Category Archives: Ressource

Ressources: POP : la “Plate-forme Ouverte du Patrimoine”

Le ministère de la Culture, en partenariat avec les services du Premier ministre, vient de mettre en ligne POP, la « Plate-forme Ouverte du Patrimoine », qui comporte deux volets :

– une plate-forme de production, qui permet le versement de métadonnées (images, photographies, informations descriptives ou réglementaires) ;

– une plate-forme de diffusion de ces données, accessible au grand public.

Plus de 3,3 millions de fiches y figurent déjà, issues des bases historiques du Ministère, telles que Palissy, Mérimée, Joconde, Mémoire. D’autres bases de données rejoindront POP dans les prochains mois.

Elle propose plusieurs types de recherche : libre, par facettes, cartographique, experte. Les contenus sont régulièrement alimentés et mis à jour par les services compétents du Ministère.

Développée dans le cadre d’une start-up d’État, POP a vocation à remplacer l’ancien système de bases de données du ministère de la Culture, utilisé depuis les années 1970. Elle est en code ouvert et l’essentiel des contenus est accessible en données ouvertes sur les plates-formes data.culture.gouv.fr et data.gouv.fr.

Voir le communiqué de presse.

Advertisements

Ressources: Nouvel espace métier “Patrimoine culturel immatériel et musées” du site ministériel “Patrimoine culturel immatériel”, juillet 2019

En 2018, pour les dix ans de la création de l’Inventaire national du PCI et en vue de la conférence française du projet européen Intangible cultural heritage & Museums project (Aubusson, 5-6 février 2019), le département du Pilotage de la recherche (direction générale des Patrimoines), en collaboration avec le service des Musées de France et la Fédération des écomusées et des musées de société, a conduit une enquête spécialisée, « PCI et musées en France », qui posait notamment les questions suivantes : Quelle est la place du PCI dans les outils de gouvernance et de programmation des musées ? Selon quelles modalités le PCI est-il concrètement pris en compte au sein des manifestations culturelles, des projets pédagogiques et des actions de médiation des musées ? Comment réagit le public aux projets intégrant le PCI ? Des projets inspirants ont-ils déjà été conduits dans des musées français, à faire connaître au reste du réseau ?

Diffusée en novembre 2018-janvier 2019 auprès de 400 musées de société, écomusées et musées labellisés Musées de France, l’enquête a été suivie d’entretiens in situ auprès de plusieurs établissements ciblés à partir des réponses apportées au questionnaire, tels que le musée international de la Parfumerie (Grasse), le musée d’Angoulême et musée du Papier/Le Nil (Angoulême), la Cité internationale de la tapisserie (Aubusson), le port-musée de Douarnenez, le musée de la Chemiserie et de l’Elégance masculine (Argenton-sur-Creuse), le musée d’Arudy/Maison d’Ossau (Arudy), le musée départemental de Seine-et-Marne (Saint-Cyr-sur-Morin) et l’écomusée du Marais vendéen au Daviaud (La Barre-de-Monts).

Les résultats de cette démarche viennent d’être rassemblés au sein d’un nouvel espace métier « PCI et Musées », créé au sein du site Patrimoine culturel immatériel du ministère de la Culture.

Il propose d’aborder la problématique en 10 rubriques :

  • PCI et musées : deux enquêtes en France en 2008 et 2018
  • Définition du PCI pour les musées
  • Le PCI pour quels musées ?
  • Des valeurs fondamentalement opératives
  • Le PCI, quel sens pour les musées ?
  • Le PCI dans les outils de gouvernance et de programmation
  • Une gestion des collections en lien avec le PCI
  • Les musées, acteurs de la sauvegarde du PCI
  • Le PCI dans les dispositifs d’exposition et de médiation
  • Ressources (sites, ouvrages, contacts, formations)

Accéder à l’espace « PCI et musées » :

http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel/Ressources/PCI-et-musees

Destiné à être enrichi et mis à jour régulièrement, ce premier socle, ouvert, de ressources en ligne appelle volontiers les suggestions et les compléments d’informations.

Project: JPI CH_2019 : appel à projets transnational de recherche “Conservation, protection et usages”

Nous vous rappelons que l’Appel à projets transnational de recherche « Conservation, protection et Usages » de la JPI CH est toujours ouvert, jusqu’au 3 septembre 2019.

