Monthly Archives: July 2012

CFP:colloque “tradition” (Cluj-Napoca, Roumanie)

Université BabeÅ-Bolyai, Cluj-Napoca, Romania
Faculté des Lettres, Département dâEthnographie et dâAnthropologie Hongroise

A qui appartient la tradition? A quoi sert-elle?
La tradition entre culture, utilisateur et entrepreneur

Au long du 20ème siècle se sont succédés trois grands paradigmes dans
lâinterprétation des traditions. Le premier concernait lâappropriation
de la tradition par le contexte de la culture. Ce paradigme
sâintéressait à la typologie, à la diffusion, à la morphologie, à la
structure, à la fonction et à lâhistoire de la tradition. Le deuxième,
le paradigme sociologique, visait les modes dâutilisation de la
tradition, les attitudes envers la tradition et exprimées par la
tradition (la tradition inventée de Hobsbawm, la communauté
interprétative de Fish, la mémoire collective de Halbwachs et Assmann,
les speech communities de D. Hymes). De nos jours, la patrimonialisation
de la culture propose un nouveau paradigme, celui de la gestion de la
tradition (muséalisation de lâespace, fabrication de lâhistoire,
domestiquer lâhistoire ou la religion). Nous considérons que chaque
paradigme a découvert des aspects différents de la tradition, et en même
temps par ces découvertes ces paradigmes ont conduit à des «
expropriations » de la tradition. Nous considérons donc que les
questions posées dans le titre (à qui appartient/appartenait la
tradition? à quoi sert/servait-elle? comment la tradition
existe/existait-t-elle?) sont scientifiquement justifiées.
Le colloque propose lâanalyse des états de la tradition, des multiples
formes de la relation entre les individus et la communauté, lâindividu
et la culture, les traditions et la communauté. Les organisateurs
attendent des analyses de cas sur les contextes, les fonctions des
traditions européennes au long du 20ème siècle.

Les propositions de communication (de 200 mots maximum) seront envoyées,
accompagnées dâun court CV, à vkeszegv@gmail.com jusquâau 31 août 2012.
Le Comité Scientifique communiquera la sélection des propositions à
partir du 10 septembre.

Le colloque aura lieu le 6 décembre 2012, le lendemain les participants
bénéficieront dâune excursion aux alentours de Cluj. Le colloque
sâadresse aux doctorants en sciences sociales.
Arrivée: le 5 décembre 2012. Départ: le 7 décembre, après-midi ou le 8
décembre.
Les organisateurs assurent lâhébergement et les frais de repas.
Les actes du colloque seront publiés en 2013.
Les communications feront au maximum 20 minutes et pourront être
présentées dans les langues de travail suivantes : anglais et français.

Au nom du comité dâorganisation,
Dr. Vilmos Keszeg, professeur

Advertisements

Bourses des collections du Musée du quai Branly : lancement de l’appel à candidatures 2012-2013

Le musée du quai Branly lance un appel international à candidatures pour l’édition 2012-2013 des bourses d’étude pour la documentation des collections du musée du quai Branly . Cinq bourses, parmi lesquelles la bourse du Cercle Lévi-Strauss qui s’inscrit dans ce programme, sont offertes cette année. Les candidats devront adresser leur dossier avant le 15 septembre 2012.
Pour en savoir plus : http://www.quaibranly.fr/fr/enseignement/bourses/bourses-des-collections/appel-a-candidatures-des-bourses-des-collections-2012-2013.html

Call for project : Appel à projet du Ministère de la Culture et de la communication pour des films documentaires dans le domaine du patrimoine ethnologique et immatériel.

Appel à projet du Ministère de la Culture et de la communication

pour des films documentaires dans le domaine du patrimoine ethnologique et immatériel.

La Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture (département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique) en collaboration avec le CNC, attribue des aides pour soutenir la réalisation de films documentaires en vue du développement de la recherche en ethnologie de la France et de la sensibilisation du public le plus large au patrimoine ethnologique et immatériel. Les projets présentés doivent concerner le domaine français, soit exclusivement, soit dans le cadre d’une approche comparée.

