Category Archives: Call for paper

CFP: EASA2020 :: Panel 142 Knowing Historical Traces, Eliciting Possible Futures

Dear colleagues,

You are invited to submit a paper to Panel 142 Knowing Historical Traces, Eliciting Possible Futures, part of EASA2020: New anthropological horizons in and beyond Europe, 21-24 July 2020 in Lisbon. The panel is organised by Aimee Joyce (St Andrews University), Magdalena Buchczyk (Humboldt-Universität zu Berlin) and Zahira Aragüete-Toribio (University of Geneva).

Short abstract:

Historical traces incite powerful forms of action and imagination in the present, enabling and hindering possible futures. In this panel, we explore how traces gain relevance as epistemic sources in exercises of political, cultural and historical transformation.

Long abstract:

Historical traces incite powerful forms of action and imagination in the present, enabling and hindering possible futures. These often physical remnants, which persist in the landscape, the environment, the depths of material collections or the body have become vehicles through which to fathom complex histories in order to open up new horizons of possibility. Traces, as Napolitano (2015) has observed, can be seen as knots of history with an ambiguous auratic presence, located between memory and forgetting, repression and amplification, metonymy and dissociation. They conjure that which we can and that which we cannot know. In this panel, we explore how traces gain relevance as epistemic sources in exercises of political, cultural and historical transformation. We reflect on how engagements with spatial, material and bodily traces provide meaning to these emergent forms whilst revealing knowledge production practices in the making. How do traces become meaningful in order to articulate new visions of the past, present and future? How are they foregrounded as clues or evidence? How are they silenced? How might traces be individually and collectively experienced and performed as part of novel ethical commitments? Moreover, could traces offer us, as potential methodological tools in anthropology, a way to forge new alliances and unlock new horizons of interdisciplinarity? We invite speakers with a range of ethnographic material, including anthropologies of history, space, and religion as well as museum and material culture, to consider how distinct epistemologies of the trace engage with debates about radical change and different possible futures.

Deadline for abstracts is 20 January 2020. You can find all the information about how to submit your paper proposal here<https://easaonline.org/conferences/easa2020/cfp>. For more information about the panel or to send us any queries please go to https://nomadit.co.uk/conference/easa2020/p/8602#.

We look forward to your submissions,
Aimee, Magda and Zahira

Zahira ARAGÜETE-TORIBIO
Postdoctorante FNS | SNF Postdoctoral Researcher
Right to Truth, Truth(s) through Rights :
Mass Crimes Impunity and Transitional Justice<http://www.right-truth-impunity.ch/en/members/zahira-araguete-toribio>

Université de Genève
Faculté de droit
40, bd du Pont d’Arve
CH-1211 Genève 4
Bureau 3029
Tel: +41 22 37 98 561
FB<https://www.facebook.com/RTTRimpunity/> | Twitter<https://twitter.com/RTTRimpunity> | LinkedIn<https://www.linkedin.com/company/right-to-truth-truth-s-through-rights>

CFP: EASA 2020 – P120 The futures of visual restitution

Dear colleagues,
We warmly invite paper proposals to our panel “The futures of visual restitution” at the 16th EASA conference “New anthropological horizons in and beyond Europe” in Lisbon, Portugal, 21-24 July 2020.
If you are interested in participating to the panel, please submit your abstract  by 20 January 2020: https://nomadit.co.uk/conference/easa2020/p/8693
Short abstract:
The panel aims to discuss methodological, ethical and cosmological questions related to the restitution of visual archives held in the West to their source communities.
Long abstract:
The repatriation of colonial objects has recently entered the public sphere in Europe, while settler societies, such as the USA and Australia, have been developing restitution protocols for a long time now, due to their proximity to the heritage stakeholders. Concomitantly, the archives of anthropologists, photographers and even missionaries are being revisited by the source communities they studied and are being reappropriated, reactivated and reauthored through different media or included in indigenous and local museums.The archive, lest we forget, is knowledge and power. Artifacts in museums and other institutions are “sites of intersecting histories” (Edwards 2001, 2) that embody both local knowledge and the epistemological, gaze and power inequalities which resulted in their collection and display in the West. Photos and film footage are special artifacts because of their indexical quality as signs that makes them both illusorily transparent and full of details which resist signification and provide new ways of thinking about and accessing the past. Some study cases indicate that visual restitution challenges the old structures of oppression and is a source of knowledge, power and healing for the heritage stakeholders as well as a catalyst for new relationships, both within communities and between these and institutions and states. The panel wishes to discuss a range of questions related to visual restitution: the role of European museums and archives; collaborative methodologies; case studies of visual restitution; virtual restitution; re-assemblage of visual archives by the source communities through different media; other ontologies, subjectivities and histories of the visual images.
Best regards,
Rodrigo Lacerda (CRIA/NOVA FCSH)
Renato Athias (Federal University of Pernambuco (Brazil))

