Monthly Archives: June 2012

Workshop: Atelier “Enquête sur la collecte d’archives” 26 juin 2012

Atelier “Enquête sur la collecte d’archives”*

Organisé par les Archives nationales et la Direction générale des
patrimoines (DPRPS), en partenariat avec le IIAC (LAHIC et équipe
Anthropologie de l’écriture)

La prochaine séance de l’atelier aura lieu le*mardi 26 juin 2012*, aux
Archives nationales, site de Paris, en salle d’albâtre (Rdc du CARAN, 11
rue des Quatre fils), de 17 h.30 à 19 h.30.

*La collecte des Archives présidentielles*

Entretien avec Evelyne Van Den Neste, chef du Service des archives et de
l’information documentaire, Présidence de la République.

Publication: PATRIMONIALISATIONS EN AFRIQUE

Géographie et Cultures n°79
Sous la direction de Bernard Calas et Olivier Marcel

Le continent africain est un espace en cours d’inventaire et de conservation du patrimoine. Comment ce patrimoine est-il construit, avec quels objectifs, par quels acteurs, pour quels publics, comment est-il reçu et comment s’accorde-t-il ou non avec le développement ? A partir d’études de cas issues de terrains à travers le continent, ce numéro interroge les patrimonialisations en Afrique.

Calas Bernard, Marcel Olivier (dir), “Patrimonialisations en Afrique”, Géographie et cultures, Automne 2011, no 79, p. 5-148.

SOMMAIRE :

Calas Bernard, Marcel Olivier, Delfosse Claire, “Patrimonialisations en Afrique : lieux d’exception, normes et marginalités”, Géographie et cultures, Automne 2011, no 79, p. 5-10.

Leblon Anaïs, “Le patrimoine pastoral au prisme de la décentralisation politique : les fêtes du yaaral et du degal au Mali”, Géographie et cultures, Automne 2011, no 79, p. 11-28.

Bridonneau Marie, “Reconstructions paysagères autour des églises de Lalibela : enjeux d’un processus de patrimonialisation en Ethiopie”, Géographie et cultures, Automne 2011, no 79, p. 29-46.

Bosredon Pauline, “Recompositions spatiales et marginalisation sociale au centre : le cas de Harar (Ethiopie), une ville du patrimoine mondial”, Géographie et cultures, Automne 2011, no 79, p. 47-65.

Bondaz Julien, “Parcs urbains et patrimoine naturel en Afrique de l’Ouest : de la période coloniale au cinquantenaire des indépendances”, Géographie et cultures, Automne 2011, no 79, p. 67-87.

Guinard Pauline, “L’art public de l’apartheid à Johannesburg, un patrimoine ? Le cas de la statut de Carl Von Brandis”, Géographie et cultures, Automne 2011, no 79, p. 89-108.

Royer Bertrand, “Le fil d’Ariane du patrimoine : d’un musée ethnographique de Gaoua au site UNESCO de Loropéni (Burkina Faso)”, Géographie et cultures, Automne 2011, no 79, p. 109-125.

Marcel Olivier, “Patrimonialisation aux marges et désir de territoire : les nubiens de Kibera et l’appropriation du dispositif muséal au Kenya”, Géographie et cultures, Automne 2011, no 79, p. 127-14

Call for projects: Inventaire du PCI 2012

Les documents pour l’appel à  projets 2012 pour l’inventaire du PCI sont en ligne :
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Disciplines-et-secteurs/Patrimoine-culturel-immateriel2


Job: postdoc “Heritage/Patrimoine” LabexMED

Aix-Marseille Université – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, October 1,
2012-September 30, 2013
Application deadline: 10 juil. 2012

Appel d’offre pour une bourse post-doctorale fléchée Gerda Henkel
Stiftung/LabexMed (2012-2013)

Postdoc LabexMed

Description du programme :
Dans le cadre d’un partenariat entre la Gerda Henkel Stiftung (http://www.gerda-henkel-stiftung.de), et le laboratoire d’excellence
sur les études méditerranéennes, coordonné par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence ; http://www.mmsh.univ-aix.fr), une bourse post-doctorale de type incoming sera attribuée en octobre 2012, pour une durée de 12 mois, à un jeune chercheur.
Le chercheur post-doctorant sera accueilli dans une des unités de recherche partenaire de LabexMed. Disciplines :archéologie, histoire, histoire de l’art, anthropologie.
Le projet de recherche présenté devra relever de la thématique de recherche
« Patrimoines : enjeux, pratiques, représentations » (voir annexe).

