Tag Archives: Musée du Quai Branly

Grant : bourses doctorales et postdoctorales du musée du quai Branly

Chers collègues,

Vous trouverez ci-dessous l’appel à candidatures 2012 pour les bourses doctorales et postdoctorales du musée du quai Branly. Pour des raisons techniques, les formulaires à télécharger ne seront disponibles sur le site du département de la recherche que vendredi prochain.

J’attire par ailleurs votre attention sur le fait que cette année, le musée inaugure un partenariat avec la fondation Bruno Roger pour offrir et financer une dizaine de bourses doctorales d’aide au “terrain” (ethnographique et historiographique). Ces bourses, attribuées par un comité scientifique indépendant, seront approximativement d’un montant de 15000 euros chacune. L’appel à candidatures devrait être mis en ligne courant avril 2012 pour des résultats annoncés en octobre prochain.

Bien cordialement, lb.

APPEL D’OFFRE
ANNEE UNIVERSITAIRE 2012 – 2013

Bourses d’études du musée du quai Branly

Le musée du quai Branly propose chaque année des bourses doctorales et postdoctorales destinées à aider des doctorants et de jeunes docteurs à mener à bien des projets de recherche originaux et innovants.

Les disciplines concernées sont : l’anthropologie, l’ethnomusicologie, l’histoire de l’art, l’histoire, l’archéologie (à partir du néolithique), la sociologie, les arts du spectacle.

Les domaines de recherche privilégiés sont : les arts occidentaux et extra-occidentaux, les patrimoines matériels et immatériels, les institutions muséales et leurs collections, les rituels religieux, la technologie et la culture matérielle.

Les projets particulièrement susceptibles de tirer parti de l’environnement du musée du quai Branly seront examinés avec la plus grande attention.

Les candidats sélectionnés devront fournir au département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly un rapport d’activité détaillé de leurs recherches au terme de la bourse.

Les bourses doctorales

Trois bourses doctorales sont destinées à soutenir des doctorants en fin de thèse inscrits au moins en troisième année pour l’année universitaire 2011-2012 (dans une université française ou étrangère). Ces bourses sont une aide à la rédaction et excluent les recherches de terrain et d’archive.

Ces bourses doctorales sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible, du 1er octobre au 30 septembre. Elles étaient en 2011 d’un montant mensuel de 1300 euros net. Elles sont allouées après évaluation et sélection des dossiers par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly. Aucune condition de nationalité n’est exigée. La liste des candidats sélectionnés sera affichée sur le site web du musée du quai Branly et diffusée le 1er juillet.

Les bourses postdoctorales

Le musée du quai Branly propose cinq bourses postdoctorales à de jeunes docteurs désirant travailler sur un projet de recherche accueilli au musée. L’une d’entre elles est financée par Madame Nahed Ojjeh, grand bienfaiteur de la Société des Amis du musée du quai Branly.

Ces bourses postdoctorales sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible du 1er octobre au 30 septembre, et étaient en 2011 d’un montant mensuel de 1700 euros net (sous forme d’un CDD). Elles sont allouées après évaluation et sélection des dossiers par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly. Aucune condition de nationalité n’est exigée. Le candidat peut solliciter cette bourse jusqu’à cinq ans après la soutenance de sa thèse. Il ne pourra prendre ses fonctions au musée que sur présentation de son attestation de doctorat, ou le cas échéant, de son pré-rapport de soutenance.

MODALITÉS D’ENREGISTREMENT DES CANDIDATURES

Les demandes de bourses doctorales ou postdoctorales doivent être établies suivant un formulaire à télécharger, durant la période de l’appel d’offre, sur le site Internet du département de la recherche et de l’enseignement http://www.quaibranly.fr/fr/enseignement/bourses.html.

Pour être enregistré, le dossier de candidature complet doit obligatoirement faire l’objet d’un double envoi  avant le 2 mai 2012 à minuit :

– par voie électronique, à l’adresse suivante bourses@quaibranly.fr : il est demandé aux candidats de procéder au regroupement des différents documents du dossier de candidature en un seul fichier au format word ou pdf, ne dépassant pas 5Mo, et portant le nom et prénom du candidat.

– par courrier postal (avec mention `Candidature Bourse doctorale/postdoctorale’ portée sur l’enveloppe), avec le formulaire de candidature daté et signé, à l’adresse suivante :

musée du quai Branly
Département de la recherche et de l’enseignement
222, rue de l’Université
75343 Paris Cedex 07

La liste de l’ensemble des candidats admis à concourir sera affichée sur le site web du musée le 7 mai au soir. La liste des candidatures sélectionnées et retenues sera affichée sur le site web du musée du quai Branly et diffusée à compter du 1er juillet.

Research Grants
Academic year 2012 – 2013

Every year, the musée du quai Branly offers pre- and post-doctoral grants to help doctoral students and young Ph.D. graduates in pursuing innovative research projects.

The academic fields concerned are: anthropology, ethnomusicology, art history, history, archaeology, sociology, performance studies.

