Publication: Beyrouth dans ses ruines, Sophie Brones, Éditions Parenthèses-MMSH, collection Parcours méditerranéens Série « Territoires, traces et tracés » (Éditions Parenthèses-MMSH)

Beyrouth dans ses ruines

Sophie Brones

ISBN – 978-2-86364-357-0

234 pages, 2020, 24 €, en vente en librairie ou chez l’éditeur

Après quinze années de guerre civile et dans un climat politique très instable, Beyrouth, entre ruines et chantiers, s’est renouvelée dans un mouvement effréné qui échappe au consensus.

La métropole libanaise, palimpseste où affleurent de multiples strates d’urbanisation, a été et reste le champ d’une opposition farouche entre, d’un côté, partisans de l’effacement des traces d’un passé violent et, de l’autre, défenseurs de la cause patrimoniale. Mais dans cet espace urbain complexe, comment identifier ce qui relève du patrimoine ?

Loin d’être univoque, cette notion fait ici l’objet d’un état des lieux, dans l’histoire récente et à travers le prisme des différents protagonistes de la cité. De l’urbaniste au citadin ordinaire, chacun dessine une conception singulière du passé dans le paysage de la ville. Dès lors, des enjeux de tous ordres surgissent et se heurtent. Les ambitions politiques ou spéculatives rivalisent avec les stratégies de promotion ou de défense d’un capital culturel et symbolique.

Ainsi, bien plus que des traces comme témoignage d’une douloureuse période historique, les îlots ruinés de Beyrouth révèlent les conflits irrésolus qui secouent toujours la société libanaise.

L’auteur :

Sophie Brones est maître de conférences à l’École d’architecture de Versailles (Ensa-V), chercheure associée au LéAV. Ses recherches en anthropologie urbaine portent sur les usages du passé et la production culturelle dans les villes de l’Orient arabe. En particulier, elles s’attachent ces dernières années aux pratiques muséographiques et archivistiques, et aux pratiques photographiques au Liban.

CFP: International Conference – Taking part in art and culture. Practices, theories and policies in today’s cultural mediation

International Conference “Taking part in art and culture” | International Conference “Taking part in art and culture. Practices, theories and policies in today’s cultural mediation“,International Conference “Taking part in art and culture. Practices, theories and policies in today’s cultural mediation“,

Marseille (France), October 22-24th 2020.
+++New deadline for submission: 31 March 2020+++
The international conference “Taking part in Art and Culture. Practices, Theories and Policies in today’s Cultural Mediation” is focusing on the issue of “participation” in the cultural field (see complete CFP below*). We will be looking into the ways in which it has evolved (notably since the 1970s) and in which it influences the role of cultural mediation today.
The conference presentations will follow three main axes:
  1. The genealogy of participatory mediation practices (notably interrogating the role of cultural mediation in the educational turn in curatorial practices)
  2. Mediation and cultural rights (questioning the influence of the increasingly important topic of cultural rights on the conception, interpretation and reception of the collective cultural and artistic heritage)
  3. What teaching cultural mediation and training cultural mediators means or (could mean) today.
The purpose of this conference is to present an overview of these issues through the particular prism of the posture of mediators, a posture that may be characterised as paradoxical, notwithstanding its precarious status in the cultural field. Mediators are the depositaries of the link existing between the public and artistic or cultural offers, and their voice can never be captured as the voice of the public, the voice of artists, nor even as the voice of their employing structures. Their ceaseless engagement is therefore to struggle out of the confining roles that may result from this posture, because these roles give foundation to an order of things they precisely attempt to abolish. In this order of things, figures of exteriority are constructed within the walls of institutions, and embodied by members of the public who are labelled as unadapted to cultural spaces.
The conference will take place in Marseille (France), in Aix-Marseille University and at the Tiers QG of Manifesta 13, from October 22nd to October 24th 2020.
The abstracts and cover letters should be sent via email before March 31st 2020 to mediation.prendrepart@gmail.com
*Complete Call for Papers:

Taking Part in Art and Culture.
Practices, Theories and Policies
in today’s Cultural Mediation
International Conference
22-24 October 2020 | Marseille (France)
Deadline for submissions: 20 March 2020
Overview

The professionalisation of cultural mediation started forty years ago; the field has gradually turned more professional and the function of cultural mediators has generalised. Yet, cultural mediation is still deprived of a univocal definition (Bordeaux & Caillet, 2013). Cultural mediators thus carry out complex and polymorphous activities that are socially expected, and are “jointly required by institutions, by the supervising ministry and by different types of public” (Aubouin & Kletz, 2018: 12). Today, however, they are still suffering from a lack of recognition. It is generally admitted that cultural mediation has a role to play to “bridge the gap” between one or several sections of the general public and artistic propositions. Still, cultural mediators actually accomplish extremely diversified missions (from welcoming, communicating, guiding visits to liaising with the press) depending on the structures where they are employed and their human resource policies (Aubouin, Kletz & Lenay, 2010).

On top of that, a current evolution is spreading at the moment and is threatening these already shaky foundations. Indeed, “participation” has apparently been put at the heart of all stakeholders’ preoccupations and is expected to take place everywhere: in schools and in universities, in elections, and, of course, in museums, circuses, theatres and even in concert halls. One of the issues tackled by the conference will be to examine the twofold consequence of these developments on cultural mediators, but also to consider the more challenging issue of the role played by mediators in these developments. Examining this issue will also necessarily include questioning the definition of the notion of “participation”.

The question of the participation of “ordinary citizens” in artistic and cultural life is not new. In the French context, one of the landmarks of the issue’s evolution has been the New Museology project. Its objective is to desacralise museums so that they may be turned into instruments serving a more egalitarian society (see Desvallées, 1992). Two museologists, Georges-Henri Rivière and Hugues de Varine took active part in this movement and made their ambitions come true under the form of ecomuseums starting in the 1970s. These spaces abolish a distinction that had hitherto been characteristic of the museum institution: the distinction between spaces where knowledge and discourse on works of art are produced (by curators) on the one hand, and, on the other hand, spaces where these instances of knowledge are received (by the public). Therefore, the public no longer exists as such; we speak in terms of “inhabitants” or “populations” who are invited to take part in the construction of museums that tell their story/ies and that exhibit objects that these people have selected themselves (see Delarge, 2018). At the same period of time, performance art as well as street arts (“arts de la rue”) were enjoying unprecedented growth. They were inspired by the tradition of protest arts that ranged from dadaism to situationism and from agit-prop to happenings (see Chaudoir 2000, 2008; Goldberg, 1979 2011; Gonon, 2007; Harvie, 2013). They implement themselves according to clear objectives, namely to liberate and reappropriate these forms of art that are regarded as enclosed into theatres and stolen away by an elite. By transforming them and constructing them in public space, everyone is invited to take part so that the role of cultural mediators is shifting.

These ventures have gradually lost their momentum as they have been partly weakened by the growing dilution of their revolutionary character. Their posture was to question the relevance of hierarchical structures that preserved the existence of legitimate and illegitimate positions on art and culture; yet, they have apparently been replaced by injunctions to “participate” which are quite at odds with their original project. When theatre-goers are invited to take the stage to respond to actors, when museum visitors are urged to interact with museographic propositions, when cultural users are encouraged to use digital instruments or pursue their visits on line, many so-called “participative” initiatives may confine members of the public within the abstract figure of participants within “schemes they have not chosen, whose challenges develop beyond them and whose purposes they do not share” (Zask, 2011: 9; see also Le Marec, 1993).

However, recent developments have contributed to reviving debates on the genuine egalitarian participation of citizens in cultural life. In 2015, a new norm, hitherto lacking in French cultural policies and concerning cultural rights, was introduced in the French legislative arsenal (the NOTRe Act). It resulted from a long evolution that began at the international level in 1948 (and was notably marked by the Fribourg Declaration in 2007). Its declared objective is to valorise people’s potential contributions to cultural life, whatever their social origins and to emphasise their shared right to take part both as beneficiaries and creators (see Aubry & Blouët, 2019; Meyer-Bisch, 2008). These evolutions have strongly refocussed the debate on neighbouring issues about who currently takes part in the elaboration and/or interpretation of the collective artistic and cultural heritage, about who decides on reception norms (or determines the acceptable way of inhabiting cultural space), and about who is, deliberately or not, excluded from these operations. (Here, reference is made to recent controversial reactions to theatre plays – notably Exhibit B in 2014 or The Suppliants in 2019 – which are proof of the topicality of these issues. See Cervulle, 2017 and Hamidi-Kim, 2019).

