Category Archives: Education

Education: Formation “Patrimoine Culturel Immatériel en territoire de montagne”

Le laboratoire ITEM (EA 3002) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour ainsi que l’Ethnopôle Occitan – InOc Aquitaine, organisent une semaine de formation sur le Patrimoine Culturel Immatériel en territoire de montagne, du 18 au 22 février 2019 à Bielle (Vallée d’Ossau), en collaboration avec le Département du Pilotage de la Recherche et de la Politique Scientifique du Ministère de la Culture et le Parc National des Pyrénées.


L’inscription obligatoire est ouverte jusqu’au mercredi 13 février à 12h.
auprès de Rémy Berdou :  r.berdou@in-oc.org

Advertisements

Education: proposition stages M2 muséologie

OFFRE DE STAGE EN MUSEOLOGIE

TITRE DU SUJET DE STAGE : Mise en scène de l’ethnobotanique au Jardin des plantes du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris

 

Parcours et niveau M2  MASTER Muséologie

Stage orienté métier

– Nombre de mois de gratifications par le Muséum : 4

– Dates prévues : 01/03/2019 au 30/06/2019

 

L’objectif de ce stage de Master 2 sera de concevoir une valorisation muséographique selon une approche ethnobotanique du carré des plantes-ressources du Jardin des plantes où actuellement le dispositif pédagogique se compose essentiellement de quelques cartels thématiques et des étiquettes  présentant les noms scientifiques des plantes.

 

DESCRIPTIF DU STAGE

Au Jardin des plantes, le « carré Lamarck des plantes-ressources » a connu plusieurs remaniements depuis les années 1990. Il a été réaménagé près de l’entrée principale du jardin pour les placer en bonne vue des visiteurs, ce thème à visée pédagogique étant jugé attractif pour le public. En 2008, l’intitulé historique des « plantes utiles » est abandonné pour celui de plantes-ressources. La conception de ce carré s’articule alors autour de plates-bandes thématiques et la mise en place de cartels fondés sur la composition chimique des plantes et leur utilité pharmacologique.  Cette orientation ne reflète pas, en l’état, le point de vue de l’ethnobotanique dans la tradition du Muséum, celle des savoirs vernaculaires (locaux) sur les plantes, savoirs inscrits dans une histoire sociale et des environnements spécifiques.   En outre, l’appareil pédagogique mis en place actuellement dans ce carré repose essentiellement sur des étiquettes ne présentant que les noms scientifiques, souvent illisibles et incompréhensibles pour les visiteurs et quelques cartels reprenant l’organisation thématique des plates-bandes : plantes médicinales (vocation première du Jardin du Roi), tinctoriales, plantes à parfum, dépolluantes, plantes de grande culture, de cueillette, une collection de menthes, fleurs comestibles, les légumes.

 

Ce projet de stage, dont le principal objectif sera de revoir la présentation pédagogique selon une approche ethnobotanique, s’inscrit dans le contexte du renouveau de cette discipline au MNHN et de l’intérêt porté aux collections. Une collaboration débutée en juin 2018 réunissant chercheurs et  jardiniers depuis ambitionne de restructurer ce carré des plantes ressources, de lui donner sens et cohérence dans un objectif de valorisation à la fois de cette zone du jardin et de l’ethnobotanique.

 

Rôle du ou de la stagiaire :

 

Après une enquête préliminaire menée auprès des visiteurs du carré, le ou la stagiaire devra réfléchir aux dispositifs muséographiques à mettre en place et être force de propositions pour apporter un éclairage différent et complémentaire sur les relations entre les plantes et les hommes dans la diversité des sociétés et des cultures tout en s’intégrant dans la trame végétale déjà bien structurée de ce carré. Il est aussi attendu qu’il ou elle recherche de la documentation pour aider l’équipe à rédiger les contenus qui seront proposés au public à travers une diversité et une complémentarité de dispositifs : panneaux, installation d’objets, développement d’une application mobile QR Code pour rediriger vers des contenus numériques plus riches que ceux offerts par de simples cartels (page web, panneaux téléchargeables, traductions, jeux) en collaboration avec le service spécialisé au MNHN.