The research topics concerned are: Western and non-Western arts, material and immaterial heritage, museum institutions and their collections, technology, ritual and material culture.

The projects most likely to benefit from the environment of the musée du quai Branly will be examined with particular attention.

Laureates will be required to deliver a detailed scientific report to the museum’s research department at the end of the grant.

Predoctoral grants

Three predoctoral fellowships are offered to help doctoral students write up their dissertation; candidates must be at least in the third year of their doctoral program during the academic year 2011-2012 (in a university in France or abroad). The grant is not designed to fund fieldwork or archival research.

The predoctoral grants are limited to a period of 12 months (non renewable). They consist of a monthly allowance which in 2011 was of 1300 Euros net. They are awarded once the Museum’s Scientific Committee has assessed and selected applications.  There is no condition of nationality.

Postdoctoral grants

This year, the musée du quai Branly offers five postdoctoral fellowships to young scholars who would like to work on a research project hosted by the musée. One of these fellowships is funded by Mrs. Nahed Ojjeh, major benefactor of the Société des Amis du musée du quai Branly.
The postdoctoral grants are limited to a period of 12 months (non renewable). They consist of monthly allowance which in 2011 was of 1700 Euros net. They are awarded once the Museum’s Scientific Committee has assessed and selected applications. There is no condition of nationality. Applicants may apply for this grant for up to five years after their dissertation defense.

Applications modalities: how to register an application

Application forms can be downloaded from our website (www.quaibranly.fr).

To be registered, the complete application folder must be sent separately before May 2nd 2012 :

– electronically to the following address (bourses@quaibranly.fr): the different files will be gathered into a single one. This latter will be sent under specific format [Candidate’s NAME.doc or pdf], and it will be smaller than 5M0.

– by mail to the following address (mentioning `Candidature Bourse doctorale/postdoctorale’ on the envelope), the application form being dated and signed:

musée du quai Branly
Département de la recherche et de l’enseignement
222, rue de l’Université
75343 Paris Cedex 07
FRANCE

Successful candidates’ names will be posted on the museum’s website at the beginning of July 2012.

Advertisements

Seminar: Patrimoines matériels et immatériels en Asie centrale, du Sud et du Sud-Est. Rituels, Littératures de la voix, Musiques

Patrimoines matériels et immatériels en Asie centrale, du Sud et du Sud-Est.
Rituels, Littératures de la voix, Musiques

Nicole Revel & Dana Rappoport

1ÈRE J OURNÉE : L A TRANSMISSION EN ACTE DANS LES ARTS DE LA PERFORMANCE

Lundi 17 octobre 2011 (10h-17h)
EHESS, 190 avenue de France, Paris 13ème, 6ème étage, salle 640

10h-11h Nicole Revel (CNRS)
Propriétés d’immanence de la tradition épique orale comme fondement de la transmission

11h-12h Virginie Johan (Paris III)
La transmission en acte dans le théâtre Kūṭiyāṭṭam : l’exemple d’une répétition

12h-13h Gilles Delebarre (Cité de la Musique)
Une cité des musiques : construire un programme d’éducation musicale autour des musiques du monde dans un établissement public

14h30 William Tallotte (Paris IV-Sorbonne)
Les savoirs musicaux et leurs modes de transmission dans les temples du pays tamoul : l’exemple des joueurs de hautbois nāgasvaram

15h30 Avòunado Ngwâma (ethnographe)
Transmission de l’art verbal : l’exemple lissou (Marches tibétaines orientales, Nord du Myanmar, Rivière Nu Jiang, Yunnan, Confins indo-birmans et thaï-birmans)

