Category Archives: Call for project

Call for Projects: labex Les passés dans le présent

Le labex Les passés dans le présent : histoire, patrimoine, mémoire, lance un appel à projets pour des projets de 2 ans maximum (début des projets entre le 1er juin 2017 et le 1er septembre 2017, et fin des projets au plus tard le 30 juin 2019).

Répondant à la logique de sédimentation du labex Les passés dans le présent, cet appel à projets est destiné à intégrer des projets financièrement modestes permettant de :

  1. consolider les préfigurations et les partenariats interinstitutionnels sur un objet d’intérêt commun, susceptible de trouver également des financements complémentaires.
  2. soutenir la mise en place rapide de projets ayant un impact structurant sur la formation de niveau master et doctorat, y compris en vue de co-diplômes internationaux.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au vendredi 7 avril 2017 à 12h00.

Tous les détails de cet appel, les conditions d’éligibilité et procédures pour candidater, sont disponibles sur le site du labex Les passés dans le présent.

 

 

Advertisements

CFP: Missions, museums and scientific collections: when missionaries spread the word of science

Missions, museums and scientific collections: when missionaries spread the word of science

With the organization of this international workshop, we hope to gather historians, anthropologists, sociologists, philosophers and other researchers to come back on the ambiguous ties that might have brought missionaries and scientists together in the 19th and 20th centuries.

Missions and sciences have long been considered as irreconcilable opposites in the study of missions and sciences alike – whether we speak of natural sciences or the study of man and mankind. European missionaries often were under the suspicion of reading the world and its inhabitants with “Biblical spectacles”, which necessarily led to biased, erroneous, unscientific analyses and conclusions. Yet many Christian missionaries stationed overseas nourished an unbounded interest in anthropology, ethnology, botany, or geology, both as amateurs and professionals, and therefore contributed to the development of those sciences at home. Can one be a thorough scientist and an avowed Christian? This question lies at the heart of the many tensions and collaborations that led missionaries and scientists to work together and confront their scientific materials and findings, notably at the end of the 19thcentury and the turn of the 20th century. Missionaries could sometimes be precious sources of data for armchair scientists, or even theoreticians of natural and human sciences, thanks mainly to their privileged position as “in-betweeners”, which allowed them to collect information, artefacts, stories and other specimens that were widely sought after by European institutions. Such collaborations could be translated into the integration of missionaries to scientific networks that welcomed them on a national and international stage (clubs and societies) and published their findings in their journals and bulletins.

One of the most obvious manifestations of this growing interest in collaboration was probably the active role that some French, British or Swiz missionaries played in collecting artefacts directly from their mission field, which was of course made easier by their linguistic skills and their connections among the indigenous populations studied: among their potential converts, they could find willing contributors who would help them fill the stocks of European museums of anthropology for instance. This workshop wishes to examine those overseas collaborations, those comings and goings between Europe and overseas territories, which have not yet been thoroughly looked into by historians of missions, historians of science and historians of museums. Another aspect this workshop will echo is the interest missionaries often nourished in the cultures and environment they came from, leading them to collect both material and immaterial artefacts when they were on furlough. This practice corresponds to the emergence of the study of folklore in many European countries, which borrows its methods to the burgeoning sciences of anthropology and ethnology in the second half of the 19th century.

Potential topics include, but are not limited to:

  • Missions and natural sciences
  • Missions and the study of man and mankind
  • Missions and museums (both at home and in the colonies)
  • Missions and European folklore
  • Collaborations between missionaries and scientists, scientific institutions and museums
  • Missionaries and professional and amateur networks of science
  • Joint history of missions and sciences

Funding is available to cover travel expenses and your staying in Le Mans. Please send paper proposals (300-500 words, in French or in English) and a short bio before September, 15, 2016, to Maud Michaud (Maud.Michaud@univ-lemans.fr), Serge Reubi (serge.reubi@gmail.com), and Vincent Vilmain (Vincent.Vilmain@univ-lemans.fr).

