Workshop: Exil. Mettre en images, mettre en scène / Séminaire EHESS IIAC/NLE (3) – 20 décembre 2017

La troisième séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  aura  lieu le mercredi 20 décembre de 17 à 20h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 2 (Métro Notre Dame des Champs, Raspail ou Sèvres Babylone). Entrée libre

Exil : Mettre en images, Mettre en scène

Modération : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky 

Une parution et un projet théâtral seront présentés lors de cette séance :

Présentation et discussion autour de Pour une photographie documentaire critique (Créaphis, parution octobre 2017), de Philippe Bazin

avec Phillipe BAZIN

discutante :  Claire ANGELINI   (réalisatrice, artiste)

&

Présentation de la création théâtrale Leros – un Exil Insulaire chez les Damnés, de Milena Kartowski-Aïach – De l’enquête ethnographique menée auprès des réfugiés yezidis sur l’île de Leros à la création théâtrale, L’impossible témoignage.

Avec Milena KARTOWSKI-AIACH

Des extraits de l’oratorio de la pièce seront lus par les comédiennes Juliette Kempf, Charlène Lecoq et Yaël Tama.

– discutant : Samir Reyad MAMDOH (metteur en scène et écrivain)

 

Présentation des intervenant.e.s : 

ANGELINI Claire.  Formée à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, à la Sorbonne et à la Hochschule für Film und Fernsehen de Munich, Claire Angelini utilise aussi bien la photographie, le cinéma, l’installation, que le dessin et l’écriture, pour interroger les rapports entre l’art, la politique et l’histoire sous les espèces de la trace, la ruine, la réminiscence et la survivance des images. Son travail, qui se situe à la conjonction d’un récit historique et des lieux contemporains, a été présenté dans les lieux aussi divers que l’ISELP à Bruxelles, Topographie de l’art à Paris, la Cinemateca brasileira de São Paulo ou encore la Fundaçao Casa de Rui Barbosa à Rio de Janeiro au Brésil. Son film La Guerre est proche (War is looming) a été primé aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois en 2011 et le long-métrage Ce gigantesque retournement de la terre (This gigantic furrowing of the ground), a été sélectionné à la Berlinale 2015. Claire Angelini vit entre Paris et Munich.

BAZIN Philippe a étudié la photographie à l’ENSP Arles entre 1986 et 1989 et développe depuis le début des années 80 un travail prenant en compte les relations que nous entretenons avec les différents phénomènes institutionnels qui encadrent et organisent souvent notre existence. Après faces (1990), Adolescents (1995), Les Bourgeois de Calais (1995) et Nés (1999), il publie un ouvrage définitif sur son travail sur les visages, La Radicalisation du Monde (2009). Son travail artistique se développe depuis le début des années 2000 sur les relations entre esthétique et politique. Ouvrages récents : John Brown’s Body (2016), Reconstruction (2014), Le Milieu de nulle part (2012). Pour une photographie documentaire critique (paru en octobre 2017) . Vient de paraître, un ouvrage sur le monde agricole, Les Coupes(décembre 2017). HDR en arts plastiques, il dirige à l’ENSA Dijon où il enseigne la photographie le programme de recherche Travail, migrations et ruralité. Membre  des conseils scientifiques des revues Focales et Études balkaniquesIl est également membre du programme Non-lieux de l’exil.

KARTOWSKI-AIACH Milena est titulaire d’une licence en philosophie et d’un master de recherche en socio-anthropologie des religions ainsi que d’un diplôme de l’école des arts politiques de l’Institut de Sciences Politiques de Paris. Elle poursuit un doctorat en anthropologie à l’université d’Aix-Marseille/Idemec. Sa thèse porte sur : « Un chant d’exil en terre promise ? La création artistique engagée chez les jeunes artistes Mizrahim en Israël : construction identitaire, rébellion et désir de retour. » Elle est également chanteuse, auteure, metteure en scène et développe depuis plusieurs années un théâtre anthropologique laboratoire de recherche et création, en lien avec ses terrains de recherche.

