Tag Archives: Development

CFP : XIXe Congrès de l’AISLF Penser l’incertain – Rabat, 2-6 juillet 2012

XIXe Congrès de l’AISLF Penser l’incertain – Rabat, 2-6 juillet 2012

Appel à communication du GT 06 : Gouvernance des territoires : Les incertitudes du développement durable face à la culture. 

Veuillez trouver en pièce jointe la version longue de l’appel à communication ainsi que

 le texte de l’appel  sur le site du congrès : http://congres2012.aislf.org/pages/page42.php  

Sur le site WEB au bas de la page de l’appel à proposition du GT 06, vous trouverez le lien pour déposer votre proposition de communication.

Les propositions doivent être déposées à cette adresse, avant le 15 février 2012.

La sélection des propositions sera close le  2 mars 2012

La date limite de remise des textes définitifs est le  15 mai 2012

Pour tout renseignement joindre les responsables:

 Laurence Boutinot (laurence.boutinot@cirad.fr) ou
Advertisements

CFP: Las rentabilidades económicas y sociales de los patrimonios culturales y los museos, Espanha

Convocatoria para presentación de comunicaciones para el VII Congreso
Las rentabilidades económicas y sociales de los patrimonios culturales y los museos
“Kultur ondareen eta museoen errentagarritasun ekonomikoak eta sozialak”
VII. Kongresua.
Komunikazioak aurkezteko deialdia
 VIIème Congrès « Rentabilités économiques et sociales des patrimoines culturels et des musées »
Appel à communications 

 

Filosofia eta Hezkuntza Zientziak Fakultateko Areto Nagusian
Facultad de Filosofía y Ciencias de la Educación. UPV/EHU
Donostia-San Sebastián (Gipuzkoa)

20 y 21 de octubre de 20112011ko Urriaren 20 eta 21ean 20 et 21 Octobre 2011


Convocatoria VII Congreso “Las rentabilidades económicas y sociales de los patrimonios culturales y los museos
 

En una reciente publicación de la UNESCO, The power of culture for development (2010) se sostiene que la cultura es -en todas sus dimensiones- un componente fundamental del desarrollo sostenible y, desde el punto de vista funcional, una potente herramienta para el desarrollo económico, la estabilidad social y la protección del medio ambiente, a través del patrimonio tangible e intangible, las industrias creativas y diversas formas de expresiones artísticas. 

En lo que respecta al desarrollo económico se ha venido sosteniendo en los últimos años la correlación positiva entre, por un lado, la creación de museos y la puesta en valor del patrimonio cultural, y, por otro, el fomento del turismo cultural. Legitimada por instituciones internacionales como la propia UNESCO, el Consejo Internacional de Museos, la Organización Mundial del Turismo o la Unión Europea, favorecida por el éxito de algunas iniciativas museísticas y patrimoniales, por ejemplo el Museo Guggenheim-Bilbao, y beneficiada por una coyuntura económica próspera, esa correlación ha arraigado en los campos de la cultura, la economía y la política, especialmente en este último. Ayuntamientos y gobiernos provinciales, regionales y nacionales han impulsado la construcción de infraestructuras museísticas y patrimoniales con el objetivo de atraer el turismo cultural y, de esa manera, favorecer el desarrollo económico. El resultado ha sido una inmensa proliferación de museos e instituciones afines en todos los territorios.

Sin embargo, la crisis económica actual, junto a unas expectativas turísticas excesivamente ambiciosas, está poniendo en cuestión la rentabilidad así como la viabilidad de muchas infraestructuras museísticas y patrimoniales. Los turistas no llegan, las visitas se retraen y los presupuestos de dichas infraestructuras se están volviendo en una carga difícil de sostener para muchas ellas y para las administraciones públicas que las financian.

Además, el futuro incierto de muchos museos se viene agravando porque en su justificación se descuidó o ignoró su función sociocultural. Persuadidos por esa correlación positiva, muchos promotores museísticos y patrimoniales no tuvieron en cuenta los principios de la Nueva Museología. Sin una vinculación, inicial o adquirida, con colectivos, asociaciones o comunidades locales; sin una función sociocultural que legitime el museo como un espacio que fomente la reflexión y el debate acerca del capital social, las identidades colectivas o el futuro de la sociedad, su viabilidad se presenta mucho más complicada.

Así, el objetivo de este congreso es analizar y debatir acerca de las rentabilidades y viabilidad económicas y sociales de los museos, y las infraestructuras patrimoniales en este periodo de crisis económica. 

El congreso contará con las secciones de ponencias invitadas y de comunicaciones libres. 

Características de las comunicaciones

Las comunicaciones tratarán estudios de caso realizados en los campos relacionados con los objetivos del congreso.  Se aceptarán hasta un máximo de 8 comunicaciones.

Selección de comunicaciones

Los interesados deberán enviar un resumen adjuntando la siguiente información: autor, institución, título, resumen entre 500 y 800 palabras, en cualquier de los idiomas oficiales del congreso (castellano, euskera y francés). El plazo para el envío de propuestas finalizará el día 3 de Junio de 2011.

El resumen deberá contener tres secciones: a) Aproximación teórica y metodología empleada, b) Descripción de la experiencia o el estudio de caso, y c) Bibliografía.

Dirección de contacto: info-oiassomuseo@irun.org.

Para cualquier consulta, pueden dirigirse al teléfono del Museo Romano Oiasso 943.63.93.53.

Proceso de selección

El comité de selección estará integrado por personal cualificado procedente del mundo universitario y del mundo de los museos. La selección se resolverá en el mes de Junio. El texto de las comunicaciones seleccionadas se deberá enviar antes del 17 de Octubre. Este contendrá las siguientes secciones: a) aproximación teórica y metodología empleada, b) descripción de la experiencia o el estudio de caso,  c) conclusiones y d) bibliografía. Extensión: 30.000-35.000 caracteres. Para la publicación de las comunicaciones será obligatoria la presencia de los autores en el Congreso.

