Monthly Archives: November 2011

Conference: Local vocabularies of “heritage”, 8-10 February 2012, Evora

Local vocabularies of “heritage”

Variations, Negotiations, Transformations

8-10 February 2012
Universidade de Évora
Colégio do Espírito Santo
Portugal

First congress of the
Network of the Researchers on Heritagisations
and the
Centro Interdisciplinar de História, Culturas e Sociedades da Universidade de Évora.

The central idea of this symposium is to carry out an international comparison of vocabulary variants and local linguistic uses of “heritage”, both in the context of contact with international institutions and in the limited one of indigenous and customary uses. The symposium therefore proposes to take seriously the emic definitions and redefinitions of “indigenous terms” and to draw up a critical inventory of them, by going beyond the fiction of a continuous and globalized homogeneous “heritage” field. A comparative analysis and the confrontation of related concepts in the different local vocabularies would also make it possible to get the measure of the transactions, mutations, misunderstandings and transfers that may arise from the global contact initiated in cultural exchanges over the last two centuries.

L’idée centrale de ce colloque est de mener une comparaison internationale des variantes des vocabulaires et des usages linguistiques locaux du « patrimoine », aussi bien dans le contexte de contact avec les institutions internationales que dans le cadre restreint des usages indigènes et coutumiers. Le colloque se propose donc de prendre au sérieux les définitions et re-définitions émiques des « termes indigènes », et d’en dresser un inventaire critique, en dépassant la fiction d’un champ « patrimonial » homogène, continu et globalisé. Une analyse comparative et une confrontation de concepts voisins dans les différents vocabulaires locaux permettraient également de prendre la mesure des transactions, des mutations, des malentendus ou des transferts qui peuvent naître des contacts globaux initiés dans les échanges culturels au cours des deux derniers siècles.

A ideia central deste colóquio é a de promover uma comparação internacional das variantes dos vocabulários e das utilizações linguísticas locais do “património”, tanto no contexto do contacto com as instituições internacionais como no quadro restrito das utilizações indígenas e habituais. O colóquio propõe-se, assim, levar a sério as definições e redefinições émicas dos “termos indígenas” e de desenhar/conceber um inventário crítico, ultrapassando a ficção dum campo “patrimonial” homogéneo, contínuo e globalizado. Uma análise comparativa e uma confrontação de conceitos similares nos diferentes vocabulários locais permite igualmente considerar a medida das transacções, das mutações, dos mal entendidos ou das transferências que podem nascer dos contactos globais iniciados pelas trocas culturais no decurso dos dois últimos séculos

Program

8th February
09.00 – 10.00 Registration
10.00 – 10.30 Opening Welcome
Cyril Isnart (Cidehus-UE), on behalf of the organization committee
Julien Bondaz and Anais Leblon, on behalf of the NRH
Filipe Themudo Barata, vice-director of the Cidehus.UE

10.30 – 11.30 Keynote lecture 1 Crispin Pain, University College London
It’s MY past! Some attitudes to heritage

11.30 – 11.45 Coffee Break

11:45 – 13.15 Panel 1 (Re)thinking the Concepts
Chair: Regina Bendix, University of Gottingen, Germany

Práticas construindo conceitos
Maria Cecilia Londres Fonseca, Departamento do Patrimônio Imaterial do Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional, Brasil

The Indeterminacy of Cultural Heritage and Cultural Property in International Negotiations and Local Configurations
Stefan Groth, DFG-Research Group on Cultural Property, Institute of Cultural Anthropology/European Ethnology, Göttingen University

A Substância da representação
Eduardo Esperança, Universidade de Évora, Portugal

13.15 – 14.30 Lunch time

14.30 – 16.00 Panel 2 Appropriating Concepts 1
Chair: Ellen Hertz, Institut d’Ethnologie, Université de Neuchâtel, Suisse

« Traditions vivantes », une catégorie bonne à penser ? Le cas de la Suisse fédérale
Florence Graezer Bideau, Projet Fonds national suisse de la recherche scientifique – “Intangible Cultural Heritage: the Midas Touch”, Center for Area and Cultural Studies, Collège des Humanités, Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne, Suisse

L’inventaire du patrimoine culturel immatériel en France : une démarche d’acculturation ou de domestication ?
Chiara Bortolotto, Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, Université Libre de Bruxelles

Os usos do conceito de antropofagia na elaboração de politicas de patrimônio no Brasil
Carolina Ruoso, Universidade de Paris 1

16.00 – 16.15 Coffee Break

16 15– 17:45 Panel 3 Appropriating Concepts 2
Chair : Sylvie Grenet, Ministère de la Culture et de la Communication, France

Pour dire ce à quoi nous tenons : mémoire, patrimoine, etc.
Jean-Louis Tornatore: Université Paul-Verlaine, Metz, LAHIC-IIAC CNRS-EHESS, France

Une histoire de patrimoine `à l’indonésienne’: le cas du wayang golek sundanais (Java Ouest, Indonésie)
Sarah Anaïs Andrieu (Andrieu-Piccato), EHESS, France

Turâth et patrimonialisation des musiques traditionnelles: du discours institutionnel à sa représentation dans les sociétés d’Arabie Orientale
Maho Sebiane, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM) du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC), UMR 7186, France et Centre d’étude Français d’Archéologie et de Science Sociale de Sanaa (CEFAS), USR 314 (Yémen)

16:15– 17:45 Panel 4 Translating Concepts
Chair: Chiara Bortolotto, Université Libre de Bruxelles, Belgique

Négociations conceptuelles et variations du langage sur le patrimoine à Alger
Nassima DRIS, Université de Rouen, France

Ethnographie d’une traduction patrimoniale : « le monde entier possède le yaaral et le degal »
Anaïs Leblon, Cémaf Université de Provence, France

Le patrimoine immatériel au Québec
Laurier Turgeon, Université Laval, Canada

17:45-18:00 Launch of the Uqam-Respatrimoni Prize

20:00-22:00 Dinner time

9th February
9:00– 10.30 Guided tour of the city

10:30-11:30 Keynote lecture 2 Regina Abreu, Universidade Federal do Estado de Rio de Janeiro, Brasil
Patrimonialização das diferenças: a categoria conhecimento tradicional e os novos sujeitos de direito coletivo no Brasil

11:30 – 11:45 Coffee Break

11:45-13:15 Panel 5 Scales of Comparison
Chair: Mafalda Soares da Cunha, Cidehus Universidade de Évora, Portugal

Processus de patrimonialisation locale : deux régions de Suisse romande (Jura et Valais)
Federica Diémoz and Aurélie Reusser-Elzingre, Projet Fonds national suisse de la recherche scientifique – “Intangible Cultural Heritage: the Midas Touch”, Centre de dialectologie et d’étude du français regional, Université de Neuchâtel, Suisse

Coalmining ‘heritage’ and ‘patrimoine’ in France and the UK: contested meanings of regeneration
Bella Dicks, Cardiff University, Wales, UK and Michel Rautenberg, Université Jean Monnet Saint-Etienne, France

As pedras e o que é mais fátuo. Uma comparação de processos patrimoniais em duas cidades portuguesas:  Évora e Viana do Castelo
Maria Cátedra, U. Complutense de Madrid, Espanha, António Medeiros, ISCTE-UL, Portugal

13.15 – 14.45 Lunch time

14:45– 16.15 Panel 6 Landscapes
Chairs: Lucie K. Morisset, UQAM, Canada and
Michel Rautenberg, Université Jean Monnet, Saint-Etienne, France

Subtiles divergences. Le patrimoine carioca entre « paisagem cultural » et « paysage culturel »
Veronique Zamant, EHESS-Ecole d’Architecture de Paris La Vilette, France.

