Monthly Archives: October 2013

CFP: International Conference «Remembering in a Globalizing World: The Play and Interplay of Tourism, Memory, and Place »

«Remembering in a Globalizing World: The Play and Interplay of Tourism, Memory, and Place »

Le Chambon sur Lignon, France, September 8-10, 2014.

This international conference is organized by Université de Cergy-Pontoise (France), University of Kashmir (India) and Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne with participation of Université Laval, Université du Québec à Trois Rivières and NHTV Breda University of Applied Sciences.

Please, note that the main language of the conference will be : English

We would be most grateful if you would distribute this Call for Papers through your networks and check on the website as more details are posted : http://memorytour.hypotheses.org/

Deadline for submitting proposed papers : January 31, 2014

For those interested in organising panels – themed or geographically focused – please contact us.

As our aim is to open the conference widely, we have possibilities to ask for travel grants for students or scholars.

CFP English

Rafiq Ahmad (University of Kashmir, India)

Anne Hertzog (Cergy-Pontoise University, France)

Rémy Knafou (Paris 1- Panthéon-Sorbonne, France)

 

Advertisements

Workshop: Axe Culture de l’IIAC, 29 octobre 2013, Paris

1ère journée de l’axe Culture de l’IIAC

Présentation des séminaires EHESS relevant en totalité ou en partie de l’axe

29 octobre 2013, 9h30 – 17h00

Amphi de l’EHESS, 105 Bd Raspail

 

9h00 – 9h30   Accueil (salle 4)

9h30 – 10h45                  Cultures en contextes (Amphi)

–        Anthropologie de l’institution de la culture, Franck Beuvier

–        Citoyennetés ordinaires, révolutionnaires, subverties, Lynda Dematteo

–        Représentations sociales hégémoniques : démocratie, économie (science) et religion. U-topies, imaginaires et subjectivités dans les temporalités de la globalisation, Thalia Maglioglou

–        Perception du climat, Martin de la Soudière

–        Enjeux de pouvoir dans les mondes contemporains : gouverner, mobiliser, subjectiver, Véronique Bénéi

10h45 – 11h15  Pause

11h15 – 12h15 Patrimoines et patrimonialisations

–        L’institution du patrimoine en France aujourd’hui. Fondements, fonctionnement et mise en question, Christian Hottin

–        Dynamiques de patrimonialisation des sites et des rituels religieux, Sossie Andézian

–        Mémoires et patrimonialisations des migrations, Marina Chauliac, Evelyne Ribert

–        Anthropologie des médiations du patrimoine, Anne Monjaret, Sylvie Sagnes

13h30-14h      Accueil (salle 4)

14h00 – 15h30 Penser la culture : épistémologie, méthodologies (Amphi)

–        Les ethnologues et le fait colonial, Christine Laurière

–        Traduire De Martino : l’atelier conceptuel de l’anthropologie italienne, Giordana Charuty

–        Ethnocritique de la littérature, Jean-Marie Privat

–        Anthropologie du jeu. Analyse critique de « Jouer » de Roberte Hamayon, Thierry Wendling

–        Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques, Antonio Casilli

–        L’enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société, Jean-Bernard Ouedrago

–        Filmer le champ social, Monique Peyrière et Daniel Friedmann

15h30 –16h00 Pause

16h00 – 16h30 Pratiques culturelles

–        Histoire culturelle de la danse, Marie Glon

–        Observer les processus créateurs, Odile Vincent

–        L’autre de la religion : cosmologies, créations et esthétiques, Michèle Coquet

16h30 – 17h00 Discussion générale

Inscriptions:

Chrystèle Guilloteau (chrystele.guilloteau@ehess.fr)

CFP : Colloque “Public(s), non-public(s) : questions de méthodologie”, 22-23 mai 2014 à Metz

Appel à communications / Call for Papers

4ème colloque international de l’AJC CREM

4th International Conference of the AJC CREM

Association des Jeunes Chercheurs du Centre de Recherche sur les Médiations

Young Researchers Association of the Research Center on Mediations

Public(s), non-public(s) : questions de méthodologie

Public, Audiences, Refractory Public: Methodological Issues

22 et 23 mai 2014 à Metz (France)

May 22-23, 2014 – in Metz (France)

 PublicNonPublic-appel

PublicAudiencesRefractoryPublic-CallforPapers


Date limite d’envoi des propositions : 29 novembre 2013 

Langues de travail : français et anglais

Paper submission deadline: November 29, 2013
Languages: French and English

(Enclosed is the English version of the Call of Papers )

Présentation du projet scientifique

Les membres de l’Association des jeunes chercheurs du CREM, Centre de recherche sur les médiations, organisent un colloque les 22 et 23 mai 2014 dont le but est d’exposer et de discuter des problèmes méthodologiques autour de la notion de public et de ses marges. Cette manifestation scientifique a pour but de rassembler des doctorants et jeunes docteurs issus de différentes disciplines des Sciences humaines et sociales.

