Monthly Archives: April 2016

Agenda: labex Les passés dans le présent – Mai 2016

Ci-dessous l’agenda du labex Les passés dans le présent, récapitulant les événements pour le mois de mai 2016:

Agenda du labex Les passés dans le présent – Mai 2016

Publication: Cahiers du CAP n°3 Fictions et frictions culturelles

Le LabEx CAP a le plaisir d’annoncer la parution du numéro 3 des Cahiers du CAP aux Publications de la Sorbonne :

Fictions et frictions culturelles

Art et patrimoine en action

Fluctuante et protéiforme, la culture peut être source de conflit autant que d’identification, riche de ses influences ou bien porteuse d’une mémoire difficile à révéler. Ce numéro des Cahiers du CAP, au travers de huit textes pluridisciplinaires, porte un regard sur cet espace de jonction et d’articulation entre art et patrimoine qui compose la culture. Les croisements ne se font jamais sans heurts ni frictions ; ils sont également le creuset de nouvelles narrations, qui rendent singulière chaque histoire. Par le biais des deux entités que sont les processus de patrimonialisation et les pratiques de la création artistique, le présent ouvrage traite des questions de mondialisation, d’adoption ou de rejet des influences ainsi que des rapports de domination Nord-Sud. Il montre également comment certains territoires désemparés, par le prisme des arts et des actions collectives, sont ré-imaginés et patrimonialisés. Tout cela ne va pas sans opérer des choix destinés à constituer et à colporter une histoire, une mémoire. Cette conservation des sources mémorielles ne pourrait exister sans les institutions ni les musées qui, pour servir un discours, sélectionnent, exposent ou, au contraire, occultent. Mais que penser de la constitution de patrimoines quand ils sont le fruit d’une amnésie sélective ?

Sommaire

Partie 1 : Arts, patrimoines et mondialisation culturelle

Marta Amico, Trajectoires d’exil et tradition touarègue en création au Sahara malien   

Altaïr Despres, Ce que la mondialisation fait au terrain. Pratiques et relations d’enquête Nord-Sud

Julien Bondaz, Masques passeports et antiquaires migrants. La marchandisation de l’art africain en Afrique de l’Ouest

Anne-Julie Etter, La conservation des monuments en Inde : variations à partir du Company Raj (fin du XVIIIe siècle – années 1850)  
Partie 2 : Le territoire et ses reformulations esthétiques et patrimoniales       

Ariela Epstein, Le quartier Anglo ou les contrechamps d’un paysage patrimonial

Marion Duquerroy, A Sense of Place ou le devenir familier des paysages industriels en Grande-Bretagne 
Partie 3 : Mémoire, histoire et institutions de conservation

Thomas Guindeuil, Les années Hoy. Stanislaw Chojnacki et la mise en musée de la « culture éthiopienne » (Addis-Abeba, 1950-1975)

Nathan Réra, Les chantiers de la mémoire. Quelles archives audiovisuelles pour le Rwanda ?    
Cahiers du CAP n°3 / Publications de la Sorbonne, Paris, 15 avril 2016.

ISBN-10 2-85944-950-7

ISBN-13 978-2-85944-950-6

Education: MA Usable Pasts: Applied and Interdisciplinary History HSE St Petersburg: 1 May international applications deadline

International placement competition runs from 1 February to 1 May 2016

20 full-tuition domestic and international MA studentships:
Usable Pasts: Applied and Interdisciplinary History
Higher School of Economics, St Petersburg, Russia.

HSE St Petersburg, Department of History, invites domestic and international applicants to its two-year, English-language MA programme “Usable Pasts: Applied and Interdisciplinary History.” The course gives equal weight to both history and its uses. The programme offers strong research-led teaching that draws on the Department’s strength in global, comparative and transnational history, including studies of empires and nationalism, socialism, post-socialism and post-colonialism, environmental and economic history and anthropology, history of science and technology, and the anthropology of memory. Students benefit from interdisciplinary grounding in methods of historical research and textual criticism, cultural heritage and museum studies, anthropology, historical geography and geoinformation systems, digital humanities, oral history and visual methods.
We encourage strong applicants with undergraduate degrees in history and other fields of the humanities, including history of art, literary criticism, modern and medieval languages, anthropology, social and political sciences, economics, law, natural sciences (especially geography and ecology) and engineering. This is an English-language MA that provides skills for further academic study, including PhD, as well as non-academic careers. It includes the possibility of internships in over fifty St Petersburg museums and options for Russian language training.
International placement competition runs from 1 February to 1 May 2016
Contacts: Head of programme Julia Lajus (lajus@hse.ru) Coordinator Maria Kattsova (lajus@hse.ru)
Details of course: http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/about <http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/about>
Potential supervisors: http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/programmefaculty <http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/programmefaculty>
International students’ experience:http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/news/162264074.html <http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/news/162264074.html>
How to apply: http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/howto <http://spb.hse.ru/en/ma/apphist/howto>

