Monthly Archives: July 2010

Call from E-Faith

Il y a quelques mois E-FAITH, la Fédération Européenne des Associations du Patrimoine Industriel et Technique,  a lancé une campagne pour une année européenne du patrimoine industriel et technique.

Comme cela a déjà été expliqué, nous voulons que cette initiative grandisse pour montrer qu’il existe un intérêt fort pour ce type de patrimoine.
Nous demandons donc à toutes les organisations du patrimoine, les groupes locaux de préservations, les associations d’histoire régionale et locale, les associations d’amis du musée et les amis des sites du patrimoine de soutenir cette campagne en approuvant le mémorandum qui plaide pour une année européenne du patrimoine industriel et technique. Lorsqu’un grand nombre d’associations auront montré leur soutient, nous pourrons ensuite contacter les autorités européennes (Commission européenne et/ou le Conseil de l’Europe) pour leur demander d’inscrire cet évènement dans leur programme politique. Nous agissons dans le but d’obtenir le soutient d’au moins 250 organisations provenant d’au moins 15 pays européens différents avant de contacter la Commission européenne et le Conseil de l’Europe.

C’est pourquoi nous vous demandons de soutenir cette initiative en approuvant le Mémorandum.

Si votre organisation ou votre institution défend cette idée, copiez le texte du mémorandum dans votre en-tête et envoyez un double signé et daté par votre représentant à notre secrétariat, s’il vous plaît.
Le document ci-joint est la version anglaise du mémorandum.
Vous trouverez les informations sur la campagne sur http://www.e-faith.org/EITHY/ (un nouveau site est en cours de réalisation et sera effectif après les congés d’été)
Le texte du mémorandum est également disponible en Allemand, Catalan, Esperanto, Français, Italien, Latin, Néerlandais, Polonais, Portugais, Roumain, Espagnol et Suédois. S’il n’y a pas encore de version disponible dans votre langue nous serions ravis si vous ou quelqu’un d’autre de votre pays pouvait réaliser une traduction, que l’on pourrait ajouter au site web.

Transmettez s’il vous plaît les informations sur la campagne à d’autres organisations et institutions dans votre pays et à l’étranger.
Répandez la bonne parole !
Merci pour votre soutient.

Adriaan Linters
secrétaire-général E-FAITH

E-FAITH
the European Federation of Associations of Industrial and Technical Heritage
—————————————————————————————-
fax +32.56.255173
secretariat @ e-faith.org
http://www.e-faith.org

p/a Vredelaan 72
B-8500   Kortrijk
Flandre – Belgique

Grants CRIA – Lisbon

Bolsas de Investigação no âmbito do projecto “Castelos a Bombordo. Práticas e Retóricas da Monumentalização do Passado Português, Cooperação Cultural e Turismo em Contextos Africanos”

CRIA – Notícias

O CRIA (Centro em Rede de Investigação em Antropologia – FCSH-UNL), abre concurso no âmbito do projecto “Castelos a Bombordo. Práticas e Retóricas da Monumentalização do Passado Português, Cooperação Cultural e Turismo em Contextos Africanos“, com a referência PTDC/ANT/67235/2008, para contratação de três Bolseiro/as de Investigação.

Coordenador do projecto: Maria Cardeira da Silva.

Exige-se Licenciatura e/ou Mestrado em ciência sociais, conhecimentos de francês e inglês, falado e escrito.  Valoriza-se: Licenciatura e/ou Mestrado em Antropologia.

As bolsas têm a duração de 6 meses, eventualmente prorrogáveis até ao máximo de 9 meses, com início previsto a 15 de Setembro de 2010 e o valor a atribuir será de 745 ou 980 euros mensais, de acordo com a tabela de valores da Fundação para a Ciência e a Tecnologia.

O concurso está aberto até 10 de Agosto de 2010.