La notion de public ne va pas de soi dans toutes les disciplines : abondamment sollicitée par la sociologie de la culture et les sciences de l’information et de la communication, la notion de public est par exemple plus marginale en sciences du langage, en littérature et en art, ou se décline sous d’autres terminologies notionnelles (récepteur, destinataire, co-énonciateur, participants, lecteurs, spectateursauditeursetc.) Cette notion est également en concurrence dans un même champ d’études avec d’autres notions voisines telles que celle des usagers dans l’analyse des médias. Toutefois, malgré ces cloisonnements terminologiques, des questions transversales se posent autour du public (le nom public est pris ici dans son acception générique) : la représentation et le rôle du public de la production à la réception, la participation et la réflexivité du public, la catégorisation des publics, etc. Dans l’intitulé du colloque, l’hypothèse du pluriel incite à explorer les multiples conceptions, catégories et nuances que recouvrent la notion de public et ses déclinaisons disciplinaires. L’opposition « public(s) »/ « non-public(s) » propose d’interroger le public et ses marges.

La notion de public(s) est souvent incontournable dans des travaux portant sur la production ou la réception d’objets et de dispositifs. Le recours à cette notion nécessite un travail sur les représentations de cette notion et la construction de cadres d’analyse pertinents. L’appréhension des publics nécessite des choix méthodologiques définis en fonction de la conceptualisation de la notion de public(s), ou qui sont sous-tendus par une conception du ou des public(s). Parmi ces choix méthodologiques, il y a notamment, selon les sujets d’étude, la terminologie, les outils de mesure, la composition de corpus, les méthodes d’enquête. L’invitation à discuter les notions de public(s) et de non-public(s) en termes deméthodologie dans un colloque interdisciplinaire a pour objectif de permettre aux jeunes chercheurs de soumettre les fondements méthodologiques, leurs analyses, des résultats (même partiels) et les questions qui demeurent, à travers des sujets d’étude où la notion de public, ses marges ou ses déclinaisons disciplinaires sont un enjeu.

À titre exploratoire, voici quelques-unes des questions à traiter :

–        Quelle est la place et la définition du public dans le(s) cadre(s) théorique(s) choisi(s) ?

–        Quelles représentations véhiculent les notions de public(s), de non-public(s) ou de « presque-public » ?

–        Quelle est la pertinence des catégorisations de public(s) rencontrées dans les espaces sociaux ?

–        Quelles catégorisations analytiques sont adoptées par le chercheur ?

–        Quelles méthodes et quels outils convient-il de privilégier pour une enquête sur les différents types de publics, presque-publics, non-publics ?

–        Quelles méthodes d’enquête déployer pour aborder les « publics d’usagers » du numérique ?

–        Comment accéder aux publics non contributifs, aux lurkers des médias numériques, silencieux et qui ne sont pourtant pas passifs ?

–        Quelles sont les marques ou traces des publics dans les œuvres ?

–        Comment aborder l’expression de la réflexivité des publics et le processus interprétatif en production comme en réception ?

–        Comment constituer des corpus pour l’analyse d’un public spécifique ?

–        Quelles méthodes d’observation pour analyser le(s) public(s) d’un dispositif ?

–        Etc.

Toute proposition de communication qui abordera les problèmes méthodologiques liés au public (ou autre espace social de réception, ou non-réception, d’un objet ou d’un dispositif) sera examinée. Les communications seront regroupées selon les axes suivants :

Axe 1 : Le destinataire et l’œuvre ou le contenu médiatique

Axe 2 : Les usagers et le dispositif de médiation

Axe3 : Les publics et les actions culturelles

Axe 4 : Circulation des représentations des œuvres et contenus médiatiques

 

Modalités de soumission

Les propositions de communication seront soumis avant le 29 novembre 2013 sous forme de résumé en français ou en anglais (5 000 signes maximum, espaces compris, Times New Roman, police 12, interligne simple, avec 8 références maximum, 5 mots-clés, un titre, au format .doc) à l’adresse ajccrem@gmail.comEn objet, vous indiquerez « Proposition PNP : VOTRE NOM, votre prénom ». Dans l’e-mail, vous donnerez les informations suivantes : nom, prénom, adresse e-mail, statut universitaire/professionnel, université et laboratoire de rattachement, nom de votre directeur de thèse, titre de la communication. Dans le document joint ne devront apparaître que le titre de la communication, le résumé, les références et cinq mots-clés (vos  nom, prénom et laboratoire ne devront pas y figurer).