Financement:
Le montant de la bourse post-doctorale est de 1 700€ par mois. Les frais d’hébergement du post-doctorant seront pris en charge pendant son
séjour en France. Les frais d’assurance médicale sont à la charge du post-doctorant.

Conditions d’admission:
L’examen des candidatures portera sur la qualité du dossier scientifique ainsi que sur celle du projet post-doctoral et son
insertion dans les axes de recherche de LabexMed.
Les conditions d’éligibilité sont les suivantes:
– Les candidats doivent être titulaires d’un doctorat à la date du  dépôt de candidature (thèse soutenue), de préférence délivré par un établissement allemand.
– La candidature peut être déposée au maximum 6 ans après la date de soutenance de la thèse.
– Une pratique courante de la langue française est souhaitée.

Dossier de candidature (version électronique uniquement) :
Curriculum vitae et liste des publications
Diplôme de doctorat
Rapport de soutenance et manuscrit de thèse (pdf)
Projet de recherche : titre, unité de recherche d’accueil, présentation
du projet en 10 000 signes maximum
Lettre du Directeur de l’unité de recherche d’accueil, partenaire de
LabexMed

Le dossier de candidature, complet, devra être envoyé au plus tard le 10 juillet 2012 à 16h00 à l’adresse suivante :
labexmed-admin@mmsh.univ-aix.fr

Un accusé de réception sera expédié par voie électronique aux candidats.
La commission d’admissibilité se réunira le 16 juillet. A l’issue de cette commission, la sélection finale revient au comité scientifique de la Gerda Henkel Stiftung.
Les candidats seront avisés des résultats fin juillet 2012.

Contact :
Sarah Fontaine
USR 3125 / MMSH
Tél: 04 42 52 40 86 – Fax: 04 42 52 43 89
e-mail: sfontaine@mmsh.univ-aix.fr

Symposium : Autour du patrimoine culturel immatériel

Colloque international : « le patrimoine culturel immatériel »
Du 24 au 29 septembre 2012, Centre culturel international de Cerisy-la-Salle (50) Avec le soutien de la Direction générale des patrimoines (ministère de la Culture) et du CRéCET

Peu connu en France du grand public aussi bien que des milieux culturels et patrimoniaux, le patrimoine culturel immatériel, porté par la convention de l’Unesco du 17 octobre 2003, tend à s’imposer aujourd’hui dans l’actualité immédiate, au gré des inscriptions ; il s’ancre également dans la durée, avec les ambitions affichées par certaines collectivités territoriales, telle la région Bretagne, qui souhaitent en faire un axe majeur de leur politique culturelle et désirent se positionner en tant que région pilote au plan national.

Pour la tradition occidentale du patrimoine, matériel et régalien, cette convention présente un double défi, redoutable: penser la préservation d’un patrimoine autre que celui classiquement distingué, et penser autrement les politiques patrimoniales, en les construisant à partir du point de vue des détenteurs du patrimoine, et non plus uniquement en fonction de l’avis des experts. Des enjeux nouveaux qui, de la Chine au Brésil en passant par les Émirats arabes Unis, mobilisent fortement la plupart des pays émergents.
Ce colloque se propose dâengager une réflexion devenue aujourd’hui nécessaire: alors que se multiplient les initiatives et que l’action de lâÃtat français reste empreinte de tâtonnements, il importe de sâinterroger sur l’origine, le sens et les implications de ce patrimoine.
Organisé autour de cinq thèmes, cette rencontre se veut résolument prospective: il s’agira non d’élaborer de “bonnes pratiques” ou d’ajouter un article aux “tables de la loi” du Code du Patrimoine, mais de croiser, dans une visée internationale, approches théoriques et pratiques. Elle réunira avec des experts internationaux du PCI et de lâUnesco, des intellectuels, des acteurs politiques et culturels, des praticiens de ces formes de patrimoines. Sont enfin prévus des temps de dialogue avec les porteurs de traditions, une séance à Granville dont les pêcheries sont appelées à faire l’objet d’un dossier de candidature, enfin la première journée se tiendra au centre français du patrimoine culturel immatériel, installé au sein de la Maison des cultures du Monde à Vitré

