Category Archives: Call for paper

CFP: Percursos 2019/3 – Arts and cultural institutions: Reflections on witheness and racism

The journal PerCursos – Faed / Udesc will receive for analysis, until 10/07/2019, articles, reviews, interviews and translations of unpublished articles in Portuguese related to the theme of the dossier “Arts and cultural institutions: reflections on whiteness and racism”.

The cultural institutions, especially museums, are marked in their organization by patrimonial reason, acting in the service of the colonizing process. During the modernity, they instrumentalized criteria and cultural values that invented the Others: savages, exotic, without a history, without the ability to produce memories, primitive, among other ethnocentric adjectives. Thus, we understand that this dossier intends to bring together a set of analyzes and reflections about cultural institutions, both regarding the assembly of their collections and programs and the construction of the relationship with their audiences, from a decolonial perspective.

Considering the diaspora of knowledge, artists and works of art as part of the Eurocentric bias civilizing project. We understand that it’s needed to develop a critical look at cultural institutions based on the notions of whiteness and racism. Theaters, cinemas, museums, cultural centers, and concert halls are places in the art worlds that are structured around white conventions and codes, excluding and disqualifying blacks, indigenous people and gypsies. We wish to welcome narratives that help us understand how cultural institutions and artists have represented ideas of whiteness and acted through racist practices over time.

This dossier will integrate the third edition of 2019 and will be organized by the professors Carolina Ruoso (Federal University of Minas Gerais), Joana D’Arc de Sousa Lima (University of International Integration of Afro-Brazilian Lusophony) and Marcele Regina Nogueira Pereira (Federal University of Rondônia).

The rules for submission are available on the journal’s website: http://www.revistas.udesc.br/index.php/percursos/about/submissions#onlineSubmission

Advertisements

CfP: November 2019 Revisiting New Museology

Call for Papers

CONFERENCE ‘WHAT’S NEW? REVISITING NEW MUSEOLOGY 30 YEARS LATER’

KRAKÓW, POLAND / 20th and 21st November 2019

“The New Museology”, book edited by Peter Vergo and published in 1989 launched a series of discussions around the cultural institutions and a long-lasting process of transformation that aimed to reform them. The texts collected in the study included, among others, theories of the subject and strategy of its issuing, the subject of the recipients of the museum, as well as the contexts of the functioning of the institution and the relationships affecting its program. These articles together created an appeal for a museum which is supposed to be a socially relevant place, addressing issues important for the community, directed at people who have been excluded so far.

30 years after the announcement of the idea of new museology in the Anglo-Saxon context, we want to revise its assumptions, ask about those that have been achieved, as well as those still requiring active efforts. Perhaps some of the tasks faced by the practitioners and theoreticians of museology have lost their relevance, and certainly new issues have arisen. The issue of local conditions of changes within the museums is also significant, not only in the existing political centers of the world, but also outside them. The question about a new museology is therefore a kind of pretext for the analysis of contemporary museums.

We invite you to the international scientific conference ‘What’s new? Revisiting new museology 30 years later’ organized by the Institute of Ethnology and Cultural Anthropology of the Jagiellonian University, the Institute of Art History at the Jagiellonian University and the National Museum in Krakow. The conference will be held November 20-21, 2019 in Krakow, Poland.

The inaugural lecture will be given by Nick Merriman, director of the Horniman Museum in London and professor of museum studies in the University of Manchester, who previously worked at the Museum of London and was the director of the Manchester Museum. Professor Merriman participated in “The New Museology” in 1989.

CALL FOR PAPERS

We invite museum scholars and museum practitioners, interpreters, animators and artists as well as historians, art historians, cultural anthropologists, sociologists, visuality researchers and other researchers studying various aspects regarding the way museums function.

The organizers suggest a discussion in the following panels:
1. Museum public
2. Tangible / nontangible heritage
3. Social responsibility of the museum
4. Repatriation of museum objects
5. Activism in/towards museums
6. Museums and new technologies

As part of those panels, we propose the following topics:
– the role of museums in the process of decolonization;
– ethics in museums;
– the social responsibility of museums (climate change, migration crisis, etc.);
– social use of heritage and museums (new technologies, extending the concept of heritage, etc.);
– visitor, participant or beneficiary? New understandings of the museum audience;
– enthusiast or facilitator? New roles of curators;
– participation in cultural institutions – successes and failures;
– the new museology and nueva museología – differences between the two paradigms.