Patrimoni, Cerrado and Heritage: the Socio-Cultural Reproduction of Rural Areas in the Global Context
Meritxell Sucarrat Viola, University of Barcelona, Spain and Luís Silva, Centre for Research in Anthropology, Portugal

Une approche émique du « paysage culturel » konso (Ethiopie)
Elise Demeulenaere, UMR (CNRS-MNHN-Paris 7) Eco-anthropologie et Ethnobiologie, France.

16.15– 16.30 Coffee Break

16:30 – 18.00 Panel 7 Museums
Chairs: Filipe Themudo Barata, Cidehus-Universidade de Evora, Portugal and
Julien Bondaz, Centre de Recherches et d’Etudes Anthropologiques, Université Lyon 2, France

Transformation et histoire pluriculturelle d’un patrimoine. L’exemple des collections africaines en France
Manuel Valentin, Département Hommes, Natures et Sociétés, UMR 208 « Patrimoines locaux » (IRD/MNHN), France

Interpretações museológicas do património imaterial
Ana Carvalho, CIDEHUS – Centro Interdisciplinar de História, Culturas e Sociedades da Universidade de Évora, Portugal

Multiple Meanings and Contradictory Appropriations of Heritage: The Popes’Palace in Avignon
Sophie Biass-Fabiani, Palais des Papes, Jean-Louis Fabiani, EHESS and Central European University, France-Hungary

20:00-22:00 Dinner time

10th February
09.00 –10.00 Keynote lecture 3 Ismail Ali El-Fihail, Abu Dhabi Authority for Culture and Heritage
Reviving the Disagreement. Debate on the Terminology of Intangible Cultural Heritage and UNESCO 2003 Convention in the Arab world

10.00 – 11.30 Panel 8 Believing in Heritage
Chairs: Eduardo Esperança, Universidade de Évora, Portugal and
Elsa Peralta, ISC-IL, Portugal

Res sacrae : construire, thésauriser le bien religieux
Francesca Sbardella, Université de Bologne, Département disciplines historiques, anthropologiques et géographiques, Italie.

Du « tombeau » à la « mosquée » : un lieu de prière, de visite ou de pèlerinage ? Exemple du « tombeau des Askia », patrimoine mondial malien (Gao)
Anne Ouallet, Université Rennes 2, UMR 6590, RESO et Al Karjousli Soufian, SUPELEC, France.

Superstition, Belief and Knowledge. « Traditional » healing practices in Switzerland, local institutions and the international standards of WHO and UNESCO
Julie Perrin, Projet Fonds national suisse de la recherche scientifique – “Intangible Cultural Heritage: the Midas Touch”, Institut d’ethnologie, Université de Neuchâtel, Suisse

11.30 – 11:45 Coffee Break

11:45 – 13:15 Panel 9 Cultural Nature
Chairs: Pascale Moity-Maizi, Insttitut des régions chaudes de Montpellier Supagro, UMR Innovation, France and
Birgit Arnholdt-Schmitt, Marie Curie Chair, University of Evora, Portugal

Gestion aborigène contemporaine des ressources naturelles en Australie du Nord : une requalification conceptuelle pas anodine
Elodie Fache, Université de Provence, Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie, UMR 6574, France.

As metamorfoses do kampô katukina (pano)
Edilene Coffaci de Lima, Universidade Federal do Paranà, Brasil

Plantas e Patrimônio na Amazônia brasileira
Laure Emperaire, Instituto de Pesquisas para o Desenvolvimento, Unidade de Pesquisa “Patrimônios locais”, França, Ana Gita Oliveira, Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional, Coordenadora Geral de Identificação e Registro no Departamento do Patrimônio Imaterial, Brasil

13:15 – 14:30 Lunch time

14:30 – 15:30 Panel 9 Cultural Nature

Processos de construção do património alimentar: o caso do fumeiro de Vinhais
Manuel Teles Grilo, CRIA/FCSH, Portugal

Conteúdos ou processos? Sentidos do património etnobiológico
Amélia Frazão Moreira, Centro em Rede de Investigação em Antropologia, Faculdade Ciências Sociais e Humanas, Universidade Nova de Lisboa

15.30 – 17:00 Panel 10 Practices
Chair : Cyril Isnart, Cidehus-Universidade de Évora, Portugal

« Heritage is in the making » ou les usages patrimoniaux du corps des horlogers/ères dans l’Arc jurassien
Hervé Munz, Projet Fonds national suisse de la recherche scientifique – “Intangible Cultural Heritage: the Midas Touch”, Institut d’ethnologie, Université de Neuchâtel, Suisse

Negotiating (performance) space and (heritage) status: mascarados and foliões in the Festa do Divino (Brazil) (working title)
Maria J.C. Krom, Department of Anthropology, Faculty of Social and Human Sciences / CRIA – Center for Research in Anthropology, Universidade Nova de Lisboa, Portugal

“We are Indigenous. That’s why we have to barter”. Economic exchange as intangible heritage in the Argentinean Andes
Olivia Angé, Institute of Social and Cultural Anthropology (ISCA), University of Oxford

17:30 – 17:45 Coffee Break

17:45 – 18:15 Final debate

20:30– 23.00 Closing Dinner

Registration Information
The price of 50 € includes 6 coffee breaks, the guided tour of the historical center of Evora (Unesco World Heritage) and documentation.
You can participate in the final dinner for 50 €.
To obtain a receipt, you must file the tax number lines.
The registration will only be complete once we have received the full registration fee. Cancellation and reimbursement will be possible till 2 months before the congress.
The best way to pay is the bank transfer.
From a Portuguese bank
Universidade de Évora
NIB: 0035 0297 0006 7961 1307 3
From abord, please send the money to
Universidade de Évora
Colegio do Espirito Santo
7002-554 Évora
Portugal
Caixa Geral dos Depositos
IBAN: PT50 0035 0297 0006 7961 1307 3
SWIFT: CGDIPTPL
Please, send the application form (in .pdf) and a screen-copy of your transfer (in a PDF file) to lvh2012@uevora.pt before December, 15th.