Parution : « Des arbres, des rites et des croyances »
Ouvrage co-édité par le CRéCET et les Éditions OREP. (Yann Leborgne)

Un patrimoine culturel immatériel en Normandie. À travers dix sites choisis en fonction de leur diversité, cet ouvrage est le fruit d’une enquête de terrain approfondie et vous invite à découvrir le « patrimoine végétal » sous un angle résolument autre que celui de la rareté, de l’intérêt botanique, esthétique, voire même gustatif. Cette enquête met en lumière un rapport ancestral au végétal qu’on aurait pu croire englouti alors qu’il n’en est rien : des croyances et pratiques cultuelles attachées aux arbres se sont perpétuées.

CRéCET
Centre régional de culture ethnologique et technique de Basse-Normandie
Manoir des gens d’armes 161, rue Basse – 14000 CAEN
Tél. : +33 (0)2 31 53 15 45 – fax. : +33 (0)2 31 53 15 54

Ressources : CIRET/Tourism research

Ressources en ligne de littérature scientifique sur le tourisme :

Ciret’s website http://www.ciret-tourism.com  – index thesaurus.

Grants: Bourse du Cercle Lévi-Strauss- Bourses des collections 2012-2013

Le musée du quai Branly propose un programme de bourses d’étude pour la documentation de ses collections. Cinq bourses sont offertes pour l’année 2012-2013, dont la bourse du Cercle Lévi-Strauss qui s’inscrit désormais dans ce programme. Dotées d’un montant de 6000 euros chacune, pour conduire une recherche de courte durée, les bourses des collections sont destinées à permettre à des chercheurs non statutaires ou des étudiants à partir du niveau M2 de financer une enquête de terrain ou un travail d’archives visant à documenter les collections du musée. Un appel international à candidatures est lancé depuis le 15 juin 2012.

Pour en savoir plus :

Les candidats devront adresser leur dossier avant le 14 septembre 2012.

musée du quai Branly
222, rue de l’Université 75343 Paris cedex 07

Grants:Prix UQAM-Respatrimoni en études patrimoniales 15 juillet 2012

Le Réseau des chercheurs sur les patrimonialisations (Respatrimoni), en partenariat avec la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l’Université du Québec à Montréal et du Forum canadien de recherche publique sur le patrimoine, a créé un prix qui consiste à offrir la publication de sa thèse à un jeune docteur, aux Presses Universitaire de Rennes, dans la collection Art et Société.

Le manuscrit portera sur l’étude du patrimoine et doit être issu d’une thèse rédigée en français, soutenue trois ans au maximum avant la date limite de candidature.

Pour cette première édition les membres du jury seront : Claire Delfosse, Marie-Blanche Fourcade, Laurent-Sébastien Fournier, Cyril Isnart et Pascale Moity-Maizy.

UQAM-Chaire de recherche du canada en patrimoine urbain et
Respatrimoni- Réseau des Chercheurs sur les Patrimonialisations

Prix UQAM-Respatrimoni en études patrimoniales

Règlement

Article 1. Le prix, dénommé « Prix Uqam-Respatrimoni en études patrimoniales », consiste à offrir à un jeune docteur la publication d’un manuscrit issu de sa thèse et rédigé en français, portant sur l’étude du patrimoine, aux Presses Universitaire de Rennes, dans la collection Art et Société.

Article 2. Le prix est financé grâce au soutien de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l’Université du Québec à Montréal et le Forum canadien de recherche publique sur le patrimoine.

Article 3. Le prix est décerné tous les deux ans, au mois de novembre. Le premier millésime est 2012.

Article 4. Le prix est décerné par un jury de 5 personnalités scientifiques des études patrimoniales, deux nommées par l’Institut du Patrimoine de l’Uqam, deux nommées par le réseau Respatrimoni-Réseau des Chercheurs sur les Patrimonialisations, représenté par le bureau de l’association de recherche sur les patrimonialisations, et une nommée conjointement. Le jury est nommé pour deux éditions du prix. Après discussion, le jury vote l’attribution du prix par un scrutin à 2 tours et à la majorité des voix.

Article 5. La thèse doit avoir été soutenue au maximum trois ans avant la date limite de soumission, dans l’une des disciplines des sciences humaines et sociales ou des humanités.

Article 6. Pour proposer leur candidature, les concurrents devront fournir un dossier sous forme électronique rassemblant les éléments suivants, en format PDF :

–         une lettre de motivation,
–         un CV,
–         un article ou un chapitre de livre déjà publié,
–         le synopsis du livre envisagé,
–         deux lettres de soutien de personnalités scientifiques,
–         la thèse soutenue,
–         le rapport de soutenance.

Article 7. La date limite de soumission des candidatures est fixée au 15 juillet de l’année millésime du prix.

Article 8. Le résultat de la sélection est annoncée en novembre de l’année millésime du prix.

Article 9. Les candidatures sont recevables par voie électronique à l’adresse prixuqamrespatrimoni@gmail.com et sur CD-Rom en 8 exemplaires à l’Institut du Patrimoine, UQAM, C.P. 8888, Succursale Centre-Ville, Montréal, H3C 3P8, Canada.

Contact et demande de renseignements : prixuqamrespatrimoni@gmail.com

Ressources:Network for Heritage Studies in Sweden

Research on cultural heritage processes is current, important and occurs in various subjects and at various universities and colleges. Some mobilization is taking place at institutions of higher education in Göteborg, Stockholm and Linköping as well as at certain museums. Many of these environments are still small and spread out across various disciplines and institutions that do not have long-term funding. The demand on knowledge has broadened from the National Heritage Board (Riksantikvarieämbetet) and other central actors to regions, municipalities and museums around the country as a growing decentralization and updating of national heritage has commenced within several political and societal areas. The various funds of the European Union, concepts such as cultural planning and also cultural industries all add new contexts and dimensions to cultural heritage politics.

Over the past few years, heritage studies have grown both nationally and internationally and can be said to be somewhere between specialized museology and general cultural studies. It deals with multidisciplinary cultural heritage research which combines old core subjects such as archaeology, history, ethnology, anthropology with competencies in areas such as museology, sociology, science of education and didactics as well as philosophy. This field does more than just add together all these competencies, through working on a level reflecting about how that which we call cultural heritage is being ‘canonized’, and goes from being memories, history, archives, monuments, objects, stories etc. to becoming this now increasingly popular and expandable phenomenon called ‘cultural heritage’.

To change and develop research efforts into a common and relevant resource, a research network is being created where the goal is to:

  1. Catalogue national cultural heritage research across school and disciplinary boundaries after 15 years of expanding research and researcher education in the field.
  2. Create easily accessible information about completed and ongoing research projects that facilitate a scientific sharing of the workload, synergy in the formulation of new projects and beneficial research results.
  3. Facilitate competence sharing in research education by announcing courses, guest researchers etc.
  4. Contribute with a collective node for international networks within heritage studies.
  5. Through increasing accessibility also increase the chances of research results being used in critical discussions on society as well as for more instrumental goals of sustainability, welfare and integration.

During two years the network will:

  1. Catalogue research and create a portal with processed and updated information about completed and ongoing national research. A newsletter will be available to all interested.
  2. Arrange three workshops nationally within relevant environments that ensure both a relevant delimitation of the work and nationwide support.
  3. Organize two conferences. In June 2012, an international conference regarding heritage studies will be held in Gothenburg. This will be an opportunity for the national network to link with an international one. A national conference that follows up the aforementioned conference will be held during the spring of 2013 at which time the initial surveys will be more deeply examined. Together, they will cumatively develop the forefront of research, internationalization, relevant applications and transfers of knowledge.
  4. Appoint an international reference group to secure the highest international quality and occupational development will be coordinated with the networks we have in respective environments and international projects.

The group that initiated this work is lead by Peter Aronsson (Tema Q, Linköping University, Summoner), Mikaela Lundahl (University of Gothenburg, area of expertise; cultural heritage) and Fredrik Svanberg (head of research, The National Historical Museum).

Contact is Maria Höglund, Linköping University (maria.hoglund@liu.se).

Workshop:”anthropologie, identités, patrimoine culturel immatériel. Université européenne et internationale d’été P. Bidart en anthropologie”

Université de Bordeaux Segalen et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

En partenariat avec le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques

Centre d’Education au Patrimoine Ospitalea 64780 IRISSARRY (Pyrénées Atlantiques)

9-12 juillet 2012 : « Anthropologie, Identités, Patrimoine culturel immatériel »

Pour la 7ème session prévue du 9 au 12 juillet 2012, notre Université européenne et internationale d’été Pierre Bidart en anthropologie entend explorer les rapports entre anthropologie, identités et patrimoine culturel immatériel. L’anthropologie en tant que science de l’homme et de la société a toujours cherché à dégager les lois générales de la vie en société, à partir d’une réflexion critique sur l’unité de l’homme appréhendé à travers différentes temporalités historiques et sous la diversité des cultures, des croyances et des pratiques. Elle s’efforce de tenir compte de tout (Laplantine, 1987) ; elle entend dans son projet de connaissance de l’humain articuler les rapports que les individus entretiennent les uns avec les autres dans le vivre-ensemble, à l’échelle locale comme à l’échelle globale, de penser l’autre et le même sous leurs aspects les plus divers (Kilani, 1992).

De même, les individus, les sociétés et les institutions se sont toujours attachés à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de leurs pays, de leurs territoires. C’est en cela que la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée par l’Unesco en 2003 a souligné notamment, l’importance du patrimoine culturel immatériel , creuset de la diversité culturelle et garant du développement durable ; l’interdépendance entre le patrimoine culturel immatériel et le patrimoine matériel culturel et naturel ; le rôle important que jouent les communautés, les groupes et les individus dans la production, la sauvegarde, l’entretien et la recréation du patrimoine culturel immatériel, contribuant ainsi à l’enrichissement de la diversité culturelle et de la créativité humaine. Or, comme le souligne Jean-Pierre Warnier (1999), langue et culture sont au cœur des phénomènes d’identité. L’identité se définit selon lui, comme l’ensemble des répertoires d’action, de langue et de culture qui permettent à une personne de reconnaître son appartenance à un certain groupe social et à s’identifier à lui. Ainsi, l’identité, comme catégorie d’analyse et comme catégorie de pratique (Brubaker, 2001), se construit, selon un jeu d’échelles sur un ou plusieurs territoires, dans la dialectique de l’identité et de l’altérité, de la différence.

De quelle manière les individus participent-ils collectivement et individuellement à la construction de leurs identités à travers la mise en valeur du patrimoine culturel immatériel ? Qu’est ce qui, d’une période historique à une autre, se maintient et se transmet au sein des sociétés américaines, africaines, asiatiques et européennes ? Comment les collectivités territoriales et les acteurs de la société civile s’impliquent-ils dans le développement culturel des territoires de la Région Aquitaine ? La conservation du patrimoine culturel immatériel est-elle une régression ou participe-t-elle à la construction de quelque chose de vivant pour les sociétés, les groupes et les individus qui les portent et les revendiquent ?

C’est autour de ces interrogations que se feront les interventions des conférenciers choisis en raison de leurs compétences. Des ateliers de jeunes chercheurs des universités d’Aquitaine, de France et d’Europe se dérouleront tout au long de cette session.

Un Comité scientifique international et un comité d’organisation vont assurer le déroulement de cette 7ème édition de l’Université européenne et internationale d’été Pierre Bidart en anthropologie.

Le Comité scientifique

Comité scientifique international : Pr. Pierre Bonte (Directeur de recherche CNRS –Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France, France) ; Pr. John Bowen (Université Washington de Saint-Louis, Etats-Unis) ; Pr. Alain d’Iribarne (Président du Conseil scientifique de la MSHA, Directeur de recherche CNRS, France) ; Dr. Bernard Cherubini (MCF-HDR, Université Bordeaux Segalen, France), Dr. Isabelle Gobatto (MCF, Directrice du Département d’anthropologie sociale – ethnologie, Université Bordeaux Segalen, France), Pr. Djamel Guerid (Université d’Oran, Algérie), Dr. Laurence Kotobi (MCF, responsable scientifique, Université de Bordeaux Segalen, France), Pr. Abel Kouvouama (responsable scientifique, Université de Pau et des Pays de l’Adour, France), Pr. Patrice Yengo (Université de Brazzaville, Congo/ Institut d’Etudes Avancées de Nantes, France), Pr. Rodica Zane (responsable scientifique, Université de Bordeaux Segalen, France/ Université de Bucarest, Roumanie).

Comité d’organisation :

Dr. Laurence Kotobi (Université de Bordeaux Segalen/ADES); Pr. Rodica Zane (Université de Bordeaux Segalen/ADES/ Université de Bucarest, Roumanie) ; Pr. Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour/Item) ; M. Olivier Giry (Directeur du Centre d’Education au Patrimoine Ospitalea –Irissarry) ; Mme Isabelle Genty (Département d’anthropologie, Université de Bordeaux Segalen) ; Dr. Lorena Anton (Université de Bordeaux Segalen/ADES) ; Dr. Chantal Crenn (Université de Bordeaux 3) ; Dr. Frédéric Bertrand (Relations internationales, Université de Bordeaux Segalen) ; Dr. Philippe de Laborde Pédelahore (Anthropologue).

Conditions d’inscription

Centre d’Education au Patrimoine Ospitalea, 64780 IRISSARRY (Pyrénées Atlantiques) ,   9 au 12 juillet 2012

  • Responsable scientifique Bordeaux Segalen : Dr. Laurence Kotobi, MCF
  • Contact Ospitalea: 05.59.37.97.20 / http://ospitalea.cg64.fr
  • Secrétariat jeunes chercheurs: Dr. Lorena Anton, post-doctorante (Bordeaux Segalen)

A. Pour les Ateliers-anthropologie :

Les personnes intéressées doivent envoyer un court CV (max. 2 pages), un résume de leur communication (max. 1 page), et le formulaire d’inscription (avec aussi une lettre de candidature pour une bourse de séjour, le cas échéant).

B. Pour les autres participants en dehors des Ateliers-anthropologie :

Les personnes intéressées doivent envoyer un court CV (max. 2 pages), et le formulaire d’inscription.

Mode de participation –  Deux formules sont proposées au choix :

Pensionnaire

  • Droits d’inscription : 70 € (20 € d’inscription et 50 € de dépôt de garantie de réservation)
  • Frais de séjour en pension complète (chambres 2 et 4 personnes) : 150 €
  • Total des frais : 220 €

Auditeur libre

  • Droits d’inscription : 20 €

Les chèques doivent être libellés à l’ordre de Monsieur l’agent comptable de l’Université Bordeaux Segalen

Bourses de séjour pour les jeunes chercheurs (participants aux Ateliers-anthropologie)

  • Le comité d’organisation Université européenne et internationale d’été Pierre Bidart en anthropologie dispose d’une dizaine de bourses de séjour qui seront attribuées selon le mérite aux étudiants et aux post-doctorants en anthropologie (niveau minimal requis : Master).
  • Veuillez prendre contact directement avec le Centre d’Education au Patrimoine Ospitalea si vous voulez participer à l’université d’été sans bénéficier d’une bourse de séjour.

Date limite d’inscription

Compte tenu du petit nombre de places disponibles (30 pensionnaires et 30 auditeurs libres)

  • la date limite d’inscription est fixée au 8 juin 2012.

L’ensemble des pièces exigées pour l’inscription sont à envoyer à l’adresse suivante :

Université Bordeaux Segalen
Département d’Anthropologie sociale. Ethnologie (pour Lorena ANTON)
« Université européenne et internationale d’été Pierre Bidart en anthropologie »
3ter, Place de la Victoire
33000 Bordeaux, France

Les informations pourront également être envoyées par e-mail,  dans le cas où les frais seront réglés directement sur place, à : elenalorena.anton@gmail.com

 PROGRAMME

9-12 Juillet 2012 CEP Ospitalea – Irissarry (64)

Lundi 9 juillet Après-midi

  • 14h – 14h 40 : Cérémonie officielle d’ouverture
  • Mot du Pr. Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour – Item-EA3002), France, et de Laurence Kotobi (Université Bordeaux Segalen – ADES-UMR 5185-CNRS), France, au nom du Comité d’organisation.
  • Ouverture officielle par les Autorités politiques et académiques compétentes en présence des élus et du public.
  • 14h 45 – 15h 10 : Pause café
  • 15h 15 – 16h 30
  • Pr. Jean-Pierre Warnier, Université Paris-Descartes-Sorbonne, France : « Le patrimoine : intangible, corporel, matériel ? »
  • 17h – 18h30
  • Soirée Patrimoine basque

Mardi 10 juillet

  • Matin: Patrimoine culturel immatériel : de la définition à la pratique
  • 9h-10h30 :
  • M. Christian Hottin, Conservateur du patrimoine, Adjoint au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Direction générale des patrimoines : « 2006-2012 : premier bilan et perspectives sur la mise en œuvre par la France de la convention de l’Unesco pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel ».
  • Dr. Patricia Heiniger-Casteret, Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM-UPPA : « L’inventaire du patrimoine culturel immatériel en Aquitaine : 2008-2013 ».
  • 10h30–10h45 : Pause café
  • 10h45 – 12h30 : Atelier d’anthropologie des jeunes chercheurs (master 2, doctorants et post-doctorants)
  • Après-midi : Héroïsme, mémoires communes
  • 14h30 – 16H15 :
  • Dr. Bernard Cherubini, Université Bordeaux Segalen – ADES-UMR 5185-CNRS, France : « Recréer un patrimoine acadien en Aquitaine : de la matérialité des lieux de mémoire à l’immatérialité des récits des pionniers ».
  • Dr. Anne-Sophie Sayeux, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand/ADES-UMR 5185-CNRS, France : « Le surf : quel patrimoine ? »
  • 16h15 – 16h30 : Pause-café
  • 16h30 – 18h : Atelier d’anthropologie des jeunes chercheurs (master 2, doctorants et post-doctorants)
  • 19h : Découverte du patrimoine local

Mercredi 11 juillet

  • Matin
  • 9h–10h30 : Atelier d’anthropologie des jeunes chercheurs (master, doctorants et post-doctorants)
  • 10h30 – 10h45 : Pause-café
  • 10h45 – 12h30 : Patrimoine mondial et conservation
  • Dr. Séverine Cachat, Directrice du Centre français du patrimoine culturel immatériel (CFPCI), France : « L’île de Mozambique, une ville du Patrimoine mondial au carrefour de l’océan Indien : patrimoines immatériels et processus de patrimonialisation »
  • Pr. David Freidel, Washington University of St-Louis, USA : About Maya’s heritage in Guatemala.
  • Après-midi : Patrimoines musicaux
  • 14h30 – 16h45
  • Pr. Denis Laborde, Directeur de recherches au CNRS, FMSH, Paris, France : « Ontologies musiciennes et impasses patrimoniales : le pari perdu d’Unesco ».
  • Pr. Abel Kouvouama, Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM-UPPA, France :« Les chansons congolaises de variétés comme patrimoine culturel immatériel »
  • 16h45 – 17h : Pause-café
  • 17h15 – 18h30 :
  • Dr. Jean-Jacques Casteret, Institut d’occitan et ITEM-UPPA, France : « La polyphonie dans les Pyrénées gasconnes. Tradition, évolution, résilience »
  • 19h30 : Soirée Musique d’ici : musique occitane

Jeudi 12 juillet

  • Matin : Processus de patrimonialisation
  • 9h – 11h
  • Pr. Djamel Guerid, Université d’Oran, Algérie : « Algérie : l’anthropologie au secours du patrimoine immatériel et du développement »
  • Dr. Eleonora Sava, Université Babes-Bolyai, Cluj, Roumanie : « Patrimoine culturel local : L’archive ethnologique de l’Université Babes Bolyai de Cluj, Roumanie ».
  • 11h – 11h15 : Pause-café
  • 11h15 – 12h30
  • Dr. Chantal Crenn, Université Bordeaux 3 Michel Montaigne, France : « L’émergence du patrimoine culinaire et alimentaire sénégalais : un processus anthropologique complexe ».
  • Après-midi
  • 14h – 16h30 : Atelier d’anthropologie des jeunes chercheurs (master 2, doctorants et post-doctorants)
  • 17h : Bilan et perspectives par les participants et par le comité scientifique
  • 17h 30 Clôture de l’université d’été P. Bidart en anthropologie

Contact :

Abel Kouvouama
courriel : abel [point] kouvouama (at) unuv-pau [point] fr

Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire ITEM-IRSAM
Avenue du Doyen Poplawski, 64013 Pau Cedex

Laurence Kotobi
courriel : laurence [point] kotobi (at) u-bordeaux2 [point] fr

Université Bordeaux Segalen, 3 ter, place de la victoire – 33076, Bordeaux cedex