Monthly Archives: January 2011

CFP: Recollecting and mediating food culture, April 11-12, 2011

On behalf of Ester Võsu (ester.vosu@ut.ee):

Call for papers: “Recollecting and mediating food culture” in Estonian National Museum, April 11-12, 2011

In April 11–12, 2011 the conference “Recollecting and mediating food culture: Individual and institutional perspectives”will take place, held in cooperation with the Estonian National Museum and the Centre of Excellence in Cultural Theory. The conference will be focused on individual as well as institutional practices of remembering and mediating food culture.

Food culture has been an important part of national and regional heritage, and thus has not just economic, but also political importance. From the beginning of this century, public discussion concerning the definition one’s identity through a culinary past has become increasingly heated in Estonia, as well as in other European countries. Concurrently, new possibilities for making food traditions more attractive in the contemporary sense are searched for on state, entrepreneurial, and individual levels, and because of this tourists as well as local inhabitants are encouraged to consume and to evaluate gastronomic achievements.

One of the roles of the National Museum is to function as an institution of national culinary memory and to engage in collecting and preserving the past of the food culture and to mediate and display food-related materiality and knowledge to the society. In addition, there are many other institutions in the society (teaching and scholarly institutions, food producers, restaurants, nongovernmental organisations etc.) that are engaged in mediating food culture in one way or another. These institutions are constantly recreating food-related knowledge, as well as what actually gets on our plates. No doubt one cannot underestimate the role of particular individuals in living and developing traditions of food culture and culinary identities in their everyday cooking practices and interpretations.

Papers with both academic and practical orientation, treating the past and the present of food culture, and focusing on the knowledge and practice of remembering, evaluating, preparing and serving food, are expected to the conference.

Important information:

– Conference takes place in Tartu at the Exhibition House of the Estonian National Museum, in April 11th–12th 2011.

– Conference takes place in both Estonian and English languages. You can submit your abstract either in Estonian or English. Simultaneous translation is provided at the conference

Deadline for submitting the preliminary abstract is February 1th, 2011. The length of the abstract is 250–300 words. Please also include your contact information and institutional affiliation (name, profession, employer, e-mail address).

– Notification of acceptance of your abstract: February 10th, 2011.

– Deadline for extended abstracts: March 11th 2011 (1600–2000 words).

The selected presentations are published in the Journal of Ethnology and Folkloristics (2011, Vol. 5). The full texts of the pre-reviewed journal are available in the International database at www.ceeol.com. The journal is indexed by the Anthropological Index Online.

– Participation at the conference is free of charge.

– Registration online: www.erm.ee/2011enm

Conference team:

Pille Runnel, research director, Estonian National Museum – pille.runnel@erm.ee

Terje Anepaio, researcher, Estonian National Museum – terje.anepaio@erm.ee

Ester Võsu, researcher, Institute of Cultural Research and Fine Arts, University of Tartu / Centre of Excellence in Cultural Theory – ester.vosu@ut.ee

Conference Secretary:

Agnes Aljas – agnes.aljas@erm.ee

Conference is supported by:

Estonian National Museum www.erm.ee

European Union Regional Development Fund (Centre of Excellence in Cultural Theory) www.ut.ee/CECT)

Advertisements

Ressource: La patrimonialisation des musiques dites “traditionnelles” en France, du XIXe siècle à nos jours

De la part de Luc CHARLES-DOMINIQUE

Bonjour

Vous trouverez en page d’accueil de mon blog (charlesdominique.wordpress.com)
les liens vers 3 vidéos constitutives d’un cours-conférence filmé de 3
heures sur le thème de “*La patrimonialisation des musiques dites
“traditionnelles” en France, du XIXe siècle à nos jours*”.
Cette vidéo a été tournée dans les locaux de l’Université de Nice (Château
de Valrose) en août 2010 par le service TICE de l’Université de
Nice-Sophia-Antipolis.
Ce cours-conférence filmé est l’un des 5 cours-conférences filmés de ce
projet, les 4 autres, qui seront mis en ligne dans le courant de l’année
2011, portant sur :
1) Anthropologie des classifications instrumentales
2) Anthropologie de l’organologie
3) Les symboliques du sonore en France au Moyen Age et à l’âge baroque : de
l’histoire sociale de la musique à l’anthropologie musicale historique
4) Les musiques de la mort en Occident (étude diachronique et synchronique).