The purpose of this conference is to present an overview of these issues through the particular prism of the posture of mediators, a posture that may be characterised as paradoxical, notwithstanding its precarious status in the cultural field. Mediators are the depositaries of the link existing between the public and artistic or cultural offers, and their voice can never be captured as the voice of the public, the voice of artists, nor even as the voice of their employing structures. Their ceaseless engagement is therefore to struggle out of the confining roles that may result from this posture, because these roles give foundation to an order of things they precisely attempt to abolish. In this order of things, figures of exteriority are constructed within the walls of institutions, and embodied by members of the public who are labelled as unadapted to cultural spaces.

Conference presentations will follow three main axes:
1. The genealogy of practices in participative mediation:
When cultural institutions (theoretically) become public spaces

This first axis will focus on the genealogy of practices in participative mediation. It will also revisit the genealogy of the notions of “public spaces” and of “participation” as they were initially envisaged within cultural projects that were developed from the 1970s, both in France and abroad. Subjects will include the key stages of this evolution such as the emergence of participative museology, of artistic performance or of digital technologies in cultural institutions. The issue of cultural mediation will be tackled through two interdependent prisms: (1) analysing the consequences of the advent of participation on the definition of mediators’ missions; (2) the role of these cultural actors in this evolution. Notably, proposals will examine the influence of cultural mediation in the educational turn in curatorial practices (see Jaschke & Sternfeld (ed.), 2012; Mörsch, 2011; Rogoff, 2008).

2. Mediation and cultural rights:
What is the influence of the cultural rights issue on the design, interpretation and reception of collective cultural and artistic heritage?

Within the second axis of the conference, participants will ponder over the influence, in the field of cultural mediation, of the growing centrality of cultural rights on discussions concerning culture. The issue will be tackled in an intercultural perspective, both through the French case which is developing in a specific historical context and is currently crystallising in numerous, and often controversial, debates (see the above-cited theatrical squabbles), and through several foreign cases – which are notably morphing into debates about a potential “semantic rearmament” (El Hadji Sy quoted in Deliss, 2017) of ethnographic objects within museographic projects, which have been criticised in their turn. Subjects will include questioning the role of mediators, starting from analysing the mechanisms that contribute to the distribution of participation in (or exclusion from) the elaboration, interpretation and reception of the collective cultural and artistic heritage (see Lynch, 2011, 2016; Mörsch, Sachs & Sieber (ed.), 2016).

3. Teaching cultural mediation today:
What is the place of discussion about the current challenges of cultural mediation in the training of mediators?

The purpose of the conference’s third structuring axis is to question the way the afore-mentioned issues are – or could be – introduced and discussed in mediators’ university and professional training. The issue of cultural mediation training is central in the evolutions we are studying; yet, it is rarely taken into account in academic and professional fields. Indeed, these are mostly concerned with the impact of mediators’ work and on its measurable effects. Focusing on cultural mediation training in academic and institutional fields (private and public), as this conference proposes to do, will introduce a comparative dimension (at the international level) which is crucial to understand today’s challenges of theory and practice in cultural mediation. In that respect, interest may focus on curricula which are not exclusively devoted to cultural mediation, but which have integrated it over the last few years (in fairly open ways, as is the case for “cultural professions”, intercultural mediation, translation, etc.). Examples include curricula devoted to foreign cultural areas. These are pedagogical evolutions which are both pragmatic and strategic, considering that no real dialogue is actually taking place between these training programmes and programmes which are specifically dedicated to cultural mediation.

  • *Submission Guideline*
  • Communications during the conference will be of different types:
  • – Classic papers, limited to 20 minutes
  • – Short papers, limited to 10 minutes
  • – Workshops (presentation of experiences and/or practices in interaction with the public – only a very limited number of workshops can be programmed)
  • Submissions can be written in English or in French, in Word or PDF. We solicit abstracts of maximum 3000 characters (spaces included) that should clearly present the chosen format among the three formats proposed (classic presentation, short presentation, workshop). The classic and the short presentations should indicate the methodological approach/procedure and should include a bibliography. All submissions should include a title and five keywords and indicate in which of the three conference axes they fit. Submissions should be suitable for anonymous review, and the separate cover letter should include the abstract title, author(s) name(s), institution, and a short bio (at most 150 words).
The abstract and cover letter should be sent via email to mediation.prendrepart@gmail.com
  • Submission deadline: March 31st, 2020
  • Notification of decision: End of April, 2020
***
References :
Aubouin N. et Kletz F., « Ombres et lumières sur la médiation. Une activité en quête de profession », in L’Observatoire, nº51, 2018, p. 12 à 15.
Aubry A. et Blouët C., « Les droits culturels, leviers du pouvoir d’agir », in Revue Projet, nº372, 2019/5, p. 61-66.
Bordeaux M-C et Caillet E., « La médiation culturelle : Pratiques et enjeux théoriques », in Cultures et Musées, Hors Série, 2013, p. 139-163.
Caillet E., A l’approche du musée, la médiation culturelle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1995.
Cervulle M., « Exposer le racisme : Exhibit B et le public oppositionnel », Études de communication, n° 48, 2017, p. 37-54.
Chaudoir P., « Art public, arts de la rue, art urbain », in Etudes théâtrales, nº41-42, 2008, p. 183-191.
Chaudoir P., Discours et figures de l’espace public à travers les arts de la rue : la ville en scènes, Paris, L’Harmattan, 2000.
Coëllier S. (dir), La performance, encore, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016.
Dehail J. et Le Marec J., « Habiter la bibliothèque. Pratiques d’études, entretien d’un milieu », in Communication et langages, 2018/1, nº195, p. 7-22.
Dehail J., « Repenser les enquêtes de publics, changer le musée. Le cas du musée d’instruments de musique du point de vue de ses visiteurs », in Le Marec J., Mazcek E., Musée et recherche – expérimenter et coopérer, dialogue sur le sens de l’innovation, Dijon, OCIM, 2015.
Delarge A., assisté de Roussel I., Le musée participatif. L’ambition des écomusées, Paris, La Documentation française, Coll. « Musées-Monde », 2018.
Desvallées A. (Dir.), Vagues, Une anthologie de la Nouvelle muséologie, Mâcon, Ed. W. et M.N.E.S., 2 volumes, 1992 et 1994.
De Varine H., L’initiative Communautaire, Recherche et Expérimentation, Mâcon, Editions W, MNES, 1991.
Goldberg R., Performance Art. From Futurism to the Present, London, Thames & Hudson, 2011 1979.
Gonon A., Ethnographie du spectateur : le théâtre de rue, un dispositif communicationnel analyseur des formes et récits de la réception, Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, Université de Dijon, 2007.
La muséologie selon Georges-Henri Rivière, ouvrage collectif, Paris, Dunod, 1989.
Hamidi-Kim B., « Communauté, agora, espace public : des tensions du projet démocratique du théâtre public considérées à partir de Rousseau, Habermas, Fraser et Nancy », in Eliane Beaufils et Alix de Morant (dir.), Développement de l’être-ensemble dans les arts performatifs contemporains, Deuxième époque, 2018, p. 90-113.
Hamidi-Kim B., Pour une liberté de création partagée par tous, AOC, revue électronique, 03 mai 2019.
Harvie J., Fair Play: Art, Performance and Neoliberalism, London, Palgrave Macmillan, 2013.
Le Marec J., Publics et Musées. La confiance éprouvée, Paris, L’Harmattan, 2007.
Le Marec J., « L’interactivité : rencontre entre visiteurs et concepteurs », in Publics et Musées, Vol. 3, no1, 1993, p. 91-109.
Lynch B., « Whose cake is it anyway ? A Collaborative Investigation into Engagement and Participation in 12 Museums and Galleries in the UK », Rapport final, Londres, Paul Hamlyn Foundation, 2011.
Lynch B., « ‘Good for you, but I don’t care !’ : critical museum pedagogy in educational and curatorial practice », in Mörsch C., Sachs A., Sieber T (dir.), Contemporary and Museum Education, Bielefeld, Transcript Verlag, 2016, p. 255-268.
Mareuge A., « ‘Intermediality is no longer needed’ (Dick Higgins, 1981). Origine et devenir d’un concept », in Patricia Viallet (sous la dir. de), Formes et (en)jeux de l’intermédialité dans l’espace européen, Berlin, Königshausen & Neumann, 2020.
Meyer-Bisch, « Analyse des discriminations multiples sous l’angle des droits culturels : qu’est-ce qu’une valorisation ? », in Les cahiers de la LCD, Hors série nº1, Hors série nº1, 2018, p. 24-37.
Mörsch C., « Alliances for Unlearning : On Gallery Education and Institutions of Critique », in Afterall Journal, nº26, 2011.
Mörsch C., Sachs A., Sieber T (dir.), Contemporary and Museum Education, Bielefeld, Transcript Verlag, 2016.
Navarro N. et Renaud L., « La médiation numérique au musée en procès », in Revue française des sciences de l’information et de la communication, nº16, 2019.
Rogoff I., « Turning », e-flux journal, Journal nº0, Volume 11, [En ligne] consulté le 25.11.2019 http://www.e-flux.com/journal/turning/
Sandri E., « Le repositionnement du métier de médiateur au musée face aux enjeux de la culture numérique », in Revue Études de Communication, n°46, 2016, p. 71-86.
Suzanne G., « L’espace du musée », in Denis Chevalier (sous la dir. de), La métamorphose des musées de société, Paris, La Documentation Française, 2013.
Urrutiaguer D., Ciosi L., Suzanne G., « La diversification de l’offre des établissements
culturels patrimoniaux par le spectacle vivant dans les Métropoles du Grand Paris et d’Aix-Marseille-Provence », in Yann Nicolas (sous la dir. de), Modèles économiques des musées et des bibliothèques, Paris, La Documentation française, 2017.
Urrutaguier D., Ciosi L., Suzanne G., Butel Y., La nouvelle économie des institutions culturelles : bibliothèques et musées, Paris, Ministère de la culture et de la communication/Deps, 2016.
Zask J., Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, Editions Le Bord de l’eau, 2011.
***
Locations of the conference:
  • Aix-Marseille Université – Espace « Turbulence », Campus Saint-Charles, 3, place Victor Hugo, 13003 Marseille
  • Tiers QG de Manifesta 13 – 57 place Bernard Dubois, 13001 Marseille
Comité d’organisation/Organizing Committee:
  • Judith Dehail, Aix-Marseille Université, LESA
  • Agathe Mareuge, Sorbonne Université, REIGENN
  • Joana Monbaron, Education & Learning Coordinator, Manifesta 13