MAMDOH Samir R. , né à Mossoul en Irak, est un metteur en scène et écrivain. Après cinq années d’Études Théâtrales à l’Institut de Mossoul, suivies de quatre années à l’Académie de Mossoul, il est devenu l’assistant de plusieurs professeurs de théâtre de cette université. Pendant ce cursus de onze années, il a mis en scène huit pièces de théâtre. Il est arrivé à Paris en octobre 2013. Au cours de la première année, il s’est consacré à l’apprentissage de la langue française. Ensuite il s’est inscrit en master 1 à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Il a participé à différents stages et ateliers à l’ARTA (Association de Recherche des Traditions de l’Acteur) et au Théâtre du Soleil, où il a travaillé avec des grands maîtres du théâtre contemporain comme Ariane Mnouchkine, Eugenio Barba, Anatoli Vassiliev, Ippei et Shime Shigeyama, etc. Il a fondé la compagnie Fan Al Hayat (l’Art de la Vie) à Paris en 2015. Il a travaillé sur une adaptation de la pièce Les Bonnes de Jean Genet, qu’il a baptisée Nuit maîtresse, et présentée en juin 2016 à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Après avoir obtenu son Master 2 en Études Théâtrales en 2016, il poursuit aujourd’hui un doctorat autour du thème de l’art théâtral et de ses effets thérapeutiques. Pour maintenir un équilibre entre la théorie et la pratique, il poursuit ses recherches à travers de nombreuses lectures tout en travaillant à la réalisation d’un projet artistique, mettant en scène des comédiens européens aux côtés de personnes réfugiées récemment arrivées en France.

SAGLIO YATZIMIRSKY Marie-Caroline est Professeur des Universités en anthropologie de l’Asie du Sud à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), chercheur au Centre d’Etudes en Sciences Sociales des Mondes Africains, Américains et Asiatiques, CESSMA (UMR 245, IRD-Paris Diderot-Inalco), et psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile depuis 2010 (Consultation de psycho traumatologie, hôpital Avicenne 93). Elle a coordonné le projet ANR SETUP (2007-2010),  et le programme  Réfugiés, Villes, Santé Mentale  (CESSMA, U. Paris 13, U. de Sao Paulo 2014-2015).  Elle participe activement aux actions scientifiques autour des migrants  et coordonne aujourd’hui le programme ANR LIMINAL (Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations). Ses récents travaux portent sur les questions de la culture, du traumatisme et de situation des demandeurs d’asile. Son prochain ouvrage, La voix de ceux qui crient paraîtra en mars 2018 chez Albin Michel.

Carnet de recherche : http://nle.hypotheses.org/  et facebook associé : https://www.facebook.com/NonLieuxDelExil/

Projet  Displaced Objects

Advertisements

Publication: In Situ. Revue des patrimoines, 33: Patrimoine culturel immatériel et institutions patrimoniales

In Situ. Revue des patrimoines, 33
http://journals.openedition.org/insitu/15435 

Patrimoine culturel immatériel et institutions patrimoniales

Séverine Cachat et Christian Hottin

Workshop: “La moralisation de la culture : enjeux, dynamiques et effets”, Montpellier, 13-14 décembre 2017

Journées d’étude : “La moralisation de la culture : enjeux, dynamiques et effets”

organisées à l’université Paul-Valéry Montpellier III (site Saint-Charles 2, salle des Caryatides), les 13 et 14 décembre 2017, dans le cadre du programme commun “Moralisation de la culture” du IIAC-Lahic, du LERSEM-CERCE et de l’université de Montpellier III.

De nos jours, de multiples phénomènes signalent l’existence d’un traitement grandissant de la culture et des groupes et biens qui la représentent sous un angle moral. Bien qu’elle ne soit pas nouvelle, cette moralisation de la culture est cependant particulièrement perceptible depuis la fin de la seconde guerre mondiale et est allée se renforçant à la suite des décolonisations, des demandes de reconnaissance des droits de diverses minorités, de la promotion du modèle du multiculturalisme, etc.
Si elle demeure étroitement liée à l’existence de rapports de domination et d’injustices touchant des individus et des collectifs, cette moralisation n’est pas, dans les faits, structurée autour de la simple opposition entre le bien et le mal, le vice et la vertu, donnant lieu à une célébration de la valeur de la ou des culture(s). Cette valeur est aussi corrélée aux mécanismes du capitalisme, aux cadres sociopolitiques des États-nations, et elle est aussi contestée, notamment de nos jours où la référence à l’appartenance culturelle acquiert une certaine ambivalence.
Ces journées réunissent différents chercheurs, anthropologues, autour de l’examen de ces processus de moralisation de la culture, de leurs enjeux, de leurs dynamiques et de leurs effets.