Dans le résumé, vous exposerez l’axe traité, la problématique, la théorie et la méthode de référence, les résultats obtenus ou attendus, le plan de l’intervention. Les résumés seront évalués par le comité scientifique en fonction de leur pertinence avec le thème du colloque, de leur intérêt scientifique et de la qualité rédactionnelle.

 

 

Calendrier

Clôture des soumissions : 29 novembre 2013

Notification d’acceptation : 20 décembre 2014

Envoi des contributions pour les actes : 28 février 2014

Evaluation des contributions : 28 mars 2014

Colloque : 22 et 23 mai 2014

Envoi des versions définitives des contributions : 27 juin 2014

 

Comité d’organisation

Rosana CONTRERAS-GAMA

Julien FALGAS

Aurora FRAGONARA

Agnès FELTEN

Nathalie GERBER

Pauline THEVENOT

 

Soutiens institutionnels

CREM, Centre de recherche sur les médiations EA 3476

Comité scientifique

Audrey Alvès (CREM, Université de Lorraine), Patrick Amey (Medi@lab, Université de Genève), Marta Boni (MHSC, Concordia University), Adeline Clerc (CREM, Université de Lorraine), Marion Colas-Blaise (IPSE, Université du Luxembourg ; CREM), Alexandre Coutant (OUN-ELLIAD, Université de Franche-Comté), Béatrice Damian-Gaillard (CRAPE, Université de Rennes 1), Lee Davidson (Museum & Heritage Studies, Victoria University of Wellington), Laurent Di Filippo (CREM, Université de Lorraine ; Skandinavistik, Universität Basel), Pascal Durand (CELIC, Université de Liège), Béatrice Fleury (CREM, Université de Lorraine), Sébastien Genvo (CREM, Université de Lorraine), Bertrand Gervais (Figura, Université du Québec à Montréal), Stéphane Goria (CREM, Université de Lorraine), Séverine Equoy Hutin (LLC-ELLIADD, Université de Franche-Comté) Jean Lagane (CNRS, LAMES (UMR 7305), Aix-Marseille Université), Alain Lavigne (PNCP, Université Laval), Michelle Lecolle (CREM, Université de Lorraine), Philippe Le Guern (CAPHI, Université de Nantes), Delphine Le Nozach (CREM, Université de Lorraine), Marc Lits (ORM, Université catholique de Louvain), Céline Ségur (CREM, Université de Lorraine), Christine Servais (LEMME, Université de Liège), Virginie Spies (Equipe Culture et Communication / Centre Norbert Elias (UMP 8562 – EHESS – UAPV – CNRS)),Jacques Walter (CREM, Université de Lorraine).

CFP:Memory and Recovery: Anthropological Association of Ireland Conference Feb 2014.

Call for Papers for the Anthropological Association of Ireland

Annual Conference to be held in

Sligo Institute of Technology

14 th and 15 th of Feb, 2014.

Please send abstracts of 300 words max to s.carden@qub.ac.uk by Dec 16 th , 2013.

Memory and Recovery: Anthropological Association of Ireland Conference Feb 2014.

Paul Connerton, among others, has analysed the ways in which societies strive to remember and forget. This body of work draws attention to the techniques by which remembering and forgetting are accomplished and distinguishes between different forms and functions of  forgetting. Focusing on the ‘recovery’ of social memories, this conference examines how memory is dis- or re-interred through social processes, how recovered memories are  challenged or legitimised, and how processes of recovery relate to particular historical moments.

The idea of ‘recovered memories’ reflects the ambiguity and creativity of memory processes, suggesting a reclamation or expression of buried truths or lost experiences, yet also the possibility of memory being obscured, repressed, re-covered. The term carries with it anxiety about the reality of past experiences and the legitimacy of contemporary claims about them, not least because of controversy surrounding the idea of ‘recovered memories’ in individual psychology and therapeutic settings; such memories lie between shared grief and triumph. ‘Recovery’ is associated with healing, and the idea that memory can heal, or be healed, is a familiar response to individual or collective trauma.