Seminar: 20 mai 2016, Marseille, MuCEM, Collecter et documenter la « nature ». Quels enjeux pour les musées de sociétés ?

Deuxième séance du séminaire

“La collecte ethnographique dans les musées de société”

Séminaire pluriannuel 2015-2018

MuCEM-Département Recherche et Enseignement

Pôle recherche-musée IDEMEC (UMR 7307 Aix-Marseille Université/CNRS)

Sous la direction de

Véronique Dassié (CNRS), Aude Fanlo (MuCEM), Cyril Isnart (CNRS) et Florent Molle (MuCEM)

Collecter et documenter la « nature »

Quels enjeux pour les musées de sociétés ?

 

Vendredi 20 mai 2016 9h00-12h30

MuCEM, I2MP, Marseille

Entrée sur inscription à i2mp@mucem.org

Le séminaire « La collecte ethnographique dans les musées de société » consacre sa deuxième séance aux objets catégorisés comme « naturels » : végétaux, animaux ou minéraux que les institutions patrimoniales de toutes sortes conservent aujourd’hui. Si des savants les ont prélevés comme témoins de différents milieux ou comme documents de certains usages culturels, leurs traitements scientifiques et patrimoniaux démontrent avant tout la fragilité de la frontière entre nature et culture. Contemporaines des enquêtes centrées sur les thématiques de l’ethnologie (parenté, organisation sociales, religion, esthétique) et touchant les espaces européens comme les Outres-Mers, les collectes de naturalia s’inscrivent par ailleurs dans une histoire longue du travail scientifique et de son exposition. Quelles ont été les conditions de telles collectes ? Comment ont-elles été utilisées pour produire un savoir sur l’homme et comment leur traitement patrimonial y contribue-t-il ? En quoi les pratiques scientifiques et patrimoniales d’hier et d’aujourd’hui ont-elles contribué à entériner ou remettre en question la dichotomie nature/culture ? Quelle est la place de cette catégorie d’objets dans les enquêtes contemporaines et dans les institutions patrimoniales ? En exposant des études de cas et des configurations institutionnelles particulières, les contributions de cette séance interrogeront les mises en culture des objets et des savoirs de la nature comme un processus social particulier dont les musées et les chercheurs peuvent se saisir aujourd’hui.

Programme

 

9h00 Introduction

Cyril Isnart (IDEMEC, CNRS/Aix-Marseille Université)

Florent Molle (Conservateur, MuCEM)

9h15-10h00

Julien Bondaz (Université Lumière Lyon 2)

« Des témoins desséchés, comme les plantes d’un herbier ». Les pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels. (1925-1943)

La création de l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris en 1925 marque les débuts de la professionnalisation de l’ethnologie française. D’importantes missions de collecte ethnographique sont organisées dans les années 1930. Mais les premiers ethnologues professionnels qui partent alors sur le terrain (Marcel Griaule, Alfred Métraux, Thérèse Rivière ou Jeanne Cuisinier, notamment) ne collectent pas uniquement des objets ethnographiques : ils récoltent également de nombreux spécimens ou échantillons botaniques : plantes, écorces, graines… Ces pratiques d’herborisation sont un aspect méconnu de l’histoire de l’ethnobotanique, dont les débuts sont habituellement datés de la parution du livre d’André-Georges Haudricourt et de Louis Hédin, L’homme et les plantes cultivées, en 1943. Elles s’expliquent par des facteurs variés qui vont des injonctions institutionnelles à l’attrait pour la beauté formelle des végétaux. La vie sociale des spécimens collectés par les ethnologues n’éclaire pas seulement un moment intéressant de l’histoire des sciences coloniales ou de la constitution des collections scientifiques. Elle invite aussi à interroger les affinités entre collectes ethnographiques et récoltes botaniques et peut donc nous permettre de mieux comprendre le « paradigme de la collecte » à l’œuvre dans les missions ethnographiques des années 1930 et le recours, par plusieurs ethnologues (Van Gennep, Lévi-Strauss ou Bastide), à la métaphore de l’herbier pour penser l’ethnologie.