La France apporte un montant de 950 000€ via l’ANR pour financer des équipes françaises dans le cadre de cet appel.

Vous trouverez toutes les informations nécessaires aux liens suivants:

http://jpi-ch.eu/2019/05/conservation-protection-and-use-joint-call-official-launch/

https://anr.fr/fr/detail/call/jpi-patrimoine-culturel-conservation-protection-et-usages/

Vous pouvez contacter Alexandre Caussé (alexandre.causse@u-cergy.fr) ou Léa Orlandi (lea.orlandi@jpi-ch.eu) si jamais vous avez des questions.

Bien cordialement,

L’équipe de la Fondation des Sciences du Patrimoine

 

The Joint Programming Initiative in Cultural Heritage and Global Change (JPICH) is pleased to announce a new funding opportunity for transnational proposals. The Conservation and Protection call will support research into strategies, methodologies and tools to safeguard and use the physical components of our cultural heritage. It invites research projects that take a global approach to preserving Europe’s heritage and which result in a better understanding of our history, traditions and culture, of our individual and collective identities, and ultimately of our well-being. The total budget for the call for transnational projects is approximately 6.96 million Euros.

The main eligibility criteria are:
• Duration of projects: up to 36 months;
• Each project proposal must comprise of at least three research teams, each based in an eligible institution in a different country participating in the Conservation and Protection Call. The maximum number of research teams in a project proposal is five.
• Applications must be in accordance with the eligibility requirements relevant for the national research teams in the transnational research consortia and not exceed the maximum budgets to be requested therein. 
The Call for Proposals will open on 1 May 2019 and the deadline for submission of proposals will be 30 June 2019, 14:00 CEST.

Topics for the Conservation and Protection joint call 
Safeguarding Europe’s unique cultural heritage against the effects of continuous ageing and decay under global change conditions is a major concern for decision makers and researchers in Europe. Heritage should be understood in its broadest sense and one which recognises the interconnectedness between cultural, built and natural heritage. Cultural heritage includes tangible (movable and immovable) and intangible assets, and encompasses a huge range of types including digital heritage and those which overlap with natural heritage, such as cultural land- and seascapes. Both natural (inherent ageing processes that are influenced by access and storage, indoor and outdoor climate, weathering, etc.) and anthropic factors (lack of recognition, war, neglect, digitization, visitor numbers, etc.) pose major threats to the remnants of Europe’s past, one of the most diverse and rich patrimonies in the world. What measures are needed to safeguard the tangible, intangible and digital cultural heritage as a whole?

The research topics in this JPICH Conservation and Protection Call have been drawn from areas identified in the Strategic Research Agenda for the Joint Programming Initiative in Cultural Heritage and Global Change (http://www.jpi-culturalheritage.eu/wp-content/uploads/SRA-def.pdf). It is acceptable and encouraged for a project to address issues from more than one of the Conservation and Protection topics described below. Indeed, proposals addressing intersections between topic areas could be particularly fruitful.
•To develop materials, technologies and procedures for long-term maintenance, secure access, conservation and in-situ preservation of cultural heritage.
•To explore the opportunities heritage presents for revitalisation and regeneration of artefacts, buildings and landscapes taking into account the values various kinds of cultural heritage hold. 
•To discover what evidence is required by decision makers when deciding new or changed uses for cultural heritage and the role of the community as actor in heritage management and sustainable development of local communities.
•To develop sustainability strategies, including cultural, social, economic and environmental approaches, for cultural heritage at all scales, from artefact to landscape.
•To fully understand the embodied energy in heritage materials and energy systems in heritage structures and assemblies in order to develop effective, sustainable management plans.
An expert group will further define the research topics for the final call guidance to be published In May 2019. 

The aims of the call are:
• to support well-defined, innovative, interdisciplinary, internationally-focused and collaborative research projects of the highest quality and standards that will lead to significant advances in the conservation and management of cultural heritage across a broad range of research communities and societies, notably through trans-frontier exchange and in international contexts;
• to maximise the value of research outcomes by promoting knowledge exchange with individuals and organisations outside the immediate research community, to include policy makers, businesses and commercial enterprises, the broader heritage sector, voluntary and community groups and the general public; 
• to support a range of interactions and partnerships between cultural heritage researchers and a variety of user communities, to include policy makers, businesses and commercial enterprises, the broader heritage sector, voluntary and community groups and the general public, thereby maximizing the value of the research outcomes. 

