Monthly Archives: January 2018

Seminar: Le patrimoine mondial entre interpellation, revendication et réparation symbolique, 8 février 2018, INP, Paris

Jeudi 8 février 2018
14h00-18h00
Institut national du Patrimoine
Salle Champollion
2 rue Vivienne
75002 Paris

Séance 4: Le patrimoine mondial entre interpellation, revendication et réparation symbolique

Séance commune du séminaire “Ethnographier le patrimoine mondial. Attendus, procédures et effets” de l’Institut national du patrimoine et de l’École du Louvre et du séminaire “Critical Heritage Studies. Épistémologies, réceptions, actualités” (EHESS/CNRS)

Simone Pondé Vassalo (professeur adjoint au Département d’Anthropologie de l’Université Fédérale Fluminense, Rio de Janeiro) sur le quai de Valongo à Rio de Janeiro, Brésil

Elise Demeulenaere (chargée de recherche au CNRS, Laboratoire Éco-anthropologie et Ethnobiologie, Muséum national d’Histoire naturelle) sur le paysage culturel Konso en Éthiopie.

Crédit photo:
Site archéologique du quai de Valongo – Quatrième nettoyage du quai
© João Maurício Bragança
whc.unesco.org/fr/documents/158888

L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout
Advertisements

Publication: First-places: special issue of International Journal of Hertitage Studies

International Journal of Heritage Studies special issue: 
‘First-Places’ – critical dialogics of Tourism and Heritage. IJHS vol 24 (2) 2018: 

Introduction: 
The concept of ‘first-place’ as an Aristotelean exercise on the metaphysics of heritage (Paula Mota Santos).
Articles: 
1-Heteroglossic heritage and the first-place of the Kalahari (Rachel Giraudo);
2-An irreconcilable first-place: the precarious life of tourism and heritage in a southern European historic centre (Nick Dines); 
3-Chubut, Argentina: a contested Welsh first-place (Kimberly Berg); 
4-Moroccan Jewish first-places: contraction, fabrication, dissipation. (Maria Cardeira da Silva); 
5-Uses of the past: negotiating heritage in Xi’an (Yujie Zhu); 
6-A hyperreal first-place: Portugal dos Pequenitos theme park and the narrative of origins (Paula Mota Santos)

Call for project: Appel à projets 2018 du ministère de la Culture pour l’inventaire du patrimoine culturel immatériel en France

Inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre de la Convention Unesco de 2003 sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, l’appel à projets de recherche appliquée 2018 pour l’inventaire des pratiques culturelles immatérielles en France (campagne 2018-2019) vient d’être mis en ligne sur le site “Patrimoine culturel immatériel” du ministère de la Culture.

Texte de l’AAP et formulaire de demande de subvention de recherche :

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel/L-inventaire-national/Appels-a-projets-pour-l-inventaire-du-PCI-en-France/Appel-a-projets-2018-pour-la-realisation-de-fiches-d-inventaire-du-patrimoine-culturel-immateriel-de-la-France

La date limite d’envoi des dossiers est fixée au 1er mars 2018 et la sélection des dossiers lauréats interviendra le 16 mars 2018.

Seminar: “Contribuer aujourd’hui à l’Inventaire national du patrimoine culturel immatériel : approches communautaires, pluridisciplinaires et territoriales”, Hérouville-Saint-Clair, 30-31 janvier 2018

Séminaire méthodologique “Contribuer aujourd’hui à l’Inventaire national du patrimoine culturel immatériel : approches communautaires, pluridisciplinaires et territoriales”, qui se tiendra à Hérouville-Saint-Clair (Caen), les 30 et 31 janvier 2018.

