Monthly Archives: October 2016

Publication: Dynamiques patrimoniales et enjeux pastoraux en milieu peul

Leblon, A., Dynamiques patrimoniales et enjeux pastoraux en milieu peul. Les fêtes de transhumance yaaral et degal au Mali, publié dans la collection Connaissances des Hommes dirigée par Olivier Leservoisier chez L’Harmattan.

aplat-couverture-leblon-dynamiques-patrimoniales-et-enjeux-pastoraux

leblon-dynamiques-patrimoniales-et-enjeux-pastoraux

 

Conference: Du moment du patrimoine ethnologique, Dijon, 7-9 décembre 2016

7-9 décembre 2016 – uB – Amphithéâtre de la MSH de Dijon
(accès/informations pratiques ici)


Colloque international :
Du moment du patrimoine ethnologique

Organisateurs : Noël Barbe (CNRS, IIAC et DRAC de Bourgogne-Franche-Comté) et Jean-Louis Tornatore (Centre Georges Chevrier – UMR CNRS uB 7366)

[Colloque organisé en partenariat avec l’Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, avec le soutien de la Direction régionale des Affaires culturelle de Bourgogne-Franche-Comté]

 

À partir de l’hypothèse selon laquelle, à partir des années 1960, la société française serait entrée dans un « âge du patrimoine » (Fabre), on serait fondé à penser que l’invention du patrimoine ethnologique en a été un moment à la fois éclairant et singulier, à la fois le point d’orgue et le moment ultime. Éclairant parce qu’il aurait été la pleine expression de cet âge : prenant le pas sur le monument, le patrimoine devenait culturel puis immatériel, et étendait au peuple et à ses œuvres le périmètre de ce qui doit être distingué, au nom de la nation en même temps qu’à celui de la connaissance savante. Singulier car tout en relevant d’une gouvernementalité pastorale procédant au guidage des pratiques patrimoniales (N. Barbe) et d’un intéressement partagé entre science et administration (J.-L. Tornatore), il introduisait cependant une note dissonante dans le cours réglé de la « raison patrimoniale » en accompagnant sinon en orchestrant un certain débordement des institutions, la « démocratisation » de la cause patrimoniale et son instrumentalisation, sa diffusion et sa saisie dans les mondes sociaux et économiques. Ainsi, le patrimoine ethnologique serait certes au cœur d’un âge du patrimoine, mais cependant profondément ambivalent : l’expérience du passé se confond avec celle de la culture et devient non seulement une affaire de tous, dans laquelle tout un chacun peut faire valoir ce qu’il a et ce qu’il est, mais un argument significatif et contradictoire et du « développement de local » et « l’empowerment ». En somme, il aurait été le ferment de la formation d’un « espace public » du patrimoine dont l’extraordinaire et parfois jugé monstrueux déploiement dans les mondes académiques, administratifs, politiques, économiques et associatifs ne connaît aujourd’hui guère de limites.
C’est cette position singulière du patrimoine ethnologique, tout à la fois instrument de l’action publique, argument de développement de l’ethnologie de la France dans lequel s’origine le domaine de l’ethno-anthropologie du patrimoine, élément moteur d’un intérêt ou d’un goût renouvelé pour les cultures populaires, et indice prémonitoire de la construction du patrimoine comme ressource territoriale, que ce colloque entend questionner, tant dans certains de ses moments fondateurs, dans ce qui fut son actualité, que dans les institutions ou développements qu’il a permis ou autorisés. Variant les focales et les situations observées (de l’État aux régions, en comparaison avec d’autres pays), interrogeant l’articulation entre production des savoirs et établissement des pouvoirs et suivant les fils qui, du patrimoine ethnologique, conduisent ou ne conduisent pas au patrimoine culturel immatériel, on se demandera in fine : que faire de cette expérience ? Mais d’ailleurs, faut-il en faire quelque chose ?
Au regard de ces questions limites, le programme qui suit est issu d’un appel à communication dont le texte est disponible ci-après. Leur mise en contraste en manifeste les écarts, les points aveugles et les saillances.

