Monthly Archives: May 2019

CFP: Scale-making at stake The use and meaning of the category ‘global’ in memory and heritage politics and practices – Anthropological Association Congress 2019

The annual meeting of the Swiss Anthropological Association will take place at the Graduate Institute in Geneva the 8th and 9th of November 2019.

Researchers interested in topics related to memory and heritage politics and practices are welcome to send their propositions (in French or in English) to the panel detailed below.

Scale-making at stake

The use and meaning of the category ‘global’ in memory and heritage politics and practices

 

Conveners:

Hervé Munz (University of Geneva)

Patrick Naef (University of Geneva)

Bernard Debarbieux (University of Geneva)

For the last two decades, the polysemous notion of ‘scale’ has drawn an increasing amount of attention among scholars studying memory and heritage politics and practices. Since the beginning of the 1990s, scholarly attention has focused on the growing importance of international bodies (international organizations, INGOs, foundations, etc.) and on the rise of a ‘global’ frame of action.

Significantly, in many of these works, the understanding of ‘global’ remains highly heterogeneous. When scholars use such a term, it is not obvious whether they are referring to specific scales and, even when that is the case, what the exact nature is of the scales mentioned. Does ‘global’ refer to a large geographical scale, such as the planet, to which UNESCO’s objectives and norms must be addressed and applied? Does it rather refer to a set of general values that lies behind the whole process of heritage-making and connects with other terms such as ‘universality’ or ‘humanity’?

‘Global’ and ‘national’ also happen to constitute a convenient way to refer to state and intergovernmental institutions and to the mutual adjustment of their conception and implementation of memory or heritage policies. Moreover, terms such as ‘global’, ‘national’ and ‘local’ are connected to categories of ‘scale’ or ‘level’ that are taken for granted by the scholars who use them to guide their analysis.

In contrast, this panel promotes a different, constructivist understanding of the notion of scale (Debarbieux and Munz 2019, Debarbieux 2019), inspired by the paradigm of the “Politics of scale” (Taylor 1981 ; Jonas 1994; Smith 1996; Delaney and Leitner 1997 ; Marston 2000 ; Slaughter 2004 ; Swyngedouw 2004; Moore 2008; MacKinnon 2011). Initially framed in critical geography and political economy, this paradigm states that spatial scales are not given but constructed ; they are not natural qualities of space but results of socio-discursive processes through which actors and organizations negotiate recognition, power and visibility, and frame specific issues.

Rather than focusing on spatial scales for themselves, this approach leads to investigating the numerous ways scales associated with cultural practices are elaborated, claimed, contested, transformed and used in different socio-political contexts. There is, therefore, an added value to be found in focusing—without any preconceived or external conception of scale—on the ways in which stakeholders conceive of and mobilize scale throughout the policy-making process or in the development of initiatives based on memory or heritage. Interested panelists are encouraged to propose papers addressing the ways in which scales are defined, described, elaborated, negotiated and used by various stakeholders in the fields of memory and heritage.

Contact person: Patrick Naef, patrick.naef@unige.ch

Deadline proposal: 30 June 2019

 

References

Debarbieux B., 2019. “Théories de la politique des échelles (Politics of scale) et de la fabrique des échelles (scale-making) ”, in : Claire Hancock,Géographies anglophones, évolutions récentes, Presses Universitaires de Nanterre.

Debarbieux B. and Munz H., 2019. “Scaling heritage. The construction of scales in the submission process of alpinism to UNESCO’s intangible cultural heritage list”, International Journal of Heritage studies 1(1).

https://doi.org/10.1080/13527258.2019.1590445

Delanay, D. and H. Leitner 1997. “The political construction of scale”, Political Geography 16(2), pp. 93-97.

Jonas A., 1994, “The scale politics of spatiality”, Environment and Planning D: Society and Space, 12(3), pp. 257-264.

MacKinnon, D., 2011. “Reconstructing scale: Towards a new scalar politics”, Progress in Human Geography, 35(1), pp. 21-36.

Moore, A., 2008. “Rethinking scale as a geographical category : from analysis to practice.” Progress in Human Geography 32(2): 203-225.

Slaughter A.-M., 2004, “Disaggregated Sovereignty: Towards the Public Accountability of Global Government Networks”, Government and Opposition, 39(2), pp.159–90.

Smith N., 1996. “Spaces of Vulnerability: the Space of Flows and the Politics of Scale”, Critiques of Anthropology 16, pp. 63-77.