The conference will be held in English in the National Museum in Krakow, the Institute of Ethnology and Cultural Anthropology of the Jagiellonian University and the Institute of Art History at the Jagiellonian University.

The conference fee of 100 euros / 390 PLN includes:
– participation in the conference,
– conference materials,
– lunch on both days of the conference
– gala dinner on the first day
– possibility of publishing the paper in the post-conference volume

Registration takes place via the form available HERE<https://media.mnk.pl/images/upload/pliki/konferencje/Formularz%20zg%C5%82oszeniowy%20-%20What’s%20new%20-%20ENG.docx>.

(Please send the form including the title and summary of the presentation to the address: whatsnew@mnk.pl<mailto:whatsnew@mnk.pl>?)

It will be open until September 23, 2019.
Information about the selection of papers will be sent out by October 2, 2019.
We will wait until October 16, 2019 to pay the conference fee.
The conference program will be published by November 4, 2019.

SCIENTIFIC COMMITTEE:

Jan Święch, Prof., Dean of the Faculty of History at the Jagiellonian University – chairman
Wojciech Bałus, Prof., Institute of Art History of the Jagiellonian University
Janusz Barański, Prof., Institute of Ethnology and Cultural Anthropology of the Jagiellonian University
Andrzej Betlej, Prof., Director of the National Museum in Krakow / Institute of Art History of the Jagiellonian University
Łukasz Gaweł, Prof., National Museum in Krakow / Institute of Culture of the Jagiellonian University
Alicja Knast, Director of the Silesian Museum in Katowice
Piotr Majewski, Prof., Director of the National Institute for Museums and Public Collections
Michał Niezabitowski, President of the Association of Polish Museologists
Piotr Rypson, PhD, President of the ICOM Poland

CFP: Digital technologies and intangible heritage

MEMORIAMEDIA Review

CALL for PAPERS deadline 10th October 2019

theme DIGITAL TECHNOLOGIES and INTANGIBLE CULTURAL HERITAGE

MEMORIAMEDIA Review (MI/IELT) is an online publication (with peer review and open access) dedicated to promote, communicate and document projects, studies and archives of INTANGIBLE CULTURAL HERITAGE (ICH).

For this issue, authors are invited to submit papers, videos or e-exhibitions about DIGITAL TECHNOLOGIES and INTANGIBLE CULTURAL HERITAGE.

More information and submission form: http://review.memoriamedia.net/index.php/submission/call

CFP: colloque international “Playing and Operating: functionality in museum objects and instruments”, Paris, Cité de la Musique-Philharmonie de Paris, 4-6 février 2020

Call for papers

International conference :

“Playing and Operating: functionality in museum objects and instruments” 

co-organised by the Philharmonie de Paris-Cité de la Musique, ICOM, CIMCIM and CIMUSET.

The conference will take place on February 4, 5 and 6th 2020 at the Cité de la Musique (Paris).

Abstracts must be sent by Sept the 15th 2019

https://calenda.org/653353

CFP: The Stigma of ‘Underdevelopment” in Heritage Production

cfp: The Stigma of “Underdevelopment” in Heritage Production

CFP: « Histoire d’objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation », Lille, 6 décembre 2019

Appel à communications

« Histoire d’objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation ».

Journée d’études organisée par l’IRHiS UMR CNRS 8529 – Université de Lille

Organisée par  Thomas Beaufils, maître de conférences/IRHiS et Chang Ming Peng, professeure/IRHiS et responsable du Master « Patrimoine et musée » de l’université de Lille

Deadline : 1er septembre 2019 pour une journée d’étude ayant lieu le vendredi 6 décembre 2019 à Lille.

Langues : français, anglais

https://calenda.org/640935

CFP: Revista MIDAS – Museus e Estudos Interdisciplinares

CALL FOR PAPERS

MIDAS 12 (numero non thématique)
Date limite: 10 octobre 2019

La revue interdisciplinaires portugaise sur la muséologie Midas. Museus e estudos interdisciplinares reçoit des propositions de publications pour le numéro 12. La revue publie en portugais, espagnol, anglais et français et plusieurs formats sont acceptés :

– articles, jusqu’à 6.000 mots
– recensions critiques de livres (publiés dans les 3 dernières années) ou d’expositions (de moins de 2 ans), jusqu’à 1.500 mots
– notes (articles courts), jusqu’à 3.000 mots

