Monthly Archives: September 2015

Conference: Le travail de retour sur le passé à l’époque de la Seconde République autrichienne

Centre de recherche sur les médiations Communication, langue, art, culture

(EA 3476, université de Lorraine/université de Haute-Alsace)

Équipe de recherche Interdisciplinaire sur les aires culturelles
(EA 4705, université de Rouen)

avec le soutien de la Maison Heinrich Heine

Maison Heinrich Heine, Paris

Vendredi 2 octobre 2015

9h00 – 18h30

Le travail de retour sur le passé
à l’époque de la Seconde République autrichienne

 A la conférence de Moscou en 1943, les Alliés déclarent que l’Autriche est la première victime d’Hitler. En 1945, elle est cependant comme l’Allemagne divisée en quatre zones d’occupation, mais recouvre sa souveraineté dix ans plus tard, à la signature du Traité d’Etat en 1955.

Cette journée d’étude sera consacrée au travail de retour sur le passé de l’Autriche, qui implique également une réflexion sur les notions d’identité et de mémoire, mais aussi de refoulement, voire d’oubli. Comment reconstruire une nation autrichienne en faisant – ou non – table rase du passé ?

Cette manifestation permettra d’aborder à la fois la littérature, la civilisation et l’histoire des idées.

Langues de travail : allemand et français.

9h00
Accueil par Christiane Deussen, Directrice de la Maison Heinrich Heine, introduction par Anne-Marie Corbin et Marc Lacheny

9h20
Ute Weinmann (Université de Cergy-Pontoise) : L’Autriche officielle face au passé : culture et non-culture mémorielle après 1945

10h00
Jacques Lajarrige (Université de Toulouse – Jean Jaurès): „Die Leiche im Keller”. Les écrivains face au passé de l’Autriche

10h40-11h00
pause-café

11h00
Karl Zieger (Université Charles-de-Gaulle – Lille III) : „Ruhe auf der Flucht (1951) von Lilly von Sauter: Lebensalltag und Neupositionierungen am Ende des Zweiten Weltkriegs

11h40
Gerald Stieg (Université Sorbonne Nouvelle – Paris III) : Que dit réellement le « Discours sur l’Autriche » de Wildgans sur la nation autrichienne ?

12h20-14h00
pause-déjeuner

14h00
Jürgen Doll (UPEC): „Man muss vergessen können“. Zu Hans Leberts Roman „Die Wolfshaut“

14h40
Eric Leroy du Cardonnoy (Université de Caen – Basse-Normandie) : Arno Geiger et le passé de l’Autriche : dire le passé sans le nommer

15h20
Elisabeth Kargl (Université de Nantes) : L’Autriche entre souvenir et oubli : étude d’une pièce radiophonique de Ludwig Laher

16h00-16h20
pause-café

16h20
Jean-François Laplénie (Université Paris-Sorbonne) : Traces slaves en langue allemande. Un « complexe slave » dans la littérature autrichienne ? (Peter Handke, Fabjan Hafner, Maja Haderlap)

17h00
Bernard Banoun (Université de Paris-Sorbonne) : Paradigme carinthien ? La violence du surgissement de la mémoire chez Werner Kofler, Josef Winkler et Maja Haderlap

17h40
Herta Luise Ott (Université de Picardie – Jules Verne) : Entre poésie et roman : la question de l’identité chez Maja Haderlap

18h20
clôture de la journée d’étude


Organisation scientifique 
:

Anne-Marie CORBIN (Professeur émérite à l’Université de Haute-Normandie – Rouen, ERIAC), jjrcom.amcs@wanadoo.fr

Marc LACHENY (Professeur à l’Université de Lorraine – Metz, CREM), marclacheny@orange.fr


Comité scientifique :

Norbert BACHLEITNER, Professeur à l’Université de Vienne (Autriche)

Irène CAGNEAU, Maître de Conférences à l’Université de Valenciennes

Anne-Marie CORBIN, Professeur émérite à l’Université de Haute-Normandie – Rouen

Marc LACHENY, Professeur à l’Université de Lorraine – Metz

Karl ZIEGER, Professeur à l’Université Charles-de-Gaulle – Lille III

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Advertisements

Symposium: Recueil des sessions – Troisième annonce – Congrès ACHS 2016 Montréal

Résumé des sessions du congrès de l’ACHS « What does heritage change »/ « Le patrimoine, ça change quoi ? » (Montréal 2016):

ACHS2016_CFP20150923-EN

ACHS2016_CFP20150923-FR

ACHS2016_CFP201500923-catalogue

Ces résumés des sessions ouvertes à propositions peuvent aussi être consultés en ligne à l’adresse suivante : http://achs2016.uqam.ca/fr/soumissions/seances-ouvertes.html

La date de clôture de l’appel à communications et à présentations par affiche est le 1er novembre 2015.