Swyngedouw E., 2004, “Globalisation or ‘Glocalisation’ ? Networks, Territories and Rescaling”, Cambridge Review of International Affairs, 17(1), pp. 25-48.

Taylor P., 1981. “Geographical scales within the world economy approach”, Review, 5(1), pp. 3-11.

Job: Bourse doctorale de la région Hauts-de-France/Université de Picardie Jules Verne

La région Hauts-de-France propose une bourse doctorale:
 « Quel patrimoine gastronomique pour les Hauts-de-France? Ethnographie des évènements culinaires et des pratiques alimentaires émergentes »

Le(a) doctorant(e) sera inscrit(e) à l’Université de Picardie Jules Verne et dans le laboratoire EA 4287 Habiter le Monde.
Attention, les délais sont courts!

Publication: “La médiation muséale au prisme du numérique”, Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2019, n° 16

Le numéro thématique n° 16 « La médiation muséale au prisme du numérique » de la Revue française des sciences de l’information et de la communication vient de paraître sous la direction de Cristina BADULESCU et Valérie-Inés DE LA VILLE.

Ce numéro thématique fait suite à la journée de recherche La médiation muséale au prisme du numérique organisée dans le cadre du programme CPER-FEDER NUMERIC, projet Musée 3.0.

 

Les 8 articles de ce dossier traitent divers enjeux de recherche liés à la transformation de « la médiation muséale au prisme du numérique », sur différents plans :

– un travail épistémologique destiné à re-conceptualiser la notion de médiation, afin de l’affranchir de certains présupposés et de mieux appréhender les modalités interactives ou immersives propres aux techniques numériques qui en modifient la nature ;

– une réflexion et un débat collectif sur la finalité et les fondements éthiques des médiations patrimoniales numériques, qui accompagnent l’évolution des pratiques professionnelles ;

– une observation fine de la préfiguration du sens et des prescriptions que les dispositifs numériques mettent en œuvre, ce qui conduit à une transformation du rapport au patrimoine de façon à l’ancrer dans des formes contemporaines d’expériences culturelles qui renouvellent la médiation muséale en la déplaçant en partie sur de nouveaux registres nomades, récréatifs, interactifs, immersifs…in situ et hors les murs.

 

Accès au numéro en ligne :

https://journals.openedition.org/rfsic/5566

CFP – L’ENFANT DANS LA PATRIMONIALISATION. LEÇONS, DEFIS, PERSPECTIVES

Reciban una atenta invitación para participar en nuestro próximo Coloquio Internacional

EL NIÑO EN LA PATRIMONIALIZACIÓN. LECCIONES, RETOS Y PERSPECTIVAS / L’ENFANT DANS LA PATRIMONIALISATION. LEÇONS, DEFIS, PERSPECTIVES

Adjuntamos argumento para que puedan conocer los detalles. Esperamos su propuesta antes del 30 de mayo al correo que se indica en los documentos.

 

Workshop: Le retour de la restitution. Géopolitiques du patrimoine, éthiques du transfert, économies du retour. Sorbonne, 12 juin 2019, 9h-19h

Le retour de la restitution
 Géopolitiques du patrimoine, éthiques du transfert, économies du retour

12 juin 2019, 9h-19h, Sorbonne, Amphi Durkheim,

Repatriation strikes back. Sujet récurrent depuis une trentaine d’année, la question de la restitution des objets volés ou spoliés est de retour, dans un contexte politique a priori plus favorable. Si les préconisations du rapport Sarr-Savoy (2018) suscitent de vives confrontations au sein des mondes muséaux et marchands, cette journée d’études vise à dépayser le débat en donnant la parole aux acteurs, aux publics et aux pays concernés par le retour et l’accueil de ces objets. La restitution est-elle le fait du prince, ou l’aboutissement de décennies de réclamations successives? De quelle géopolitique est-elle le nom ? Quels sont les acteurs de cette histoire ? Quelles places donner aux diasporas longtemps ignorées par les musées européens ? Comment penser les transferts et les appropriations ici et là-bas ? Quels statuts ces objets sacrés et royaux devenus « fétiches de musées » vont-ils prendre lors de leur retour ? Quels seront leurs publics ? Comment considérer et expliquer les oppositions locales au retour ? Mêlant acteurs et chercheurs, organisée autour de questions vives et actuelles, mais aussi immémoriales, cette journée ambitionne de lancer le débat plutôt que de le clore.