 

Le ou la stagiaire travaillera en partenariat avec les jardiniers et les chercheurs impliqués qui tous réfléchissent à la restructuration de cette zone : l’idée de départ est de sensibiliser à l’ethnobotanique à partir d’histoires à raconter en ciblant quelques plantes plus ou moins connues (déjà là ou à installer). Des histoires courtes mais éclairantes expliqueront les relations des hommes à leur environnement au travers de certaines plantes « emblématiques », relations qui s’inscrivent dans des échelles spatiales et temporelles variées et qui permettent de se projeter dans le futur. Des cheminements thématiques dans le carré mais aussi dans un espace élargi à tout le jardin et aux serres seront proposés, inspirés par le modèle des « ballades géologiques ». Parmi les problématiques-thématiques déjà réfléchies (mais pas arrêtées définitivement) figurent les questions suivantes :

–       domestication (processus au long cours) ; sauvage / domestique ;

–       circulation/globalisation ; histoire des relations entre les sociétés via la circulation des plantes ; plantes invasives ;

–       culture paysanne et patrimonialisation/réinvention (exemple le plessage-trognage, la cueillette) ;

–       écologie urbaine ;

–       jardinage écologique ;

–       monoculture vs cultures associées (maïs industriel vs milpa amérindienne (association courge-haricot-maïs).

 

CONNAISSANCES OU COMPETENCES ACQUISES A L’ISSUE DU STAGE :

 

A l’issue du stage, les compétences acquises porteront sur les techniques muséographiques appliquées à des collections vivantes (mise en place de cartels, de codes QR, recherches documentaires et le travail en équipe au sein de laquelle l’approche muséologique apparaît comme structurante et médiatrice.

Ce stage s’inscrit dans le contexte du renouveau de l’ethnobotanique au MNHN et sera donc encadré par un collectif regroupant des chercheurs de 4 unités du département Hommes  & Environnement, archéobotanistes, Paloc, EAE et CAK  et les jardiniers impliqués dans la restructuration de cette zone.

ENCADRANTS : Julien Blanc (Maître de conférence MNHN) et Dominique Juhé-Beaulaton (Directrice de recherche CNRS-MNHN)

contact : dominique.juhe-beaulaton@mnhn.fr

Education: Toulouse – Inscriptions ouvertes au master “Expertise ethnologique en patrimoine immatériel”

« Expertise ethnologique en patrimoine immatériel » – deuxième année de master (Université de Toulouse – Jean Jaurès / département d’anthropologie)
Le master « Expertise ethnologique en patrimoine immatériel » (EEPI) est une spécialisation du master d’anthropologie offerte par le département d’Anthropologie de l’université de Toulouse – Jean Jaurès. Elle se déroule sur une seule année universitaire, correspondant à la deuxième année de master.
Cette formation est ouverte à tout étudiant ayant validé une première année de master dans les domaines de l’anthropologie prioritairement, mais aussi de l’histoire, de la géographie, de la sociologie, de l’histoire de l’art ou de l’archéologie, et dont le projet de recherche comporte un axe problématique autour des questions de patrimonialisation, de mise en scène des cultures, des territoires, de l’histoire, des identités. Elle vise tout à la fois à former des chercheurs aptes à étudier et analyser ces phénomènes et ouvre ainsi sur des inscriptions en doctorat, et à délivrer des compétences d’expert quant à l’identification, au montage de dossiers et à la sauvegarde d’éléments relevant spécifiquement du patrimoine culturel immatériel.
Bénéficiant de l’appui d’un réseau dense d’acteurs des institutions de la culture, la spécialisation EEPI développe ainsi des collaborations nourries avec le département du pilotage de la recherche du ministère de la Culture, la DRAC Occitanie, l’ethnopôle du GARAE (Carcassonne) et l’université de Montpellier – Paul Valéry avec qui elle entretient un partenariat privilégié.
Pour tout renseignement administratif, contacter Corine Jahnsen: corine.jahnsen@univ-tlse2.fr
Pour tout renseignement pédagogique, contacter Nicolas Adell: adell@univ-tlse2.fr

Education and grant: Master européen “Patrimoine et Territoires”

Le Master conjoint Erasmus Mundus TEMA+ « Patrimoine et Territoires / Heritage and Territories » (bilingue français-anglais) propose d’analyser la présence croissante et l’importance du patrimoine culturel en utilisant des approches multinationales, interdisciplinaires et de l’interprétation critique qu’aucun master ne propose en Europe.
Il est assuré par le consortium des universités ci-dessous, en coopération avec le Label du patrimoine européen (European Heritage Label) et différents organes de l’UNESCO:

  • École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris,
  • Université Eötvös Loránd de Budapest,
  • Université Charles de Prague,
  • Université de Catane,
  • Université Laval au Canada.