Organisé par le département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique (direction générale des Patrimoines) et l’Ethnopôle La Fabrique de patrimoines en Normandie, ce séminaire de retours d’expérience et de partages méthodologiques est un moment d’échanges entre les porteurs de projets lauréats de l’appel à projets 2017 du ministère de la Culture (campagne 2017-2018 de réalisation de fiches d’inventaire du patrimoine culturel immatériel, en vue de l’enrichissement de l’Inventaire national). Cette manifestation est ouverte aux enseignants-chercheurs et étudiants des formations en patrimoine culturel et, en lien avec l’Ethnopôle, aux porteurs de projets régionaux en Normandie.

 

Publication: Sophie Labadi ‘Museums, Immigrants and Social Justice’

Based on three in-depth European case studies, spanning France, Denmark, and the UK, the research examines programs developed by leading museums to address cultural, economic, social and political inequalities. Where previous studies on museums and immigration have focused primarily on issues of cultural inequalities in collection and interpretation, Museums, Immigrants, and Social Justice adopts a more comprehensive focus that extends beyond the exhibition hall to examine the full range of programs developed by museums to address the of cultural, economic, social and political inequalities facing immigrants.

More information is available her: https://www.routledge.com/Museums-Immigrants-and-Social-Justice/Labadi/p/book/9781138502291

Seminar: Patrimoine et patrimonialisation. Les inventions du capital historique XIX-XXe siècles, MSH Paris-Saclay, 22 janvier 2018

Lundi 22 janvier 2018

SÉANCE INAUGURALE
• Présentation du séminaire par les organisateurs
• Conférence inaugurale de Grégory Quénet, Professeur d’histoire de l’environnement, CHCSC – UVSQ : Histoire environnementale et patrimoine

Workshop: Visions comparées des études critiques du patrimoine Asie-Europe, 11 janvier 2018, EHESS, Paris

Jeudi 11 janvier 2018
10h00-18h00
EHESS, salle A07-37, 54 bd Raspail 75006 Paris

Visions comparées des études critiques du patrimoine Asie-Europe

Journée d’étude des séminaires
Visions comparées du patrimoine (Axe Patrimoine, Laboratoire Agora, Université de Cergy-Pontoise)
et
Critical Heritage Studies. Épistémologies, réception, actualité (EHESS/CNRS)

Cette journée d’études s’intéresse aux usages et aux méthodes critiques de la recherche en patrimoine. Elle confrontera les différences approches critiques utilisées pour appréhender les enjeux complexes du patrimoine et son instrumentalisation dans les sociétés contemporaines initiées dans les années soixante-dix. Les “Critical Heritage Studies”, quant à elles, ont vraiment émergé à partir des années 2000 (voir notamment Laurajane Smith, The Uses of Heritage, Routledge, 2006) en lien avec le réexamen des usages du patrimoine post colonial. Ces grilles de lectures ont ensuite été utilisées plus généralement pour mettre à jour le patrimoine comme processus culturel dynamique, dépassant le site ou le monument figé et s’intéresser à la structuration des activités et des politiques patrimoniales autour de questions de valeurs et d’expertise. Ces réflexions s’inscrivent dans les travaux du Ministère de la Culture et de la Communication et mobilisent les approches transversales et transdisciplinaires de la recherche, comme les études urbaines ou du tourisme, autour de thématiques telles que la communauté, les classes, les minorités, le multiculturalisme, les politiques identitaires. Ce mouvement a correspondu à une réintégration des recherches qualitatives et de l’approche narrative déjà étudiées dans nos séminaires.