Plus d’information: https://journals.openedition.org/midas/1837

CFP: Histoire d’objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

Histoire d’objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

L’IRHiS UMR CNRS 8529 organise une journée d’études consacrée à l’histoire d’objets et de collections extra-européennes. A l’heure où les demandes de restitutions se font toujours plus pressantes, il devient indispensable de mieux connaître l’origine des collections et de re-contextualiser les objets. Le principe de cette rencontre sera de demander aux intervenants de choisir un objet extra-européen ou une collection d’objets extra-européens et d’en raconter l’origine, la signification dans un contexte ethnographique, la situation de médiation dans laquelle les objets choisis sont placés et les améliorations possibles pour mieux valoriser les artefacts.

https://calenda.org/640935

CFP: “Patrimoines et numérique : un état de la recherche et des expérimentations”

Patrimoine du sud
N° 12, 2020
Appel à contribution
Patrimoines et numérique : un état de la recherche et des expérimentations

Dès les années 1990, aux prémices de ce qui deviendra la révolution numérique bouleversant tous les secteurs d’activité, production, échange et communication, les institutions patrimoniales ont pu paraître particulièrement bien armées. Leur mission historique de divulgation des œuvres et savoirs et leur expertise pionnière en normalisation et échanges de données dans des réseaux nationaux et internationaux les met d’emblée sur le devant de la scène numérique.

Dès les années 1990, aux prémices de ce qui deviendra la révolution numérique bouleversant tous les secteurs d’activité, production, échange et communication, les institutions patrimoniales ont pu paraître particulièrement bien armées. Leur mission historique de divulgation des œuvres et savoirs et leur expertise pionnière en normalisation et échanges de données dans des réseaux nationaux et internationaux les met d’emblée sur le devant de la scène numérique.

Le premier âge du web, à la charnière des décennies 1990-2000, a pu constituer la période la plus simple à aborder pour ces acteurs et institutions patrimoniales. Ce « Web 1.0 » reposait essentiellement sur l’offre de contenus informatifs et maintenait ainsi la logique descendante traditionnelle des institutions dans la production de savoirs « valides », dans l’émission de discours sur les biens et expressions patrimoniaux, dans la diffusion des œuvres et des collections. Les acteurs patrimoniaux français ont été très tôt mobilisés : dès 1995, le ministère de la Culture proposait sur Internet les grands catalogues et bases de données de son ressort (Mérimée, Joconde, Palissy, etc.) tandis que les bibliothèques et services d’archives constituaient d’importants gisements de données et de ressources accessibles en ligne. Dix ans plus tard, Jacques Chirac, alors président de la République, adresse une lettre à la Commission européenne pour faire de la numérisation et de l’accès en ligne au patrimoine culturel européen un objectif politique de premier plan. À compter du milieu des années 2000, on assiste à une mutation des outils et usages avec le développement du web social qui allait bousculer, interpeller ou dynamiser, selon les cas, les pratiques et stratégies numériques des acteurs patrimoniaux.

Si parfois les institutions patrimoniales n’ont pu satisfaire à diffuser et partager largement leurs collections, leurs données et leurs savoirs en ligne – butant sur des moyens et compétences technologiques qui pouvaient leur faire défaut, sur les questions de propriété intellectuelle, parfois sur l’inquiétude de voir les espaces physiques qu’elles gèrent se vider de leurs publics, grâce à la bienveillance dont jouissent globalement les institutions culturelles, elles ont majoritairement répondu aux possibilités des apports et enrichissements par les publics et furent souvent au rendez-vous des appels à participation qui se multiplient. En cela, les commémorations du Centenaire de la Grande Guerre en 2014 semblent marquer un jalon important au sein des institutions patrimoniales, dû à la large mobilisation des institutions patrimoniales dans des campagnes participatives autant qu’au succès de ces opérations auprès des publics et des médias.

Les potentiels du Web collaboratif pour renforcer les capacités mêmes des institutions dans le cœur de leurs activités et problématiques, bien connus des services d’archives et

des cohortes de généalogistes amateurs qui enrichissent leurs bases de données, ont contribué à transformer en profondeur les rapports d’autorité et les modes de fonctionnement au sein de la fabrique patrimoniale tout en accélérant les capacités des institutions et acteurs patrimoniaux à compléter et documenter leurs collections. Dans ce nouveau contexte, l’autorité et les compétences professionnelles patiemment construites et affirmées au cours de l’invention des politiques patrimoniales, appréhendent un nouveau cadre d’échange et de coopération entre les institutions, les professionnels et la société qui se saisit ainsi de « son » patrimoine. Parallèlement, l’expérience ludique s’est mise au service de la connaissance. « Expérientiel », « gaming », réalité virtuelle, approche ludique… les dispositifs et services numériques des institutions patrimoniales tendent à faire évoluer leurs missions traditionnelles au service du savoir, de l’éducation, de « l’épanouissement personnel » dans un vaste mouvement de « ludification » de la société.

