrice d’ARTIUM, Centro Museo-Vasco de arte contemporáneo, Vitoria)
  • Cyril ISNART (CNRS / UMR 7307 IDEMEC, Aix-Marseille Université)
  • Jesús Pedro LORENTE LORENTE (Universidad de Zaragoza)
  • Nicolas MORALES (EHEHI, Casa de Velázquez)
  • Bojana PISKUR (Conservatrice du Musée d’art moderne de Ljubljana)
  • Ilaria PORCIANI (Università di Bologna)
  • Dominique POULOT (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne)

Organisation

L’Université d’été se déroulera sur 3 journées de travail en présence de spécialistes de cette thématique. Ces journées s’articuleront autour de conférences le matin, suivies d’un débat avec l´ensemble des candidats sélectionnés, et d’ateliers au choix des candidats inscrits selon les disponibilités, et animés par des conférenciers et des formateurs. Certaines visites spécifiques seront programmées au sein du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, en collaboration avec le Département des collections du musée.

Les débats et les interventions se dérouleront en espagnol, français, italien ou en anglais.

Les participants (25 maximum) assisteront à des conférences méthodologiques ou historiographiques et à des ateliers pratiques.

Conditions pratiques

Cet appel à candidatures s’adresse principalement à des doctorants et à des post-doctorants. Il s’adresse également à des étudiants inscrits en 2ème année de Master, dont le projet de recherche est déjà avancé. La sélection des 25 participants se fera en fonction du dossier académique du candidat, de son profil de formation et connaissance des langues. Une priorité sera accordée aux candidats préparant une thèse et dont les travaux de recherche s’inscrivent dans les champs thématiques de ces journées. Pour cela, ils devront présenter une lettre de motivation, en expliquant les raisons de leur candidature (500 mots maximum).

À compter du 31 mai 2019, les candidats seront informés du résultat de la sélection. Les candidats sélectionnés seront ensuite informés de la procédure à suivre. À l’issue de l’université d’été, les candidats recevront un certificat de présence.
Le prix de l’inscription est de 80 euros (à travers le système de paiement Paypal).

Il comprend :

  • le logement à Madrid (en chambre double partagée), 4 nuits, pour les candidats qui en font la demande et qui ne résident pas à Madrid.
  • Les déjeuners, 3 jours

Les frais de déplacements et les dîners sont à la charge des participants.

Date limite d’inscription : 25 mai 2019 – 17 h (heure de Madrid)
Accéder au formulaire d’inscription

Education: Salagon – Stage de formation du patrimoine immatériel – 8 au 12 juillet 2019

Semaine de formation au Patrimoine culturel immatériel est organisée du 8 au 12 juillet 2019 à Salagon.

Pour cette nouvelle édition, le thème est “Histoires de fruits: Patrimoine culturel immatériel et valorisation de produits agricoles locaux”.

http://www.musee-de-salagon.com/fileadmin/mediatheque/salagon/documents/Documents_generaux/2019/Formation_Salagon_PCI_juillet_2019.pd

 

Education: Master d’anthropologie, axe Patrimoine immatériel et muséographie

L’Université d’Aix-Marseille a ouvert cette année un axe “Patrimoine immatériel et muséographie” au sein du Master “Anthropologie du développement durable”.

Pour l’année 2019-2020, les campagnes de recrutement pour les master se font sur la plateforme en ligne e-candidat aux dates suivantes:

Master 1 : 20 avril – 1 juin

Master 2 : 11 mai – 22 juin

Contenu des dossiers: cv, lettre de motivation, relevés de notes depuis le bac (et pour les M2 projet de recherche en plus)

Cette nouvelle formation est répertoriée par le Ministère de la Culture:

http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel/Recherche-publications-et-formations/Seminaires-ateliers-et-sessions-de-formation/Formations-initiales/Aix-Marseille-Universite-UFR-ALLSH-Departement-d-anthropologie-MASTER-Anthropologie-AXE-Patrimoine-immateriel-et-museographie

Informations complémentaires:

https://allsh.univ-amu.fr/master-anthropologie

https://allsh.univ-amu.fr/sites/allsh.univ-amu.fr/files/plaquette_master_2018-19_derniere_version14-09.pdf

Education: Stage DG Patrimoines (ministère Culture) : “Le patrimoine culturel immatériel : de la convention UNESCO à la loi LCAP”, Paris, 7 juin 2019

Le département de la Formation scientifique et technique de la direction générale des Patrimoines (ministère de la Culture) reconduit le stage “Le patrimoine culturel immatériel : de la convention UNESCO à la loi LCAP” (Paris, vendredi 7 juin 2019).

La date-limite d’inscription est fixée au 26 avril 2019.

Programme détaillé : voir en pièce jointe


 * Modalités d’inscription pour les personnels du ministère de la Culture :    Identifiant RenoiRH Formation : DG1MPPS102 / N° du stage : 56

    * Modalités d’inscription pour les personnels hors Culture (administrations publiques, organismes privés) :

Bulletin d’inscription à télécharger sur : http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel/Recherche-publications-et-formations/Seminaires-ateliers-et-sessions-de-formation/Formations-permanentes/Stage-Le-patrimoine-culturel-immateriel-de-la-convention-Unesco-a-la-loi-LCAP-stage-DFST-2019

Contact :
Francis BRETTE (MC – DGP – DFST) : francis.brette@culture.gouv.fr

Education: Labex “Les passés dans le présent” : programme de formations 2019

Le Labex “Les passés dans le présent” propose en 2019 une série de modules de formations courtes s’appuyant sur les expérimentations menées en son sein.

Ces formations portent sur les enjeux de la médiation culturelle et scientifique à l’ère numérique et plus particulièrement sur les questions liées au patrimoine, à l’histoire et à la mémoire.

Vous trouverez ci-jointes les trois fiches de présentation :

  • Les patrimoines à l’ère numérique du 8 au 10 avril 2019
  • Collecter et exposer les sources du passé du 3 au 5 juin 2019
  • Le passé in situ les 10 et 11 juin 2019
http://passes-present.eu/node/43871

Contact :
Quentin Roblin, chargé d'appui aux projets scientifiques
Labex Les passés dans le présent : histoire, patrimoine, mémoire
Université Paris Nanterre / Bâtiment Max Weber - Bureau 121 / 200, avenue de la République / 92001 Nanterre Cedex
Tél : +33 (0)1 40 97 49 85 / Mob : +33 (0)7 83 81 48 20
www.passes-present.eu