Tag Archives: Identity

Conference: “S’exposer au musée. Représentations muséographiques de Soi”, 29-30 novembre 2011 au musée du quai Branly

Colloque international

S’exposer au musée
Représentations muséographiques de Soi
29/11 et 30/11/11
9h30 – 19h
Théâtre Claude Lévi-Strauss
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Colloque international organisé par le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly
sous la direction scientifique du directeur du département : Anne-Christine Taylor

A l’occasion de l’exposition Maori, Leurs trésors ont une âme, conçue par le musée Te Papa Tongarewa de Nouvelle Zélande, présentée actuellement au musée du quai Branly, le département de la recherche et de l’enseignement organise un colloque international sur les enjeux de la présentation muséographique d’une identité culturelle telle qu’elle est vue par les représentants de cette même culture. Ce débat public va explorer les visées, les formes et les limites de la mise en musée de sa propre identité et de la tradition dans laquelle elle est censée s’inscrire. Il va aborder, outre l’exemple du Te Papa Tongarewa, d’autres institutions muséales en Océanie, dans les Amériques ou en Afrique, mais aussi en Europe.

Mardi 29 novembre 2011 / Tuesday November 29, 2011
9h45 : allocution d’accueil / welcoming words
Stéphane Martin, Président du musée du quai Branly

10h00 : Introduction
Anne-Christine Taylor, Directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly

Première session / session 1 : Le modèle du Te Papa / The Te Papa model
10h15 – 10h45
Representing self and other? Maori exhibitions at the national museum 1865-2001.
Par Conal MCCarthy, Director, Museum & Heritage Studies programme, School of Art History, Classics and Religious Studies, Victoria University, Wellington (Nouvelle-Zélande)
10h45 – 11h15
Te Papa as a bicultural museum. Presenting and representing Maori at Te Papa.
Par Arapata Hakiwai, Scholar, Matauranga Maori, and formerly Director, Matauranga Museum of New Zealand Te Papa Tongarewa (Nouvelle-Zélande).

11h15 – 11h30 : pause / break

11h30 – 12h15
Is Maori art ‘art’? museums, ethnography and art history – continuities and discontinuities.
Par Jonathan Mane-Wheoki, Professor of Fine Arts, Elam School of Fine Arts, The University of Auckland, and formerly Director Art and Collection Services and Acting Director for Repatriation, Museum of New Zealand Te Papa Tongarewa (Nouvelle-Zélande).
12h15 -12h45 Discussion
Avec Nicholas Thomas, Directeur du musée d’archéologie et d’anthropologie à Cambridge (Grande-Bretagne).
Et Jean-Pierre Warnier, Chercheur associé, Centre d’Etudes africaines (EHESS-IRD, Paris – France).

13h00 : pause / break

Deuxième Session / session 2 : Musées identitaires en France et dans les Dom-Tom / National identity museums in France and in French overseas departments and territories
14h30 – 15h00
Indépendances Kanak.
Par Emmanuel Kasarherou, chargé de mission pour l’outre-mer au musée du quai Branly, ancien directeur de l’agence pour le développement de la culture kanak (ADCK) (France).
15h00 – 15h30
Quel musée dans les outre-mer au 21e siècle ?
Par Françoise Verges, politologue, Présidente du Comité pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage (France).
15h30 -16h00
Here and there: ethnography and history in the European museum.
Par Nicholas Thomas, Directeur du musée d’archéologie et d’anthropologie à Cambridge (Grande-Bretagne).

16h00 – 16h15 : pause / break

16h15 – 16h45
Pour une préfiguration de la maison de l’histoire de France.
Par Martine Segalen, Professeur émérite à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, directeur d’Ethnologie française (France).
16h45 – 17h30 : Discussion
Avec James Clifford, History of Consciousness Department, University of California, Santa Cruz (Etats-Unis).

Mercredi 30 novembre 2011 / Wednesday November 30, 2011
Troisième session / session 3 : Musées d’identité nationale en Afrique et en Asie / National identity museums in Africa and in Asia
9h45 – 10h15
Vitrines ethniques et imaginaire national dans les musées d’Afrique de l’Ouest.
Par Julien Bondaz, docteur en anthropologie, Centre de Recherches et d’Etudes Anthropologiques, Université Lyon 2 (France).
10h15 – 10h45
Musées royaux du Cameroun et domestication de la modernité.
Par Jean-Pierre Warnier, chercheur associé, Centre d’Etudes africaines (EHESS-IRD, Paris) (France).
10h45 – 11h15
Communautés et patrimoines au Bénin : quelle place pour les musées.
Par Gaëlle Beaujan, responsable des collections Afrique, musée du quai Branly (France).