Programme

[en téléchargement au format pdf ici]

Mercredi 7 décembre

9 h 30 – Accueil des participants

  • 10 h 00 – Ouverture du colloque, Bernard Falga, Directeur régional des affaires culturelles de Bourgogne-Franche-Comté
  • 10 h 15 – Introduction, Noël Barbe (CNRS, IIAC et DRAC de Bourgogne-Franche-Comté) et Jean-Louis Tornatore (Université de Bourgogne, CGC)

10 h 45 – 12 h 30 – Modération : Nicolas Adell (Université de Toulouse Jean Jaurès, LISST – CAS)

  • 10 h 45 – Berardino Palumbo (Université de Messine)
    Le manque de l’État : la construction institutionnelle du patrimoine en France vue de l’anarchisme polycentrique italien

11 h 30 – Pause

  • 11 h 45 – Michel Rautenberg (Université Jean Monnet – Saint-Etienne, CMW)
    Ethnologie impliquée, engagement et sociologie publique

14 h 00 – 17 h 45 – Modération : Philippe Poirrier (Université de Bourgogne, CGC)

  • 14 h 00 – Claudie Voisenat (CNRS, IIAC-LAHIC)
    Retour d’expérience : du patrimoine ethnologique au PCI, deux terrains et deux postures de recherche à trente ans d’intervalle
  • 14 h 45 – Véronique Moulinié (CNRS, IIAC – LAHIC)
    L’ethnologue, l’ethnopôle et le terrain : retour sur vingt ans d’expérience(s)

15 h 30 – Pause

  • 16 h 00 – Gaetano Ciarcia (CNRS, IMAF)
    La pesanteur de l’immatériel. Retour sur deux rapports d’étude (2006-2007)
  • 16 h 45 – Ce que la politique du patrimoine ethnologique rend visible. Projection du film de Samir Abdallah, Raffaele Ventura, Maurizio Lazzarato et Angela Melitopulos (1990) « Voyage au pays de la Peuge », présenté et commenté par Noël Barbe.

Jeudi 8 décembre

9 h 30 – Accueil des participants

10 h 00 – 12 h 30 – Modération : Gérard Lenclud (CNRS, LAS)

  • 10 h 00 – Jacques Cheyronnaud (CNRS, Centre Norbert Elias)
    Ethnomusicologie de la France et Mission du patrimoine ethnologique au « tournant » des années 1980
  • 10 h 45 – François Gasnault (IIAC-LAHIC)
    Variations administratives sur des thèmes anthropologiques ou la crise de conscience des musiciens revivalistes

11 h 30 – Pause

  • 11 h 45 – Christian Hottin (INP)
    Qu’a fait du patrimoine ethnologique l’administration du patrimoine ? Libres propos d’un ancien chef de la « Mission »

14 h 00 – 17 h 45 – Modération : Aurélie Dumain (Ethnopôle Réinventer les musées populaires, CMW)

  • 14 h 00 – Mériaux Maëlle (CRBC, Université Rennes 2)
    Une valorisation patrimoniale venue d’en bas : les archives sonores et audiovisuelles de Bretagne
  • 14 h 45 – Thomas Mouzard (DAC de Guyane)
    Encore un moment, patrimoine ethnologique en Guyane

15 h 30 – Pause

  • 16 h 00 – Nolwenn Pianezza (UAPV et UNIRIO)
    Le chercheur indigène et le positionnement réflexif lors de la documentation audiovisuelle – l’inventaire du patrimoine immatériel Guarani (Brésil)
  • 16 h 45 – Le Théâtre des Origines : Perrin Alranq, Marie Gaspa, Anna Wasniowska
    Peteta d’Oc, conférence théâtralisée sur le théâtre occitan, ses filiations et ses devenirs

Vendredi 9 décembre

9 h 30 – Accueil des participants

10 h 00 – 12 h 30 – Modération : Sylvie Sagnes (CNRS, IIAC-LAHIC)

  • 10 h 00 -– Tiphaine Barthélémy (Université de Picardie-Jules verne, CURAPP-ESS) et Manon Istasse (CURAPP-ESS)
    Mais où est donc passé le patrimoine ethnologique ? Une enquête en Picardie
  • 10 h 45 – Ouiza Galleze (CNRPAH – Alger)
    Le patrimoine culturel immatériel en Algérie : inventaires et éléments classés