Comité scientifique/Scientific Advisory Board:

  • Isabelle Brianso (Avignon Université, Centre Norbert Elias)
  • Maxime Cervulle (Université Paris 8, CEMTI)
  • Bérénice Hamidi-Kim (Université Lyon 2, Passages XX-XXI/IUF)
  • Julius Heinicke (Stiftung Universität Hildesheim)
  • Yana Klichuk (Manifesta)
  • Joëlle Le Marec (Sorbonne Université, GRIPIC/CELSA)
  • Birgit Mandel (Stiftung Universität Hildesheim)
  • Lise Renaud (Avignon Université, Centre Norbert Elias)
  • Gilles Suzanne (Aix-Marseille Université, LESA)
  • Antoinette Tidjani Alou (Université Abdou Moumouni, Niamey)

CFP: journée d’étude « Fétichisme ? Objets d’artistes dans les musées », Paris, Musée Eugène-Delacroix, 30 juin 2020

Dans le cadre de la préparation d’une journée d’étude prévue le 30 juin 2020, afin de questionner les enjeux historiques, scientifiques et muséologiques soulevés par les pratiques de collection et d’exposition des objets d’artistes et d’écrivains en contexte muséal, le Musée national Eugène-Delacroix diffuse un appel à communications sur le thème “Fétichisme ? Objets d’artistes dans les musées”.

Le texte de l’appel à communications est en lien ci-dessous, ainsi que les modalités de soumission des propositions (avant le 1er avril 2020).
Deux approches sont privilégiées :
1. Quels objets d’artistes dans les musées ?

Publication: “Transmettre ! Savoir-faire, métiers d’art et patrimoine culturel immatériel”, Cahiers du CFPCI, n° 6, 140 pages

Transmettre ! Savoir-faire, métiers d’art et patrimoine culturel immatériel

numéro thématique des “Cahiers du CFPCI”, n° 6, 140 pages

Comment transmettre le patrimoine culturel immatériel et notamment les savoir-faire, en particulier dans le secteur spécifique des métiers d’art ?

Les contributions réunies dans ce 6e numéro des Cahiers du CFPCI, dont les auteurs viennent d’horizons divers, abordent cette question sans limiter l’analyse aux métiers, aux savoir-faire et aux objets créés.

Au contraire, l’observation a été élargie, à partir de champs disciplinaires variés, aux systèmes complexes qui permettent la transmission, dans leur différentes dimensions.

Cette édition en ligne prolonge la réflexion entamée lors du 5e colloque international de l’ethnopôle Centre français du patrimoine culturel immatériel, à Vitré. 

Contributeurs/trices :

Nicolas ADELL, Noriko AIKAWA-FAURE, Francesca COMINELLI, Eszter CSONKA-TAKACS, Christelle FAMILIARI, Eric FISCHER, Françoise GED, Roger HERISSET, Joeri JANUARIUS, Pascal LECLERCQ, Marie-Hélène MASSE-BERSANI, Hervé MUNZ, DORA PAL-KOVACS, Pierre REVERDY, Emilie ROUSSEAU et Danièle YVERGNIAUX

 

Publication: Cimetières et patrimoine funéraire. Etude, protection, valorisation, Paris, Ministère de la Culture, 2020

La mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel publie un nouveau volume de la collection Documents & Méthodes, fruit d’une collaboration avec la cellule Patrimoine du service des Cimetières de la Ville de Paris. L’ouvrage, gratuit, est téléchargeable sur le site du ministère de la Culture (https://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Publications-revues/Cimetieres-et-patrimoine-funeraire.-Etude-protection-valorisation) et sur la plateforme d’archivage pérenne HAL ( https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02484319 )

Vocabulaire, décryptage des symboles et de l’ornementation funéraire, ana­lyse des formes, exemples d’études de cimetières, protections patrimoniales et tentatives de plans de gestion, expériences de valorisation des bâtiments et des tombeaux, transformations en jardin public à l’occasion du passage au zéro phyto… sont autant de sujets abordés dans ce manuel. Sa vocation est d’apporter aux professionnels du patrimoine, comme aux gestionnaires des collectivités territoriales, aux associations locales, comme aux étudiants, des outils pour mieux comprendre ce patrimoine et lui permettre de trouver sa juste place parmi les marqueurs du territoire.

INVENTAIRE GÉNÉRAL…, DUHAU Isabelle, GROUD Guénola (dir.), Cimetières et patrimoine funéraire. Étude, protection, valori­sation, Paris, Ministère de la Culture, direction générale des Patri­moines, 2020, 365 p. (Documents & Méthodes, ISSN 1150-1383 ; 12). ISBN : 978-2-11-162044-5

CFP: Patrimoine du tourisme, du thermalisme et de la villégiature en montagne, Toulouse, 21-23 octobre 2020

PATRIMOINES DU TOURISME, DU THERMALISME ET DE LA VILLEGIATURE EN MONTAGNE (XVIIIe-XXISIECLE) : HISTOIRE ET DEVENIR, Á LA CROISEE DES SCIENCES

 

 

 

Colloque international FEDER TCV-PYR, Toulouse, Université Jean-Jaurès, Maison de la Recherche, 21, 22, 23 octobre 2020

Le colloque international « PATRIMOINE DU TOURISMEDU THERMALISME ET DE LA VILLEGIATURE EN MONTAGNE (XVIIIE  – XXIE  SIECLE) : HISTOIRE ET DEVENIR, Á LA CROISEE DES SCIENCES » est organisé par l’Université Toulouse Jean-Jaurès en collaboration avec les Universités de Pau et des Pays de l’Adour, et de Perpignan-Via Domitia dans le cadre du programme de recherche européen FEDER TCV- PYR (2017-2020) qu’il vient conclure. Il fait suite à plusieurs rencontres scientifiques dont le colloque international dit intermédiaire à Pau (13 et 14 juin 2019), qui ont questionné le sujet.

 

Au moment de la découverte de la montagne en Europe, le thermalisme constitue la clé de voûte principale du développement du tourisme et de la villégiature dans les massifs. Il semble en effet s’imposer comme la véritable matrice de l’aménagement d’un réseau urbain de villes d’eau qui interagissent avec leur environnement et sont autant de traits d’union avec les paysages. Il a également favorisé le développement d’un vocabulaire architectural potentiellement commun à l’échelle du massif et ouvert aux influences extérieures, la mondanité thermale émergeant avant tout à l’échelle européenne. Enfin, il a servi de porte d’entrée à des pratiques touristiques en interaction avec la société, l’économie et la culture locale. Si sa fréquentation s’est renouvelée, si son audience a pu baisser et son offre se diversifier, le thermalisme constitue encore un héritage d’envergure.

 

Ce colloque a pour objectif de faire ressortir sur la longue durée ces différentes logiques dans leur complexité et leur éventuelle singularité régionale. Fondé sur les apports des inventaires du patrimoine culturel bâti et immatériel conduits depuis 2017 dans les Pyrénées, il souhaite ainsi d’une part mobiliser une approche pluridisciplinaire (géographie, aménagement, histoire de l’art, sociologie, histoire culturelle, économique et sociale, anthropologie et même sciences médicales) et d’autre part, tout en favorisant ce massif qui est le terrain d’étude du programme TCV-PYR, s’ouvrir à la comparaison avec des approches territoriales d’autres horizons, qui seront privilégiées aux monographies et aux études de cas.