‘Recovery’ is currently the goal of many governments and international bodies. Within the  Republic of Ireland, attempts at economic recovery are accompanied by the reassessment  of collective beliefs about the nation’s past, the Celtic Tiger era and the crisis. Ireland is undertaking it’s economic recovery in an era of commemorations and anniversaries, from the Dublin Lockout to the Easter Rising. Equally in Northern Ireland the signing of the Ulster Covenant and the Second World War loom large in contested centenary memories that feed into broader European and global processes of remembering. Such events provide space for the recovery of memory, sometimes at the expense of suppressing others, and often with the potential for personal and collective healing, for contested political claims and ontological challenges, which recovered memories can provide.

We invite contributions on themes related but not restricted to: ● How do public commemorations and anniversaries engineer the recovery of social memory? To what extent is this process intentional, consensual, negotiated, or imposed? ● As archaeology unearths elements of the ancient past, how are its discoveries being harnessed to present day concerns and future economic recovery? ● What would recovery from the recent crisis of capitalism look like? Does ‘recovery’ mean: a resumption of ‘business as usual’; a re-concealment of problems that have been revealed; a regaining of lost wealth; the healing of a diseased system? How can remembering be an ‘antidote’ to current economic ills? ●When ‘recovery’ is accepted as a collective national goal, what is it we believe we have lost?  ● How does nostalgia shape the kind of memories which are recovered? ● How does ‘recovery’ – as it features in the language of addiction – relate to other, more collective, forms of recovery? ● What events will not be remembered in this period of centenary celebration? What memories are going to be covered over once again? ● What types of memory are involved in commemoration processes: heritage, national, biographical, embodied, neurological modes of memory? What stages of memory are  involved, and what places of memory will become important in the coming decade and why?  ● What is the role of place in conjuring, stabilising and preserving memory? What places will become important for remembering in the coming decade and why?  Where are these places that define particular relationships to the past and what tools can we use to chart the moral geography of such ‘lieux de memoires’, e.g. the tomb of the unknown soldier (a clear example of recovering what is ‘unrememberable’)? What other sites are important in collective remembering, e.g. archives?

Please submit a 300 word abstract with your name, email address and affiliation to s.carden@qub.ac.uk by Dec 16 th .

CFP:Appel d’offres du ministère de la Culture et de la Communication pour une étude sur “Entreprises et entrepreneurs culturels : pérennité et transmission”

Le Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication (DEPS <http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Etudes-et-statistiques> ) vient de publier une consultation pour une étude sur “Entreprises  et entrepreneurs culturels : pérennité et transmission”.

Le lien suivant permet d’y accéder :
https://www.marches-publics.gouv.fr/index.php5?page=entreprise.EntrepriseDetailsConsultation&refConsultation=136455&orgAcronyme=f5j

La date limite de réception des offres est fixée au mercredi 16 octobre 2013, 17h.

Appels à projets: Labex Les passés dans le présent

Le labex Les passés dans le présent lance un appel à projet de recherche ainsi qu’un appel à projet de préfiguration. La date limite de dépôt des dossiers est le vendredi 22 novembre à 14h.

CFP: European Journal of Turkish Studies, numéro spécial “La fabrique du patrimoine en Turquie”

European Journal of Turkish Studies

 Appel à contributions

 Numéro spécial : La fabrique du patrimoine en Turquie. Acteurs, enjeux, échelles

Appel_a_contribution_Patrimoine_EJTS

L’European Journal of Turkish Studies consacre un numéro spécial à la fabrique du patrimoine en Turquie. Plus spécifiquement,  ce numéro entend explorer la thématique du patrimoine en Turquie en se centrant sur les rapports entre patrimoine et construction nationale. Il s’agira d’appréhender cette question, en tenant compte, d’une part, du patrimoine comme processus et comme construction sociale, d’autre part, des conceptions patrimoniales des différents acteurs, professionnels et profanes.

Ce numéro sur la Turquie, avec une perspective comparative, attend des articles sur les thèmes suivants :

– les politiques nationales et locales de fabrication du patrimoine

– les institutions, normes et instruments au regard des échelles d’intervention

– les acteurs du patrimoine : les partenariats publics-privés ; les acteurs institutionnels et profanes du patrimoine ; les passeurs de patrimoine

– l’héritage ottoman, sa fabrication et mise en scène en Turquie et dans les anciennes provinces de l’Empire ottoman

– les « patrimoines alternatifs », les revendications identitaires et les mémoires plurielles, la question des minorités et de la diversité culturelle dans les productions patrimoniales.

