CFP – Creating Heritage for Tourism – Routledge Edited Book

Call for Proposals: Creating Heritage for Tourism (Routledge)

Editors: Dr Catherine Palmer (University of Brighton, UK) and Dr Jacqueline Tivers (St Mary’s University, UK).

We are inviting abstracts for chapters of around 6000 words to be included in an edited book published by Routledge and linked to the Geographies of Leisure and Tourism Research Group. The book seeks to build upon themes that emerged out of the New Directions in Heritage Tourism panel at the RGS-IBG Annual Conference 2016. Chapter contributions are not limited to papers presented at the conference.

Abstracts of 250 words in the form of a word-processed email attachment should be sent to the editors by FRIDAY 16th DECEMBER 2016. Please include contact details with the abstract – please email c.a.palmer@brighton.ac.uk and Jacqueline.tivers@stmarys.ac.uk

What does ‘heritage’ mean in the 21st century?  Traditional ideas of heritage involve places where objects, landscapes, people and ideas are venerated and reproduced over time as an inheritance for future generations. However, such uses of the past may not fit the wide range of phenomena now claimed as ‘heritage’ for tourism purposes. Primarily for economic, but also in some cases for socio-cultural reasons, sectors such as culinary tourism, ecotourism, cultural tourism and religious tourism together with ‘destinations’ such as post conflict sites and sea ports ‘adopted’ by cruise companies have employed the heritage label to attract tourists. Thus, the commodification of history has been extended to include the proactive production and reproduction of heritage products and experiences (Macleod, 2010; Tzanelli, 2013) bearing little relationship to either a real or an imagined past.

Indeed, the drive to label an ever expanding range of phenomena and experiences as heritage for tourism purposes never seems to wane, largely because the past as heritage ‘works’. It resonates with people, with individuals and communities.  As such, we need to better understand how heritage is created in the present, how it is ‘used’, interpreted and experienced within different geographic and cultural contexts. This book seeks to interrogate the production and reproduction of heritage products and experiences through contributions that expand current scholarship in terms of the relationship between heritage and tourism. We particularly welcome contributions that offer non-western uses of the past as heritage.

Topics may include, but are not restricted to the following:

·      The meaning of ‘heritage’ to tourists

·      Heritage creation

·      Indigenous understandings of ‘heritage’

·      Post conflict ‘heritage’ as tourist attraction

·      The production of heritage and tourism through films/TV

·      The heritage label:  e.g. nature-based tourism, cruise tourism, sacred/religious tourism, food and drink as ‘heritage’

·      Heritage as embodied performance

·      The concept of ‘living’ heritage

Macleod, D.V.L. (2010) ‘Power, Culture and the Production of Heritage’ in D.V.L. Macleod and J.G. Carrier (ed) Tourism, Power and Culture: Anthropological Insights. Channel View: Bristol, pp. 64-89.
Tzanelli, R. (2013) Heritage in the Digital Era: Cinematic Tourism and the Activist

Seminar: séminaire Muséologie – IRI // L’écosystème muséal : espaces transitionnels des savoirs.

Reprise du séminaire de Muséologie le mardi 29 novembre, à 18h au Centre Pompidou, en salle Triangle.

Cette année la thématique suivante sera explorée : L’écosystème muséal : espaces transitionnels des savoirs.

Vous trouverez le site de l’IRI un résumé descriptif de chacune des séances. Les intervenants des prochaines séances seront bientôt annoncés sur la page du séminaire de muséologie mentionnée ci-avant.

Ce séminaire est co-organisé par l’Institut de Recherche et d’Innovation et le Ministère de la Culture et de la Communication.

Seminar: “Cabinet de curiosités du XXIème siècle” / Premier atelier : 7 décembre 2016

Organisation d’un séminaire de recherche, sous forme d’ateliers d’une demi-journée,  sur le thème du « Cabinet de curiosités du XXIème siècle ».

Cet atelier  est organisé par le Musée des arts et métiers (Cnam) et l’HICSA (Université Paris 1- Panthéon-Sorbonne) dans le cadre du Labex CAP.