16h30 Discussion

CENTRE ASIE DU SUD-EST (EHESS) / CERLOM (INALCO) / MUSÉE DU QUAI BRANLY

Conference: EXPOSER L’ESCLAVAGE : MÉTHODOLOGIES ET PRATIQUES, MQB, Paris

EXPOSER L’ESCLAVAGE : MÉTHODOLOGIES ET PRATIQUES
COLLOQUE INTERNATIONAL
en hommage à Edouard Glissant (1928-2011)
11,12 et 13 mai 2011
théâtre Claude Lévi-Strauss
musée du quai Branly
Dans le cadre de 2011 l’année des Outre-mer
Avec le soutien
des Services culturels de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique
et de la Délégation Permanente de Colombie à l’UNESCO
À l’occasion des dix ans de la loi du 21 mai 2001, votée à l’unanimité par le Parlement
français et qui portait à la reconnaissance de la traite négrière et de l’esclavage comme
« crime contre l’humanité », le Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CPMHE)
et le musée du quai Branly se sont associés pour organiser un colloque international autour
du thème « Exposer l’esclavage ».
Les traites et l’esclavage ont profondément transformé la cartographie du monde, ils ont
globalisé des économies, ont affecté le droit, la philosophie, les arts et mis en contact des
cultures, des langues, des savoirs et des croyances. Ces dernières décennies, les historiens
ont renouvelé le regard sur ces siècles d’histoire, en relisant les archives et en ouvrant de
nouvelles pistes de recherche. Leurs travaux ont enrichi la muséographie de l’esclavage et
ceux des artistes, romanciers et cinéastes.
Les héritages de l’esclavage sont complexes et multiples : expérience de l’exil et de la
déportation, création de nouvelles cultures, croyances et savoirs, les sociétés et cultures
créoles en sont des témoins. La lutte incessante des esclaves pour leur liberté a contribué à
l’extension des idéaux de la démocratie et le mouvement antiesclavagiste fut l’un des
premiers grands mouvements internationaux pour les droits humains.
Un tel bouleversement ne peut qu’interpeller le musée, lieu d’exposition, de débats et
d’échanges, lieu de citoyenneté.
La muséographie de la traite négrière, de l’esclavage et de leur abolition soulève de
nombreuses questions que ce colloque se propose d’examiner. Comment l’esclave « entre-til
au musée » ? Comment montrer la torture, les punitions, l’exil, la perte, la résistance, la
complicité, la création et leurs traces contemporaines. Comment penser la temporalité et
l’espace de l’exhibition : commencer par quoi, quand, et en quel lieu ?
Le colloque réunira des responsables de musée, des chercheurs, des artistes et des
intellectuels de pays d’Afrique, des Amériques, d’Europe, de la France et des outre-mer.
On s’interrogera dans un premier temps sur les questions suivantes : « Y a-t-il une
nécessité à exposer l’esclavage ? Pourquoi ? Quels esclavages? Pour quels publics ? » Ce
débat posé, il s’agira ensuite de confronter des expériences concrètes de muséographie
dans des institutions et de lieux de mémoire, puis de réfléchir avec des artistes et des
chercheurs sur des exemples de création et de médiation portant sur l’esclavage.
Le colloque s’organisera autour de tables rondes, dédiées chacune à un aspect de la
question de la mise en musée de l’esclavage.
Chacune de ces séances sera introduite par un exposé synthétique, suivie d’une table ronde
associant une demi-douzaine d’intervenants. Une synthèse et une discussion générales
clôtureront ce colloque dont les actes devraient faire l’objet d’une publication.

Mercredi 11 mai

9h15 café d’accueil

9h30-10h00
Ouverture
Stéphane MARTIN, président du musée du quai Branly
S.E. l’Ambassadrice Sonia SARMIENTO, Délégué Permanent de Colombie à l’UNESCO
Daniel MAXIMIN, romancier, essayiste et poète français de la Guadeloupe, commissaire
2011 de l’année des outre-mer
Françoise VERGÈS, politologue, présidente du Comité pour la mémoire et l’histoire de
l’esclavage – CMPHE

10h00-10 :45
Exposé inaugural
Doudou DIÈNE, créateur programme UNESCO « Routes de l’esclave », Rapporteur Spécial
des Nations unies sur les formes contemporaines de racisme (2002-2008)

11h00-13h00
Approches transdisciplinaires
Pourquoi l’esclavage devrait-il entrer au musée ? Faut-il consacrer des musées à l’esclavage
ou faut-il introduire cette histoire dans les musées déjà existants ? L’esclavage doit-il être
considéré sous toutes ses formes, esclavage de dette, esclavage sexuel, esclavage
économique.., en tout temps, Antiquité, moderne, contemporain.., ou faut-il se concentrer sur
un temps, esclavage colonial et ses héritages? Quels devraient être les grands principes
d’exposition à respecter ? Qui sont les publics d’un musée de l’esclavage ? Quels sont les
liens à faire avec les nouvelles formes d’exploitation et de servitude ? Comment distinguer
esclavage, travail forcé et exploitation ?
Présentation et Modérateur :
Françoise VERGÈS, politologue, présidente CMPHE
Intervenants :
Ibrahima THIOUB, enseignant-Chercheur au Département d’Histoire – UCAD, Sénégal
Okwui ENWEZOR, commissaire d’exposition, historien d’art, Commissaire général de la
prochaine édition de « La Triennale de Paris »
Carlos A. CELIUS, chercheur en histoire et en histoire de l’art, affilié au CELAT – Centre
interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions, Université Laval, Québec
et au CIRESC – Centre international de recherches sur les esclavages, EHESS-CNRS,
Paris.
Achille MBEMBE, historien, philosophe, Université du Witwatersrand de Johannesburg,
Afrique du Sud
Carpanin MARIMOUTOU, écrivain, poète, professeur de littérature à l’Université de la
Réunion, UMR 8143 CNRS
Roger TOUMSON, écrivain, Guadeloupe