11h15 – 11h30 : pause / break

11h30 – 12h00
Un « musée à moustiques » ? La création d’un hall culturel hakka à Taïwan.
Par Anne-Christine Tremon, maître d’enseignement et de recherche, Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale, Faculté des Sciences Sociales et Politiques Université de Lausanne (Suisse).
12h00 – 12h45 : Discussion
Avec Emmanuel Kasarherou, chargé de mission pour l’outre mer au musée du quai Branly, ancien directeur de l’agence pour le développement de la culture kanak (ADCK)
Et Benoit De l’Estoile, anthropologue, CNRS (IRIS) (France).

12h45 – 14h30 : pause / break

Quatrième session / session 4: les musées nord-américains vus d’Europe / Canadian and American cases seen from Europe
14h30 – 15h00
Le Musée de la civilisation et les Premières Nations du Québec : perspective muséale sur le droit à l’autodétermination des peuples autochtones.
Par Laurent Jérôme, Chargé de recherche et des relations aux peuples autochtones, Musée de la civilisation, Québec (Canada).
15h00 – 15h30
Performances and Articulations of Identity : The National Museum of the American Indian, The University of British Columbia Museum of Anthropology, The Alutiiq Museum, Kodiak Alaska.
Par James Clifford, professor of History of Consciousness, History of Consciousness Department, University of California at Santa Cruz (Etats-Unis).
15h30 – 16h00
Faultlines of Self-Representation, across the Colonial and Other Divides.
Par Jette Sandahl, Director of the Museum of Copenhagen, former founding Director of the Museum of World Cultures, Sweden, and former director experience at Museum of New Zealand Te Papa Tongarewa (Nouvelle-Zélande).

16h00 – 16h15 : pause / break

16h15 – 16h45
Représentation de soi : entre spécificité et altérité.
Par Laurence Sigal, Directeur du musée de l’histoire et l’art du judaïsme, Paris (France).
16h45 – 17h30 : Discussion
Avec Laurier Turgeon, Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, Directeur de l’Institut du patrimoine culturel Université Laval Québec, (Canada).

Contact organisation et coordination de la manifestation :
Anna Gianotti Laban
responsable de la coordination des manifestations scientifiques
département de la recherche et de l’enseignement
* m u s é e  d u  q u a i  B r a n l y
222 rue de l’Université
75343 Paris cedex 07
Tél. 01 56 61 70 24
Courriel : anl@quaibranly.fr
www.quaibranly.fr

Advertisements

CFP: Patrimony, Memory and Identity in West Africa, July 3-5, 2012

Call for papers: IFRA-Nigeria 2012 International Conference, University of Ibadan, July 3-5, 2012

Patrimony, Memory and Identity in West Africa

 

IFRA is launching a new multi-annual research programme on Patrimony, Memory and Identity in West Africa with a particular -but not exclusive- focus on Nigeria.

An international conference will take place at the University of Ibadan from July 3-5, 2012. This project is intended to link up Nigerian and West African Scholars to the many international research teams that are currently working on the concepts of patrimonialisation and identity.

Main topics:

1. Processes of patrimonialisation in Africa: review of achievements and theoretical implications for the study of contemporary Africa.

2. Contested patrimonies and memories: History, Culture and Politics in post-colonial West Africa

3. Environment as patrimony: from local practice to global concern.

4. Patrimony and Identity in Nigeria.

Besides the above questions, we welcome papers on patrimony and policy making, on the question of the patrimonial status of land and its reform, as well as innovative papers on the emergence of new forms of identity-related forms of patrimonies in West Africa and Nigeria in particular.