 

Les propositions de contribution privilégieront l’une des cinq grandes thématiques de recherche suivantes :

 

  1. Urbanisme thermal et aménagement des massifs

Des cabanes provisoires de la première modernité jusqu’aux remaniements des années 1960, l’urbanisme de la station thermale tend idéalement à articuler des équipements de soin, de villégiature et de loisir tout en se conformant aux préoccupations hygiénistes. Ce modèle et, de manière générale, le déploiement géographique des stations thermales n’en demeurent pas moins largement contraints par leur environnement montagnard et leurs contingences physiques. La localisation des sources impose ainsi régulièrement d’aménager des sites excentrés et difficilement accessibles, pouvant présenter une topographie accidentée ou encore vulnérables aux risques naturels (avalanches, crues, éboulements, coulées de boues). Á ces contraintes naturelles peuvent s’ajouter celles de l’environnement socio-économique où se déploient d’autres activités, notamment agro-pastorales, extractives ou industrielles.

 

Ce thème a pour objectif d’interroger l’existence d’un ou de plusieurs types d’urbanisme de stations thermales. De quelle manière agencent-elles dans l’espace les fonctions thermales, de villégiature et de distraction, si tant est qu’elles puissent toutes les réunir ? Leur urbanisme résulte-t-il d’une création ex nihilo, d’une planification, ou bien d’un développement réalisé de manière empirique en plusieurs étapes ? La question des acteurs privés-publics engagés dans l’aménagement des stations peut s’avérer ici essentielle pour expliquer ces choix.

Ces choix et caractéristiques sont souvent largement conditionnés par les contraintes environnementales. Dans quelles mesures les facteurs naturels peuvent-ils orienter la forme et l’extension des stations ou en limiter l’essor ? Comment leur urbanisme s’articule-t-il avec d’éventuelles trames villageoises ou urbaines existantes, lesquelles sont susceptibles de générer des nuisances et des conflits d’usage dans l’exploitation des ressources de la montagne ?

Une autre piste de réflexion est la création des infrastructures nécessaires au fonctionnement des stations thermales : réseaux de communication, d’électrification ou encore dispositifs de protection face aux aléas naturels, qui ont pu être considérés par les curistes comme des externalités de la station. Leur mise en place, nécessitant souvent d’importants chantiers portés par l’intervention publique et de grandes sociétés, a pu engendrer un patrimoine plus ou moins monumental qui mérite d’être d’étudié. Comment également ses réseaux structurent-ils l’offre thermale à l’échelle des massifs et de manière générale concourent-ils, par ce biais, au désenclavement et à la mise en valeur des territoires ?

 

 

2.     Thermalisme et paysage : le processus de civilisation de la « nature » pyrénéenne

Les XVIIIe et XIXe siècles constituent des moments charnières où les montagnes, jusque-là délaissés car considérés comme empreinte d’une forme d’hostilité, deviennent une destination à part entière pour les classes dominantes, prélude à la généralisation au XXe siècle. Les stations thermales jouent un rôle pionnier dans ce processus de « civilisation » de la montagne en plaçant les visiteurs au cœur de la nature environnante.

Cet environnement naturel des stations et les paysages associés ont très généralement été valorisés comme aménités à la fois esthétiques, sensibles et même médicales, un rôle thérapeutique qui demeure encore aujourd’hui d’actualité dans un contexte de mutation de la cure thermale traditionnelle vers l’éducation à la santé. Il s’ensuit des aménagements tels que réseaux de sentiers, points de vue, etc. destinés à révéler le paysage et à inviter à le parcourir. La nature s’invite également à l’intérieur de la station avec la création de parcs urbains, tandis que les jardins privés se multiplient autour des villas. C’est alors l’occasion d’introduire des essences exogènes qui enrichissent la biodiversité locale.

 

Ainsi, tout autant que le bâti, le patrimoine naturel contribue au final à définir la station thermale. De quels rapports à l’environnement les aménagements liés à la nature sont-ils l’expression ? La station est-elle pensée comme une enclave de civilisation ou bien comme un trait d’union avec la nature environnante et la montagne ?

Les parcs et jardins et leurs nombreux arbres remarquables témoignent également d’une volonté de modeler la nature. Quelles furent les essences importées et jusqu’où se font sentir les influences exogènes en matière de biodiversité (y compris la faune) ? en matière de biodiversité (une question qui peut également se poser pour la faune) ? La question se pose pour la forêt, à la fois élément clé du paysage, outil d’aménagement et ressource disputée de matières premières. Si la volonté d’introduire l’exotisme dans la montagne est patente, certains parcs et jardins peuvent-ils avoir vocation à recréer l’environnement montagnard ? La nature thermale a-t-elle à voir avec la nature balnéaire ? De quelle manière le thermalisme a-t-il pu favoriser l’émergence des politiques de protection de la nature dans les Pyrénées et les autres massifs ?

Quant au lien entre le thermalisme et la montagne, comment la médecine peut-elle mobiliser l’environnement naturel de la station (plantes médicinales, climat, sport, promenade…) ? De quelles manières de telles approches thérapeutiques peuvent-elles être complémentaires du thermalisme ?

 

 

3.     Architecture et patrimoine de la villégiature en montagne

Dans l’imaginaire collectif, le thermalisme a développé une architecture haute en couleur avec de grands hôtels voire des palaces, un casino au moins, sinon des kiosques à musique et des buvettes, une gare et bien entendu des établissements thermaux pour accueillir une clientèle « venue au bain » se soigner et aussi se divertir, sans oublier les villas, castels ou chalets de villégiature, souvent édifiés en périphérie. Les inventaires du patrimoine révèlent cependant une production architecturale beaucoup plus variée que cela et où le panache n’est pas toujours de mise, lorsque par exemple les grands hôtels côtoient de simples pensions de famille.

Quant à l’architecture des établissements de bain, celle-ci est avant tout utilitaire et tend à s’adapter aux transformations des pratiques thérapeutiques, lesquelles peuvent se répercuter jusqu’aux équipements de villégiature : le remboursement des cures thermales par la sécurité sociale dès 1947 oblige ainsi à découper des hôtels en appartements individuels et à construire des immeubles de studios.

 

La diversité des usages, des clientèles et des maîtres d’œuvre peut concourir des formes architecturales, tour à tour, porteuses d’extravagance ou de sévérité. Il conviendra de considérer ce qui relève d’une architecture académique ou plus originale et dont le style néo-régional et le pastiche peuvent caractériser le vocabulaire. Quelle est également la place des architectures vernaculaires et des matériaux locaux face aux logiques de style et d’esthétique ? Comment ces aspects esthetico-architecturaux sont-ils conditionnés par la disponibilité des moyens humains, matériels, financiers, publicitaires, etc., ainsi que par les ressources mobilisées (locales, nationales, internationales) ?

La circulation des architectes et des modèles est une autre question intéressante dans ces territoires retranchés mais où la station, lieu d’urbanité, est pourvoyeuse de chantiers. La station est-elle dès lors une vitrine architecturale, un lieu de diffusion de formes et de techniques nationaux et internationaux ?

En matière de décor porté, d’ornements, de styles, de décorations intérieures, peut-on constater des grandes tendances dont le modèle serait parisien ou alpin ? Et s’il ne l’était pas, dès lors, caractériserait-il un style propre enclin à un monumentalisme, une simplicité et à une économie de moyens, rendant la logique constructive au seul besoin rationaliste ? Peut-on constater des caractéristiques communes dont une certaine modestie apparente sinon réelle qui serait propres aux Pyrénées ? Les préoccupations

 

stylistiques qui se posent également pour les établissements thermaux interagissent-elles avec les contraintes architecturales imposées par les transformations de la médecine ?

 

 

4.     Les stations thermales : des pratiques sociales au cœur du patrimoine culturel immatériel en montagne

La vie d’une station thermale met en synergie des acteurs venus de différents horizons géographiques et de divers milieux sociologiques, des aristocraties aux classes indigentes en passant par les notabilités régionales et les militaires. Sur place, ces clientèles composent avec toute une population qui s’active à leur service durant la saison des bains et parfois même tout au long de l’année.

Á ce brassage sociologique et géographique répond la diversité des communautés de pratiques, alors que les frontières entre thermalisme, tourisme et mise en scène mondaine tendent à se brouiller. Les casinos, hippodromes et autres théâtres édifiés au cœur des montagnes dans les stations prestigieuses témoignent d’une uniformisation des pratiques de loisirs. Cependant, les inventaires du patrimoine culturel immatériel montrent l’existence de pratiques porteuses d’une plus grande typicité locale, parfois spécialement créées pour la clientèle des stations, auxquels prennent part conjointement curistes et montagnards : fêtes patronales, spectacles folkloriques, fête des fleurs de Bagnères-de-Luchon, des Eaux-Bonnes, d’Ax-les- Thermes, de Vernet-les-Bains… Il en va de même de certaines productions locales, aujourd’hui en grande partie labellisées, que les curistes ramènent chez eux, à l’image des berlingots de Bagnères-de-Bigorre.