Les projets relatifs aux productions audiovisuelles seront examinés par un jury qui se réunira en janvier 2013.

Les dossiers sont à adresser avant le 31 décembre 2012 à Christian Hottin, adjoint au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Direction générale des patrimoines, 6 rue des Pyramides, 75 001 PARIS.

Le dossier à envoyer en 7 exemplaires doit inclure

–  1 note d’intention du réalisateur

– 2 pages de synopsis

– 1 note technique du réalisateur

– 1 CV du réalisateur

– 1 CV de la société de production

– une attestation d’engagement ou de contacts pris avec les diffuseurs (lettre    d’intérêt ou contrats)

– un plan de financement

– un budget prévisionnel

Renseignements : Christian Hottin, 01 40 15 77 37 ou 01 40 15 87 24 (sec.)

adresse électronique : christian.hottin@culture.gouv.fr

 

Seminar: Séminaire sur les pratiques administratives du pci en Europe

L’administration du patrimoine culturel immatériel en Europe :

Organisation, réglementation et procédures

Séminaire international organisé par le Centre français du patrimoine culturel immatériel (Maison des Cultures du Monde) avec le soutien et la participation de la Direction générale des patrimoines (Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique

Vitré, Centre français du patrimoine culturel immatérie

6 et 7 septembre 2012

 

Entre le texte de la Convention adoptée par l’UNESCO le 17 octobre 2003, et l’infinie diversité des communautés qui le fondent ou des formes qu’il peut prendre, le patrimoine culturel immatériel (PCI) se décline en autant de politiques qu’il y a d’États parties à la Convention.

Sur le site de l’UNESCO, les listes d’éléments inscrits, qui constituent l’aspect le plus spectaculaire mais non le plus important de ces politiques, présentent une forme unifiée. Cette apparence est trompeuse : chaque dossier, avant d’être traité par l’administration de l’UNESCO, est le résultat de processus administratifs nationaux souvent très divers. La comparaison entre les inventaires dressés par chaque pays fait encore mieux apparaître cette diversité des approches dans la mise en œuvre de la Convention, sans que soient toujours explicitées les conditions de réalisation de ces inventaires.

Ce séminaire organisé par le Centre français du patrimoine culturel s’inscrit dans le cadre d’un partenariat pluriannuel entre la Maison des Cultures du Monde et le Ministère de la Culture. Il vise à mieux comprendre comment la Convention est déclinée au sein des pays d’Europe qui l’on ratifiée, non pas en se focalisant uniquement sur les mesures de sauvegarde (listes, inventaires, renforcement des capacités des communautés), mais en cherchant également à rendre compte des réponses institutionnelles élaborées par les États à partir du cadre schématique donné par le texte de l’UNESCO. Comment se traduisent dans les différents contextes nationaux les outils et concepts clefs de la Convention, tels que les inventaires ou les notions de communauté et de participation ? Quelles étaient les politiques dans le champ du patrimoine immatériel qui préexistaient à la ratification de la Convention ? Quels services ont-ils été investis de la mise en oeuvre de ce texte ? Comment ces politiques s’inscrivent-elles dans les politiques patrimoniales des Etats ? Quelles instances consultatives ont été mises en place ? Quels furent ou quels sont les problèmes recontrés ? Quel jugement porter sur les résultats obtenus ?

Cette rencontre rassemblera des représentants d’institutions culturelles de différents pays européens ayant ratifié la Convention de 2003, en présence et avec la participation de chercheurs sur le PCI.

 

 

Programme provisoire

 

Jeudi 6 septembre

 

13h30 Accueil des participants au CFPCI et déjeuner

 

14h15 Ouverture de la rencontre en présence des représentants du Ministère de la Culture et de la Maison des Cultures du Monde ; présentation du CFPCI.

 

14h30 Introduction par Séverine Cachat (CFPCI) et Christian Hottin (DGP-DPRPS)

 

14h45 Première intervention : La Suisse, par M. David Vitali, responsable des Affaires internationales, Office fédéral de la Culture.