Download Call for Paper in PDF format here

Publication: Audiovisual Media and Identity Issues in Southeastern Europe

Audiovisual Media and Identity Issues in Southeastern Europe
Edited by Eckehard Pistrick, Nicola Scaldaferri and Gretel Schwörer
Cambridge Scholars Publishing
12 Back Chapman Street, Newcastle upon Tyne, NE6 2XX, UK

ISBN (10): 1-4438-2930-7, ISBN (13): 978-1-4438-2930-4

See more information : http://www.c-s-p.org/Flyers/Audiovisual-Media-and-Identity-Issues-in-Southeastern-Europe1-4438-2930-7.htm

CFP Diverse Spaces – April 2012

CFP
Diverse Spaces:
Examining identity, community and citizenship within Canadian public culture
April 20-21, 2012
Frost Centre for Canadian Studies and Indigenous Studies
Trent University
Peterborough, Canada

Identity, belonging and citizenship within the nation state are established, contested and legitimized within sites and institutions of public culture, heritage and representation. In Canada, people from diverse cultural backgrounds seek to engage with cultural, historical and social knowledge in these spaces. While public museums have been primary sites of engagement, some people have sought to create alternative opportunities and institutional spaces to express and represent the complexities of their histories, identities, communities and places in both Canadian and global society. We are seeking papers that explore the roles that all types of public spaces play in the expression or contestation of different histories, different identities, and different forms of community, national and transnational citizenship.

Please submit either (a) 250 word abstracts for an individual papers, or (b) proposals for panels including 3 papers by August 31, 2011 to diversespaces@gmail.com. Accepted papers and panels will be announced by the end of January, 2012.

The conference is organized by Julia Harrison, Director, and Susan Ashley, SSHRC Postdoctoral Fellow in the Frost Centre for Canadian Studies and Indigenous Studies, Trent University, Peterborough, Canada.

Susan Ashley, PhD
SSHRC Postdoctoral Fellow
Frost Centre for Canadian Studies and Indigenous Studies
Trent University
Peterborough, Canada

CFP: Sites of Popular Music Heritage

SITES OF POPULAR MUSIC HERITAGE — SYMPOSIUM
Institute of Popular Music, University of Liverpool
8-9 September 2011

CALL FOR PAPERS

We invite proposals from a broad range of academic disciplines for a 2 day symposium examining sites of popular music heritage: from institutions such as museums, to geographic locations, websites and online archives. Papers are welcomed that explore popular music within narratives of heritage and identity, real and imagined geographies, cultural memory and contested histories. The event will focus on three thematic areas:

Popular Music Heritage in the Museum
In recent years museums have increasingly engaged with popular music heritage, as evidenced in a proliferation of exhibitions including those in the UK such as Kylie: The Exhibition at the V&A and the British Music Experience at the O2. Museum interaction with popular music heritage enables methods of narration beyond traditional written histories, engaging visitors with objects, sounds and images. The place of popular music in the museum raises issues of how music is both represented and used to represent and explore social histories, personal and collective identities, memories, and geographies. Possible themes for papers include:

.Popular music and locality in the museum

.Disseminating popular music heritage in museums beyond text

.History and memory in popular music exhibitions and collections

Heritage, Place and Local Identity
While ideas of heritage and cultural memory play an increasingly important role in popular music historiography, the spatial and geographic frameworks underpinning the production of popular music histories remain comparatively under-examined in studies to date. The spatial embedding of popular music heritage raises questions as to the ways in which ideas of local, regional and national identity are shaped by geographies of music and place; the role of mobility practices in the production of local music histories; and the capacity for popular music memoryscapes to stimulate (and sustain) embodied and emotional attachments to places and localities. Possible themes for papers include:

.Contested geographies of popular music heritage

.Routes of popular music heritage: mobility, migration, wayfinding

.Cartographies of popular music history

Digital Archives and Online Practice
Heritage practices have proliferated in the digital age and a large part of related activity online is devoted to popular music. ‘Authorised’ or otherwise, social media groups, blogs and web pages are organised and defined by, amongst other things, genre, artist, period and geography. Sites dedicated to the popular music of Birmingham, Manchester, Sheffield, Coventry, Bristol, Woolongong, Brisbane or Detroit speak simultaneously to the hyper-local and global quality of popular music culture. The nature of such online practices raise questions about the ontology of the archive, the digital ‘artefact’ and collective memory. In light of the challenges presented to the music industries by digitisation, key questions concern the role of music and related intellectual property in online ‘folk’ histories. Possible themes for papers include:

Contested geographies of popular music heritage

.Authorising popular music heritage and archiving practice online

.Building music cultures and communities of memory online

.Online music heritage, music industries and ownership

——————————

——————————————
Please submit proposals for papers (300 words max) to Dr Rob Knifton (robert.knifton@liverpool.ac.uk <mailto:robert.knifton@liverpool.ac.uk> ) and Dr Les Roberts (les.roberts@liverpool.ac.uk <mailto:les.roberts@liverpool.ac.uk>).