Place
Universidade de Évora
Colegio do Espirito Santo
Room 124 and 131
7002-554 Évora
Portugal

Contact
lvh2012@uevora.pt

Website of the Congress
http://www.cidehus.uevora.pt/centro/arquivo/arq11/heritage/heritage.htm

With the help of
Fundação para a Ciência e a Tecnologia, Ministério da Ciência, Tecnologia e Ensino Superior
Instituto de Investigação e Formação Avançada – IFFA Universidade de Evora
Compete, QREN, União Europeia
and
pportodosmuseus.pt
Fundação Eugénio d’Alemeida
Turismo do Alentejo – ERT

Advertisements

Conference: Marchés et Mise en Patrimoine de la Biodiversité, Paris, 7 décembre 2011

Marchés et Mise en Patrimoine de la Biodiversité

Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution, le 7 décembre 2011.

Organisé par l’UMR Patrimoines locaux (IRD-MNHN) avec la participation financière du projet ANR BioTEK et du réseau BRIO (IRD-MNHN)

 

Entrée libre mais inscription recommandée (place limitée) auprès de Mme Cindy Adolphe : adolphe@mnhn.fr. Voir coupon réponse à la fin du document.

Auditorium – Grande Galerie de l’Evolution

36 rue Geoffroy de Saint-Hilaire

75005 Paris

 

Présentation

La biodiversité dans ses multiples formes est à la fois un bien public mondial, un bien relevant des souverainetés nationales et un bien privé. Elle est donc gouvernée par des régimes juridiques variés, parmi lesquels le droit privé devient dominant notamment parce qu’une part de plus en plus grande de ses segments fait l’objet d’appropriations diverses : brevets sur les gènes, certificats d’obtention sur les variétés nouvelles, et plus récemment allotissement de services écosystémiques à des opérateurs privés ou mécanismes de compensation ouvrant à des droits d’émissions.

De nombreux acteurs, appartenant tant à la société civile qu’à la recherche publique (et même au secteur privé) s’inquiètent cependant de l’ampleur que ce mouvement d’enclosure a pris et des dysfonctionnements qui en résultent. Contre le vieux paradigme de Garett Hardin (la tragédie des communs qui veut que les ressources collectives soient vouées au saccage sous l’effet de la concurrence des appétits individuels) émerge un besoin de “commons”, c’est-à-dire d’outils juridiques qui prennent en compte la dimension de bien collectif et de bien public de la biodiversité. Dans le secteur de l’amélioration des plantes, il faut, par exemple, que les ressources génétiques circulent sans entrave entre différentes communautés scientifiques parce qu’inversement l’appropriation peut ralentir les processus d’innovation (c’est tout l’objet du traité international de la FAO sur les ressources génétiques pour l’agriculture et l’alimentation). Chacun commence donc à comprendre que l’excès de propriété intellectuelle sur le vivant conduit à généraliser l’utilisation de clones dans nos processus de production, clones qui par définition sont incapables d’évolution. Figer ainsi la biodiversité est bien sûr le contraire de la conserver.

La mise en patrimoine d’un certain nombre de segments de la biodiversité constitue pour un certain nombre d’acteurs une réponse à l’excès du tout marchand. Il s’agit de renforcer juridiquement la dimension collective d’un bien afin de renforcer sa gestion collective tout en élargissant sa notoriété parfois avec des mécanismes marchands comme par exemple le dépôt de marque collective, d’indications géographiques, etc. Dans quelles mesures la mise en patrimoine d’espace naturel, de paysages remarquables, de traditions culinaires, de variétés anciennes, de produits régionaux permet-elle à la fois un développement économique réellement profitable aux communautés locales et une conservation de la biodiversité en tant que bien commun de l’humanité ? Dans quelle mesure la patrimonialisation constitue-t-elle un bon rempart aux excès de l’appropriation privée ? Telles seront les questions auxquelles ce colloque tentera de répondre.

 

 

Programme

10:00-10:15

Accueil, présentation de la journée par Cindy Adolphe et Frédéric Thomas

 

Première session : Projection-débat du film Tailler le pied à la sandale

10:20-11:30

Projection du film Tailler le pied à la sandale

11:30-12:00

Débat avec la salle en compagnie du réalisateur Frédéric Thomas (IRD) du co-réalisateur (Philippe Elusse, Atelier d’Aran) et avec Paule Moustier (CIRAD coordinatrice du projet Superchain)

Déjeuner : reprise à 13h30

Deuxième session : Indications géographiques et conservation de la biodiversité cultivée

 

13:30-14:00

Les systèmes AOP et IGP au service de la conservation de la biodiversité cultivée ? (Essai de réponse aux échelles paysages, écosytèmes, systèmes agraires, diversité spécifique)

Par Laurence Bérard (CNRS)

14:00-14:30

Comment sélectionner les variétés locales en vue leur valorisation commerciale tout en conservant leur variabilité génétique ?

Par Isabelle Goldringer (INRA)

14:30-15:00

La revalorisation des variétés traditionnelles par le local participent-elle à la conservation des ressources génétiques stricto sensu ?

Par Jean-Louis Pham (IRD)

 

Troisième session : Acteurs et gouvernance de la biodiversité cultivée

15:20 – 15:50

Les réglementations variétales et semencières en France et en Europe et la conservation de la biodiversité cultivée

Par Guy Kastler (Réseau semences paysannes, Via campesina)

15:50 – 16:20

Les IG dans les pays en développement, panorama des enjeux, des difficultés et des perspectives

Par Martine François (GRET)

16:20 – 16:50

La gouvernance marchande-environnementale de la biodiversité des ABS au PES

Par Christophe Bonneuil (CNRS-Centre Alexandre Koyré)

 

16:50 – 17:00

Conclusion de la journée

Par Dominique Guillaud (IRD-Paloc)

 

 

 

Afin de nous permettre de finaliser la journée d’étude Marché et Mise en Patrimoine de la Biodiversité, nous vous remercions de bien vouloir compléter les informations suivantes et de retourner ce coupon réponse dans les meilleurs délais à Cindy Adolphe : adolphe@mnhn.fr

 

Nom :

Prénom :

Organisme de rattachement  :

participera à la matinée

participera à l’après midi

participera au déjeuner*

*nombre de places limitées aux premiers inscrits.

Pour faciliter votre accès à l’auditorium le jour de la projection nous vous recommandons de vous munir de ce coupon réponse.