Os candidatos deverão enviar: Curriculum Vitae detalhado, Cópia de certificado de habilitações, Carta de motivação / intenções, Fotocópia de BI e Nº. de contribuinte, para: Maria Cardeira da Silva, m.cardeira@fcsh.unl.pt Este endereço de e-mail está protegido de spam bots, pelo que necessita do Javascript activado para o visualizar , com cópia para manuela.raminhos@cria.org.pt Este endereço de e-mail está protegido de spam bots, pelo que necessita do Javascript activado para o visualizar .

Edital completo no site eracareers.

CENTRO EM REDE DE INVESTIGAÇÃO EM ANTROPOLOGIA (CRIA)

fcsh-unl . fct-uc . iscte-iul . uminho

Sede/Office:

Av. das Forças Armadas

Ed. ISCTE-IUL

1649-026 Lisboa

Portugal

Tel: (+351) 21 790 39 17

Fax: (+351) 21 790 39 40

E-mail: cria@cria.org.pt

Website: www.cria.org.pt

NIPC PT508237858

Job Postdoctoral position – Spain

The Catalan Institute for Cultural Heritage Research was created in 2006 by the Catalan Goverment and the University of Girona. The Institute is part of a net of Catalan research centers with the aim of developing quality research with an international scope. According to this aim, the Catalan Institute for Cultural Heritage Research invites applications for a postdoctoral position focused in the the museological research area.

CALL FOR APPLICATION

PhD Performances and heritagizations in Java

Sarah Anais Andrieu

Performances et Patrimonialisations du wayang golek sundanais (Java Ouest, Indonésie)

Vendredi 3 septembre 2010 à 14h30

Salle 8

EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Directeur de thèse : Jean-Loup Amselle

Le jury sera composé de :

Mme Elisabeth Allès, Mr Jean-Loup Amselle, Mr Bernard Arps, Mr Robert Deliège, Mr Michel Picard

Résumé

La thèse étudie les contextes contemporains de performances du wayang golek purwa sundanais (théâtre de marionnettes en bois), ainsi que les processus de patrimonialisations dans lesquels il s’inscrit. Le travail, basé sur trois ans de recherche sur le terrain, montre que la pratique du wayang golek, éminemment populaire à Java Ouest aujourd’hui, est corrélative à une affirmation identitaire sundanaise.

Le wayang golek est d’abord présenté comme une performance, envisagée tant dans son indivisibilité intrinsèque que dans toute sa diversité et sa complexité sociale et artistique, ainsi que dans son interaction avec les autres media et pratiques qui l’entourent et la nourrissent.

De plus, cette pratique est au centre de politiques locales, nationales et internationales, notamment depuis que l’Unesco a proclamé le ‘Wayang Indonésien’ ‘Chef-d’œuvre du patrimoine culturel oral et immatériel de l’humanité’ en 2003. Ces politiques culturelles s’appuient fortement sur un paradigme de la crise et du risque.

Enfin, la patrimonialisation officielle du wayang golek semble viser à sa spectacularisation et sa folklorisation, et en fait un produit à exporter, une ressource à mobiliser et à exploiter, un capital à faire fructifier dans l’intérêt notamment économique d’une région touchée de plein fouet par les crises économiques de 1997 et fin 2008, au sein d’un Etat engagé dans un processus politique complexe de démocratisation au sortir des trente ans du régime autoritaire de l’Ordre Nouveau (1967-1998). Finalement, la réappropriation du wayang golek en tant que patrimoine tend à faire oublier que le wayang golek lui-même fonctionne déjà comme un métadiscours du patrimoine au sein de la société sundanaise.

CFP Heritage and Development in the Caribbean and the Americas

Patrimonialisation et développement dans la Caraïbe et les Amériques

Heritage and Development in the Caribbean and the Americas

Le patrimoine, en ses définitions, en sa construction, et ses modalités d’application, notamment par le moyen des politiques de sauvegarde, de conservation, de valorisation qui sont déployées, constituent des processus de “patrimonialisation”. Processus social complexe, “la patrimonialisation” interroge les jeux des acteurs, les formes et les logiques du “patrimonial” au regard des dynamiques territoriales tout en posant les questions des stratégies d’appropriation et de dépossession de l’espace.