Les étudiants poursuivent leurs études dans deux universités partenaires au moins. Après un semestre passé ensemble (semestre 1) à l’Université Eötvös Loránd (ELTE), université coordonnatrice du Master TEMA+, la mobilité est obligatoire en semestre 2-3 et 4 dans l’une des quatre universités partenaires. Les étudiants obtiennent à l’issue de leur formation des diplômes doubles ou multiples, tous accrédités au niveau national.

L’accès au Master TEMA+ est ouvert à des étudiants titulaires d’un diplôme (BA/BSc /180 ECTS ou MA/MSc/120ECTS ou d’un titre équivalent) en histoire, géographie, philosophie, anthropologie, ethnologie, sociologie, histoire culturelle, urbanisme, architecture, histoire du nationalisme, relations internationales, droit, économie, administration et en d’autres domaines. La sélection des étudiants se fera sur la base de l’excellence académique et de la maîtrise de l’anglais et du français, les cours étant dispensés dans ces deux langues.

Une bourse Erasmus Mundus, comprenant une allocation mensuelle de 1 000 €, sera attribuée aux étudiants les plus méritants.
La formation est également ouverte sur la base d’autofinancement : les frais de scolarité pour les étudiants européens sont de 3.000 euros par an et pour les non-européens de 6.000 euros par an.

  • Date de soumission des candidatures pour les bourses : 31 mars 2018. 
  • Date de soumission des candidatures pour la formation sur la base d’autofinancement : 17 juin 2018.

Informations sur le programme : www.mastertema.eu

Brochure de présentation : https://www.ehess.fr/sites/default/files/appels/fichiers/flyer_master_tema.pdf

Education: Stage de formation « Patrimoine culturel immatériel : inventaires, médiation, territoires », Vitré, 20-21 mars 2018

La direction générale des Patrimoines (département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique) soutient le développement en région de pôles de formation au PCI. Dans ce cadre, je vous adresse le programme de la prochaine session organisée par le Centre français du Patrimoine culturel immatériel (CFPCI), Ethnopôle labellisé, qui, depuis la rentrée 2016, met en œuvre un parcours sur deux ans avec l’université Rennes 2 et plusieurs associations actives dans ce champ en Bretagne, orienté vers les enjeux de médiation, de territoires et de diversité culturelle.

Intitulée « Patrimoine culturel immatériel (PCI) : inventaires, médiation, territoires », la session se tiendra les 20 et 21 mars 2018 à Vitré (Maison des Cultures du Monde-CFPCI, 2 rue des Bénédictins, 35 500 Vitré) et s’adresse prioritairement aux étudiants des masters professionnalisants 1 et 2 « Médiation du patrimoine et de l’histoire en Europe » de l’université de Rennes 2. Les journées théoriques sont toutefois ouvertes aux participants extérieurs (collectivités, associations…).

Programme détaillé et modalités d’inscription en pièce jointe.

Education: Stage de formation au Patrimoine culturel immatériel, Aix-en-Provence (IDEMEC)/Mane (Ethnopôle de Salagon), 2-6 juillet 2018

L’Ethnopôle de Salagon à Mane (Musée départemental des Alpes-de-Haute-Provence) organise, en partenariat avec l’IDEMEC (UMR 7307 CNRS et Aix-Marseille-Université) et le département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique (direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture), un stage de formation au patrimoine culturel immatériel du 2 au 6 juillet 2018, avec une inflexion particulière sur les relations entre PCI et savoirs naturalistes.