 

15h45 Deuxième intervention : La Norvège, par Mme Vibeke Mohr, Department director, Kulturavdelingen

 

16h45 Troisième intervention : L’Allemagne, par Mme Gertraud Koch, professeur en sciences de la communication et anthropologie de la connaissance à l’Université de Friedrichshafen (Zeppelin University) et M. Benjamin Hanke, responsable de programme, division culture et Mémoire du monde, Commission allemande pour l’UNESCO

 

Discussion générale suivie de la visite du Centre français du patrimoine culturel immatériel

 

Dîner et visite de Vitré

 

 

Vendredi 7 septembre

 

9h Quatrième intervention : L’Espagne, par Mme Ángeles Alastrué, Sous-Directrice de la protection du patrimoine historique, ou Mme Elisa de Cabo de la Vega, Sous-Directrice adjointe du patrimoine historique, Sous-Direction générale du patrimoine historique, Ministère de la Culture.

 

10h Cinquième intervention : la France, par M. Christian Hottin, adjoint au Département du pilotage de la recheche, Direction générale des patrimoines, Ministère de la Culture

 

11h Sixième intervention : Le Portugal, par M. Paulo Ferreira da Costa, Directeur du département du patrimoine immatériel, Instituto dos Museus e da Conservação, Palácio Nacional da Ajuda

 

12h Déjeuner

 

13 h30 Septième intervention : La Belgique

 

–                    Flandre : Mme Jorijn Neyrinck, directrice, Tapis Plein

–                    Wallonie et Bruxelles : M. Jean-Pierre Ducastelle, directeur, Maison des Géants d’Ath

 

14h45 : Table ronde finale animée par M. Cyril Isnard, CIDEHUS/Universidade de Évora, avec la participation de Moussa Talbi, Université de Clermont-Ferrand/Laboratoire EA4232

 

16h : Conclusions

 

Participation sur inscription uniquement :

 

Centre français du patrimoine culturel immatériel

Prieuré des Bénédictins

2 rue des Bénédictins – 35500 VITRE

severine.cachat@cfpci.fr

Tel : 02 99 75 82 04

 

Langues de travail : français, anglais.

CFP : The Postcolonial Museu: the Pressures of Memory and the Bodies of History

Call for papers: *The Postcolonial Museum: the Pressures of Memory and the
Bodies of History.**

7-8 February 2013* -* University of Naples “l’Orientale”*

International Conference, as part of the European Museums in an Age of
Migrations (MeLA): http://www.mela-project.eu/
Organised by the University of Naples “l’Orientale”, MeLa RF2.

*Call for Papers:*

How to conceive of a “postcolonial museum” in the contemporary epoch of
mass migrations, Internet and digital technologies? How to consider this
space, practices and institutions in the light of the repressed histories,
sounds, voices, images, memories, bodies, expression and cultures that the
Occident has either denied or investigated as merely objects of traditional
display practices? How to retrace and re-route museums perspectives taking
into account the pressures of the denied bodies of European history
repressed in its colonial past and present?

How to re-think memory and its means in the light of the dissonant,
asynchronous and displaced memories coming to meet us from the unregistered
present, and the future narration of contemporary migration?

How to re-open the museum space, in order to transform it from a place of
national identity and the accumulative logic multiculturalism, to a site of
contaminations, fluxes, border-crossings and migrating memories?

Focusing on the transformation of museums (meant as cultural spaces rather
than physical places) into living archive through creation, participation,
production and innovation we will also consider the following issues:

How does the museum reshape its cultural spaces in the light of the
precarious conditions of work of the subjectivities working within its
context? How are those subjectivities produced within this context? How do
new media arts participate in the complex transformation of cultural
artwork?
How to work towards new forms of archiving — “affective”, sensorial, sound
and fluid archives — even in conventional museum spaces?