 

D’avance merci, l’équipe d’organisation

Publication: G. Ciarcia dir. Ethnologues et passeurs de mémoires

SOUS LA DIRECTION DE

Gaetano Ciarcia

Ethnologues et passeurs de mémoires

KARTHALA – MSH-M

L’ethnologue sur le terrain est amené à rencontrer une grande diversité d’acteurs et de témoins qui sont producteurs de discours sur des savoirs et des savoir-faire locaux, susceptibles d’être objectivés de l’extérieur et mis en inventaire. Ces personnes que nous définissons, dans cet ouvrage, comme des « passeurs de mémoires » ne correspondent pas au portrait stéréotypé de l’érudit du terroir ou du porte-parole de communautés imaginées que l’on voit notamment évoqué dans certains discours émanant de l’Unesco.

Si ces passeurs ne reprennent pas à leur compte l’image qui voudrait faire du vieillard qui meurt une « bibliothèque qui brûle », ils savent organiser leur discours en y mêlant des références à la tradition et à la modernité et en faisant un outil politique. Leur capacité à être à la fois des porteurs, des auteurs, des enquêteurs-collecteurs de mémoires culturelles et des lecteurs de textes scientifiques caractérise les actions des passeurs dont ce volume présente des ethnographies.

Dans les contributions ici réunies, l’analyse des pratiques de la transmission croise l’examen de leurs représentations. Les études qui viennent illustrer cette problématique s’intéressent aussi bien à descontextes français qu’à des situations extra-européennes (Afrique, Amérique, Asie, Océanie).

Gaetano Ciarcia est anthropologue, professeur à l’Université Paul-Valéry – Montpellier III où il est membre du CERCE (Centre d’études et de recherches comparatives en ethnologie).

Textes de N. Adell, G. Alévêque, M. Aria, B. Brac de la Perrière, A. Chandivert, G. Ciarcia, V. Dassié, M. Demanget, A. Favole, J. Garnier, Ph. Martel, V. Moulinié, N. Puig, S. Sagnes, J.-L. Tornatore.

Table des matières

Remerciements     5

Liste des auteurs     6

Introduction, par Gaetano Ciarcia     7

PREMIÈRE PARTIE

PRATIQUES ET LOGIQUES DE LA TRANSMISSION

Des hommes-patrimoine, par Nicolas Adell    33

Quelle autorité pour l’ethnographie du patrimoine ? Relations 
entre enquêteur et passeurs, par Arnauld Chandivert    55

Mais que se passe(nt)-il(s), au juste ? Sur la relation au passé (patrimoine, mémoire, histoire, etc.) et ses amateurs, 
par Jean-Louis Tornatore    75

Quand les passeurs prennent la parole, par Philippe Martel    93

Patrimonialiser les mémoires des migrations. L’onction scientifique 
dans une quête de légitimation, par Véronique Dassié 
et Julie Garnier   109

SECONDE PARTIE

POLITIQUES ET SPECTACLES DE LA REPRÉSENTATION

Un médium au quai Branly. Regards croisés autour d’une 
ethnographie birmane, par Bénédicte Brac de la Perrière   133

La voix des moribonds. Politiques de la collecte et médiations 
locales au Caire, par Nicolas Puig   153

Quand le secret devient parure. Les passeurs de chamanisme 
chez les Indiens mazatèques (Mexique), par Magali Demanget   171

La ritualisation de la culture en Polynésie française. Enjeux 
politiques et identitaires, par Guillaume Alévêque   195

Passeurs culturels, patrimonialisation partagée et créativité 
culturelle en Océanie « francophone », par Matteo Aria et Adriano Favole   213

Au miroir du savoir : de l’Arlésienne en historienne à l’ethnologue 
en Arlésienne, par Sylvie Sagnes   239

Polyphonie ou cacophonie ? La mémoire des républicains espagnols 
en Languedoc-Roussillon, par Véronique Moulinié   255

CFP: Colloque international Lieux et enjeux de mémoire dans le Sud-ouest du Burkina – Gaoua – 27-29 juin 2012

COLLOQUE INTERNATIONAL

Lieux et enjeux de mémoire

dans le Sud-ouest du Burkina

Gaoua, 27-29 juin 2012

Appel à communication

L’inscription en juin 2009 des Ruines de Loropéni au Patrimoine mondial de l’humanité, grâce aux travaux de l’équipe scientifique internationale dirigée par le professeur Jean-Baptiste Kiéthéga, révèle tout l’intérêt que l’on doit accorder aux monuments architecturaux ou autres édifices humains du passé comme lieux de rappel de la mémoire, sinon comme enjeux de la mémoire dans l’histoire d’une région ou d’une nation. Elle ouvre de nombreuses perspectives à l’écriture de l’histoire nationale et en particulier de la région du Sud-ouest burkinabè. De nombreux sites méritent d’être étudiés pour révéler l’importance qu’elles ont revêtue dans l’histoire des peuples et dont la seule évocation de la mémoire contribue à la prise de conscience collective de ces peuples comme sujets de l’histoire. Jusque-là, l’écriture de l’histoire du Burkina Faso s’est faite en fonction d’une logique de spécialisation qui finit par définir des cloisons entre spécialistes dans la recherche. Nous saisissons l’événement de l’inscription des ruines de Loropéni au patrimoine mondiale de l’Unesco pour organiser cette rencontre scientifique et inviter les chercheurs de différentes spécialisations à investiguer le champ des sites culturels comme lieux de mémoire et comme matériaux de l’écriture de l’histoire.

Le Sud-ouest du Burkina Faso est reconnu comme une zone historiquement marginalisée par le déroulement des grands événements politiques ouest africains. La région du Bassin du Niger a été, entre le IVe et le XVIe siècles, le théâtre successif de fondation des empires du Ghana, du Mali et de Gao. La fondation de royaumes ou d’empires de taille modeste après la fin du XVIe siècle, a pu se réaliser du Bassin du Niger jusqu’au cours supérieur du Bassin de la Volta noire et dans la partie est du Burkina Faso. Au sud, dans le littoral du Golfe de Guinée, se sont développés des royaumes dont les plus célèbres sont le royaume Ashanti et le Dahomey plus au sud, et le Dagomba au nord.

Le Sud-ouest du Burkina n’a pas été concerné par ces développements de formations politiques parfois remaniés. Il est resté pendant longtemps isolé des influences extérieures. Seul le royaume koulango de Bouna a revendiqué l’occupation de cet espace jusqu’à la Bougouriba avant le XVe siècle. Au cours du XVe siècle, les Gan, un groupe akan venu de la région du Golfe de Guinée, créent un Etat centré sur Obiré et s’adonnent à l’exploitation de l’or. D’après les recherches de Madeleine Père (1993), ils utilisèrent à cet effet à leur arrivée, les autochtones, Lorhon et Koulango comme main-d’œuvre servile. Lobi, Birifor, Djan, Pougouli, Dagara et Dioula, qui arrivèrent au cours des XVIIIe et XIXe siècles, constituèrent la dernière vague des migrations et de peuplement.

