Category Archives: Uncategorized

PhD: Avis de soutenance de M. Caradonna, EHESS et Université de Rome Sapienza

Marta Caradonna soutiendra sa thèse en cotutelle entre

L’Ecole des hautes études en sciences sociales

et l’Université de Rome “Sapienza”

Intellectuels, institutions et expositions : la constitution des musées et des disciplines demo-ethno-anthropologique en Italie à partir de 1850. Une histoire croisée.

Le mardi 18 décembre 2018 à 14h, salle B, 2e étage, à l’EHESS-Marseille, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002, Marseille

devant un jury composé de :

♦ Dionigi ALBERA, Directeur de recherche au CNRS

♦ Isabelle BRIANSO, Maître de Conférences à l’Université d’Avignon

♦ Jean BOUTIER, Directeur d’études à l’EHESS

♦ Alessandra BROCCOLINI, Chercheur à l’Université “Sapienza”

♦ Alessandro LUPO, professeur à l’Université “Sapienza” (directeur de la thèse)

♦ Valeria SINISCALCHI, Directrice d’études à l’EHESS (directrice de la thèse)

Advertisements

Education: HDR, Alexandra Galitzine-Loumpet, 10 déc. 2018 : “L’altérité en ses objets : représentations, patrimoines, exils” / “L’exil en ses objets : culture matérielle et représentations de l’expérience migratoire”

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance, le 10 décembre 2018, de mon habilitation à diriger des recherches  intitulée :

“L’Altérité en ses objets : représentations, patrimoines, exils”

et composée des volumes suivants :

I et II. L’Altérité en ses objets : représentations, patrimoines, exils, volume de synthèse et volume de publication

III. L’exil en ses objets, culture matérielle et représentations de l’expérience migratoire, inédit

La soutenance se tiendra lundi 10 décembre 2018, de 9h à 13h dans les salons de l’Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris.

Membres de jury ci-après :

  • Michel AGIER, directeur de recherches, IIAC – EHESS
  • Saskia COUSIN, maitresse de conférences HDR, Université Paris-Descartes
  • Dominique MALAQUAIS, chargée de recherche CNRS, Institut des mondes africains
  • Dominique POULOT, Professeur des Universités, Université de Paris I / INHA
  • Marie-Caroline SAGLIO YATZIMIRSKY, Professeur des universités, Inalco (coordinatrice)
  • Alain SCHNAPP, Professeur des Universités émérite, Université de Paris I / INHA
  • Peter STOCKINGER, Professeur des Universités, Inalco

Un verre suivra la soutenance publique : merci de signaler votre présence.

— 

Alexandra Galitzine-Loumpet

Anthropologue

Co-coordination ANR LIMINAL (Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations)

Responsable programme Non-lieux de l’exil / Non places of Exile  & Displaced Objects 

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA, UMR 245)

Affiliée à l’ Institut Convergence Migrations (2018-2021)

+ 33 (0)6 71 65 70 54

Publications sur academia.edu 

Publication: Revue “Culture et Recherche”, dossier “Architecture. Pratiques plurielles de la recherche”, n° 138, automne-hiver 2018

Le numéro 138 de Culture et Recherche (automne-hiver 2018, 104 pages) est en ligne sur le site du ministère de la Culture :

http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Enseignement-superieur-et-Recherche/La-revue-Culture-et-Recherche/Architecture.-Pratiques-plurielles-de-la-recherche

Architecture. Pratiques plurielles de la recherche

Dossier coordonné par :
Corinne Tiry-Ono et Valérie Wathier (bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère),
en collaboration avec
Laurent Devisme, Richard Klein, Éric Monin, Dominique Rouillard, Estelle Thibault, Nicolas Tixier et Dimitri Toubanos (enseignants-chercheurs des écoles nationales supérieures d’architecture).

L’année 2018 a vu la publication de cinq décrets portant réforme des écoles nationales supérieures d’architecture. Cette réforme leur attribue le statut d’établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche et crée un statut unique d’enseignant-chercheur. Elle consolide ainsi leur place et renforce leur visibilité dans le paysage national et international de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Alors que le ministère de la Culture s’est doté de cadres renouvelés définissant ses priorités en matière de recherche en faveur de l’architecture au regard des grands enjeux sociétaux d’aujourd’hui et de demain, ce numéro de Culture et Recherche souhaite faire mieux connaître l’activité de recherche des écoles et rendre compte des dynamiques plurielles qui la sous-tendent. Élaboré en collaboration avec les enseignants-chercheurs des écoles, il se compose de quatre parties couvrant chacune un territoire transversal de la recherche architecturale, urbaine et paysagère : Transitions, Transformations, Représentations, Transmissions.