“Kultur ondareen eta museoen errentagarritasun ekonomikoak eta sozialak” VII. Kongresua. Deialdia

Orain dela gutxi UNESCOk argitaratu duen The power of culture for development (2010) izeneko dokumentuan esaten da kultura, bere esparru guztiak kontuan hartuta, garapen iraunkorraren oinarrizko osagai bat dela, eta, ikuspegi funtzionaletik, izugarrizko tresna dela garapen ekonomikorako, egonkortasun sozialerako eta ingurumenaren babeserako. Kulturak eginkizun hori betetzen du ondare materialen eta ez-materialen, sorkuntza industrien eta  zenbait arte-adierazpenen bidez.

Garapen ekonomikoari dagokionez, azken urteotan defendatu izan da korrelazio positibo bat, batetik, museoak egitearen eta kultur ondareari balio ematearen eta, bestetik,  kultura turismoaren sustapenaren artean. Zenbait nazioarteko erakundek horrela legitimatuta, besteak beste UNESCOK berak,  Museoen Nazioarteko Kontseiluak, Turismoaren Mundu Erakundeak edo Europar Batasunak; zenbait museo- eta ondare-ekimenen arrakastek lagunduta, adibidez Guggenheim-Bilbao Museoarenak; eta egoera ekonomiko oparoak ahalbideratuta, korrelazio hori nagusitu izan da esparru kulturalean, ekonomikoan eta politikoan, bereziki azken honetan. Udalek eta probintzietako, herrialdeetako eta nazioetako gobernuek museoak eta ondare-azpiegiturak eraikiarazi dituzte kultura turismoa erakartzeko eta, bide batez, garapen ekonomikoa bultzatzeko asmoekin.  Ondorioa: lurralde guztietan museoak eta antzeko azpiegiturak ugaritzea izugarri.

Hala ere, zenbait museo- eta ondare-azpiegituren errentagarritasuna eta, aldi berean, bideragarritasuna kolokan jartzen ari da egungo krisialdi ekonomikoa. Gainera, zenbaitetan   itxaropen turistikoak oso handiak izan dira. Ondorioz, turistak ez dira azaltzen, bisitaldiak atzera egiten ari dira, eta azpiegitura horien aurrekontuak jasan ezin bihurtzen ari dira bai azpiegitura horietako askorentzat bai finantzatzen dituzten administrazio publikoentzat.

Honez gain, zenbait museoren etorkizun zalantzagarria larriagotzen ari da, azpiegitura horien zergatian beraien eginkizun soziokulturala kontuan hartu ez edo  alde batera utzi zutelako. Korrelazio positibo horrek eraginda, zenbait museo- eta ondare-sustatzailek ez zituzten kontuan hartu Museologia Berriaren oinarriak.  Horrela, azpiegitura horien bideragarritasuna askoz zailagoa da,  tokiko komunitateekin, elkarteekin eta taldeekin inongo loturarik – hasierakoa eta lortutakoa – azaltzen ez badute; edota museoak ez badu eskuratzen eginkizun soziokulturalik, gizartearen etorkizunaz, talde-identitateez edo gizarte kapitalaz hausnartzera eta eztabaidatzera bultzatzen duen gune bezala.

Beraz, kongresu honen helburua da  museoen eta ondare-azpiegituren errentagarritasun eta bideragarritasun ekonomikoak eta sozialak aztertzea eta gai horietaz eztabaidatzea egungo krisialdi ekonomikoak eraginda.

Kongresuak bi atal izango ditu. Alde batetik, ponentzi konbidatuak izango dira eta, bestetik, komunikazio askeak. 

Komunikazioen ezaugarriak

Kongresuaren helburuekin zer ikusirik duten ikerketa kasuak edo proiektuak landu beharko dituzte komunikazioek. 

Guztira, 8 komunikazio onartuko dira.  

Komunikazioen hautaketa           

Komunikazio-egileek laburpen bat bidaliko beharko dute honako informazioarekin: egilea(k), erakundea(k), izenburua, laburpena – 500 eta 800 hitz artean – eta posta elektronikoa. Hizkuntz ofizialak gaztelania, euskara eta frantsesa dira. Komunikazioen proposamenak bidaltzeko epea 2011eko Ekainaren 3an bukatuko da. 

Laburpenak honako hiru atal izan beharko ditu: a) erabilitako hurbilketa teorikoa eta metodologikoa, b) ikerketa kasuaren edo proiektuaren deskribapena, eta c) bibliografia.

Harremanetarako helbidea: info-oiassomuseo@irun.org   

Edozein galdera dela eta, Oiasso Erromatar Museoarekin harremanetan jar daiteke. Telefonoa 943.63.93.53 da.

Hautatzeko prozesua       

Unibertsitateko eta museoko adituek osatuko dute batzorde zientifikoa. Hautaketa ekainean egingo da. Hautatutako komunikazioen idazlanak 2011eko urriaren 17a baino lehen bidali beharko dituzte egileek. Idazlanak honako atalak azaldu beharko ditu: a) erabilitako hurbilketa teorikoa eta metodologikoa, b) ikerketa kasuaren deskribapena, c) ondorioak, eta d) bibliografia. Komunikazioen luzapena 30.000-35.000 karakterekoa izango da. Komunikazioa argitaratu ahal izateko, egileak kongresuan azaldu beharko du nahitaez.