Longtemps envisagé comme un instrument de conservation, puis comme un élément de constitution des nations, le patrimoine est désormais examiné comme une ressource pour la construction et le développement des territoires. Ce colloque partira du paradigme que le patrimoine peut être appréhendé comme une ressource qui prend son sens dans les synergies qui se créent à l’échelle territoriale.

Pour les sciences sociales, le terme «patrimoine» possède plusieurs acceptions parfois antinomiques. Son sens premier de construction juridique renvoie aux actifs et aux passifs que possède un individu tandis que son sens second renvoie à un patrimoine collectif. Dans ce dernier cas, le patrimoine n’est plus considéré comme une série d’objets mais comme un rapport social. Dans les territoires continentaux et insulaires des Amériques, le patrimoine est considéré à la fois comme un outil de la dimension locale des politiques de développement, une ressource, un support d’identification et de transmission.

Les échanges qui auront lieu pourraient considérer le paradigme du patrimoine comme ressource, qui trouve son sens dans les synergies qui se créent à l’échelle territoriale. Le patrimoine peut ainsi constituer une ressource indéniable. Sa mobilisation manifeste l’apparition de modes de développements spécifiques (développement durable, développement patrimonial, développement local…). La mise en perspective patrimonialisation/développement constitue alors un outil intéressant pour les territoires concernés, en vue d’une mise en commun des politiques de développement et d’une réflexion sur les enjeux idéologiques qui les sous-tendent.

Ce colloque s’articule autour de cinq thématiques qui mettent en relief la transversalité des domaines disciplinaires (histoire, géographie, littérature, anthropologie, économie, droit et politique) intervenant dans des dynamiques d’utilité sociale et de développement.

Panel 1: Dynamiques spatiales et enjeux territoriaux des processus de patrimonialisation.

Les espaces peuvent sous certaines conditions acquérir le rang de patrimoine et/ou de territoire. Pour la patrimonialisation comme pour la territorialisation, ces processus passent par la même étape «d’adoption», à l’issue de laquelle « le groupe qui se l’approprie (le territoire ou le patrimoine), non seulement en comprend la signification, mais encore s’identifie à travers lui ».

La mise en perspective du double processus territorialisation/ patrimonialisation renseignera sur les enjeux et les conflits qui animent la gestion, l’exploitation des ressources naturelles. Par exemple, en Guyane, le conflit entre la politique de protection des terres et forêts et les intérêts des populations autochtones connaît une acuité particulière. Quels moyens d’appropriations doivent être privilégiés: propriété privée contre droit d’usage ou propriété collective ?

Ce panel interrogera la pertinence de la notion du «patrimonial» pour analyser les mutations, les perceptions, et les pratiques qui entourent les espaces et les territoires naturels. Quelles sont les trajectoires géographiques d’espaces qui font à la fois l’objet de logiques de patrimonialisation et de développement ?

Panel 2 : Patrimoine matériel et immatériel : aspects juridiques et politiques, questions de droit.

Quels droits, quelles politiques doivent encadrer la patrimonialisation dans un objectif de développement des territoires ?

Ici on interrogera la notion juridique de patrimoine, ainsi que les nouvelles formes de patrimonialisation (patrimonialisation de l’image, propriété littéraire et artistique, propriétés collectives). Il s’agira aussi d’expliciter les politiques culturelles et patrimoniales et leur pertinence au regard du développement (politiques de protection culturelle, politiques patrimoniales et développement). Il est également important de s’interroger sur la pertinence des dispositifs juridiques de protection du patrimoine et de mise en valeur (droit et protection du patrimoine naturel et culturel : savoirs traditionnels de la biodiversité, événements culturels, espaces protégés, archives, bibliothèques, musées, dépôt légal, archéologie, monuments historiques, propriété collective, urbanisme et développement/fiscalité de l’art).

Panel 3: Lieux et enjeux du patrimoine : histoire-mémoire-écriture.