 

Ce quatrième thème a vocation à interroger le patrimoine culturel immatériel comme révélateur des rapports à l’Autre, qui se construisent entre les différents groupes sociaux qui se côtoient dans les stations thermales.

Pour les curistes-touristes, les pratiques festives ou sportives sont des évènements situés dans l’espace public qui permettent d’observer le local dans toute sa “typicité”, autrement dit dans sa différence culturelle et sociale. Quels regards et projections portent-ils alors sur l’autochtone ? Cherchent-ils à entretenir une distinction ou bien au contraire à acclimater leurs pratiques, voire à s’approprier celles de l’Autre ?

Concernant les résidents et les montagnards, dans quelle mesure et par quels compromis acceptent-ils de se conformer aux attentes des curistes-touristes, en mettant notamment en scène leur typicité ? Dès lors, la présence de l’Autre visiteur dérange-t-elle leurs pratiques culturelles ou bien permet-elle de se les réapproprier ? Cela revient par extension à s’interroger sur les manières dont les communautés locales peuvent adapter leurs pratiques économique et sociales afin de tirer parti des retombées économiques du thermalisme (travail saisonnier, spécialisations productives …).

 

 

5.     Valorisation des patrimoines (naturels, paysagers, culturels, immatériel)

Cet axe visera à rendre compte d’expériences ou de dispositifs de patrimonialisation en montagne. Le constat est celui d’un paysage thermal abîmé pour ne pas dire dégradé en quête d’un nouveau souffle. La problématique se pose tant pour les stations qui demeurent en activité que pour celles confrontées à des logiques d’abandon ou de reconversion. Comment le patrimoine est-il mobilisé comme atout ? Le thermalisme peut-il de nouveau jouer un rôle moteur dans le développement touristique des massifs ?

Les expériences seront révélatrices de choix et de principes susceptibles de définir un ensemble de bonnes pratiques dans ce domaine : signalétiques, applications…. Les communications privilégieront une approche critique et analytique des réalisations dont certaines font appel aux nouvelles technologies.

 

Directeurs du colloque

– Nicolas Meynen, MCF-HC, Université Toulouse-Jean Jaurès, FRAMESPA (UMR 5136-CNRS)

– Laurent Jalabert, Pr., Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM (EA 3002)

– Estéban Castaner, Pr., Université de Perpignan-Via Dominici, CRESEM (EA 7397)

Avec la collaboration de Jean-Loup Gazzurelli, Docteur en Histoire contemporaine (UT2J)

 

 

Comité scientifique

Patricia Casteret

Roland Chabbert

Eric Cron
Bertrand Desailly

Steve Hagimont

Pascal Julien

Philippe Roose

 

 

Orientations bibliographiques

 

ALONSO-ÁLVAREZ Luis, « The value of water: the origins and expansion of thermal tourism in Spain, 1750–2010 », Journal of Tourism History, t. 4, 2012, p. 15-34.

« Architecture et urbanisme de villégiature : un état de la recherche », In Situ, 24/2014.

ANTOINE Jean-Marc et MILIAN Johan (dir.), La ressource montagne, entre potentialités et contraintes, Paris, L’Harmattan, 2011.

BARROS François (de) et FRUNEAU Marie-Noëlle, Pré-inventaire des parcs et jardins remarquables dans le département des Hautes-Pyrénées, DIREN, 1997.

BERDOULAY Vincent (dir.), Les Pyrénées, lieux d’interaction des savoirs (XIXe-début XXe siècle). Paris, CTHS, 1995. BORSAY Peter, « Town or country? British spas and the urban–rural interface », Journal of Tourism History t. 4, n°2, 2012, p. 155-169.

BOYER Marc, Le thermalisme dans le grand Sud-Est de la France, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2005.

BOUNEAU Christophe, « Le rôle de la Compagnie des chemins de fer du Midi dans les trajectoires d’innovation des aires touristiques du grand Sud-Ouest de 1852 à 1937 », Sud-Ouest Européen, no39, 2015, p. 13-29.

BRIFFAUD Serge, Naissance d’un paysage. La montagne pyrénéenne à la croisée des regards (XVIeXIXe siècle), Toulouse, Tarbes, CIMA-CNRS, Association Guillaume Mauran, 1994.

BRIFFAUD Serge, HEAULME Emmanuelle, ANDRE-LAMAT Véronique, DAVASSE Bernard et SACAREAU Isabelle, « The Nature of Resources », Renewable Energies and European Landscapes, p. 135-53. Springer, Dordrecht, 2015.

BRIFFAUD Serge, « Face au spectacle de la nature », in Alain CORBIN, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire des émotions. Tome 2 : Des Lumières à la fin du XIXe siècle, Paris, Seuil, 2016, p. 57-78.

CARRIBON Carole, Du thermalisme mondain au thermalisme social ? Les villes d’eaux françaises dans l’Entre-deux- guerres (1919-1939), Thèse de doctorat, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2001.

CHADEFAUD Michel, Aux origines du tourisme dans les Pays de l’Adour. Du mythe à l’espace, un essai de géographie historique, Pau, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 1987.

 

GIGASE Marc, HUMAIR Cédric et TISSOT Laurent (dir.), Le tourisme comme facteur de transformations économiques, techniques et sociales (XIXeXXe siècles). Neuchâtel, Suisse, Éd. Alphil-Presses universitaires suisses, 2014.

GRANET-ABISSET Anne-Marie et GAL Stéphane, Les territoires du risque, Grenoble, PU Grenoble, 2015. GRENIER Lise (dir.), Villes d’eaux en France [exposition, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts à Paris, 16 janvier-24 mars 1985], Paris, Institut français d’architecture, 1984.

HAGIMONT Steve, Commercialiser la nature et les façons d’être. Une histoire sociale et environnementale de l’économie et de l’aménagement touristiques (Pyrénées françaises et espagnoles, XIXeXXe siècles), Thèse d’histoire, Université de Toulouse Jean Jaurès, 2017.

HENRY Dominique, « Entre-tenir la montagne » : paysage et ethnogéographie du travail des éleveurs en montagne pyrénéenne : hautes vallées du Gave de Pau, de Campan et d’Oueil-Larboust, Mémoire sous la dir. de Jean-Paul Métailié et de Serge Briffaud, Toulouse-Jean-Jaurès, 2012.

HUMAIR (Cédric), GIGASE (Marc) et LAPOINTE GUIGOZ (julie), Système touristique et culture technique dans l’Arc lémanique. Analyse d’une success story et de ses effets sur l’économie régionale (1852-1914), Neuchâtel, Alphil-Presses universitaires suisses, 2014.

JAMOT Christian Thermalisme et villes thermales en France, Clermont-Ferrand, Institut d’Etudes du Massif Central, 1988.

JARRASSE Dominique, Les thermes romantiques. Bains et villégiatures en France de 1800 à 1850, Clermont-Ferrand, Institut d’Etudes du Massif Central, 1992.

JENNINGS, Eric Thomas, À la cure, les coloniaux ! Thermalisme, climatisme et colonisation française (1830-1962). Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

LARRINAGA RODRIGUEZ Carlos, « Origenes del turismo en España. Las aguas de vida », Annuario de l’IEHS, t. 27, 2012, 369-91.

LARRINAGA RODRIGUEZ Carlos, « Termalismo y turismo en la España del siglo XIX »in BARCIELA Carlos, MANERA Carles, MOLINA Ramon et DI VITTORIO Antonio, La evolución de la industria turística en España e Italia, Institut Balear d’Economia., Palma de Mallorca, 2011, p. 369-391.

LASLAZ Lionel, « Renaturaliser sans patrimonialiser ». L’Espace géographique, t. 42, 2013, p. 354-69. LEVY André (dir.), Le dictionnaire des Pyrénées, Toulouse, Privat, 2000.

METAILIE Jean-Paul (dir.). Risques et aménagement dans les Pyrénées, Toulouse, GDR-ISARD, 1993.

MEYNEN Nicolas, « Des thermes militaires dans les Pyrénées au XIXe siècle : l’exemple de Barèges », ORGEIX (Emilie d’) et MEYNEN (Nicolas) (dir.), Fortifier la montagne (XVIIIXXe siècle). Histoire, reconversion et perspectives de mise en valeur du patrimoine militaire en montagne, Toulouse, PUM, 2016, p. 207-229.

MILIAN Johan, Protection de la nature et développement territorial dans les Pyrénées, Thèse de géographie, Université de Toulouse II-Le Mirail, 2004.