11 h 30 – Pause

  • 11 h 45 – Grégoire Mayor (Musée d’ethnographie de Neuchâtel)
    Vertiges de l’humour et bouillonnements métaphoriques. Autour de « Bruits, Hors Champs et Secrets », trois expositions du MEN accompagnant le processus de construction du patrimoine culturel immatériel helvétique entre 2010 et 2015

14 h 00 – 16 h 00 – Modération : Vincent Chambarlhac (Université de Bourgogne, CGC)

  • 14 h 00 – Jean-Louis Tornatore (Université de Bourgogne, CGC)
    Comment hériter de la Mission du patrimoine ethnologique ? Concours intellectuel et politique
  • 14 h 45 – Noël Barbe (CNRS, IIAC, Drac de Bourgogne-Franche-Comté)
    Pour une épistémologie politique du patrimoine. De quelques points d’hérésie dans l’exercice
    patrimonial
  • 15 h 30 – Gérard Lenclud (CNRS, LAS)
    Conclusions

Les participants

  • Nicolas Adell, professeur d’anthropologie à l’université de Toulouse – Jean Jaurès, Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires – Centre d’anthropologie sociale
  • Perrine Alranq, comédienne, auteur, chercheuse, co-fondatrice du Théâtre des Origines
  • Noël Barbe, chercheur à l’Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain et conseiller à l’ethnologie à la DRAC de Bourgogne-Franche-Comté
  • Tiphaine Barthélémy, professeure d’anthropologie, Université de Picardie-Jules verne, Centre universitaire de recherche sur l’action publique et le politique – Épistémologie et sciences sociales
  • Vincent Chambarlhac, maitre de conférences en histoire contemporaine, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier
  • Jacques Cheyronnaud, directeur de recherche honoraire au Cnrs, Centre Norbert Elias
  • Gaetano Ciarcia, directeur de recherche au Cnrs, Institut des Mondes Africains
  • Aurélie Dumain, chargée de mission à l’Ethnopôle Réinventer les musées populaires, Département de Haute-Saône/Centre Max Weber, Lyon
  • François Gasnault, conservateur général du patrimoine, Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain – Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture
  • Marie Gaspa, comédienne, auteur, chorégraphe, co-fondatrice du Théâtre des Origines
  • Ouiza Galleze, maître de recherche en anthropologie, Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, Alger
  • Christian Hottin, directeur des études (conservateurs), Institut national du patrimoine
  • Manon Istasse, chargée de recherche contractuelle au Centre universitaire de recherche sur l’action publique et le politique – Épistémologie et sciences sociales
  • Gérard Lenclud, directeur de recherche honoraire au CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale
  • Grégoire Mayor, conservateur adjoint au Musée d’ethnographie de Neuchâtel, Suisse
  • Maëlle Mériaux, doctorante, Centre de recherche bretonne et celtique, Université de Rennes 2
  • Véronique Moulinié, directrice de recherche au Cnrs, Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain – Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture
  • Thomas Mouzard, conseiller à l’ethnologie, Direction des Affaires Culturelles de Guyane
  • Berardino Palumbo, professeur d’anthropologie sociale, Département COSPECS, Université de Messine, Italie
  • Nolwenn Pianezza, doctorante à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse et l’université de Rio (Brésil)
  • Philippe Poirrier, professeur d’histoire contemporaine à Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier
  • Michel Rautenberg, professeur de sociologie, Université Jean Monnet – Saint-Etienne, Centre Max Weber
  • Sylvie Sagnes, chargée de recherche au Cnrs, Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain – Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture
  • Jean-Louis Tornatore, professeur d’anthropologie à l’Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier
  • Claudie Voisenat, chercheure à l’Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain – Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture
  • Anna Wasniowska, auteur, metteur en scène, comédienne, co-fondatrice du Théâtre des Origines

Entrée libre, sans inscription,
dans la limite des places disponibles

Workshop: Du paysage culturel au paysage urbain historique

Du paysage culturel au paysage urbain historique

Quand les territoires deviennent patrimoine

Jeudi 15 décembre 2016

Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville

(Salle des enseignants)