Les meilleures communications, choisies par les organisateurs de chaque séance, feront l’objet d’une publication bilingue, en anglais et en français.  Un comité scientifique se réservera le choix final des communications retenues. D’autres avenues de publication seront annoncées sous peu.

Les personnes intéressées à soumettre une proposition de communication sont invitées à le faire grâce au formulaire disponible à cette adresse:https://achs2016.uqam.ca/secure/submitAbstract.php

Vous trouverez plus d’informations sur le site du congrès : achs2016.uqam.ca

CFP: “Heritage Shifts in East Asia: Communication between Global Policies and Local Practices”, Association for Critical Heritage Studies, Third Biennial Conference in Montreal, 6th – 10th June 2016

Call for papers for the Panel: «Heritage Shifts in East Asia: Communication between Global Policies and Local Practices»

As part of the the Association for Critical Heritage Studies, Third Biennial Conference in Montreal, 6th – 10th June 2016

Deadline for Call for Papers: 1st November 2015.

Panel Description:

To date, there has been much scholarly discussion and critique about how ideas and policies of “heritage” may be operating globally. There have also been ethnographic studies providing “on the ground” perspectives. In this session, we aim to establish a bridge between local-level empirical study and global heritage discourse. By addressing “heritage” in relation to processes of modernization and globalization in East Asia, we seek to investigate the dynamic communication between global heritage policies and local practices in that region. Rather than assuming that a Euro-centric discourse necessarily operates, we intend to explore the dialectical shifts of heritage discourse between international regimes and national and local presentations. We also wish to examine the tensions and opportunities in the process of interpreting, imagining and practicing heritage in the East Asian context of shifting economic and cultural values.

With these issues in mind, we invite papers looking into the following themes:

– What are the routes and modes of transport by which notions such as heritage, preservation, museum or authenticity-that originally emerged from Europe-travel to East Asian countries such as China, Korea or Japan?

– What concepts and practices do such notions meet when they arrive and how do populations interact with them? How are they professionally translated and interpreted and popularly imagined and practised on the ground?

– Through what kinds of processes and practices is the global heritage system variously put into operation and transformed at national and local levels?

– What roles do international professional groups, including heritage experts and nature conservationists, play in shaping the activities of Asian heritage practitioners and managers—and vice versa?

– How are documents and decisions concerning heritage conservation made at international levels (e.g. World Heritage) transmitted to East Asia and how do local actors variously take up, negotiate, resist or ignore these in whole or part?

– In what ways may local heritage decision-makers enlist national and international agents in order to meet their own economic and political agendas?

– How do international tourists and global tour operators imagine and influence heritage tourism in East Asia, and how do those variously respond?

Instead of focusing on single-site case-studies from diverse national contexts, this session engages with East Asia as an important ground for testing the global dynamics of heritage discourse in relation to the intensified mobility of concepts, objects, media and human beings. We welcome projects with inter-disciplinary approaches to deepen the insight of the complex picture of the heritage system in the era of cultural and economic globalization. By investigating the proposition that cultures are an attribute of human societies formed by transcultural relationships, our session will collectively strive to cast new light on heritage politics, memory, governance, and the complex and often contradictory association of power and culture.”

All interested paper presenters are invited to submit a paper proposal by completing the electronic form athttps://achs2016.uqam.ca/secure/submitAbstract.php

Paper submissions should include:

– an abstract of 600 words outlining the topic or main argument, its relation to one of the themes of the conference (or to a specific session) and its interest in the field of critical heritage studies.

– a brief resume (biographical notice and main publications) of no more than 300 words.

**All papers submitted will be peer reviewed through a process managed by ACHS 2016 scientific committee.***

You are welcome to contact Panel Organizer, Dr. William Nitzky, wnitzky@csuchico.edu, and Panel Co-organizer, Dr. Yujie Zhu, yujie.zhu@anu.edu.au, if you have any questions regarding the panel or your submission.