Contact Info:

Funding is available to cover travel expenses and your staying in Le Mans. Please send paper proposals (300-500 words, in French or in English) and a short bio before September, 15, 2016, to Maud Michaud (Maud.Michaud@univ-lemans.fr), Serge Reubi (serge.reubi@gmail.com), and Vincent Vilmain (Vincent.Vilmain@univ-lemans.fr).

Grant: contrat postdoctoral Les communautés patrimoniales numériques

Un appel à candidature est lancé par le labex IMU pour un  contrat post doctoral d’un an au sein du Centre Max Weber, sur le thème :

Les communautés patrimoniales numériques. Recherche documentaire

Placée sous la responsabilité de Michel Rautenberg, professeur de sociologie à l’université Jean Monnet Saint-Etienne, en collaboration avec Gilles Gesquière, professeur d’informatique à l’université Lyon 2, le doctorant sera accueilli par le Centre Max Weber (site de Saint-Etienne).

Cette recherche post-doctorale sera ouverte à l’international et pourra être rédigée indifféremment en français ou en anglais.

Des candidatures de doctorant-e-s en sciences sociales (sociologie, anthropologie, géographie) sont  attendues pour une sélection à l’automne (date limite des dépôts de candidatures 31 octobre) et un début de contrat  pour novembre-décembre 2O16.

Les candidatures sont à envoyer  à Michel Rautenberg : michel.rautenberg@univ-st-etienne.fr
— Pr Michel Rautenberg Directeur de la faculté de Sciences Humaines et Sociales Université Jean Monnet de Saint-Etienne, membre de l’université de Lyon Chercheur au Centre Max Weber 33, rue du 11 novembre 42023 St Etienne +33 (0) 4 77 42 13 24 +33 (0) 6 71 52 65 55 http://www.centre-max-weber.fr/Michel-Rautenberg

Job: Appel à candidatures Labex CAP post-doc / 2016-2017

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex CAP) annonce le recrutement par voie de concours de six à huit chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période d’un an, éventuellement renouvelable une fois.
L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus choisis et les objets de recherche concernent les interactions entre création et patrimoines.
Date limite de candidature : le 1er septembre 2016
 

