Category Archives: International and national conference

Conference: Les métiers des musées en Euro-Méditerranée – 2 et 3 juillet – Mucem

Conference: Les métiers des musées en Euro-Méditerranée
(France, Italie, Maroc)
Lundi 2 et mardi 3 juillet 2018

Mucem (Salle Meltem-I2MP) Fort Saint-Jean 201 quai du port Marseille

Ce workshop propose de questionner les métiers, les compétences et les dynamiques professionnelles d’aujourd’hui et de demain dans l’espace Euro- Méditerranéen (France, Italie, Maroc) afin d’identifier les attentes des institutions muséales au 21e siècle ainsi que les besoins en termes de formation des professionnels.

Le workshop Les métiers des musées en Euro-Méditerranée souhaite donner la parole à des chercheurs et des professionnels des musées des deux rives de la Méditerranée afin de dresser un premier diagnostic des dynamiques professionnelles et des compétences attendues (France, Italie, Maroc) en médiations. Un second workshop est prévu à l’automne à Marrakech (Maroc).

Cette opération est issue d’un projet d’excellence de l’Université d’Avignon.

Elle a bénéficié du soutien du Mucem, de LabexMed et du Centre Norbert Elias.

Comité scientifique et d’organisation :

Isabelle BRIANSO (MCF, UAPV), Éric TRIQUET (PR, UAPV), Yolande PADILLA (Département recherche et enseignement, Mucem), Françoise RIGAT (MCF HdR, UVA, Italie), Ouidad TEBBAA (PR, UCA, Maroc).

Pour plus de détails : https://labexmed.hypotheses.org/3037 

Advertisements

onference: “Des lieux pour penser – Musées, bibliothèques, théâtres”, Paris, Musée de l’Homme, 20 juin 2018

Colloque international “Des lieux pour penser – Musées, bibliothèques, théâtres”, Paris, Musée de l’Homme, 20 juin 2018

Musées, bibliothèques, théâtres : ces lieux phares de notre paysage culturel interrogent leur rôle en tant qu’espaces de pensée, de parole et de rencontre.

Une belle occasion de célébrer les 80 ans du Musée de l’Homme et la pensée de son fondateur Paul Rivet : “L’humanité est un tout indivisible, non seulement dans l’espace mais aussi dans le temps”…

Programme détaillé et informations pratiques :

http://www.mnhn.fr/fr/visitez/agenda/colloque/lieux-penser-musees-bibliotheques-theatres

Conference: “Patrimoine culturel de l’Europe @ 2018”, Colloque International (Paris 4-5 juin 2018)

 Le Patrimoine Culturel de l’Europe @ 2018

Réexaminer un concept – redéfinir ses enjeux

(Paris, 4-5 Juin 2018, Institut national d’histoire de l’art/INHA, salle Vasari 1er étage)

International Conference – Colloque international

Centre André Chastel, Sorbonne Université, Paris

Conception: Michael Falser, professeur invité

Description :

Le « Patrimoine Culturel de l’Europe » en 2018 : Vers une Approche Globale et Transculturelle

Le tournant vers le « global » et le « transculturel » dans les disciplines de l’histoire de l’art et de l’architecture et dans les études du patrimoine culturel nous aide à remettre en question la supposée fixité territoriale, esthétique et artistique de l’entité appelée « Europe », et plus spécifiquement les taxonomies, valeurs et modes d’explication qui ont été intégrés au cœur du concept de patrimoine culturel « européen » et pris comme universels.

En prenant en compte les récents processus d’accélération des échanges et de la circulation à l’échelle mondiale des biens, personnes et idées, ce colloque entend reconstituer ce que pourrait être l’« européen », ce concept traditionnel de l’analyse, en situant l’européen et le non européen dans une relation réciproque afin de dégager un cadre conceptuel plus ouvert et non hiérarchique.