MeLa Research Field 2 (http://wp2.mela-project.eu/), composed of
Researchers from the University of Naples “l’Orientale”, is investigating
these issues in order to contribute to a different comprehension of museums
and archiving practices that respond to postcolonial and cultural studies
in order rethink museums as mobile and “heterotopic spaces”, rather than
stable places of institutional memory.

*Invited speakers include*:

Ursula Biemann, artist, curator and researcher, Institute for Theory of Art
and Design, Zurich, Switzerland.
Tarek Elhaik, anthropolgist and curator, San Francisco State University, USA
Viviana Gravano, Professor of Arts, Academy of Fine Arts, Brera, Italy
Achille Mbembe, Professor in History and Politics, University of the
Witwatersrand, South Africa
Fiamma Montezemolo, Artist and Lecturer of Art Practice at Berkeley
University and of Critical Studies at the California College of the Arts.
Ebadur Rahman, Chief curator of «Bengal Foundation» and Editor of
Jamini-International Art Magazine, Dhaka, Bangladesh
Françoise Vergès, Reader at the Centre for Cultural Studies, Goldsmith
College, London, and President of the Comité pour la Mémoire de
l’Esclavage, France

*Submissions are invited in the following areas*:

a) Migrating Museums
Theoretical contributions to the study of museums and archiving practices
in migrating, postcolonial and multicultural societies.
Migration, border-crossings and the pressures of the denied and patrolled
bodies of migrants: how to conceive and promote different European
citizenships.

b) From the single artist to participative museums and social technology.
Beyond institutional representation: practices of shared curatorial
experiences in community museums and participative art.
New forms of sociability (social participation/ digital technologies). The
museum from an institutional dispositif of modernity to a social technology.

c) Subjectivity and artists in the age of precariousness and immaterial
labour
The role of the artist: political activism/cognitarian labour versus
capitalism.
Immaterial and affective labour in the museum: precarization and the
production of subjectivities in arts practices.

d)  Museums, digital archives and new media arts
Digital and Internet technologies as alternative forms of archiving and
“making memory”.
New media arts and artworking:  acknowledging the changed conditions of the
production of cultural artwork in neo-liberal societies and transnational
spaces.

e) Alternative archiving practices.
From display, exhibition and collection practices to transforming and
“affective” museum experiences.
Art practices and fluid archives.
Music and sound as a vehicle for different modes of experiencing and
transmitting memory.

*Instructions for submission:
*
Abstracts of maximum 300 words for individual papers should be submitted to
Mariangela Orabona (mariangelaorabona@gmail.com) by 14thSept. 2012.

The abstracts should include the following information:

Title of paper
Author name(s)
Affiliation and position
Email address
Abstract

Keywords (maximum 5)

Authors will be notified of the acceptance of their proposals by 24th
Sept;on that occasion they will receive the publication stylesheet.Accepted
speakers will be required to submit a full paper of minimum 4000 words in
advance of the conference to Mariangela Orabona  by 7thJanuary 2013.

Paper presentations at the conference should summarise the key arguments
and findings of the full paper, which will be published in March 2013 by
Ashgate Publishing.

There is no registration fee for the conference and buffet lunch will be
provided.

Proceedings:

A selection of the conference proceedings, presented in person at the The
Postcolonial Museum: the Pressures of Memory and the Bodies of History
International Conference, in a volume to be published by Ashgate. The
material is expected to be original and to have not been already published
elsewhere. Young scholars are warmly invited to participate.

MeLA RF2 Conference organising committee, University of Naples
“l’Orientale”:
Prof. Iain M. Chambers (RF2 leader)
Prof. Lidia Curti (Honorary Professor)
Dr Alessandra De Angelis, Beatrice Ferrara, Giulia Grechi, Mariangela
Orabona (MeLa researchers)

Symposium: “Le patrimoine et son droit. Questions juridiques, éthiques et culturelles”

Colloque international

Le patrimoine archéologique et son droit Questions juridiques, éthiques et culturelles

mardi 9 & mercredi 10 octobre 2012

Théâtre Claude Lévi-Strauss coproduit par le Centre d’études sur la coopération juridique internationale (CECOJI/CNRS), le Ministère de la culture et de la communication (Direction générale des patrimoines – Sous-direction de l’archéologie), et le musée du quai Branly