Sur le plan physique, le Sud-ouest représente une des régions les plus accidentées du Burkina. Les collines et chaînes de montagnes de formation birrimienne offrent des possibilités de refuge, mais ont été utilisées à une époque récente comme des lieux d’exploitations agricoles à cause de la fertilité de leurs versants. Collines et chaînes montagneuses entrecoupent des plateaux, plaines et vallées qui sont les théâtres d’habitations et d’exploitations agricoles privilégiées. Ils sont donc en tant qu’espace de colonisation agricole, les lieux de mémoire du territoire.

Cette notion de mémoire du territoire nous invite à partir d’une acception dynamique de la notion même de territoire. Le territoire inclut à la fois une dimension sociétale dans ses particularismes, mais aussi ses caractéristiques unificatrices du fait de l’expression d’une conscience collective ou d’un sentiment d’appartenance et d’appropriation du territoire en tant que construit social ; une dimension historique cumulative des expériences du vécu humain et une dimension spatiale, avec ses spécificités locales et régionales. Une telle approche du territoire est susceptible de mettre au clair les tendances majeures qui, pour le Sud-ouest burkinabè, ont agi dans le sens d’un dépassement de l’isolement historique et économique, en faveur d’une ouverture au monde à partir de la fin du XIXe siècle, mettant en relation les acteurs sociaux qui ont influé sur la formation des « tribus du Rameau lobi » pour reprendre l’expression d’Henri Labouret (1931) et de l’entité territoriale régionale d’après le découpage colonial qui finit par donner lieu à des considérations géopolitiques. Il y a un lien entre le Sud-ouest et les populations de culture lobi opposées à leurs vis-à-vis, les Sénoufo et apparentés dans une relation d’alliance à plaisanterie.

Au regard du phénomène de migrations, l’espace du Sud-ouest burkinabè comme entité géopolitique s’est formé progressivement dans la longue durée, sur la base d’une succession de populations qui tissent des relations d’interdépendance, développant ainsi deux systèmes sociopolitiques : centralisé pour les Loron-Koulango, les Gan et les Gbodogo ; lignager pour les Lobi, les Birifor, Dagara, Djan, etc. Ces populations ont mis en place une économie de subsistance assortie de courants d’échanges internes et semi-ouverts. L’ouverture vers l’extérieur étant l’œuvre des marchands dioula qui ont vu dans cet El dorado au sens propre du terme, une zone de relais entre les pays de la noix de kola et le bassin du Niger, plaque tournante du commerce transsaharien. Des rapports d’hégémonies ont pu exister dans le temps entre Gan et Loron-Koulango, puis entre Lobi et Loron, mais ils ont fait place à des rapports de complémentarité dans l’action culturelle.

Si l’on peut apprécier la mémoire du territoire à partir du peuplement, des sites naturels comme les grottes, les cours d’eau sacrés (la Volta en l’occurrence) d’une part, des édifices humains comme les ruines de Loropéni, les sites d’or précoloniaux, les grottes militaires de Gaoua, Diébougou, Kampti, Djikologo et les lieux saints, objets de pèlerinage, d’autre part, constituent à la fois des lieux et des enjeux de la mémoire. Les anthropologues français du religieux Louis Vincent Thomas et René Luneau ont soutenu depuis 1969 que les Africains sont « incurablement religieux ». En effet, les populations du Sud-ouest burkinabè ont vu dans ces sites qu’ils soient naturels ou édifiés par des hommes, des sanctuaires, lieux de commémoration et de communication avec le divin. Elles ont recherché l’équilibre individuel et collectif dans une communion avec les forces de la nature à travers les sites. C’est dire qu’il existe une relation forte entre ces sites pris souvent comme des entités divinisés et les groupes sociaux qui en font des lieux de communion et d’évocation de la mémoire collective. A ce titre, la ritualisation de la traversée de la Volta dans le cadre de l’initiation au Djoro est en quelque sorte une évocation de la mémoire collective.

L’objectif de ce colloque est de mettre en exergue le lien entre histoire et mémoire. La mémoire collective du groupe familial, clanique ou ethnique est souvent évoquée comme un fait de culture et un facteur de cohésion et d’unité de ce groupe. Dans le cadre de l’oralité, on peut la considérer comme une histoire traditionnelle de type oral où la connaissance du passé n’est pas nécessairement une affaire de spécialiste. Elle repose sur la conscience du groupe de former une seule et même communauté par rapport à d’autres groupes. « Le passé ancien de l’Afrique est, selon Jean-Pierre Chrétien (1996), pétri de mémoire et pénétré de dynamiques historiques ». En explorant le champ de la mémoire, nous voulons dépasser le simple cadre de son évocation pour élaborer plus rigoureusement la connaissance du passé des populations du Sud-ouest burkinabè à partir des sites, lieux et enjeux de mémoire collective. Les différentes communications devront explorer les thèmes suivants :

–  Peuplement, relations interethniques et évolution des systèmes sociopolitiques dans la longue durée. La résistance désormais légendaire des Lobi à la colonisation a expliqué que historiens et anthropologues aient privilégié l’étude du fait colonial au détriment de leur passé précolonial. Dans la mise en place du peuplement, il serait intéressant de mettre en exergue l’importance symbolique de la traversée de la Volta comme une étape de la migration que la mémoire collective des différentes « tribus du Rameau lobi » évoque pour signifier la fin d’une époque dans le processus de la recherche de soi.

Les sites du patrimoine culturel comme lieux de mémoires. Comment peut-on expliquer la place du monument fortifié de Loropéni dans l’histoire de la région. Le choix du site dans une plaine qui s’ouvre vers l’ouest sur les pays Dogossye, Karaboro et Komono laissant à l’opposé une région de chaînes montagneuses pourtant plus densément peuplé aujourd’hui donne à réfléchir sur les raisons de ce choix et ce que représente cette plaine dans l’histoire de la région. La construction de la fortification signifie-t-elle l’existence de menaces constantes contre les populations de la zone par rapport à l’ensemble de la région ? Contre qui les Koulango qui sont censés en être les bâtisseurs l’ont-ils érigé ? Il s’agit ici de prendre le site ou le monument (les ruines) comme « nœuds de la mémoire », selon le mot d’Henri Moniot (1996), faisant converger dans le temps des acteurs variés, et de ce point de vue comme un matériau d’écriture de l’histoire.

–  La relation entre les sites du patrimoine et le phénomène du croire. On comprend qu’un site naturel en raison de sa charge mystique et mythique puisse être considéré comme un sanctuaire, un lieu de pèlerinage. Mais la sanctification d’édifices comme les ruines de Loropéni, les grottes militaires vraisemblablement à destination initialement défensive donne à penser que le phénomène du croire, lié au choix d’un site s’impose en fonction de diverses circonstances (état moral et psychologique des populations, etc.).