Webpage :

The Cultural Heritage of Europe @ 2018. Re-Assessing a Concept – Re-defining its Challenges (Paris, 4-5 June 2018)

http://www.centrechastel.paris-sorbonne.fr/actualites/le-patrimoine-culturel-de-leurope-2018-reexaminer-un-concept-redefinir-ses-enjeux

Conference: Anthropologie et tourisme. Horizons critiques. 24 et 25 mai 2018, musée du quai Branly – Jacques Chirac

Colloque international

Anthropologie et tourisme
Horizons critiques

Jeudi 24 et vendredi 25 mai 2018
salle de cinéma

musée du quai Branly – Jacques Chirac

français et anglais avec traduction simultanée

Depuis un siècle, les anthropologues ont tenu à se distinguer des touristes en opposant la production d’un savoir scientifique sur les cultures à l’expérience sensorielle de l’exotisme. Pourtant, depuis une trentaine d’années, le tourisme s’est professionnalisé en reprenant des catégories anthropologiques pour construire une distance culturelle et susciter le désir de la franchir, tandis que les populations visitées par les touristes ont elles-mêmes participé à leur « mise en culture ». Dans ces nouvelles conditions de brouillage des frontières spatiales produites par la mondialisation, où de nouveaux acteurs entrent dans le champ grandissant du tourisme,  les anthropologues sont sollicités par les professionnels du tourisme pour produire de la distance culturelle, tout en observant les rencontres avec les populations qui s’y engagent.

Quelles formes de distance, de malentendu et de résistance émergent dans ces interactions entre groupes autochtones, professionnels du tourisme et anthropologues ? Comment peuvent-elles définir de nouveaux terrains pour l’enquête anthropologique ? Et en quoi les nouvelles façons de faire de l’anthropologie peuvent-elles fournir de nouveaux sites à explorer pour les professionnels du tourisme ? Quels bénéfices les groupes autochtones peuvent-ils enfin tirer de cette nouvelle configuration ?

Ce colloque, organisé à l’occasion de l’exposition « Le Magasin des petits explorateurs », vise à faire dialoguer anthropologues, professionnels du tourisme et représentants des groupes autochtones ainsi que des artistes contemporains autour des  sites actuels de rencontre de l’exotisme. Les technologies du numérique redéfinissent la contribution des groupes autochtones aux festivals et aux spectacles télévisés. Les musées, les quartiers multiculturels des villes et les parcs à thème deviennent des lieux de découverte du lointain dans le proche. La circulation des objets sur le marché de l’art conduit les groupes autochtones à produire des œuvres pour les touristes tout en veillant à leurs droits de propriété intellectuelle.

Il s’agira ainsi de voir comment les productions touristiques contribuent à fabriquer des formes et des valeurs culturelles dans un contexte de mondialisation marchande, où la rencontre sensorielle est valorisée autant, voire plus, que le savoir sur la diversité humaine. Cette tension peut en effet être considérée comme interne à une anthropologie du tourisme qui étudie à la fois la construction des cultures et les interactions entre les individus sur des terrains nouveaux et diversifiés.

Presentation (English)

In the last century, anthropologists have distinguished themselves from tourists, opposing the production of scientific knowledge and the sensory experience of exoticism. However, for the last thirty years, tourism has been professionalized, borrowing categories from anthropologists in order to build a cultural distance while stimulating the desire to bridge this distance. In the meantime, indigenous groups visited by tourists have participated to their representation as exotic cultures. In these new conditions of blurring of spatial frontiers, where new actors enter the growing field of tourism, anthropologists are called by professionals of tourism to produce cultural distance, and can observe the populations who are engaged in this production.

What kind of distance, resistance and misunderstanding emerge in these encounters between indigenous groups, tourism professionals and anthropologists? How can they offer new sites of investigation for anthropologists? And how do new forms of anthropology create new venues to explore for tourism professionals? What are the benefits of this new configuration for indigenous groups?