More information is available on conference website at: achs2016.uqam.ca

CFP: Archaeology and reconstruction

Abstract for a Book Publication “Archaeology and Reconstruction”

Project “Klassifikation und Pluralisierung: Antike(n) im Museum” (Classification and Pluralisation: Antiquity in the Museum), SFB 644
“Transformationen der Antike” (Transformations of Antiquity), a collaborative research project of the Humboldt-Universität zu Berlin
and the Antikensammlung, Staatliche Museen zu Berlin – Preußischer Kulturbesitz

Editors: Elisabeth Hoffmann (hoffmann.elisabeth@gmail.com) and
Stefanie Klamm (stefanie.klamm@gmail.com)

A look into the Pergamonmuseum with its architectural elements reveals the powerful effect of reconstruction in archaeology in an especially tangible and complex way. Reconstructions have often been understood as the partial or complete recreation of a lost original state of ancient artefacts, buildings, interiors, cultural landscapes or excavation sites. The aim of this book is to address the concept of
reconstruction in archaeology in a more comprehensive way. The starting-point is provided by the observation that reconstruction is, on the one hand, a strategy for contextualising ancient objects in the museum and at archaeological site-museums and, on the other hand, a
method for visualisation in archaeological research in general. Both of these fields, which relate to each other in a reciprocal way, pursue the goal of generating new knowledge about ancient cultures.

When detached from the excavation context, ancient artefacts undergo a process involving various de- and re-contextualisations. It is only
through the different reconstruction techniques, as media of transformation, that it becomes possible to generate an ‘authentic’ image of the ancient world in publications, museums or at archaeological sites. The ancient remains would thus often be unthinkable without an ensemble of media composed of drawings, photographs, plans, models and casts as part of their recontextualisation; yet this is often what first leads to a gain in scientific knowledge of the artefacts. Central to the volume is the question of which specific forms of reconstruction and visualisation strategies produce this process of transformation which turns an ancient find into a piece of historical evidence.

The publication is intended to address the following points, but is not restricted to them:

– To what extent does the supposed proximity of reconstructions to an original state, as opposed to the fragment, make it possible to experience archaeology and its research questions directly?

– How does the museum space become a laboratory for building techniques and in what way do visualisations play a significant part in the production of knowledge carried out there?

– Which media help make it possible to reconstruct buildings and ancient sites? How do certain media processes and their mode of operation determine the production of knowledge?

– What are the constitutive properties of reconstruction in archaeology and what different types and functions of reconstruction exist?

– How widely distributed are the different forms of reconstruction and which of them are reserved for the museum?

Starting from different case studies the volume is intended to pursue the question of how reconstructions themselves have played a decisive
role in making scientific studies possible and how they have become (and remain) effective as a procedure within archaeology. The contributions should also discuss the extent to which archaeology is rather a discipline that is fundamentally based on reconstructions and whether reconstruction is actually a method in archaeology.

CFP: Displaced Objects

Displaced Objects

Joseph Brodsky, statue mémorial, St Petersbourg
Joseph Brodsky, statue mémorial, St Petersbourg

 Appel à textes 

Un  projet  réactualisé, un appel pour mieux cerner ce que l’exil (la migration, le déplacement, la fuite, l’asile) fait aux objets mais aussi ce que le statut des objets dit de l’exil.

En mai 1922, une exilée dénommée Marina Tsvetaieva quitte Moscou pour Berlin, décrivant soigneusement les objets qu’elle emporte avec elle. En 1939, de Paris à Moscou, elle consigne une liste des objets qu’elle ramène. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes et n’importe comment ils sont devenus autres. Mais ils sont siens ; comme elle, ils sont en et de l’exil et leurs destins sont partiellement liés, dans les voyages successifs comme dans l’épreuve de la famine et de la disparition.  En quoi ces objets seraient-ils différents de ceux des plages de Lampedusa, des camps de la frontière marocaine ou mexicaine, des centres de rétention, des campements de  Calais ou de la Porte de la Chapelle à Paris ? Que savons-nous de leur importance, souvent vitale ? De leur manière de porter trace ? De leurs  métamorphoses ?

L’objectif du projet intitulé Displaced Objects (D.O.), paraphrasant la désignation de Displaced Persons (D.P),  est de collecter de courts textes rendant compte d’objets singularisés par une expérience, celle de l’exil. 

Le principe est simple et ouvert à tous : choisir un objet (matériel, littéraire, cinématographique, artistique, muséal) et dérouler une expérience de l’exil.