9h00 Mot d’accueil.  Valérie Robin & Marie Salaun (directrices du Canthel) et Didier Nativel (directeur du Cessma).

9h15 Ouverture de la journée par son excellence Irénée Bienvenu Zevounou Ambassadeur, Délégué permanent du Bénin près l’UNESCO

9h30 Introduction. Saskia Cousin (U. Paris Descartes/Canthel) et Alexandra Galitzine (Inalco/Cessma) : « Le retour de la restitution : l’entrée par les acteurs »

9h45-11h15 Géopolitique de la restitution. Modération : Dominique Malaquais (CNRS-Imaf) et Yala Kisukidi (U. Paris 8 Vincennes -LLCP )

  • Louis Georges Tin (premier ministre de l’Etat de la Diaspora à l’Union Africaine) : « Ce que restituer veut dire »
  • Alexandra Galitzine (Cessma/Inalco) et Germain Loumpet (Archéologue et anthropologue) : « Géopolitiques du patrimoine et temporalités de la restitution »
  • Philippe Charlier (directeur de la recherche du Musée du Quai Branly) : « Une archéologie des sources, des origines, des cheminements (palais royaux d’Abomey) »
  • Alain Godonou (responsable des musées à l’ANPT – Agence nationale de promotion des patrimoines et du tourisme) : « Restitution et récit national : le cas Béninois ».

11h30-13h00 Musées, objets et diasporas : propriétés, appropriations.  Modération : Saskia Cousin (Paris Descartes-Canthel) et Marie Salaun (Paris Descartes-Canthel)

  •  Blandine Marcé (Ecole du Louvre, Consultante en conservation des collections) : « La peur du “précédent” : que nous disent les craintes des conservateurs sur la restitution de collections »
  • Joanes Louis (avocat au barreau de Paris) : « La valorisation financière des oeuvres d’art  africaines avant leur retour définitif »
  • Rachele Shamouni (U. Paris Descartes) & Jacob Buena (U. Cergy Pontoise) : « Quai Branly : comment s’approprier et parler des objets »
  • Jacqueline Eidelman (conservatrice générale du patrimoine honoraire, Enseignante à l’École du Louvre) : « La mission Musées du 21e siècle : pour une approche collaborative des publics »

13h00-14h30  PAUSE DEJEUNER

14h30-16h00 Que penser, que faire des objets rapatriés ?  Modération : Odile Coppey (université de Limoges) et Anne Doquet (IRD-Imaf)

  • Brice Medard Chanhoun (Migrantour Paris): « Visite d’adieu aux objets rapatriés »”
  • Emmanuelle Cadet (directrice d’Alter Natives) : « Jeunesses du Bénin, du Sénégal et des diasporas : comment partager l’histoire des objets ? »
  • Sara Tassi (Habiter, ULB) & Amandine Yéhouétomè (U. Paris 1): « Un Gou de Blanc ! Le Gou du Louvre au regard de ses initié.e.s Ainonvis »
  • Saskia Cousin (Canthel, U. Paris Descartes) « Porto-Novo contre le retour, tout contre : le musée de l’amitié coloniale et la résistance des maquis »

16h15-17h45 Vers quoi retourner ? Modération : Alexandra Galitzine (Cessma-Inalco) et Marian Nur Goni (Musée du Quai Branly)

  • Germain Loumpet (archéologue et anthropologue), « Pour un musée du retour »
  • Franck Houndegla (scénographe), « Comment exposer les objets retournés. Regards croisés » (sous réserve).
  • Claire Bosc-Tiéssé (Cnrs-Imaf), « Décrire les objets, formater l’histoire »
  • Valérie Perles (Directrice du Musée départemental Albert-Kahn), « Comment faire des Archives de la planète un patrimoine partagé ? L’exemple du fonds Dahomey »
  • Didier Houénoudé (U. Abomey-Calavi) & Richard Sogan (ANPT), « Enjeux politiques et économiques du retour des objets spoliés »

17h45-19h00 débat : les identités au prisme de la restitution : Christine Douxami (U. de Franche-Comté-Imaf), Régis Meyran (Institut of European Studies abroad -Canthel), Yala Kisukidi (U. Paris 8-LLCP)

contacts : saskia.cousin@parisdescartes.fralexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr

inscription gratuite et obligatoire : https://www.billetweb.fr/le-retour-de-la-restitution

Job: Maison des Cultures du Monde/Centre français du patrimoine culturel immatériel, 2019