This conference, organized for the opening of the exhibition « Le Magasin des petits explorateurs », aims at creating a dialogue between anthropologists, tourism professionals, indigenous groups as well as contemporary artists on the current sites where exoticism is encountered.. Digital technologies redefine the role of indigenous groups in festivals and TV shows. Museums, multicultural cities and theme parks become sites for the encounter of exoticism at a short distance. The circulation of objects in the art market leads indigenous groups to conceive forms of tourist art while defending rights of intellectual property.

This conference will examine how productions for tourism contribute to making cultural forms and values in a context of commodities globalization where the sensory encounter is valorized as well as, or even more than, knowledge about human diversity. This tension between the construction of cultures and the interactions between individuals can be situated at the center of anthropology of tourism, attentive to the new sites of this growing field.

 

Jeudi 24 mai

9h30 Mot de bienvenue : Frédéric Keck (musée du quai Branly – Jacques Chirac)

9h40 Introduction : Aurélie Condevaux (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut de Recherche et d’Etudes Supérieures du Tourisme) & Frédéric Keck  (musée du quai Branly – Jacques Chirac)

Anthropologues, explorateurs et touristes
Modérateur : Frédéric Keck

10h Nelson H. H. Graburn (University of California, Berkeley)
Anthropologie, altérité et peuples autochtones dans le tourisme

10h30 Anke Tonnaer (Radboud University, Pays-Bas)
De “Blackfella sauvage” à “Friendly people”: le tourisme comme miroir pour les récits changeants de soi et de l’Autre dans une communauté autochtone australienne

11h – 11h15 pause-café

11h15 Anne Doquet (IRD/IMAF, Paris)
L’anthropologue dans l’arène touristique

11h45 Julien Bondaz (Université Lumière Lyon 2, Lyon)
Les randonnées d’Henri Lhote. Exploration, ethnologie et tourisme saharien (1925-1950)

12h15 Discussion avec le public

13h Pause

Nouvelles technologies, nouveaux medias, nouvelles sensations
Modérateur : Julien Clément (musée du quai Branly – Jacques Chirac)

14h30 Rupert Stasch (University of Cambridge)
« Une nouvelle façon de présenter l’anthropologie à la télévision » : exotisme, histoire et public dans une série de la BBC sur un explorateur parmi les Korowai de Papouasie

15h Marco Garcia de Teresa (Isis/EHESS, Paris)
Autorité scientifique et authenticité ethnique : Tourisme et hallucinations à Huautla de Jiménez (Mexique)

15h30 – 15h45 pause-café

15h45 Altaïr Despres (Marie Curie, Paris)
« Why are you into White women? ». Réflexions sur les transformations de l’intimité en contexte touristique à Zanzibar

16h15 George Paul Meiu (Harvard University, Boston)
Économies ethno-érotiques et appartenance postcoloniale au Kenya

16h45 – 17h15 Discussion avec le public

Les professionnels du tourisme

17h15  – 18h15  Table Ronde
Eric Bonnem 
(Secret Planet), Fabrice del Taglia (Nomade Aventure), Franck Desplanques (France 2, Retour en terre inconnue), Aurélie Condeveaux(anthropologue, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/IREST  )

 

Vendredi 25 mai

Déplacer les territoires

Modérateur : Vincent Guigueno (musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris)

9h30 Keri-Anne Wikitera (Auckland University of Technology, Nouvelle Zelande)
Une maison  de réunion maorie : « pour l’amour de Hinemihi »

10h Saskia Cousin (Canthel, Université Paris Descartes, Paris)
Economies de l’altérité en terrain proche. Le cas du programme européen MyGrandTour.