Deadline for abstracts:*30 April 2011**
Date for registration: 30 June 2011
Deadline for submission of draft papers: 01 Aug 2011

·Further information and registration details will be posted shortly at www.liv.ac.uk/music/ <http://www.liv.ac.uk/music/>

·Papers presented at the symposium will be considered for publication.

This event is co-organized with the Centre for Media and Cultural Research at Birmingham City University.

CFP Engaging space, Performing place: ‘making place’ through expressive practice – Lisbon – April 2011

The SIEF conference – People make places: ways of feeling the world – taking place in Lisbon, 17-21 April 2011 is open for individual paper proposals*.
http://www.nomadit.co.uk/sief/sief2011/panels.php5

We would like to invite the submission of paper proposals for the following panel:

Panel title:   Engaging space, Performing place: ‘making place’ through expressive practice (P222)

In this panel we would like to explore how people engage with space in performative and other expressive practices. We want to focus on how, in these practices, reflexive (sensory) experience is used to ‘make’ meaningful places, which can be imagined or real, public or private.

We take as our starting point the notion that expressive/performative practices are embedded in and contingent upon socio-cultural context, and that they are brought into being through, and are dependent on, the engagement of individuals/groups with their physical and social environment; in short, that they are em-placed and em-bodied expressions of  ‘being-in-the-world’ (Csordas, 1999).

We would like to invite proposals for papers that reflect, theoretically and/or empirically, on current notions of space and place in a variety of disciplines – such as geographer Doreen Massey’s (2005) perception of space as a ‘spatio-temporal event’ or anthropologists’ Tim Ingold’s (2008) notion of place as a ‘meshwork of paths’ ‘occurring’ through the movement of people and other organisms through space, or Paul Stoller’s work on embodiment and sensuous scholarship -, and that relate this reflection on space and place to the practice of expressive performance, stressing the relationship between bodies and minds and the materiality and sensoriality of place.

Maria Krom, PhD Researcher, CRIA-Center for the Research in Anthropology, Universidade Nova de Lisboa

Anthony McCann, Lecturer in Contemporary Folk Culture, University of Ulster

*NOTE:

Papers may not be proposed by emailing convenors directly. The call for papers is detailed on the SIEF website (see link above).  There is a page of information/instruction and then a link to the list of panels/workshops.  All papers must be proposed online via the website.  The method is as follows.  Beneath the long abstract of each panel is a link saying “Propose a paper”.  Click on that and complete the online form, asking for contact details, a title, short and long abstract, any AV requirements, and the contact details of any co-authors. On conclusion of this process, you will receive an email confirming your submission.  The panel convenors will also receive such an email, alerting them to your proposal. Deadline: 15 October 2010

Workshop Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement

Journée d’étude internationale
«  Patrimonialisations : enjeux identitaires et
problématiques de développement »
19 octobre 2010 – EHESS, Paris