Discutant : Bruno Vila

10h00-10h45

Bruno Vila (Aix-Marseille Université, Chargé de mission « Patrimoine scientifique »)

La collection du Musée colonial de Marseille. De la collecte à la production de savoirs

Les universités françaises ont accumulé, au cours de leur existence, un patrimoine considérable à la fois pour la recherche et l’enseignement et parfois même en direction du grand public. L’Université d’Aix-Marseille n’échappe pas à cette règle. Elles détient aujourd’hui le patrimoine rassemblé depuis plus de 200 ans dans des disciplines très variées (botanique, paléontologie, zoologie, astronomie, physique). Plusieurs collections uniques sont même inscrites et/ou classées au titre des Monuments Historiques. Parmi ces collections figure le Musée Colonial de Marseille dont l’objectif, à sa création, était de faire le bilan des richesses naturelles coloniales, de les étudier, de les mettre en évidence dans des collections, de les faire connaitre afin qu’elle prenne place dans le commerce et l’industrie de la métropole et de les utiliser pour instruire par la parole. A l’aide de cet exemple, nous proposons d’appréhender l’échantillon depuis sa collecte (intérêts, conditions de la collecte) jusqu’à son étude scientifique (production de savoirs) en passant par son traitement patrimonial lors de son entrée dans les collections. Nous terminerons en abordant le traitement et la perception actuels de cette collection.

Discutante : Carole Brousse

10h45-11h15 Pause

11h15-12h00

Carole Brousse (IDEMEC, CNRS/Aix-Marseille Université)

Objet-plante et objet en plante. Collecter et questionner l’item à caractère végétal

Cette présentation a pour objectif d’étudier la façon dont les ethnologues travaillent à partir d’objets ethnographiques à caractère végétal. En s’intéressant tout d’abord aux conditions de collecte de ces items, il s’agira de se demander comment des « objets en plantes » (gourde en calebasse, panier en racine de vanillier sauvage, couverture en roseau, etc.) et « objets-plantes » (plante entière, poudre végétale, sel et sucre de plantes, etc.) sont achetés ou cueillis par l’ethnologue. Une étude de cas, consacrée aux 189 échantillons de plantes médicinales conservés au musée du quai Branly, permettra ensuite de comprendre pourquoi les ethnologues ont intégré de tels objets dans leur collection et quelles enquêtes ont accompagnées ces collectes.

Discutant : Julien Bondaz

12h00-12h30 Débat collectif

Workshop: “Enjeux sociaux politiques et mémoriels dans nos sociétés contemporaines”. Séances printemps 2016. Campus ANADOLU HISARI, UNIVERSITE de MARMARA

Le séminaire “Enjeux sociaux, politiques et mémoriels dans nos sociétés contemporaines” accueillera trois intervenants pour la session de printemps 2016. 

Le séminaire aura lieu sur le campus d’Anadolu Hisarı (Université de Marmara), en salle de conférences. 

 Veuillez noter les dates, vous  êtes très chaleureusement invités! 

Après la séance, si vous êtes disponible, nous prendrons un petit thé ou un repas avec l’enseignant chercheur intervenant . 

MARMARA UNIVERSITY-UNIVERSITE de MARMARA

Séminaire en  sciences sociales et politiques

« Enjeux sociaux, politiques et mémoriels de nos sociétés contemporaines »

« Social, political and memory issues at stake in contemporary societies »

Anadolu Hisari Kampüsü

Salle de conférences-Konferans salonu.

Organisation : Isabelle Dépret

 

Spring session 2016

 

Mercredi 27 avril 2016, 10h30-12h00

Wednesday April 27th, 10:30-12 :00

Jean-François PEROUSE, Université Toulouse II-Le Mirail, Directeur de l’Institut français d’Etudes anatoliennes (Istanbul).