10h30 -10h45 Pause-café

10h45 Magnus Fiskesjö (Cornell University, New York)
L’exotisme at-il un avenir? Réflexions sur le tourisme primitif en Asie


11h15 Jonas Tinius (CARMAH/HU, Berlin)
Médiatiser  le « Wanderlust » : exotisme et exploration dans le Public Humboldt Forum

11h45 Discussion avec le public

12h45 Pause

De l’art pour les touristes

Modérateur : Nicolas Garnier (musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris)

14h30 Haidy Geismar (University College, Londres)
Consommer le volcan: propriété et convenance dans le cinéma et le tourisme en Ambrym

15h Eric Silverman (Brandeis University, Boston)
L’art touristique, eBay et l’authenticité: tradition et changement dans l’esthétique de la rivière Sepik

15h30-15h45 Pause-café

15h45 Nicolas Garnier (musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris)

16h15 Julie Cayla (LESC, Université Paris Nanterre, Paris)
Manipulations et considérations des œuvres d’art africain au Burkina Faso : des acteurs urbains partent en quête de leurs origines rurales

16h45 Discussion avec le public

17h30 Projection

Cannibal Tours, 1988, 1h10, Australie, réalisé par Dennis O’Rourke

 

 

 

 

Workshop: Monuments/Monumenti – Balkans/Balcani – Méditerranée/Mediterraneo – Institut français Firenze – 23.04

LES MONUMENTS DANS LA VILLE AUJOURD’HUI.

IMAGE DU POUVOIR / REFLET DU SOCIAL (BALKANS-MÉDITERRANÉE)

23 avril 2018  (10h-20h)
Institut français Firenze, Italia
Palazzo Lenzi – Piazza Ognissanti 2 – 50123 Firenze

Organisée par

  • Angelo BERTONI, TELEMMe, AMU-CNRS
  • Rossana GALDINI, Sapienza Università di Roma, DiSSE
  • Alessandro GALLICHIO, INHA-Centre Pompidou, Labex CAP
  • Pierre SINTÈS, TELEMMe, AMU-CNRS

Cette journée d’études a pour objectif d’interroger les notions de monumentalité et de monumentalisation à partir d’expériences artistiques et de recherches en sciences sociales afin de porter un regard original sur les espaces publics. Ce dialogue interdisciplinaire permettra de mettre en débat le rôle du monument et du contre-monument comme points d’observations privilégiés de la fabrique urbaine et, en particulier, des logiques de pouvoir qui y sont à l’œuvre.

Programme

10h – 13h

 

Accueil : Isabelle Mallez, Institut français Firenze

Introduction : Des monuments pour comprendre les villes des Balkans et de la Méditerranée
Rossana Galdini, Sapienza Università di Roma, DiSSE
Alessandro Gallicchio, INHA-Centre Pompidou, Labex CAP
Pierre Sintès, TELEMMe, AMU-CNRS

Pouvoir, politique et espace public

Présidente : Brigitte Marin TELEMMe, AMU-CNRS

Monumentomachia in Skopje: The battle between subjects and objects of monumentalisation
Suzana Milevska, Politecnico di Milano

Sarajevo 2014 « cœur de l’Europe » ou le branding contesté d’une ville monument
Sarah Sajn, CHERPA, Sciences Po Aix

Des monuments problématiques (Alger, Beyrouth, Le Caire)
Jean-Charles Depaule, CNRS

 

15h – 17h30

Pratiques urbaines et contre-monuments

Présidente : Lidia Piccioni, Sapienza Università di Roma

Dall’immagine simulacrale dell’artista all’immagine monumentale del potere politico
Romeo Kodra, Tirana Art Lab

Memorie attive: attraverso e oltre Firenze 1980/2017
Alessandra Acocella, Archivio Luciano Caruso

Verso una monumentalizzazione dello spazio pubblico: il caso di Barcellona e Marsiglia
Angelo Bertoni, TELEMMe, AMU-CNRS

Discussion finale avec Maria Grazia Messina, Università degli Studi di Firenze

18h30

Table ronde : Art, monuments et espace urbain

Bruno Baltzer, Leonora Bisagno et Nicolas Milhé

dialoguent avec

Angelika Stepken, Villa Romana

Une journée

  • LIA MediterraPolis, axe « Culture, héritage, mémoire »
  • MonuMed, Pépinière d’excellence A*Midex
  • TELEMMe UMR 7303 AMU, CNRS, Temps, espaces, langages – Europe méridionale, Méditerranée
  • Sapienza Università di Roma