Les études et travaux sur les phénomènes de patrimonialisation n’ont jamais
été aussi en vogue qu’actuellement. Comme toute thématique qui connaît une
popularité considérable dans le domaine de la recherche, celle-ci semble
devenir victime de son succès puisque la notion du patrimoine apparaît peu à
peu comme étant diffuse et confuse. Nous nous dirigeons ainsi vers un « tout
patrimonial » que critiquait déjà Marc Guillaume (1980) lorsqu’il
affirmait : « Tout devient patrimoine: l’architecture, les villes, le
paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code
génétique. »
Lors de cette journée d’étude, une attention particulière sera portée à la
conceptualisation et la redéfinition du concept de patrimoine. S’il apparaît
désormais établi que celui-ci englobe aussi bien des formes matérielles
(architecture, objets, arts plastiques) qu’intangibles (danses, chants,
coutumes, légendes, savoir-faire, connaissances), d’autres formes sont à
exclure de cette discussion, comme, par exemple, le patrimoine paysager.
Au cours de cette rencontre, il s’agira de s’intéresser à divers types de
patrimoines culturels en mettant en valeur les enjeux identitaires mais
aussi politiques soulevés lors de leur valorisation. Etudier les mises en
patrimoines sous l’angle des motivations des acteurs initiateurs et/ou
responsables (décideurs politiques) mais également demandeurs (populations
locales ; touristes) en termes de culture permettra d’analyser la diversité
des phénomènes identitaires qui se forment en réaction à des contextes
locaux et mondiaux.
Ces politiques seront appréhendées dans une perspective de développement
socio-économique. Les intervenants chercherons à démontrer dans quelle
mesure la mise en patrimoine peut être un vecteur de développement pour ces
sociétés. L’originalité de cette journée sera d’analyser les points de
convergence entre les mises en valeur des patrimoines culturels et les
politiques de développement, dans un contexte de « glocalisation »
(Schuerkens 2003), c’est-à-dire, où le local et le global s’entremêlent,
s’influencent mutuellement et de manière plurielle. En dehors de son aspect
particulièrement lié à l’histoire et à la mémoire des peuples, le patrimoine
sera ainsi replacé dans une perspective dynamique en phase avec les réalités
socioéconomiques locales.

Journée d’étude organisée par :
Ulrike SCHUERKENS, Docteur en sociologie, Docteur de l’ÉHÉSS en
anthropologie sociale et en ethnologie, HDR, professeur associée à l’ÉHÉSS.
Madina REGNAULT, Doctorante à l’ÉHÉSS, Chargée d’enseignement à
l’Université Paris III –Sorbonne Nouvelle.
Initiative soutenue par la Formation doctorale « Territoires, sociétés,
développement » de l’EHESS.

PROGRAMME
8h30 : Accueil des participants
9h : Présentation du programme et aperçu théorique par Ulrike Schuerkens et
Madina Regnault
9h15 : Panel 1 : Politiques de mise en patrimoine en période postcoloniale
entre local et global: vers une décolonisation conceptuelle ?
Présidente de séance : Ulrike Schuerkens (EHESS)
§       Timoteo Rodriguez (U C Berkeley): «Iknal, Identity Politics and
Decolonizing the Ethnos: Yucatec Maya Epistemologies.»
§       David Khatile (CIRIEF – Université de Paris 8): «Patrimonialisation
et post-esclavagisme : nature et complexité des enjeux du cas martiniquais.»
§       Susan Meltzer Bonnefond (University of the West Indies at Cave Hill,
Barbados): «The Natural Life of a Playful Space: Grenada’s Rainbow City
Festival.»
§       Beatrice Byer-Bayle (Université de Melbourne, Australie) :
«Patrimonialisation en Thaïlande et au Sri Lanka ou comment les politiques
locales interagissent avec le global.»
§       Patricia Lamarche-de Largentaye (Université de Provence) : «Mise en
valeur du patrimoine kuba au Kasaï occidental en République Démocratique du
Congo : enjeux culturels, politiques, sociaux et économiques»
Distributed papers :
§       Christelle Patin (IRIS, EHESS)/ Jean Simon (Université de Rouen) :
«Les têtes tatouées maories des musées français : un patrimoine “sensible” à
la croisée d’enjeux identitaires contemporains.»
§       Emmanuelle Cadet (IEP d’Aix en Provence): «Héritages culturels au
Liban : comment acteurs, modes de gestion et usages reformulent le modèle
patrimonial transmis.»
10h30: Discussion
10h45: Pause
11h00 : Panel 2 : Mises en tourisme patrimoniales et phénomènes de
constructions, reconstructions, affirmations identitaires.
Présidente de séance : Maria Gravari Barbas (IREST, Paris 1
Panthéon-Sorbonne)
§       Julie Carpentier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense/IFEA) :
«Affirmation identitaire et développement local autour d’un projet
touristique : le cas des shuar de Chico-Méndez. »
§       Audrey Boucksom (Université Paris 1, Panthéon Sorbonne) « D’une mise
en patrimoine de l’artisanat nigérien à une mise en tourisme : Politique
nationale de sauvegarde du patrimoine culturel et aide internationale au
développement »
§       Julien Laverdure (EHESS/IHEAL): « L’artisanat Boruca et la
construction du patrimoine centraméricain. »
§       Bertrand Royer (Université Lyon 2) : «Des récits touristiques à la
musique tradi-moderne, un patrimoine vivant au service du développement en
pays lobi burkinabé»
Distributed papers :
§       Anaïs Pourrouquet (EHESS/ Centre d’Études Africaines) : «La
patrimonialisation de la musique au Mali : de la nationalisation à la
transnationalisation.»
§       Euler David de Siqueira (Université Paris-Descartes/Université
Fédérale de Juiz de Fora, Minas Gerais, Brésil): La (re)patrimonialisation
symbolique du Christ Rédempteur comme nouvelle merveille touristique à Rio
de Janeiro: enjeux liés à la construction de l’identité locale et nationale.
§      Najem Dhaher (Université de Tunis) : «Espaces traditionnels et
fonctions contemporaines : Le cas du centre historique de Tozeur en Tunisie»