CFP: Ethnographiques.org, Ce que la comparaison fait à l’ethnographie

Appel à contributions concernant le dossier Ce que la comparaison fait à l’ethnographie de la revue en ligne ethnograpiques.org.
direction Gaetano Ciarcia et Tiphaine Barthelemy

CFP: Culture et musées 37 – 2021 – Les collections patrimoniales ont-elles un avenir ?

Culture et musées 37 – 2021 – Les collections patrimoniales ont-elles un avenir ?
Sous la direction de Daniel Jacobi, Avignon Université
Depuis le dix-huitième siècle ont été amassées, inventoriées, étudiées et cataloguées d’innombrables collections patrimoniales. Soigneusement stockées et conservées, et en partie exposées au public par des monuments, des archives, des bibliothèques et surtout des musées, elles représentent un fardeau envahissant et d’autant plus coûteux que, depuis une cinquantaine d’années, la patrimonialisation n’a cessé d’élargir son domaine d’action…

CFP : Campagne de volontariat pour le patrimoine mondial 2020 (date-butoir : 19 janvier 2020)

Le Centre du Patrimoine mondial lance l’appel à projets de la “Campagne de volontariat pour le patrimoine mondial 2020”, qui vise à encourager l’engagement des jeunes en faveur de la protection et de la préservation du patrimoine mondial à travers le volontariat et l’éducation informelle.

L’appel à projets peut être consulté sur le site du Patrimoine mondial de l’UNESCO : https://whc.unesco.org/fr/actualites/2061/ 

Les candidatures, à soumettre grâce au formulaire à télécharger en ligne ( https://form.jotformeu.com/92522048267357 ) sont attendues pour le 19 janvier 2020 minuit (heure de Paris) au plus tard.

Pour toute question relative à cette campagne : Mme lnes YOUSFI, i.yousfi@unesco.org, tél.: +33 (0)1 45 68 18 82 

CFP: 8th Ethnography and Qualitative Research Conference – UniBG (Italy) | Session Heritage, Conflicts, Tourism and the Role of Researchers. An Ethnographic Approach

8th ETHNOGRAPHY AND QUALITATIVE RESEARCH CONFERENCE

Established in 2006, the Ethnography and Qualitative Research Conference has become a recognised scientific meeting for social researchers interested in ethnographic inquiry in Italy and abroad.

The 2020 Edition (8th Edition) consolidates the rich intellectual discussion spurred by previous editions. Researchers from across disciplines and fields including sociology, anthropology, political sciences, arts & humanities, education, social work, geography, cultural studies, science and technology studies, and gender studies, are welcome to present their research and discuss their cutting-edge findings in a lively, informal environment.

University of Bergamo, Italy | June 3-6, 2020

Organized by: The University of Bergamo | The journal Etnografia e Ricerca Qualitativa (ERQ) | il Mulino publishing house

°°°

Session Heritage, Conflicts, Tourism and the Role of Researchers. An Ethnographic Approach

Convenors: Giovanna Rech (University of Trento) & Monica Gilli (University of Torino)

Contacts: giovanna.rech@unitn.it ; monica.gilli@unito.it

Heritage sites and routes are social constructions that present the historical and artistic heritage of a region or a nation, its landscape and natural assets, along with its use and custom in communities. The focus of societies on their past is an important aspect of political, academic and local community activities as well as an educational, recreational and conflictual resource for individuals. Additionally, in the process of heritage-making, collective (shared or divided) memories are circulated, social groups activated in participatory processes and heritage communities created or identified.