PROGRAMME

10h00-10h15 Cécile Doustaly (MCF Études Britanniques, Agora, UCP) et Caroline Bodolec (CR Ethnologie, CECMC, CCJ)
Introduction

SESSION 1
10h15-10h45 Caroline Bodolec
La Chine

10h45-11h15 Gérald Peloux (MCF Études japonaises, Agora, UCP)
Le Japon

11h15-11h45 Discussion

SESSION 2
11h45-12h15 Katalin Esher (Docteur en archéologie médiévale, Chercheur Associé à AGORA, UCP)
Les Huns en Europe

12h15-12h30 Discussion

12h30-14h00 Déjeuner

SESSION 3
14h00-14h30 Muriel Girard (Maître assistante, École nationale supérieure d’architecture de Marseille)
La Turquie

14h30-15h00 Cyril Isnart (CR Ethnologie, IDEMEC)
Le Portugal

15h00-15h30 Discussion

15h30-16h00 Pause

SESSION 4
16h00-16h30 Claudie Voisenat (Chargée de mission pour la recherche, Ministère de la Culture, IIAC-LAHIC)
La France

16h30-17h00 Cécile Doustaly (MCF Études Britanniques, Agora, UCP)
Le Royaume-Uni

17h00-17h30 Discussion

17h30 Conclusions et fin de la journée d’études

Équipes partenaires
Axe Patrimoine, Laboratoire Agora (EA 7392), Université de Cergy-Pontoise
Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC), UMR 8173 Chine, Corée, Japon (CCJ), EHESS-CNRS, Paris
Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC), UMR 7307, Université Aix Marseille-CNRS, Aix-en-Provence
Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC) / Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC), UMR 8177, Paris

Worshop: Communautés patrimoniales, entre participation et appropriation, MuCEM, Marseille, 17-18 janvier 2018

Communautés patrimoniales, entre participation et appropriation

Colloques/Journées d’études/Formations

Journée d’études

Ces journées d’études sont les premières d’un cycle qui a pour ambition de s’interroger sur le statut du terme « communauté » en anthropologie du patrimoine, afin d’en cerner les usages, entre expression politique, catégorie administrative et concept scientifique, de souligner la nécessité pour les anthropologues d’une analyse réflexive de ce terme et de comprendre les raisons pour lesquelles il s’est imposé avec autant d’évidence dans la culture patrimoniale mondiale des dix dernières années.

Séance 1 : Approches comparatives

Mercredi 17 janvier de 9h à 18h

En partenariat avec l’IIAC UMR 8177 – Équipe LAHIC.

Cette journée s’attachera à tester la pertinence de la notion de communauté patrimoniale, telle qu’elle a été définie par la Convention-cadre de Faro sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (2005). Résolvant certaines apories d’un usage non qualifié du terme communauté, elle pose néanmoins un autre problème, celui de créer l’image d’un groupe homogène et consensuel qui présiderait aux décisions et volontés patrimoniales émanant du local. Or, on constate que les communautés patrimoniales, si l’on choisit de désigner ainsi les acteurs impliqués dans une action patrimoniale, sont souvent des assemblages, complexes, fragiles et parfois multi-situés, d’initiatives individuelles ou émanant de collectifs (associatifs par exemple) qui, loin d’être toujours le résultat d’une concertation, peuvent rentrer en conflit les unes avec les autres et devenir des occasions de prise de pouvoir, intellectuel ou institutionnel. On s’attachera ainsi, à partir d’études de cas précises, à mettre au jour les réseaux mobilisés par les différents acteurs individuels ou collectifs, leurs stratégies de positionnement, la façon dont ils négocient leur place au sein de la communauté… On examinera dans quelle mesure et selon quelles modalités l’impératif unesquien de participation communautaire rentre en tension avec les logiques d’appropriation individuelle ou collective de l’élément patrimonial. Lieu de résistance à l’imposition par en haut de la valeur patrimoniale, la «  communauté » n’en est pas moins traversée par des tensions qui en font un champ de forces hétérogènes, convergentes ou divergentes, qui semblent être, c’est une hypothèse à vérifier, la condition même de son fonctionnement.

9h00 : Accueil des participants [matinée commune avec les Ateliers PCI de l’Ethnopôle GARAE]

9h30 : Introduction : « Communautés et communautés patrimoniales ou les bienfaits des qualificatifs ».
Claudie Voisenat, chargée de mission pour la recherche MC, mise à disposition du CNRS, IIAC – Équipe LAHIC.