Alors que le temps singularise l’événement et l’identifie, l’espace en fixe la mémoire en l’ancrant dans un ou des lieux. Le territoire prend forme autour de cette rencontre de l’espace et du temps qui s’expriment particulièrement dans les toponymes, noms donnés aux lieux pour les faire sortir de leur anonymat, les singulariser et, ainsi, les faire entrer dans la mémoire et dans une Histoire. Le territoire prend sens pour ceux qui l’habitent. La mémoire mise en espace s’inscrit dans cette dimension immatérielle du territoire. Cette territorialisation de la mémoire associée à des questions identitaires suscite à la fois un sentiment de rupture et de continuité avec le passé. Des contradictions et des crispations qui témoignent à leur tour du rapport complexe entre la mémoire, l’identité collective, l’histoire, les discours et l’altérité.

Le patrimoine est un discours, il participe d’un principe narratif, qui raconte les mythes originels, qui décrit les épopées fondatrices et les grands moments historiques d’un groupe ou d’un territoire. Le patrimoine invite à se projeter dans l’avenir, à formuler un projet collectif. (Di Méo, 2005) Quels sont les “lieux” porteurs de sens, de mémoire(s) et d’identité(s) ? Quelles mémoires, pour quelles valeurs ? Locales, régionales nationales ?

Ce panel reliera le passé, la mémoire, les formes d’écritures et leurs possibles intégrations comme moteurs de développement pour les territoires.

Panel 4: La diffusion numérique du patrimoine culturel immatériel, les systèmes d’informations patrimoniales, enjeux économiques et politiques.

Il est désormais admis que la diffusion numérique du patrimoine peut contribuer au rayonnement international. Les réseaux deviennent des lieux de compétition économique et stratégique entre les pays. L’Amérique du Nord, par exemple, a fait le choix de mettre en ligne des corpus très importants. Nos territoires qui disposent d’un patrimoine particulièrement riche peuvent diffuser en réseaux avec des ambitions aussi bien culturelles, stratégiques et économiques. Cette dynamique pourrait concourir au progrès d’un secteur privé d’édition culturelle compétitif en mettant à sa disposition une matière première numérisée variée, en lui offrant un cadre juridique pertinent.

Fondé sur le savoir des hommes, le patrimoine culturel immatériel repose sur une fragilité que les chercheurs tentent de contourner au moyen des nouvelles technologies. La numérisation est un moyen de conservation des œuvres et permet d’éviter aux documents les plus fragiles les dégradations d’un usage répété. Inventaires, bases de données, médiathèques, comment conserver et sous quelles formes ? Comment protéger les œuvres et leurs auteurs des appropriations illégitimes, du piratage ? Les œuvres culturelles sont-t-elles uniquement des biens marchands ou les politiques culturelles doivent-elles assurer des espaces culturels communs gratuits ?

Panel 5 : Tourisme, patrimoine et développement.

Le tourisme constitue un secteur important de l’économie du patrimoine. Le tourisme international génère selon l’ICOMOS plus 700 milliards de dollars par an. Les Amériques et la Caraïbe disposent de ressources culturelles et naturelles d’une grande diversité, dont l’exploitation et la mise en valeur sont susceptibles de soutenir efficacement leur développement au travers des activités touristiques, muséologiques et scientifiques.

Ce panel propose d’observer la relation instaurée entre patrimoine et tourisme, entre patrimonialisation et logique de l’activité touristique. Dans ce cas de figure, quels sont les jeux et les enjeux ? Comment concilier sauvegarde et utilisation économique du patrimoine ? Quelle est l’incidence de la propriété intellectuelle et des nouvelles technologies sur le développement du tourisme ?

Objectifs généraux:

Contribuer à l’approfondissement de connaissances pluridisciplinaires sur les dynamiques des territoires, en faisant notamment appel à l’expérience acquise (en France en particulier, en Europe en général, dans la Caraïbe et dans les Amériques) en matière d’étude de la relation entre patrimonialisation et développement.

Créer ou renforcer des réseaux de chercheurs intéressés aux problématiques évoquées lors du colloque.
Les intervenants et le public :

Les intervenants : enseignants-chercheurs, chercheurs et professionnels des domaines concernés.