Appel à contributions détaillé en pièce jointe.

Dates importantes

Date limite de soumission des résumés (maximum une page): 1er Novembre 2013

Date limite de soumission des articles: 1er Février 2014

Date de publication du numéro spécial: Automne 2014 

Contacts

Pour toute information concernant le numéro spécial, et pour soumettre résumés et articles, écrire à Muriel Girard :

muriel.girard@marseille.archi.fr

girard_muriel@hotmail.com

 

Site internet et contact du journal :

http://ejts.revues.org/ ; ejts@revues.org

Information pour les auteurs : http://ejts.revues.org/48

CFP:Constructions of the Exotic in Europe and North America / Appel à contribution : Fabrique l’exotique

CALL FOR PAPERS: Constructions of the Exotic in Europe and North America,
18th-21st Centuries

Material Culture Review solicits articles for a special issue on the theme of constructing the exotic. We are looking for articles that examine the question of how a person, an object or a work of art comes to be seen as exotic. How is “foreignness” constructed? How is one culture appropriated and domesticated by another?

The goal here is not to show the constructed nature of the concept of the exotic. Rather, papers should emphasize the processes by which something is made exotic, including the stories that surround an object, the ways in which an object is exhibited, and how the representation of an object affects whether or not it is perceived as foreign. We invite papers that examine exoticization and domestication in relation to territory and place, agency and identity – papers that examine not only what is exoticized but also who does the exoticizing and how they do it. We are particularly interested in analyses of the exotic in Europe and North America that are grounded in social and political contexts.

Proposed Research Topics

1. Representation
The first topic has to do with representations that blur the border between  ocumentation and fiction, realism and exoticism. How do certain items construct certain identities? For example, how do Indian clothing, Chinese dishes and tobacco accessories contribute to the identity of those who wear or use them? How are these objects used in the art world, in the theatre, or in people’s homes? How do 18th-century engravings used to illustrate stories of voyages, as well as more “scientific” representations (photographs, museums, etc.) produced at the beginning of the 19th century, construct the exotic? Papers on this topic will look at what actually makes something appear exotic, what increases or decreases the “foreign” quality in the eyes of the maker and consumer.

2. Display
The second topic pays attention to the material culture, words and gestures surrounding objects – to displays that make them look exotic or – on the contrary – domestic. Here, it is important to examine how the objects are displayed in their place of purchase, in people’s homes and in museums. How are they exhibited? What physical context (furniture, frames, light) is used to present them? What words are used to describe them? Do these things qualify the objects as exotic or, rather, do they underemphasize their “foreign” quality?

3. Materiality
Once the things are acquired, how are they repaired, reformed or recomposed? What kind of material transformations do these imported, re-territorialized objects undergo? It may be through a process of hybridization with other artifacts, or through a process of integration: a fragment inserted into a piece of furniture can alter the entire object. Exoticism is reinforced, for example, in the bronze or silver rings on an Asian vase. We encourage papers that study the processes of fragmentation or expansion, and the use of specific materials (precious and tropical wood, stone, metal, etc.) in the creation of “exotic” objects.

Articles should be 20-30 double-spaced pages, including endnotes. In
addition, we encourage the submission of:

*       research reports (10-20 pages, including endnotes);
*       exhibition reviews (10-15 pages, including endnotes);
*       research notes (5-10 pages);
*       book reviews (notes and comments less than 5 pages)

on this theme.

Please submit manuscripts by December 15, 2013 to Noémie Etienne at ne477@nyu.edu.

APPEL À CONTRIBUTION : Fabriquer l’exotique (Europe – Amérique du Nord, 18e-21e siècles)

La Revue de la culture matérielle sollicite des articles pour un numéro spécial sur la construction de l’exotisme. Comment rendre exotique une personne, un objet, un produit, une œuvre d’art ? Comment construire l’étrangeté – ou à l’inverse s’approprier ou domestiquer une chose venue d’ ailleurs ?

