Monthly Archives: June 2018

CFP: journée d’étude “Sociétés savantes, patrimoines et inventaires”, Rouen, 10 novembre 2018

Journée d’étude et de rencontre CTHS / Sociétés savantes, Rouen, 10 novembre 2018

Sociétés savantes, Patrimoines et inventaires

Histoire, acteurs, politiques et perspectives des politiques d’inventaire des patrimoines naturel et archéologique

Appel à communication et participation

Organisateurs

– CTHS Section Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle

– Réunion des Musées métropolitains Rouen-Normandie

– La Fabrique des savoirs

Les inventaires faunistiques, floristiques, géologiques et archéologiques sont au cœur des préoccupations d’un grand nombre de sociétés savantes. Il s’agit là d’une activité traditionnelle de ces sociétés. La collecte de données par les naturalistes amateurs a accompagné la professionnalisation des sciences naturelles, à laquelle elle a fourni et continue de fournir un très grand nombre d’observations.

Aujourd’hui, ce travail est devenu une mission reconnue par les pouvoirs publics. À ce titre, les sociétés savantes occupent une place essentielle dans les dispositifs locaux et nationaux d’inventaire et de préservation de la biodiversité.

Cette activité est identifiée sur le plan administratif et réglementaire. Des conventions sont signées sur plusieurs années avec les communes, métropoles et autres afin d’avoir une vue d’ensemble de la biodiversité sur un territoire donné. D’ailleurs, dans la plupart de ces sociétés savantes, certains de leurs membres participent dans les régions aux conseils scientifiques du patrimoine naturel (CSRPN), aux commissions du patrimoine géologique (CRPG), au conseil scientifique du Conservatoire des espaces naturels, etc. Des sociétés savantes bénéficient de subventions au titre des divers partenariats et missions autour de cette question de l’inventaire.

Toutefois, dans un environnement évolutif (développement des sciences participatives, création de l’Agence française de la biodiversité, situation financière des collectivités locales…), tout un ensemble de questions nouvelles se posent à ces sociétés savantes actrices des politiques d’inventaire.

Dans cette perspective, le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), à travers sa section Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle, propose une journée d’étude et de rencontre « Histoire, acteurs, politiques et perspectives des politiques d’inventaire des patrimoines naturel et archéologique ».

Quatre thèmes principaux ont été retenus pour cette manifestation scientifique :

  • Le cadre historique des pratiques d’inventaire
  • Les sociétés savantes et les politiques publiques actuelles d’inventaire du patrimoine naturel et archéologique
  • Les sociétés savantes et l’État, les financements, la réglementation, l’organisation
  • Valorisation et préservation du patrimoine des sociétés savantes, les collections naturalistes

Le CTHS invite les responsables et membres des sociétés savantes des régions Normandie, Hauts-de-France et Île-de-France à participer à cette journée, que ce soit en proposant une communication ou en prenant part aux discussions.

Les propositions de communications sont à adresser avant le 1er octobre 2018, à Jérôme Tabouelle (jerome.tabouelle@metropole-normandie-rouen.fr) coordinateur de la journée.

Les inscriptions simples peuvent être enregistrées dès maintenant.

https://cthsshstai.hypotheses.org/115#more-115

Advertisements

CFP: POEM Opening Conference “Participatory Memory Practices: Connectivities, Empowerment, and Recognition of Cultural Heritages in Mediatized Memory Ecologies.” (13.-14-12.2018)

Call for Papers: POEM Opening Conference

Participatory Memory Practices: Connectivities, Empowerment, and Recognition of Cultural Heritages in Mediatized Memory Ecologies

Date: 13.-14.12.2018

Place: Museum der Arbeit, Hamburg / Germany

Proposal Deadline: 15.09.2018

(pdf-version: https://www.poem.uni-hamburg.de/en/_pdf/2018-06-12-cfp-poem-opening-conference.pdf)

Diverging forces across European societies – most visible in both the contemporary nationalist movements and Islamist radicalization – place particular relevance on social and cultural inclusion. Culture may cultivate both integrative and disruptive forces; in this light heritage experts, policy makers, social entrepreneurs, and other facilitators are seeking to establish inclusive memory politics for envisioning possible futures of how we should remember our past in Europe. The recognition of “difficult” and dissonant traditions and the contestation of public memory in respect to the representation of colonial traditions and immigration, multiculturalism and transnational history, non-Christian religious heritages in European societies, female heritages, or the inclusion of deprived groups are important issues in this debate. Being part of the public memory is crucial for envisioning positive futures, acknowledging people’s and groups’ history, identity, belonging, and membership. Furthermore, questions of eligibility play an important role in relation to public support or redemption, for partaking in economic outcomes, or in relation to questions on ownership of cultural heritage resources.