Grant: Bourse recherches ethnologiques

Recherches ethnologiques
Ethnologie
Politique du Ministère
Le ministère de la Culture et de la Communication (département du pilotage de la recherche et
de la politique scientifique – DPRPS) soutient et aide le développement du patrimoine culturel
immatériel et de la recherche en ethnologie de la France. Ces aides sont attribuées dans le cadre
de programmes de recherches, de la réalisation de l’inventaire national du patrimoine culturel
immatériel, d’études, d’allocations de formation et de recherche et de projets audiovisuels.
Description du dispositif
Les programmes de recherches font l’objet d’appels d’offres thématiques. Des thèmes de
recherche nationaux sont définis chaque année pour approfondir la connaissance ethnologique du
domaine français, en liaison avec les grands domaines d’action du ministère de la Culture et de la
Communication. Ces programmes de recherches font intervenir plusieurs chercheurs ou plusieurs
équipes de chercheurs. Les travaux aboutissent à la production de rapports de recherches. Ces
recherches sont valorisées à travers des journées d’études ou des colloques, et la mission favorise
leur publication partielle (sous forme d’articles) ou intégrale.
L’inventaire du patrimoine culturel immatériel requis par la convention de l’UNESCO donne lieu
à l’établissement d’un répertoire des pratiques encore existantes, conçu en collaboration avec les
communautés et groupes concernés. Les fiches issues de ces inventaires sont mises en ligne sur le
site de la mission ethnologie (http://www.culturecommunication.gouv.fr/mpe/).
Les études portent sur un sujet précis défini par le ministère de la Culture et de la Communication
et ont pour but d’éclairer la direction générale des patrimoines du Ministère pour la mise en
œuvre de ses politiques patrimoniales. Elles sont confiées à un chercheur expert dans le domaine
concerné. La diffusion de ces études est identique à celle des recherches issues des programmes
de recherche. Elles présentent un caractère plus opérationnel que les rapports issus des appels
d’offres.
Les allocations de formation et de recherche sont octroyées chaque année à des étudiants en
Master I, Master II ou doctorat. Leur projet doit correspondre aux orientations de travail privilé-
giées par la Direction générale des patrimoines, relayées par les directions régionales des affaires
culturelles. Ces projets de recherche doivent s’inscrire dans un double cadre : universitaire et institutionnel (association, musée, collectivité territoriale). Les travaux doivent obligatoirement être
associés aux activités d’un établissement culturel, d’une collectivité territoriale ou d’un organisme
professionnel eux mêmes intéressés par la problématique proposée. La diffusion et la valorisation
de ces mémoires est identique à celle des autres formes de recherche aidées par la mission.
L’audiovisuel
Le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère en collaboration avec le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), attribue des aides à des
maisons de production pour soutenir la réalisation de films documentaires en vue du développement de la recherche en ethnologie de la France et de la sensibilisation du public le plus large
au patrimoine ethnologique et immatériel. Les projets présentés doivent concerner le domaine
français, soit exclusivement, soit dans le cadre d’une approche comparée.
p.46 Ministère de la Culture471628 et de la Communication – Secrétariat général
Recherche ethnologique… suite
Enseignement supérieur artistique : bourses
Modalités d’attribution et de versement
Le montant de la subvention est déterminé selon la nature du projet et les dépenses nécessaires à
sa réalisation. La subvention est versée en une seule fois. Toutefois, dans le cas où une convention
pluriannuelle d’objectif a été signée, la subvention est versée en trois fois. Pour les allocations
de formation et de recherche, les dossiers doivent être envoyés avant le mois de décembre, et la
commission de sélection se réunit en janvier de l’année suivante. Le montant moyen de l’allocation est fixé à 915 euros par mois, sachant que la durée de la formation ne peut être supérieure
à neuf mois.
Public(s) éligible(s)
Association……………… : OUI
Personne physique……… : NON
Collectivité territoriale … : OUI
Établissement Public …… : NON
GIP/GIE …………………. : OUI
Société privée………….. : NON
Contact
Direction régionale des affaires culturelles de votre région
http://www.culturecommunication.gouv.fr/regions
Pour les associations :
Téléchargez ici le formulaire Cerfa
de demande de subvention
Pour les autres usagers demandeurs, prenez contact avec
la Direction Régionale des Affaires Culturelles

CFP: Displaced Objects

Displaced Objects

Joseph Brodsky, statue mémorial, St Petersbourg
Joseph Brodsky, statue mémorial, St Petersbourg

 Appel à textes 

Un  projet  réactualisé, un appel pour mieux cerner ce que l’exil (la migration, le déplacement, la fuite, l’asile) fait aux objets mais aussi ce que le statut des objets dit de l’exil.

En mai 1922, une exilée dénommée Marina Tsvetaieva quitte Moscou pour Berlin, décrivant soigneusement les objets qu’elle emporte avec elle. En 1939, de Paris à Moscou, elle consigne une liste des objets qu’elle ramène. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes et n’importe comment ils sont devenus autres. Mais ils sont siens ; comme elle, ils sont en et de l’exil et leurs destins sont partiellement liés, dans les voyages successifs comme dans l’épreuve de la famine et de la disparition.  En quoi ces objets seraient-ils différents de ceux des plages de Lampedusa, des camps de la frontière marocaine ou mexicaine, des centres de rétention, des campements de  Calais ou de la Porte de la Chapelle à Paris ? Que savons-nous de leur importance, souvent vitale ? De leur manière de porter trace ? De leurs  métamorphoses ?

L’objectif du projet intitulé Displaced Objects (D.O.), paraphrasant la désignation de Displaced Persons (D.P),  est de collecter de courts textes rendant compte d’objets singularisés par une expérience, celle de l’exil. 

Le principe est simple et ouvert à tous : choisir un objet (matériel, littéraire, cinématographique, artistique, muséal) et dérouler une expérience de l’exil.