VIIème Congrès «Rentabilités économiques et sociales des patrimoines culturels et des musées »
Appel à communications
 

Dans une publication récente de l’Unesco, The power of culture for development (2010), on soutient l’idée que la culture est, dans toutes ses dimensions, une composante fondamentale du développement durable et, du point de vue fonctionnel, un outil puissant pour le développement économique, la stabilité sociale et la protection de l’environnement, à travers le patrimoine tangible et intangible, les industries créatives et les diverses formes d’expression artistique.

En ce qui concerne le développement économique, on a soutenu, ces dernières années, qu’il existe une corrélation positive entre, d’un côté, la création de musées et la mise en valeur du patrimoine culturel et, d’un autre, la promotion du tourisme culturel. Légitimée par les institutions internationales comme l’UNESCO, le Conseil International des Musées, l’Organisation Mondiale du Tourisme ou l’Union Européenne, favorisée par le succès de certaines initiatives muséologiques et patrimoniales, par exemple, le Musée Guggenheim-Bilbao, et bénéficiant de la conjoncture économique prospère, cette corrélation s’est enracinée dans les champs de la culture, de l’économie et de la politique, particulièrement dans ce dernier. Mairies et gouvernements provinciaux, régionaux et nationaux ont donné une forte impulsion à la construction des infrastructures muséologiques et patrimoniales avec l’objectif d’attirer le tourisme culturel et, de cette manière, favoriser le développement économique. Le résultat a été une immense prolifération des musées et des institutions afférentes sur tous les territoires.

Néanmoins, la crise économique actuelle, associée à des perspectives touristiques excessivement ambitieuses, sont en train de mettre en question la rentabilité ainsi que la viabilité de nombreuses infrastructures muséologiques et patrimoniales. Les touristes ne viennent pas, les visites se réduisent et les budgets des infrastructures en question deviennent une charge difficile à soutenir pour beaucoup d’entre elles et pour les administrations publiques qui les financent.

De plus, le futur incertain de nombreux musée s’aggrave parce que dans sa justification on négligea ou on ignora sa fonction socioculturelle. Persuadés de l’existence de cette corrélation positive, de nombreux promoteurs muséologiques et patrimoniaux ne prirent pas en compte les principes de la Nouvelle Muséologie. Sans un lien initial, ou construit par la suite, avec des groupes ou des associations ou de communautés locales; sans cette fonction socioculturelle qui légitime le musée comme un espace qui promeut la réflexion et le débat à propos du capital social, des identités collectives ou de l’avenir de la société, sa viabilité apparaît comme beaucoup plus compliquée.

Ainsi, l’objectif de ce congrès est d’analyser et de débattre à propos des rentabilités et viabilités économiques et sociales des musées et des infrastructures patrimoniales durant cette période de crise économique.

Le congrès intégrera des conférences invitées et des communications libres.  

Caractéristiques des communications 

Les communications traiteront d’expériences ou d’études de cas réalisées dans des champs en lien avec les objectifs du congrès. Un maximum de 8 communications sera accepté.  

Sélection des communications      

Les interessés devront envoyer un resumé auquel il ajouteront les informations suivantes : auteur, institution, titre, resume entre 500 et 800 mots, dans la langues officielle du congrès (castillan, euskara et français) de leur choix. Le délai pour l’envoi des propositions est fixé au 3 de Juin 2011.

Le résumé doit contenir trois sections: a) l’approche théorique et méthodologique, b) une description de l’étude de cas, et c) bibliographie.

Adresse : info-oiassomuseo@irun.org 

Pour toute information complémentaire, téléphoner au Museo Romano Oiasso : +34 943 63 93 53 begin_of_the_skype_highlighting              +34 943 63 93 53  

Processus de sélection     

Le comité de sélection sera composé de personnes qualifiées provenant du monde universitaire et du monde des musées.  La sélection aura lieu avant le mois de Juin. Les textes des communications sélectionnées devront être envoyés avant le 17 octobre 2011. Le texte aura les sections suivantes: a) l’approche théorique et méthodologique, b) une description de l’étude de cas, c) les conclusions et d) la bibliographie. Il aura 30.000-35.000 signes. Seules les communications des auteurs présents au congrès seront publiées.

Publication: Ressources, patrimoines, territoires et développement durable

PETER LANG – Éditions Scientifiques Internationales

Nous avons le plaisir de vous présenter une nouvelle publication de

Muriel Maillefert / Olivier Petit / Sandrine Rousseau (dir.)

RESSOURCES, PATRIMOINE, TERRITOIRES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2010. 281 p., nombr. ill. et tabl.
EcoPolis. Vol. 10
Directeur de collection : Marc Mormont

ISBN 978-90-5201-648-1 br.
sFr. 52.00 / EUR* 35.80 / EUR** 36.90 / EUR 33.50 / £ 30.20 / US-$ 51.95
* comprend la TVA – uniquement valable pour l’Allemagne  /  ** comprend la TVA – uniquement valable pour l’Autriche  /  EUR ne comprend pas la TVA

Cet ouvrage fait suite au colloque international ” La problématique du développement durable vingt ans après : nouvelles lectures théoriques, innovations méthodologiques, et domaines d’extension ” (Université Lille 1, novembre 2008). Les contributions réunies ici s’attachent à porter un nouveau regard sur les dynamiques territoriales associées aux politiques de développement durable en mettant l’accent sur les liens qui unissent ressources, patrimoine et territoires. Dans un premier temps, les auteurs reviennent sur un certain nombre d’approches méthodologiques (participation et villes durables, démarches d’écologie industrielle) mais aussi théoriques du développement durable territorialisé. Plusieurs enjeux importants au sein des espaces urbains et péri-urbains, en France et à l’étranger (Suisse, Brésil), pour la mise en oeuvre d’un développement durable territorialisé (étalement urbain et aménagement, transport, qualité de l’air, drainage) sont ensuite analysés. Enfin différentes approches théoriques et analytiques (économie du patrimoine, approche constructiviste des ressources territoriales, espaces fonctionnels, approche régulationniste) sont mobilisées pour interroger la place et le rôle des dynamiques patrimoniales et des ressources naturelles et territoriales dans la construction d’un développement durable des territoires.