L’ensemble des contributions de ce numéro en témoigne : la recherche en architecture est aujourd’hui mature et peut répondre aux défis écologiques et sociaux du monde contemporain.

Voir en particulier :

Architecture et patrimoine. Mettre en synergie l’enseignement et la recherche :

  • Le réseau scientifique pédagogique et thématique « Architecture, patrimoine et création », Philippe Dufieux
  • Le mastère spécialisé® « Architecture et patrimoine contemporain » à l’ENSA de Montpellier, Laurent Duport
  • Le DSA « Architecture et patrimoine » à l’ENSA Paris- Belleville, Jean-Paul Midant
  • De l’acquisition collective de connaissances vers une réflexion opérationnelle, Karine Thilleul

Le label « Patrimoine du XXe siècle », François Goven

PhD: Soutenance de thèse G. Torterat – “Conjugaisons singulières du passé”

Soutenance de thèse

Gwendoline Torterat

mardi 6 novembre, à 14h30

salle B015

bâtiment B Pierre Grappin

Campus de l’université de Nanterre

200 avenue de la République

92001 Nanterre

 

“Conjugaisons singulières du passé.

Pour une anthropologie filmique du travail sur un chantier de fouille archéologique”. 

Composition du jury :

Membre du jury       Mme Alexandra BIDET, Chargée de Recherche au CNRS, Centre Maurice Halbwachs (ENS)

Rapporteur              M. Francis CHATEAURAYNAUD, Directeur d’Études, École des Hautes Études en Sciences Sociales (Groupe de sociologie pragmatique et réflexive)

Rapporteur              M. François COOREN, Professeur, Université de Montréal (Département de communication)

Membre du jury       Mme Monica HEINTZ, Maîtresse de Conférences, Université Paris Nanterre (Laboratoire d’Ethnologie et de sociologie comparée)

Directeur de thèse   M. Albert PIETTE, Professeur, Université Paris Nanterre (Laboratoire d’Ethnologie et de sociologie comparée)

Membre du jury       M. Yves WINKIN, Professeur (Conservatoire national des Arts et Métiers)

La soutenance est publique et sera suivie d’un pot/buffet (aux alentours de 18h) auquel vous êtes amicalement conviés.

Afin d’en faciliter l’organisation, merci de bien vouloir m’informer de votre présence (gwen.torterat@gmail.com).

Résumé de la thèse :

Cette thèse explore les rouages d’un collectif de travail à l’œuvre sur un chantier de fouille archéologique situé à Ormesson (Seine-et-Marne, France), un site paléolithique jonché de milliers d’éclats de silex et de fragments d’os. Chaque année, une vingtaine de personnes provenant d’horizons variés partage une expérience quotidienne en travaillant autour de l’exploration du site tout en vivant ensemble pendant plus d’un mois. Je fais l’hypothèse que les rôles distribués par le chef de chantier orchestrant les opérations ne sont que les limites poreuses de l’engagement réel, variable et fragile de chaque fouilleur. En développant un protocole méthodologique dédié à l’observation participante ainsi qu’à la captation d’images filmiques de journées entières de travail, je décortique ce huis clos scientifique à travers la façon dont Isabelle (chercheure spécialisée dans le traitement osseux) et Mélodie (néophyte et passionnée d’histoire) transmettent et s’approprient le passé matériel qu’elles fouillent. Mon objectif est alors moins d’analyser le fonctionnement d’un collectif éphémère que de caractériser les fondements de la singularité d’individus au travail ainsi que les nuances de l’expertise scientifique en archéologie, et ce, à travers différents phénomènes que j’analyserai : les modalités perceptives de traces matérielles fragiles, les valeurs collectives en jeu, les affects que les uns et les autres apprennent à jauger et les représentations du passé les plus scénarisées. Le travail de fouille suppose un continuel aller-retour avec un passé en cours d’exploration et des expériences de travail au présent, un processus pratique et singulier qu’Isabelle et Mélodie me permettent de suivre à travers elles.

Exhibition: Non-lieux de l’exil, année 8 / Exposition To be [defined] La Valette, Malte

Pour sa huitième année consécutive, le programme Non-lieux de l’exil multiplie et étend partenariats et collaborations. Le programme des rencontres, en cours de finalisation, s’élabore en plusieurs lieux : à Paris dans le cadre du séminaire EHESS / IRIS / NON-LIEUX DE L’EXIL, mais aussi à La Valette et à Calais. Ailleurs encore.
 
Le premier événement est celui de l’exposition TO BE [DEFINED] réalisée par le RIMA PROJECT, programme partenaire, avec la participation de membres des Non-lieux de l’exil. Cette exposition  prend place dans le programme Valetta 2018, Capitale européenne de la culture. C’est la seule qui traite des représentations de la migration et des résistances du sujet. (Curator : Virginia Monteforte / RIMA project,Cultural Advisor : Alexandra Galitzine-Loumpet,  exhibition designer : Kristina Borg.)
 