10h15 : Communautés et PCI : approche juridique.
Noé Wagener, MCF en droit public, Université Paris-Est Créteil, Équipe Marchés, Institutions, Libertés.

11h00 : Pause

11h15 : Quelle(s) communauté(s) pour la rumba catalana ?
Arnauld Chandivert, MCF, UMPV, LERSEM – Équipe CERCE et Hervé Parent, directeur de KaRu Prod, coordinateur de la candidature Unesco pour la rumba.
12h00 : Discussion

12h30 : Pause-déjeuner

14h00 : Créer de toute pièce une communauté patrimoniale en Chine, n’est-ce pas jouer avec le feu ? Le village de Xiaocheng entre attention bienveillante et réalité politique (2001-2017)
Caroline Bodolec, chargée de recherche CNRS, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine.

14h45 : Connexion impossible, ce ne sont pas les « vrais » héritiers. Logiques d’appropriation et d’appartenance au nord du Pérou.
Emanuela Canghiari, doctorante EHESS, IIAC – Équipe LAHIC.

15h30 : Pause

15h45 : Les “communautés sida” sont-elles “patrimoniales” ?
Renaud Chantraine, doctorant CIFRE EHESS, IIAC – Équipe LAHIC.

16h30 : « Nous sommes Foot » – visite de l’exposition.
Florent Molle, Conservateur du patrimoine, Mucem.

 

Séance 2 : Sida, Musées et Communautés

Jeudi 18 janvier de 9h à 18h

Dans le cadre du cycle « Conserver et exposer la lutte contre le VIH-sida »

Avec le soutien du LabexMed

Au cours de l’histoire de la lutte contre le sida, la notion de “communauté ” a été utilisée pour désigner diverses catégories d’acteurs engagés à différents titres dans la lutte contre l’épidémie, qu’il s’agisse de groupes exposés au VIH, de volontaires associatifs, de soignant.es, de malades, d’universitaires, etc. Certaines “communautés” encore parfois stigmatisées et/ou minoritaires s’organisent aujourd’hui pour préserver et valoriser leur(s) mémoire(s) dans une quête de reconnaissance sociale. Elles deviennent ainsi des “communautés-sources” pour les musées et centres d’archives qui souhaitent rendre compte de l’histoire sociale de l’épidémie. Ce nouvel enjeu social pose toutefois de nombreux défis aux institutions muséales :

Comment ces relations entre musées et communautés se construisent-elles? Quels liens les communautés conservent-elles avec les collections muséales? Comment renforcer ces collaborations? Aujourd’hui, quels rôles les personnes concernées par cette histoire peuvent-elles jouer et comment le musée peut-il répondre à des besoins concrets de formation et de sensibilisation? Comment, par ailleurs, relever le défi de l’invisibilité ou de l’absence de revendication mémorielle pour certains segments de ces « communautés » ?

Cette séance propose de réfléchir aux moyens que se donnent les institutions patrimoniales pour offrir une place aux “personnes concernées” dans la gestion et la valorisation de leur patrimoine. Plus globalement, nous explorerons différentes expériences de dispositifs participatifs mis en place aussi bien en France qu’aux Pays-Bas, permettant de rendre compte des relations qu’entretiennent les musées et les “communautés-sources”.

9h00-9h20 : Accueil des participant.es

9h20 – 9h30 : Présentation de la journée

9h30-10h45 : Table ronde : Travailler avec les “communautés”
Avec Michel Colardelle (conservateur général honoraire du patrimoine : « l’entrée du sida au MnATP »), Nicolas Doduik (doctorant, Mucem : « Ce que le numérique fait au musée ? »), Florence Pizzorni (chargée des musées de société au Ministère de la culture : « le projet de mémorial de l’esclavage à Paris ») et Nora Mekmouche (éditrice, Cris et Ecrits). Modération : Cyril Isnart (anthropologue, CNRS-IDEMEC)

10h45 – 11h : Débat

11h – 11h15 : Pause

11h15 – 11h45 : Présentation : le Patchwork des Noms au musée d’Amsterdam
Par Anne-Marie Dewildt (conservatrice au musée d’Amsterdam).