Les résumés des communications en français ou en anglais doivent parvenir au CERLESHS au plus tard le 15 décembre 2011.

Les textes des communications sont attendus pour le mercredi 30 mai 2012.

Coordonnateurs :

Pr Magloire SOME : cerleshs@univ-ouaga.bf; cerleshs@rocketmail.com;

Dr Lassina SIMPORE : mkelassane@yahoo.fr.

Workshop: GROUPES MINORITAIRES, CONFLITS ET POLITIQUES PATRIMONIALES Jeudi 8 décembre 2011 ENSA Paris Val-de-Seine

Cycle de rencontres

Conflits de mémoire et de représentations chez les acteurs du patrimoine urbain : France – Roumanie – Turquie

Ce cycle de rencontres scientifiques vise à approcher la question des acteurs du patrimoine urbain (au sens large et au-delà des monuments classés ou historiques) et celle des conflits de mémoire que la patrimonialisation engendre.

Cette thématique sera déclinée en quatre sous-thèmes qui donneront lieux à quatre rencontres-débats en 2011 et 2012, autour de « la gouvernance dans les politiques et pratiques patrimoniales », « des groupes et populations minoritaires face aux politiques patrimoniales », de « l’articulation des échelles et des enjeux locaux du patrimoine », et enfin, « des acteurs émergents du patrimoine ».

A partir du croisement et de la confrontation des travaux de chercheurs et des points de vue d’acteurs (édiles, acteurs du patrimoine : associations, artistes, architectes…), seront abordées les questions des identités collectives, des enjeux locaux et de leur adéquation ou non avec les stratégies municipales, nationales et supranationales, celle  des conflits liés au patrimoine et à sa définition, celles des compétences et des marge de manœuvre des acteurs, de leurs intérêts et influences, de la prise de décision et de la réception.

Les communications des acteurs et chercheurs invités sur des cas spécifiques aux trois contextes ouvriront à des débats avec le public.

Ces rencontres sont ouvertes à tous, étudiants, chercheurs, acteurs, associatifs, habitants…

Projet
cofinancé par la MSH Paris-Nord, l’Ambassade de France en Roumanie, l’UMR CNRS
7218 LAVUE, l’ANR Transtur, les laboratoires Mosaïques et Centre de recherche
sur l’habitat, et soutenu par l’Ecole d’architecture Paris Val-de-Seine.

http://heritage.hypotheses.org/

2ère journée d’étude

Groupes minoritaires, conflits et politiques patrimoniales

Jeudi 8 décembre 2011

ENSA Paris Val-de-Seine (Salle des
expositions)

3-15, Quai Panhard et Levassor, 75013 Paris

M
14, RER C – station : Bibliothèque François Mitterand

Lors de cette seconde journée, seront abordées les politiques et pratiques patrimoniales en rapport avec la question « des groupes et populations minoritaires face aux politiques patrimoniales » dans les trois contextes nationaux. C’est la mémoire des lieux et des groupes sociaux, comme constitutive de leurs identités et de leur projection dans l’avenir, qui sera ici posée. Nous proposerons de mettre en exergue les contradictions qui résident actuellement dans le double rôle de l’héritage bâti, à la fois comme stratégie de développement urbain et comme cadre de vie des groupes, parfois minoritaires, qui contribuent souvent à la conservation de ses significations.
Quelle est la prise en compte de ces groupes dans la valorisation du patrimoine urbain, et quel est leur rôle effectif ? Seront appréhendés ici le rapport profane au patrimoine ainsi que la question des compétences et des marges de manoeuvre d’acteurs, dont il faudra interroger l’accès à la parole publique, tout comme la question de la réception des décisions. Quels sont les impacts des politiques patrimoniales sur les groupes sociaux – les éventuelles résistances générées – et sur les identités locales ? Au-delà, il s’agira de
poser la question  des conflits liés au patrimoine et à sa définition.

9h-9h15 :
Accueil des participants

9h15 :
Introduction de la journée : Muriel Girard (ENSA de Marseille, UMR LAVUE, CETOBAC)

Session 1 : Traces, mémoire, patrimoine et groupes minoritaires

9h30 : Vincent Veschambre (ENSA de Lyon, UMR EVS) : Les “traces-mémoires” selon Patrick  Chamoiseau : penser l’accès des minorités au conservatoire de l’espace

10h : Céline Barrère (ENSAP de Lille, UMR LAVUE) : Les hôtels meublés de l’Est parisien comme milieu de mémoire de l’immigration.

10h30 : Cilia Martin (EHESS-CETOBAC) : Les usages concurrentiels du passé à Istanbul : l’exemple d’une mémoire territorialisée à Kurtuluş.

11h-11h20 : Pause-Café

11h20-12h : Débat

12h-13h30 : Déjeuner

Session 2 : Les minorités face aux politiques patrimoniales et  urbaines

13h30 : Catalin Berescu (Université d’architecture et d’urbanisme Ion Mincu de Bucarest) : On memory as nomadism.

14h : Chloé Salembier (Université catholique de Louvain, Laboratoire d’anthropologie prospective) : Acteurs en conflit dans le quartier de Rahova-Uranus à Bucarest.

14h30 : Korhan
Gümüş, (Architecte, Président de Human Settlements Association) : Analyse comparée des interventions publiques à Istanbul : les projets de transformation urbaine à Sulukule et Tarlabasi au regard du projet de réhabilitation de Fener et Balat soutenu par la Commission
européenne.

15h-15h15 : Pause Café

Session 3 : Le patrimoine à la croisée de référents identitaires pluriels et conflictuels

15h15 :
Daniel Le Couédic (Institut de GéoArchitecture, Université de Bretagne Occidentale) :
Invention, usage et reconnaissance d’un patrimoine identitaire : l’exemple de la Bretagne.

15h45 :
Clémence Scalbert-Yücel, (Université
d’Exeter, Exeter Centre for Ethno-political Studies et Institute of Arabic and
Islamic Studies) : Pratiques discursives
et politiques patrimoniales à Diyarbakir : Reconstruction d’une ville
multiculturelle et kurde.

16h15 :
Bianca Botea-Coulaud (Université Lumière Lyon 2) : Les horizons d’attente du patrimoine. Configurations patrimoniales dans différents contextes
multiethniques en Roumanie.

16h45-18h : Débat

18h-19h
Diffusion du film : “Ne luptam cu morile de vant” [Se battre contre des moulins à vent] de Chloé Salembier.