Il ne s’agit pas nécessairement de convoquer sa propre histoire ou celle de sa famille. Les objets de l’exil participent de notre quotidien, en arrière plan de toute évocation des “flux migratoires”;  l’actualité en pourvoit d’abondance, tour à tour présentés comme traces, empreintes, vestiges, restes ou déchets. Très vite, certains d’entre eux deviendront objets de musée, d’art ou de littérature, posant des questions d’ordre éthique et politique sur leur nature ou leur propriétaire légal. On ne saura que rarement ce que sont devenus leurs détenteurs.

 Les Displaced Objects  intégrent ainsi, mais aussi bien se distinguent, de ce qu’il est convenu d’appeler le patrimoine des migrations : les objets de l’exil peuvent en effet être des objets en exil, progressivement déliés de tout contexte de signification et d’histoire, catégorisés ou patrimonialisés autrement : objets du quotidien, de la sphère familiale ou religieuse, objets de l’entre-deux du déplacement,  “nôtres” ou “autres”, transmis de génération en génération ou au contraire spoliés, abandonnés, disparus, retrouvés ou recréés en exil.

Restituer la biographie des objets est en conséquence un décentrement du sujet à l’objet, un efficace moyen de restituer une dignité au vécu de l’exilé. La matérialité de l’objet est à ce titre à la fois essentielle et insuffisante : ce qui importe est précisément ce qu’il signifie en dehors de toute matérialité, seul ou en association avec d’autres, l’expérience dont il fait état. En ce sens, l’objet, ou sa représentation (visuelle, littéraire) est un non-lieu, et son destin changeant incarne celui de ses possesseurs.  

Nous le savions déjà, les objets ont une (nôtre) âme. Par quelles voies incorporent-ils une expérience ou un héritage de l’exil ?

Cet appel à texte est ouvert à tous. Il ne prendra sens que dans le croisement des écritures et des expériences. D’abord publiés en ligne, les textes pourront notamment faire l’objet d’une exposition. Une image d’objet doit y être intégrée.

Les propositions de 2-3 pages doivent être envoyées à l’adresse suivante :  displaced.objects@gmail.com.

We welcome texts in English and in any others languages (with a translation)

Les textes en anglais ou en toute autre langue (avec traduction) sont bienvenus.

Un premier jeu de textes sera publié à la fin 2015. Une autre série de textes sera publiée par la suite.  

 

CFP: Devant l’arrêt de monde(s), derrière les ruines, sous les déchets : explorations, traces, fuites / Before the Ceasing of World(s), Behind the Ruins, Beneath the Waste: Explorations, Traces, and Escapes – ACHS 2016 Montréal

Call for papers / Appel à communications

Association of Critical Heritage Studies

Troisième Congrès bisannuel / Third bisannual conference
Le patrimoine, ça change quoi ? / What does heritage change ?

Montréal, 7-10 juin 2016

Devant l’arrêt de monde(s), derrière les ruines, sous les déchets : explorations, traces, fuites
Before the Ceasing of World(s), Behind the Ruins, Beneath the Waste: Explorations, Traces, and Escapes

Session organisée par / organized by

Octave Debary (université Paris Descartes, IIAC-LAHIC) et Jean-Louis Tornatore (université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier)