Il ne s’agit pas nécessairement de convoquer sa propre histoire ou celle de sa famille. Les objets de l’exil participent de notre quotidien, en arrière plan de toute évocation des “flux migratoires”;  l’actualité en pourvoit d’abondance, tour à tour présentés comme traces, empreintes, vestiges, restes ou déchets. Très vite, certains d’entre eux deviendront objets de musée, d’art ou de littérature, posant des questions d’ordre éthique et politique sur leur nature ou leur propriétaire légal. On ne saura que rarement ce que sont devenus leurs détenteurs.

 Les Displaced Objects  intégrent ainsi, mais aussi bien se distinguent, de ce qu’il est convenu d’appeler le patrimoine des migrations : les objets de l’exil peuvent en effet être des objets en exil, progressivement déliés de tout contexte de signification et d’histoire, catégorisés ou patrimonialisés autrement : objets du quotidien, de la sphère familiale ou religieuse, objets de l’entre-deux du déplacement,  “nôtres” ou “autres”, transmis de génération en génération ou au contraire spoliés, abandonnés, disparus, retrouvés ou recréés en exil.

Restituer la biographie des objets est en conséquence un décentrement du sujet à l’objet, un efficace moyen de restituer une dignité au vécu de l’exilé. La matérialité de l’objet est à ce titre à la fois essentielle et insuffisante : ce qui importe est précisément ce qu’il signifie en dehors de toute matérialité, seul ou en association avec d’autres, l’expérience dont il fait état. En ce sens, l’objet, ou sa représentation (visuelle, littéraire) est un non-lieu, et son destin changeant incarne celui de ses possesseurs.  

Nous le savions déjà, les objets ont une (nôtre) âme. Par quelles voies incorporent-ils une expérience ou un héritage de l’exil ?

Cet appel à texte est ouvert à tous. Il ne prendra sens que dans le croisement des écritures et des expériences. D’abord publiés en ligne, les textes pourront notamment faire l’objet d’une exposition. Une image d’objet doit y être intégrée.

Les propositions de 2-3 pages doivent être envoyées à l’adresse suivante :  displaced.objects@gmail.com.

We welcome texts in English and in any others languages (with a translation)

Les textes en anglais ou en toute autre langue (avec traduction) sont bienvenus.

Un premier jeu de textes sera publié à la fin 2015. Une autre série de textes sera publiée par la suite.  

 

CFP: Heritage (as) justice: negotiating values, contesting properties, ACHS 2016, Montreal

Proposed session for the Association of Critical Heritage Studies

Third Biannual Conference

Montreal, Canada, June 7-10 2016

Heritage (as) justice: negotiating values, contesting properties

Organisers : Olivier Givre (Université Lyon 2, Olivier.Givre1@univ-lyon2.fr), Cyril Isnart (CNRS-IDEMEC, isnartc@gmail.com)

Who owns the heritage? Although not a new one, this question challenges the taken for granted assumption that heritage “belongs” to its owners or beneficiaries, be it states, museums, social groups, communities, private persons, inhabitants or even humanity, for example in the UNESCO’s world heritage and its several declinations. Technically, making heritage means also to design and apply juridical rules concerning the status of selected elements, including their property rights: museums, art historians, experts, lawyers may contribute to it. Nonetheless, heritage property is a huge matter of contest. From the Parthenon Marbles claimed by Greece to human remains symbolically reburied as a symbol of past oppression and slavery, examples abound of disputes about the ways heritage “goods” were established as such, by means deemed as unfair and illegal or illegitimate.

Postcolonial statements may include heritage policies from former colonial states in a continuous process of “predation”. The suspicion of “cultural theft” is still an issue between countries claiming heritage as their own, against a former ruler or a conflicting neighbour: “minorities’ heritages” (national, religious, ethnic, linguistic…) appear here as a case in point. Apart from the classical nation-states issues, heritage disputes can also emerge in more fuzzy situations of claiming heritage property (if not ownership), for example in the case of intangible heritages lacking specific legal status but possibly triggering conflicts in the “community” around their proper use, or in the case of local and private collections becoming public ones, blurring the boundary between personal and collective property.