Entrée libre.

Téléchargez le programme :

http://zephyrin.culture.fr/download.php?file=697cd6246366bda4eb8f9435f174c30d

Seminar: “Les enjeux postcoloniaux dans les musées sud-africains”, ENS Paris, le 11.12.2017, 15h-18h

REECRIRE LE PASSE COLONIAL : ENJEUX CONTEMPORAINS DES COLLECTIONS DE MUSEE  (EHESS/ENS, Centre Maurice Halbwachs)
le 11.12.2017, 15h-18h
Salle 235 C, ENS, 29 rue dUlm 75005 Paris

Cette séance a pour thème Les enjeux postcoloniaux dans les musées sud-africains et est organisée en partenariat avec IFAS Recherche.

Présentations:
– Writing History Back into Africa, Cynthia Kros (History Workshop, University of the Witwatersrand). [en anglais, en fichier joint sa présentation]
– Des “rituels de guérison” aux “performances décolonisatrices”. La galerie d’ethnographie de Iziko Museums of South Africa (Le Cap), Damiana Otoiu (Université de Bucarest, CEREFREA)

La séance sera introduite par Anna Seiderer (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) et la discussion sera modérée par Benoît de L’Estoile (CNRS, ENS, PSL).

Références bibliographiques:
– Hamilton, C and Leibhammer, N. 2016. ‘Ethnolgised Pasts and their Archival Futures: Construing the Archive of Southern KwaZulu-Natal pertinent to the period before 1910’ in Tribing and Untribing the Archive edited by Carolyn Hamilton and Nessa Leibhammer (Pietermaritzburg: University of KwaZulu-Natal Press), 414 – 449.
– Leibhammer, N. 2016. ‘Negotiating a South African Inheritance: Nineteenth and early Twentieth-Century “Traditional” Collections at the Johannesburg Art Gallery’ in Hamilton and Leibhammer, 77- 85.
– Pommereau, C. 2017. ‘Entretien avec Gaëlle Beaujean Commissaire de l’exposition’ in L’Afrique des Routes (Musée de quai Branly: Beaux Arts editions), 4-5.
– Seiderer, A. 2014. ‘Généalogie du musée Palais royal d’Abomey’ in Une critique postcoloniale en acte: Les musées d’ethnographie contemporains sous le prisme des études postcoloniales (Brussels: Konniklyk Museum Voor Midden-Afrika: Education and Culture DG), 90 – 111. http://www.africamuseum.be/museum/research/publications/rmca/online/Critique-postcoloniale.pdf

En fichier joint, les résumés des interventions et les biographies des deux intervenantes.

Le séminaire “Réécrire le passé colonial : enjeux contemporains des collections de musée”  s’inscrit dans l’axe « Musées et héritages coloniaux» du Centre Maurice Halbwachs, CMH (CNRS, École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, ENS/ PSL Research University). D’autres institutions et projets sont associées au séminaire : le Département d’histoire de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le Département d’Arts Plastiques de l’Université Paris 8 Vincennes Saint Denis, le Département de sciences sociales de l’École normale supérieure, Humboldt-Universität zu Berlin (The Centre for Anthropological Research on Museums and Heritage), l’Université Paris Lumières pour le projet « Glissements de terrain. Les collections muséales réinvesties par le champ de l’art contemporain », le CIERA pour le projet « France et Allemagne face aux héritages coloniaux : relectures contemporaines des collections de musée » et l’axe de recherche « Processus de patrimonialisation, usages et mises en musée du passé » du Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales, Université de Bucarest.