Programme : programme_du-paysage-culturel-au-paysage-urbain-historique_def

9h30 – Accueil et présentation du séminaire

Nathalie Lancret & Vincent Négri

Session 1 [10h-12h30] – Du paysage au patrimoine : le paysage culturel

Modération : Jérôme Fromageau

. Le paysage comme bien commun (Anne Sgard)

. Les sources archéologiques du paysage (Thierry Odiot)

. Les figures du paysage culturel en Asie du Sud-Est (Adèle Esposito)

. Le paysage culturel en contexte néolibéral (Agung Wardana)

Session 2 [14h-16h30] – Quand les territoires deviennent patrimoine

Modération : Charles Goldblum

. Du territoire de la ville au paysage urbain (Vincent Veschambres)

. Dynamiques citoyennes de la construction du patrimoine (Anne Hertzog)

. Identités patrimoniales des territoires (Philippe Vergain)

. Inventorier le patrimoine ou le paysage ? (Julie Guiyot-Corteville & Philippe

Ayraut)

Conclusions

Marie Cornu

Intervenant(e)s

Philippe Ayraut, Photographe au service Patrimoines et Inventaire, Région Île-de-France

Marie Cornu, Directrice de recherche CNRS à l’ISP (UMR 7220, ENS Cachan, Université Paris

Ouest Nanterre)

Adèle Esposito, Chargée de recherche CNRS, UMR AUSser

Jérôme Fromageau, Chercheur associé à l’ISP, Président de la Société internationale pour

la recherche sur le droit du patrimoine culturel et le droit de l’art

Charles Goldblum, Professeur émérite, chercheur associé à l’UMR AUSser

Julie Guiyot-Corteville, Chef du service Patrimoines et Inventaire, Région Île-de-France

Anne Hertzog, Maître de Conférences, Sciences de l’homme et de la société, Université de

Cergy-Pontoise

Nathalie Lancret, Directrice de de recherche CNRS, UMR AUSser

Vincent Négri, Chercheur CNRS à l’ISP (UMR 7220, ENS Cachan, Université Paris Ouest

Nanterre)

Thierry Odiot, Archéologue, ministère de la culture, DRAC Languedoc-Roussillon Midi

Pyrénées

Anne Sgard, Professeur de géographie à l’université de Grenoble

Vincent Veschambres, Directeur du Rize, Ville de Villeurbanne, UMR EVS

Philippe Vergain, Chef du service Inventaire du patrimoine, Région Rhône-Alpes Auvergne

Agung Wardana, Doctorant, Murdoch University, Asia Research Centre

Inscriptions:

L’inscription au séminaire est fortement encouragée.

Merci d’envoyer un e-mail à: adele.esposito@cnrs.fr

Workshop: Heritage and Socialism

http://www.herder-institut.de/veranstaltungen-ausstellungen/workshops/2016/heritage-studies-and-socialism.html

In the last decade, heritage studies have emerged as a field of cross-disciplinary research covering the topics including the built environment, museums and collections, urban planning,
memory, and tourism. This workshop brings together both early career researchers and established researchers for a discussion about the concept of heritage in relation to the
Eastern and Central European region. In light of the different traditions in heritage policies and property rights, what notion of heritage do we employ for the study of heritage
in socialist and post-socialist societies? Using this question as a point of departure, the presentations seek to critically engage with the field of heritage studies and reflect on core
concepts such as authenticity and originality. We discuss the advantages and limitations of these approaches when applied to the (post-) socialist context, while also bringing together
alternative approaches from the examples presented during the workshop.
Organised by:
Dr. Eszter Gantner, Corinne Geering M.A., Dr. Paul Vickers
Herder Institute for Historical Research on East Central Europe –
Institute of the Leibniz Association, Marburg
International Graduate Centre for the Study of Culture (GCSC),
Justus Liebig University Giessen
Imre Kertész Kolleg, Friedrich Schiller University Jena
Leibniz Research Alliance “Historical Authenticity”