PENEZ Jérôme, Histoire du thermalisme en France au XIXe siècle. Eau, médecine et loisirs. Paris, Économica, 2004. POISSON Jacques, « Le voyage aux eaux. Histoire de la desserte ferroviaire des stations thermales », Revue d’histoire des chemins de fer, no31, 2011, p. 201-34.

RENDU Christine, La montagne d’Enveig : une estive pyrénéenne dans la longue durée, thèse, Lille, 2003.

SAHLINS Peter, Boundaries. The Making of France and Spain in the Pyrenees. Berkeley, University of California press, 1989.

TISSOT Laurent, Naissance d’une industrie touristique. Les Anglais et la Suisse au XIXe siècle, Lausanne, Payot, 2000. TOULIER Bernard et ROSE Caroline, Villes d’eaux. Architecture publique des stations thermales et balnéaires, Paris, Imprimerie nationale éd. et Dexia éd., 2002.

VLES Vincent, Métastations. Mutations urbaines des stations de montagne, un regard pyrénéen, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2014.

VLES Vincent et Bouneau Christophe (dir.), Stations en tension, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2016.

WALTER François, « La montagne alpine : un dispositif esthétique et idéologique à l’échelle de l’Europe »,

Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 52, 2005, p. 64-87.

 

Les propositions de communications (résumé de 1 500 signes précisant le titre de la communication, l’argumentation et les sources mobilisées), accompagnées d’un court curriculum vitae (notice de 500 signes précisant le nom sous lequel l’intervenant souhaite être cité, un contact téléphonique, un courriel, son affiliation institutionnelle et son laboratoire de rattachement le cas échéant), sont à adresser au plus tard le 29 mai 2020 conjointement aux adresses suivantes :

nicolas.meynen@univ-tlse2.fr

laurent.jalabert@univ-pau.fr

castaner@univ-perp.fr

Les propositions de poster sont les bienvenues, elles seront étudiées avec intérêt.

CFP: Politiques et pratiques culturelles dans les villes : Pour une approche comparée Europe/Amériques

Veuillez trouver ci-joint un appel à propositions pour une journée d’études qui se déroulera le 11/06 à l’Institut des Amériques (Campus Condorcet).

La JE a pour objectif de souligner l’ambivalence de la notion de culture en milieu urbain.  Elle privilégie l’hypothèse d’une tension entre les politiques culturelles en vue d’assurer l’attractivité territoriale et les pratiques culturelles des habitants.

Les propositions doivent être envoyées avant le 20 mars 2020.

Pour tout complément d’information, n’hésitez pas à nous écrire :

-Cynthia Ghorra-Gobin (CNRS-CREDA) et Diana Burgos-Vigna (Cergy Paris Université, Laboratoire AGORA).

L’annonce peut également être consultée à l’adresse suivante.

Appel à communications

 

Politiques et pratiques culturelles dans les villes :

Pour une approche comparée Europe/Amériques

***

Journée d’études

11 juin 2020 – Campus Condorcet

organisée par Diana Burgos-Vigna (Cergy Paris Université-Laboratoire AGORA)

et Cynthia Ghorra-Gobin (CNRS-CREDA)

 

1-      Argumentaire scientifique

 

La culture est devenue ces dernières années l’un des axes forts de développement urbain. Historiquement définies et menées à l’échelon national, les politiques culturelles ont progressivement été captées par les autorités locales, l’échelon urbain s’imposant comme le niveau privilégié de l’action publique en ce domaine. Si en Amérique latine ce phénomène s’est renforcé avec les politiques de décentralisation et la libéralisation des économies dans les deux dernières décennies du XXe siècle, en Europe et en Amérique du Nord, l’émergence des villes comme des acteurs culturels de poids s’explique tant par des processus globaux que par des évolutions internes spécifiques à chaque pays. Sur les deux continents, la culture est désormais un volet significatif de l’agenda urbain. Elle se caractérise parfois par l’implication d’acteurs privés aux côtés d’acteurs publics ainsi que par une forte imbrication d’enjeux économiques et sociaux.

 

Aussi si le constat de la culture comme composante incontournable des politiques locales est aujourd’hui largement partagé, deux axes semblent néanmoins se détacher.  Certains chercheurs parlent de « registres de légitimation » (Saez, 2008), qui a priori apparaissent comme difficilement conciliables : d’un côté une vision de la culture comme levier de développement économique, de l’autre une préférence pour la culture comme source d’épanouissement personnel et collectif, et davantage perçu comme un outil de développement social.

 

Le premier axe s’est développé ces dernières années dans un contexte de concurrence accrue entre les villes à l’échelle mondiale : les politiques culturelles devenant des outils privilégiés pour assurer et renforcer l’attractivité territoriale. Dans les Amériques comme en Europe, les autorités locales ont ainsi mis en place des stratégies variées, allant de l’élaboration de plans de développement culturel à la construction de méga-équipements, dans la lignée de Barcelone ou de Bilbao. Ces politiques, largement influencées par les références à la « ville créative » (Florida, 2005 ; Landry 2008) ont élevé la culture au rang de « ressource économique ». Par la construction d’infrastructures spécifiques ou par l’organisation d’événements phares, elles permettent ainsi aux villes de renforcer leur « capital symbolique collectif » (Harvey, 2002). L’obtention de certaines distinctions (« capitale ibéro-américaine de la Culture », « ville créative de l’UNESCO », etc.) s’inscrit aussi dans cette logique. C’est le cas par exemple de la course au statut de « ville patrimoine de l’Humanité » qui en Amérique latine s’est accélérée à partir des années 1990.

 

Le deuxième axe repose, lui, sur l’idée de démocratisation et sur l’hypothèse que l’un des objectifs premiers de toute politique culturelle consiste à faire accéder le plus grand nombre de personnes aux biens et services culturels. Cette dynamique a été privilégiée dans certains pays européens dans les années 1970 et 1980 avec un effort conséquent dans les quartiers les plus défavorisés. Les observateurs des politiques culturelles tendent à s’accorder néanmoins sur un constat d’échec de cette stratégie, constat fondé notamment sur la persistance de fortes disparités entre les groupes de populations selon l’appartenance socio-économique.

 

De plus, dans un contexte mondial où la culture devient une « marque de distinction » pour les métropoles mais aussi pour certaines villes moyennes, le décalage entre les politiques locales officielles et les nouvelles formes de pratiques culturelles ne cesse de s’affirmer.  Ainsi, si un certain street art est désormais reconnu comme une pratique artistique à part entière, d’autres formes d’intervention dans l’espace public ou de pratiques culturelles au sens large le sont moins comme par exemple le tag, le slam, le rap, le parkour (discipline sportive urbaine) ou autres pratiques de rue fortement liées aux réseaux sociaux (flashmobs, jumpstyle, etc.)

 

La faible convergence entre la politique culturelle officielle et les pratiques culturelles de certaines populations persistent et ce malgré la multiplication des appels internationaux à favoriser la diversité culturelle. L’un des plus connus de ces derniers est l’Agenda 21 de la Culture, signé en 2004 lors du Forum des Autorités Locales de Barcelone, qui s’inscrit dans la lignée de la Déclaration Universelle de l’UNESCO sur la Diversité Culturelle (Unesco, 2001) et du Forum de Porto Alegre qui avait fait de la Culture le « 4ème pilier du développement ».

Or, qu’elles soient influencées par le modèle de la « ville créative » destiné à un public privilégié, ou davantage attirées par des programmes de démocratisation culturelle, force est de constater que les autorités locales procèdent à une hiérarchisation des pratiques et tendent à favoriser certaines formes aux dépens des autres.

2-      Objectifs et modalités de participation

 

L’objectif de cette journée d’études (ouverte à toutes les disciplines de sciences humaines et sociales) est d’illustrer et d’analyser les deux axes du registre culturel définis ici.  Il s’agit de souligner les « tensions » dans les villes des Amériques et dans les villes européennes entre d’une part des politiques culturelles ancrées dans une politique d’attractivité territoriale et les pratiques culturelles de populations d’origines et de statuts divers.

Les interventions souhaitées dans le cadre de la journée d’études s’appuieront sur des travaux empiriques mettant en scène des villes (indépendamment de leur taille) localisées dans les Amériques ou en Europe. Les discussions à l’issue de chacune des présentations seront centrées sur l’analyse des « tensions » entre politiques culturelles et pratiques culturelles dans une perspective comparée entre les villes dans les Amériques et les villes en Europe.

 

Les propositions (une page incluant le titre, le résumé et les références bibliographiques de l’intervention, le nom du chercheur.e , son affiliation institutionnelle et son adresse email) devront parvenir à Diana Burgos-Vigna (diana.burgos@u-cergy.fr) et  Cynthia Ghorra-Gobin (implementation@orange.fravant le 23/03/2020.  Les réponses seront envoyées le 20/04/2020 en vue de la journée d’études qui se déroulera le 11/06/2020 à l’Institut des Amériques (Campus Condorcet).