11h45 – 12h30 : Atelier “Le Cabinet des Merveilles”. Une démarche participative de co-construction de savoirs, de valorisation des traces et archives de l’histoire des luttes contre le sida, de lien entre les collections des musées, archives publiques, associatives et privées et de leurs médiations tant numérique que tangible[m1]

12h30 – 13h30 : Repas

13h30 – 15h : Ateliers “partage de savoirs”
Initiation à l’archivage : « Qu’est-ce que l’archive ? Pourquoi archiver ? ». Fabienne Tiran (archiviste, MuCEM) et Jean-Baptiste Xambo (Historien, AMU).
Initiation à l’histoire orale : « Qu’est-ce que l’histoire orale ? Comment enregistrer un témoignage ? Quel rôle pour le comité de suivi ? ». Véronique Ginouvès (archiviste, MMSH).

15h-15h15 : Pause

15h15 – 17h45 : Réunion du Comité de suivi

 

Tarif Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org
Lieu I2MP
Horaires Mercredi 17 et jeudi 18 janvier de 9h à 18h

Seminar: Exil & empreinte des traumas (15 janvier 2018) / captations vidéos en ligne

Les membres du programme Non-lieux de l’exil souhaitent à toutes et tous, et spécialement aux exilé.e.s., une excellente année 2018 à titre personnel et collectif.

Deux informations en ce début d’année :

1)     RAPPEL : La 4ème séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS) “Traces, empreintes et engagement” , aura  lieu exceptionnellement le lundi 15 janvier 2018 de 17 à 20h au 105 bd Raspail 75006 Parissalle 4.  Entrée libre

Exil & empreinte des traumas

Modération : Laure Wolmark (psychologue, coordinatrice nationale pour la santé mentale du Comede (Comité pour la santé des exilés))

En partenariat avec le COMEDE

Avec : Françoise DAVOINE (sociologue et psychanalyste), Christine DAVOUDIAN (médecin et référente santé mentale centre MDM Picpus),  Ana GEBRIM (sociologue et psychologue), Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY (anthropologue et psychologue)

Séance coordonnée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky et Laure Wolmark

Présentation des intervenantes : https://nle.hypotheses.org/4354

 

2) La mise en ligne de plusieurs séances des rencontres 2016-2017 dans la collection Non-lieux de l’exil / MediHal,    

Séminaire IRIS (EHESS-CNRS) / NON-LIEUX DE L’EXIL

  • Esthétique et politique de l’exil (3)  La question de la photographie (02 février 2017) avec Joerg Bader  (Responsable du Centre de la Photographie de Genève), Philippe Bazin (Photographe, ENSA Dijon), Marianna Capuano (Photographe),  Sébastien Fevry (Historien, Université de Louvain),  Anne-Marie Filaire (Photographe,  Enseignante à l’Institut d’études politiques de Paris, Sciences Po) https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-01625352 ; https://nle.hypotheses.org/4415

Journées d’étude en partenariat

  • L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé dans l’espace narratif (21 novembre 2016). en partenariat avec le programme MIGROBJETS / Inalco et le Festival Migrant’scène / Cimade (coordination A. Galitzine-Loumpet & P. Stockinger)  https://nle.hypotheses.org/4084 ; https://migrobjets.hypotheses.org/319
  • Objet de la migration, objet dans l’exil : statuts, usages, devenirs (5 mais 2017), en partenariat avec le le programme MIGROBJETS / Inalco , le Centre Espaces & écritures et le Centre d’Etudes anglophones, Université de Nanterre (coordination : C. Alexandre-Garner, A. Galitzine-Loumpet). 4 vidéos :https://migrobjets.hypotheses.org/450 ; https://nle.hypotheses.org/4303 ;