Formation Patrimoine culturel immateriel Salagon Ministère de la Culture juillet 2018

Date limite d’inscription : 15 avril 2018

CFP: École thématique – La présence de l’absence. Histoire, Mémoire, Post-mémoire

La présence de l’absence. Histoire, Mémoire, Post-mémoire

(Europe-Amérique latine, XXe-XXIe siècle)

22
JANVIER
23
JANVIER 2018
MADRID

ÉCOLE THÉMATIQUE

Inscriptions ouvertes jusqu’au 25 de novembre 2017 (17h00)

VOIR LE DÉTAIL

Coord. : José Javier DÍAZ FREIRE (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea), Jesús IZQUIERDO MARTÍN (Universidad Autónoma de Madrid)
Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Universidad Autónoma de Madrid, Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea, Programa de Doctorado Interuniversitario en Historia Contemporánea (UAM-UCM-UNICAN-UPV/EHU-USC-UV-UZ)

Inscription obligatoire 
Date limite d’inscription : 25 novembre 2017 – 17h00 (heure de Madrid)

Lieu de la manifestation :

Universidad Autónoma de Madrid – Facultad de Filosofía y Letras
Campus de Cantoblanco
C/. Francisco Tomás y Valiente, 1 
28049 Madrid

SUIVEZ-NOUS
      

La Casa de Velázquez appartient au réseau des Écoles Françaises à l’Étranger.

CIUDAD UNIVERSITARIA
C/ DE PAUL GUINARD, 3
E-28040 MADRID
T. 0034 – 914 551 580
F. 0034 – 915 497 250
image

Education: “Folkloristics and Applied Heritage Studies” MA programme in Tartu

The University of Tartu (UT) is accepting applications for the new English-language master’s programme, “Folkloristics and Applied Heritage Studies”. The application deadline for fall semester 2017 is* 29 June 2017. *This summer intake is open for *EU/EEA nationals*, i.e. citizens of countries that are in the European Union or in the European Economic Area.
“Folkloristics and Applied Heritage Studies” is a two-year programme
intended for graduates and professionals interested in the concepts and
workings of cultural heritage, folklore and the heritage of crafts in
diverse socio-cultural contexts, past and present.

The programme provides analytical and practical tools to examine the
processes of heritage production, the particularity of intangible cultural
heritage and its relationship to folklore and everyday culture. Students
also learn to recognise and ethically apply cultural heritage as a social
and economic resource and to act as mediators between different interest
groups in this field.

Students choose to specialise either in the analysis of folklore and
cultural heritage, or in the study and application of the heritage of
crafts.

The curriculum provides ample opportunity to gain diverse hands-on
experience and to tailor the content of study plans to chosen career paths.
An MA thesis or a more practically oriented MA project completes the
programme.

“Folkloristics and Applied Heritage Studies” is coordinated by the UT
Departments of Ethnology, and Estonian and Comparative Folklore, and the UT Viljandi Culture Academy Native Crafts Departments.

For more information about the programme, admission requirements and the application process, please visit http://www.ut.ee/folkheritage/, or email
us at folkandheritage@ut.ee

Education: MA Usable Pasts: Applied and Interdisciplinary History at HSE St Petersburg: deadline 1 May

International placement competition closes on 1 May
20 full-tuition domestic and international MA studentships:
Usable Pasts: Applied and Interdisciplinary History
Higher School of Economics, St Petersburg, Russia.
HSE St Petersburg, Department of History, invites domestic and international applicants to its two-year, English-language MA programme “Usable Pasts: Applied and Interdisciplinary History.” The course gives equal weight to both history and its uses. The programme offers strong research-led teaching that draws on the Department’s strength in global, comparative and transnational history, including studies of empires and nationalism, socialism, post-socialism and post-colonialism, environmental and economic history and anthropology, history of science and technology, and the anthropology of memory. Students benefit from interdisciplinary grounding in methods of historical research and textual criticism, cultural heritage and museum studies, anthropology, historical geography and geoinformation systems, digital humanities, oral history and visual methods.

We encourage strong applicants with undergraduate degrees in history as well as other fields. This English-language MA provides skills for further academic study, including PhD, as well as non-academic careers. It includes the possibility of internships in over fifty St Petersburg museums and options for Russian language training.

