Author Archives: respatrimoni

CFP: Culture et Musées, Maisons-musées : la patrimonialisation des demeures des illustres

Maisons-musées : la patrimonialisation des demeures des illustres
Revue Culture et Musées

Les maisons-musées (créées par leurs propriétaires de leur vivant, ou plus souvent réaffectées comme mémorial posthume après leur mort) bénéficient aujourd’hui d’un regain d’intérêt manifeste. Ces lieux favorisent le développement touristique, ils font tout autant l’objet de publications que d’accords de réseau, et constituent des « marques culturelles » internationalement reconnues. À partir des notions de patrimoine et de monument historique, ainsi que des travaux fondateurs de P. Nora sur les lieux de mémoire (1984, 1986, 1992), ce numéro thématique prendra en compte l’ensemble du processus de patrimonialisation, abordé comme un processus de création et de réinterprétation du passé à l’aune du présent. Il permettra d’étudier la genèse historique du phénomène ainsi que ses évolutions contemporaines jusqu’à nos jours.

Advertisements

Publication: Remains of the Soviet Past in Estonia: An Anthropology of Forgetting, Repair and Urban Traces

UCL Press is delighted to announce a brand new open access book that may be of interest to members of this list: Remains of the Soviet Past in Estonia: An Anthropology of Forgetting, Repair and Urban Traces by Francisco Martínez. Download it free from: https://goo.gl/JDRmuR

********************************************************************************

Remains of the Soviet Past in Estonia: An Anthropology of Forgetting, Repair and Urban Traces
Francisco Martínez
Free download: https://goo.gl/JDRmuR
********************************************************************************

What happens to legacies that do not find any continuation? In Estonia, a new generation that does not remember the socialist era and is open to global influences has grown up. As a result, the impact of the Soviet memory in people’s conventional values is losing its effective power, allowing for new opportunities for recuperation.

Francisco Martinez brings together a number of sites of interest to explore the vanquishing of the Soviet legacy in Estonia: a street market in Tallinn where concepts such as ‘market’ and ‘employment’ take on distinctly different meanings from their Western use; Linnahall, a multi-purpose venue, whose Soviet heritage now poses difficult questions of how to present the building’s history; Tallinn’s cityscape, where the social, spatial and temporal co-evolution of the city can be viewed and debated; Narva, a city that marks the border between the Russian Federation, NATO and the European Union, and represents a place of continual negotiation; and the new Estonian National Museum in Raadi, an area on the outskirts of Tartu, that has avoided promoting a single narrative of the past.

By exploring these places of cultural and historical significance, which all contribute to our understanding of how the new generation in Estonia is not following the expectations and values of its predecessor, the book also demonstrates how we can understand generational change in a material sense.

Free download: https://goo.gl/JDRmuR

—–

CFP: “Le patrimoine de l’artisanat et ses métiers en Europe”, Berlin, 12-14 septembre 2018

De la part de la section Patrimoine culturel immatériel de la Commission allemande auprès de l’Unesco et de ses partenaires, je vous transmets une invitation au congrès européen Le patrimoine de l’artisanat et ses métiers en Europe, prévu à Berlin du 12 au 14 septembre 2018.

Programme détaillé : 

Publication: CARMAH Paper #1 Otherwise now available for download

CARMAH Papers #1 Otherwise. Rethinking Museums and Heritage now published and available for free download from our website. The site also contains the original programme of the conference and podcasts of panels and discussions.
Essays contain discussions of Provenance (by Larissa Förster, based on a panel with Ciraj Rasool, Paul Basu, and Britta Lange), Translocality (by Katarzyna Puzon based on a panel with Beverley Butler, Banu Karaca and Paola Ivanov), Post-Ethnological (by Margareta von Oswald, based on a panel with Clémentine Deliss and Dan Hicks), Engagement (by Christine Gerbich, based on a panel with Bonita Bennett, Ute Marxreiter, and Laura Peers) and Alterity (by Jonas Tinius, based on a panel with Alya Sebti, Katharina Schramm/Greer Valley, and Henrietta Lidchi).
Feel free to share with anyone interested!

http://www.carmah.berlin/events/otherwise2017/ <http://www.carmah.berlin/events/otherwise2017/>

Publication: “Les terrains de la mémoire”, Michèle Baussant, Marina Chauliac, Sarah Gensburger, Nancy Venel (dir.)

Les terrains de la mémoire. Approches croisées à l’échelle locale

Michèle BaussantMarina ChauliacSarah GensburgerNancy Venel
Ouvrage: Cette étude, parue aux Presses de l’Université Paris Nanterre, a été réalisée en collaboration avec le Rize de Villeurbanne.
ISBN:  978-2-84016-303-9
Editeur:  Pressses universitaires de Paris Nanterre
Pagination:  190 pages

RésuméLa « mémoire » fait aujourd’hui l’objet d’usages politiques, sociaux et scientifiques, nombreux comme divers. Cet ouvrage en propose une approche originale. Se distinguant de l’étude de cas, d’une part, de l’essai normatif, de l’autre, il fait le pari de l’approche croisée à l’échelle locale pour comprendre les dynamiques sociales de la mobilisation du passé dans les sociétés contemporaines. Il met en perspective des recherches portant sur un territoire marqué par une politique municipale forte dans le domaine mémoriel, à savoir la ville de Villeurbanne, avec d’autres terrains d’enquête conduits ailleurs en France comme à l’étranger.