Contenu:

Bertrand Zuindeau : Préface – Muriel Maillefert/Olivier Petit/Sandrine Rousseau : Ressources, patrimoine, territoires et développement durable. Quelques éléments d’introduction – Julie Gobert : La compensation territoriale. Un instrument de régulation locale au profit du développement durable ? – Muriel Maillefert/Paul Schalchli : Prérequis pour la construction d’une méthodologie pour l’implantation d’une démarche d’écologie industrielle à l’échelle d’un espace territorial – Leïla Kebir : Pour une approche institutionnelle et territoriale des ressources – Jo Van Assche/Thomas Block/Herwig Reynaert : Une méthode participative pour mesurer la durabilité urbaine. Le cas du moniteur des villes flamandes – José Serrano/Corinne Larrue : Le développement durable dans les espaces périphériques urbains. Analyse à partir du cas de l’agglomération tourangelle – Sylvie Bidaux : Développement durable et archétypes de l’automobilité dans les discours institutionnels. Aix-en-Provence et Lausanne – Carole Waldvogel/Sandrine Glatron : L’information sur la qualité de l’air. Un instrument au défi de la pluralité des logiques de mobilité urbaine – Fabiano Rocha Diniz : Drainage et gestion du développement durable. Des enjeux en milieu urbain au Brésil – Iratxe Calvo-Mendieta/Olivier Petit/Franck-Dominique Vivien : Le patrimoine commun : une autre manière d’analyser la gestion collective des ressources naturelles. Le cas de la gestion de l’eau en France – Stéphane Nahrath/Frédéric Varone/Jean-David Gerber : Les espaces fonctionnels de la durabilité. Vers une reconfiguration des politiques sectorielles, des territoires institutionnels et des droits de propriété ? – Véronique Peyrache-Gadeau : Renouvellement des ressources et diversité des durabilités territoriales – Jean-Pierre Boinon/Sylvie Gomez/Bernard Roux : La prise en compte du développement durable dans la politique agricole française. Analyse historique et institutionnelle.

Muriel Maillefert est économiste, maître de conférences à l’Université de Lille 3 et membre du CLERSE (UMR 8019 CNRS-Université Lille 1), où elle réalise ses recherches au sein de l’axe Territoires, environnement, développement durable (TEDD). Ses travaux portent sur l’analyse de l’action collective et des institutions appliquées notamment à la question du développement territorial durable.

Olivier Petit est économiste, maître de conférences à l’Université d’Artois et membre du CLERSE (UMR 8019, CNRS-Université Lille 1). Il est par ailleurs membre du GDR 2524 ” rés-eau-ville ” du CNRS. Ses recherches portent sur les politiques de développement durable, essentiellement appliquées à la gestion des ressources en eau. Il mène également des recherches sur les processus d’action collective, les risques environnementaux et sur les phénomènes de patrimonialisation.

Sandrine Rousseau est économiste, maître de conférences à l’Université Lille 1 et membre du CLERSE (UMR 8019 CNRS). Ses recherches portent sur l’économie de l’environnement et, dans le cadre de la théorie de la régulation, sur la place et le rôle de l’environnement dans les différents modes de développement. Elle s’interroge notamment sur le concept de responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSE) pour tenter d’en comprendre le potentiel régulatoire.

Vous pouvez commander ce livre online en cliquant sur le lien ci-après ou envoyer votre commande à :

PETER LANG SA
Éditions Scientifiques Internationales
Moosstrasse 1
Case postale 350
CH-2542 Pieterlen
Suisse

Tél +41 (0)32 376 17 17
Fax +41 (0)32 376 17 27

e-mail :
mailto:info@peterlang.com

Workshop Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement

Journée d’étude internationale
«  Patrimonialisations : enjeux identitaires et
problématiques de développement »
19 octobre 2010 – EHESS, Paris

Les études et travaux sur les phénomènes de patrimonialisation n’ont jamais
été aussi en vogue qu’actuellement. Comme toute thématique qui connaît une
popularité considérable dans le domaine de la recherche, celle-ci semble
devenir victime de son succès puisque la notion du patrimoine apparaît peu à
peu comme étant diffuse et confuse. Nous nous dirigeons ainsi vers un « tout
patrimonial » que critiquait déjà Marc Guillaume (1980) lorsqu’il
affirmait : « Tout devient patrimoine: l’architecture, les villes, le
paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code
génétique. »
Lors de cette journée d’étude, une attention particulière sera portée à la
conceptualisation et la redéfinition du concept de patrimoine. S’il apparaît
désormais établi que celui-ci englobe aussi bien des formes matérielles
(architecture, objets, arts plastiques) qu’intangibles (danses, chants,
coutumes, légendes, savoir-faire, connaissances), d’autres formes sont à
exclure de cette discussion, comme, par exemple, le patrimoine paysager.
Au cours de cette rencontre, il s’agira de s’intéresser à divers types de
patrimoines culturels en mettant en valeur les enjeux identitaires mais
aussi politiques soulevés lors de leur valorisation. Etudier les mises en
patrimoines sous l’angle des motivations des acteurs initiateurs et/ou
responsables (décideurs politiques) mais également demandeurs (populations
locales ; touristes) en termes de culture permettra d’analyser la diversité
des phénomènes identitaires qui se forment en réaction à des contextes
locaux et mondiaux.
Ces politiques seront appréhendées dans une perspective de développement
socio-économique. Les intervenants chercherons à démontrer dans quelle
mesure la mise en patrimoine peut être un vecteur de développement pour ces
sociétés. L’originalité de cette journée sera d’analyser les points de
convergence entre les mises en valeur des patrimoines culturels et les
politiques de développement, dans un contexte de « glocalisation »
(Schuerkens 2003), c’est-à-dire, où le local et le global s’entremêlent,
s’influencent mutuellement et de manière plurielle. En dehors de son aspect
particulièrement lié à l’histoire et à la mémoire des peuples, le patrimoine
sera ainsi replacé dans une perspective dynamique en phase avec les réalités
socioéconomiques locales.