CFP: SIEF’S Working Group on ‘Cultural Heritage and Property’ – 4th meeting, 13 – 14 September 2012, Barcelona

Call for Papers

Working Group on ‘Cultural Heritage and Property’

4th meeting. 13 – 14 September 2012. Barcelona – Spain

Meeting Theme

Local Impact of Heritage-Making

After the 3rd and successful meeting of the SIEF’s Working Group on ‘Cultural Heritage and Property’ in Pori, Finland, we are pleased to announce the call for papers for the 4th meeting of this WG, to be held in Barcelona, Spain, from 13 to 14 September 2012, adressing the theme Local Impact of Heritage-Making.

Short Abstract

This meeting addresses the local impact of heritage-making. The aim is to discuss in a comprehensive way and with empirical grounds the political, economic, physical and socio-cultural impact that the making of heritage actually have at the local, micro-level.

Long Abstract

In the last decades, Unesco, international NGO’s, governments at all administrative levels, and cultural decision-making institutions have been particularly active in the making of heritage in both developed and developing countries. Underpinning this development is the assumption that heritage provides a number of potential benefits to local populations such as creating jobs, raising incomes and the general standard of living, creating a positive image for a site, and promoting empowerment, cultural development and collective identity. Yet knowledge over the actual impact of the making of heritage at the local and thus micro-level is still scarce.

The local context cannot be underestimated in the process of heritage-making, for various reasons. For a start, global dynamics such as the making of heritage (either “tangible” or “intangible”) are localized in sites where people live in and make their way of life along with other individuals. On the other hand, the construction of local identities – in order to legitimate the new uses and values of a place – is closely related to the individual’s daily practices, representations and discourses which inform about the economic and social transformation of sites in the global context. Finally, the local level is the arena where social groups and individuals with often different particular interests strive to take economic, political and social advantage of heritage.

In this meeting, we are interested in discussing the local impact of heritage-making, particularly in political, physical, economic and socio-cultural terms. Proposals should deal with the following questions: What impact does the making of heritage have on the social context? Does it give rise to new social categories? What is the effective contribution of heritage to cultural and socioeconomic development? Does it alter the distribution of power? And how is the protection of lived cultural resources as heritage reconciled with people’s more immediate needs and interests over those cultural resources? Ethnographic and historical case studies are especially welcome, but inquiries into theory are also expected.

Location: University of Barcelona, Spain

Fees: 30 inscription.

Application:

To apply for participation in the meeting, please send an abstract (250 words) with contact details and affiliation before April 30, 2012 to localimpactheritage@gmail.com. The results will be made public by May 31, 2012.

Note: the adopted work language will be English

Organization:
Meritxell Sucarrat, University of Barcelona
Luís Silva, CRIA/FCSH-UNL

Partnerships:
University of Barcelona, Spain
Centre for Research in Anthropology, Portugal

Support: Research project “Patrimonialization and redefinition of the rurality. New uses of the local heritage” (MICINN – CSO2011-29413)

LOOKING FORWARD TO WELCOME YOU IN BARCELONA

(Additional information on travel and accommodation arrangements to be sent;

For any other further information, please contact the organization).

CFP : SHAPING HERITAGE‐SCAPES: PROCESSES OF PATRIMONIALIZATION IN A GLOBALIZED WORLD, Lausanne, Sept 2012

Call for papers

SHAPING HERITAGE‐SCAPES: PROCESSES OF PATRIMONIALIZATION IN A GLOBALIZED WORLD

International symposium, University of Lausanne, 6-7 September 2012

The purpose of this multidisciplinary and international symposium is to give scholars from various backgrounds and geographical areas working on the topic of heritage and museums an opportunity to meet. While aware of their differences of views, we wish to raise questions that are common to heritage and museums.

We propose to regard them both as part of one and the same process referred to as patrimonialization. We thus extend the meaning of this expression, primarily used in francophone studies, to refer to the historically situated projects and procedures that transform places, people, ‘traditions’, and artefacts into heritage to be protected, exhibited, and highlighted. Processes of patrimonialization are primarily a matter of cultural production and preservation. However, to the extent that they entail a selection of objects, persons and ‘traditions’ to be preserved and/or displayed, and a choice of the places and forms of the exhibits, they unavoidably involve economic, political and social stakes.

The heritage and museum boom occurring in many countries may be linked to an increased economic and political competition between localities, the enactment of multicultural policies, as well as the growing involvement of local actors – private citizens, families, foundations, NGOs, etc. Therefore, heritage and museum projects may be considered as situated at the intersection of a variety of arenas at the local, national, regional and global levels. At the heart of patrimonialization lies a scalar dynamic that raises the question of whether we may talk of « heritage-scapes ». These scapes would result from the encounter between Western paradigms and alternative models of relating to the past, and of producing and promoting culture.

We welcome contributions that address this multifaceted process and focus on one of its aspects: objects, arenas, sites and paradigms.

OBJECTS : The social life of objects in museums and heritage.

Objects have a social life and their status change in time and space according to the contexts of meaning and of use of which they are part. A material object may begin its career as a trivial one made for daily use and end up in the showcase of a museum as the unique witness of a past civilisation. Heritage objects are a relatively new category of human artefacts or natural elements that have reached the status of valuables because they are the symbol of an invisible and imagined universe rather than for their intrinsic characteristics such as artefacts made out of precious materials. While they do not represent primarily a divine or magic dimension, even though they sometimes do, they nonetheless are symbols of an immaterial universe whose main components are historical and aesthetic. Heritage objects represent the history, the identity, the richness of the social world that human societies have inherited and ought to preserve in order to shape the present and the future. The basic question we would

like to address is : how are things turned into heritage and how are the cultural processes of collecting, selecting, exhibiting, serializing and materializing the past orchestrated in the myriads of existing localities, as well as how do things turned into heritage acquire new statuses and meanings in the process. Another aspect we would like to consider is the impact on people lives of the fact that things turn into heritage. How do they transform symbolic configurations, aesthetic sensibilities and pragmatic behaviours? Finally, we wish to analyse the contours of heritage-scapes: what happens once heritage has ‘gone global’, when it becomes a cosmopolitan/cosmo-political heritage?

ARENAS : Intersections between scales

The patrimonialization process makes objects, sites and social actors interact in various arenas, producing a complex world where local and global forces intertwine. The various stakeholders of heritage production and consumption have their own cultural, social, economic and ideological background and the interactions between these actors take various forms that are related to specific historical and cultural circumstances. Colonial and postcolonial contexts constitute stimulating areas of investigation, insofar as we can compare the processes of patrimonialization taking place before, during and after colonization, considering a variety of geographical, cultural, sociopolitical and economic localities that have been under the rule of European states. Detailed case studies will highlight stakeholders’ strategies for choosing, protecting and emphasizing the value of objects or sites that became heritage through theses processes. Since heritage is continuously moving, we shall consider phenomena of globalisation and/or re-configuration or ‘glocalisation’ that bring about the emergence of original forms of heritage. In this context, our approach is twofold. On the one hand, we shall consider how local objects, sites, and customs become inscribed in larger networks, national, regional or global. On the other hand, how do local populations re- appropriate and reinterpret heritage which has been defined on a larger scale? Papers may also highlight the role of heritage as a tool allowing institutions, scholars and heritage promoters to trigger an active participation by local actors, especially the civil society, a fact which is regarded as a condition for a popular and democratic definition of heritage instead of an official and elitist one. On the contrary, papers could consider heritage as a tool of power that could be used to reinforce social and economic disparities and inequalities. Finally, we would like to address the issue of ‘cultural citizenship’ in order to explore to what extent the participation of all stakeholders in the patrimonialization process may lead to modernity, e.g. the emergence of modern citizens and modern nations.