Bien cordialement,

Luc CHARLES-DOMINIQUE
Professeur des Universités en Ethnomusicologie
Responsable du parcours Ethnologie des Arts Vivants
(Laboratoire CIRCPLES EA 3159)
UFR LASH – Université de Nice Sophia Antipolis
98 Bd Edouard Herriot – 06204 Nice cedex 3
l.charles-domini@wanadoo.fr
luc.charles-domini@unice.fr
charlesdominique.wordpress.com

Publication: Le patrimoine culturel au risque de l’immatériel

LE PATRIMOINE CULTUREL AU RISQUE DE L’IMMATÉRIEL
Enjeux juridiques, culturels, économiques
Sous la direction de Françoise Benhamou et Marie Cornu
Droit du Patrimoine culturel et naturel

En quoi l’économie de l’immatériel et le cadre juridique qui en définit les règles influencent, perturbent, modifient, facilitent les missions de protection et de valorisation classiques du patrimoine en termes de conservation, de sélection, d’accès et de diffusion ? Il est ici question des nouveaux modes de conservation du patrimoine et des bouleversements qui en découlent : en effet, le numérique peut aujourd’hui jouer un rôle en faveur de la protection, de la valorisation et du partage du patrimoine.

ISBN : 978-2-296-13787-5 • janvier 2011 • 150 pages
Paris L’Harmattan

Publication: Ressources, patrimoines, territoires et développement durable

PETER LANG – Éditions Scientifiques Internationales

Nous avons le plaisir de vous présenter une nouvelle publication de

Muriel Maillefert / Olivier Petit / Sandrine Rousseau (dir.)

RESSOURCES, PATRIMOINE, TERRITOIRES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2010. 281 p., nombr. ill. et tabl.
EcoPolis. Vol. 10
Directeur de collection : Marc Mormont

ISBN 978-90-5201-648-1 br.
sFr. 52.00 / EUR* 35.80 / EUR** 36.90 / EUR 33.50 / £ 30.20 / US-$ 51.95
* comprend la TVA – uniquement valable pour l’Allemagne  /  ** comprend la TVA – uniquement valable pour l’Autriche  /  EUR ne comprend pas la TVA

Cet ouvrage fait suite au colloque international ” La problématique du développement durable vingt ans après : nouvelles lectures théoriques, innovations méthodologiques, et domaines d’extension ” (Université Lille 1, novembre 2008). Les contributions réunies ici s’attachent à porter un nouveau regard sur les dynamiques territoriales associées aux politiques de développement durable en mettant l’accent sur les liens qui unissent ressources, patrimoine et territoires. Dans un premier temps, les auteurs reviennent sur un certain nombre d’approches méthodologiques (participation et villes durables, démarches d’écologie industrielle) mais aussi théoriques du développement durable territorialisé. Plusieurs enjeux importants au sein des espaces urbains et péri-urbains, en France et à l’étranger (Suisse, Brésil), pour la mise en oeuvre d’un développement durable territorialisé (étalement urbain et aménagement, transport, qualité de l’air, drainage) sont ensuite analysés. Enfin différentes approches théoriques et analytiques (économie du patrimoine, approche constructiviste des ressources territoriales, espaces fonctionnels, approche régulationniste) sont mobilisées pour interroger la place et le rôle des dynamiques patrimoniales et des ressources naturelles et territoriales dans la construction d’un développement durable des territoires.


Contenu:

Bertrand Zuindeau : Préface – Muriel Maillefert/Olivier Petit/Sandrine Rousseau : Ressources, patrimoine, territoires et développement durable. Quelques éléments d’introduction – Julie Gobert : La compensation territoriale. Un instrument de régulation locale au profit du développement durable ? – Muriel Maillefert/Paul Schalchli : Prérequis pour la construction d’une méthodologie pour l’implantation d’une démarche d’écologie industrielle à l’échelle d’un espace territorial – Leïla Kebir : Pour une approche institutionnelle et territoriale des ressources – Jo Van Assche/Thomas Block/Herwig Reynaert : Une méthode participative pour mesurer la durabilité urbaine. Le cas du moniteur des villes flamandes – José Serrano/Corinne Larrue : Le développement durable dans les espaces périphériques urbains. Analyse à partir du cas de l’agglomération tourangelle – Sylvie Bidaux : Développement durable et archétypes de l’automobilité dans les discours institutionnels. Aix-en-Provence et Lausanne – Carole Waldvogel/Sandrine Glatron : L’information sur la qualité de l’air. Un instrument au défi de la pluralité des logiques de mobilité urbaine – Fabiano Rocha Diniz : Drainage et gestion du développement durable. Des enjeux en milieu urbain au Brésil – Iratxe Calvo-Mendieta/Olivier Petit/Franck-Dominique Vivien : Le patrimoine commun : une autre manière d’analyser la gestion collective des ressources naturelles. Le cas de la gestion de l’eau en France – Stéphane Nahrath/Frédéric Varone/Jean-David Gerber : Les espaces fonctionnels de la durabilité. Vers une reconfiguration des politiques sectorielles, des territoires institutionnels et des droits de propriété ? – Véronique Peyrache-Gadeau : Renouvellement des ressources et diversité des durabilités territoriales – Jean-Pierre Boinon/Sylvie Gomez/Bernard Roux : La prise en compte du développement durable dans la politique agricole française. Analyse historique et institutionnelle.

Muriel Maillefert est économiste, maître de conférences à l’Université de Lille 3 et membre du CLERSE (UMR 8019 CNRS-Université Lille 1), où elle réalise ses recherches au sein de l’axe Territoires, environnement, développement durable (TEDD). Ses travaux portent sur l’analyse de l’action collective et des institutions appliquées notamment à la question du développement territorial durable.

Olivier Petit est économiste, maître de conférences à l’Université d’Artois et membre du CLERSE (UMR 8019, CNRS-Université Lille 1). Il est par ailleurs membre du GDR 2524 ” rés-eau-ville ” du CNRS. Ses recherches portent sur les politiques de développement durable, essentiellement appliquées à la gestion des ressources en eau. Il mène également des recherches sur les processus d’action collective, les risques environnementaux et sur les phénomènes de patrimonialisation.

Sandrine Rousseau est économiste, maître de conférences à l’Université Lille 1 et membre du CLERSE (UMR 8019 CNRS). Ses recherches portent sur l’économie de l’environnement et, dans le cadre de la théorie de la régulation, sur la place et le rôle de l’environnement dans les différents modes de développement. Elle s’interroge notamment sur le concept de responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSE) pour tenter d’en comprendre le potentiel régulatoire.

Vous pouvez commander ce livre online en cliquant sur le lien ci-après ou envoyer votre commande à :

PETER LANG SA
Éditions Scientifiques Internationales
Moosstrasse 1
Case postale 350
CH-2542 Pieterlen
Suisse

Tél +41 (0)32 376 17 17
Fax +41 (0)32 376 17 27

e-mail :
mailto:info@peterlang.com

CFP: Urbanité et tourisme

Urbanité et tourisme

Appel à articles de la revue Espaces et sociétés

Ce dossier thématique vise à travailler, dans une perspective nouvelle et originale, les rapports entre urbanité et tourisme, soit les différents liens existant entre le rapport touristique au monde (pratiques, représentations, imaginaire, lieux) et la qualité urbaine (urbanité, centralité, citadinité, espace public, formes des rapports sociaux). Ce croisement laisse derrière lui les questions classiques du « tourisme urbain » (au sens de « tourisme dans les villes ») et élargit le questionnement à toutes les manifestations de l’urbain – qu’il s’agisse des métropoles, des métapoles, des petites villes, des stations touristiques, des quartiers touristiques d’une agglomération… – et à toutes les manifestations du touristique – qu’il s’agisse des pratiques, des représentations, de l’imaginaire, de l’image, etc. Plus précisément, l’objectif de ce dossier est de travailler aussi bien sur les synergies, que sur les tensions et sur les paradoxes caractérisant les relations entre urbanité et tourisme (production, consommation et destruction d’urbanité par le tourisme et inversement mise en tourisme et sortie du tourisme au travers du développement de l’urbanité).

Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle18406.html

CFP: Les aléas de la patrimonialisation urbaine

Les aléas de la patrimonialisation urbaine

Appel à articles de la revue Espaces et sociétés

Résumé

Omniprésente dans les projets, plans et programmes d’aménagement portant sur des espaces construits, la patrimonialisation urbaine doit être interrogée. En tant que concept, d’abord, elle souffre d’ambiguïté, n’étant plus limitée à la préservation de traces matérielles du passé pour des raisons esthétiques ou culturelles. Elle tend maintenant à englober des réalisations récentes ou des lieux « ordinaires » avec les pratiques localisées qui y sont associées. Cette extension survient dans une conjoncture socio-historique où le rapport au temps, qu’il s’agisse du présent ou de l’avenir, est marqué par l’incertitude. D’où la nécessité d’une clarification sur la ou les significations à donner au terme de patrimonialisation appliqué à l’urbanisation en cours.

Calenda: http://calenda.revues.org/nouvelle18408.html

CFP: Cambridge Heritage Seminar-Memorials and Commemorations

12th Cambridge Heritage Seminar
15-16 April 2011
The Heritage of Memorials and Commemorations

The process of memorializing and commemorating people and events has come under scrutiny in recent years. Controversies have been sparked by memorials. Some commemorative events have become stage settings for occasionally violent confrontations between different memorial narratives, and the relationship between history and memory is being put through a ‘stress test’ of sorts. Though memorial processes have a long history, this new scrutiny has given rise to important questions about their social function, the intentionality behind commemorative gestures and their impact: Do memorials help us forget? Are they reconciliatory? Who do commemorative events exclude? What purpose to they serve? Do they help us not repeat the mistakes of the past? Why do people use memorials? Who uses them? How and when are ‘forgotten’ memorials reinvigorated by communities? With these questions new terms are also emerging: ‘spontaneous shrines’ (Santino 1992), ‘memorial mania’ (Doss 2008), ‘grassroots memorials’ (Sánchez-Carretero and Margy 2010).

This 12th edition of the Cambridge Heritage Seminar seeks to bring together researchers and practitioners from a wide array of disciplines and communities of practice to explore what and how we choose to commemorate and the impact that this has on our own memories and identities, and thus on heritage.

How to take part: There are three ways of taking part in this seminar: presenting a paper, providing a poster, being a participating audience member.

Paper proposals should clearly outline the questions that will be addressed and the empirical evidence or case study that will be drawn on. The proposals should not exceed 500 words and should be accompanied by a short (150 word) biographical note about the author.

Posters proposals should illustrate one particular instance of commemoration or make a concrete theoretical point.

Paper and poster proposals should be sent to Liz Cohen at esc35[at]cam.ac.uk no later than 15 February 2011. Papers will be selected by 1 March.

To register to participate in the event as an audience member please write to Dominic Walker at dw374[at]cam.ac.uk by 1st April 2011 – numbers will be limited so please register as early as possible to avoid disappointment.

Heritage Research Group
Department of Archaeology
Cambridge University
Downing Street, Cambridge, UK.
Email: esc35 at cam.ac.uk

Ressources: New project/Guinean arts and archives

Dear community of scholars and professionals working in Guinea,

We are writing to let you know about an initiative we are launching to connect Guinean artists, artworks, and the visual archive.

To learn more see http://www.indiegogo.com/Unite-Guinean-Arts?a=63759&i=addr.

A scholarly essay introducing the concept can be found at www.ahva.ubc.ca/WreckArticlePdfs/8_120208_121212.pdf.

We appreciate your work, and are very grateful for any and all participation, including suggestions of others who might be interested, leads on film footage, etc.  Spreading the word to the larger Guinea community is also an enormous help.

Thank you very much for your consideration.

Sincerely,

Joshua Cohen
PhD Candidate, Art History
Columbia University
jic2111@columbia.edu

Adrienne Cohen
PhD Student, Anthropology
Yale University

Seminar: MNHN, Paris, 18 01, Savoirs écologiques traditionnels et cartographie participative: l’expérience des Joti (amazonie vénézuélienne)

L’Unité « Patrimoines Locaux » (UMR 208 — MNHN/IRD) vous invite à participer au séminaire de recherche

*LE LOCAL DANS LA VALORISATION ET MISE EN SCENE DES PATRIMOINES*
IRD/MNHN/CEMAF/CRBC

Organisateurs : Marie-Christine Cormier-Salem (géographe, IRD), Dominique Juhé-Beaulaton (historienne, CNRS), Yves Girault (muséologue, MNHN), Dominique Guillaud (géographe/géographie culturelle, IRD), Bernard Roussel (ethnobotaniste, MNHN)

Prochaine séance : _mardi 18 janvier 2011 à 14h30, 45 rue Buffon, salle Chevalier (bâtiment 135, préfabriqué situé derrière le grand amphithéâtre entomologie) Rez de chaussée.