« Les murailles terrestres d’Istanbul, un héritage national ? “

(“Que nous reflète la difficile mise en héritage des murailles terrestres d’Istanbul? “)

Pr. Jean-François PEROUSE, University of Toulouse II-Le Mirail, Director of the French Institute of Anatolian Studies (Istanbul)

« Istanbul’s fortification walls, a National heritage ? »

 

Jeudi 5 mai, 10:30-12 :00

Thursday May 5th, 10:30-12:00

Samim AKGÖNÜL, professeur à l’Université de Strasbourg.

« Mémoires rivales, mémoires ennemies. Constructions identitaires plurielles en Turquie contemporaine » 

Pr. Samim AKGÖNUL, University of Strasbourg (France).

« Competitive memories, ennemy memories ? Plural identity buildings in Contemporary Turkey ».

Vendredi 13 mai 2016, 10: 30-12:00

Friday May 13rd 2016, 10:30-12-00

Elif AKSAZ, docteur en sociologie, chargée de cours à l’Université de Galatasaray (Istanbul).

« L’immigration,  enjeu public en France et en Turquie :  des définitions dissymétriques et leurs conséquences pour la recherche »

Dr. Elif AKSAZ, PhD in Sociology, lecturer in Galatasaray University

« Immigration, a public issue in France and in Turkey : asymmetric definitions of the issue and their implications for social research ».

Agenda: labex Les passés dans le présent – Avril 2016

Veuillez trouver, ci-joint, l’agenda du labex Les passés dans le présent, récapitulant les événements pour le mois d’avril 2016.

Agenda du labex Les passés dans le présent – Avril 2016

Doctoral Fellowships: labex Les passés dans le présent 2006

Le labex Les passés dans le présent vient de lancer un appel à candidatures pour trois allocations doctorales (2016-2019). Il est disponible sur le site du labex en français et en anglais.

La date limite des candidatures est fixée au 17 juin 2016.

The cluster of excellence Pasts in the Present is offering three doctoral fellowships (2016-2019). The call for application is available on the cluster’s website in English and in French.

The application deadline is June 17, 2016.

Appel – Allocations 2016 – Les passés dans le présent

Labex Pasp PhD fellowships 2016 Call

Publication : G. Ciarcia Le revers de l’oubli. Mémoires et commémorations de l’esclavage au Bénin

Gaetano Ciarcia
Le revers de l’oubli. Mémoires et commémorations de l’esclavage au Bénin

Karthala, collection “Esclavages”, 2016

Sur les lieux de la Route de l’Esclave dans le Bénin méridional, l’institution d’une mémoire officielle de la traite négrière a été accompagnée, dans les années 1990, d’un mouvement de réforme des cultes vodun mené par leurs dignitaires ainsi que par des élites intellectuelles et politiques.

Issu d’enquêtes effectuées entre 2005 et 2012, ce livre propose une analyse de certains espaces publics et cérémoniels porteurs d’un héritage culturel et moral émanant du passé esclavagiste. À la fois sélective et projective, la mémoire de ce passé suscite des interprétations, des fictions et des récits, mais également des oublis créateurs, entre reconstitutions consensuelles et versions partiales des faits historiques.

Le rappel d’événements récents, mais déjà fondateurs – tels le Festival des arts et de la culture vodun Ouidah 92. Retrouvailles Amériques-Afrique en 1993 ; le lancement de la Route de l’Esclave en 1994 ; la création de la Fête nationale du vodun en 1997 ; la tenue annuelle, depuis 1998, de la Marche du repentir – est associé ici à une réflexion sur le moment patrimonial contemporain.

Au prisme des rapports entre narrations locales, savoir ethno¬graphique et vulgates missionnaires, cette recherche interroge l’émergence actuelle d’une connexion mémorielle entre figures du passé de l’esclavage et entités vodun devenues l’expression d’une religion à la fois « endogène » et « diasporique ».

Gaetano Ciarcia est professeur d’ethnologie à l’Université Paul-Valery – Montpellier. Il est l’auteur du livre De la mémoire ethnographique. L’exotisme du pays dogon (Éditions de l’Ehess, 2003) et, avec Jean-Christophe Monferran, du film documentaire Mémoire promise (Cnrs Images, 2014).