Poser la question de ce qui est exotique ou non – même pour démontrer le caractère construit de cette catégorie, sachant que l’exotisme est toujours relatif à une norme implicite – n’est pas la voie privilégiée ici. Nous mettrons en revanche l’accent sur les processus destinés à « faire exotique » : sur les modes de représentation et d’exposition qui créent un effet de distance ou de proximité ; sur les récits qui entourent une personne ou un objet ; sur les constructions qui donnent à voir et permettent de montrer. En outre, nous proposons de penser  l’ « exoticisation » et la « domestification » par rapport à un territoire : non pas seulement celui qui est exotisé, mais, plus aussi celui qui exotise. Dans cette perspective, nous nous intéresserons particulièrement à la (dé)construction de l’exotique
en Europe et en Amérique du Nord, en portant notre regard sur des représentations et des pratiques restituées dans leurs contextes sociaux et politiques.

Axes de recherche proposés

1.      Représentations
Ce premier axe porte sur les représentations qui effrangent la frontière entre documentation et fiction, réalisme et exotisme. L’emploi de certains accessoires construit des identités. Comment les robes indiennes, la vaisselle chinoise ou la culture matérielle liée au tabac travaillent-elles l’identité de ceux qui les exhibent ? Comment celles-ci sont-elles mobilisées et utilisées : dans les mondes de l’art, au théâtre ou encore dans les intérieurs ? Quel est leur pouvoir d’agence ? Enfin, les gravures réalisées dès le 18e siècle pour illustrer les récits de voyage ainsi que les représentations dites scientifiques (photographie, vitrines de musée), produites notamment en anthropologie et en ethnographie à partir du 19e siècle, retiendront notre attention. Il s’agira ici d’étudier ce qui « fait exotique », accroît ou diminue l’étrangeté aux yeux des acteurs impliqués.

2.      Dispositifs
Le deuxième axe met l’accent sur les dispositifs, les mots et les gestes qui entourent certaines choses pour les rendre « exotiques » ou au contraire les domestiquer, que ce soit dans la boutique du marchand, les intérieurs des particuliers ou encore au musée. L’étude des manières de montrer est donc encouragée. Comment ces objets sont-ils présentés? Quels sont les moyens matériels (meubles, cadres, lumière) ou les motifs privilégiés pour les donner à voir et les inventer, mais aussi le vocabulaire utilisé pour les décrire ? Ceux-ci qualifient-ils ces choses comme « exotiques » ou, au contraire, diminuent-ils leur « sauvagerie » ? Enfin, les différents modes d’existence d’une même chose suivant les contextes (est-ce un objet ou un sujet ? est-ce vivant ou mort ?) retiendront notre attention.
3.     Matérialité
Finalement, comment certains objets sont-ils réparés ou refaçonnés ? Réunis ou recomposés ? D’une part, on étudiera les transformations matérielles encourues par les artefacts importés et reterritorialisés. D’autre part, on pourra s’intéresser à la manière dont certains produits occidentaux sont rendus exotiques – parfois par un processus d’hybridation avec d’autres artefacts. L’exoticisation peut fonctionner par induction : un fragment inséré dans une pièce de mobilier peut transformer l’objet. À l’inverse, l’exotisme est souligné mais aussi maîtrisé, par exemple, lorsque des montures de bronze ou d’argent entourent un vase provenant d’Asie. On étudiera ainsi les processus de fragmentation, d’agrandissement, d’enchâssement ou encore l’utilisation de matériaux spécifiques (bois précieux, tropicaux, pierre, métaux, etc.) dans la création d’un corpus « exotique ».

La date limite pour la soumission des articles est le 15 décembre 2013.
Sont attendus des articles de 20 à 30 pages à double interligne, y compris les notes de fin. Sont aussi attendus :

* des rapports de recherche (de 10 à 20 pages, y compris les notes de fin)
* comptes rendus d’expositions (de 10 à 15 pages, y compris les notes de
fin)
* notes de recherche (de 5 à 10 pages)
* comptes rendus d’ouvrages (notes et commentaires ne doivent pas dépasser 5 pages)

Les texte sont à envoyer avant le 15 décembre 2013 à Noémie Etienne à : ne477@nyu.edu

Laura Bast
Material Culture Review
Revue de la culture matérielle
Cape Breton University
PO Box 5300, 1250 Grand Lake Road
Sydney, Nova Scotia, B1P 6L2
Telephone 902.563.1990
Fax 902.563.1910
<mailto:mcr_rcm@cbu.ca> mcr_rcm@cbu.ca
<http://culture.cbu.ca/mcr/http://culture.cbu.ca/mcr/