Intervention de Eglée Lopez-Zent et Stanford Zent (IVIC, Instituto Venezolano de Investigaciones Cientificas, Caracas)

Résumé : *Savoirs écologiques traditionnels et cartographie participative: l’expérience des Joti (amazonie vénézuélienne)*

A l’instar d autres peuples autochtones, les amérindiens conçoivent leur environnement naturel et ses parties comme des sujets ou des personnes pourvues de conscience, de créativité, de capacité d’action et de postures morales. Avec une représentation opposée de la nature comme objet (utilitaire, quantifiable, mécanique), divers sommets, déclarations, législations, propositions et projets internationaux ont cependant reconnu le rôle des populations locales dans la conservation et la construction de la biodiversité (Convention sur la diversité biologique 1992, Convention 169 de l’ OIT, Article 8j). La mise en application de ces textes reste limitée, mais ils suscitent d’intenses discutions et recompositions au sein de communautés concernées. Au Venezuela, la Constitution de 1999 octroie en outre des droits territoriaux aux amérindiens (Loi de Démarcation de Terres et Habitats Indigènes de 2001) et une capacité d’autogestion aux populations rurales. Dans ce cadre, nous avons élaboré des méthodologies participatives pour les projets “Autodémarcation territoriale des indiens Jotï” et “Vitalité des savoirs écologiques traditionnels (VITEK) au sein de populations rurales côtières, andines et forestières”. La cartographie constitue la réponse materielle et concrète des Jotï, amérindiens longtemps restés en marge de la société nationale, pour affirmer leur existence et leurs droits territoriaux vitaux. VITEK propose un indicateur quantitatif de la transmission (rétention vs perte) des savoirs écologiques traditionnels à travers les générations. Dans les deux études, on discute les modalités d’acceptation et d’adaptation de nouveaux outils (cartographie, indicateur) qui accompagnent les processus de valorisation et d’autogestion de groupes locaux engagés dans des processus globaux.

Contact :Emmanuelle Gerard
UMR 208 Patrimoines Locaux
Tel : 01 40 79 56 22

Conference: « La Préhistoire des Autres» – 18-19 janvier au musée du quai Branly

Madame, Monsieur,

Nous avons le plaisir de vous adresser le programme du colloque international « La Préhistoire des autres » comment l’archéologie et l’anthropologie abordent le passé des sociétés non occidentales, que le musée du quai Branly et l’Inrap organisent les 18 et 19 janvier prochains.

http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources-multimedias/Conferences-et-colloques/p-12271-La-Prehistoire-des-autres.htm

En espérant avoir le plaisir de vous y accueillir, nous vous souhaitons une excellente nouvelle année 2011.

L’équipe du colloque

Entrée libre : l’inscription en ligne sur www.inrap.fr permet un accès prioritaire au Théâtre Claude Lévi-Strauss du musée du quai Branly.
Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter Martine Scoupe par téléphone au + 33 (0) 1 40 08 80 00 ou par courriel :
developpement.culturel@inrap.fr

Dear Sir/Madam:

It is our pleasure to send you the Program of the International
Conference “The Prehistory of Others: How Archaeology and AnthropologyAddress the Past in non-Western Societies”. The conference, organised by the Musée du quai Branly and the Inrap, will be presented at the Musée du Quai Branly on January 18 and 19.

http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources-multimedias/Conferences-et-colloques/p-12271-La-Prehistoire-des-autres.htm

We look forward to welcoming you and wish you a Happy New Year.

The Conference Team
Admission is free and signup is online at www.inrap.fr for priority access to the Theatre of Claude Levi-Strauss Musée du Quai Branly.
For further information, please contact Martine Scoupe at + 33 (0) 1 40 08 80 00 or email: developpement.culturel@inrap.fr

Anna Gianotti Laban
___________________

Chargée des manifestations scientifiques
et de l’enseignement
* m u s é e d u q u a i B r a n l y
222 rue de l’Université
75343 Paris cedex 07
Tél. 01 56 61 70 24
Courriel : anl@quaibranly.fr
www.quaibranly.fr<http://www.quaibranly.fr/>