En partenariat avec

  • Institut français Firenze
  • Labex CAP

Seminar “Museums, Power, Knowledge” (Tony Bennett, Dominique Poulot), Paris, Musée de l’Homme, 9.04, 15h30-18h30

REECRIRE LE PASSE COLONIAL : ENJEUX CONTEMPORAINS DES COLLECTIONS DE MUSEES (EHESS/ENS, Centre Maurice Halbwachs), Lundi 09.04.2018, 15h30-18h30

Auditorium Jean Rouch, Musée de l’Homme , 17 place du Trocadéro 75016 Paris

« Museums, Power, Knowledge »

Intervenants: Tony Bennett, (Western Sydney University), «Museums, Power, Knowledge»

Tony Bennett joined Western Sydney University as Research Professor in Social and Cultural Theory at the Institute for Culture and Society in 2009. His previous positions included a period as Professor of Sociology at the Open University where he was also a Director of the ESRC Centre for Research on Socio-cultural Change, and as Professor of Cultural Studies at Griffith University where he was also Dean of Humanities and Director of the ARC Key Centre for Cultural and Media Policy. He is a member of the Australian Academy of the Humanities and of the UK Academy of the Social Sciences.

Professor Bennett’s interests span a number of areas across the social sciences and humanities, with significant contributions to the fields of literary theory, cultural studies, cultural sociology, and museum studies. His work in museum studies has contributed to the development of the ‘new museology’ particularly in the light it has thrown on the role of museums as instruments of social governance. The common thread running through his interests across these areas concerns the ways in which culture is tangled up in the exercise of power. This has informed his recent research focused on the ways in which the knowledge practices of aesthetics and anthropology have informed modern processes of cultural governance from the 19th century through to the present. This work includes a significant focus on the part played by the early fieldwork phase in Australian, British, French and American anthropology in the development of new practices of colonial governance.

Professor Bennett is currently the lead Investigator on two Australian Research Council Discovery Projects : Australian Cultural Fields : National and Transnational Dynamics and Assembling and Governing Habits.  .He has worked in a consulting or advisory capacity for a range of governmentorganisations, including UNESCO and the Council of Europe, and has conducted research collaborations with a wide range of cultural sector and government organisations in Australia and Britain.

Après un mot d’accueil d’André Delpuech, Directeur du musée de l’homme, la séance sera introduite et modérée par Dominique Poulot (Paris I).


Références bibliographiques :

– Bennett T. et al., Collecting, ordering, governing: Anthropology, museums and liberal government, Duke University Press, 2017
– Bennett T, Making culture, changing society, Routledge, London & New York, 2013
– Bennett T, Savage, M, Silva, E, Warde, A, Gayo-Cal, M & Wright, D, Culture, class, distinction, Routledge, London & New York, 2009
– Bennett T, Critical trajectories: culture, society, intellectuals, Blackwell, Malden, US & Oxford, 2007
– Bennett T, Culture and society: collected essays, Guangxi Normal University Press, Beijing, 2007
– Bennett T, Pasts beyond memories: evolution, museums, colonialism, Routledge, London & New York, 2004
– Bennett T, The birth of the museum: history, theory, politics, Routledge, London & New York, 1995

Le séminaire s’inscrit dans l’axe « Musées et héritages coloniaux» du Centre Maurice Halbwachs, CMH (CNRS, École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, ENS/ PSL Research University). D’autres institutions et projets sont associées au séminaire : le Département d’histoire de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le Département d’Arts Plastiques de l’Université Paris 8 Vincennes Saint Denis, le Département de sciences sociales de l’École normale supérieure, Humboldt-Universität zu Berlin (The Centre for Anthropological Research on Museums and Heritage), l’Université Paris Lumières pour le projet « Glissements de terrain. Les collections muséales réinvesties par le champ de l’art contemporain»,  le CIERA pour le projet «France et Allemagne face aux héritages coloniaux : relectures contemporaines des collections de musée » et l’axe de recherche «Processus de patrimonialisation, usages et mises en musée du passé» du Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales, Université de Bucarest.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/1729//
https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/2435//

Page facebook : https://www.facebook.com/events/164741530892777/

 

Vous êtes les bienvenu.e.s, le séminaire est ouvert à tous!