International placement competition runs from 1 February to 1 May 2017

Contacts: Head of programme Julia Lajus (lajus@hse.ru <mailto:lajus@hse.ru>) Coordinator Dilorom Akhmedzhanova (dakhmedzhanova@hse.ru)
Details of course: http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/about <http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/about>
Potential supervisors: https://spb.hse.ru/en/ma/apphist/programmefaculty

How to apply: http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/howto <http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/howto>

Summer University: Appel à candidature Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 5-13 juillet 2017

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY
5 juillet – 13 juillet 2017

CENTRE POMPIDOU, PARIS

 

LES SOURCES AU TRAVAIL

Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent/ Art collections and museums in present times

APPEL A CANDIDATURE/ CALL FOR PAPERS

For English version, please scroll down

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique de la production documentaire. Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition des éléments documentaires. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans des lieux dépositaires de sources primaires émailleront les journées de travail. Le numéro quatre du “Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky” sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

Pour sa quatrième édition, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal. En résonance avec le projet de recherche « Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants » conduit dans le cadre du Laboratoire d’Excellence « Créations, Arts, Patrimoine » et focalisé sur la constitution au long cours des collections nationales françaises en matière d’art « contemporain », cette nouvelle édition retravaillera à la lumière des sources documentaires les manières de « faire collection » à partir du présent. Prenant comme point d’appui les lectures récentes opérées par les études en histoire du collectionnisme et les Museum studies, cette nouvelle édition s’attachera à interroger les pratiques et procédures mises en jeu dans l’élaboration d’une collection d’art contemporain et les nombreuses formes de négociation à l’œuvre dans le passage vers l’espace public de son exposition.

Les mécanismes du « faire collection » seront pensés à l’aune de différents récits historiographiques et modèles muséographiques dans une perspective comparatiste et résolument internationale, capable de saisir tous les registres de ces enjeux. Une attention particulière sera accordée aux projets novateurs du « faire collection » aussi bien dans l’extension de leurs contenus et de leurs contextes culturels, que dans leurs montages politiques, économiques et institutionnels. Quelles sont les dynamiques contemporaines du collectionnisme et leur rapport avec l’espace public du musée ? Quel est leur impact sur les institutions publiques ou privées censées accueillir et exposer le patrimoine artistique du temps présent ? Les réflexions récentes sur les enjeux de responsabilisation des politiques muséales en matière patrimoniale rendent ce débat d’autant plus indispensable. Cette nouvelle édition de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky offrira l’occasion d’interroger les mécanismes régissant la constitution des collections : politiques d’acquisition, pratiques parallèles de constitution de collections, politiques d’accrochage et multitude des récits contextuels, collections alternatives et le rapport à l’action collective des acteurs « collecteurs » (community collecting et collectionnisme participatif), débats sur l’aliénation (deaccessioning) et la restitution, formes itinérantes ou éphémères de collection.

Ce travail critique appliqué au terrain des collections d’art vivant au sein des institutions qui les conservent et les exposent doit tenir compte non seulement d’une histoire matérielle des objets mais aussi d’autres ressorts actifs dans la construction des savoirs et des valeurs. Il sera donc également question de nomenclatures et de manières de nommer l’art vivant, d’économies institutionnelles ou parallèles et de circuits de sociabilités, de critères évaluatifs et de conventions. Corpus et pratiques documentaires étayeront ces différents régimes discursifs qui constituent et consolident le statut de l’œuvre dans son environnement de collection.

Collectionner l’art vivant à l’épreuve du temps présent pose inévitablement la mise d’une anticipation problématique de la collection d’art vivant dans sa projection future. Comment intégrer dans le discours prospectif, l’ouverture pour les déploiements créatifs futurs et leurs possibilités de faire collection, restera une question qui accompagnera les débats.

Selon son principe de travail structurant, l’Université d’été mettra à disposition des participants un ensemble de ressources documentaires conservées par la Bibliothèque Kandinsky. Elle invitera les participants à enrichir le débat en partageant les sources de travail sur lesquelles ont reposé leurs recherches et à poursuivre des opérations historiographies sur un mode critique et inventif.