Participatory memory work (PMW) is a framework for examining the strategies and practices of public memory institutions – libraries, archives, and museums – as well as of individuals and groups in their everyday life. PMW means the inclusion of diverse memories across social situations (gender, socio-economic status, education, migration, etc.) into public memory work. It means to acknowledge these diverse memories as a significant part of the history, the heritage, and the contemporary life in Europe. Aiming for a socially inclusive public memory, concepts of European cultural citizenship are increasingly debated and experimented widely with participatory approaches in public memory institutions. At the same time, new memory ecologies have emerged with networked media infrastructures and their extensive uses, in mediatized, globally connected societies. The Internet and social media are “natural” parts of self-representation, marketing, or audience communication of public memory institutions; large scale digital heritage initiatives demarcate the transformation activities towards digital cultural production.

However, the participatory turn in memory work, essential for a socially inclusive public memory, turns out to be not as easy to implement in practice. Aside from the established memory institutions, people and groups explore Internet platforms for commemoration and sharing personal texts, photos, or videos and collaboratively contribute to an emergence of open access “archives” of everyday life. The diverse platforms, e.g. YouTube, Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest, etc., broadly attract people and groups for contributing cultural materials, articulating their views of history/histories and enfolding personal and group-related memory practices. Even though they are public, these Internet “archives” are beyond the scope of public memory politics and institutions; they are run for economic purposes in private ownership. The accessibility of these “archives” is regulated by business models and remains unclear towards the future. Connecting personal and group-related memory work in the public to participatory memory politics is thus confronted with legal and economic obstacles, ethical issues, as well as with discontinuities and gaps of individual and institutional social practices of memory work. This highlights the changed technical, organizational, and legal modalities of doing participatory memory work for social inclusive memory politics.

The call invites contributions on how the various developments in memory work can be brought together for facilitating participatory memory practices. How do memory practices of stakeholders overlap? Which connectivities can be built across individual and institutional practices of memory work? How do media matter for connecting different memory practices across people and groups as well as institutions? How can empowerment become an integral factor in public memory work? What modes of recognition and inclusion are adequate? How can they be organised to develop their full potential for envisioning European futures? How does this affect the making and unmaking of heritage? What competences do people and groups need for making their particular traditions relevant in the public memory? How can private and shared memories of a group on the Internet be collected and integrated in public memory institutions?

The conference addresses a multidisciplinary and international group of scholars and experts from memory institutions, civil society, policy makers, social entrepreneurs, the coding community, and creative industries.

Proposals should not exceed a length of 600 words and include bios of max. 200 words. Please send your proposal until September 15th 2018 to poem.gwiss@uni-hamburg.de<mailto:poem.gwiss@uni-hamburg.de>.

POEM has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 764859.

University of Hamburg

POEM H2020 project

Prof. Dr. Gertraud Koch (POEM Coordinator)

c/o Institute of European Ethnology/Cultural Anthropology

Edmund-Siemers-Allee 1 | 20146 Hamburg | Germany

phone: +49 (0)40 42838-6515

mail: poem.gwiss@uni-hamburg.de<mailto:poem.gwiss@uni-hamburg.de>

web: https://www.poem.uni-hamburg.de/

Job: Urgent! Stage postdoctoral Université Laval, Canada, Logiciel Unity pour l’interprétation interactive du patrimoine avec hololens

SOUTIEN SALARIAL POUR STAGE POSTDOCTORAL

APPEL DE CANDIDATURES 2018-2019

PROGRAMMATION UNITY POUR HOLOLENS

PROJETS D’INTERPRÉTATION DU PATRIMOINE

10 000$Can pour 3 mois – 20 000$Can pour 6 mois – 30 000$Can pour 9 mois

Date limite : avant 23 h, le mercredi 27 juin 2018

Constitution du dossier :

  1. lettre du candidat expliquant son expérience dans l’usage du logiciel unity pour la programmation de projets d’interprétation interactive du patrimoine avec hololens et les motifs du choix de travailler au Laboratoire d’enquête ethnologique et de multimédia (LEEM :www.leem.ulaval.ca) et Laurier Turgeon;
  2. description du projet (environ 3 pages, interligne simple);
  3. liste des activités proposées par le stagiaire (recherches, conférences, ateliers);
  4. attestation de soutenance de thèse;
  5. CV et copie du relevé de notes des 2e et 3e cycles;
  6. coordonnées de deux personnes capables d’évaluer le projet;

Critères : Excellence du dossier, qualité du projet, intégration du projet aux thèmes de la programmation du Centre et activités proposées pendant la durée du stage.