The projects supported by this call will, in combination, achieve a comprehensive view of heritage in terms of: 
i) breadth (museum collections and in situ, urban and rural, ancient and modern, landscapes and archaeological sites, buildings and historic areas, ‘everyday’ as well as special places), 
ii) approach (multidisciplinary collaboration between humanities and science; oral, physical and digital sources)
iii) temporal scale (understanding changes in the past and present condition; projecting and modeling future change)
iv) spatial scale (from invisible to visible, the local to the regional, national or European), 
v) mode of expression (mainly focussing on tangible heritage, but not overlooking intangible and digital), 
vi) the plurality of values attached to heritage, 
vii) the range of current approaches (notably people-centred paradigms) to heritage planning, conservation and the management of change. 

Who can apply?
Applicants must be based in countries that have committed to the Conservation and Protection Call and must be eligible for the funding organization specified below.

•           Belarus – National Academy of science (NASB)
•           Cyprus – Research Promotion Foundation (RPF)
•           Czech Republic – Ministry of Education, Youth and Sports (MEYS)
•           France – Agence Nationale de la Recherche (ANR)
•           Italy – Ministry of Education, Universities and Research (MIUR)
•           Latvia – Ministry of Education and Science of the Republic of Latvia (IZM)
•           Norway – The Research Council of Norway (RCN)
•           Poland – Ministry of Culture and National Heritage (MKiDN)
•           Portugal – Fundação para a Ciência e a Tecnologia (FCT)
•           Spain – State Research Agency (AEI)
•           The Netherlands -The Netherlands Organisation for Scientific Research (NWO)
•           The United Kingdom – Arts and Humanities Research Council (AHRC)

The above National research teams should be contacted with regards to questions about eligibility and maximum budgets in advance of the publication of the full call guidance in May. 

•           Belarus –  vit@history.by 
•           Cyprus – mspanos@research.org.cy 
•           Czech Republic – Daniel.Hanspach@msmt.cz 
•           France – alexandre.causse@u-cergy.fr 
•           Italy – aldo.covello@miur.it 
•           Latvia – Kaspars.Karolis@izm.gov.lv 
•           Norway – et@forskningsradet.no 
•           Poland – ABudzalek@nimoz.pl 
•           Portugal – Luisa.Igreja@fct.pt 
•           Spain – juan.climent@aei.gob.es 
•           The Netherlands –a.lubbers@NWO.NL 
•           The United Kingdom – James.Davies@ahrc.ukri.org 

Application Procedure 
The Conservation and Protection Call is a one phase submission and evaluation process according to the timetable below:

JPICH Conservation and Protection Pre Call Announcement – 08 March 2019
Launch of the JPICH Conservation and Protection Call – 01 May 2019 
Deadline for submission of proposals – 30 June 2019, 14:00 CEST 
General Eligibility check – 3 – 11 July 2019 
National Eligibility checks – 12 – 19 July 2019 
Evaluation of eligible proposals by independent external peer reviewers – 20 July – 30 September 2019 
Independent International Assessment Panel meeting – 1st Week of November 2019
Funding decision – 1st Week of December  2019
JPICH Conservation and Protection projects start – January – June 2020 

Further information
The following information will be available from 01 May 2019 onwards on the JPI website: 
www.jpi-culturalheritage.eu/:
– Conservation and Protection Call for Proposals, including eligibility criteria and detailed guidelines for preparing and submitting a proposal;
– Application form;
– Required budget templates;
– FAQs and Glossary.

 

Project: “Science et Art” du Fresnoy – Studio national des Arts contemporains : séjours de recherche et de production audiovisuelle 2019

Appel à projets à destination des chercheurs académiques (dont doctorants) / Séjour de recherche et de production

Le Fresnoy – Studio national des Arts contemporains lance un appel à candidatures à l’adresse des chercheurs académiques, notamment des doctorants, qui souhaiteraient développer un projet en rapport avec leur activité de recherche, tout en s’immergeant dans un environnement artistique, et en bénéficiant de moyens de production audiovisuelle de haut niveau.
 