Les axes thématiques sur lesquelles les propositions de candidature devront porter sont:

–         Modèles muséographiques pour les collections d’art vivant et rôle de ces derniers dans les mutations des musées d’art moderne et contemporain ;

–         Modes alternatifs de constitution et de diffusion des collections institutionnelles d’art vivant ; projets artistiques de relecture de l’histoire des collections ;

–         Economies et politiques du « faire collection » ; médiations et sociabilités entre sphères publique et le privée ;

–         Opérations et techniques de construction de la valeur, environnements documentaires, situations d’assignation de valeur esthétique, terminologies, nomenclatures, documents de référence ;

–         Profils de collectionneurs novateurs, biographies des collections et dynamique des acteurs du circuit de collecte ;

–         Politiques muséales d’acquisition de l’art du temps présent et marché de l’art : concordance, écarts, ajustements ;

–         Exposer l’histoire d’une collection ; stratégies narratives d’accrochage

PROCEDURE DE CANDIDATURE

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky s’adresse à un public international de jeunes historiens, historiens d’art, anthropologues, sociologues, étudiants conservateurs et artistes.

Les étudiants de troisième cycle (doctorants et post-doctorants) ainsi que les artistes qui souhaitent participer sont priés de soumettre une proposition de communication accompagnée d’un CV et d’une liste de publications. Il est nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de l’anglais et du français.

Les propositions ne doivent pas dépasser plus de 4 500 signes ou 700 mots et peuvent être rédigées en anglais ou en français. Elles doivent être soumises dans un document de format PDF et doivent comporter le nom du candidat, ses adresses (électronique et postale), l’établissement et le pays.

Les participants devront apporter un choix de sources qui servira de support à la présentation de leur travail.

Les propositions de communication sont à adresser avant le 23 avril 2017 à l’adresse électronique :bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr

La ligne « sujet » du mail doit préciser le nom du candidat précédé de la mention Université d’été.

Les propositions seront examinées par le Comité de pilotage qui se chargera d’établir le programme définitif de l’Université d’été. Le Comité de pilotage retiendra 25 candidatures. Tous les candidats, qu’ils soient ou non retenus, seront contactés individuellement avant le 30 avril 2017.

Une contribution d’inscription de 100 € sera demandée aux participants qui bénéficieront de l’enseignement de l’Université d’été. Cette contribution couvrira un certain nombre de frais – transport vers des lieux visités, éventuels droits d’entrée dans des institutions, etc.

A l’attention des candidats qui en feront la demande, le Centre Pompidou émettra toutes attestations utiles leur permettant d’obtenir toutes bourses ou aide de financement qu’ils pourraient requérir auprès de fondations, de musées ou d’institutions universitaires ou de recherche.

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is a Musée National d’Art Moderne/Centre Pompidou research program installed on the very premises of the museum. It focuses on modern and contemporary art primary sources: archives, documentary materials (both written and visual), interviews, records as well as new forms of artistic appropriation and documentary production. Interdisciplinary in format, the Summer University brings together young researchers: historians, art historians, anthropologists, sociologists, artists, critics and curators which share a collective reflection with art professionals and various scholars around primary source materials. It will be held in the museum’s space all around a conference table acting at the same time as an exhibition device displaying documents. The space will be invested with facsimiles, reproductions and archival material presented during the working sessions. Several writing workshops will rhythm the 10-days program. The editorial production of this material will be assembled under the format of a journal – ‘Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky’- both as a critical anthology registering the debates during the sessions and as a graphic experimental production. 
For its fourth edition, the Bibliotheque Kandinsky’s Summer University will address one of the most complex topics of recent museum studies: the layered history of living art collections and their integration in the museum. This edition echoes the research program « Exposer l’histoire d’une collection: le Musée des Artistes Vivants » [Exhibiting the history of a collection: le Musée des Artistes Vivants] conducted in the framework of Laboratoire d’Excellence « Créations, Arts, Patrimoine » which focuses on the long creation of French national collections of “living art”. The scope of this new edition of the Summer University will be to study, in the light of documentary resources, the ways of “collection – making”.

Built upon recent writings in the history of collections and museum studies, the Summer University will interrogate practices and procedures at stake in the laboratory of contemporary art collections and the various negotiations at work in the transition towards the public space of the exhibition.

