Workshop : Actualité du patrimoine à l’Anthropocène – Dijon – 17-18 septembre

Actualité du patrimoine à l’Anthropocène

Ontologies et politiques

Journées d’étude organisées par le Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne – Dijon
avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne

17-18 septembre 2015
Salle du Conseil de Droit
Bâtiment Droit-Lettres
Dijon

Que peut, ou pourrait, l’idée de patrimoine face aux enjeux du 21ème siècle tels qu’ils sont pointés par le concept d’Anthropocène – selon lequel l’espèce humaine est devenue une force géologique ? Plus précisément, s’il y a un « événement anthropocène » (C. Bonneuil et B. Fressoz), dans quelle mesure la question patrimoniale peut-elle ou pourrait-elle contribuer à l’élaboration de récits alternatifs « au Grand Récit actuellement dominant de l’Anthropocène », et obvier au risque que « le concept d’Anthropocène ne devienne la philosophie légitime d’un géopouvoir nouveau » (C. Bonneuil et P. de Jouvancourt) et ne concoure à éluder la question des responsabilités en dessinant la figure d’une humanité coupable ?

L’objectif de ces journées est donc d’interroger la pertinence politique de la notion de patrimoine et de mettre à l’épreuve l’hypothèse d’une « actualité du patrimoine » en faisant travailler et en traduisant dans la « perspective anthropocénique » deux évolutions majeures du « patrimoine-aujourd’hui » : à la fois son ouverture sur le vivant – ouverture permise par le passage historique du monument au patrimoine (D. Fabre) et problématisée sous le glissement du paradigme de la conservation au paradigme de la sauvegarde (A. Micoud) – et sa diffusion dans l’espace public résultant d’un débordement des institutions culturelles et patrimoniales. D’une part, une extension catégorielle décisive : le patrimoine n’est plus seulement ce qui reste présent d’un temps perdu, il est aussi et peut-être surtout un legs et une réclamation du futur ; d’autre part, une profusion irrépressible des porte-paroles impliquant un partage des expertises quant à la valuation et à la gestion patrimoniales. En somme, il s’agit de prendre la mesure du patrimoine ou plutôt de l’activité patrimoniale hors de ses cadres usuels de référence – l’esthétique, l’artistique, le monumental, le symbolique, l’historique ou encore l’ethnologique – et d’envisager son opérativité sur le terrain de l’action citoyenne, de la justice sociale, de la démocratie comme méthode – au sens de John Dewey –, de la gouvernance délibérative, de l’instauration de nouveaux liens entre les êtres qui peuplent la Terre.

Le patrimoine peut-il soutenir et porter une interrogation générale sur l’habiter : habiter la Terre, habiter la ville, habiter le temps, cohabiter, dans une perspective pluraliste mais qui n’escamote pas la critique ? Peut-il se libérer de sa teneur eurocentrée – et des dualismes qui y sont associés – de manière à porter l’idée « d’un monde fait d’une pluralité de mondes » (J. Baschet), en lien avec la perspective d’une pluralité d’ontologies (P. Descola) ? Peut-il rencontrer des expériences qui, singulièrement, remettent en cause nommément le capitalisme, en tant que système global qui organise et structure notre réalité et est en grand partie responsable de la menace mortelle qui pèse sur notre planète : en somme, le capitalisme comme la désignation expresse d’une modernité qui s’est cristallisée en Europe au 18ème siècle et a étendu sa raison sur la totalité des formes de vie au terme d’une triple conquête : économique, écologique et culturelle (A. Escobar) ? Est-il mobilisé dans ces expériences, aux tonalités communautaires ou sociales qui, ici ou là, explorent et portent des projets de modernités alternatives à la modernité capitaliste, ou, à défaut, une sortie radicale de la modernité – en y négociant, voire reconstruisant, dans l’action et en toute localité, l’articulation ou l’intrication de ces trois « ordres » trop commodément distingués ? Participe-t-il enfin d’une réflexion sur l’implication pragmatiste des actions, en tant qu’elles proposent des futurs et des passés moins imaginés, imaginaires ou utopiques qu’élaborés dans l’action, moins des utopies comme horizon d’attente que des « utopies réelles », moins des projections idéales et lénifiantes que des gestes concrets qui, tout en prenant au sérieux la proposition « anthropocénique », travaillent à la survie des Terriens (B. Latour) en « réactualisant des pensée du lieu et des attachements » (Bonneuil et Jouvancourt) ?

Pour explorer ces questions, nous sollicitons les points de vue de chercheur-e-s issu-e-s de diverses disciplines, philosophie, anthropologie, sociologie, histoire environnementale, histoire des techniques, histoire de l’art, économie, écologie, et qui ne sont pas nécessairement familiers des questions patrimoniales : à partir de lieux communs et moins communs sur le patrimoine, l’objectif sera donc de croiser et faire dialoguer les savoirs et les postures de manière à faire émerger des intérêts et des problèmes communs ou en commun.

Jean-Louis Tornatore et Anne-Sophie Haeringer

 

Programme

Jeudi 17 septembre

13h – 13h30 :

  • Anne-Sophie Haeringer, sociologue, AAU-Cresson et Centre Max Weber-Poco, et Jean-Louis Tornatore, anthropologue, Centre Georges Chevrier : Introduction

13h30 – 15h30

  • Ellen Hertz, anthropologue, et Alexandre Aebi, ethnobiologiste, université de Neuchâtel : La santé des châtaigniers comme cause patrimoniale : bio-terrorisme amateur, assouplissement administratif et « neutralité active » des sciences citoyennes
  • Jean-Baptiste Fressoz, historien, Centre Alexandre-Koyré : Une histoire politique du CO2

15h30 – 15h45 : pause

15h45 – 17h45

  • Elena Apostoli Cappello, anthropologue, IIAC-TRAM, et Catherine Neveu, anthropologue, IIAC-TRAM (CNRS-EHESS) : « Libérer » la ville pour fabriquer la citoyenneté : ethnographie de pratiques d’occupations à Rome
  • Noël Barbe, anthropologue, IIAC et Drac de Franche-Comté : Mettre en culture, produire du politique ?

Vendredi 18 septembre

9h 15 – 11h 15

  • François Jarrige, historien, Centre Georges Chevrier, université de Bourgogne : Comment hériter des expériences énergétiques du passé ? Histoire et patrimoine des énergies renouvelables
  • Élise Demeulenaere, anthropologue, Cnrs, laboratoire d’éco-anthropologie et d’ethnobiologie, Muséum d’histoire naturelle : Politiques ontologiques de la semence

11h15 – 11h30 : pause

11h30 – 12h30

  • Xavier Douroux, historien de l’art, codirecteur du Consortium, Dijon : Le patrimoine en attente de l’œuvre

12h30 – 14h : repas

14h – 15h45

  • Alexandre Monnin, philosophe, INRIA, et Diego Landivar, économiste, CERDI – CNRS et Origens Media Lab : Restauration/Instauration, Déclore/Forclore : le patrimoine et les “mondes possibles” à l’heure de l’anthropocène

15h45 – 16h : pause

16h – 16h45

  • Jean-Louis Tornatore: Restauration et effondrement

16h45 – 17h : Conclusion

 

Contact :
Jean-Louis Tornatore : jl.tornatore@free.fr

Programme et résumés : http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/15_16/15_09_17-18.html

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: