Monthly Archives: July 2009

Colloque La ville, objet et phénomène de représentation

COLLOQUE INTERNATIONAL

La ville, objet et phénomène de représentation. Histoires de l’urbanité, théories et approches autour de l’œuvre d’André Corboz

Le programme mis à jour est disponible sur : http://www.colloqueville.uqam.ca

Organisé par :

Lucie K. Morisset, professeure titulaire, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal

Thierry Paquot, professeur des universités, Institut d’urbanisme de Paris, Paris XII-Val-de-Marne

Luc Noppen, professeur titulaire, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal

Conférenciers :

Georges Adamczyk, Pierre Anctil, Marie-Christine Boyer, Joëlle Salomon Cavin, Mary Ann Caws, Yves Chalas, Jean-François Chassay, Jean-François Côté, Michèle Dagenais, Yves Deschamps, Martin Drouin, Catherine Maumi, Guy Mercier, Lucie K. Morisset, Luc Noppen, Thierry Paquot, Alena Prochazka, Denis Saint-Jacques, Paola Viganò, Céline Verguet, Roberto Zancan.

Advertisements

Colloque Passeurs de patrimoine. Ethnographie et histoire des « personnes ressource »

Passeurs de patrimoine. Ethnographie et histoire des «personnes-ressource»

Le colloque international Passeurs de patrimoine. Ethnographie et histoire des « personnes ressource », organisé par le Cerce (Centre d’études et de recherches comparatives en ethnologie, EA 3532, Université Paul-Valéry-Montpellier 3) avec le soutien de la MSH de Montpellier, aura lieu à la Maison des sciences de l’homme de Montpellier le 8 et le 9 octobre 2009.

Programme disponible sur Calenda

Colloque Patrimoines musicaux. Circulation et contacts

29 octobre-1er novembre 2009
Montréal – Canada

Organisé conjointement par le Laboratoire de recherche sur les musiques du monde (LRMM), l’Observatoire international de création et des cultures musicales (OICCM) et la Société canadienne pour les traditions musicales (SCTM).

Les mutations que vivent un grand nombre de sociétés se répercutent à divers niveaux des modalités de création et d’interprétation des traditions et des patrimoines musicaux. Élargissement des champs conceptuels, nouveaux terrains d’enquêtes (milieu touristique, scène musicale), éclatement des frontières, nouveaux espaces médiatiques, renouveau des musiques traditionnelles (Folk Revival), tous ces phénomènes obligent désormais les chercheurs à revoir les méthodes et les outils d’enquête. L’ethnomusicologie, à l’instar des sociétés qu’elle rencontre et étudie, se trouve ainsi à une croisée de chemins. La rapidité avec laquelle tous ces changements s’opèrent a incité à faire un bilan des activités contemporaines de recherche dans le cadre de ce colloque international.

Quatre thèmes sont proposés :

Appel à communication clos

Comité scientifique :

  • Monique Desroches, professeure titulaire, Faculté de musique – Université de Montréal
    Directrice du LRMM
  • Nathalie Fernando, professeure agrégée, Faculté de musique – Université de Montréal
    Chaire d’ethnomusicologie
  • Judith Cohen, professeure auxiliaire, Département de musique – York University
  • Regula Qureshi, professeure émérite, Département de musique – University of Alberta
    Directrice du Canadian Centre for Ethnomusicology

Création artistique et constructions identitaires ou patrimoniales en Afrique et dans ses diasporas

Journées d’étude jeudi 1er et vendredi 2 octobre 2009

CNRS, 27 rue Paul Bert, à Ivry-sur-Seine (métro Porte de Choisy).
Organisées par Eric Jolly, Dominique Juhé-Beaulaton et Estelle Sohier

Présentation

Nous envisageons d’étudier les liens entre création artistique, patrimonialisation et constructions ou revendications identitaires, en Afrique et dans ses diasporas. À titre d’hypothèse ou de piste de recherche, nous avançons notamment l’idée suivante : la construction d’une identité ou d’un patrimoine culturel s’accompagne toujours, en amont ou en aval, d’une production ou d’une manipulation de symboles par le biais de créations offertes au regard et à l’appréciation des autres. La circulation de ces symboles entre l’Afrique et ses diasporas, ou encore entre l’Afrique et l’Occident, contribue, pour des raisons historiques et dans un contexte de mondialisation des échanges et des représentations, à ces constructions ou manipulations identitaires. Ce thème peut très bien s’articuler avec l’étude dans d’autres contextes des influences réciproques entre créations locales, tourisme international, politiques patrimoniales ou muséales et revendications identitaires.

Pour conduire cette réflexion, il est donc nécessaire de prendre en compte les effets de la globalisation en examinant le rapport entre, d’un côté, les processus de création dans leurs dimensions identitaires ou patrimoniales et, de l’autre, les nouvelles formes d’échange interculturelles, la marchandisation croissante de l’art, les politiques nationales et internationales de valorisation ou de protection du patrimoine, les manifestations artistiques panafricaines, l’essor du tourisme, l’apparition de nouveaux modes de communication… Les études de cas mobiliseront ou croiseront des disciplines différentes (histoire, anthropologie, histoire de l’art, sciences politiques…), concerneront des domaines artistiques très divers (littérature écrite ou orale, poésie, musique, danse, peinture, photographie, architecture, etc.) et interrogeront des expériences aussi bien individuelles que collectives. En envisageant différentes échelles (locale, nationale, continentale et internationale), elles s’attacheront à identifier les réseaux ou les chaînes d’acteurs, à reconstituer l’histoire des artistes et des objets ou encore l’évolution de leur statut, et à analyser les contextes de création dans des champs très variés (politique, économique, religieux, culturel…).

Lien vers le site du laboratoire :