Colloque patrimoine archéologique et son droit

Entrée libre et gratuite. Renseignement et inscription auprès du CECOJI : cecoji@ivry.cnrs.fr – tél. 01 49 60 41 91, fax 01 49 60 49 36

 

Exhibition : Museo Pigorini. Mostra [S]oggetti migranti, Rome

Museo Nazionale Preistorico Etnografico “Luigi Pigorini” in Rome to launch in September an exhibition to foster long-term collaborations between ethnography museums and the representatives of European diaspora communities
Building on the experience of collaboration between museums and migrant communities that was launched by the Musée royal de l’Afrique Centrale of Tervuren (Belgium), Leader of European projects “Rime” (Ethnography Museums and World Cultures) and “Read-me” (Réseau Européen des Associations de Diasporas & Musées d’Ethnographie), and European “model” of participative museography
Following the International Colloquium titled Beyond Modernity. Do Ethnography Museums Need Ethnography?, which was designed within the framework of European Project “Rime” (www.rimenet.eu), the ethnography division of the Museo Nazionale Preistorico Etnografico “Luigi Pigorini” is assembling an innovative exhibition titled [S]oggetti Migranti (“Migrant S(o)bjects”), to be launched on September 20th.   []
The show will be open until April 2nd, 2013, and it is the closing event of European Project “Read-me” (Réseau européen des Associations de Diasporas & Musées d’Ethnographie”), conceived at the Musée royal de l’Afrique Centrale (Mrac – www.africamuseum.be) by ethnologist and Head of the Ethnography Division Anne-Marie Bouttiaux to promote the participation of diaspora organizations to ethnography museums’ cultural activities and policies.
The first edition of  “Read-me” was launched in 2007 and closed in 2009. This current second edition, titled [S]oggetti migranti (www.soggettimigranti.beniculturali.it), is led by the Pigorini museum, and its partners are the Mrac, the Musée du Quai Branly in Paris(www.quaibranly.fr)and Vienna’s Museum für Völkerkunde (www.ethno-museum.ac.at/en).
The exhibition [S]oggetti Migranti has been designed within the “Read-me” framework, hence in collaboration with the project’s partner museums and organizations representing communities of the diaspora living in Italy, Belgium, France, and Austria. It focuses on the migration paths of objects collected by ethnography museums, and it gives special attention to the multiple narratives associated to such objects and to the promotion of a contemporary stance on them geared to reactivate and share museum collections.
In an interview with “Read-me II” Project coordinator Vito Lattanzi that was published in a 2008 issue of the journal “Antropologia Museale” (#20/21), Anne-Marie Bouttiaux clearly points out that Read-me’s aim is to build long-term relations between museums and the representatives of diaspora communities:
 “Today, European countries”, she observes, “must face issues related to immigration and, at times, a climate of quasi racial hatred emerges. European populations dealing with those who had to migrate and are looking for better living conditions are not free from racism. I believe that a dialogue with the representatives of diaspora communities who have experienced adaptation problems and are now integrated into the society is key to establishing new relations with their countries of origin. We know, in fact, that European countries are not gardens of heaven, for us as well as for newcomers. Their living conditions may even be worse here that those they leave behind”.
Through the “Read-me” projects, ethnography museums enter the arena of the criticalities and the delicate political processes that are related to the contemporary flows of migration within the Mediterranean area.
“At times”, continues Anne-Marie Bouttiaux, “policies show ambiguities, due to different and uncertain opinions on how to welcome, or reject immigrants. The stakes are high, and this is why there’s a political reason for Read-me’s focus on understanding ‘others’ as ones who, just like us, simply struggle for welfare.”
Read-me’s promotion of forms of collaboration and participation of the diaspora to European ethnography museums’ cultural policies is to be understood within the framework of the complex and tricky scenario of the many visions of inclusion/exclusion that connote the process of “designing” the European community itself.
This is the context of the forthcoming exhibition [S]oggetti Migranti, which will not only be the tangible result of an experience of collaborative design with the representatives of some of the diaspora communities living in Rome, Tervuren, Vienna, and Paris, but also the testimony of an innovative and inclusive way to assemble exhibitions and conceive the museum that takes advantage of and promotes the viewpoints of new European citizens who become active agents of heritage.