Dans un texte majeur, « L’arrêt de monde », D. Danowski et E. Viveiros de Castro explorent le thème de la fin du monde tel qu’il se déploie aujourd’hui « dans l’imaginaire de la culture mondialisée ». Entre fiction, philosophie et anthropologie, ils déroulent la scène sombre de nos futurs d’espèce humaine devenue force géologique et autodestructrice vivant non plus sur mais dans une planète considérée comme un être vivant et une puissance menaçante (Gaïa). Si le spectre de la catastrophe est partout agité, diffère l’imagination de ce que sera le monde d’après la catastrophe : un univers terrifiant qui n’en finit pas de se consumer ne laissant qu’une fuite sans espoir aux spécimens d’humanité restante (La Route de C. MacCarthy, 2008) ; la lente mais sûre reprise ou reconquête du monde par la « nature » débarrassée de nous (Homo disparitus d’A. Weisman, 2007). La ruine absolue pour l’un, l’arrêt de la ruine ou sa transfiguration pour l’autre.
Le déchet, reste d’objet, reste d’homme, voire déchet social, est dans l’errance, le mouvement. Il n’est pas à sa place, parfois n’a pas de place. Il constitue une limite incertaine entre l’être et le non-être, entre ce monde et un autre. Cette limite trace celle de la culture ; la culture se sépare de ses déchets, de ses « déchets culturels ». En ce sens, la saleté ouvre à la culture (M. Douglas). Le nettoyage et l’exclusion des déchets sont une (re)mise en ordre de la culture, comme affirmation de son système et de son classement (M. Thompson). La culture maintient en vie ses productions, ses objets, et au seuil de leur non recyclabilité, les congédie comme déchets (ultimes). L’impureté est le privilège de la culture. Il s’agit de dire sa propre finitude, son risque de perte. Et de cette perte, la culture souhaite se défaire. Au centre de cette logique, le déchet permet de dire le temps qui passe et l’horizon d’une fin ; la pourriture ou la salissure est déperdition de la vie. L’eschatologie contemporaine liée au risque écologique trouve ici sa place. A force de vivre, de produire des déchets, on pollue le monde, le risque environnemental dit le risque de la culture. La ruine, elle, se tient au seuil, celui de la fin de la culture, du retour de la nature ou de la promesse d’un futur. Comment faire usages de la ruine ? Lire dans les entrailles d’une ville détruite son destin possible (Jouannais).
Nous voudrions placer notre session sous le signe du mouvement radical, celui qui suppose l’arrêt de mondes, et mettre en regard la pluralité des approches qu’il suscite. La ruine est un motif contemporain associé à la ville (D. Scott). Si l’humanité est devenue majoritairement urbaine, c’est donc de la ville que viennent les images fortes de son anéantissement. Voire, la ville a commencé à se désagréger de l’intérieur, à l’occasion de petites fins de monde, arrêts d’usines par exemple, suscitant le parcours de leurs abandons et de leurs décombres, générant des pratiques, artistiques et/ou déambulatoire, l’urbex, un voyeurisme de la décrépitude, le ruin porn… Nous voudrions mettre en balance, en confrontation la perspective attendue ou redoutée de la ruine de notre monde avec ces petites ruines qui parsèment nos vies quotidiennes, sur lesquelles ces pratiques veulent attirer nos attentions. Dans quelle mesure celles-ci préfigurent-elles, exorcisent-elles celle-là ? Et puis, dans quelle mesure la ruine et le déchet n’entrent-ils pas en concurrence avec nos patrimoines, le patrimoine urbain, le patrimoine industriel ?
Cet atelier est ouvert aux interventions qui interrogent le reste, ruine ou déchet, dans la construction du rapport au temps et à l’histoire. De la poubelle au musée ou à l’espace sanctuarisé, en passant par la ruine, le reste, par la manifestation de ce qu’il n’est plus et de ses diverses occurrences, permet non seulement de dire le temps qui passe mais constitue un indice de nos conceptions du futur. Sa valeur mémorielle, patrimoniale, testimoniale se construit sur les ruines de son histoire, comme sur les perspectives des catastrophes à venir.

 

 

In a major text entitled “L’arrêt de monde”, Déborah Danowski and Eduardo Viveiros de Castro explore the theme of the end of the world as it is deployed today “in the imagination of globalized culture”. Using fiction, philosophy, and anthropology, they unfurl the somber scene of our future as a human species, which has become a living geological and self-destructive force no longer on but in a planet that is considered a living being and a menacing power (Gaia). While the specter of catastrophe is uniformly raised, the world that is imagined after the catastrophe varies, seen alternately as a terrifying universe that endlessly consumes itself, leaving the remaining specimens of humanity with the only option of a hopeless escape (The Road by Cormac MacCarthy, 2008), or a slow but sure reprisal or reconquering of the world by “nature”, which has been freed from us (The World Without Us by Alan Weisman, 2007). It represents the absolute ruin for some and the ceasing of the ruin or its transfiguration for others.
Waste—remnant of the object, remnant of man, and even social waste—lies in the act of wandering and movement. It is not in its place, nor does it sometimes have a place. It constitutes an uncertain limit between being and non-being, between this world and another. This limit delineates that of culture; culture is separated from its waste, its “cultural waste”. In this sense, dirt unlocks culture (Mary Douglas). The cleaning and the exclusion of waste is a (re)ordering of culture as an affirmation of its system and its classification (Michael Thompson). Culture keeps what it produces—its objects—alive and dismisses it as (supreme) waste when it is on the brink of not being recyclable. Impurity is the privilege of culture and concerns the enunciation of its own finiteness and its risk of being lost. Culture wants to be rid of this loss. At the center of this logic, waste makes it possible to speak of passing time and the horizon of an end; decomposition and dirt are the loss of life. The modern eschatology linked to ecological risk finds its place here. The act of continually living and producing waste pollutes the world; the environmental risk articulates the risk of culture. As for the ruin, it remains on the threshold, that of the end of culture, the return of nature, and the promise of a future. The ruin can be used to prognosticate the possible destiny of a destroyed city (Jean-Yves Jouannais).
We would like our session to focus on the radical movement that presupposes the ceasing of worlds and to compare the various approaches it raises. The ruin is a contemporary motif associated with the city (Diane Scott). Since humanity has for the most part become urban, the strongest images of its annihilation come from the city. The city has even begun to disintegrate from within during small instances of the end of the world—such as the shutting down of factories, leading people to peruse their abandonment and ruins and generating artistic and/or ambulatory practices, urbex, voyeurism into decrepitude, ruin porn, and so on. We would like to weigh and confront the expected or dreaded perspective of our world’s ruin with the small ruins scattered throughout our daily lives and to which these practices seek to draw our attention. To what extent do the former prefigure and exorcise the latter? And to what extent do ruin and waste begin to compete with our heritage, both urban and industrial?
This workshop is open to interventions interrogating remains, ruins, and waste in the construction of a relationship to time and history. From the garbage heap to the museum and the sanctuarized space via ruins, remains, and the manifestation of what something no longer is and its various occurences, all this not only makes it possible to speak of passing time, but constitutes a clue to how our future can be conceived. Its memorial, patrimonial, and testimonial value is built on both the ruins of its history and the various perspectives surrounding the catastrophes to come.