The mechanisms of “collection-making” will be investigated under different methodological strategies and historiographical frames, through comparative readings and opening up to international contexts. A particular attention will be given to innovative projects of “collection-making”, both in content construction and in political, economic and institutional assembling. What are the contemporary dynamics of collecting and their multiple exchanges within the public space of the museum? How can we assess their impact onto the public or private institutions which capitalize them and exhibit the artistic heritage of contemporary art? Recent reflections concerning the necessary responsibilities that have to guide and motivate museum policies and heritage constructions enhance the urgency of this debate.

The Summer University will offer the platform for debate regarding the following topics: acquisition policies, parallel practices of collection-making, strategies of display and contextual narratives, alternative collections and their link to the collective action of multiple “collecting players” (for example, in the cases of community collecting and participative collection-making), debates around deaccessioning practices and restitution policies, itinerary and ephemeral ways of collecting.

This critique, applied on the very body of “living” art in the space of an institution bound to preserve and exhibit it, has to take into account not only the material history of the objects, but also other active relations in the knowledge- and value- production: terminologies, institutional economies, social circulations, evaluation criteria, conventions. Documentary resources and practices will underpin different ways of building and secure the status of the work of art in its collection environment.

Collecting living art inevitably brings up the question of a problematic anticipation of the collection in its future projection. How can we integrate the prospective discourse and the opening up to future creativities and how can we measure up their potentials in the making of a collection?

The Bibliothèque Kandinsky Summer University 2017 edition will give the opportunity to put sources ‘at work’ and to bring together young researchers, curators and artists around documentary material – for some part largely unseen. It invites researchers from all horizons to bring up their source material and to put it into debate, through historical creative and inventive writing.

The main topics application dossiers are expected to address are:

–         Models/ Case studies of museums collecting “living” art and their role in transforming modern and contemporary museums;

–         Alternative ways of institutional collection-making and diffusion of contemporary art;

–         Artist-projects and the rereading of the history of collections

–         Economies and policies of “collection-making”; mediation and sociality practices between the public and the private sphere;

–         Value construction, documentary environments, ways of assigning aesthetic value, terms and norms; referential documents

–         Innovative collectors, collection biographies and circulating dynamics in the collection – making

–         Acquisition policies and the museum, art market and living art: harmonies, gaps, adjustments;

–         Exhibiting the history of a collection; narrative strategies of display.

APPLICATION PROCEDURE

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is aimed at young historians, art historians, anthropologists, sociologists, curators, graphic designers and artists at large.

Post-graduate students (PhD candidates, PhDs, post-doctoral researchers), artists and curators who wish to take part in the Summer University are invited to submit a proposal and CV which should clearly assess the candidate’s language proficiency. In order to apply is important to have a good command in both English and French.

The proposal (4,500 characters/700 words) may be written either in English or in French. It should be submitted in the form of a PDF document and should include the applicant’s name, postal and electronic addresses, the country the candidate belongs to, and the institution the candidate is affiliated with.

Candidates are expected to bring along a selection of sources used in their research.

The proposal dossier will be sent to: bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr by April, the 23rd.

The proposals will be evaluated by a scientific committee, in charge of drawing up the final Summer University program. The Committee will retain 25 projects.
All applicants, whether selected or not, will be personally contacted before April, 30th 2017.

A participation of € 100 will be required from each participant, who will be provided with tuition. The participation will cover transportation on site and eventual institutional entries.
If requested, the Centre Pompidou will be able to issue any required certificate in order to apply for scholarship or funding from foundations, museums, universities or research institutes.

COMITE DE PILOTAGE/ SCIENTIFIC COMMITEE

Didier Schulmann, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Mica Gherghescu, historienne de l’art, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Johanne Lamoureux, directrice du département des études et de la recherche, INHA, professeure titulaire d’art contemporain et de méthodologie à l’université de Montréal

Sara Martinetti, historienne de l’art, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris

Scarlett Reliquet, historienne de l’art et responsable de programmation culturelle, Musée d’Orsay

Alice Thomine, conservatrice en chef, Musée d’Orsay

 

Vous pouvez adresser vos demandes de renseignements à l’adresse/ For any inquiry, please write to::

bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr

Tel : +33 (0)1 44 78 46 65