Institut des hautes études de l’Amérique latine
IHEAL
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Campus Condorcet – Bâtiment de Recherche Sud
5 cours des Humanités, 93322,  Aubervilliers – bureau 5028A

Facebook : IHEAL CREDA Twitter : @IHEAL_CREDA
Abonnez-vous à La Lettre de l’IHEAL-CREDA

CFP: deadline: 31 May LIVING WITH TOURISM | ISEG 24-25 September 2020 | Lisbon Portugal

CALL FOR PAPERS

LIVING WITH TOURISM:

PARADOXES, EMPOWERMENT AND FUTURE DIRECTIONS

Portugal, Lisbon, ISEG 24-25 September 2020 

DESCRIPTION AND THEMES 

The production and marketing of places as tourist destinations is one of the most common topics in contemporary social sciences research on tourism. Having moved beyond straightforward impact studies and adopting ethnographic methodologies of experimental immersion, social scientists have been able to grasp in the construction of tourism places in terms of sociocultural processes of actions and meanings, interconnection of local and global economic and political structures, social change, construction and performance of national and regional identities and the emergence of “other” identities, resistance and transformation of everyday practices.

Understanding tourism as an intrinsically cultural phenomenon that can best be studied not as an independent entity, but instead as a social field in which many actors engage in multiple and complex interactions across time and space (both in situ and virtually), will contribute to a new body of scholarship. This approach is interested in exploring the impacts, involvements, resilience, paradoxes and tensions, and empowerment of local communities and their interrelated practices of hosting, moving, producing and consuming, revelled in the particularities of each touristic site. Accordingly, a holistic approach should be taken regarding how tourism fits into broader and intricate sociocultural systems of meaning and actions, and how it operates at various levels, such as economic effects, emergence of new public policies, political ways of legitimacy and/or populism, power relations, sustainability and lifestyles, creativity and entrepreneurship, resources consumption, commodification of culture, social inclusion and exclusion, and inequality. In this sense, ‘places of tourism’ are privileged fields to study the marks (although transitory) of a globalised and interconnected world of transnational flows of products, capital, information, multinational organisations, people and imagery, which expose their local differences and its specific dynamics, discourses, interests and uses of space.

At the institutional level, tourism industry global success has been awakening a growing network of stakeholders involved in tourism development, including local, national, and international organisations, eager to mobilise tourism as a force for sustaining and developing culture and economy. The appeal to visitors’ senses, experiences and feelings, based on market segmentation and product differentiation of a particular place, are new tourism trends in development all over the world. Intangible heritage, food and wine, health and wellness, religious tourism, nature and ecotourism, sports and adventure, technological and virtual tourism experiences are among the raising forms of tourism activities and destinations strategies to innovate and diversify their tourism offers.

This workshop seeks paper proposals focused on interdisciplinary and empirical research on ‘living with tourism’, i.e., a rethinking of tourism economic, social and cultural impacts and its paradoxes, and its wider implications in terms of power relations towards a specific space and the communities that inhabit it. It also invites to a broader discussion on tourism future directions in line with worldwide changes of nations economic prosperity, consumption lifestyles, rising of new markets, brands and activity sectors, and cutting-edge research topics in tourism studies.

We encourage the submission of abstracts on tourism contexts and host communities research related with topics including, but not limited to, the following:

  • Social change and its paradoxes;
  • Empowerment, identity and representation;
  • Governance and public policies;
  • Direct and indirect economic impacts;
  • Innovative organizational structures;
  • Sustainability, sociocultural harmony and integration;
  • Resistance, contestation and repulsion;
  • Dynamics of local-to-global, endurance and cosmopolitanism;
  • Processes of invention of tradition and authenticity;
  • Discourses and practices of enactment, performance and agency;
  • Production and consumption of heritage;
  • Food culture and gastronomy as tourist resources;
  • Cultural festivals and corporate events;
  • New cycles, new partnerships and new opportunities.                                                           

ORGANIZATION

PhD Programme on Economic and Organizational Sociology, SOCIUS/CSG – Research Centre in Economic and Organizational Sociology and ISEG – Lisbon School of Economics & ManagementUniversidade de Lisboa

SCIENTIFIC COMMITTEE

Marisa C. Gaspar, Sofia Bento, Rafael Marques, Daniel Seabra Lopes e José Dias Lopes.                                                                          

KEYNOTE SPEAKERS

Prof. Dr. XERARDO PEREIRO

Assistant Professor, Universidade de Trás-os-Montes e Alto Douro – UTAD, CETRAD – Vila Real, Portugal.

Holds a European PhD in Social Anthropology from the University of Santiago de Compostela (Galicia, Spain) and another International PhD in Tourism from the University of La Laguna (Canarias, Spain). Assistant teacher with habilitation (tenure) of anthropology (by ISCTE, Lisbon) and cultural tourism in UTAD. Conducts research about anthropology of tourism and cultural heritage in CETRAD, Centre for Transdiciplinary Development Studies, of UTAD. Has done fieldwork research in Spain, Portugal and Panama – about indigenous guna tourism. Is the Head of Tourism First Degree Course of UTAD, and was visitor teacher in the Universities of Vigo, Coruña, Santiago de Compostela, Pablo Olavide (Seville), Salamanca, Panamá, Universidade Nova de Lisboa (Portugal), Costa Rica, UNICAMP (Brazil) and others. Awarded the 1994 Vicente Risco Award of Social Anthropology and Social Sciences; the 2007 FITUR in research tourism and the 2011 Sol-Meliá, University of Balears Islands Awards for Tourism Research. Nowadays is doing research on Portuguese Inside Way of Pilgrimage to Santiago de Compostela and about Tourism in the Douro Region. Member of Editorial Board of International Journal of Tourism and Cultural Heritage – Pasos.

 

Prof. Dr. VALERIO SIMONI

Senior Research Fellow, Graduate Institute Geneva, Switzerland.

Researcher at the Global Migration Centre and the Department of Anthropology and Sociology, at the Graduate Institute Geneva, Switzerland, and Research Associate at the Instituto Universitário de Lisboa (ISCTE-IUL), Centro em Rede de Investigação em Antropologia, in Lisbon, Portugal.

Author of the award-winning Tourism and Informal Encounters in Cuba (2016), as well as numerous contributions to edited volumes and journals in both anthropology and tourism studies including Anthropological TheoryJournal of Anthropological Research, and Journal of Tourism and Cultural Change. With ethnographic field research in Cuba and Spain, his work contributes to scholarship in the social sciences on intimacy, economic practice, morality, tourism, migration, transnationalism, and globalization.

 

ABSTRACTS GUIDELINES

All abstracts must be submitted in English.

Abstract proposals should include the title, a short abstract, with no more than 50 words, which is meant to sum up the long abstract that must not exceed 250 words in length, plus 5 keywords.

Abstracts submission deadline: 31 May 2020.

Please submit your abstracts: HERE

 

REGISTRATION AND FEES

 

The workshop registration includes, print materials, coffee breaks, access to the keynote, all the thematic sessions and fringe events. 

Standard fee: 160€

Students fee: 120€

Standard late fee (from September 1): 200€   

For further information please contact the local organization: sociuseventos@iseg.ulisboa.pt

 

 

Publication: “Culture et Recherche”, n° 140 : “Recherche culturelle et sciences participatives”, hiver 2019-2020

Recherche culturelle et sciences participatives

« Culture et Recherche », n°140, hiver 2019-2020, 104 pages
Dossier conçu et coordonné par les membres du réseau Particip-Arc

L’appel à manifestation d’intérêt « Recherche culturelle et sciences participatives » lancé par le ministère de la Culture en 2017 invitait chercheurs, professionnels et représentants de la société civile à se regrouper en réseau pour mettre en évidence les apports des démarches participatives aux projets de recherche culturelle, en termes d’innovation méthodologique et scientifique. Ainsi s’est constitué le réseau Particip-Arc, piloté par le Muséum national d’histoire naturelle, qui a mené un important travail réflexif dont le ministère a voulu rendre compte dans ce numéro de « Culture et Recherche ».

Conçu par les membres du réseau, ce numéro témoigne de la fécondité de leurs échanges et débats, qui ont conduit à construire une vision partagée des bénéfices et des finalités de la recherche participative. En contrepoint, des paroles de citoyens impliqués dans des projets participatifs font écho aux réflexions des chercheurs. Des contributions issues d’acteurs nationaux impliqués dans les sciences participatives viennent en complément apporter un éclairage plus large sur les enjeux de la participation citoyenne pour le développement des connaissances et l’émancipation des citoyens.