Date limite de dépôt du dossier : Les demandes doivent nous parvenir au plus tard avant 23 h, le mercredi 27 juin 2018. Les résultats seront communiqués mi-juillet au plus tard.

Soutien salarial reçu par le/la candidat(e) : Selon les conventions collectives en vigueur, le/la candidat(e) recevrait ainsi un salaire de : – 10 000$ pour 3 mois – 20 000$ pour 6 mois – 30 000$ pour 9 mois. À l’Université Laval, le contrat est toujours établi pour un stage de 35h/semaine. Le montant reçu par le/la candidat(e) est imposable. Toutefois, un stagiaire étranger peut, sous certaines conditions, faire une demande d’exemption d’impôt (Consultez le site du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour obtenir les informations).

Transmettre votre dossier en msword à : Laurier Turgeon, Directeur du LEEM, Université Laval (courriel :Laurier.Turgeon@hst.ulaval.ca)

CFP: ESfO 2018, panel “Beyond Inequalities. Museums as Experimental Hubs for Balancing Inequalities”

ESfO 2018 (Cambridge 7-10 décembre 2018)
Panel « Beyond Inequalities. Museums as Experimental Hubs for Balancing Inequalities ».
Dead-line 29 june 2018:
https://www.pacific-studies.net/conferences/public.php?confID=3&action=session_detail&session=129

Beyond Inequalities. Museums as Experimental Hubs forBalancing Inequalities

Coordinator(s)

Fanny Wonu Veys, Roberta Colombo Dougoud

Session presentation

Ethnographic collections assembled the material heritage of colonized peoples that were considered as vanishing. Museums preserved, documented, studied, and exhibited the material culture of the Other for the future. Collecting was a one-way relationship resulting from colonial inequality: artefacts with their contextual information went from the producers and original users to museums. Over the past 40 years, both the physical ownership of objects and the right to represent meanings have become contested. In this changing power relationship, museums are no longer the only voice of authority. Perspectives of Indigenous peoples are increasingly valued as knowledge systems in their own right. New paradigms create a critical and reflexive museology, that presents Indigenous peoples in a more respectful, collaborative and balanced way. But can museums, which were built on inequality become places for renegotiating those very same inequalities? The panel would like to investigate the changing relationship between ethnographic museums and originating communities. Papers should deal with issues related to new forms of knowledge sharing and collaboration and/or the role of contemporary Pacific artists in displaying historical and contemporary collections.

CFP: Sources du patrimoine oral francophone, Poitiers, 15-16 novembre 2018

Colloque international

 Sources du patrimoine oral francophone et chemins de connaissance

Appel à communications

Sources du patrimoine oral francophone

co-organisé par le Mimmoc (Mémoires identités marginalités dans le monde occidental contemporain), leCriham (Le Centre de recherches interdisciplinaires en histoire, histoire de l’art et musicologie), axe Émotions, création.

En partenariat avec les programmes Cper Insect et numeric, l’axe 4 Mshs, l’IEAQ (Institut d’études acadiennes et québécoises) et la Fe2c (fédération pour l’étude des civilisations contemporaines)

 

Université de Poitiers

15-16 novembre 2018

 

Les possibilités techniques ont permis, depuis maintenant plus d’un siècle, la constitution de fonds de documentation sonore. La dynamique, alors essentiellement orientée vers la sauvegarde du patrimoine culturel d’une ruralité en totale mutation, n’a guère facilité les réflexions scientifiques fondées sur ce type de support. La population enquêtée a vraisemblablement été peu considérée comme source d’un savoir digne d’intérêt et le principe du témoignage oral semble avoir eu bien du mal à faire foi dans une civilisation orientée vers l’art de la Lettre. Ce colloque se centrera sur le fruit des collectes intensément conduites jusque dans les années 1980 sur l’Hexagone et dans la francophonie Nord-américaine. Civilisationnistes, historiens, anthropologues, ethnomusicologues, littéraires, phénoménologues interrogeront ces sources orales et s’associeront à leur mise en voies/voix qui n’a de sens que dans l’interdisciplinarité.