13h00- 14h30 Déjeuner

15h00-18h30
Pratiques, méthodes, discours de l’exposition – 1
Cette session sera consacrée à la présentation d’expériences concrètes de scénographie de
l’esclavage : quelles sont les difficultés et les controverses rencontrées et les réponses
imaginées et mises en oeuvre ? D’où viennent les résistances ? Comment montrer la
capture, les punitions, la torture et des sentiments comme la peur, la colère, le désespoir ?
Comment montrer les éléments immatériels des cultures ? Comment montrer les
résistances ? Comment rendre compte des traces, des fragments de vie, des aspects de la
culture immatérielle ? Comment montrer les héritages complexes et multiples ?
Présentation : Christine CHIVALLON, anthropologue et géographe au Centre d’Etude
d’Afrique Noire CEAN-CNRS, France
Modérateur : Ayoko MENSAH, rédactrice en chef du magazine Afriscope et responsable
éditoriale de la rubrique danse à Africultures, France
Intervenants :
Marcus WOOD, historien de l’art, professeur à l’Université de Sussex, Royaume-Uni,
Fred WILSON, artiste conceptuel, Bronx, NY, Etats-Unis
Stephen CARL-LOKKO – conservateur des collections du International Slavery Museum,
Liverpool, Royaume-Uni
Marie Hélène JOLY, directrice, musée des ducs de Bretagne, Nantes, France
Claire TANCONS, commissaire d’exposition, chercheuse, curatrice au Contemporary Arts
Center, Nouvelle Orléans, Etats-Unis
François HUBERT, directeur du musée d’Aquitaine, France

Jeudi 12 mai

9h30-13h00
Pratiques méthodes, discours de l’exposition – 2
La discussion se poursuivra sur les thèmes décrits pour la table ronde précédente.
Présentation : Olivier SULTAN, directeur du Musée des arts derniers, France
Modérateur : Dominique MALAQUAIS, historienne d’art et politologue, chercheuse au
Centre d’Etudes des Mondes Africains, CEMAf / CNRS, France
Intervenants :
Milton GURAN, anthropologue, photographe, Brésil
Mauricio TOVAR, Responsable des publics Archivo General de la Nacion à Bogotà,
Colombie
Têtê WILSON BAHUN, président association pour la sauvegarde du patrimoine culturel
africain – ACOFIN, Togo, Bénin
Diana ACOSTA MIRANDA, Sécretaire de Culture, Patrimoine et Tourisme, Ville de
Baranquilla, Colombie : Carnaval de Baranquilla et Palenque, Colombie
John FRANKLIN, National Smithsonian Museum of African American History and Culture
Jacky DAHOMAY, philosophe, professeur de chaire supérieure au Lycée de Bainbridge,
Guadeloupe
Anna SEIDERER, chercheuse au centre de recherche Créart-Phi à Paris-X Nanterre,
France, collaborateur scientifique au Musée royal de l’Afrique centrale

13h00 -14h30 déjeuner

14h30-15h30
Exposer l’esclavage dans les outre-mer
Modérateur : François DURPAIRE, historien, écrivain, membre du CPMHE, France
Dominique TAFFIN, directrice, Archives départementales de la Martinique
Matthieu DUSSAUGE, directeur Musée Schoelcher, Pointe à Pitre, Guadeloupe
Marie-Paule JEAN-LOUIS, conservateur en chef du patrimoine, directrice du Musée des
cultures guyanaises

16h00-19h00
Présentation des livres et objets des collections du musée du quai Branly autour de la
traite et de l’esclavage dans le salon de lecture Jacques Kerchache – sur inscription
uniquement à anna.laban@quaibranly.fr

Vendredi 13 mai

9h30-13h30
Création/Médiation.
Présentation par des artistes, compositeurs, musiciens, plasticiens, vidéastes, de leur
travail de création et de médiation.
Modérateur : Bernard MULLER, anthropologue, EHESS, France
Intervenants :
Claudia NAVAS COURBON, artiste Colombie
Romuald HAZOUME, artiste plasticien, Bénin
Barthélémy TOGUO, artiste plasticien, Cameroun/ Paris, France
Shuck One, artiste, Paris/Guadeloupe
Jack BENG THI, artiste plasticien, La Réunion
William Adjete WILSON, artiste, “L’Océan noir”, France-Togo-Bénin
Jacques SCHWARZ-BART, musicien, Guadaloupe/New York

13h30-15h00
Déjeuner

15h00-15h45
Synthèse générale
Bogumil JEWSIEWICKI, professeur, Université de Laval, Canada

15h45-16h45
Discussion générale et débat avec le public

16:45-17:30
Clôture

Ministre de la Culture et de la Communication (sous réserve)
Ministre de l’Outre-mer – (sous réserve)
Christiane TAUBIRA – rapporteuse de la loi de mai 2001
Maryse CONDÉ, écrivain, présidente du CPMHE en 2004-2008

Grant: Research Grants musée du quai Branly 2011 2012

Research Grants 2011-2012

Every year, the musée du quai Branly offers pre- and post-doctoral grants to help doctoral students and young Ph.D. graduates in pursuing innovative research projects.

The academic fields concerned are: anthropology, ethnomusicology, art history, history, archaeology, sociology, performance studies.

The research topics concerned are: Western and non-Western arts, material and immaterial heritage, museum institutions and their collections, technology and material culture.

The projects most likely to benefit from the environment of the musée du quai Branly will be examined with particular attention.

Laureates will be required to deliver a detailed scientific report to the museum’s research department at the end of the grant.