Les propositions (un résumé de 600 mots) peuvent être soumises en français ou en anglais sur le site du congrès / Submissions (a 600 words abstract) can be made either in English or French through the conference website : https://achs2016.uqam.ca/secure/submitAbstract.php

Date d’échéance de l’appel à communications : 1er novembre 2015 / The deadline for the call for papers is 1st November 2015.

Toutes les propositions seront évaluées par le comité scientifique du congrès / All papers submitted will be peer reviewed through a process managed by ACHS2016 scientific committee.

Pour tout renseignement, merci de contacter les organisateurs de la session / Should you have

Agenda: Activité du labex Les passés dans le présent – Septembre 2015

Dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, le projet “Faire et arpenter l’histoire de l’université de Nanterre” propose 6 parcours urbains, le samedi 19 septembre 2015, au départ du campus de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Les détails de ces parcours sont disponibles sur la page web du projet, dans l’onglet téléchargement. Si vous le pouvez, n’hésitez à vous inscrire en indiquant le ou les parcours choisis : parcours@passes-present.eu .

Le labex Les passés dans le présent et le labex Patrima, avec la direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication et en partenariat avec la BnF, organisent le colloque Les patrimoines en recherche(s) d’avenir, jeudi 24 et vendredi 25 septembre 2015 à la BnF (petit auditorium). Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site du colloque à l’adresse suivante : http://colloquepatrimoines.passes-present.eu . L’inscription est fortement conseillée, via le formulaire en ligne dédié.

Le projet “Les sources de l’ethnomusicologie” sera présenté lors de la conférence annuelle de l’IASA (International Association for Sound and Audiovisual Archives) à Paris (BnF) du 26 septembre au 1er octobre 2015, et de la conférence internationale du projet Europeana Sounds à Paris (BnF) le 1er octobre 2015.

Le projet “Musiques et politiques mémorielles” (POLIMUS) organise son premier workshop “Musiques des origines : Narrations du passé, performances et reconstitutions musicales (XXe-XXIe siècles)” les 1er et 2 octobre 2015, à la Maison Archéologie et Ethnologie, salle du Conseil (4e étage).

Par ailleurs, le musée d’Archéologie nationale, partenaire du labex, organise l’exposition Le futur du passé, à partir du 19 septembre 2015. Vous trouverez une invitation pour l’inauguration en pièce jointe.