CFP: Colloque international “De la pierre au papier, du papier au numérique : quels moyens de sauvegarde du patrimoine ? “, Alexandrie, 25-28 février 2019

L’Université Senghor à Alexandrie (Égypte) organise, du 25 au 28 février 2019, un colloque international avec appel à communications sur le sujet : “De la pierre au papier, du papier au numérique : quels moyens de sauvegarde du patrimoine ? “

Les conséquences de la globalisation économique et les aléas d’un terrorisme de plus en plus nihiliste réactualisent les risques de destruction du patrimoine africain et arabe. L’insuffisance du cadre de protection des documents, objets d’art et monuments, lié à un potentiel économique encore sous-exploité, peine à préserver le patrimoine et endiguer le pillage patrimonial qui touche les pays du Sud.

Face à cette réalité, le numérique peut-il constituer une solution de sauvegarde du patrimoine en péril ?

Modalités d’envoi des propositions (avant le 1er septembre 2018) :

https://sites.google.com/usenghor.org/pppn2019/accueil

CFP: Cultural Mapping: Linking Heritage (Tangible and Intangible) and Creative Tourism (29-30 November 2018)

Cultural Mapping: Linking Heritage (Tangible and Intangible) and Creative Tourism
29-30 November 2018
CFP: 30 June 2018
​All interested academics, researchers, PhD students and practitioners are invited to submit proposals (papers or posters) in Portuguese or English. Two main approaches are preferably suggested:

– Mapping intangible heritage on the web. We welcome proposals that explore the theoretical and methodological approaches, emphasising issues and challenges faced, including community engagement and the impact of such projects in policymaking and society.

– Using cultural mapping in tourism planning. We welcome proposals that explore the following topics:
•    Cultural mapping in the framework of UN’s 2030 Agenda for Sustainable Development
•    Participative cultural mapping approaches
•    Intangible and emotional mapping
•    Cultural mapping in rural areas
•    Augmented reality and mapping
•    Qualitative GIS

Guidelines for submissions

Deadline: 30th of June 2018
Information required for submissions:

  • Name
  • Email address
  • Place of employment/study
  • Brief resume of no more than 150 words (biographical notice, main publications or achievements)
  • Type of proposal: Paper/Poster. Papers are standard 20-minutes presentations. Posters (max. 1,70 m high and 0,70 cm large) will be on display for two days during the congress. Poster sessions will be scheduled according to 5-minute presentations per poster
  • Title of your paper/poster 
  • Abstract of no more than 500 words (for papers and posters). Abstracts should present the topic or main argument and demonstrate scientific quality through references to a theoretical framework, the methodologies, and outline main contributions to knowledge. A list of bibliographic references (no more than 15) should also be added. The instructions from Emerald for writing a structured abstract can be useful: https://pdfs.semanticscholar.org/194f/91e45c1784f379c91788a748459157e57304.pdf

For submissions please write to: cultural.mapping@uevora.pt

Publication
A Book of abstracts will be produced. Additionally, all authors are invited to submit full papers by revising their presentations following conference discussions. Full papers will be selected based in a rigorous peer review process to be included in a publication planned for 2019.

 

Education: Toulouse – Inscriptions ouvertes au master “Expertise ethnologique en patrimoine immatériel”

« Expertise ethnologique en patrimoine immatériel » – deuxième année de master (Université de Toulouse – Jean Jaurès / département d’anthropologie)
Le master « Expertise ethnologique en patrimoine immatériel » (EEPI) est une spécialisation du master d’anthropologie offerte par le département d’Anthropologie de l’université de Toulouse – Jean Jaurès. Elle se déroule sur une seule année universitaire, correspondant à la deuxième année de master.
Cette formation est ouverte à tout étudiant ayant validé une première année de master dans les domaines de l’anthropologie prioritairement, mais aussi de l’histoire, de la géographie, de la sociologie, de l’histoire de l’art ou de l’archéologie, et dont le projet de recherche comporte un axe problématique autour des questions de patrimonialisation, de mise en scène des cultures, des territoires, de l’histoire, des identités. Elle vise tout à la fois à former des chercheurs aptes à étudier et analyser ces phénomènes et ouvre ainsi sur des inscriptions en doctorat, et à délivrer des compétences d’expert quant à l’identification, au montage de dossiers et à la sauvegarde d’éléments relevant spécifiquement du patrimoine culturel immatériel.
Bénéficiant de l’appui d’un réseau dense d’acteurs des institutions de la culture, la spécialisation EEPI développe ainsi des collaborations nourries avec le département du pilotage de la recherche du ministère de la Culture, la DRAC Occitanie, l’ethnopôle du GARAE (Carcassonne) et l’université de Montpellier – Paul Valéry avec qui elle entretient un partenariat privilégié.
Pour tout renseignement administratif, contacter Corine Jahnsen: corine.jahnsen@univ-tlse2.fr
Pour tout renseignement pédagogique, contacter Nicolas Adell: adell@univ-tlse2.fr