Predoctoral grants

Three predoctoral fellowships are offered to help doctoral students write up their dissertation; candidates must be at least in the third year of their doctoral program during the academic year 2011-2012 (in a university in France or abroad). The grant is not designed to fund fieldwork or archival research.

The predoctoral grants are limited to a period of 12 months (non renewable). They consist of a monthly allowance which in 2010 was of 1300 Euros net. They are awarded once the Museum’s Scientific Committee has assessed and selected applications.  There is no condition of nationality.

Postdoctoral grants

This year, the musée du quai Branly offers five postdoctoral fellowships to young scholars who would like to work on a research project hosted by the musée. One of these fellowships is funded by Mrs. Nahed Ojjeh, major benefactor of the Société des Amis du musée du quai Branly.

The postdoctoral grants are limited to a period of 12 months (non renewable). They consist of monthly allowance which in 2010 was of 1700 Euros net. They are awarded once the Museum’s Scientific Committee has assessed and selected applications. There is no condition of nationality. Applicants may apply for this grant for up to five years after their dissertation defense.

Applications modalities: how to register an application

Application forms can be downloaded from our website (www.quaibranly.fr).

download the  form for predoctoral grants

download the form for post-doctoral grants

To be registered, the complete application folder must be sent separately before May 2nd 2011[2]:

– electronically to the following address (bourses(at)quaibranly.fr): the different files will be sent under specific format [Candidate’s NAME.doc or pdf]. The complete application folder will be smaller than 5M0.

– by mail to the following address (mentioning ‘Candidature Bourse doctorale/postdoctorale’ on the envelope), the application form being dated and signed:

musée du quai Branly
Département de la recherche et de l’enseignement
222, rue de l’Université
75343 Paris Cedex 07
FRANCE

Successful candidates’ names will be posted on the museum’s website at the beginning of July 2011.

 

ANNEE UNIVERSITAIRE 2011 – 2012
Bourses d’études du musée du quai Branly

Le musée du quai Branly propose chaque année des bourses doctorales et postdoctorales destinées à aider des doctorants et de jeunes docteurs à mener à bien des projets de recherche originaux et innovants.

Les disciplines concernées sont : l’anthropologie, l’ethnomusicologie, l’histoire de l’art, l’histoire, l’archéologie, la sociologie, les arts du spectacle.

Les domaines de recherche privilégiés sont : les arts occidentaux et extra-occidentaux, les patrimoines matériels et immatériels, les institutions muséales et leurs collections, la technologie et la culture matérielle.

Les projets particulièrement susceptibles de tirer parti de l’environnement du musée du quai Branly seront examinés avec la plus grande attention.

Les candidats sélectionnés devront fournir au département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly un rapport d’activité détaillé de leurs recherches au terme de la bourse.

Les bourses doctorales

Trois bourses doctorales sont destinées à soutenir des doctorants en fin de thèse inscrits au moins en troisième année pour l’année universitaire 2011-2012 (dans une université française ou étrangère). Ces bourses sont une aide à la rédaction et excluent les recherches de terrain et d’archive.

Ces bourses doctorales sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible, du 1er octobre au 30 septembre. Elles étaient en 2010 d’un montant mensuel de 1300 euros net. Elles sont allouées après évaluation et sélection des dossiers par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly. Aucune condition de nationalité n’est exigée. La liste des candidats sélectionnés sera affichée sur le site web du musée du quai Branly et diffusée au début du mois de juillet.

Les bourses postdoctorales

Le musée du quai Branly propose cette année cinq bourses postdoctorales à de jeunes docteurs désirant travailler sur un projet de recherche accueilli au musée. L’une d’entre elles est financée par Madame Nahed Ojjeh, grand bienfaiteur de la Société des Amis du musée du quai Branly.

Ces bourses postdoctorales sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible du 1er octobre au 30 septembre, et étaient en 2010 d’un montant mensuel de 1700 euros net (sous forme d’un CDD). Elles sont allouées après évaluation et sélection des dossiers par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly. Aucune condition de nationalité n’est exigée. Le candidat peut solliciter cette bourse jusqu’à cinq ans après la soutenance de sa thèse. Il ne pourra prendre ses fonctions au musée que sur présentation de son attestation de doctorat, ou le cas échéant, de son pré-rapport de soutenance.

MODALITÉS D’ENREGISTREMENT DES CANDIDATURES

Les demandes de bourses doctorales ou postdoctorales doivent être établies suivant un formulaire à télécharger, durant la période de l’appel d’offre, sur notre site Internet www.quaibranly.fr.

Pour être enregistré, le dossier de candidature complet doit obligatoirement faire l’objet d’un double envoi[1] avant le 2 mai 2011 à minuit :

– par voie électronique, à l’adresse suivante bourses@quaibranly.fr : les différents fichiers seront adressés en format word ou pdf, intitulés chacun du nom du candidat et numérotés. L’ensemble du dossier de candidature ne dépassera pas 5Mo.