Journée d’étude organisée par :
Ulrike SCHUERKENS, Docteur en sociologie, Docteur de l’ÉHÉSS en
anthropologie sociale et en ethnologie, HDR, professeur associée à l’ÉHÉSS.
Madina REGNAULT, Doctorante à l’ÉHÉSS, Chargée d’enseignement à
l’Université Paris III –Sorbonne Nouvelle.
Initiative soutenue par la Formation doctorale « Territoires, sociétés,
développement » de l’EHESS.

PROGRAMME
8h30 : Accueil des participants
9h : Présentation du programme et aperçu théorique par Ulrike Schuerkens et
Madina Regnault
9h15 : Panel 1 : Politiques de mise en patrimoine en période postcoloniale
entre local et global: vers une décolonisation conceptuelle ?
Présidente de séance : Ulrike Schuerkens (EHESS)
§       Timoteo Rodriguez (U C Berkeley): «Iknal, Identity Politics and
Decolonizing the Ethnos: Yucatec Maya Epistemologies.»
§       David Khatile (CIRIEF – Université de Paris 8): «Patrimonialisation
et post-esclavagisme : nature et complexité des enjeux du cas martiniquais.»
§       Susan Meltzer Bonnefond (University of the West Indies at Cave Hill,
Barbados): «The Natural Life of a Playful Space: Grenada’s Rainbow City
Festival.»
§       Beatrice Byer-Bayle (Université de Melbourne, Australie) :
«Patrimonialisation en Thaïlande et au Sri Lanka ou comment les politiques
locales interagissent avec le global.»
§       Patricia Lamarche-de Largentaye (Université de Provence) : «Mise en
valeur du patrimoine kuba au Kasaï occidental en République Démocratique du
Congo : enjeux culturels, politiques, sociaux et économiques»
Distributed papers :
§       Christelle Patin (IRIS, EHESS)/ Jean Simon (Université de Rouen) :
«Les têtes tatouées maories des musées français : un patrimoine “sensible” à
la croisée d’enjeux identitaires contemporains.»
§       Emmanuelle Cadet (IEP d’Aix en Provence): «Héritages culturels au
Liban : comment acteurs, modes de gestion et usages reformulent le modèle
patrimonial transmis.»
10h30: Discussion
10h45: Pause
11h00 : Panel 2 : Mises en tourisme patrimoniales et phénomènes de
constructions, reconstructions, affirmations identitaires.
Présidente de séance : Maria Gravari Barbas (IREST, Paris 1
Panthéon-Sorbonne)
§       Julie Carpentier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense/IFEA) :
«Affirmation identitaire et développement local autour d’un projet
touristique : le cas des shuar de Chico-Méndez. »
§       Audrey Boucksom (Université Paris 1, Panthéon Sorbonne) « D’une mise
en patrimoine de l’artisanat nigérien à une mise en tourisme : Politique
nationale de sauvegarde du patrimoine culturel et aide internationale au
développement »
§       Julien Laverdure (EHESS/IHEAL): « L’artisanat Boruca et la
construction du patrimoine centraméricain. »
§       Bertrand Royer (Université Lyon 2) : «Des récits touristiques à la
musique tradi-moderne, un patrimoine vivant au service du développement en
pays lobi burkinabé»
Distributed papers :
§       Anaïs Pourrouquet (EHESS/ Centre d’Études Africaines) : «La
patrimonialisation de la musique au Mali : de la nationalisation à la
transnationalisation.»
§       Euler David de Siqueira (Université Paris-Descartes/Université
Fédérale de Juiz de Fora, Minas Gerais, Brésil): La (re)patrimonialisation
symbolique du Christ Rédempteur comme nouvelle merveille touristique à Rio
de Janeiro: enjeux liés à la construction de l’identité locale et nationale.
§      Najem Dhaher (Université de Tunis) : «Espaces traditionnels et
fonctions contemporaines : Le cas du centre historique de Tozeur en Tunisie»

12h00 : Discussion
12h15 : Déjeuner libre

14h00 : Panel 3 : Patrimonialisations et enjeux urbains*
Présidente de séance : Philippe San Marco (ENS)
§       Nadia Capuzzo Derkovic (Université de Genève) : « Les dessous d’une
patrimonialisation ou comment exclure l’autre par le monument. Les pratiques
de patrimonialisation à Sarajevo: exemples de revendications
communautaires.»
§       Pauline Guinard (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) :
« L’art public à Johannesburg : outil d’une politique de régénération
urbaine et patrimoine en devenir? »
§       Ghada Salem (Université Lyon2) : «La patrimonialisation des biens
religieux dans les sociétés communautaires : l’enjeu territorial du
patrimoine ou le référentiel religieux de l’identité. Le cas de Baalbek,
Liban.»