Table-ronde: Transmission des identités religieuses en Méditerranée, de la famille au patrimoine, 28 juin 2018, Mucem-Marseille

Transmission des identités religieuses en Méditerranée, de la famille au patrimoine (XVI-XXIe s.)
 
MuCEM
I2MP
Fort Saint Jean
Marseille
 
Jeudi 28 juin 2018
10h – 12h30
 

La première table-ronde du programme TRANSRELEX se propose de mettre en dialogue les constructions des identités religieuses en Méditerranée dans les contextes familiaux et communautaires avec la fabrication du patrimoine religieux, en utilisant des études de cas à l’échelle individuelle. La littérature sépare souvent ces deux registres de transmission des identités religieuses, l’un familial, coutumier et intime, l’autre culturel, muséographique et public. L’objectif de ce projet est de questionner les modalités de l’expérience religieuse individuelle dans les parcours des croyants et dans ceux des activistes du patrimoine religieux et de montrer en quoi la mise en patrimoine des identités confessionnelles participe, autant que l’apprentissage de la relation à l’être surnaturel, de l’entretien et de la transmission des habitus religieux.

 

Participants
Katia Boissevain (CNRS, Idemec), Maria Cardeira da Silva (Universidade Nova de Lisboa, Portugal), Nathalie Cerezales (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Jérémie Foa (AMU-Telemme), Thomas Émilie Girard (MuCEM), Glesener (AMU-Telemme),  Cyril Isnart (CNRS-Idemec), Norig Neveu (CNRS, Iremam), Giovanna Rech (Université du Trentin, Italie)

Discutant: Christophe Pons (CNRS, Idemec)

Inscription obligatoire
i2mp@mucem.orgFinancement
LabexMed, Projet Amorce 2018-2019 TRANSRELEX

Partenaires
IDEMEC (AMU-CNRS), TELEMME (AMU-CNRS), IREMAM (AMU-CNRS), Centro em Rede de Investigação em Antropologia (CRIA, Universidade Nova de Lisboa), Institut français du Proche Orient (IFPO-Amman), Université Paris I et Université de Trente

Crédit de la photo :
Sherwood, A rich student’s room at Medersa Ben Youssef, Morroco (CC)
https://www.flickr.com/photos/mwanasimba/2846788019/in/album-72157607225131633/

Conference: Les métiers des musées en Euro-Méditerranée – 2 et 3 juillet – Mucem

Conference: Les métiers des musées en Euro-Méditerranée
(France, Italie, Maroc)
Lundi 2 et mardi 3 juillet 2018

Mucem (Salle Meltem-I2MP) Fort Saint-Jean 201 quai du port Marseille

Ce workshop propose de questionner les métiers, les compétences et les dynamiques professionnelles d’aujourd’hui et de demain dans l’espace Euro- Méditerranéen (France, Italie, Maroc) afin d’identifier les attentes des institutions muséales au 21e siècle ainsi que les besoins en termes de formation des professionnels.

Le workshop Les métiers des musées en Euro-Méditerranée souhaite donner la parole à des chercheurs et des professionnels des musées des deux rives de la Méditerranée afin de dresser un premier diagnostic des dynamiques professionnelles et des compétences attendues (France, Italie, Maroc) en médiations. Un second workshop est prévu à l’automne à Marrakech (Maroc).

Cette opération est issue d’un projet d’excellence de l’Université d’Avignon.

Elle a bénéficié du soutien du Mucem, de LabexMed et du Centre Norbert Elias.

Comité scientifique et d’organisation :

Isabelle BRIANSO (MCF, UAPV), Éric TRIQUET (PR, UAPV), Yolande PADILLA (Département recherche et enseignement, Mucem), Françoise RIGAT (MCF HdR, UVA, Italie), Ouidad TEBBAA (PR, UCA, Maroc).

Pour plus de détails : https://labexmed.hypotheses.org/3037