Le public : parlementaires, représentants élus des collectivités territoriales, des chambres consulaires, représentants des formations politiques et syndicales, professionnels de la culture et du patrimoine, des médias, représentants d’associations, chefs d’entreprises, étudiants…
Modalités de soumission des communications:

Les propositions de communications sur deux pages adopteront la présentation suivante :

* le titre de la communication
* 20 lignes de description scientifique
* le panel dans lequel s’inscrit la contribution
* les mots clés
* une brève présentation de l’auteur, 50-70 mots et des renseignements administratifs sur le ou les auteur(s), titre, adresse, mail, affiliation institutionnelle.

Les documents enregistrés au format (.doc), police Times, taille 12, alignement justifié, interligne 1,5, seront envoyés par courriel
avant le 15 septembre 2010 aux deux adresses suivantes :

* diana.ramassamy@martinique.univ-ag.fr
* claudine.saliniere@martinique.univ-ag.fr

Vous êtes priés de remplir le formulaire d’inscription en ligne.

Langues : Français, Anglais, Espagnol, Portugais

Les auteurs dont les communications auront été retenues par le comité scientifique recevront une notification d’acceptation au 1er novembre 2010 et devront retourner leur article complet avant le 15 décembre 2010. Les normes rédactionnelles seront indiquées lors de la notification.

Une publication est prévue dans un numéro de la revue Etudes Caribéennes. Le comité scientifique de la revue établira le choix des articles à publier selon les critères habituels de la revue.

Les frais d’inscription au colloque sont offerts.

http://www.colloque-patrimonialisation-guyane.com/colloque-Patrimonialisation-Guyane/Bienvenue.html

<http://calenda.revues.org/download.php?id=5542>

CFP (con)textos. revista d’antropologia i investigació social

(con)textos. revista d’antropologia i investigació social

Call for papers (5è número) – 30 set’10

S’obre el termini per a l’enviament d’articles, ressenyes i notes etnogràfiques que donaran cos al quart número de la revista. Tots els textos han d’enviar-se a l’adreça redaccio@con-textos.net. La data límit per a la rebuda dels articles és el 30 de setembre de 2010. Per a més informació sobre la revista i les normes de publicació, consulteu el nostre web http://www.con-textos.net.

(con)textos. revista d’antropologia i investigació social és iniciativa d’un grup de doctorands d’Antropologia social de la Universitat de Barcelona. La publicació electrònica vol ser un espai per intercanviar i donar a conèixer treballs de recerca que s’estan duent a terme, creant un espai de debat, reflexió i formació en l’àmbit de l’Antropologia social.

Salutacions cordials,

Consell de redacció de (con)textos

__________________________

Se abre el plazo para el envío de artículos, reseñas y notas etnográficas que darán cuerpo al cuarto número de la revista. Todos los trabajos deberán enviarse a redaccio@con-textos.net. La fecha límite para recibir los textos es el 30 de septiembre de 2010. Para más información sobre la revista y las normas de publicación consultar nuestra página web http://www.con-textos.net.

(con)textos. revista d’antropologia i investigació social es iniciativa de un grupo de doctorandos y doctorandas de Antropología social de la Universitat de Barcelona. La publicación electrónica pretende ser un espacio para intercambiar y dar a conocer los trabajos de investigación que se llevan a cabo, creando un espacio para el debate, la reflexión y la formación en el ámbito de la Antropología social.

Un saludo cordial,

Consejo de Redacción de (con)textos

____________________________

We send a call for articles, reviews and ethnographic notes that will shape the fifth issue of the journal. The papers should be sent to redaccio@con-textos.net. The deadline for the submission is on the 30th of September 2010. More information of the journal and the submission guidelines in our website http://www.con-textos.net.

(con)textos revista d’antropologia i investigació social arises from an initiative of some PhD students in Social Anthropology at the Universitat de Barcelona. The electronic journal has intends to make known the researches that are being carried out, as well as setting up a space for debate and training within the field of Social Anthropology.

Kind regards,

Editorial Board of (con)textos