Le propos :

Partant du constat d’un intérêt de plus en plus partagé aujourd’hui pour le « cabinet de curiosités » au sein des institutions muséales, ce séminaire voudrait explorer l’hypothèse de la commande d’un « cabinet » au sein d’un musée contemporain, par exemple le Musée des arts et métiers.

Fondé sur le dialogue entre chercheurs (anthropologues, historiens, sociologues, philosophes), artistes et  professionnels (conservateurs, restaurateurs, documentalistes, archivistes, régisseurs), ce séminaire sera ainsi l’occasion d’esquisser les contours d’une nouvelle approche de l’institution muséale, caractérisée par une attention portée aux pratiques de “l’attention”, à l’imaginaire des objets, et de leurs modes d’exposition.

Au fil des séances, par des études de cas et dans une démarche comparative, il s’agira d’apporter un éclairage particulier sur les enjeux actuels des cabinets de curiosités.

Les ateliers auront lieu :

Le mercredi de 14h00 à 18h00, en alternance au Musée des arts et métiers, Cnam  (salle de conférences) et à Paris1-Panthéon-Sorbonne (site Vivienne, salle G. Perrot).

Chaque séance sera structurée entre des présentations d’intervenants et de discutants, dans une perspective interdisciplinaire.

Comité d’organisation :

Yves Winkin est professeur au Cnam, directeur du Musée des arts et métiers, directeur de la Culture scientifique et technique ; Dominique Poulot est professeur à l’Université Paris1.

En collaboration avec Catherine Cuenca, Conservatrice générale du Patrimoine, Musée des arts et métiers, et Maddalena Napolitani, doctorante  à l’Ecole normale supérieure.

  • Premier atelier,  mercredi 7 décembre 2016, salle de conférences du Musée des arts et métiers, Cnam (entrée par le 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris)

premier-atelier_7_12_16

Conference: “Art et Liberté (1938-1948) et modernité en Egypte – Au-delà du discours post-colonial” / 25 novembre / Centre Pompidou

COLLOQUE ART ET LIBERTÉ
« Art et Liberté (1938-1948) et modernité en Égypte – Au-delà du discours postcolonial »
25 novembre – 11H à 19H
Petite salle au Centre Pompidou
Entrée libre

Un nouvel éclairage sur le paradigme moderne en Egypte.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

“Cette journée d’étude se propose d’éclairer le rôle du groupe « Art et Liberté » dans l’évolution du modernisme en Égypte comme dans la construction du surréalisme.
L’évènement, organisé par Catherine David directrice du service Recherche et Mondialisation, Mercedes Volait directrice du laboratoire InVisu de Institut national d’histoire de l’art (INHA) et par les commissaires de l’exposition Sam Bardaouil et Till Fellrath, sera l’occasion d’étendre la réflexion autour du groupe « Art et Liberté » à une reconsidération du modernisme aujourd’hui en vue d’œuvrer à une écriture plus inclusive de l’histoire de l’art.

En écho à l’exposition « Art et Liberté : Rupture, Guerre et Surréalisme en Egypte (1938-1948) » au Centre Pompidou du 19 octobre 2016 au 16 janvier 2017.”

http://labexcap.fr/evenement/art-et-liberte-1938-1948-et-modernite-en-egypte-au-dela-du-discours-post-colonial/
programme-colloque-art-et-liberte

Clélia Simon-Henry
Chargée de gestion LabEx CAP
heSam Université / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Publication: Le Patrimoine oral