12h00 : Discussion
12h15 : Déjeuner libre

14h00 : Panel 3 : Patrimonialisations et enjeux urbains*
Présidente de séance : Philippe San Marco (ENS)
§       Nadia Capuzzo Derkovic (Université de Genève) : « Les dessous d’une
patrimonialisation ou comment exclure l’autre par le monument. Les pratiques
de patrimonialisation à Sarajevo: exemples de revendications
communautaires.»
§       Pauline Guinard (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) :
« L’art public à Johannesburg : outil d’une politique de régénération
urbaine et patrimoine en devenir? »
§       Ghada Salem (Université Lyon2) : «La patrimonialisation des biens
religieux dans les sociétés communautaires : l’enjeu territorial du
patrimoine ou le référentiel religieux de l’identité. Le cas de Baalbek,
Liban.»

Distributed paper :
§       Anna Dewaele (EHESS): «La patrimonialisation de Chandigarh en
question : quels développements pour quelles identités urbaines ? »

14h45 : Discussion
15h00 : Panel 4 : Patrimoine et développement en Afrique : enjeux,
méthodes, pratiques
Présidente de séance : Madina Regnault (EHESS)
§       Olivier Marcel (Bordeaux3/ IFRA-Nairobi): « Les décideurs de la
patrimonialisation africaine : motivations, représentations et stratégies ;
retour sur un colloque institutionnel. »
§       Sebastien Boulay (Université Paris Descartes): «La tradition au
secours du développement ? Enseignements d’interventions menées dans deux
sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en Mauritanie.»
§       Carla Sousa (Universidade do Algarve, Portugal): *«*Patrimonialisations
à l’Île du Mozambique. Mémoires sociales : négociations identitaires autour
des musées. »
§       Jean-Paul Notué  (Université de Yaoundé1, Cameroun/Chercheur associé
IRD) : «Questions de patrimoine, d’art et de muséologie d’Afrique :
problèmes  de concepts et de perceptions, approche endogène avec la
réalisation de  musées au Cameroun. »

Distributed paper :
§      Tublu Komi N’kégbé Fogâ (Ecole du Patrimoine Africain, Bénin):
«Patrimoine et enjeux identitaires : Le Musée  National du Togo comme outil
de consolidation de l’unité nationale. »
16h00 : Discussion
16h15 : Pause
16h30: Panel 5 : Revivification patrimoniale : du tangible à l’intangible,
mise en perspective de quelques Patrimoines de l’humanité de l’UNESCO
Présidente de séance : Saskia Cousin (EHESS, IUT de Tours)
§       Sébastien Preuil (CEMOTEV, Université Saint Quentin en Yvelines) :
«Angkor : patrimonialisation, khmeritude et développement durable.»
§       Olivier Givre (Université Lyon 2) : «Le *nestinarstvo* dans la
région de Strandzha (Bulgarie): les territoires d’un patrimoine, entre
relocalisation et remise en circulation, « tradition » et développement.»
§       Anaïs Leblon (Centre d’Études des Mondes africains, CEMAf-Aix):
Réinterprétations des identités et enjeux socio-politiques de la
patrimonialisation : le cas du yaaral et du degal, des fêtes de transhumance
peule au Mali.