Page facebook de la séance: https://www.facebook.com/events/309832426168842/
Page facebook du projet “France et Allemagne face aux héritages coloniaux” : https://www.facebook.com/heritagescoloniaux/

Au plaisir de vous y retrouver,

L’équipe du séminaire: Felicity Bodenstein, Benoît de L’Estoile, Damiana Otoiu, Dominique Poulot, Laurella Rinçon, ‎ Anna Seiderer, Margareta von Oswald

Seminar: Nouveaux champs du droit du patrimoine

L’Institut des sciences sociales du politique, avec le soutien de la Société internationale pour la recherche sur le droit du patrimoine culturel et le droit de l’art, de l’Institut d’études de droit public et du Master Droit du patrimoine culturel,

organise l’édition 2017-2018 du cycle de conférences sur les « nouveaux champs d’étude en droit du patrimoine culturel ».

Ces conférences coordonnées par Jérôme Fromageau auront lieu à Paris, au musée du quai Branly – Jacques Chirac (salle de cinéma), de 17h30 à 19h30.

Jeudi 14 décembre 2017, sur le thème : Open data et données culturelles

Anne-Thida Norodom, professeur de droit public à l’université Paris V
La notion de patrimoine culturel numérique
 
Emilie Terrier, doctorante Institut des Sciences sociales du Politique,
Données culturelles et enjeux de propriété intellectuelle
 
Marie Puren, Dr. Team ALMAnaCH
Faciliter l’accès des chercheurs à l’accès aux informations patrimoniales : la Charte de réutilisation des données
 

Seminar: Séminaire Critical Heritage Studies – 14 décembre 2017 Fabriqu’am

Séance du jeudi 14 décembre 2017

14h-17h

Institut national du patrimoine
Dans le cadre du séminaire Critical Heritage Studies. Epistémologies, réception, actualité, nous recevons des membres de l’équipe du programme ANR Fabriqu’am pour discuter des recherches entreprises en Amérique latine.
Fabriqu’am, la fabrique des “patrimoines”. Mémoires, savoirs et politiques en Amérique indienne d’aujourd’hui (2013-2016) : retour sur un programme de recherche international
avec (par ordre alphabétique): Anath Ariel de Vidas (CNRS/CERMA-Mondes Américains), Patrick Deshayes (EREA-LESC), Magda Helena Dziubinska (EREA-LESC), Vincent Hirtzel (CNRS/EREA-LESC), Valentina Vapnarsky (CNRS/EREA-LESC), Cédric Yvinec (CNRS/CRBC-Mondes Américains).
Attention, le séminaire aura lieu à l’Institut national du patrimoine.
Entrée libre
À noter:
La séance du jeudi 11 janvier prendra la forme d’une journée d’étude intitulée “Visions comparées des études critiques du Patrimoine (France, Monde Anglo-saxon, Europe et Asie)”
en association avec Agora de l’Université de Cergy-Pontoise.
10h00-18h00

Grant: Prix de la Maison des Cultures du Monde

Appel à candidatures

Prix de la Maison des Cultures du Monde

Depuis sa création en 1982, la Maison des Cultures du Monde s’est fixé comme objectif de faire connaître et reconnaître des expressions remarquables de la diversité culturelle à travers le monde. Il s’agit en particulier de formes spectaculaires (théâtre, marionnettes, performance à caractère rituel ou symbolique) et d’expressions musicales et/ou dansées qui sont peu connues du public français, ou peu documentées, ou présentées par des artistes et/ou praticiens méconnus en France. La Maison des Cultures du Monde a acquis et développé dans ce domaine une expertise et un savoir-faire qu’elle souhaite partager avec les nouvelles générations de chercheurs.

À l’occasion du trentième anniversaire de sa fondation, la Maison des Cultures du Monde a créé en 2012 un prix destiné à permettre à un(e) étudiant(e) ou jeune chercheur(se) la réalisation d’un projet d’étude et de valorisation d’une forme spectaculaire et/ou musicale correspondant à cette orientation artistique.

Ce prix permet au/à la lauréat(e) de compléter son projet de recherche en lui offrant la possibilité de faire venir en France dans le cadre du Festival de l’Imaginaire des artistes et/ou praticiens de la forme spectaculaire et/ou musicale qu’il/elle étudie.