Appel à candidature: bourses doctorales

Suite à l’appel à candidatures du Fonds pour la Recherche en Sciences
Humaines (FRESH, Belgique), ouvert à tous les candidats doctorants
souhaitant s’engager dans une thèse en Belgique francophone, les
enseignants-chercheurs du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes
Contemporains de l’Université libre de Bruxelles sont prêts à superviser des
candidatures à une bourse de doctorat dont les projets de recherche
toucheraient aux thèmes suivants:

– les dynamiques rurales au Laos;
– le néolibéralisme (en Afrique ou en Europe);
– la contestation politique (en Afrique ou en Europe);
– les régimes semi-autoritaires (en Afrique ou en Europe);
– les dynamiques d’autochtonie en Afrique ou en Amérique latine;
– l’anthropologie du capitalisme (multinationales, monde social de la
finance);
– religion et dynamiques politiques en Afrique;
– religion et développement en Afrique;
dynamiques patrimoniales en Afrique.

Les candidats intéressés sont invités à envoyer un projet de recherche d’une
page maximum, accompagné d’un cv (mentionnant l’année d’obtention du diplôme
de master, les mentions obtenues et le rang au sein de la promotion), au
format pdf, à Joël Noret (jnoret@ulb.ac.be) avant le 28 juillet.

Les candidats retenus seront recontactés avant le 5 août.

Informations sur le FRESH:
http://www2.frs-fnrs.be/uploaddocs/docs/SOUTENIR/FRS-FNRS_INFOS_FRESH_FR.pdf

Informations sur le Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains:
http://lamc.ulb.ac.be/

CFP : Culture et Musées

Appel à contribution
« 
Tourisme et médiations des patrimoines »

Numéro sous la direction de Émilie Flon,

Equipe Culture et Communication du Centre Norbert Elias (UMR 8562),

Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

 

La mise en tourisme suppose la mise en valeur des patrimoines et l’organisation d’un dispositif d’accueil et de médiation qui prévoit et organise la présence des « touristes ». La mise en tourisme est également un processus qui remodèle notre perception de la réalité, car le tourisme est fortement lié à l’imaginaire (Urbain, 1998). Le tourisme a été abordé comme la visite d’un lieu symboliquement mis à distance, dans la mesure où il représente une altérité ; le processus constitutif du tourisme se poursuit par la « recréation » de ce lieu afin de se l’approprier alors même qu’il se situe hors du quotidien (Stock, 2005). Par exemple le séjour dans un lieu exotique va être approprié à travers une pratique de repos, ou un lieu inconnu approprié à travers une pratique de découverte.

Si l’on considère la pratique touristique comme cette requalification d’un lieu à travers sa pratique, les liens entre tourisme et médiations des patrimoines sont forts. Les médiations touristiques sont souvent critiquées pour leur caractère factice, inauthentique. La question de l’authenticité et de l’inauthenticité a été traitée par une abondante littérature, dans laquelle les médiations touristiques sont souvent considérées comme la manifestation d’une façade ou de stéréotypes touristiques, en décalage avec la réalité du quotidien (MacCannell, 1973, 1976) et l’authenticité des patrimoines. Il s’agit de dépasser l’antagonisme traditionnel entre authenticité et mise en tourisme, afin de comprendre ce que la mise en tourisme apporte à la médiation des patrimoines au travers de leur mise en scène et de la construction d’une représentation et d’une attraction touristiques pour ces patrimoines.