Distributed paper :
§       Anna Dewaele (EHESS): «La patrimonialisation de Chandigarh en
question : quels développements pour quelles identités urbaines ? »

14h45 : Discussion
15h00 : Panel 4 : Patrimoine et développement en Afrique : enjeux,
méthodes, pratiques
Présidente de séance : Madina Regnault (EHESS)
§       Olivier Marcel (Bordeaux3/ IFRA-Nairobi): « Les décideurs de la
patrimonialisation africaine : motivations, représentations et stratégies ;
retour sur un colloque institutionnel. »
§       Sebastien Boulay (Université Paris Descartes): «La tradition au
secours du développement ? Enseignements d’interventions menées dans deux
sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en Mauritanie.»
§       Carla Sousa (Universidade do Algarve, Portugal): *«*Patrimonialisations
à l’Île du Mozambique. Mémoires sociales : négociations identitaires autour
des musées. »
§       Jean-Paul Notué  (Université de Yaoundé1, Cameroun/Chercheur associé
IRD) : «Questions de patrimoine, d’art et de muséologie d’Afrique :
problèmes  de concepts et de perceptions, approche endogène avec la
réalisation de  musées au Cameroun. »

Distributed paper :
§      Tublu Komi N’kégbé Fogâ (Ecole du Patrimoine Africain, Bénin):
«Patrimoine et enjeux identitaires : Le Musée  National du Togo comme outil
de consolidation de l’unité nationale. »
16h00 : Discussion
16h15 : Pause
16h30: Panel 5 : Revivification patrimoniale : du tangible à l’intangible,
mise en perspective de quelques Patrimoines de l’humanité de l’UNESCO
Présidente de séance : Saskia Cousin (EHESS, IUT de Tours)
§       Sébastien Preuil (CEMOTEV, Université Saint Quentin en Yvelines) :
«Angkor : patrimonialisation, khmeritude et développement durable.»
§       Olivier Givre (Université Lyon 2) : «Le *nestinarstvo* dans la
région de Strandzha (Bulgarie): les territoires d’un patrimoine, entre
relocalisation et remise en circulation, « tradition » et développement.»
§       Anaïs Leblon (Centre d’Études des Mondes africains, CEMAf-Aix):
Réinterprétations des identités et enjeux socio-politiques de la
patrimonialisation : le cas du yaaral et du degal, des fêtes de transhumance
peule au Mali.

Distributed papers :
§       Esther Sanz Sanz (EHESS) : «La valorisation des patrimoines
culturels comme vecteur de développement socio-économique. Une étude de cas
: Intervention dans le Château de la Glorieta à Sucre, Bolivie.
§       Nathalie Gauthard (Université de Nice Sophia Antipolis) : «La
patrimonialisation des Arts Vivants issus des minorités tibétaines de Chine. »
17h15: Discussion
17h30 : Conclusion de la journée d’étude par les organisatrices Ulrike
Schuerkens et Madina Regnault
18h : Cocktail de clôture

INFORMATIONS PRATIQUES :
Lieu :
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
105 Boulevard Raspail, 75006 Paris
2ème étage : Salles 7 et 8
Métros : Saint-Placide (ligne 4) ou Notre Dame des Champs (ligne 12)

CFP Heritage and Development in the Caribbean and the Americas

Patrimonialisation et développement dans la Caraïbe et les Amériques

Heritage and Development in the Caribbean and the Americas

Le patrimoine, en ses définitions, en sa construction, et ses modalités d’application, notamment par le moyen des politiques de sauvegarde, de conservation, de valorisation qui sont déployées, constituent des processus de “patrimonialisation”. Processus social complexe, “la patrimonialisation” interroge les jeux des acteurs, les formes et les logiques du “patrimonial” au regard des dynamiques territoriales tout en posant les questions des stratégies d’appropriation et de dépossession de l’espace.

Longtemps envisagé comme un instrument de conservation, puis comme un élément de constitution des nations, le patrimoine est désormais examiné comme une ressource pour la construction et le développement des territoires. Ce colloque partira du paradigme que le patrimoine peut être appréhendé comme une ressource qui prend son sens dans les synergies qui se créent à l’échelle territoriale.

Pour les sciences sociales, le terme «patrimoine» possède plusieurs acceptions parfois antinomiques. Son sens premier de construction juridique renvoie aux actifs et aux passifs que possède un individu tandis que son sens second renvoie à un patrimoine collectif. Dans ce dernier cas, le patrimoine n’est plus considéré comme une série d’objets mais comme un rapport social. Dans les territoires continentaux et insulaires des Amériques, le patrimoine est considéré à la fois comme un outil de la dimension locale des politiques de développement, une ressource, un support d’identification et de transmission.

Les échanges qui auront lieu pourraient considérer le paradigme du patrimoine comme ressource, qui trouve son sens dans les synergies qui se créent à l’échelle territoriale. Le patrimoine peut ainsi constituer une ressource indéniable. Sa mobilisation manifeste l’apparition de modes de développements spécifiques (développement durable, développement patrimonial, développement local…). La mise en perspective patrimonialisation/développement constitue alors un outil intéressant pour les territoires concernés, en vue d’une mise en commun des politiques de développement et d’une réflexion sur les enjeux idéologiques qui les sous-tendent.

Ce colloque s’articule autour de cinq thématiques qui mettent en relief la transversalité des domaines disciplinaires (histoire, géographie, littérature, anthropologie, économie, droit et politique) intervenant dans des dynamiques d’utilité sociale et de développement.

Panel 1: Dynamiques spatiales et enjeux territoriaux des processus de patrimonialisation.

Les espaces peuvent sous certaines conditions acquérir le rang de patrimoine et/ou de territoire. Pour la patrimonialisation comme pour la territorialisation, ces processus passent par la même étape «d’adoption», à l’issue de laquelle « le groupe qui se l’approprie (le territoire ou le patrimoine), non seulement en comprend la signification, mais encore s’identifie à travers lui ».