Règlement

Article 1

Le ou la lauréat(e) du Prix de la Maison des Cultures du Monde se voit offrir :

– une formation de cinq jours, au cours de laquelle les chercheurs, administrateurs et techniciens de la Maison des Cultures du Monde lui font partager leurs expérience et savoir-faire. Ces 5 jours ne sont pas forcément regroupés et peuvent prendre la forme de plusieurs rencontres, à Paris et/ou Vitré.

– une mission (voyage et séjour) d’une semaine maximum dans le pays de la forme spectaculaire ou/et de l’expression musicale étudiée dans les limites du projet et du budget retenus. Cette mission n’est pas une mission d’étude ou de recherche mais a pour but d’identifier les artistes et/ou praticiens qui seront invités au Festival de l’Imaginaire et d’initier le projet de leur venue en France.

La Maison des Cultures du Monde prend également en charge les frais relatifs à l’invitation en France des artistes et/ou praticiens de cette forme en fonction du projet et du budget retenus.

Article 2

Le prix est financé par la Maison des Cultures du Monde.

Article 3

Le prix est décerné par un jury composé de personnalités scientifiques, de professionnels du spectacle et de praticiens, présidé par Chérif Khaznadar.

Article 4

Peut concourir au Prix de la Maison des Cultures du Monde toute personne âgée de moins de trente-cinq ans effectuant des études dans une université française (niveau master I minimum), qui dans le cadre de ses recherches s’intéresse à des formes spectaculaires et/ou musicales n’ayant jamais été présentées en France, ou l’ayant été dans une interprétation différente de celle qui fait l’objet de son attention.

Article 5

La forme spectaculaire et/ou musicale faisant l’objet du dossier de candidature doit impérativement se conformer à deux critères :

– pouvoir être extraite de son environnement sans que cela porte préjudice à la communauté qui la pratique, ni aux artistes/praticiens qui la portent ;

– contribuer à une meilleure connaissance de la société dont elle est issue.

Article 6

Les candidats doivent fournir un dossier au format PDF constitué d’un CV synthétique (2 pages maximum), d’une lettre de motivation, ainsi que d’un projet de 10 000 signes maximum comprenant les éléments suivants :

1/ Une information sur la pratique incluant :

– le nom de la forme spectaculaire ou musicale et de la communauté de praticiens ou d’artistes,

– la région dans laquelle cette forme est pratiquée,

– une description de cette pratique et un aperçu de l’étude en cours ou réalisée ;

2/ La période prévue pour la mission de prospection

3/ Un avant-projet de programmation de spectacle décrivant :

– les éléments de la forme susceptibles d’être présentés sur scène dans un programme de 60 à 120 minutes,

– le cas échéant le répertoire,

– le nombre d’artistes et/ou de praticiens minimum nécessaires et/ou souhaitables

– les personnes ressources localement impliquées dans le projet et leur rôle

Les documents multimédias devront être joints par mail ou envoyés par une plateforme de transfert de fichiers.

Les formats acceptés sont les suivants :

– mp4 ou avi pour la video (5 extraits de 5mn maximum),

– wave, aif ou mp3 pour l’audio (5 extraits de 5mn maximum),

– jpg ou tif pour les photos (une dizaine maximum).

Article 7

Les dossiers de candidature doivent être envoyés au plus tard le 15 janvier 2018 à minuit.

Le ou la lauréat(e) sera informé(e) fin janvier 2018.

Les artistes ou praticiens seront invités à la 23ème édition du Festival de l’Imaginaire en 2019.

Article 8

Les dossiers sont à envoyer par voie électronique à :

documentation@maisondesculturesdumonde.org

www.maisondesculturesdumonde.org

CFP: ACHS2018 – second call for papers – deadline extended!