This panel aims then at exploring the various ways of understanding heritage (as) justice or injustice, a potentially developing issue in a context of extensive (and globalized) use of the notion of heritage. It will welcome papers (in English or French) focusing on heritage elements submitted to claims, disputes, discontent or contradiction, and on the way claimers, stakeholders or heritage institutions deal, cope, fight or negotiate around contested heritages. A specific attention will be devoted to papers tracking back the concrete history of contested heritages, and focusing on issues such as legal/legitimate, possession/dispossession, justice/injustice.

Such notions as “restitution”, “restoration” or “repair” will be of significant help, as they imply a voluntary (if not desired) returning of heritage to its presumed real owners, for ethical, juridical, political, or even economical reasons. To “give back” an artefact may be a political act, by acknowledging its sometimes “suspicious” origin, but it also means to make clear the whole process of constructing (and possibly deconstructing) heritage, the multiple circulations, exchanges, negotiations, appropriations or exclusions through which it was/is made as such. It questions the blurred boundaries of heritages, in the case of multisited or plural claims, as well as the common meanings of cultural “goods”, “property” or “possession”.

If you would like to contribute to this session, please submit a 600 words abstract through the conference website (https://achs2016.uqam.ca/secure/submitAbstract.php). The deadline for submission of abstracts  is 1 November 2015.

All papers submitted will be peer reviewed through a process managed by ACHS2016 scientific committee.

Grant: Labex CAP / Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines Appel à candidatures / Bourses Immersion

Labex CAP / Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines
Appel à candidatures / Bourses Immersion

Date limite : le 1er septembre 2015
Le Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines (Labex CAP), annonce l’attribution par voie de concours de cinq bourses « Immersion » pour l’année 2015-2016.

Le programme « Immersion » est un dispositif nouveau à double visée. Il contribue à la formation professionnelle des doctorants qui s’orientent vers les métiers de la culture en rapport avec la recherche universitaire. Il vient également en appui au développement des départements recherche des musées et à la réalisation des projets de recherche des institutions patrimoiniales membres du Labex CAP.

Le dispositif « Immersion » consiste donc à mettre en mouvement les liens entre les jeunes chercheurs et les musées par un travail d’expertise et de recherche. L’intégration des musées et de la BnF pour une durée de dix mois peut prendre des formes diverses : préparation scientifique d’une exposition, travail de recherche sur des fonds, des réserves, des archives etc. Les étudiants bénéficient de l’acquis d’une véritable expérience professionnelle auprès d’une structure patrimoniale ou muséale ; inversement, les musées et la BnF approfondissent, par la recherche, la mise en place de leur programmation et/ou la valorisation de leurs fonds.

Conditions d’admission

Candidats : les candidats doivent être inscrits en thèse dans un des établissements d’enseignement supérieur membre du Labex CAP : CNAM, EHESS, EPHE, ENC, ENSCI, ENSA Paris La Villette, LCPI Paris Tech, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Structures d’accueil pour l’année 2015-2016 : BnF, Centre Pompidou, Cité de l’architecture et du Patrimoine, Musée du Louvre, Musée Picasso
Profils proposés pour 2014-2015
–    BnF / Fonds Germaine Tillon : inventaire et mise en valeur
–    Centre Pompidou / Expositions-dossiers
–    Cité de l’architecture et du patrimoine / Narration et muséographie (collections, parcours, outils)
–    Musée du Louvre / Exposition L’Histoire commence en Mésopotamie
–    Musée Picasso / Guernica : Picasso et l’Espagn

pdf : Centre Pompidou_Immersion 2015

Cite architecture_Immersion 2015

Musee du Louvre_Immersion 2015 (1)

Musee Picasso_Immersion 2015

Calendrier de recrutement
→ Date de lancement du concours : le 7 juillet 2015
→ Date de clôture – dépôt des candidatures : le 1er septembre 2014
→ Phase d’admission (auditions*) : du 7 au 28 septembre 2015

*Chaque institution forme un jury d’admission comprenant des personnels internes et des membres du bureau du Labex CAP. Les candidats sont auditionnés au sein de chacune des structures d’accueil.