Distributed papers :
§       Esther Sanz Sanz (EHESS) : «La valorisation des patrimoines
culturels comme vecteur de développement socio-économique. Une étude de cas
: Intervention dans le Château de la Glorieta à Sucre, Bolivie.
§       Nathalie Gauthard (Université de Nice Sophia Antipolis) : «La
patrimonialisation des Arts Vivants issus des minorités tibétaines de Chine. »
17h15: Discussion
17h30 : Conclusion de la journée d’étude par les organisatrices Ulrike
Schuerkens et Madina Regnault
18h : Cocktail de clôture

INFORMATIONS PRATIQUES :
Lieu :
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
105 Boulevard Raspail, 75006 Paris
2ème étage : Salles 7 et 8
Métros : Saint-Placide (ligne 4) ou Notre Dame des Champs (ligne 12)

CFP Journée d’étude « Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement » (EHESS, 19 octobre 2010).

APPEL A COMMUNICATION

Journée d’étude « Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement ».

19 octobre 2010 – EHESS, Paris

Les études et travaux sur les phénomènes de patrimonialisation n’ont jamais été aussi en vogue qu’actuellement. Comme toute thématique qui connaît une popularité considérable dans le domaine de la recherche, celle-ci semble devenir victime de son succès puisque la notion du patrimoine apparaît peu à peu comme étant diffuse et confuse. Nous nous dirigeons ainsi vers un « tout patrimonial » que critiquait déjà Marc Guillaume (1980) lorsqu’il affirmait : « Tout devient patrimoine: l’architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique. »

Lors de cette journée d’étude, une attention particulière sera portée à la conceptualisation et la redéfinition du concept de patrimoine. S’il apparaît désormais établi que celui-ci englobe aussi bien des formes matérielles (architecture, objets, arts plastiques) qu’intangibles (danses, chants, coutumes, légendes, savoir-faire, connaissances), d’autres formes sont à exclure de cette discussion, comme, par exemple, le patrimoine paysager.

Au cours de cette rencontre, il s’agira de s’intéresser à divers types de patrimoines culturels en mettant en valeur les enjeux identitaires mais aussi politiques soulevés lors de leur valorisation. Etudier les mises en patrimoines sous l’angle des motivations des acteurs initiateurs et/ou responsables (décideurs politiques) mais également demandeurs (populations locales ; touristes) en termes de culture permettra d’analyser la diversité des phénomènes identitaires qui se forment en réaction à des contextes locaux et mondiaux.

Ces politiques seront appréhendées dans une perspective de développement socio-économique. Le choix des participants sera fonction non seulement de la cohérence avec la thématique de recherche (à savoir les patrimonialisations) mais aussi avec les terrains étudiés (pays émergents et en développement). Les intervenants devront démontrer dans quelle mesure la mise en patrimoine peut être un vecteur de développement pour ces sociétés. L’originalité de cette journée sera d’analyser les points de convergence entre les mises en valeur des patrimoines culturels et les politiques de développement, dans un contexte de « glocalisation » (Schuerkens 2003), c’est-à-dire, où le local et le global s’entremêlent, s’influencent mutuellement et de manière plurielle. En dehors de son aspect particulièrement lié à l’histoire et à la mémoire des peuples, le patrimoine sera ainsi replacé dans une perspective dynamique en phase avec les réalités socioéconomiques locales.

Les types de thématiques à envisager seront les suivants:

• Genèse des politiques de mise en patrimoine à la lumière de l’histoire du développement ;

• Stratégies, mécanismes et décisions politiques à l’œuvre dans les politiques culturelles et patrimoniales ;

• Constructions, reconstructions, affirmations et revendications identitaires ;

• Politiques culturelles et enjeux urbains : art, patrimoine et espace public ;

• Circulation des objets patrimoniaux ;

• Mise en tourisme des patrimoines culturels.

La journée d’étude se situant dans une perspective pluri- et transdisciplinaire, les communications peuvent utiliser les approches des différentes sciences sociales comme l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie ou encore l’histoire.

Calendrier :

Les propositions de communications devront inclure le titre de l’intervention, un résumé de 500 mots maximum, l’axe dans lequel elle s’inscrit, ainsi que les coordonnées et l’affiliation institutionnelle de l’auteur. Elles seront soumises avant le 30 avril 2010 par courrier électronique à l’adresse suivante : madina_regnault@yahoo.fr. Les décisions seront communiquées avant le 15 mai 2010.