Publication: Ambivalences patrimoniales

Parution : Ambivalences patrimoniales au Sud, Paris : IRD – Karthala.
En  voici la présentation :
Ambivalences patrimoniales au Sud. Mises en scène et jeux d’acteurs

  1. Guillaud, D. Juhé-Beaulaton, M.-C. Cormier-Salem et Yves Girault (éds.)

En s’appuyant sur des objets extrêmement variés (territoires, ressources végétales ou animales, archives ou collections, sites archéologiques ou éléments immatériels dérivés de la culture et de l’histoire, comme l’esclavage ou encore la gastronomie), l’ouvrage se penche sur les dynamiques de patrimonialisation et les multiples contradictions, conflits et compétitions, parfois irréductibles, que celles-ci provoquent. D’un côté, les traités internationaux sur la diversité génétique et le patrimoine naturel ou culturel, par leurs implications éthiques et juridiques, notamment en termes de propriété intellectuelle, sont l’objet d’interprétations contrastées, signalant la confrontation entre droit international, politiques nationales et règles locales. D’un autre côté, dans les espaces stratégiques, tels que les parcs nationaux, se nouent des enjeux multiples et changeants avec les politiques qui les animent. Quant aux sites archéologiques, ils s’inscrivent souvent dans une double logique de concurrence : les patrimoines universels que la diachronie révèle s’opposent  à d’autres usages, en particulier économiques, du territoire. Toutes ces constructions patrimoniales ont en commun d’impliquer une mise en scène visant à les faire voir et reconnaître, mises en scène qu’orchestrent ou instrumentalisent une série d’acteurs, institutions, communautés locales voire les chercheurs eux-mêmes. L’ouvrage parcourt ainsi, à travers des exemples puisés dans différents terrains, Cambodge, Zanzibar, Guinée et Guinée-Bissau, Ethiopie, Sénégal, Equateur, Lybie, Tunisie mais aussi les salins narbonnais, ou encore les coulisses des grandes expéditions naturalistes françaises, les logiques, ambiguïtés et polyvalences de la patrimonialisation. Il confirme au final la vocation particulièrement stratégique du patrimoine, et révèle les multiples tensions et mutations que son invocation enclenche dans les territoires et les sociétés du monde.

  1. Guillaud et  M.-C. Cormier-Salem sont géographes à l’IRD, D. Juhé-Beaulaton  est historienne au CNRS et Yves Girault muséologue au MNHN de Paris. Ils ont déjà édité plusieurs ouvrages sur les questions patrimoniales aux éditions de l’IRD, Karthala et La Discussion.

Pour info :

La Deuxième séance des Débats du CAK ( Centre Alexandre-Koyré ) sera consacré à la présentation de ce livre. Elle aura lieu Mercredi 14 décembre 2016, de 10h à 12h

5e étage du 27 rue DamesmeParis 13e.

Qu’est-ce qu’un patrimoine au Sud? Débat avec Dominique Guillaud (MNHN, PALOC – IRD) et Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS, Eco-anthropologie et ethnobiologie)

Ambivalences patrimoniales au Sud : mises en scène et jeux d’acteurs (IRD-Karthala, 2016)

Discutants :  

Guillaume Blanc (EHESS, CRH) et Hélène Guillemot (CNRS, CAK)

Symposium : “Le code de déontologie de l’ICOM pour les musées, 1986-2016. L’universalité de la déontologie au service du patrimoine”, Genève, 7 & 8 décembre 2016

Colloque international

Le code de déontologie de l’ICOM pour les musées, 1986-2016. L’universalité de la déontologie au service du patrimoine,

Genève, 7 & 8 décembre 2016

Colloque placé sous l’égide du Conseil international des musées, organisé par les Musées d’art et d’histoire de Genève, la Chaire UNESCO de l’Université de Genève en droit international des biens culturels et  l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP – UMR 7220, ENS Cachan, Université Paris Ouest Nanterre),

sous le haut patronage de la Société internationale pour la recherche en droit du patrimoine culturel et droit de l’art (ISCHAL).