Felicity Bodenstein, Benoît de L’Estoile, Damiana Otoiu, Dominique Poulot, Laurella Rinçon, ‎Anna Seiderer, Margareta von Oswald

Workshop: “La diffusion du patrimoine et de la culture à l’heure du web des connaissances”, Toulouse, DDAME (UTJ-J), 15-16 mars 2018

Journées d’étude annuelles du département Documentation, Archives, Médiathèques et Edition (DDAME) de l’université de Toulouse-Jean-Jaurès,

15 et 16 mars 2018,

Conseil régional Occitanie (site de Toulouse)

“La diffusion du patrimoine et de la culture à l’heure du web des connaissances. Structuration, partage et interconnexion des données”.

http://www.crl-midipyrenees.fr/agenda/journee-detude-la-diffusion-du-patrimoine-et-de-la-culture-a-lheure-du-web-des-connaissances/

Entrée libre, sur inscription préalable auprès de Patricia Mouly : dam@univ-tlse2.fr

Conference: “Droit public et patrimoine : le rôle du Conseil d’État”, Paris, 16-17 mars 2018

En partenariat avec l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, ENS Paris Saclay, Université Paris Nanterre, CNRS), les comités d’histoire du Conseil d’Etat et du ministère de la Culture organisent un colloque sur le thème “Droit public et patrimoine : le rôle du Conseil d’Etat”, à Paris, au Conseil d’Etat le 16 mars (9h-16h30) et à l’INHA le 17 mars 2018 (9h30-16h).

La protection du patrimoine, principalement régie par le droit public – le code du patrimoine adopté en 2004 rassemble l’essentiel des dispositifs – est le plus souvent comprise et analysée sous l’angle soit des législations catégorielles (monuments historiques, archives, musées, archéologie), soit du rôle de l’État et de ses bureaux. S’ils sont des acteurs centraux dans le projet de conservation et de transmission du patrimoine culturel, la matière est aussi le fruit d’une co-construction, le lieu d’un dialogue entre le juge, l’administration et le législateur.

Ce colloque a pour objet d’interroger, à partir de la collecte et de l’exploitation des archives du Conseil d’État, sous une double perspective historique et juridique, la contribution du Conseil d’État dans l’édification de ce droit, au travers de sa fonction juridictionnelle – un grand nombre d’arrêts traitent de la question patrimoniale – et dans son rôle de conseiller du gouvernement pour la préparation de projets de loi, d’ordonnance et de certains décrets. Dans la succession des textes depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à la codification, il tient une place particulière dans le processus d’écriture de la loi, versant sans doute moins visible et moins connu de son activité.

Tout en s’intéressant à l’institution mais aussi à l’histoire sociale, aux conseillers d’État qui l’ont marqué de leur empreinte, cette exploration du rôle du juge sera élargie aux expériences étrangères, en particulier le Royaume-Uni et l’Italie.

Programme détaillé

http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Colloques-Seminaires-Conferences/Droit-public-et-patrimoine-Le-role-du-Conseil-d-Etat

Inscription obligatoire (avant le 12 mars 2018)

https://tinyurl.com/y7o9jycv

Conference: “À quoi sert le patrimoine culturel immatériel ?”, Granville (France), 1er-3 février 2018

Colloque “À quoi sert le patrimoine culturel immatériel ?

Granville (salle des Congrès du Centre Archipel)

1er au 3 février 2018

Conçue par La Fabrique de patrimoines en Normandie, ethnopôle du ministère de la Culture, avec la collaboration de la Direction régionale des affaires culturelles de Normandie, de l’Office du PCI et de l’association France-PCI, la manifestation a reçu le label “Année européenne du patrimoine 2018”.