CFP EASA 2010 : Why roots?

Call for paper EASA 2010: Why Roots?

11th EASA Biennial Conference: Crisis and Imagination

Maynooth (Ireland), 24-27 August 2010

David Berliner (Universite Libre de Bruxelles, David.Berliner@ulb.ac.be)
Ramon Sarró (University of Lisbon, ramonsaro@gmail.com)

Deadline for abstract submission: 1 March 2010  (
http://www.nomadit.co.uk/easa/easa2010/panels.php5?PanelID=575)

Short Abstract

In this panel, we intend to explore how the contemporary “need for roots”
configures itself in different social and cultural environments and how it
deploys specific narratives of identity, globalisation, origin and loss.

Long Abstract

The notion of “roots” is everywhere today, whether it is in debates about
the so-called Christian roots of Europe, immigration policies and genetic
roots in France, African roots in the US or in the widespread craze over
genealogies. In fact, whilst anthropologists have recently turned their
attention to mobility and deterritorialisation, most of our interlocutors in
the field do insist on the necessity to be anchored in the world perceived
as globalizing and “uprooting”. Discourses about roots are part of a
rhetoric that many of us share where questions of origin, continuity,
culture – or loss thereof, identity, authenticity and normality are
interwoven. In this panel, we intend to explore how this “need for roots”
configures itself in different social and cultural environments and how it
deploys specific narratives of identity, globalisation, origin and loss. In
particular, we invite contributors to consider questions like the following:
How do individuals, groups and institutions imagine, claim and struggle over
roots? How do they remember, reinvent or celebrate a certain past, whether
it is real or imagined, in the name of roots? What is the role of
nation-states, religious groups, international organisations and social
movements in the proliferation of such rhetoric?

Création artistique et constructions identitaires ou patrimoniales en Afrique et dans ses diasporas

Journées d’étude jeudi 1er et vendredi 2 octobre 2009

CNRS, 27 rue Paul Bert, à Ivry-sur-Seine (métro Porte de Choisy).
Organisées par Eric Jolly, Dominique Juhé-Beaulaton et Estelle Sohier

Présentation

Nous envisageons d’étudier les liens entre création artistique, patrimonialisation et constructions ou revendications identitaires, en Afrique et dans ses diasporas. À titre d’hypothèse ou de piste de recherche, nous avançons notamment l’idée suivante : la construction d’une identité ou d’un patrimoine culturel s’accompagne toujours, en amont ou en aval, d’une production ou d’une manipulation de symboles par le biais de créations offertes au regard et à l’appréciation des autres. La circulation de ces symboles entre l’Afrique et ses diasporas, ou encore entre l’Afrique et l’Occident, contribue, pour des raisons historiques et dans un contexte de mondialisation des échanges et des représentations, à ces constructions ou manipulations identitaires. Ce thème peut très bien s’articuler avec l’étude dans d’autres contextes des influences réciproques entre créations locales, tourisme international, politiques patrimoniales ou muséales et revendications identitaires.

Pour conduire cette réflexion, il est donc nécessaire de prendre en compte les effets de la globalisation en examinant le rapport entre, d’un côté, les processus de création dans leurs dimensions identitaires ou patrimoniales et, de l’autre, les nouvelles formes d’échange interculturelles, la marchandisation croissante de l’art, les politiques nationales et internationales de valorisation ou de protection du patrimoine, les manifestations artistiques panafricaines, l’essor du tourisme, l’apparition de nouveaux modes de communication… Les études de cas mobiliseront ou croiseront des disciplines différentes (histoire, anthropologie, histoire de l’art, sciences politiques…), concerneront des domaines artistiques très divers (littérature écrite ou orale, poésie, musique, danse, peinture, photographie, architecture, etc.) et interrogeront des expériences aussi bien individuelles que collectives. En envisageant différentes échelles (locale, nationale, continentale et internationale), elles s’attacheront à identifier les réseaux ou les chaînes d’acteurs, à reconstituer l’histoire des artistes et des objets ou encore l’évolution de leur statut, et à analyser les contextes de création dans des champs très variés (politique, économique, religieux, culturel…).

Lien vers le site du laboratoire :