Enfin, à l’occasion de la rentrée universitaire, nous vous rappelons que le labex contribue à la formation autour de deux actions :

CFP: « Vivant » et « citoyen » ? Interrogations sur l’idée de démocratie patrimoniale, Congrès AISLF – Montréal – 4-8 Juillet 2016

Congrès AISLF – Montréal – 4-8 Juillet 2016

GT14 – Institutions du patrimoine

« Vivant » et « citoyen » ? Interrogations sur l’idée de démocratie patrimoniale

Voilà plus d’une dizaine d’années que court le thème de l’émancipation de l’activité patrimoniale des cadres administratifs et scientifiques, parfois désigné comme expression de démocratie patrimoniale. On a pu, par commodité, l’associer à une opposition entre imposition top down et initiatives bottom up – qui d’ailleurs a largement été appliquée aux politiques culturelles. Nous proposons de poursuivre et de dépasser cette problématisation en s’attachant moins à opposer des formes ordinaires ou profanes de patrimonialisation à des formes institutionnelles, officielles ou savantes qu’à interroger le potentiel critique et politique de l’activité patrimoniale aujourd’hui. À y regarder de près, on pourrait déceler deux temps concomitants dans la formation de l’idée de démocratie patrimoniale : si le premier est celui de la prolifération et du débordement, le second, orchestré en particulier par l’Unesco avec la catégorie de patrimoine culturel immatériel, est celui invitant à placer le patrimoine culturel sous le signe du vivant, à négocier sa mise en valeur moins par documentation que par délibération et à considérer que l’action publique patrimoniale, précisément émancipée, est susceptible de se déployer en action citoyenne.

Nous invitons à discuter cette proposition et à mettre à l’épreuve la validité de ce qui serait une orientation décisive de l’activité patrimoniale et du patrimoine (« vivant et citoyen »). Ne pèche-t-elle pas par optimisme ? Ne procède-t-elle pas d’une vision par trop enchantée de la culture ? Ne suscite-t-elle pas des résistances de l’institution patrimoniale, dans le sens d’une réaffirmation d’un magistère (doctrinal) sur les êtres de patrimoine ? N’est-elle pas de portée illusoire au regard d’une économie florissante du patrimoine qui sert autant le marketing territorial qu’une économie de l’enrichissement (Boltanski et Esquerre) ?

Organisation : Jean-Louis Tornatore (Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier – Savoirs : normes et sensibilités (UMR 7366 Cnrs – uB), Michel Rautenberg (Université de Saint-Étienne, Centre Max Weber, UMR 5283), Cyril Isnart (CNRS, IDEMEC UMR 7307)

Deadline pour les communications : 15 janvier 2016

Site du congrès : http://congres2016.aislf.org/pages/index.php

CFP: ACHS 2016 – Are contemporary processes of migration changing the Authorised Heritage Discourse?

Open Call for Papers

Association of Critical Heritage Studies Third Biennial Conference

Montreal, Canada, 6-10th June 2016

http://achs2016.uqam.ca/en/

Session Title: Are contemporary processes of migration changing the Authorised Heritage Discourse?

Session Organizers: Sophia Labadi (University of Kent, UK), Laia Colomer (Linnaeus University, Sweden) and Cornelius Holtorf (Linnaeus University, Sweden)

Session Abstract:

There are many different kinds of migrants in the contemporary world. They include the familiar figures of refugees or undocumented migrants, associated with and suffering from exclusionary practices, poverty, silencing or repressions; skilled migrants with economic resources but lacking the tools for cultural and social integration; migrants or second generation migrants returning to their homelands and becoming ‘strangers’ also there; people moving to several countries as global nomads, etc. An increasing number of people are thus living “transit lives”, between different cultures.

In the past decades museums and heritage places all over the world have begun to adapt to this challenging situation. From Enlightened and exclusive institutions, promoting one version of the past and national identity, museums have had to transform themselves to remain relevant in our fast changing and diverse world. Equally, some countries are increasingly identifying and protecting heritage places, routes or landscapes that are significant to people affected by mobility such as migrants/diaspora, ex-colony citizens, modern and contemporary slaves, etc. These changes include giving greater access to collections and exhibition spaces, promoting multivocality in the interpretation of collections, encouraging migrants’ involvement in exhibitions through co-curation, or developing participatory methodologies among local and/or excluded communities for the definition of the significance of heritage places.

 

This session invites papers that discuss, analyse and evaluate approaches, methodologies, and the impact of programmes of museums and heritage places involving people in cultural transitions (including migrants, refugees, cross-cultural people). Basically, we are interested in investigating what happens to heritage when people’s identities are in transition due to mobility. Issues which the session will explore include the following:

  • Specific museum programmes developed for migrant communities, such as language learning programmes, well-being sessions, employment schemes for migrants, etc.
  • Migrants’ critical views of museum’s programmes and collections.
  • Definition of new heritage places and museums from a migrant perspective and approach (i.e. multivocality and participatory policies).
  • Redefining the significances and the uses of mainstream heritage places in the context of globalised, dynamic and fluid cultures (e.g., the heritage of emotions applied to migration).