Avec la participation des artistes et poètes :  Moira Agius , Mario Badagliacca, Gilbert Calleja, Glen Calleja, Katel Delia, Mirna Danijan, Emmanuel Guillaud, Alberto Favaro, André Désiré Loutsono, Immanuel Mifsud, Nadja Mifsud, M. and Rubina Mohamed, Malik Nejmi, Aurélie Percevault, Guy Woueté, Hassan Yassin.

« To be [defined] aims at articulating two main concepts about displacement, migration and exile: definition and construction on one side and de-construction and resistance on the other one. (…) »Suite de l’argumentaire et informations sur l’exposition et les nombreuses manifestations associées (projections, conférences, catalogue) ici 

Conférence : Narrating exile: history and memory in displacement avec Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky  (Inalco, Non-lieux de l’exil), Alessandro Triulzi (Archivio Memorie Migranti) et David Zammit (University of Malta), le 25 octobre.

Présentation du catalogue : 03 novembre 2018.

http://www.rimaproject.org/28/42/to-be-defined-

Workshop: 1res “Rencontres internationales du patrimoine maritime et littoral”, Saint-Malo, 1er et 2 octobre 2018

Les 1res “Rencontres internationales du patrimoine maritime et littoral”, organisées par le Conseil régional de Bretagne, se dérouleront les lundi 1er et mardi 2 octobre 2018 au Palais du Grand Large à Saint-Malo.

Des visites en option sont proposées le mercredi 3 octobre 2018.

Programme détaillé
https://www.ripml2018.bzh/programme/

Modalités d’inscription
Entrée libre aux Rencontres sur inscription préalable sur le site : www.ripml2018.bzh

CFP: POEM Opening Conference “Participatory Memory Practices: Connectivities, Empowerment, and Recognition of Cultural Heritages in Mediatized Memory Ecologies.” (13.-14-12.2018)

Call for Papers: POEM Opening Conference

Participatory Memory Practices: Connectivities, Empowerment, and Recognition of Cultural Heritages in Mediatized Memory Ecologies

Date: 13.-14.12.2018

Place: Museum der Arbeit, Hamburg / Germany

Proposal Deadline: 15.09.2018

(pdf-version: https://www.poem.uni-hamburg.de/en/_pdf/2018-06-12-cfp-poem-opening-conference.pdf)

Diverging forces across European societies – most visible in both the contemporary nationalist movements and Islamist radicalization – place particular relevance on social and cultural inclusion. Culture may cultivate both integrative and disruptive forces; in this light heritage experts, policy makers, social entrepreneurs, and other facilitators are seeking to establish inclusive memory politics for envisioning possible futures of how we should remember our past in Europe. The recognition of “difficult” and dissonant traditions and the contestation of public memory in respect to the representation of colonial traditions and immigration, multiculturalism and transnational history, non-Christian religious heritages in European societies, female heritages, or the inclusion of deprived groups are important issues in this debate. Being part of the public memory is crucial for envisioning positive futures, acknowledging people’s and groups’ history, identity, belonging, and membership. Furthermore, questions of eligibility play an important role in relation to public support or redemption, for partaking in economic outcomes, or in relation to questions on ownership of cultural heritage resources.

Participatory memory work (PMW) is a framework for examining the strategies and practices of public memory institutions – libraries, archives, and museums – as well as of individuals and groups in their everyday life. PMW means the inclusion of diverse memories across social situations (gender, socio-economic status, education, migration, etc.) into public memory work. It means to acknowledge these diverse memories as a significant part of the history, the heritage, and the contemporary life in Europe. Aiming for a socially inclusive public memory, concepts of European cultural citizenship are increasingly debated and experimented widely with participatory approaches in public memory institutions. At the same time, new memory ecologies have emerged with networked media infrastructures and their extensive uses, in mediatized, globally connected societies. The Internet and social media are “natural” parts of self-representation, marketing, or audience communication of public memory institutions; large scale digital heritage initiatives demarcate the transformation activities towards digital cultural production.

However, the participatory turn in memory work, essential for a socially inclusive public memory, turns out to be not as easy to implement in practice. Aside from the established memory institutions, people and groups explore Internet platforms for commemoration and sharing personal texts, photos, or videos and collaboratively contribute to an emergence of open access “archives” of everyday life. The diverse platforms, e.g. YouTube, Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest, etc., broadly attract people and groups for contributing cultural materials, articulating their views of history/histories and enfolding personal and group-related memory practices. Even though they are public, these Internet “archives” are beyond the scope of public memory politics and institutions; they are run for economic purposes in private ownership. The accessibility of these “archives” is regulated by business models and remains unclear towards the future. Connecting personal and group-related memory work in the public to participatory memory politics is thus confronted with legal and economic obstacles, ethical issues, as well as with discontinuities and gaps of individual and institutional social practices of memory work. This highlights the changed technical, organizational, and legal modalities of doing participatory memory work for social inclusive memory politics.