La mise en perspective du double processus territorialisation/ patrimonialisation renseignera sur les enjeux et les conflits qui animent la gestion, l’exploitation des ressources naturelles. Par exemple, en Guyane, le conflit entre la politique de protection des terres et forêts et les intérêts des populations autochtones connaît une acuité particulière. Quels moyens d’appropriations doivent être privilégiés: propriété privée contre droit d’usage ou propriété collective ?

Ce panel interrogera la pertinence de la notion du «patrimonial» pour analyser les mutations, les perceptions, et les pratiques qui entourent les espaces et les territoires naturels. Quelles sont les trajectoires géographiques d’espaces qui font à la fois l’objet de logiques de patrimonialisation et de développement ?

Panel 2 : Patrimoine matériel et immatériel : aspects juridiques et politiques, questions de droit.

Quels droits, quelles politiques doivent encadrer la patrimonialisation dans un objectif de développement des territoires ?

Ici on interrogera la notion juridique de patrimoine, ainsi que les nouvelles formes de patrimonialisation (patrimonialisation de l’image, propriété littéraire et artistique, propriétés collectives). Il s’agira aussi d’expliciter les politiques culturelles et patrimoniales et leur pertinence au regard du développement (politiques de protection culturelle, politiques patrimoniales et développement). Il est également important de s’interroger sur la pertinence des dispositifs juridiques de protection du patrimoine et de mise en valeur (droit et protection du patrimoine naturel et culturel : savoirs traditionnels de la biodiversité, événements culturels, espaces protégés, archives, bibliothèques, musées, dépôt légal, archéologie, monuments historiques, propriété collective, urbanisme et développement/fiscalité de l’art).

Panel 3: Lieux et enjeux du patrimoine : histoire-mémoire-écriture.

Alors que le temps singularise l’événement et l’identifie, l’espace en fixe la mémoire en l’ancrant dans un ou des lieux. Le territoire prend forme autour de cette rencontre de l’espace et du temps qui s’expriment particulièrement dans les toponymes, noms donnés aux lieux pour les faire sortir de leur anonymat, les singulariser et, ainsi, les faire entrer dans la mémoire et dans une Histoire. Le territoire prend sens pour ceux qui l’habitent. La mémoire mise en espace s’inscrit dans cette dimension immatérielle du territoire. Cette territorialisation de la mémoire associée à des questions identitaires suscite à la fois un sentiment de rupture et de continuité avec le passé. Des contradictions et des crispations qui témoignent à leur tour du rapport complexe entre la mémoire, l’identité collective, l’histoire, les discours et l’altérité.

Le patrimoine est un discours, il participe d’un principe narratif, qui raconte les mythes originels, qui décrit les épopées fondatrices et les grands moments historiques d’un groupe ou d’un territoire. Le patrimoine invite à se projeter dans l’avenir, à formuler un projet collectif. (Di Méo, 2005) Quels sont les “lieux” porteurs de sens, de mémoire(s) et d’identité(s) ? Quelles mémoires, pour quelles valeurs ? Locales, régionales nationales ?

Ce panel reliera le passé, la mémoire, les formes d’écritures et leurs possibles intégrations comme moteurs de développement pour les territoires.

Panel 4: La diffusion numérique du patrimoine culturel immatériel, les systèmes d’informations patrimoniales, enjeux économiques et politiques.

Il est désormais admis que la diffusion numérique du patrimoine peut contribuer au rayonnement international. Les réseaux deviennent des lieux de compétition économique et stratégique entre les pays. L’Amérique du Nord, par exemple, a fait le choix de mettre en ligne des corpus très importants. Nos territoires qui disposent d’un patrimoine particulièrement riche peuvent diffuser en réseaux avec des ambitions aussi bien culturelles, stratégiques et économiques. Cette dynamique pourrait concourir au progrès d’un secteur privé d’édition culturelle compétitif en mettant à sa disposition une matière première numérisée variée, en lui offrant un cadre juridique pertinent.

Fondé sur le savoir des hommes, le patrimoine culturel immatériel repose sur une fragilité que les chercheurs tentent de contourner au moyen des nouvelles technologies. La numérisation est un moyen de conservation des œuvres et permet d’éviter aux documents les plus fragiles les dégradations d’un usage répété. Inventaires, bases de données, médiathèques, comment conserver et sous quelles formes ? Comment protéger les œuvres et leurs auteurs des appropriations illégitimes, du piratage ? Les œuvres culturelles sont-t-elles uniquement des biens marchands ou les politiques culturelles doivent-elles assurer des espaces culturels communs gratuits ?

Panel 5 : Tourisme, patrimoine et développement.

Le tourisme constitue un secteur important de l’économie du patrimoine. Le tourisme international génère selon l’ICOMOS plus 700 milliards de dollars par an. Les Amériques et la Caraïbe disposent de ressources culturelles et naturelles d’une grande diversité, dont l’exploitation et la mise en valeur sont susceptibles de soutenir efficacement leur développement au travers des activités touristiques, muséologiques et scientifiques.

Ce panel propose d’observer la relation instaurée entre patrimoine et tourisme, entre patrimonialisation et logique de l’activité touristique. Dans ce cas de figure, quels sont les jeux et les enjeux ? Comment concilier sauvegarde et utilisation économique du patrimoine ? Quelle est l’incidence de la propriété intellectuelle et des nouvelles technologies sur le développement du tourisme ?

Objectifs généraux:

Contribuer à l’approfondissement de connaissances pluridisciplinaires sur les dynamiques des territoires, en faisant notamment appel à l’expérience acquise (en France en particulier, en Europe en général, dans la Caraïbe et dans les Amériques) en matière d’étude de la relation entre patrimonialisation et développement.

Créer ou renforcer des réseaux de chercheurs intéressés aux problématiques évoquées lors du colloque.
Les intervenants et le public :

Les intervenants : enseignants-chercheurs, chercheurs et professionnels des domaines concernés.