Notre ouvrage « Le Patrimoine oral: ancrage, transmission et édition dans l’espace galloroman » vient de sortir aux éditions Peter Lang (Berne).
Ce volume rassemble des contributions scientifiques abordant le «patrimoine immatériel» de diverses manières. Tout d’abord, celui véhiculé par les langues vernaculaires d’origine latine encore parfois parlées en France, en Belgique wallonne, en Suisse romande et en Italie du nord. Contes de transmission orale (articles de Nicole Belmont, Aurélie Reusser-Elzingre, Fabio Armand, Jacques Berlioz, Lydia Gaborit), légendes historiques et chansons (Isabelle Raboud-Schüle et Serge Rossier, Claudine Fréchet, Edith Montelle), noms de lieux (Matteo Rivoira), expressions (Françoise Lempereur), surnoms locaux (Alexis Bétemps), vocabulaire de métier (Jean Delmas), tous sont porteurs de croyances et de valeurs dites «traditionnelles». Cette matière est abordée de divers points de vue : celui de l’anthropologue, qui analyse les relations entre les acteurs et l’inévitable (re)fabrication culturelle. Celui du collecteur, qui recherche souvent à figer dans l’écriture une forme orale mouvante. Celui du philologue, désirant mettre en valeur un «patrimoine historique» souvent inaccessible sans son rôle de transmetteur au grand public. Enfin, celui du conteur, toujours à la recherche de nouveaux récits, qui transmet à travers sa langue des motifs au gré de sa propre biographie, du public et du contexte. Toutes ces contributions sont encadrées par les réflexions de dialectologues (Andres Kristol, Federica Diémoz, Aurélie Reusser-Elzingre) et d’anthropologues (Ellen Hertz, Suzanne Chappaz-Wirthner) sur ce vaste sujet qu’est le «patrimoine culturel immatériel»
Avec nos plus cordiales salutations,
Aurélie Reusser-Elzingre et Federica Diémoz

Prix UQAM-Respatrimoni 2016

UQAM-Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain
Respatrimoni-Réseau des chercheurs sur les patrimonialisations

 Prix UQÀM-Respatrimoni 2016

La Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l’Université du Québec à Montréal et le Réseau des chercheurs sur les patrimonialisations (Respatrimoni), en collaboration avec la collection “Art et Société” des Presses universitaires de Rennes, ont le plaisir d’annoncer que Fabien Van Geert est le lauréat du prix UQÀM-Respatrimoni en études patrimoniales 2016.
Ce prix permet la publication de sa thèse « Du musée colonial au musée des diversités. Intégrations et effets du multiculturalisme sur les musées ethnologiques », soutenue en 2014 à l’Université de Barcelone, aux Presses Universitaire de Rennes, dans la collection Art et Société.

Argument
La thèse de Fabien Van Geert s’inscrit dans le champ de la muséologie contemporaine et se propose d’étudier les usages de la notion de multiculturalisme dans l’histoire des musées ethnographiques européens, à travers une approche historique de la « multiculturalisation » et trois études de cas européens (Musée des Tropiques d’Amsterdam, Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren et Musée des cultures du monde de Göteborg). Ce travail se distingue par son ampleur intellectuelle qui conjugue histoire culturelle et analyse politique, par son actualité au regard des expressions des différences culturelles postcoloniales dans l’espace public, et par sa dimension comparative européenne. Par ailleurs, le parcours de Fabien Van Geert, qui s’est formé entre la Belgique et l’Espagne, est un bel exemple de formation internationale dans le champ des études patrimoniales.

Le Prix UQAM-Respatrimoni
Le Prix UQAM-Respatrimoni en études patrimoniales, attribué tous les deux ans, a été créé par la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l’Université du Québec à Montréal et le Réseau des chercheurs sur les patrimonialisations (Respatrimoni), en collaboration avec la collection “Art et Société” des Presses universitaires de Rennes, afin de publier une recherche doctorale novatrice dans le champ des études patrimoniales. Sélectionné par un jury pluridisciplinaire de sciences humaines et sociales, le lauréat se distingue par l’excellence de son travail, son parcours post-doctoral et sa contribution au débat sur les usages sociaux du patrimoine.

Contact et informations :
Anaïs Leblon, Respatrimoni-Réseau des chercheurs sur les patrimonialisations anais.leblonatgmail.com

Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l’École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal

Respatrimoni – Réseaudes chercheurs sur les patrimonialisations 

Presses Universitaires de Rennes

Workshop: tables rondes Journée “Ethnologie de la France”

La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH Paris) et le ministère de la Culture vous invitent à fêter les collections “Ethnologie de la France” et “Cahiers d’ethnologie de la France”.

Cet événement se déroulera le mardi 29 novembre 2016 de 11h à 20h30 au siège de la FMSH (190 av. de France – 75013 Paris). Il vise à mieux faire connaître nos publications aux chercheurs et aux étudiants, ainsi qu’à permettre aux auteurs de la collection de se rencontrer et de discuter autour des thématiques développées au fil des volumes depuis la création des collections par Christine Langlois.