SITES: The social production of places

In the process of patrimonialization, locality is generally a crucial criterion for evaluating and selecting artefacts, people, arts and traditions. The latter draw their “heritage-value” from their close association with specific places. If patrimonialization plays a part in the globalization of culture, it contributes also to the localization of culture. Processes of making heritage or museums result, in turn, in highlighting the particularity of a place and aim at increasing its attractiveness. Places are therefore socially produced in the course of a patrimonialization processes; from localities, they are turned into “sites”. We welcome papers that document and reflect upon the mechanisms underlying this social production of place. How are specific places chosen and circumscribed, and what are the stakes involved in this

selection? What are the links between processes of materialization (the creation of tangible elements of heritage, or visible museum objects) and the localization of culture within the space of the museum/the heritage site? How do objects/persons/‘traditions’ become « markers » of locality: trade marks, brands, symbols? To what extent do the architecture and designs of these sites contribute to the “branding”, the marketing of a place, and to the sites’ local or global reach? Are public spaces transformed into private places (or the opposite) and what are the consequences of such a change of status? How are these sites perceived by the local residents and are they used in ways that are not in line with their new status? We also welcome reflections on the methods used by the contributors to account for these sites and explorations of the relation between the ethnographic field site and the heritage or museum site.

PARADIGMS: encounters between Western and other models

The paradigm of heritage that has dominated the international scene in the second half of the 20th century is the product of various cultural traditions of European origin, some of which date back to the Renaissance. Exported to non-European countries by the colonial administrations as a political tool and as a symbol of Western modernity, the notion of cultural heritage and the practices, institutions, arrangements and knowledge it implies have been adopted in many contexts with various consequences. As a result, the so-called western model of heritage has been modified and reshaped in order to adjust to local configurations of the past and specific ways of preserving it.

One of the questions we would like to address is whether it is still possible today to identify a shared heritage paradigm or are we in the presence of multiple models existing side by side. We shall also explore how these paradigms interact with each other within national contexts and in transnational arenas such as UNESCO and ICOMOS. Another issue that is woth exploring is whether the dialogue between diverse heritage models is possible or whether their logics are irreconcilable. This topic is directly related to the reconfiguration of the relationships linking previously colonized or politically dominated states and the ‘West’ due to the new political and economic situation and the fabrication of globalized heritage-scapes: how shall the asymmetric relationships linking the western paradigm with other non-western models be re-examined and reformulated?

Deadline
The proposals must be sent by the 15th of March 2012 at the latest to Laurence Gillot (lgillot@ulb.ac.be); Irène Maffi (irene.maffi@unil.ch) and Anne-Christine Trémon (anne- christine.tremon@unil.ch).

Workshop: Patrimoine & Urbanisme vendredi 2 décembre près de Poitiers (86) par la fédération Patrimoine-Environnement (ex Fnassem)

Atelier "PATRIMOINE ET URBANISME"
à Vivonne (86), au sud de Poitiers, vendredi 2 décembre, Hôtel St Georges – 12 grand rue

Atelier organisé par la Fédération Patrimoine-Environnement et Poitou-Charentes Patrimoine, avec le partenariat de la Fondation du Patrimoine.
Animé par notre secrétaire général, le bâtonnier de La Bretesche, cet atelier a pour objectif de dresser un panorama des règles d’urbanisme, de leurs évolutions actuelles et futures, de présenter les acteurs de la protection du patrimoine et préciser le rôle des associations dans l’aménagement du territoire.

Cet Atelier est soutenu par la Fondation du patrimoine et s’adresse aux associations ainsi qu’aux élus et professionnels du patrimoine, de l’environnement et de l’urbanisme.

Afin d’illustrer les actions concrètes et enjeux patrimoniaux sur le terrain, cette journée de formation se poursuivra le lendemain, samedi 3 décembre mars, par la visite de deux communes (précisions sur le programme).

 

Renseignements et inscriptions (avant le 25 novembre) auprès de :
Anne Le Clésiau : contact@associations-patrimoine.org – Tél. 01 42 67 84 00

 

En espérant votre participation,

Anne Le Clésiau, coordinatrice

Fédération Patrimoine-Environnement

Fédération nationale des associations de sauvegarde des sites et monuments

LUR – 20 rue du Borrégo 75020 Paris

01 42 67 84 00 – Fax 01 42 67 53 46

www.associations-patrimoine.org

www.journeedupatrimoinedepays.com

www.facebook.com/PatrimoineEnvironnement

Pour rester informé sur l’actualité du patrimoine, abonnez-vous à la lettre d’information !

http://associations-patrimoine.org/qui-sommes-nous.php?page=Newsletter

Seminar: Msh-Montpellier – Cerce, L’oralisation des écrits sur les terrains des sciences sociales

Le CERCE vous invite à la cinquième séance du séminaire 2011 du programme MSH-M 
L’oralisation des écrits sur les terrains des sciences sociales.

15 Novembre à 10h

Jean-Louis Triaud, Université de Provence/Cemaf, Aix-en-Provence,

La célébration de Tierno Bocar par Amadou Hampaté Ba : de l’oral à l’écrit, de l’oral et de l’écrit.

Mardi 15 novembre, 10h, à la MSH-M, 17 rue de l’Abbé-de-l’Épée, 34090 Montpellier

Présentation:
http://www.mshm.fr/programmes-2011/l-oralisation-des-ecrits/
Programme du séminaire 2011 :
http://www.mshm.fr/programmes-2011/l-oralisation-des-ecrits/article/programme-du-seminaire-2011-968
---------------------------------------------------- CERCE Centre d'Études et de Recherches Comparatives en Ethnologie Université Paul-Valéry, Montpellier III

Conference: Pour une histoire des festivals (XIXe-XXIe siècles), Paris

Pour une histoire des festivals (XIXe-XXIe siècles)

Colloque international
24, 25 et 26 novembre 2011

Organisé par
Le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Institut des études
culturelles –  Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

En collaboration avec

Le département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France
Le Festival d’Automne à Paris

More information