L’évolution des technologies numériques ne modifient pas seulement les missions des institutions patrimoniales et leurs rapports avec la société : elles transforment le patrimoine lui-même et questionnent leur exigence première, la conservation. La numérisation de tous les secteurs de la société génère un important patrimoine contemporain nativement numérique : archives, créations, savoirs, expressions collectives, etc. Les institutions patrimoniales, en particulier celles chargées de la conservation des expressions de leur époque (bibliothèques et archives), ont en charge ce nouveau patrimoine aux enjeux technologiques, juridiques, économiques et bien sûr professionnels d’envergure. Les archivistes, spécialistes de la conservation du numérique natif, représentent un acteur majeur de cette question qui concerne toutes les institutions lancées dans la numérisation ou productrices d’archives numériques.

La révolution numérique n’en finit pas de se renouveler… Les acteurs patrimoniaux avaient-ils à peine le recul et les savoir-faire nécessaires pour maîtriser les révolutions du web social que l’on prédit déjà la révolution du web des objets. La notion même de « propriété » est aujourd’hui fortement bouleversée à l’âge numérique. Données, œuvres, monuments, collections, jusqu’ici gérées par les institutions dans la division classique et juridique privé / public sont confrontés à une approche nouvelle induite par les usages et les conceptions de leurs usagers. Par définition, tout objet ou expression patrimoniale n’appartient-elle pas à la catégorie des « Communs » ? La montée de l’open data, cette mise à disposition des données publiques pour toute réutilisation, questionne le rapport des institutions patrimoniales aux Communs et au secteur privé, potentiel réutilisateur des données publiques. L’open data, instituée par la loi du 7 octobre 2016 pour une République numérique, intime un nouveau cadre de confiance entre le professionnel du patrimoine et le public.

L’Occitanie est un territoire où les expérimentations, les initiatives et les projets traitant d’un ou de plusieurs de ces enjeux se sont particulièrement engagés. L’écosystème numérique y est porteur. Quelques chiffres: 10 clusters du numérique, première région de France en matière d’effort de recherche et développement (dépenses rapportées au PIB : 3,7%), troisième région de France pour le nombre d’acteurs de la filière du jeu vidéo, 2 métropoles French Tech, un fort engagement des métropoles et du conseil régional dans l’Open Data. La culture numérique s’y est développée très tôt à la faveur du dynamisme des industries culturelles et créatives régionales : terre de tournages et de création cinématographique, premier pôle associé documentaire de la Bibliothèque nationale de France et parmi les plus avancés pour la numérisation de la presse ancienne, parmi les pionnières pour le développement de plateforme d’édition numérique pour les mal-voyants (PLATON) ou le prêt numérique en bibliothèque. En écho à l’appel à projet national sur les services numériques innovants, un appel à projet régional interpelle le tissu culturel et accompagne l’innovation numérique quel que soit le champ artistique ou culturel, et quelle que soit l’étape d’innovation, de l’émergence au prototype, en passant par la commercialisation de nouveaux services et leur évaluation.

En tant qu’acteur scientifique et/ou professionnel des patrimoines en Occitanie, vous menez une recherche scientifique, ou prototypez, déployez, évaluez de nouveaux services numériques appliqué au domaine patrimonial ? Vous travaillez sur l’un des enjeux déjà évoqué, ou souhaitez traiter d’un nouvel enjeu auquel vous vous êtes confrontés en Occitanie ? Cet appel à contribution a pour ambition de réaliser, sur l’ensemble du champ patrimonial régional, un état des lieux des projets remarquables, réflexions professionnelles et retours sur les usages des publics en matière de révolution numérique appliquée au secteur patrimonial.

Plusieurs thèmes sont attendus, sans ambition d’exhaustivité :

• le numérique et les enjeux de la conservation : l’apport des technologies et des données pour les actions de conservation-restauration mais aussi la question de l’archivage des données numériques ;

• le numérique au service de la connaissance patrimoniale : création et potentiels des gisements de données massives en matière patrimoniale ; les opportunités du web social pour la connaissance des patrimoines ; la transformation des méthodes de recueil des données et d’élaboration des connaissances ;

• valorisations numériques : l’évolution technologique et des usages créent-ils de nouvelles façons de raconter le patrimoine ? L’essor du ludique enrichit-il ou nuit-il à l’expérience patrimoniale ? L’évolution des dispositifs et des pratiques de la part des institutions patrimoniales entraîne-t-elle une évolution de leurs publics ?