As these activities influence or characterise the social and symbolic values of a social group, mechanisms of heritagisation and heritage-making involve conflicts at various levels, such as interpretations (expressive goals of heritage; instrumental goals of heritage) and social uses (economic, political, religious stakes).

Through which of the participative processes, where different interpretations of heritage co-exist, is the heritage tourist proposal built in communities? How are expressive and instrumental goals of heritage negotiated between visitors and local communities? How are the sources of conflicts in heritage interpretation managed by the local community and/or guides? How can the economic use of heritage transform a place? How can different social uses co-exist in the same heritage site or route?

In such sites and routes, the researcher (anthropologist, sociologist or historian) is often an active part of the heritagisation process (discovery, rediscovery, musealisation and interpretation), at times assuming the role of a legitimation agent. During ethnographic research, they find themselves negotiating the value of heritage in a reflective process – they reflect on both their own role and the consequences of their choices and interactions. How do they present themselves or behave at methodological, ethical and aesthetic levels? What are the arrangements that occur during the conflict phase within the community and the academic community? What are the most conflicting practices at the local level?

Fields of Study: Tourist studies, critical heritage studies, sociology of culture, anthropology of heritage, political sciences, religious studies, history of arts, museography.

How to submit: please send an e-mail to the convenors and to the conference committee (erq.conference@unibg.it) by January 10, 2020 containing the title of your talk and an abstract of maximum 1000 words and your contact details (full name, e-mail, post address and affiliation) and those of your co-author/s, if any.

CFP: Workshop Digital Humanities and Cultural Heritage (DAHLIA) @EGC2020, Bruxelles, 28 janvier 2020

Atelier DAHLIA (DigitAl Humanities and cuLtural herItAge: data and knowledge management and analysis) @EGC2020

28 Janvier 2020, Bruxelles – Belgique

http://dahlia.egc.asso.fr/atelierDAHLIA-EGC2020.html

Contact : claudia.marinica@u-cergy.fr

==============================================

L’atelier DAHLIA, qui en est à sa deuxième édition, est organisé par le groupe de travail DAHLIA qui est soutenu par l’Association EGC et il a pour objectif de permettre à la communauté cartographiée dans le cadre du groupe de travail de se retrouver, mais aussi de donner la parole aux étudiants en thèse afin d’exposer leurs thématiques. Dans le cadre de cet atelier, des travaux autours des humanités numériques et du patrimoine culturel seront présentés ; ces travaux devraient s’encadrer dans les thématiques d’EGC, notamment la gestion et l’analyse de données ou des connaissances provenant des SHS/patrimoine.

 

DESCRIPTION

Le groupe de travail DAHLIA (DigitAl Humanities and cuLtural herItAge: data and knowledge management and analysis) est soutenu par l’Association EGC et il a pour but de réunir les acteurs (chercheurs ou institutions) qui s’intéressent, dans le cadre des humanités numériques, voire le patrimoine culturel, à la gestion des données mais aussi à leur analyse afin de produire des connaissances.

Le groupe de travail DAHLIA a déjà organisé deux événements : un atelier DAHLIA à EGC2019 (22 janvier 2019) et une journée DAHLIA le 28 juin 2019. Ces deux événements ont été un franc succès, ont accueilli autour de 35 participants chacune, et ont donné lieu à des échanges soutenus.  Cette nouvelle action souhaite permettre la continuation de ces échanges, mais elle se propose comme défi de produire une première version finalisée de la cartographie des équipes travaillant sur ces sujets en France.

En effet, de nos jours, les acteurs des SHS en général et les institutions culturelles en particulier, peuvent gérer des données et connaissances sous différents formats : documents textuels, documents structurés, bases de données, base de connaissances, images, représentation 3D, etc. De plus, ces données peuvent être distribuées sur plusieurs sites ou non, voir ouvertes et liées (open data).

Pour pouvoir accéder à ces informations, ou, voire plus, mettre en lien ses données avec celles d’un partenaire, un acteur doit mettre en place des systèmes d’information complexes qui soulèvent des réels questionnements car il faut prendre en considération la variété des données : sources, contenu, type de documents, mais aussi leur disponibilité, leur sémantique et leur stockage.