Durée du recrutement, date de prise de fonction, nature du contrat
→ Le contrat proposé est d’une durée de 10 mois.
→ La prise de fonction s’effectuera à partir du 2 novembre 2015.
→ Contrat de travail de catégorie B (personnel non titulaire non enseignant).

Dossier de candidature
Le dossier de candidature complet (Immersion_Musee_Nom.PdF) devra être envoyé au plus tard le 1er septembre 2015 à 16h00 au secrétariat du Labex CAP :
labex.creations.patrimoines@gmail.com
(en copie à : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr)

Le dossier comprend :
→ une lettre de motivation
→ un projet (3 à 5 pages) en lien avec le profil de poste proposé : valoriser le lien avec le sujet de thèse en préparation
→ un curriculum vitae
→ photocopie du dernier diplôme obtenu
→ éventuellement une publication (PDF)
→ deux lettres de recommandation rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création

Critères de sélection
→ L’adéquation du profil des candidats (parcours, compétences scientifiques) et de leur projets avec le profil recherché par les institutions partenaires du Labex CAP.
→ La motivation des candidats.

http://labexcap.fr/

Call for Project: Appels à projets 2015 du labex Les passés dans le présent

Le labex Les passés dans le présent : histoire, patrimoine, mémoire, lance trois appels à projets :

1 appel à projets franco-britannique avec le programme britannique Care for the Future : Thinking Forward through the Past (porté par le Arts & Humanities Research Council) afin d’encourager la recherche transnationale entre chercheurs français et britanniques. Date limite de candidature : 2 juillet 2015.

1 appel à projets classique, pour des projets de moyen terme (24 à 54 mois), afin de renforcer, approfondir et élargir les objets de recherche du labex et fédérer de nouveaux chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, conservateurs, archivistes, documentalistes.Date limite de candidature : 17 juin 2015.

1 appel à projets de préfiguration, pour des projets de 12 mois maximum, pour permettre l’exploration de nouvelles pistes de recherche, l’émergence de nouvelles idées ou de nouvelles coopérations. Date limite de candidature : 17 juin 2015.

Tous les détails de ces appels, les conditions d’éligibilité et procédures pour candidater, sont disponibles sur le site du labex Les passés dans le présent.

CFP: Making and Unmaking Religious Heritage Conflict, competition and cooperation at small scale

Pour le français, voir plus bas.

Call for participation
Making and Unmaking Religious Heritage
Conflict, competition and cooperation at small scale
Interdisciplinary PhD School of MERAP-MED programme
1-5 June 2015
Lisbon and Évora, Portugal
CIDEHUS-Universidade de Évora CRIA-FCSH-Nova

Argument

The Interdisciplinary PhD School “Making and Unmaking Religious Heritage. Conflict, Competition and Cooperation at Small Scale” will take place in Lisbon and Évora in Portugal during 5 days.

Open to PhD students and post-docs of social sciences and humanities working on religious and/or heritage matters. The PhD School is funded by the Foundation for Science and Technology (FCT, Portugal) and the LabexMed (France). It involves researchers from the CIDEHUS-Universidade de Évora (Portugal), the FCSH-Nova (Portugal), the PhD Programme “Antropologia. Políticas e Imagens da Cultura e Museologia” (FCSH-Nova de Lisboa, CRIA, IELT, INET-MD, et ISCTE-IUL, Portugal), the IDEMEC (UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS), the TELEMME (UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS), the École française d’Athènes (Greece) and the École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques – Casa de Velázquez (Spain).

The PhD School aims at providing young researchers with theoretical and methodological tools to explore heritage-making processes carried out by religious or other groups, from an interdisciplinary and comparative perspective. Participants will address different topics from a large panel of Mediterranean and European case studies such as: entanglements between religion, politics and heritage-making; community agency; international collaboration in culture and heritage; heritage conflict and cooperation; social and political uses of the past.

What are the places and the role of religion in past and present heritage practices? How can religious and cultural minorities overpass the hegemonic status of dominating elites? Through heritage-making, what are the links and the frictions between local, national and international tourism, intimate representations of cultural and self identity? How far can cultural heritage be considered as a peaceful or a conflict tool of inter-confessional and interethnic relationships? Which are the uses of heritage and tourist devices (archives, museums, private collections, and also theme parks and cultural mediation systems) in contemporary practices?