Submissions for papers:

Please send an abstract to Sophia Labadi (sophialabadi@gmail.com)and Laia Colomer (laia.colomer@lnu.se). The abstract should not be more than 600 words presenting the topic and main argument in relation to this specific session. Please also send a brief resume (biographical notice and main publications) of no more than 300 words.

 

Deadline: 20th October 2015.

Journées du patrimoine 19/09 : 6 parcours urbains pour explorer l’histoire de l’université et de la ville de Nanterre

Dans le cadre des journées européennes du patrimoine du 19 septembre prochain,

Nous avons le plaisir de vous annoncer et de vous proposer, pour cette seconde participation de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, un programme de six parcours urbains à travers l’université et la ville de Nanterre.

Cette année, les six parcours seront guidés par des étudiants en Master 2 Aménagement et urbanisme, associés aux chercheurs déjà présents l’an passé de même que la Société d’histoire de Nanterre. Ils seront désormais aussi accompagnés par des habitants de Nanterre, d’anciens étudiants ou travailleurs de l’Université tous témoins des bouleversements urbanistiques, acteurs de la vie sociale de Nanterre et de son université.

Les parcours permettront de faire découvrir la ville mouvante (parfois méconnue par les universitaires) qu’est Nanterre, marquée par des projets d’État majeurs, par leur contestation, leur réappropriation par la municipalité et les habitants, riche d’un histoire militante, de solidarité, de migrations de tous horizons, une histoire parfois aussi marquée par les drames et la mise à l’écart de longue durée de certains. Ces parcours explorent donc plusieurs strates d’histoire – urbaine, sociale, politique et industrielle- qui continuent de marquer fortement le tissu urbain et les mémoires de Nanterre.

Parcours 1 : Découverte de l’histoire du campus de Nanterre (1964-2015) : pratiques d’hier et d’aujourd’hui
10:30-11:30
 Point de départ devant la Maison de l’étudiant
Guides : Frédéric Dufaux, Emilie Mercier
Avec : Simon Ridley, Alain Lenfant et Slim Ben Salem

Parcours 2 : Un campus à côté des bidonvilles : naissance dune université au coeur de la ville ouvrière (1964-2015)
10:30-12:00
 Point de départ devant le bâtiment B
Guides : Victor Collet, Felix Mazet
Avec : Mogniss Abdallah, Cheikh Djemaï et Daniel Murphy

Parcours 3 : De l’université à la cité Marcelin Berthelot, en passant par les Provinces françaises: un territoire fracturé en voie de couture ?
14:00-16:00
 Point de départ devant la rampe d’accès à la gare
Guides : Frédéric Dufaux, Félix Mazet
Avec : Violette Prigent (sous réserve)

Parcours 4 : Du campus au Petit Nanterre : pratiques de solidarité et échanges avec un quartier en grande précarité, haut lieu de l’histoire de Nanterre
14:00-16:00
 Point de départ devant la MAE
Guides: Victor Collet, Etienne Brassens
Avec : Mamadou Diallo, Monia Zaïda, Bruno Ehrmann (sous réserve)

Parcours 5 : De l’université à l’usine Natalys en passant par la Seine : des alternatives contre les frontières sociales et spatiales
16:00-18:00
 Point de départ devant le bâtiment B
Guides : Robert et Jeanine Cornaille
Avec : Hassan Guémiah, Mohammed Alla (sous réserve) Alain Boquet –Paul Fleuret

Parcours 6 : Nanterre, terrain de jeu pour l’urbanisme détat ? De l’université à la Défense en passant par les quartiers historiques d’habitat social
16:00-18:00
 Point de départ devant la rampe d’accès à la gare
Guides : Frédéric Dufaux, Victor Collet
Avec: Cherif Cherfi et Michel Mathys Etienne Brassens

Les parcours ont été développés dans le cadre du projet de recherche-action “Faire et arpenter l’histoire de l’université de Nanterre” du labex Les passés dans le présent, en partenariat avec la Société d’Histoire de Nanterre, le master d’Aménagement et urbanisme de l’université Paris Ouest Nanterre et le laboratoire Mosaïques (UMR Lavue).
L’Entrée est évidemment libre et ouverte à tous ! Pour des raisons d’organisation (et préparer le cas échéant, un micro, ou de nombreuses bouteilles d’eau), si vous le pouvez, n’hésitez à vous inscrire en indiquant le ou les parcours choisis : parcours@passes-present.eu