 

Carnet de recherche : http://nle.hypotheses.org/  et facebook associé : https://www.facebook.com/NonLieuxDelExil/

Projet Displaced Objects 

Seminar: “Décoloniser les échanges institutionnels? Recherche et Création”, ENS, 8 janvier, 2018, 15H30-18H30

Séminaire “REECRIRE LE PASSE COLONIAL : ENJEUX CONTEMPORAINS DES COLLECTIONS DE MUSEE”(EHESS, Centre Maurice Halbwachs)
ATTENTION, CHANGEMENT DE SALLE ET D’HORAIRE!

8 janvier, 2018, 15H30-18H30

Salle W au 45, rue dUlm

 “Décoloniser les échanges institutionnels? Recherche et Création”

Intervenants: 
Wayne Modest (Research Center for Material Culture, Leiden)
Margareta von Oswald (EHESS/CARMAH, Humboldt-Universität zu Berlin)
Anna Seiderer 
(Université Paris 8)
La séance aura lieu en français et en anglais.

The debates around the ‘decolonisation’ of the museum and academia are currently in everyone’s mouths. In ethnographic museums, the process of decolonisation doesn’t seem to be new in view of what it has usually been translated to – collaboration. ‘Diversifying’ the institution, ‘opening it up to other voices’, or introducing ‘multiperspectivity’ have been keywords used by the institution to claim their decolonised status. Taking different case studies as examples – in France, Belgium, Germany, and the Netherlands – we want to discuss the potentials and challenges of what has been framed as processes of decolonization, recent attempts of collaboration and institutional change within the museum and academia. Which theoretical conceptions, meanings and practices are covered by the term? In which way might it be useful – or not – to engage a critical discussion on the historical period it is implicitly referring to, as well as colonialism’s implications?

Introduction et modération: 
Margareta von Oswald (EHESS/CARMAH, Humboldt-Universität zu Berlin)
Anna Seiderer 
(Université Paris 8)

Références bibliographiques :
Sharon Macdonald, Henrietta Lidchi, Margareta von Oswald 2017: Engaging Anthropological Legacies toward Cosmo-optimistic Futures?, Museum Worlds, Vol. 5., pp. 95-107.
Vito Lattanzi, Sandra Ferracuti, Elisabetta Frasca (ed.) 2013: Beyond Modernity. Do Ethnography Museums Need Ethnography? 

 

Vous êtes les bienvenues,

Felicity Bodenstein, Benoît de L’Estoile, Damiana Otoiu, Dominique Poulot, Laurella Rinçon, ‎Anna Seiderer, Margareta von Oswald

Le séminaire s’inscrit dans l’axe de recherche du Centre Maurice-Halbwachs : « Musées et héritages coloniaux », et dans le cadre du projet “France et Allemagne face aux héritages coloniaux : relectures contemporaines des collections de musée”, financé par le CIERA, et le Centre Maurice Halbwachs D’autres institutions et projets sont associées au séminaire : le Département d’histoire de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le Département d’Arts Plastiques de l’Université Paris 8 Vincennes Saint Denis, le Département de sciences sociales de l’École normale supérieure, Humboldt-Universität zu Berlin (The Centre for Anthropological Research on Museums and Heritage), l’Université Paris Lumières pour le projet Glissements de terrain. Les collections muséales réinvesties par le champ de l’art contemporain (2017-2018) et l’axe de recherche « Processus de patrimonialisation, usages et mises en musée du passé » du Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales, Université de Bucarest.

Séminaire : Réécrire le passé colonial: Enjeux contemporains des collections de musées

associé à l’atelier de recherche: Le musée comme terrain: Stratification des héritages coloniaux: 

Page FB: Musées et Héritages Coloniaux