Trois tables rondes sont organisées sur les thèmes “Vivre ensemble”, “Métiers” et “Patrimoine”. Ces rencontres auront lieu dans l’amphithéâtre de la FMSH de 15h à 18h30 (voir programme détaillé ci-joint), tandis que dans le hall de la Fondation seront présentés et vendus la totalité des volumes, un film documentaire et une animation vidéo.

En espérant vous voir ce mardi 29 novembre

 

 

Conference: “Savoirs ethnologiques et collections africaines (1850 – 1950)”, 8 et 9 décembre 2016, salle de cinéma, musée du quai Branly – Jacques Chirac

Programme : programme_8-9-12-2016

CFP: Journées d’étude sur l’histoire des chemin de fer en Bretagne

Le musée de Bretagne en association avec Rails et histoire, accueillera les 23 et 24 mars 2017 deux journées d’étude consacrées à l’histoire des chemins de fer en Bretagne, en lien avec l’exposition Bretagne express, qui  a ouvert ses portes le 20 octobre dernier, ces journées d’étude seront ouvertes au grand public, si vous souhaitez participer  à ces journées en tant qu’intervenant, nous recevrons dès à présent vos projets de communication qui seront étudiés avec soin et sélectionnés dans le courant du mois de décembre. La date limite initialement prévue pour le dépôt des projets était le 18 novembre , elle peut être repoussée jusqu’au 28 novembre 2016.

bretagneexpress-prog

journees-detude-chemin-de-fer-copie

Workshop: “Temps, Histoire, Montage. Art contemporain et temps de l’histoire” / 28 novembre 2016 / INHA

Pour célébrer la parution du volume LE TEMPS SUSPENDU aux Presses Universitaires de Lyon, l’unité de recherche ACTH (Art contemporain et temps de l’histoire) souhaite organiser un après-midi de travail en public « à notre manière » ouvrant sur les développements de la recherche à venir. Elle souhaite partager l’expérience d’un objet commun (les deux films de Pietro Marcello) pour travailler avec l’auteur et le philosophe Pietro Montani, à la fabrique de liens entre ces films et une constellation d’objets auxquels travaille l’unité de recherche depuis 2009. Elle travaille à partir de films, de tableaux, de sculptures et d’autres formes artistiques ayant affaire à une élaboration du temps par l’image qui est en mesure de se confronter, avec se propres formes et ses propres arguments, aux travaux des historiens et des philosophes.

Les deux films de Pietro Marcello ont une structure temporelle complexe, stratifiée, tissée de moments documentaires soumis à un intense travail d’élaboration inter médiale. Ce travail de l’image et de l’imagination est au cœur des dernières recherches de Pietro Montani qui a, par ailleurs apporté sa contribution aux travaux de l’unité de recherche ACTH depuis ses origines.

ACTH

Art contemporain et temps de l’histoire est un projet de recherche animé par des artistes diplômés de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, des doctorants du Centre d’histoire et de théorie des arts (CEHTA-CRAL) de l’EHESS de Paris et des artistes et des chercheurs associés, sous la direction de l’artiste Bernhard Rüdiger (ENSBA Lyon) et de l’historien de l’art Giovanni Careri (CEHTA- EHESS Paris).

L’unité de recherche s’est constitué en 2004 autour de problématiques sur la construction du réel dans l’art contemporain. Depuis 2009, son noyau de recherche porte sur le rapport entre art contemporain et mise en forme de régimes d’historicité. Ce thème a été approfondi par des workshops, conférences et colloques organisés avec plusieurs partenaires parmi lesquels : “L’histoire mise en forme par le travail de l’art” (ENSBA Lyon 2009), “La question du trauma dans l’interprétation du passé” (avec l’atelier “Les usages publiques du passé”) – EHESS Paris 2012 et «Le temps suspendu. Art contemporain et temps hors de l’histoire» – INHA Paris 2014.

L’ensemble des projets et publications de l’unité de recherche ACTH est consultable sur : www.ensba-lyon.fr/recherche/acth

plaqutte-acth-inha-28nov16