Les médiations permettent de partager un espace-temps particulier, consacré à la mise en relation avec le patrimoine : elles cherchent à créer un pont entre le « touriste » visiteur, l’objet ou le lieu patrimonial, et l’univers de référence du patrimoine (un ailleurs géographique ou temporel). Ces médiations s’incarnent pour le « touriste » visiteur dans le temps et l’espace de la visite, qui intègrent l’objet ou le lieu patrimonial. Ainsi la médiation requalifie le patrimoine comme un objet à contempler ou à comprendre, au sein d’un monde à explorer, à découvrir. Elle devient alors un dispositif de représentation ou de communication qui propose aux touristes d’une part une mise en signification (des lieux, des patrimoines) et d’autre part un discours à intégrer aux pratiques touristiques et notamment aux démarches de « recréation » des lieux. Cette médiation passe par la création d’un univers qui permet d’imaginer autre chose que la réalité quotidienne des lieux, ou de se référer au monde d’origine du patrimoine. Cet univers de médiation existe pour le « touriste » visiteur à travers les ambiances, reconstitutions, illuminations, parcours thématiques, activités ou lieux mythiques qui mettent en scène la ville, les expositions, les monuments, les territoires, une identité…

 

L’objectif de ce numéro est d’analyser les interactions entre la mise en tourisme et les médiations des patrimoines, à travers les expériences touristiques et les médiations à l’œuvre. Ces médiations peuvent par exemple s’appuyer sur la mise en intrigue, le récit, voire la fiction, ce qui peut transformer ou au contraire souligner certains aspects propres au patrimoine. Plus particulièrement il s’agit d’interroger les modifications du patrimoine et de ses représentations que les médiations peuvent produire lors de la mise en tourisme : par exemple, de quelle manière ces phénomènes aménagent-ils le moment de la découverte du patrimoine par les touristes ? De quelle manière construisent-ils une nouvelle image du patrimoine ? Comment transforment-ils les savoirs associés au patrimoine ? Les médiations touristiques participent-elles à produire de nouvelles valeurs patrimoniales ?

On s’intéressera notamment aux nouvelles formes de médiations touristiques des patrimoines : la création d’univers sensoriels ou narratifs, les univers numériques, les jeux pervasifs…

Tous les types de patrimoines sont concernés par cette question : patrimoine immatériel, patrimoine bâti ou monumental, patrimoine naturel, urbain, archéologique, ethnographique…

 

MacCannell, D. (1973) ‘Staged Authenticity:  Arrangements of Social Space in Tourist

Settings’, American Journal of Sociology, 79(3): 589-603.

MacCannell, D. (1976) The Tourist:  A New Theory of the Leisure Class, Schocken Books

Inc., New York.

Stock, 2005. « Les sociétés à individus mobiles : vers un nouveau mode d’habiter ? ». EspacesTemps.net

http://espacestemps.net/document1353.html

Urbain, 1998. Secrets de voyage : menteurs, imposteurs et autres voyageurs impossibles. Paris : Payot.

***

Les propositions d’articles sont attendues pour le 15 septembre 2012.

Elles doivent être présentées sous la forme d’un résumé de 3 000 signes (Times 12). Les propositions doivent présenter la question de recherche, la méthodologie employée et les résultats.

 

Elles sont à adresser à :

Émilie Flon, Equipe Culture et Communication du Centre Norbert Elias (UMR 8562), Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

Emilie.flon@univ-avignon.fr

Les articles sollicités, après sélection des propositions, seront d’une longueur entre 35 000 et 55 000 signes (espaces compris). Ils seront soumis à une double expertise en double-aveugle.

Symposium : “Les conceptions du patrimoine”

Le colloque « Les conceptions du patrimoine : regards croisés sur les patrimonialisations et leurs particularités » aura lieu les lundi 19 et mardi 20 novembre 2012 à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne.

Vous trouverez en pièces jointes le programme des deux journées ainsi que le bulletin d’inscription (à retourner avant le 31/10/12). Ces informations sont également publiées sur le site internet du Centre Max Weber : http://www.centre-max-weber.fr/Les-conceptions-du-patrimoine,84