– par courrier postal (avec mention `Candidature Bourse doctorale/postdoctorale’ portée sur l’enveloppe), avec le formulaire de candidature daté et signé, à l’adresse suivante :

musée du quai Branly
Département de la recherche et de l’enseignement
222, rue de l’Université
75343 Paris Cedex 07

La liste de l’ensemble des candidats admis à concourir sera affichée sur le site web du musée le 6 mai au soir. La liste des candidatures sélectionnées et retenues sera affichée sur le site web du musée du quai Branly et diffusée au début du mois de juillet.

Conference: « La Préhistoire des Autres» – 18-19 janvier au musée du quai Branly

Madame, Monsieur,

Nous avons le plaisir de vous adresser le programme du colloque international « La Préhistoire des autres » comment l’archéologie et l’anthropologie abordent le passé des sociétés non occidentales, que le musée du quai Branly et l’Inrap organisent les 18 et 19 janvier prochains.

http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources-multimedias/Conferences-et-colloques/p-12271-La-Prehistoire-des-autres.htm

En espérant avoir le plaisir de vous y accueillir, nous vous souhaitons une excellente nouvelle année 2011.

L’équipe du colloque

Entrée libre : l’inscription en ligne sur www.inrap.fr permet un accès prioritaire au Théâtre Claude Lévi-Strauss du musée du quai Branly.
Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter Martine Scoupe par téléphone au + 33 (0) 1 40 08 80 00 ou par courriel :
developpement.culturel@inrap.fr

Dear Sir/Madam:

It is our pleasure to send you the Program of the International
Conference “The Prehistory of Others: How Archaeology and AnthropologyAddress the Past in non-Western Societies”. The conference, organised by the Musée du quai Branly and the Inrap, will be presented at the Musée du Quai Branly on January 18 and 19.

http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources-multimedias/Conferences-et-colloques/p-12271-La-Prehistoire-des-autres.htm

We look forward to welcoming you and wish you a Happy New Year.

The Conference Team
Admission is free and signup is online at www.inrap.fr for priority access to the Theatre of Claude Levi-Strauss Musée du Quai Branly.
For further information, please contact Martine Scoupe at + 33 (0) 1 40 08 80 00 or email: developpement.culturel@inrap.fr

Anna Gianotti Laban
___________________

Chargée des manifestations scientifiques
et de l’enseignement
* m u s é e d u q u a i B r a n l y
222 rue de l’Université
75343 Paris cedex 07
Tél. 01 56 61 70 24
Courriel : anl@quaibranly.fr
www.quaibranly.fr<http://www.quaibranly.fr/>

CFP: « Etudier, préserver et présenter le Tapa » – Journées d’étude, musée du quai Branly, Paris – 7 et 8 avril 2011

« Etudier, préserver  et présenter le Tapa »

Journées d’étude, musée du quai Branly, Paris
7 et 8 avril 2011

Appel à communication

Le musée du quai Branly organise les 7 et 8 avril 2011 deux journées d’étude
autour des étoffes d’écorce battue (tapa).
Matériau emblématique du monde océanien, présent également en Afrique en
Asie et en Amérique latine, le tapa entre assez tôt dans les collections des
musées grâce aux découvreurs européens des XVIIIe et XIXe siècles.
Aujourd’hui, étudier, conserver et exposer ces pièces historiques -ou
d’autres plus contemporaines- soulève de nombreuses questions au sein des
équipes de conservateurs comme de restaurateurs. C’est dans cette double
perspective scientifique et technique, que seront abordées ces journées.
Ainsi, une réflexion sera menée tant sur les usages, les styles ou le
renouveau in situ du tapa que sur les diverses de méthodes de conservation
ou de traitement des altérations de ces étoffes et de leurs modes de
présentation dans les musées.

Ces journées devraient permettre de présenter une synthèse des recherches en
cours, des cas pratiques et de susciter des échanges concrets et un partage
d’expérience autour des différentes options de stockage, de restauration, de
présentation et de production contemporaine des tapa.

Le programme se répartira entre communications plénières en matinée, tables
rondes et discussions en atelier autour de cas pratiques les après-midis.

Si vous êtes intéressés par la présentation de vos recherches ou de votre
expérience dans le domaine de la production, la conservation, la
restauration ou l’exposition des tapa, nous vous remercions de nous adresser
le titre de votre communication ainsi qu’un résumé de 500 mots maximum ou
une proposition de poster sous la forme d’un résumé de 200 mots maximum,
ainsi qu’une courte biographie.

Date limite de dépôt des propositions : lundi 14 février 2011.

Votre proposition doit être adressée aux adresses suivantes :
magali.melan@quaibranly.fr et stephanie.ela@quaibranly.fr
Les communications présentées lors de ces journées feront l’objet d’une
publication en ligne sur le site du musée du quai Branly (www.quaibranly.fr)

Anna Gianotti Laban
___________________

Chargée des manifestations scientifiques
et de l’enseignement
* m u s é e  d u  q u a i  B r a n l y
222 rue de l’Université
75343 Paris cedex 07
Tél. 01 56 61 70 24
Courriel : a@quaibranly.fr
www.quaibranly.fr<http://www.quaibranly.fr/>

Research Grants and Postdoctoral Grants musée du quai Branly 2010-2011

APPEL D’OFFRE
ANNEE UNIVERSITAIRE 2010 – 2011

Bourses d’études du musée du quai Branly

Le musée du quai Branly propose chaque année des bourses doctorales et postdoctorales destinées à aider des doctorants et de jeunes docteurs à mener à bien des projets de recherche originaux et innovants.