Le public : parlementaires, représentants élus des collectivités territoriales, des chambres consulaires, représentants des formations politiques et syndicales, professionnels de la culture et du patrimoine, des médias, représentants d’associations, chefs d’entreprises, étudiants…
Modalités de soumission des communications:

Les propositions de communications sur deux pages adopteront la présentation suivante :

* le titre de la communication
* 20 lignes de description scientifique
* le panel dans lequel s’inscrit la contribution
* les mots clés
* une brève présentation de l’auteur, 50-70 mots et des renseignements administratifs sur le ou les auteur(s), titre, adresse, mail, affiliation institutionnelle.

Les documents enregistrés au format (.doc), police Times, taille 12, alignement justifié, interligne 1,5, seront envoyés par courriel
avant le 15 septembre 2010 aux deux adresses suivantes :

* diana.ramassamy@martinique.univ-ag.fr
* claudine.saliniere@martinique.univ-ag.fr

Vous êtes priés de remplir le formulaire d’inscription en ligne.

Langues : Français, Anglais, Espagnol, Portugais

Les auteurs dont les communications auront été retenues par le comité scientifique recevront une notification d’acceptation au 1er novembre 2010 et devront retourner leur article complet avant le 15 décembre 2010. Les normes rédactionnelles seront indiquées lors de la notification.

Une publication est prévue dans un numéro de la revue Etudes Caribéennes. Le comité scientifique de la revue établira le choix des articles à publier selon les critères habituels de la revue.

Les frais d’inscription au colloque sont offerts.

http://www.colloque-patrimonialisation-guyane.com/colloque-Patrimonialisation-Guyane/Bienvenue.html

<http://calenda.revues.org/download.php?id=5542>

CFP International Conference Patrimonialisation et développement – 2011

COLLOQUE INTERNATIONAL PATRIMONIALISATION ET DEVELOPPEMENT
dans la Caraïbe et les Amériques.
CAYENNE ( Guyane française), les 02, 03, 04 mars 2011

http://colloque-patrimonialisation-guyane.com/

CFP Journée d’étude « Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement » (EHESS, 19 octobre 2010).

APPEL A COMMUNICATION

Journée d’étude « Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement ».

19 octobre 2010 – EHESS, Paris

Les études et travaux sur les phénomènes de patrimonialisation n’ont jamais été aussi en vogue qu’actuellement. Comme toute thématique qui connaît une popularité considérable dans le domaine de la recherche, celle-ci semble devenir victime de son succès puisque la notion du patrimoine apparaît peu à peu comme étant diffuse et confuse. Nous nous dirigeons ainsi vers un « tout patrimonial » que critiquait déjà Marc Guillaume (1980) lorsqu’il affirmait : « Tout devient patrimoine: l’architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique. »

Lors de cette journée d’étude, une attention particulière sera portée à la conceptualisation et la redéfinition du concept de patrimoine. S’il apparaît désormais établi que celui-ci englobe aussi bien des formes matérielles (architecture, objets, arts plastiques) qu’intangibles (danses, chants, coutumes, légendes, savoir-faire, connaissances), d’autres formes sont à exclure de cette discussion, comme, par exemple, le patrimoine paysager.

Au cours de cette rencontre, il s’agira de s’intéresser à divers types de patrimoines culturels en mettant en valeur les enjeux identitaires mais aussi politiques soulevés lors de leur valorisation. Etudier les mises en patrimoines sous l’angle des motivations des acteurs initiateurs et/ou responsables (décideurs politiques) mais également demandeurs (populations locales ; touristes) en termes de culture permettra d’analyser la diversité des phénomènes identitaires qui se forment en réaction à des contextes locaux et mondiaux.

Ces politiques seront appréhendées dans une perspective de développement socio-économique. Le choix des participants sera fonction non seulement de la cohérence avec la thématique de recherche (à savoir les patrimonialisations) mais aussi avec les terrains étudiés (pays émergents et en développement). Les intervenants devront démontrer dans quelle mesure la mise en patrimoine peut être un vecteur de développement pour ces sociétés. L’originalité de cette journée sera d’analyser les points de convergence entre les mises en valeur des patrimoines culturels et les politiques de développement, dans un contexte de « glocalisation » (Schuerkens 2003), c’est-à-dire, où le local et le global s’entremêlent, s’influencent mutuellement et de manière plurielle. En dehors de son aspect particulièrement lié à l’histoire et à la mémoire des peuples, le patrimoine sera ainsi replacé dans une perspective dynamique en phase avec les réalités socioéconomiques locales.

Les types de thématiques à envisager seront les suivants:

• Genèse des politiques de mise en patrimoine à la lumière de l’histoire du développement ;

• Stratégies, mécanismes et décisions politiques à l’œuvre dans les politiques culturelles et patrimoniales ;

• Constructions, reconstructions, affirmations et revendications identitaires ;

• Politiques culturelles et enjeux urbains : art, patrimoine et espace public ;

• Circulation des objets patrimoniaux ;

• Mise en tourisme des patrimoines culturels.

La journée d’étude se situant dans une perspective pluri- et transdisciplinaire, les communications peuvent utiliser les approches des différentes sciences sociales comme l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie ou encore l’histoire.

Calendrier :

Les propositions de communications devront inclure le titre de l’intervention, un résumé de 500 mots maximum, l’axe dans lequel elle s’inscrit, ainsi que les coordonnées et l’affiliation institutionnelle de l’auteur. Elles seront soumises avant le 30 avril 2010 par courrier électronique à l’adresse suivante : madina_regnault@yahoo.fr. Les décisions seront communiquées avant le 15 mai 2010.