Date limite : 15 mai 2019

Agenda: Labex Les passés dans le présent – Septembre 2018

View this email in your browser

Lettre d’information N°40 • SEPTEMBRE 2018

Photo : vue du bidonville de Nanterre © SHN

ACTUALITÉS
TOUTES LES ACTUALITÉS

PARCOURS URBAINS
Journées européennes du patrimoine
Le labex a le plaisir de vous convier à des balades commentées du campus de Nanterre et de ses alentours le 15 septembre. Ces parcours sont une manière originale d’explorer le territoire de l’université et ses environs, et de connaître une histoire riche en bouleversements mêlant histoire de l’immigration, histoire ouvrière, histoire militante sur fond de chamboulements urbains.
En savoir +
VOYAGE D’ÉTUDE
Histoire et Mémoire des catastrophes : Rwanda
Dans le cadre du projet “Tourisme des catastrophes ; sites de souffrances, sites de mémoire”, Annette Becker, Hélène Dumas, Anouch Kunth et deux doctorants seront en voyage d’étude au Rwanda du 5 au 15 septembre. L’objectif sera notamment de visiter les archives des Gacacas, de participer à des journées de travail avec la Commission Nationales pour la lutte contre le génocide et d’animer des ateliers d’écritures de femmes survivantes.
En savoir +
ATELIERS
Savoirs Autochtones des Wayana-Apalaï
Cette année encore, une partie de l’équipe travaillant sur le patrimoine des Wayana et des Apalaï viendra de Guyane en septembre pour travailler avec les conservateurs du musée du quai Branly et les chercheurs du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative.
En savoir +
COLLOQUE
Valoriser les archives des ethnologues – Usages contemporains des collections
Ce colloque international de trois jours conclura le projet “A la naissance de l’ethnologie française” et portera sur les multiples enjeux de la numérisation des archives et photographies ethnographiques anciennes et contemporaines. Il est organisé avec la Bibliothèque nationale de France et le musée du quai Branly.
En savoir +

AGENDA
TOUS LES ÉVÉNEMENTS

Septembre

du 14.09.2018 au 16.09.18
FORUM INNOVATIONS
Journées européennes du patrimoine

Patrimoine du Proche-Orient ancien
Ministère de l’Education
Voir le programme

15.09.2018
PARCOURS URBAINS
Journées européennes du patrimoine

Deux parcours du campus au centre ville de Nanterre
Université Paris Nanterre
Voir le programme

16.09.2018
CONFÉRENCE
Journées européennes du patrimoine

L’Ezida de Nimrud : un centre de savoirs néo-assyrien
Université de Caen
Voir le programme

A venir

du 04.10.2018 au 06.10.2018
COLLOQUE

Valoriser les archives des ethnologues – Usages contemporains des collections

BNF, UPN, MQB
Voir le programme

du 22.10.2018 et 28.10.2018
RENCONTRES

Open Access Week

Université Paris Nanterre
Voir le programme

RÉALISATIONS

PUBLICATION


L’ouvrage La marche de 1983. Des mémoires à l’histoire d’une mobilisation collective, sous la direction de Samir Hadj Belgacem et Foued Nasri, vient de paraître au Presses universitaires de Paris Nanterre. Il vient enrichir la collectionLes passés dans le présent.

PORTAIL NUMÉRIQUE


Les archives du Musée d’archéologie nationale sont désormais accessible sur internet. Leur traitement et leur numérisation ont été réalisés dans le cadre des projets “Corpus de l’histoire du Château, des jardins et du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye” et “Commission de Topographie des Gaules”.
Accéder au site

1946 – Mission Ogooué-Congo


Dans le cadre du projet Sources de l’ethnomusicologie, une exposition virtuelle a été réalisée sur les premiers enregistrements sonores de musiques pygmées, collectés en Afrique Equatoriale par l’ethnomusicologue français Gilbert Rouget. Cliquez icipour la consulter.

PUBLICATION


L’ouvrage de Paul Sorrentino, Àl’épreuve de la possession. Chronique d’une innovation rituelle dans le Vietnam contemporain, publié par  la Société d’ethnologie vient de paraître.