Plusieurs offres d’emploi diffusées par la Maison des Cultures du Monde / Centre français du Patrimoine culturel immatériel, à pourvoir en 2019 :

    – 1 chargé(e) de communication en CDI à temps plein : à pourvoir dès que possible
– 1 responsable d’administration en CDD à temps plein : à pourvoir fin juin 2019 (remplacement congé maternité)
– 2 services civiques

Maison des Cultures du Monde – 
Centre Français du Patrimoine Culturel Immatériel 

Adresse postale : 2 rue des Bénédictins – 35500 Vitré
Siège social : 101 boulevard Raspail – 75006 Paris
www.maisondesculturesdumonde.org | www.festivaldelimaginaire.com
Facebook | Instagram | Twitter

CFP: JPI CH Conservation, Protection and Use call

    • L’Initiative de Programmation Conjointe Patrimoine Culturel et Changement Global a lancé l’appel à projets transnationaux de recherche sur la thématique « Conservation et protection ».

 

    • Les principaux critères d’éligibilité sont:

 

    • Durée des projets : jusqu’à 36 mois ;
      Chaque projet devra comprendre au moins trois équipes de recherche, chacune provenant d’institutions de pays éligibles différents. Le nombre maximal d’équipes de recherche étant cinq.

 

    • Les candidatures devront se faire en conformité avec les règles d’éligibilité de l’organisme national financeur (pour la France, l’ANR)

 

L’appel à propositions est ouvert depuis le 1er mai 2019, avec comme délai de soumission le 3 septembre 2019, 14:00 CEST.

Vous trouverez plus d’informations dans le texte du pré-appel ci-dessous et sur lien suivant avec les documents de soumission :

http://jpi-ch.eu/2019/05/conservation-protection-and-use-joint-call-official-launch/

Grant: “Chemins faisant…” Les nouvelles itinérances dans les Parcs naturels régionaux”, DRAC Auvergne-Rhône-Alpes/APARA : résidences croisées chercheurs/artistes 2019-2020

Dans le cadre de leur partenariat, la direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) Auvergne-Rhône-Alpes et les dix Parcs naturels régionaux fédérés au sein de l’Association des Parcs d’Auvergne-Rhône-Alpes (APARA) mettent en place pour la deuxième année consécutive des résidences croisées entre des chercheur.se.s en sciences sociales et des artistes afin d’explorer la question de l’itinérance culturelle sur leurs territoires.

Vous trouverez ci-joint l’appel à candidatures 2019/2020 intitulé :  “Chemins faisant…” Les nouvelles itinérances dans les Parcs naturels régionaux.

La date limite de réception des dossiers est fixée au 10 juillet 2019.

Workshop: Les associations volontaires pour la protection et la valorisation du patrimoine, Journée d’études du LIA MediterraPolis, lundi 27 et mardi 28 mai, MMSH Aix-en-Provence

Les associations volontaires pour la protection et la valorisation du patrimoine (XIXe-XXIe siècle)

Expériences de recherche en Europe et autour de la Méditerranée

 

Lundi 27 mai, 14h et mardi 28 mai 2019 (matin)

MMSH, Aix-en-Provence

 

Journée organisée par Angelo BERTONI TELEMMe, AMU-CNRS,

Muriel GIRARD INAMA, ENSA Marseille et Lidia PICCIONI Saras, Sapienza Università di Roma

 

Une journée du LIA MediterraPolis organisée en collaboration avec le projet CAMU (Circulation et adaptation des modèles en urbanisme en Méditerranée occidentale, XIXe et XXIe siècles),

financé par le LabexMed et le projet Monumed (Monumentalisation et espace urbain dans les Balkans et en Méditerranée).

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les villes et les campagnes européennes ont connu des transformations importantes liées à la modernisation des infrastructures et à l’industrialisation des processus de production. Face à ces mutations et à l’émergence d’un regard nostalgique sur la ville « disparue », les premières associations volontaires pour la protection du patrimoine historique, artistique et paysager ont vu le jour.

Les travaux présentés par des historiens, anthropologues et architectes explorent, entre la fin du XIXe et le début du XXIe siècle, le rôle joué par certaines associations volontaires, tant locales que nationales, dans la reconnaissance et, parfois, la construction d’un patrimoine commun, en insistant sur la dimension mémorielle et identitaire de leurs actions et en mettant en perspectives les débats et les politiques visant à renouveler, voire créer, des histoires nationales.