The deadline of the CFP for the ACHS2018 Conference at Zhejiang University in Hangzhou, China, has been extended to December 31st, 2018.
Please follow this link to the conference website for more information.
http://www.2018achs.com/#/
Please submit your proposals by writing directly to : 2018achs@zju.edu.cn

Publication: Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits

Publication de Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits (L’Harmattan, coll. Habitat et Sociétés, dec. 2017) coordonné par Céline Barrère, Gregory Busquet, Adriana Diaconu, Muriel Girard et Ioana Iosa, fruit d’une longue aventure scientifique collective et européenne.
Cet ouvrage propose une réflexion sur les conflits, les contestations et les revendications liés à la fabrique contemporaine des mémoires collectives et du patrimoine culturel. Son ambition est de réinterroger les significations et les enjeux de la transmission, au-delà des critères normatifs et institutionnels du patrimoine, par le prisme des groupes et des individus participant à sa production et à ses usages. Cette entrée permet aussi de saisir la pluralité de valeurs dont les processus de commémoration et de patrimonialisation sont investis. Considérer la mémoire et le patrimoine à la fois comme ressources et vecteurs d’émancipation, comme objets identitaires, de légitimation et de construction narrative et comme outils de l’action publique, nous permet de revenir sur leur construction tout autant sociale que politique. En cela, il s’agit de renouveler l’approche du patrimoine et d’en proposer des définitions alternatives.

CFP: « BEFORE “TRADITIONS” WERE RECAST AS “HERITAGE”: CHARISMATIC AND PASSIONATE FIGURES WHO PAVED THE WAY TO HERITAGE MAKING »

Appel à communications individuelles pour un panel de la conférence biennale de l’association Critical Heritage Studies (ACHS2018)Heritage across borders. Le panel est organisé par Caroline Bodolec (CCJ-CECMC) et Béatrice David (Université Paris 8, LEGS, et membre associé du CECMC).

Co-organizers institutional affiliations & contacts
  • Caroline Bodolec, Researcher, Center of Studies in Modern and Contemporary China, CNRS/EHESS, Paris, France.
    Email:  caroline.bodolec@ehess.fr
  • Béatrice David, Assistant Professor in anthropology, UMR 8238, Laboratory of Studies on Gender and Sexuality, CNRS, University Paris-8, Paris, France. Associate member of the  Center of Studies in Modern and Contemporary China
    Email: bdavid@univ-paris8.fr
Dates
  • 1-6th September 2018
Venue
  • Zhejiang University, Hangzhou (China)
Deadline for submission of proposals
  • November 30th, 2017
Presentation

Considering heritage making as a long term process, the proposed workshop aims to explore « founding moments » preceding institutionalization brought by heritage politics. It also aims to look at the on-going development of long established heritage process, at the light of the constant re-use of the past to create the « new presents ».

The explorations of this founding stage will focus on the fluid figure of “passeurs de mémoires” (relayers of memories), viewed in this perspective as “founding actors”. These local figures “paved the way” for the future arena of heritage by their passionate work toward what is not yet conceived as “heritage”, but as “local traditions”, and as such is often viewed as source or markers of local identities. The power struggle in this arena may sometimes hide, deny or underestimate the founding work carried on at the very early stage of heritage making by these local personalities. The visibility provided by the institutionalization may later place in the front stage more powerful institutional actors closer or/and belonging to the local or national or transnational networks of power.

“Passion” and “charisma” often distinguish these local personalities that we may not only describe as the “ones who know”, but as the “ones who care”. The contributions of this workshop will attempt to provide sensitive portraits of these personalities whose passion or/and charisma have paved the way for the process that creates heritage.

It is our conviction that laying the foundations of what happened in the past will contribute to a better understanding of the mutations of the cultural heritage politics of the present.

Open session, double panel

This workshop aims to bring together anthropologists who are engaged on long term ethnographic fieldwork research carried out at different times and in various social and political context.

We have already gathered 5 confirmed papers based on anthropological research on cross-border fieldwork studies in Africa and France, Mexico and the USA, and within the inner ethnic frontiers of China (Han and non Han), and in Portugal. We are also pleased to count among one of our panelists, Ms. Pan Yao, Head of the Center of Intangible Cultural Heritage of the Sui autonomous district of Sandu in Guizhou province (China).

As a double panel in an open session, three other papers may be accepted. They will enrich the case studies and discussion. Proposals are welcome.

The proposed papers will address issues related to the following subthemes of the Conference:

  • Museum Challenging boundaries;
  • Connecting the rural and urban;
  • The past, present and future