LABEX
Les passés dans le présent

Université Paris Nanterre
Bâtiment Max Weber
200 avenue de la République –  92001 Nanterre Cedex

http://www.passes-present.eu/fr
contact@passes-present.eu

Website: Année européenne du patrimoine culturel 2018 : nouvelles fonctionnalités du site français

patrimoineeurope2018.fr

Disponible en 5 langues (allemand, anglais, espagnol, français, italien), le site Internet du ministère français de la Culture dédié à l’Année européenne du patrimoine culturel 2018 (https://patrimoineeurope2018.culture.gouv.fr) offre de nouvelles fonctionnalités :

  • Une carte interactive qui rassemble au fur et à mesure l’ensemble des événements labellisés dans le cadre de l’Année européenne du patrimoine en France et met en lumière certaines manifestations innovantes, fédératrices ou pérennes. A ce jour, plus de 150 événements ont été mis en ligne sur les 400 référencés. La labellisation s’appuie sur l’expertise des directions régionales des Affaires culturelles, qui ont la charge de sélectionner et de labelliser les manifestations candidates.
  • Les événements nationaux récurrents, organisés ou soutenus par le ministère de la Culture, sont labellisés Année européenne du patrimoine culturel 2018
  • Une rubrique « Actualités en Europe » rassemble les initiatives européennes et transnationales, à l’instar des « Rendez-vous aux jardins » début juin, organisés pour la première fois en 2018 dans une quinzaine de pays européens et des initiatives européennes qui prendront cette année une coloration patrimoniale particulière
  • Les partenaires du ministère de la Culture :
    • la chaîne de télévision ARTE consacre un dossier spécial “Année européenne” sur son site Internet en plusieurs langues.
    • Toute l’Europe consacre également un dossier spécial à cette Année, avec de nombreux contenus, statistiques et informations sur l’Europe des patrimoines
    • Relais Culture Europe informe les acteurs du patrimoine sur les possibilités de financements européens en faveur de la culture et du patrimoine.
  • Une rubrique « Médias de l’année » met en lumière des outils et applications numériques, cartographiques et pédagogiques innovants.
  • Une rubrique « Patrimoine et institutions européennes » permet d’aller à la rencontre des institutions architectes de cette année, de promouvoir leurs actions et de démontrer la dynamique en faveur des patrimoines en Europe.

La plate-forme “patrimoineeurope2018.fr” propose aussi aux porteurs de projets la possibilité d’accéder facilement au formulaire de demande de labellisation(https://patrimoineeurope2018.culture.gouv.fr/Demande-de-labellisation) et d’obtenir des informations relatives à cette procédure, ouverte jusqu’au 31 décembre 2018.

Elle permet enfin de valoriser largement la richesse, la diversité et les compétences des acteurs patrimoniaux, qui travaillent au cœur des thématiques européennes et se mobilisent en faveur de tous les types de patrimoine, portent des projets novateurs, vecteurs d’attractivité culturelle des territoires, de dynamisme économique, de cohésion sociale et environnementale. Certaines initiatives remarquables pourront aussi essaimer dans d’autres pays ou viendront alimenter les réflexions menées sur le patrimoine au sein de la Commission européenne, mais également du Conseil de l’Europe.

Funding: Nouveau protocole d’accord pour le Fonds d’aide aux échanges artistiques et culturels (FEAC) pour l’Outre-Mer : l’intégration du PCI dans les critères d’éligibilité

Le Fonds d’aide aux échanges artistiques et culturels (FEAC) pour l’Outre-Mer a été créé en 1999 et repose sur un protocole d’accord signé par la ministre de la Culture et la ministre des Outre-Mer. Ce fonds est destiné à soutenir la diffusion des productions artistiques des territoires d’Outre-Mer entre ces territoires, leur environnement régional, la métropole et l’Europe, et l’international.

Un nouveau protocole est en cours de signature actuellement. Les principaux changements portent sur la clarification de l’organisation du Fonds, qui connaît par ailleurs une dotation en hausse par rapport à 2017, et sur de nouvelles dispositions. Parmi elles, j’attire votre attention sur le fait que la diffusion du patrimoine culturel immatériel est désormais expressément visée dans les critères d’éligibilité des dossiers candidats, afin d’apporter une meilleure visibilité à ce domaine culturel et d’encourager son développement dans les territoires ultramarins.