De plus, une fois l’accès aux données mis en place, que peuvent-elles nous dire, quelles sont les connaissances qu’elles pourront apporter aux différentes institutions ? Cette question pratique soulève des nombreux défis : comment identifier et extraire les connaissances des données disponibles ? Quelle sémantique leur accorder ? Comment rendre ces connaissances disponibles et compréhensibles par les institutions ? Il y a-t-il des problèmes liés à la protection de la vie privée des individus, des objets ?

L’atelier DAHLIA se propose de traiter, via les travaux présentés et les invités, ces questionnements et y répondre en partie.

PRINCIPAUX THEMES DE L’ATELIER (LISTE NON EXHAUSTIVE)

•    acquisition de données lors d’un processus d’étude et d’analyse du  domaine SHS et du cas d’étude précis en collaboration étroite avec les  experts du domaine ;

•    acquisition et analyse de connaissances métier/expert SHS concernant les processus/tâches ;

•    interopérabilité des données provenant de plusieurs sources SHS ;

•    extraction des connaissances à partir des données SHS : fouille, apprentissage ;

•    annotation sémantique de données du patrimoine ;

•    restitution par visualisation de données (principalement du patrimoine) en vue de compréhension, analyse, etc. ;

•    visualisation d’œuvres, immeubles, etc. en 2D/3D ;

•    extraction et analyse des interactions du public lors des événements culturels ;

•    étude des processus de diffusion des informations dans les réseaux sociaux.

DATES IMPORTANTES

·         Date limite de soumission des articles : 03/12/2019

·         Notification aux auteurs : 18/12/2019

·         Version finale : 08/01/2020

INSTRUCTIONS AUX AUTEURS, SOUMISSIONS, INSCRIPTIONS

Dans le cadre de l’atelier DAHLIA, nous espérons des soumissions qui lancent les discussions parmi les participants ; des soumissions autours des travaux passés, en cours ou très récents présentant des idées mises en pratique et/ou validées, des prises de position argumentées, ou des problématiques applicatives seront appréciées.

Les auteurs sont invités à soumettre des travaux sous la forme suivante :

•    résumés étendus de 2 pages ;

•    papiers courts de 6 pages ;

•    papiers longs de 12 pages.

Les soumissions devront être réalisées au format pdf et devront utiliser le format RNTI disponible en téléchargement à l’adresse :

•    latex : www.editions-rnti.fr/files/RNTI-X-Y2.1.zip

•    word : http://dahlia.egc.asso.fr/RNTI.doc

Pour soumettre un papier, vous devez suivre le lien suivant :

https://easychair.org/conferences/?conf=egc2020 en choisissant lors de la soumission le track DAHLIA correspondant à l’atelier. Si vous avez des difficultés, n’hésitez pas à nous contacter par mail.

A la suite de l’atelier, une publication d’un numéro spécial de revue est envisagée en invitant les publications des deux autres actions.

Les inscriptions peuvent se réaliser à l’atelier seul (avec repas le midi) ou à tout l’événement (atelier + conférence principale). Le tarif d’inscription et la procédure d’inscription sont disponibles sur le site de la conférence EGC : https://egc2020.sciencesconf.org/ .

COMITE D’ORGANISATION

·         Claudia Marinica / Laboratoire ETIS – Université de Cergy-Pontoise, Institut IDHN / email : claudia.marinica@u-cergy.fr

·         Fabrice Guillet / Laboratoire LS2N, équipe DUKe – Polytech’Nantes / email : fabrice.guillet@univ-nantes.fr

·         Florent Laroche / Laboratoire LS2N, équipe IS3P – Ecole Centrale de Nantes / email : florent.laroche@ec-nantes.fr

·         Julien Velcin / Laboratoire ERIC – Université Lyon 2 / email : julien.velcin@univ-lyon2.fr

CFP: “Le patrimoine de la justice”, numéro thématique de “In Situ. Revue des patrimoines”

Appel à contributions

pour le numéro thématique “Le patrimoine de la justice”