Instructors

The 15 scholars from France, Morocco, Portugal, Spain and UK are all strongly involved in innovative empirical surveys and come from a wide range of disciplines (anthropology, history, history of art, geography, museum studies, religious studies).

Coordination: Cyril Isnart (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS); Maria Cardeira da Silva (PT, Centro em Rede de Investigação em Antropologia-FCSH-Universidade Nova de Lisboa)

Sossie Andézian (FR, Institut Interdisciplinaire du Contemporain, équipe LAHIC, UMR 8177 CNRS/EHESS); Raquel Carvalheira (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora, Instituto de Ciências Sociais da Universidade de Lisboa, Centro em Rede de Investigação em Antropologia); Nathalie Cerezales (FR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Antónia Fialho Conde (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora); Jérémie Foa (FR, Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS); André Julliard (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS); Joana Lucas (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora, Centro em Rede de Investigação em Antropologia); Crispin Pain(UK, University College of London); Manoël Pénicaud (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS);  Ema Pires (PT, Universidade de Évora and Centro em Rede de Investigação em Antropologia-ISCTE-IUL); Cristina Sanchez-Carretero (ES, Incipit CSIC); Pierre Sintès(FR, Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS) ; Ahmed Skounti (MA, Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine).

Contents

Opening lectures, thematic talks, reading sessions, PhD students’ presentations workshops, Film screenings, Study-day visit

Application

The PhD school will receive 16 students. Travel, accommodation and food expenses will be covered by the organization.

Working languages are French and English.

Two selection sessions will be organised, by a jury composed by Prof. Cyril Isnart and Prof. Maria Cardeira da Silva: the first one for young researchers of the organizing institutions (ISCTE-IUL, LabexMed, Universidade de Évora, Universidade Nova de Lisboa); the remaining places will be open to candidates coming from any institution. Results will be announced by April 2015. Criteria of selection are: quality of the project and the CV, appropriate topics of the project, convergence of the CV with the PhD school themes.

In order to apply, candidates must be PhD students or post-doc (not later than 2 years after thesis). They must send, before 20th, February 2015 for the first selection, before March, 15th 2015 for the second, the following documentation to isnartc@gmail.com:

Application form (Download here), CV (one page), and Thesis project (2.500-5.000 characters).

One month before the PhD School, participants will be asked to send a 25.000 characters paper to be presented and commented by instructors and other participants. They will also be asked to read and prepare comments on the texts to be discussed during the reading workshops.


Logo total
 

Appel à participation

Faire et défaire le patrimoine religieux
Conflit, compétition et coopération à petite échelle
Atelier doctoral interdisciplinaire du programme MERAP-MED
1-5 Juin 2015
Lisbonne et Évora, Portugal
CIDEHUS-Universidade de Évora CRIA-FCSH-Nova

L’atelier doctoral interdisciplinaire « Faire et défaire le patrimoine religieux. Conflit, compétition et coopération à petite échelle » se déroulera à Lisbonne et à Évora au Portugal pendant 5 jours.

Ouvert aux étudiants de doctorat et aux post-doctorants de sciences sociales et des humanités travaillant sur la problématique du religieux et/ou du patrimoine, l’atelier est cofinancé par la Fondation pour la Science et la Technologie (FCT, Portugal) et le LabexMed (France). Il rassemble des chercheurs et reçoit le soutien du CIDEHUS-Universidade de Évora (Portugal), de la FCSH-Universidade Nova de Lisboa (Portugal), du programme doctoral « Antropologia. Políticas e Imagens da Cultura e Museologia » (FCSH-Nova de Lisboa, CRIA, IELT, INET-MD, et ISCTE-IUL, Portugal), du CRIA (Portugal), de l’IDEMEC (UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS), de TELEMME (UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS), de l’École française d’Athènes (Grèce) et de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques de la Casa de Velázquez (Espagne).