Nouveaux critères d’éligibilité (art. 2 à 4 du protocole d’accord 2018 en cours de signature)
 

Le fonds a pour objet principal de participer au financement des frais de transport des personnes et matériels nécessaires au projet concourant à :

 

– la circulation des artistes, des créateurs (dont métiers d’art, savoir-faire et design), la création et la diffusion des œuvres, des spectacles et du patrimoine culturel immatériel en général ;

– la tenue de manifestations culturelles ;

– la mise en place d’actions de formation pour la professionnalisation des artistes et des acteurs culturels, la recherche en art, et les besoins en ingénierie ;

Les projets sont choisis en fonction des critères suivants :

– l’existence d’un échange entre les collectivités d’Outre-mer entre elles et/ou l’hexagone et/ou l’international ;

– la qualité artistique du projet ;

– l’apport en matière de développement culturel.

Sont privilégiés les projets :

– proposant un partenariat entre plusieurs artistes/créateurs ou structures culturelles

– n’ayant jamais obtenu l’aide du fonds ;

– intégrant un volet d’éducation artistique et culturelle ou de solidarité territoriale.



Les formulaires de candidature peuvent être téléchargés sur les sites Internet de toutes les DAC Outre-Mer.

Exemple pour la DAC Guadeloupe : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Dac-Guadeloupe/Actualites/FEAC-2018

Videos: Journées professionnelles 2017 “Participer/participez ! Patrimoines est dispositifs participatifs” : les vidéos sont en ligne !

Les captations vidéos des journées professionnelles des 5 et 6 octobre 2017 “Participer / Participez ! Patrimoines et dispositifs participatifs”, organisées par la direction générale des Patrimoines (DPRPS/DPP), en collaboration avec l’Institut national du Patrimoinesont en ligne.

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Connaissance-des-patrimoines/Thematiques-de-recherche/Patrimoine-et-societe/Patrimoines-et-dispositifs-participatifs-videos

FA: école doctorale “Processus de patrimonialisation”, EPA, Porto-Novo [DL: 1er mars]

ECOLE D’ETE DOCTORALE
Processus de patrimonialisation, usages et « muséification » du passé
Porto-Novo, Bénin (17-31 juillet 2017)

Les processus de patrimonialisation ou la revendication d’un héritage dans le cadre d’une (re)construction nationale, locale et /ou ethnique sont des phénomènes complexes. Dans les périodes de transition historique, les enjeux sont multiples et la fragilité du contexte politique est un riche terreau pour un renouveau des rapports à la représentation du passé. Pour comprendre ces processus, il faut mobiliser des savoirs en histoire, en anthropologie, en archéologie, en sciences politiques, en histoire de l’art, et en muséologie. Leur décryptage nécessite une collaboration interdisciplinaire, qui n’est pas toujours aisée à instaurer dans le cadre institutionnel existant dans le domaine de la recherche, construit autour de disciplines distinctes. Le but principal de cette école d’été est de créer un espace de formation des doctorants et d’échange interdisciplinaire entre des chercheurs travaillant sur les processus de patrimonialisation, les usages et la « muséification » du passé en lien avec la construction nationale (ou plus largement identitaire).

L’école thématique prendra la forme d’une formation à la recherche en sciences sociales. La première édition fut organisée à Istanbul, à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (juin-juillet 2016), la deuxième au Cap, en collaboration avec Iziko Museums of South Africa et l’Institut Français d’Afrique du Sud (juillet – août 2017).

Nous organisons notre troisième université d’été à Porto-Novo, avec un groupe de doctorants et d’artistes sélectionnés suite à un appel à candidatures. L’école a une double finalité. Premièrement, une finalité scientifique : mener une réflexion sur les processus de patrimonialisation (notamment en contexte postcolonial, post-dictatorial et à l’issue des conflits politiques), sur les usages et la « muséification » du passé en lien avec la construction nationale. Deuxièmement, l’école a une finalité pédagogique : proposer aux doctorants d’effectuer un court stage de terrain ethnographique, leur permettant de pratiquer différentes méthodes de recherche en sciences sociales et politiques.