Ce colloque prend place dix ans après les premiers inventaires du patrimoine culturel immatériel (PCI) en France, à un moment où le PCI en tant que champ d’action apparaît entrer dans une période de maturité. Au regard des expériences et des retours d’expérimentations diverses dont on dispose aujourd’hui, le PCI s’est incontestablement ancré dans le fonctionnement des territoires et des groupes sociaux. Il prend régulièrement une envergure médiatique, non dénuée d’effets, au gré de l’inscription par l’Unesco de certaines de ses manifestations au patrimoine de l’humanité. À l’échelle nationale, les inventaires se sont développés et mobilisent des collectifs aux contours extrêmement variés. Sur le plan patrimonial, les lignes ont bougé : pluridisciplinarité, redéfinition du rôle des chercheurs, participation active des groupes et des communautés à l’identification et à la mise en valeur des manifestations significatives de leur être au monde. Par ailleurs, on s’interroge sur les façons de patrimonialiser pratiques et représentations, en tenant compte de leurs croisements avec les éléments matériels et sans compromettre leur caractère évolutif et vivant.

Ces opérations de sauvegarde du PCI sont inséparables des dynamiques sociales, économiques, politiques et territoriales qui les soutiennent et qui s’en nourrissent. C’est pourquoi, à l’heure où ses manifestations apparaissent de plus en plus appréhendées comme des ressources, cette manifestation scientifique invite à une réflexion pour mieux saisir à quoi sert le patrimoine culturel immatériel. Le sujet sera considéré sous ses aspects géopolitiques, en s’intéressant à ses terrains d’expression et de valorisation et en abordant les effets et les problématiques éthiques de cette patrimonialisation. Il s’agit de contribuer au nécessaire questionnement permanent du rôle des acteurs impliqués. L’action patrimoniale y puise son sens.

Téléchargez le programme détaillé
http://zephyrin.culture.fr/download.php?file=9fa4fa36d6daea0b2ed0045805b18989

Renseignements et inscriptions
Isabelle GUERRAND et Edwige FERET, par courriel (conservation@lafabriquedepatrimoines.fr) ou par téléphone (02 31 93 25 79)

Workshop: “La moralisation de la culture : enjeux, dynamiques et effets”, Montpellier, 13-14 décembre 2017

Journées d’étude : “La moralisation de la culture : enjeux, dynamiques et effets”

organisées à l’université Paul-Valéry Montpellier III (site Saint-Charles 2, salle des Caryatides), les 13 et 14 décembre 2017, dans le cadre du programme commun “Moralisation de la culture” du IIAC-Lahic, du LERSEM-CERCE et de l’université de Montpellier III.

De nos jours, de multiples phénomènes signalent l’existence d’un traitement grandissant de la culture et des groupes et biens qui la représentent sous un angle moral. Bien qu’elle ne soit pas nouvelle, cette moralisation de la culture est cependant particulièrement perceptible depuis la fin de la seconde guerre mondiale et est allée se renforçant à la suite des décolonisations, des demandes de reconnaissance des droits de diverses minorités, de la promotion du modèle du multiculturalisme, etc.
Si elle demeure étroitement liée à l’existence de rapports de domination et d’injustices touchant des individus et des collectifs, cette moralisation n’est pas, dans les faits, structurée autour de la simple opposition entre le bien et le mal, le vice et la vertu, donnant lieu à une célébration de la valeur de la ou des culture(s). Cette valeur est aussi corrélée aux mécanismes du capitalisme, aux cadres sociopolitiques des États-nations, et elle est aussi contestée, notamment de nos jours où la référence à l’appartenance culturelle acquiert une certaine ambivalence.
Ces journées réunissent différents chercheurs, anthropologues, autour de l’examen de ces processus de moralisation de la culture, de leurs enjeux, de leurs dynamiques et de leurs effets.

Entrée libre.

Téléchargez le programme :

http://zephyrin.culture.fr/download.php?file=697cd6246366bda4eb8f9435f174c30d