L’atelier se propose de transmettre aux participants des outils théoriques et méthodologiques pour explorer les processus de construction patrimoniale conduits par des groupes religieux ou autres, à partir d’une perspective interdisciplinaire et comparative. Les participants pourront s’interroger sur un grand nombre de thématiques à partir d’études de cas méditerranéens, telles que les relations entre fait patrimonial, fait religieux et fait politique, les actions de revendications communautaires, la coopération internationale en matière culturelle, les conflits d’usage entre groupes et les usages politiques du passé.

Quelle est la place et quel est le rôle de la religion dans les pratiques patrimoniales du passé et du présent ? Comment les minorités religieuses et culturelles peuvent surmonter par le patrimoine le statut hégémonique des religions dominantes ? A travers les processus patrimoniaux, quels liens et frictions apparaissent entre le tourisme local, national et international et les représentations intimes de la culture ? La patrimonialisation peut-elle être considérée comme un outil d’apaisement ou d’attisement des relations interconfessionnelles et interethniques? Quels sont les usages des dispositifs patrimoniaux (musées, archives, collections privées, mais aussi technologies numériques ou parcs thématiques,) dans les pratiques contemporaines ?

Encadrants

Les 15 chercheurs provenant de France, du Portugal, du Maroc, d’Espagne et de Grande-Bretagne sont tous engagés dans des enquêtes empiriques ou des réflexions théoriques et appartiennent à des champs disciplinaires complémentaires (anthropologie, histoire, histoire de l’art, géographie, études des musées, études religieuses).

Coordination

Cyril Isnart (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS); Maria Cardeira da Silva (PT, Centro em Rede de Investigação em Antropologia-FCSH-Universidade Nova de Lisboa)

Sossie Andézian (FR, Institut Interdisciplinaire du Contemporain, équipe LAHIC, UMR 8177 CNRS/EHESS); Raquel Carvalheira (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora, Instituto de Ciências Sociais da Universidade de Lisboa, Centro em Rede de Investigação em Antropologia); Nathalie Cerezales (FR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Antónia Fialho Conde (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora);Jérémie Foa (FR, Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS); André Julliard (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS); Joana Lucas (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora, Centro em Rede de Investigação em Antropologia); Crispin Pain(UK, University College of London); Manoël Pénicaud (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS); Ema Pires (PT, Universidade de Évora and Centro em Rede de Investigação em Antropologia-ISCTE-IUL); Cristina Sanchez-Carretero (ES, Incipit CSIC); Pierre Sintès(FR, Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS) ; Ahmed Skounti (MA, Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine).

Contenus

Conférences plénières, conférences thématiques, sessions de lecture, présentation orale des travaux des participants, projections de films, visite d’étude.

Candidature

L’atelier doctoral recevra 16 participants. Les frais de voyages, de logement et de nourriture seront pris en charge par les institutions organisatrices.

Les langues de travail seront le français et l’anglais.

La sélection des candidatures sera effectuée par les coordinateurs, Prof. Cyril Isnart et Prof. Maria Cardeira da Silva, en deux phases. La première phase est réservée aux étudiants des institutions organisatrices (ISCTE-IUL, LabexMed, Universidade de Évora, Universidade Nova de Lisboa). La seconde phase sera ouverte à tous les étudiants s’il reste des places. Les résultats seront annoncés au cours du mois d’avril 2015. Les critères de selection sont la qualité du projet et du CV et l’adéquation de la thématique de recherche et du CV avec l’atelier doctoral.

Les candidats doivent être inscrits en doctorat ou en post-doc (pas plus de 2 ans après la soutenance). Ils doivent envoyer les documents suivants, au plus tard le 20 février 2015 pour la première phase, le 15 mars 2015 pour la seconde phase, àisnartc@gmail.com :

le formulaire rempli à télécharger ici, un CV d’une page et le projet de thèse (2.500-5.000 signes).

Un mois avant le début de l’atelier, les participants sélectionnés devront envoyer un texte de 25.000 signes qui sera présenté oralement et discuté par les encadrants et les autres participants. Des textes leur seront également adressés qui seront commentés et discutés pendant les ateliers de lecture.

Logo total