Format de l’école
L’école comporte plusieurs volets :

– des enseignements dispensés par des professeurs provenant des institutions partenaires, mais également par des professeurs invités. Les enseignements porteront tant sur la méthodologie de la recherche, que sur des sujets comme l’histoire des politiques urbaines/ des musées/ des recherches archéologiques au Bénin. Aux cours et ateliers « classiques » s’ajouteront des discussions informelles quotidiennes avec les étudiants tout au long de l’école, pour les aider à remanier leur projet, à élaborer les guides d’entretiens, à trouver des références bibliographiques ou des sources documentaires, etc.
un atelier pratique d’anthropologie visuelle

– des visites guidées de la ville, des musées et de sites patrimoniaux

– une enquête de terrain proprement dite : des « équipes » de trois étudiants réaliseront une recherche de terrain (entretiens, observation participante, recherche dans les archives nationales centrales ou locales/ privées, etc.)

– un atelier de pratiques curatoriales, en collaboration avec l’Ecole du Patrimoine Africain (EPA) et le Centre culturel Ouadada, dans lequel les doctorants apprendront à concevoir une exposition, du projet scientifique muséographique jusqu’à la mise en place des partenariats et des dispositifs de médiation.

– l’école thématique sera close par une présentation des résultats de cette recherche préliminaire, sous une forme choisie par les doctorants : présentation orale, poster scientifique, exposition photographique/ multimédia (extraits d’entretiens, matériel vidéo), projet de film documentaire ou happening dans un musée/ atelier d’artiste.

Contenu scientifique :
Les cours et les projets de recherche des doctorants se déploieront sur quatre axes principaux, à savoir : 1. les politiques urbaines et les politiques de la mémoire, 2. les constructions muséographiques, 3. les pratiques artistiques contemporaines, 4. les pratiques archéologiques.

1. Les enseignements mettront en discussion les représentations du passé dans le tissu urbain de Porto-Novo. L’intention est d’inviter les étudiants à mener une réflexion sur la manière dont l’espace urbain lui-même (re)présente différentes narrations historiques et construit la mémoire culturelle de la ville et de la « nation » : comment gère-t-on/ efface-t-on la mémoire du passé ? Quels sont les enjeux symboliques et politiques des projets d’aménagement urbain imaginés par les différents régimes politiques ? Comment reconstruit-on la ville (post)coloniale ? Comment des « sites » spécifiques (lieux, événements clés pour l’histoire du colonialisme, de l’esclavage mais aussi pour les royautés et les religions) deviennent des lieux de l’oubli, de l’amnésie politique ou sociétale ou, en reprenant la formule de Nora, des « lieux de mémoire » ?

2. Les doctorants seront invités à s’interroger sur les processus de réécriture, renégociation, réappropriation du passé colonial à partir des collections muséales. On vise à aider les étudiants à comprendre, explorer et développer des pratiques curatoriales liées à la mise en exposition des collections d’objets historiques, « ethnographiques » ou d’art. Les cours et les visites des musées problématiseront les pratiques de « savoir-pouvoir » inhérentes à la construction des archives, la production des sources ainsi que leur utilisation pour l’écriture de l’histoire.

3. Ensuite, on interrogera les pratiques artistiques qui se positionnent par rapport à ces métamorphoses de l’espace urbain, à l’amnésie politique ou sociétale. En rencontrant des artistes contemporains, en visitant des musées et des espaces artistiques, on examinera les enjeux esthétiques, politiques et épistémologiques de la rencontre entre l’art contemporain et les politiques urbaines et muséales.

4. Finalement, on interrogera la production des savoirs sur le passé à travers les pratiques archéologiques, leur mise en valeur et la particularité de leur histoire au Bénin.

Professeurs :
Les enseignements et les ateliers méthodologiques seront donnés par des spécialistes en anthropologie urbaine, politique et visuelle, en histoire de l’art et de l’archéologie, en sociologie politique, en géographie urbaine et en art. Liste (non-exhaustive) des professeurs: Leonce Raphaël AGBODJELOU, Porto-Novo; Nodicao BACHALOU, Abomey; Gérard BASSALE, Centre culturel Ouadada ; Gaëlle BEAUJEAN, Musée du quai Branly Jacques Chirac (TBC); Felicity BODENSTEIN, Technische Universität, Berlin ; Théodore DAKPOGAN, Porto-Novo ; Benoît De L’ESTOILE, ENS/CNRS ; Gabin DJIMASSE, Abomey; Stephan GOLDRAJCH, Bruxelles; Didier HOUENOUDE, Université Abomey-Calavi; Estelle LECAILLE, Mòsso, Bruxelles ; Thierry OSSOU, Porto-Novo ; Damiana OTOIU, Université de Bucarest ; Bénédicte SAVOY, Technische Universität, Berlin (TBC); Anna SEIDERER, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis ; Marie ZOLAMIAN, Liège.