En répondant à cet appel à contribution en vue de ce numéro dédié aux « patrimoines et le numérique : un état de la recherche et des expérimentations » de la revue Patrimoines du Sud, vous pourrez ainsi contribuer à un état des lieux des usages du numérique pour la conservation, la gestion, la connaissance et la valorisation des patrimoines régionaux. Vous participerez à diffuser l’état de la recherche actuelle sur cette thématique, et ainsi qu’aux réflexions sur les potentiels, les risques et les évolutions que les projets numériques induisent, tant du point de vue des publics que des professionnels et institutions elles-mêmes, et dans leurs relations qui constituent le moteur historique de la fabrique patrimoniale.

Modalités de soumission

Patrimoines du Sud ne publie que des contributions inédites.

Le présent appel à contributions est publié le 2 juillet 2019. Il s’adresse aux étudiants chercheurs, aux chercheurs, aux professionnels du patrimoine et aux associations. Le territoire de la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est le périmètre d’investigation de la revue Patrimoines du Sud mais les approches comparées d’une autre région géographique avec celle d’Occitanie sont les bienvenues. Il n’y a pas de limites chronologiques imposées.

Le pilotage scientifique de ce numéro est assuré par Agnès Demé, conservatrice des bibliothèques, Responsable du service Innovation, transmission et appui aux territoires, conseil régional d’Occitanie (agnes.deme@laregion.fr), et Benjamin Assié, conservateur des bibliothèques, directeur du Cirdoc, Béziers (b.assie@cirdoc.fr).

Les propositions de contribution sont souhaitées pour le 10 septembre 2019, dernier délai ; elles sont à envoyer aux responsables scientifiques de ce numéro ainsi qu’à la rédactrice en chef de la revue, Josiane Pagnon (josiane.pagnon@laregion.fr).

Le projet d’article devra être exposé en une page maximum, comporter un titre provisoire ainsi qu’une ébauche de plan. Les auteurs recevront l’avis du comité de rédaction pour le 20 septembre.

Les auteurs dont les propositions ont été retenues devront rendre leur article avant le 1er avril 2020, délai de rigueur. S’agissant d’une revue numérique, il n’y a pas de limites de caractères. Un soin particulier est attendu pour les illustrations (cf. Recommandations aux auteurs). La publication est prévue pour septembre 2020.

CFP: journées d’étude “Plateformes numériques et patrimoines : quels apports pour la recherche et la médiation ?”, Liège, 28-29 octobre 2019

Appel à communications

Journées d’étude « Plateformes numériques et patrimoines : quels apports pour la recherche et la médiation ? »

(Liège, 28-29 octobre 2019)

https://irhis.univ-lille.fr/detail-event/appel-a-communication-plateformes-numeriques-et-patrimoines-quels-apports-pour-la-recherche-et/

Dans le cadre du programme de recherche e.thesaurus, l’orfèvrerie à l’épreuve de la modélisation (Projets MESHS-Nord de France et CPER MAuVE Médiations visuelles, culture numérique et création)dont je suis le porteur avec Pierre Hallot de l’université de Liège (Laboratoire de culture numérique en architecture), nous organisons deux journées d’études, à Liège les 28 et 29 octobre 2019.

Ces deux journées seront consacrées aux apports et aux limites, pour la recherche et la médiation, des plateformes numériques de diffusion des informations associant une exploitation complète 2D ou 3D des patrimoines.

Nous serions honorés si vous pouviez proposer une intervention dans l’un des thématiques privilégiées. Nous avons bien conscience que les délais sont très courts (date limite 30 juillet).

  • Plateformes dévolues à la définition d’une sémantique commune pour le patrimoine au travers d’outils web.
  • Plateformes collaboratives d’annotation sémantique et de gestion du patrimoine en ligne.
  • Plateformes de diffusion et de partage d’informations sur le patrimoine et le numérique.
  • Questions techniques et éthiques dans l’usage des plateformes et la diffusion des données.

Organisateurs :

Marc Gil, maître de conférences en histoire de l’art du Moyen Âge (IRHiS, Univ. Lille)

Pierre Halot, chargé de cours (laboratoires LNA/DIVA-Unité de Géomatique, Univ. de Liège)

Christine Aubry, ingénieur de recherche (IRHiS, Univ. Lille)