——————————-

Voir ci-joint le programme détaillé du colloque ainsi que l’annonce du colloque, en format ‘save the date’.

programme-du-colloque_30-ans-code-icom

savethedate_def

 

Grant: One PhD position “PatriMondial” -University of Geneva or Neuchâtel

Call for applications for one PhD position within the project  “PatriMondial : L’invocation du mondial dans le Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO » at the University of Geneva or Neuchâtel
The application deadline is: 15/11/2016
https://jobs.unige.ch/www/wd_portal.show_job?p_web_site_id=1&p_web_page_id=24039 <https://jobs.unige.ch/www/wd_portal.show_job?p_web_site_id=1&p_web_page_id=24039>

 

Exhibition: Art+Casamance : nouvelle exposition

La suite de l’aventure “Art+Casamance” avec la présentation virtuelle de la collection de John Lucas Eichelsheim : http://www.artcasamance.net/#Accueil

Oeuvres aux sujets, à l’esthétique, aux matières, et à la qualité diversifiés, la collection de John Lucas Eichelsheim est emblématique de la création artistique bouillonnante de l’Afrique contemporaine. Ce chercheur d’origine hollandaise installé depuis une trentaine d’années en Casamance s’est constitué au fil de rencontres humaines et de coups de cœur une collection de plus de 120 objets d’art, commentée ici par John Lucas lui même, et analysée par Audrey Boucksom (Historienne de l’art, spécialiste des arts touristiques africains et co-auteure du portfolio), Djibril Coudiaby (artiste, metteur en scène, et initiateur du futur musée des arts de Ziguinchor), Hervé Di Rosa, (artiste, collectionneur et co-fondateur du MIAM), Ndoumbe Lô (marchands d’art à Ziguinchor), et par Clara et Marie (Citoyennes de Ziguinchor).

CFP: Re-enchantment, ritualisation, heritage-making: processes of tradition reconfiguration in Europe: historical and ethnographic examples, SIEF 2017

Göttingen
SIEF 2017 13th Congress
26-30 March 2017
Dead-line: 7 november 2016
Re-enchantment, ritualisation, heritage-making: processes of tradition reconfiguration in Europe: historical and ethnographic examples
 
Convenors
  • Alessandro Testa (University of Vienna) email
  • Cyril Isnart (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative) email

Mail All Convenors

Discussant Sharon Macdonald

Short Abstract

Re-enchantment, ritualisation, and heritage-making are some of the concepts social scientists can use nowadays to better understand the dynamics of cultural transformations in late-modern societies. The panel aims to open new interpretative paths to question such dynamics in Europe.

Long Abstract

The aim of this panel is to gather and discuss historically and ethnographically informed papers about the symbolic, political, and religious reconfiguration of European “traditions” in the broad emic and etic senses of the word.

Invention (Hobsbwam and Ranger dir. 1988), revitalisation (Boissevain dir. 1992), commodification (Comaroff and Comaroff dir. 2009), bureaucratisation (Herzfeld 1992), and ʻpast presencingʼ (Macdonald 2013) are among the main concepts social scientists use to interpret and understand the dynamics of cultural transformations in late-modern societies. We have chosen to focus on alternative paradigms, i.e. re-enchantment, ritualisation, and heritage-making, which can open the discussion up to the symbolic and sensitive dimensions of cultural dynamics.

The panel also aims to rethink the theoretical scope and significance of these notions vis-à-vis the more classical concepts that link culture to economics or politics. This will be done on the basis of the sources and evidence informing the ethnographic and historical case studies presented in the papers. How are magic and supernatural powers publicly experienced? How can the ritualisation of a craft interweave with its commodification? What place do individuals’ sensations and feelings have in the construction and demonstration of cultural commons?

Speakers are encouraged to present cases from rural as well as urban contexts. Papers problematising both institutional/well-established and new/unofficial religions, crafts, food, monuments, as well as representations of nature are welcome. We also invite potential speakers to present not only examples of UNESCO heritage-making or NGO development policies, but also others concerning local, regional, or national groups and associations.

Agenda: événements du labex Les passés dans le présent – Octobre 2016

Veuillez trouver, ci-joint, le numéro 20 de l’agenda mensuel du labex Les passés dans le présent qui récapitule les événements du labex pour le mois d’octobre 2016: agenda-du-labex-les-passes-dans-le-present-octobre-2016