 

Workshop: I2MP. Formations au métiers du patrimoine de l’I2MP 2016/Appel à candidatures du cercle des entreprises des Amis du Mucem

L’Institut méditerranéen des métiers du patrimoine (I2MP), issu du partenariat entre le Mucem et l’Institut national du patrimoine (Inp), propose chaque année des séminaires de formation professionnelle ouverts aux professionnels du patrimoine en Europe et en Méditerranée. Vous trouverez ci-joint le calendrier des formations 2016.
L’accès à ces formations est conforme aux conditions d’inscription de la formation permanente de l’Inp (http://www.inp.fr/Formation-initiale-et-permanente/Formation-permanente). Pour tout renseignement, vous pouvez aussi vous adresser à i2mp@mucem.org.
 
Par ailleurs, le cercle des entreprises des amis du Mucem propose chaque année des aides destinées à faciliter l’accès à ses formations pour les professionnels étrangers sélectionnés (voir ci-joint l’annonce). Pour postuler, merci de renvoyer à l’adresse i2mp@mucem.org un CV et une lettre de motivation, précisant le titre de la session souhaitée, le 20 avril au plus tard.

Pour tout renseignement :

I2mp@mucem.org

> site de l’Inp

PROGRAMME 2016

 

  • 6 – 8 AVRIL 2016 – MARSEILLE ET ARLES

LES CENTRES DE CONSERVATION : CONCEVOIR ET FAIRE VIVRE

En partenariat avec le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

L’appellation de « réserves » laisse peu à peu la place à celles de « centre de conservation » ou de « centre de conservation et d’étude ». Ce changement terminologique traduit l’idée aujourd’hui évidente que ces lieux sont assumés comme de vrais lieux vivants devant répondre aux besoins quotidiens de la gestion des collections, mais aussi de leur diffusion. Les récents exemples qui ont vu le jour témoignent de cet état d’esprit.

Ces journées de formation auront pour objectif de présenter quelques exemples de ce renouveau, depuis leur projet jusqu’à leur réalisation et leur mise en fonctionnement, laissant parfois apparaître un décalage entre l’idée et la réalité.

Coordonnatrice : Emilie Girard, conservateur du patrimoine, responsable du département des collections et des ressources documentaires, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

  • 11 – 13 MAI 2016 – MARSEILLE

DE LA PHOTO A LA GESTION DE FICHIERS

Cette formation abordera d’un point de vue théorique et pratique la prise de vue photographique à des fins documentaires, la post-production et l’archivage avec des moyens réduits.

La formation s’articulera autour de bases théoriques et d’ateliers permettant d’appréhender l’éclairage et la colorimétrie, la difficulté de photographier certains matériaux (réfléchissants, transparents…), le traitement des images, les différents formats d’enregistrement puis la classification et l’archivage des prises de vues.

Coordonnatrices : Nathalie Le Dantec, restauratrice, consultante en conservation préventive, adjointe au directeur des études du département des restaurateurs, chargée de la formation permanente, Institut national du patrimoine ; Christine Riquier-Bouclet, conservatrice-restauratrice, directrice du laboratoire  Arc’Antique, Nantes.

  • 8 – 10 JUIN 2016 – MARSEILLE, AUBAGNE ET TOULON

LE PATRIMOINE MILITAIRE. ZOOM SUR LE PATRIMOINE MEDITERRANEEN

En collaboration avec la Direction régionale des affaires culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur

La notion de « patrimoine militaire » est relativement récente en France. Longtemps ignoré ou peu considéré, il a depuis une vingtaine d’années « gagné ses galons » auprès des institutions et du public grâce aux efforts conjugués des Ministères de la Défense et de la Culture, des collectivités territoriales, des acteurs privés et des associations.

Ce patrimoine, source aujourd’hui incontestable d’enrichissements scientifiques, historiques, culturels ou encore touristiques, joue également un rôle structurant dans l’aménagement du territoire et constitue un lien important entre l’armée et la société civile.

Quelles évolutions et quel avenir pour ce patrimoine ?

Outre des collections d’une grande diversité (textiles, véhicules, navires, beaux-arts, archives…) dont la collecte, l’étude, la conservation et la mise en valeur se professionnalisent, le Ministère de la Défense doit faire face à la gestion d’un important patrimoine foncier.