Lien vers le numéro à télécharger :

https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Enseignement-superieur-et-Recherche/La-revue-Culture-et-Recherche/Recherche-culturelle-et-sciences-participatives

CFP : Rendez-vous ethnologique de Salagon : “Musées et recherche : entre affinités électives et mariage de raison”, Mane (04), 18-19 juin 2020

Rendez-vous ethnologique de Salagon

18 et 19 juin 2020

Musée de Salagon, le Prieuré, 04300 Mane

http://www.musee-de-salagon.com/

Appel à communications

En collaboration avec le CRIA et

l’IDEMEC (UMR 7307 AMU-CNRS)

MUSÉES ET RECHERCHE

ENTRE AFFINITÉS ÉLECTIVES ET MARIAGE DE RAISON

« Un musée est une institution permanente sans but lucratif au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’études, d’éducation et de délectation. »

Statuts de l’ICOM, art 2 § 1

Dans cette définition[1] des musées donnée par l’ICOM (International Council Of Museums), la recherche apparaît deux fois à travers le terme « d’étude » qui ne s’applique plus à la culture matérielle uniquement comme dans les premières définitions, mais au « patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et (à) son environnement » : programme large et ambitieux qui montre à quel point le monde des musées cherche à élargir son horizon, au-delà des collections matérielles qui ont longtemps été l’unique centre de son activité.

Ce terme d’étude apparaît du reste deux fois, dans sa forme verbale et nominale. Avec le verbe, le musée est un acteur actif de la recherche qui est une de ses missions ; au travers du nom, il offre aux chercheurs des sujets ou des matériaux d’étude. On a vu au fil du temps de multiples partenariats entre l’Université et les musées : des chercheurs créer des musées, des laboratoires intégrés dans le projet muséal, des universitaires commissaires ou dont l’objet de la recherche est le musée et sa place dans la société.

Objet protéiforme, la recherche dans le musée se situe partout et nulle part : dans les informations] rassemblées pour préparer une exposition et les publications qui en rendent compte ; dans le travail des conservateurs qui documentent les œuvres ; dans les partenariats multiples entre Universités et musées… L’objet est insaisissable et ne répond pas aux mêmes définitions suivant la place où l’on se tient ou même le type de collection. Le rapport entre le concept et l’objet se déplace selon des gradients extrêmement variables : décrire et attribuer, est-ce faire de la recherche ? Comment dépasser un retour d’expérience pour alimenter une réflexion plus large ?

La recherche sur les collections et les objets, qui a été très étudiée et publiée – de la méthodologie aux méthodes d’investigation les plus innovantes – n’est pas l’objet de ce séminaire, ni l’amont de la recherche que sont l’acquisition ou, pour les musées d’ethnologie, la collecte – voire que furent autrefois les expéditions ethnographiques, lorsque les musées étaient encore le principal lieu d’institutionnalisation de l’anthropologie. Il s’agit davantage d’observer les différentes dynamiques à l’œuvre entre les acteurs et les objets (matériels ou conceptuels) qui gravitent autour des musées. Le séminaire vise à donner la parole aux personnels scientifiques, universitaires, scénographes, médiateurs, volontaires, publics qui investissent le champ de la recherche et se l’approprient chacun à sa manière à travers les collections et les nouveaux supports de médiation.

Préparer une exposition

Une exposition suppose un travail de recherche important : sur les œuvres ou les objets, mais aussi de façon plus large sur la problématique abordée. Les commissaires qui montent des expositions dans des musées de société organisent des enquêtes ethnologiques ou sociologiques, explorent les sources primaires des archives, des bibliothèques ou des fonds privés. Les musées scientifiques traduisent pour le public les avancées de la recherche fondamentale. Conservateurs et universitaires se partagent un terrain fécond selon des partenariats souvent singuliers, dont la richesse le dispute parfois à la rivalité. Les conseils scientifiques n’existent pas dans tous les musées : tutelle supplémentaire ou conseil à l’orientation, il joue un rôle complexe. Comment choisit-on un sujet d’exposition ? L’air du temps, l’exposition précédente, les rencontres, les nouvelles recherches, tout est susceptible de fournir une problématique qui va à son tour générer de la recherche ou permettre de synthétiser l’existant dans une présentation des théories qui forment l’état des connaissances au moment de l’exposition. Le public est avide d’expositions temporaires qui font événement, mais certaines belles endormies continuent de montrer une conception particulière du monde et de la science (pensons aux anciens muséums d’histoire naturelle). Car enfin les expositions rendent sensibles, bien plus que d’autres média, les rapports qu’entretiennent les sciences et le réel : il faut parfois le recul de l’exposition permanente vieillissante pour comprendre les récits que se jouent les sociétés dans les représentations muséographiques. Ce recul peut nous permettre aussi de comprendre les valeurs et les idéaux qui travaillent en sous-œuvre nos propres représentations.

Qu’écrit-on dans un catalogue ?

Le catalogue est le passage obligé d’une exposition qui vise un certain statut scientifique. L’objet est calibré. Il comprend des images (de bonne qualité et de taille suffisante) et du texte, et l’équilibre entre les deux le définit : trop de place pour les images, c’est un album, pas assez, un ouvrage scientifique. Le contenu des textes est extrêmement variable : parfois écrit par des scientifiques, parfois par des conservateurs, rarement par des médiateurs, il est souvent l’œuvre de spécialistes qui complètent le commissariat par des textes marquant là encore l’état de la recherche au moment de l’exposition. A qui sont destinés ces écrits ? Et qui les lit ? Les catalogues figurent souvent au rang des beaux livres qui trônent sur les tables basses, mis en valeur pour les illustrations et leur valeur symbolique plus que pour leur contenu. La fonction de ces catalogues, très appréciés du public, pose question, autant pour les institutions qui les produisent que pour ceux qui y publient des textes et ceux qui les regardent – à défaut de les lire.

 

Transmettre la recherche

Existe-t-il, dans un musée plus encore que dans le monde universitaire, des recherches non publiées, que l’on produit sans souhaiter (ou sans espérer) pouvoir les partager un jour avec le public ? Le musée est avant tout un lieu de transmission, où le public va découvrir ce que les commissaires ont considéré comme digne d’intérêt. Mais il ne s’agit plus de résumer sur des panneaux le contenu du catalogue. L’exposition devient la rencontre entre des idées et des supports sensoriels (parmi lesquels figurent les collections) qui permettent aux publics d’accéder aux concepts à travers une expérience qui mobilise l’être entier, et non seulement l’intelligence. Entre la recherche conceptuelle et l’exposition se positionnent les personnes dont la fonction va être de traduire, de différentes façons, la pensée en parcours, en images, en sons. Ce sont les muséographes, les scénographes et les médiateurs, pour qui la vulgarisation n’est pas seulement la simplification mais un transfert du discours dans un langage où sont convoqués les sens, le plaisir et la fameuse « aura » des œuvres d’art selon Walter Benjamin.

Mais, à l’époque de la reproductibilité technique de ces dernières, de la production massive et en série des objets du quotidien, de vastes flux culturels, de mouvements de populations et d’une progressive meilleure reconnaissance sociale de groupes minoritaires, qui détient l’autorité pour définir les objectifs et les modalités de la recherche – et, au fond, ce que doit être et faire un musée ? La question est particulièrement sensible en une époque où la notion de « participation » gagne une importance qui semble toujours croissante dans la vie sociale.  Nul doute que, à l’occasion de ce 5ème Rendez-vous Ethnologique, professionnels des musées et ethnologues trouveront matière à débattre autour de ce questionnement – central dans les débats actuels autour de l’élaboration d’une nouvelle définition du musée.

Isabelle Laban-Dal Canto

Conservatrice du patrimoine

Directrice du musée de Salagon

 

 

Comité organisateur

 

Jean-Yves Durand, CRIA-UMinho (Braga, Portugal)

Cyril Isnart, IDEMEC (Aix-en-Provence)

Isabelle Laban-Dal Canto, musée de Salagon (Mane)

Antonin Chabert, musée de Salagon (Mane)

 

Nous invitons ceux que le sujet intéresse, qu’ils soient universitaires, qu’ils travaillent dans un musée ou traitent de la thématique dans un autre cadre, à envoyer une proposition de communication.

 

Les propositions de communication sont à envoyer à Isabelle Laban-Dal Canto isabelle.laban-dal-canto@le04.fr et Antonin Chabert antonin.chabert@le04.fr

 

avant le 19 avril 2020

sous forme numérique (Word), maximum 2 000 signes espaces compris.

 

Les intervenants retenus seront défrayés (voyage et hébergement).

[1] Cette définition est déjà contestée dans le milieu international des musées, et la discussion qui accompagne la validation d’une définition commune montre bien les évolutions en cours :  https://icom.museum/fr/normes-et-lignes-directrices/definition-du-musee/