Les disciplines concernées sont : l’anthropologie, l’ethnomusicologie, l’histoire de l’art, l’histoire, l’archéologie, la sociologie, le droit du patrimoine, les arts du spectacle.

Les domaines de recherche privilégiés sont : les arts occidentaux et extra-occidentaux, les patrimoines matériels et immatériels, les institutions muséales et leurs collections, la technologie et la culture matérielle.

Les projets particulièrement susceptibles de tirer parti de l’environnement du musée du quai Branly seront examinés avec la plus grande attention.

Les candidats sélectionnés devront fournir au département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly un rapport d’activité détaillé de leurs recherches au terme de la bourse.

Les bourses doctorales

Trois bourses doctorales sont destinées à soutenir des doctorants en fin de thèse inscrits au moins en troisième année pour l’année universitaire 2010-2011 (dans une université française ou étrangère). Ces bourses sont une aide à la rédaction et excluent les recherches de terrain et d’archive.

Ces bourses doctorales sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible, du 1er octobre au 30 septembre. Elles étaient en 2009 d’un montant mensuel de 1300 euros net. Elles sont allouées après évaluation et sélection des dossiers par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly. Aucune condition de nationalité n’est exigée. La liste des candidats sélectionnés sera affichée sur le site web du musée du quai Branly et diffusée au début du mois de juillet.

Les bourses postdoctorales

Le musée du quai Branly propose cette année cinq bourses postdoctorales à de jeunes docteurs désirant travailler sur un projet de recherche accueilli au musée. L’une d’entre elles est financée par Madame Nahed Ojjeh, grand bienfaiteur de la Société des Amis du musée du quai Branly.

Ces bourses postdoctorales sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible (1er octobre / 30 septembre) et sont d’un montant mensuel de 1700 euros net (sous forme d’un CDD). Elles sont allouées après évaluation et sélection des dossiers par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly. Aucune condition de nationalité n’est exigée. Le candidat peut solliciter cette bourse jusqu’à cinq ans après la soutenance de sa thèse. Il ne pourra prendre ses fonctions au musée que sur présentation de son rapport de pré-soutenance ou de son attestation de doctorat.

Les demandes de bourses doctorales ou postdoctorales doivent être établies suivant un formulaire à télécharger, durant la période de l’appel d’offre, sur notre site Internet www.quaibranly.fr, ou à demander par écrit à l’adresse suivante :

musée du quai Branly
département de la recherche et de l’enseignement
222, rue de l’Université
75343 Paris Cedex 07

Les dossiers complets doivent être adressés en 3 exemplaires au musée du quai Branly, Département de la recherche et de l’enseignement, 222, rue de l’Université, 75343 PARIS Cedex 07, et présentés dans des chemises. La liste des candidats sélectionnés sera affichée sur le site web du musée du quai Branly et diffusée au début du mois de juillet.

Date limite impérative d’envoi des dossiers au musée : le dimanche 2 mai 2010(le cachet de la poste faisant foi)

Conference : Patrimoine Culturel Immatériel et Musées – Musée du Quai Branly – Paris

PATRIMOINE IMMATÉRIEL ET MUSÉES

Expériences nord-américaines et européennes

26-27 janvier 2010

Musée du Quai Branly, Salle de cours 3

Le patrimoine culturel immatériel (PCI) représente aujourd’hui un enjeu majeur dans les nouvelles façons de penser et de pratiquer la muséologie. Ces journées d’études veulent explorer les manières dont le patrimoine immatériel participe à ce qui est désormais appelé « les nouvelles muséologies » qui se caractérisent par la volonté de présenter des expositions et des objets plus vivants, par l’accroissement du rôle social du musée et par l’exploitation des nouvelles technologies pour rendre les collections et les expositions plus interactives et accessibles.