Certaines thématiques seront plus particulièrement abordées : le rôle des élites professionnelles locales dans l’émergence d’un regard patrimonial ; l’importance de la mobilisation de la société civile et les multiples formes de sa relation avec les institutions citadines ; la dimension internationale comme cadre de référence des actions menées, ou imaginées, localement.

 

PROGRAMME

 

Lundi 27 mai 2019 – 14h Salle Paul-Albert Février

Introduction

Angelo Bertoni Aix-Marseille Université, TELEMMe (AMU-CNRS)

 

Discutant

Pierre Sintès Aix-Marseille Université, TELEMMe (AMU-CNRS)

 

Les associations pour la protection et la valorisation du patrimoine bâti

et paysager : hypothèses de travail sur le cas italien, entre l’Unité et la Grande Guerre

Lidia Piccioni Sapienza Università di Roma, SARAS

 

Pour la défense et la valorisation d’un patrimoine menacé : la Fédération des Sociétés de Protection des Sites

et Monuments Naturels et Historiques de la Belgique (1914)

Maria Chiara Rapalo Università di Napoli

 

Associations, experts et bâtisseurs aÌ Strasbourg au XXe siècle : construction et mutations des regards patrimoniaux

Gauthier Bolle ENSA Strasbourg

 

Mardi 28 mai, 9h30 Salle G. Duby

 

Discutant

Alessandro Gallicchio Aix-Marseille Université, TELEMMe (AMU-CNRS)

 

Espace public et privé à Thessalonique pendant les Réformes Ottomanes (1870-1912).

De l’Ordre impérial à la législation nationale : conservation, réutilisation et valorisation d’un patrimoine architectural en péril

Vassilis Colonas Université de Thessalie, TELEMMe (AMU-CNRS)

 

Les spécificités du regard urbanistique sur le patrimoine des médinas : le cas de Tunis et Alger

Othmane Djebbar Aix-Marseille Université, TELEMMe (AMU-CNRS)

 

Oran, la mémoire : rapports aux passés dans le secteur associatif patrimonial Oranais

Claire Bullen CNRS, IDEMEC, ENSA Marseille

 

Matérialité et moralité de la patrimonialisation de la musique au Portugal.

Anthropologie, activisme culturel et associations

Cyril Isnart CNRS, IDEMEC (AMU-CNRS)

 

Contact : telemme@mmsh.univ-aix.fr

http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/activites/rencontre.aspx?id=1312

Job: Mission “Etat des lieux de la connaissance et de la valorisation du patrimoine culturel immatériel en Guadeloupe”, DAC Guadeloupe, 2019

La Direction des Affaires culturelles de Guadeloupe lance, par marché à procédure adaptée, une étude visant à recenser l’ensemble des ressources existantes relatives au patrimoine culturel immatériel de Guadeloupe, à savoir :

• L’ensemble des acteurs impliqués sur le champ du PCI, leur action, les ressources dont ils disposent (contenu et modalités des bases de données) et leur capacité à porter l’émergence de nouvelles fiches d’inventaire dans le cadre de l’appel à projet national

• Les éléments perceptibles de PCI présents sur le territoire, valorisés ou non

• Les travaux universitaires

• Les éléments bibliographiques

• Des éléments comparatifs avec les autres territoires de la zone Caraïbe

Toutes les catégories thématiques prévues par la Convention Unesco de 2003 pour la sauvegarde du PCI sont à explorer : traditions et expressions orales, arts du spectacle, rituels ou événements festifs, pratiques sociales et culturelles, connaissance et pratique de la nature et de l’univers, savoir-faire (artisanat traditionnel).

Il conviendra d’être attentif à explorer l’ensemble des héritages culturels, des peuplements originels à l’ensemble des migrations successives.

Le titulaire du marché devra rencontrer les acteurs du territoire, les collectivités locales, les associations, les universitaires, les professionnels et la population. Une exploration de l’état des lieux dans les îles voisines pourra utilement éclairer l’analyse de la situation du PCI dans l’archipel de la Guadeloupe.

– Durée de la mission :

Le démarrage de la mission est prévu à compter du 15 juillet 2019.

L’étude devra être rendue dans les six mois à compter de l’ordre de service lançant la mission.

– Date-limite de réception des offres :

Lundi 17 juin 2019, 12 heures (heure de Paris)

– Accès au dossier de consultation :

https://www.marches-publics.gouv.fr/index.php?page=entreprise.EntrepriseDemandeTelechargementDce&refConsultation=429646&orgAcronyme=f5j