Ces trois journées seront plus particulièrement centrées sur le patrimoine militaire en Méditerranée englobant ainsi le patrimoine de la Région PACA et celui de nos voisins méditerranéens. Cette formation abordera l’évolution de sa valorisation, les enjeux patrimoniaux et économiques qu’elle implique, les contraintes psychologiques et politiques et les impératifs juridiques et financiers de sa gestion des deux côtés de la Méditerranée. Une journée sera consacrée à des visites de terrain entre Aubagne et Toulon et sera ainsi l’occasion d’enrichir les propos en salle par des interventions in situ.

Coordonnateur : Jean-Louis Riccioli, conservateur du patrimoine, conseiller musées, Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur.

  • 28 – 30 SEPTEMBRE 2016 – MARSEILLE

LA CONSERVATION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE : LES MATERIAUX ORGANIQUES

Cette formation théorique et pratique a pour principal objectif d’apporter la connaissance et les bons gestes qui permettront aux participants de savoir gérer le matériel organique de la fouille à sa conservation à long terme. L’accent sera mis sur les matériaux humides et gorgés d’eau issus des milieux terrestres immergés, subaquatiques ou sous-marins.

Elle doit permettre aux participants de connaître les matériaux organiques constituants les artefacts (bois, cuir, textile, cordage, matériaux osseux, ambre, lignite, corne, coquillages…). Les biomatériaux ou écofacts (graines et bois carbonisés, coquilles, ossements, résines, insectes, pollens…) seront également abordés en terme de prélèvement et conservation. Les principaux facteurs d’altération seront étudiés. La formation doit également permettre d’acquérir les bons gestes de la fouille au dépôt et de connaître les principaux traitements de conservation-restauration appliqués au laboratoire.

Coordonnatrice : Gwenaël Lemoine, conservatrice-restauratrice responsable du secteur organique, GPLA Arc’Antique laboratoire de recherche, de conservation et de restauration.

  • 5 – 7 OCTOBRE 2016 – MARSEILLE

GÉRER UN FONDS D’ARCHIVES AUDIOVISUELLES : DE LA COLLECTE À LA VALORISATION

En partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel

Cette formation est conçue comme une introduction à la gestion d’un fonds audiovisuel et son programme en aborde toutes les dimensions : collecte, conservation des fonds physiques, numérisation, documentation, valorisation.

Programme pédagogique :

– les fonctions de la chaîne archivistique : quelles spécificités pour les fonds audiovisuels ?

– les différents modes de collecte des archives audiovisuelles.

– panorama des supports physiques de l’audiovisuel : chronologie, composition des différents types de supports, principales dégradations, principes de conservation préventive.

– stocker et organiser un fonds audiovisuel : les bonnes pratiques.

– numériser un fonds audiovisuel : les principes de la numérisation, les choix techniques ; mettre en œuvre un plan de sauvegarde et de numérisation : principes méthodologiques ; stocker un fonds audiovisuel numérique.

– documenter le fonds : principes de la documentation audiovisuelle ; choisir un format de description adapté aux usages de ses documents.

– valoriser un fonds d’archives audiovisuelles : panorama de différents types de projets de valorisation ; approche du cadre juridique de l’exploitation d’un fonds d’archives audiovisuelles.

Coordonnatrice : Christine Braemer, responsable de la filière Patrimoines numériques, documentation multimédias, Ina EXPERT.

 

  • 8 – 10 NOVEMBRE 2016 – MARSEILLE, CAVAILLON ET CARPENTRAS

PATRIMOINES RELIGIEUX

En collaboration avec le service de l’Inventaire et du patrimoine de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Cette session de formation fait suite à celle proposée en 2015, conçue comme une introduction aux patrimoines des différentes confessions mais aussi comme un point étape de l’actualité de ce type de patrimoine. Le programme proposé cette année, qui peut s’envisager sans avoir suivi la première session, a pour objectif de donner aux stagiaires des outils et une méthode pour l’étude et l’analyse. Les interventions prévues en 2016 poursuivront l’approche comparative initiée, en dédiant une journée à la sphère catholique, une au monde juif, avec visites de deux lieux de culte du Comtat Venaissin, et une dernière au monde musulman. Les problématiques de l’objet et des espaces liturgiques y seront abordées. Le cycle se poursuivra en 2017, avec pour proposition une présentation des domaines orthodoxes et protestants (à confirmer).