The call invites contributions on how the various developments in memory work can be brought together for facilitating participatory memory practices. How do memory practices of stakeholders overlap? Which connectivities can be built across individual and institutional practices of memory work? How do media matter for connecting different memory practices across people and groups as well as institutions? How can empowerment become an integral factor in public memory work? What modes of recognition and inclusion are adequate? How can they be organised to develop their full potential for envisioning European futures? How does this affect the making and unmaking of heritage? What competences do people and groups need for making their particular traditions relevant in the public memory? How can private and shared memories of a group on the Internet be collected and integrated in public memory institutions?

The conference addresses a multidisciplinary and international group of scholars and experts from memory institutions, civil society, policy makers, social entrepreneurs, the coding community, and creative industries.

Proposals should not exceed a length of 600 words and include bios of max. 200 words. Please send your proposal until September 15th 2018 to poem.gwiss@uni-hamburg.de<mailto:poem.gwiss@uni-hamburg.de>.

POEM has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 764859.

University of Hamburg

POEM H2020 project

Prof. Dr. Gertraud Koch (POEM Coordinator)

c/o Institute of European Ethnology/Cultural Anthropology

Edmund-Siemers-Allee 1 | 20146 Hamburg | Germany

phone: +49 (0)40 42838-6515

mail: poem.gwiss@uni-hamburg.de<mailto:poem.gwiss@uni-hamburg.de>

web: https://www.poem.uni-hamburg.de/

CFP: Sources du patrimoine oral francophone, Poitiers, 15-16 novembre 2018

Colloque international

 Sources du patrimoine oral francophone et chemins de connaissance

Appel à communications

Sources du patrimoine oral francophone

co-organisé par le Mimmoc (Mémoires identités marginalités dans le monde occidental contemporain), leCriham (Le Centre de recherches interdisciplinaires en histoire, histoire de l’art et musicologie), axe Émotions, création.

En partenariat avec les programmes Cper Insect et numeric, l’axe 4 Mshs, l’IEAQ (Institut d’études acadiennes et québécoises) et la Fe2c (fédération pour l’étude des civilisations contemporaines)

 

Université de Poitiers

15-16 novembre 2018

 

Les possibilités techniques ont permis, depuis maintenant plus d’un siècle, la constitution de fonds de documentation sonore. La dynamique, alors essentiellement orientée vers la sauvegarde du patrimoine culturel d’une ruralité en totale mutation, n’a guère facilité les réflexions scientifiques fondées sur ce type de support. La population enquêtée a vraisemblablement été peu considérée comme source d’un savoir digne d’intérêt et le principe du témoignage oral semble avoir eu bien du mal à faire foi dans une civilisation orientée vers l’art de la Lettre. Ce colloque se centrera sur le fruit des collectes intensément conduites jusque dans les années 1980 sur l’Hexagone et dans la francophonie Nord-américaine. Civilisationnistes, historiens, anthropologues, ethnomusicologues, littéraires, phénoménologues interrogeront ces sources orales et s’associeront à leur mise en voies/voix qui n’a de sens que dans l’interdisciplinarité.

Workshop: “Innover pour redécouvrir le patrimoine écrit”, Biblissima/IIIF, Paris, 15 mars 2018

Ci joint le programme détaillé de la journée-événement “Innover pour redécouvrir le patrimoine écrit”, organisée par l’EquipEx “Biblissima” et l’initiative International Image Interoperability Framework (IIIF), le jeudi 15 mars 2018 (10h-17h30) à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord : programme_journee_biblissima_iiif_15_mars_2018

Workshop: 8e journées professionnelles “Conserver et restaurer le patrimoine culturel : des métiers et des pratiques en évolution”, Paris, 29-30 mars 2018

Conserver et restaurer le patrimoine culturel : des métiers et des pratiques en évolution

29 et 30 mars 2018
Auditorium de la Cité de l’architecture & du patrimoine
7, avenue Albert de Mun, 75016 PARIS

Ces journées professionnelles sont organisées par la direction générale des Patrimoines en partenariat avec la Cité de l’architecture et du patrimoine et l’Institut national du patrimoine.

Vous trouverez en pièce jointe l’invitation à ce colloque à partir de laquelle vous pourrez vous inscrire, l’annonce et le programme : Programme8ejournéesprof12fev2018