Le PCI, défini comme les traditions et expressions orales, les savoir-faire, les rites et fêtes, permettra de répondre à ces nouvelles attentes et aspirations des muséologues. Si pendant longtemps les dimensions matérielles du patrimoine ont prévalu dans l’espace muséal, les muséologues aujourd’hui veulent enrichir l’exposition et l’interprétation des objets par la connaissance de leurs modes de fabrication et de leurs usages sociaux. Au Québec, le Musée de la mémoire vivante recueille les témoignages de ceux qui détiennent la mémoire d’un objet pour les insérer dans les collections et expositions. Le rapport à l’objet est ainsi modifié car celui-ci devient un lieu de communication et de médiation plutôt que de simple contemplation. L’intégration du PCI permet de rendre l’objet plus vivant et de restaurer ses fonctions sociales et patrimoniales, présentes et passées. En même temps, cette cueillette d’informations qui enrichit les collections permet d’associer les individus et les groupes sociaux à la conservation et à l’exposition muséologique. Plutôt que de se soucier seulement de la conservation de l’objet dans sa forme physique, il s’agit de conserver la pratique de l’objet par la communication, plus encore par la transmission. Les nouvelles technologies numériques offrent des possibilités illimitées de captation, de conservation et de communication du patrimoine tant matériel qu’immatériel. Elles permettent d’intégrer l’immatériel au matériel, d’enregistrer des savoir-faire par la vidéo numérique, de rendre les éléments intangibles visibles, voire tangibles et de faire de la visite muséale une expérience multimédia et sensorielle. Ainsi le recours au PCI dans les musées offre une expérience plus interactive, participative et sensible du patrimoine.

Trois thèmes seront abordés lors de ces deux demi-journées d’étude:

Comment le PCI modifie-t-il le rapport à l’objet?

Comment le PCI accroît-il la participation des individus, groupes sociaux et communautés dans la conservation et l’exposition muséales ?

Comment les nouvelles technologies contribuent-elles à faire de l’exposition une expérience interactive et sensible?

MARDI 26 JANVIER 2010

14h30- 14h45 Accueil et présentation des participants (tour de table)

14h45-15h Laurier TURGEON (Université Laval, IPAC)

PCI et nouvelles muséologies

15h15-15h30 Daniel FABRE (Ehess, LAHIC)

(À déterminer)

15h45-16h Octave DEBARY (Université Paris-Descartes, LAHIC)

La part manquante de l’objet

16h15 -16h30 Pause

16h30-16h45 Chiara BORTOLOTTO (Ehess, LAHIC)

Traductions muséologiques du PCI

17h-17h15 Frédéric MAGUET (Conservateur du patrimoine, Musée des ATP)

(À déterminer)

17h30- 17h45 Noël BARBE (IIAC-LAHIC/Conseiller pour l’ethnologie DRAC Franche-Comté)

Le reste, l’illustration et l’intempestif

MERCREDI 27 JANVIER 2010

14h00- 14h15 Jean-Louis TORNATORE (Université Paul-Verlaine)

Les patrimoines contre le musée ? De la pédagogie de l’indice culturel à la pédagogie du vivant

14h30-14h45 Marc-Olivier GONSETH (Conservateur du MEN, Neuchâtel)

Perspectives au MEN

15h00-15h15 Françoise SIMARD (SMQ, Société des musées québécois)

La SMQ et le colloque 2010 «PCI et musées»

15h30-15h45 Pause

15h45-16h00 Habib SAIDI (Université Laval, IPAC)

PCI, musées et tourisme culturel

16h15-16h30 Yves BERGERON (Université du Québec à Montréal)

Les musées à la frontière du patrimoine matériel et immatériel : la mise en récit de

la culture

16h30-17h00 Débat et conclusions

Séminaire de l’Iris : Mises en scènes et en récits, musées, lieux

« MISES EN SCENES ET EN RECITS, MUSEES, LIEUX »

A partir du mardi 10 novembre 2009

Thierry Bonnot, chargé de recherche au CNRS

Bernard Müller, chercheur et dramaturge

-IRIS-

2e et 4e mardis du mois de 10h à 12h • Salle 3
du 10 novembre 2009 au 8 juin 2010
sauf le 23 mars • Salle 2

Ce séminaire vise à développer une réflexion sur les mises en scènes et en
récits dans différents domaines, comme le rituel et le théâtre, l’écriture
et le musée, l’architecture et l’urbanisme. La création contemporaine et le
rapport social à l’objet seront également abordés. Qu’il soit question de
performances rituelles ou spectaculaires, de productions artistiques, de
narration muséographique ou de théâtralisation des patrimoines,
d’aménagements urbains, les objets considérés correspondent tous à une
production discursive dont il convient d’analyser de façon
interdisciplinaire la genèse historique et de restituer le processus social
de mise en forme. On se demandera comment créer les conditions
épistémologiques d’une anthropologie des pratiques spectaculaires, homogène
du point de vue de la méthode, au carrefour de différentes disciplines, en
portant un regard renouvelé et comparatiste sur une pratique universelle.

Séances : 10/11/2009, 24/11/2009, 09/12/2009, 12/01/2010, 26/01/2010, 23/02/2010, 09/03/2010, 23/03/2010, 27/04/2010, 11/05/2010, 25/05/2010, 08/06/2010

Lieu : Musée du quai Branly

Pour y aller : Métro Iéna (ligne 9), Alma-Marceau (ligne 9), Pont de l’Alma
(RER C), Bir Hakeim (ligne 6). Bus ligne 42 arrêt Tour Eiffel ; lignes 63,
80, 92 arrêt Bosquet-Rapp ; ligne 72 arrêt musée d’art moderne – Palais de
Tokyo. Navette fluviale : arrêt Tour Eiffel (batobus, bateaux parisiens et
vedettes de Paris).