Coordonnatrices : Emilie Girard, conservateur du patrimoine, responsable du département des collections et des ressources documentaires, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée ; Maïna Masson-Lautier, conservateur en chef du patrimoine, service de l’Inventaire et du patrimoine, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

  • 15 – 17 NOVEMBRE 2016 – MARSEILLE

QUELLE CONSERVATION PRÉVENTIVE AVEC QUELS MOYENS ?

Mettre en place un plan de conservation préventive dans un musée implique une prise en compte des moyens de l’institution que ce soit en terme budgétaire ou de personnel. La formation abordera, au travers des différents aspects de conservation préventive, les solutions et compromis possibles en les adaptant aux ressources économiques.

Pour chacun des paramètres de la prévention seront présentées les solutions techniques des plus sophistiquées aux plus simples. Par exemple, comment passer du système centralisé de gestion du climat à l’humidification ou la déshumidification ponctuelle localisée ; des vitrines sous gaz inerte à l’exposition hors vitrines ; de l’aménagement de réserves high-tech à la mise en place d’un conditionnement correct… Pour chacun des niveaux de solutions abordés, les implications pratiques et économiques seront étudiées.

Ces journées apporteront aux participants des outils pour mettre en œuvre le plan de conservation préventive adapté à la situation de chacun, mais aussi une réflexion pour initier de nouvelles perspectives de gestion de la conservation des collections.

Coordonnatrice : Florence Bertin, restauratrice, chef du service de la conservation préventive et de la restauration, Les Arts Décoratifs.

  • 30 NOVEMBRE – 2 DÉCEMBRE 2016 – MARSEILLE

DANS LES COULISSES DE L’EXPOSITION. CONCEPTION DU PROJET, RESSOURCES LOCALES ET PARTENARIAT

En collaboration avec la Fédération des écomusées et musées de société (FEMS)

Cette formation opérationnelle et orientée vers la mise en situation professionnelle s’adresse aux responsables scientifiques et culturels de musées et sites patrimoniaux ainsi qu’aux chargés de projets d’exposition à la recherche de solutions opérationnelles adaptées à leur environnement territorial pour concevoir et réaliser une exposition.

Conçue comme un vade-mecum, la formation alternera sessions théoriques, ateliers pratiques et rencontres avec des concepteurs d’exposition. Elle proposera une méthode pour élaborer un projet d’exposition, au regard des objectifs scientifiques et culturels poursuivis, depuis la faisabilité jusqu’au montage. Elle s’appuiera aussi sur plusieurs exemples concrets, d’environnement et de moyens différents pour analyser la palette des ressources et partenariats à mobiliser, dans un contexte de moyens parfois contraints. Sans chercher à reproduire des solutions toutes prêtes, il s’agira de porter à connaissance et d’échanger autour d’exemples réussis, combinant savoir-faire, ingéniosité et innovation, que ce soit en muséographie, dispositifs de médiation ou mise en place des partenariats.

Objectifs :

– acquérir des connaissances méthodologiques et pratiques indispensables au montage d’une exposition,

– apprendre à concevoir un projet d’exposition adapté à son environnement et aux objectifs scientifiques et culturels,

– savoir mobiliser des partenariats et valoriser des ressources locales pour organiser une exposition.

Coordonnatrice : Céline Chanas, conservatrice territoriale du patrimoine, directrice du Musée de Bretagne – Les Champs Libres

PROG I2mp 2016

BROCHURE_3langues

2016 annonce mecenatI2MP2016

 

CFP : Lire des vies, L’approche biographique en sciences humaines et sociales

Appel à communication
Laboratoire de recherche sur les espaces Créoles et Francophones (LCF, Université de La Réunion)

Observatoire des sociétés de l’océan Indien (OSOI, Université de La Réunion)

Centre de recherche sur les médiations (CREM, Université de Lorraine/Université de Haute-Alsace)
Colloque interdisciplinaire et international

Lire des vies
L’approche biographique en sciences humaines et sociales

Saint-Denis de La Réunion
UFR Lettres et des Sciences humaines (LSH) Université de La Réunion
23-24 février 2017

cfp : Colloque_biographie2017


Pr Jacques Walter
Directeur du Centre de recherche sur les médiations 
+33 (0)6 18 44 75 48

questionsdecommunication.revues.org
pratiques.revues.org.com
Littérature et culture arabes contemporaines/classiques-garnier.com

http://crem.univ-lorraine.fr/