Les doctorants auront la possibilité de rencontrer non seulement des chercheurs (anthropologues, archéologues, sociologues, historiens de l’art, etc.) mais également des artistes, des professionnels des musées, des architectes ou urbanistes. Ils pourront aussi bénéficier des ressources qui seront mises à leur disposition par l’Université d’Abomey Calavi, l’Ecole du Patrimoine Africain, les Archives nationales et les musées de Porto-Novo (Musée d’ethnographie Alexandre Senou Adandé et le Palais Honme).

Sélection des participants :
Les candidats devront envoyer une brève présentation de leur recherche doctorale (2-3 pages plus bibliographie et sources) et un CV, en français ou en anglais, avant le 1er mars 2018 à heritage.doctoralschool@gmail.com. L’école se déroulera en langue française. Le résultat de la sélection des candidatures sera transmis deux semaines après la date limite.

Co-organisateurs :
Felicity BODENSTEIN, Technische Universität, Berlin,
Didier HOUENOUDE, Université Abomey-Calavi,
Damiana OTOIU, Université de Bucarest,
Anna SEIDERER, Université Paris 8, Vincennes – Saint-Denis.

Détails logistiques et financiers :
La participation à l’école thématique est gratuite, et des bourses de voyage seront disponibles pour un nombre limité d’étudiants. Des financements seront notamment disponibles pour les étudiants de la région.  Lors de l’envoi de votre dossier de candidature, veuillez nous indiquer si vous souhaitez bénéficier d’une telle aide. Les autres participants devront couvrir leurs propres frais de transport et de logement.

Institutions partenaires :
Ecole du Patrimoine Africain, Porto-Novo
Université Abomey-Calavi, Cotonou
Centre culturel Ouadada, Porto-Novo
Technische Universität, Berlin, Kunstgeschichte der Moderne, projet Translocations
Université Paris Lumières, projet Glissements de terrains : Les collections muséales réinvesties par le champ de l’art contemporain
Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne, projet Les musées comme terrain : stratifications et relectures contemporaines des héritages coloniaux en France et en  Allemagne
Ecole normale supérieure, Département de Sciences Sociales
Centre Maurice Halbwachs
Esthétique, Pratique et Histoire des Arts (EPHA), Université Paris8/ Vincennes, Saint-Denis
Humboldt-Universität zu Berlin, The Centre for Anthropological Research on Museums and Heritage (CARMAH)
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, le centre HiCSA (Histoire culturelle et sociale de l’art)
Le Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales (CEREFREA Villa Noël), Université de Bucarest, l’axe de recherche Processus de patrimonialisation, usages et mises en musée du passé
Mòsso, Plateforme indépendante pour l’art contemporain, Bruxelles

Ressources : “Répertoire des ressources documentaires du ministère de la Culture”, édition électronique 2017

Le nouveau Répertoire des ressources documentaires du ministère de la Culture présente, en 164 fiches proposant un accès direct aux ressources documentaires en ligne, les ressources physiques et numériques du ministère français de la Culture, de ses services déconcentrés et des établissements qui lui sont rattachés.

Inspiré de l’ouvrage édité en 1994 Se documenter au ministère de la Culture et de la Francophonie (La Documentation française), ce répertoire partage le même objectif de faciliter l’accès aux diverses formes de production documentaire dans le domaine culturel. L’essor du support numérique et les politiques de numérisation et d’accessibilité des ressources culturelles ont toutefois considérablement enrichi l’offre proposée au public. L’accent a donc été mis, dans cette édition 2017, sur les ressources en ligne, privilégiant l’accès direct : ressources pédagogiques, bases de données, catalogues de collections, etc., intéressant en cela en particulier les professionnels du patrimoine, les responsables de formation, les enseignants-chercheurs et les étudiants.

Version au format PDF, à feuilleter et télécharger, sur le site du ministère de la Culture :

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Documentation/Publications-revues/Repertoire-des-ressources-documentaires-du-ministere-de-la-Culture