– In Situ. Revue des patrimoines 

Nouvelle date limite d’envoi des propositions : 30 novembre 2019

Ce numéro de la revue In Situ vise à interroger, dans chaque axe développé, les frontières du patrimoine judiciaire. Frontières géographiques qui pourront être questionnées à partir des fonctions ou des formes des bâtiments, pour y relever des signes d’acculturation. Frontières conceptuelles à partir d’objets limites tels que les scellés judiciaires, pièces à conviction, instruments de police scientifique…

Depuis 1992 et l’ouvrage La Justice en ses temples, et le colloque de 1994 à l’Institut des hautes études sur la justice (IHEJ), peu de travaux ont été consacrés à cette thématique, en dehors d’un hors-série ancien de la revue Monuments historiques, et de l’ouvrage d’Étienne Madranges Palais de justice de France, en 2011. Un récent numéro de la revue Monumental, consacré au patrimoine de l’enfermement, a permis de faire un point sur le corpus des bagnes et prisons.

Ce patrimoine apparaît aujourd’hui peu connu et menacé. Les fermetures massives de tribunaux ont affecté les ensembles immobiliers, dispersé le mobilier de qualité et les collections, ainsi que les bibliothèques et les archives. Les reconversions ont très souvent contribué à la disparition d’éléments de décors et d’aménagements intérieurs. De récentes mises aux normes, pour l’accessibilité et la sécurité, ont également fait peser des risques de dénaturations d’espaces et d’aménagements anciens. Un certain nombre de protections au titre des monuments historiques ont permis d’accompagner ces changements et certaines transformations, avec l’ajout d’éléments contemporains, apparaissent comme une nouvelle étape de l’histoire de la justice en France et de l’évolution de ses pratiques.

Coordination scientifique
Marc RENNEVILLE, directeur de recherche au CNRS, directeur du CLAMOR, du site Criminocorpus et de la base HUGO-Patrimoine des lieux de justice
Michaël VOTTERO, conservateur régional adjoint des Monuments historiques, DRAC Bourgogne-Franche-Comté

Lire le texte complet de l’appel : https://journals.openedition.org/insitu/22533

CFP: IASTE 2020. Virtual traditions, Nottingham, UK

IASTE 2020: VIRTUAL TRADITIONS

THE TRANSIENCE OF TRADITION IN CHANGING GEOGRAPHIES AND GLOBAL LANDSCAPES
18th Biennial Conference of the International Association for the Study of Traditional Environments (IASTE)
SEPTEMBER 3–6, 2020

NOTTINGHAM TRENT UNIVERSITY | NOTTINGHAM, UNITED KINGDOM

CFP: Labex “Les passés dans le présent” : appel à projets de recherche 2019

Labex « Les passés dans le présent » : appel à projets de recherche 2019

Le labex Les passés dans le présent / histoire, patrimoine, mémoire est un programme de recherche collectif et international de long terme. Créé en 2012, il a obtenu en 2019 sa prolongation pour une durée de cinq ans, jusqu’en 2024. Son consortium allie l’Université Paris Nanterre, établissement coordinateur, l’Université Paris8, l’Université Paris Lumières, l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, le CNRS ainsi que cinq institutions culturelles nationales majeures.

Répondant à la logique intégrative du labex Les passés dans le présent, le présent appel à projets vise à développer de manière structurante les thématiques de recherche proposées et à fédérer les équipes.

La dotation globale du présent appel à projets est de 1 250 000 €.

Une attention particulière sera portée aux propositions qui tendent à l’interdisciplinarité, celles qui proposent une transversalité entre les métiers, entre les pratiques, celles qui développent une recherche transnationale allant au-delà du comparatif, ainsi que celles qui réfléchissent aux enjeux territoriaux locaux des problématiques. Il est également recommandé de veiller à l’objectif professionnalisant de l’implication des étudiants et jeunes chercheurs.

Priorités thématiques de l’appel à projets 2019 : 

  • Mémoire des milieux : traces, territoires, intraçables
  • Expériences du temps : altérités, dispositifs, mondes
  • Technologies de la mémoire : supports, ressources, données
  • Mémoires pour le futur ? Politiques, médiations, prospectives

La date limite de dépôt de dossier est le lundi 25 novembre 2019, à 12h00 (midi).

Pour en savoir plus : http://passes-present.eu/node/44008