Réunissant des chercheuses et chercheurs issus de disciplines différentes (sociologie, anthropologie, science politique, psychologie sociale, sciences de l’information et de la communication), il parvient à saisir les conditions d’émergence d’institutions municipales en charge de la mémoire comme à cerner les appropriations, du rejet à l’adhésion, dont elles font l’objet de la part des acteurs sociaux. Réciproquement, et au plus près des pratiques sociales, cet ouvrage prête attention aux conditions de transformation d’expériences singulières et privées du passé en discours et objets publics et possiblement partagés. Enfin, il invite à penser, à nouveaux frais, la terminologie patrimoniale et ses usages, notamment à travers une réflexion sur les rapports des individus au patrimoine immatériel et déterritorialisé.

CFP: CfA for IJIA 9.2 special issue “Field as Archive / Archive as Field” (deadline 30 July)

CALL FOR ABSTRACTS
*International Journal of **Islamic Architecture* (*IJIA*)
Special Issue: Field as Archive / Archive as Field
Thematic volume planned for July 2020
Abstract submission deadline: 30 July 2018

This special issue of* IJIA *focuses on the experience of carrying out
archival work or fieldwork in architectural research, including
research-led practice. How might this experience, with all its
contingencies and errancies, be made into the very stuff of the
architectural histories, theories, criticisms and/or practices resulting
from it? This question is rendered all the timelier due to recent and
ongoing developments across the globe, not least in the geographies
relevant to *IJIA*’s remit. The fallout from the so-called ‘Arab Spring’
has escalated social, political, and economic crises and, in certain cases
like Libya and Syria, has taken an overtly violent turn. Major countries
with a predominantly Muslim population, such as Turkey, Egypt and
Indonesia, have witnessed restrictions on civil liberties. Moreover, the
word ‘Islam’ has become embroiled in various restrictive measures
introduced in countries whose successive administrations have otherwise
laid claim to being bastions of democracy and freedom, such as emergency
rule in France and travel bans in the US. Others with significant Muslim
populations, such as India and Russia, have seen nationalist and/or
populist surges, often with significant implications for their minorities.
Such developments have engendered numerous issues of a markedly
architectural and urban character, including migration, refuge, and
warfare, protest and surveillance, as well as heightening the risk of
contingencies and errancies affecting archival work and fieldwork. Whereas
this risk and its materializations are typically considered unfortunate
predicaments and written out of research outputs, how might a focus on
architecture at this juncture help write them back into history, theory,
criticism, and practice? What might this mean for the ways in which
architectural research is conceived and carried out under seemingly
‘ordinary’ circumstances – those that appear free from the risk of
contingencies and errancies affecting archival work and field work?
For the full CfA and guidelines, see
https://www.intellectbooks.co.uk/journals/view-Journal,id=204/view,page=2/

Publication: Bulletin de l’AFAS. Sonorités n° 44 : dossier spécial « Mémoires Immigrées »

Le Bulletin de l’AFAS est une publication semestrielle qui rassemble articles, brèves et informations destinés aux membres de l’Association française des détenteurs de documents sonores et  audiovisuels. La revue s’intéresse à  l’utilisation de la source orale à travers l’ensemble des sciences humaines, aux acquis scientifiques et culturels du témoignage oral, à ses enjeux.

https://journals.openedition.org/afas/3134

Sommaire du numero 44 : (Texte intégral librement accessible en ligne)

CFP: Colloque “Collecter, conserver, exploiter les musiques de tradition orale en France et en Europe : « l’âge patrimonial » (c. 1970- c. 2000)”, Marseille, MuCEM, 9-11 janvier 2019 : appel à communications

Collecter, conserver, exploiter les musiques de tradition orale en France et en Europe : 

« l’âge patrimonial » (c. 1970- c. 2000)

MuCEM (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), Marseille, 9-11 janvier 2019

Organisé par :
CIRIEF (Centre International de Recherches Interdisciplinaires en Ethnomusicologie de la France), Ethnopôle – CIRDOC-InOC (Centre International de Recherche et Documentation Occitanes) LAHIC (Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’Institution de la Culture, IIAC, EHESS-CNRS) en partenariat avec le Mucem

Ce colloque souhaite explorer le mouvement de collectes orales qui s’est exprimé dans le champ des musiques – et des danses – dites traditionnelles en France et Europe, depuis l’entrée dans l’ère revivaliste (généralement, aux environs du début de la décennie 1970, parfois une ou deux décennies auparavant) jusqu’à l’ère post-revivaliste (seconde moitié des années 2000, environ) (Bithell, Hill, 2014).

Avant même l’apparition et le triomphe de la patrimonialisation onusienne de l’ « immatériel », des musiciens, danseurs, acteurs culturels se sont fait les praticiens de l’enquête orale, notamment en raison de la démocratisation de l’accès au matériel d’enregistrement. Au départ, davantage tournées vers le recueil militant de la mémoire orale, avec le triple objectif de la réhabilitation de la dignité des cultures musicales paysannes, de leur valorisation artistique et de leur restitution, ont été entreprises, soit à l’échelle individuelle, soit dans un cadre associatif, des collectes d’une ampleur exceptionnelle, d’ailleurs non limitées aux pratiques du chant et de la danse mais incluant aussi la facture instrumentale, ce qui a provoqué en retour un « revival » organologique toujours très vigoureux.

Ainsi, en France où le parcours, en rien exemplaire, appelle le parallèle et la mise en perspective, alors que le mouvement s’est développé à partir du milieu des années 1960, on a assisté à la création de structures associatives, locales ou régionales, dans les années 1970 et 1980 et à la naissance de fonds documentaires structurés et gérés par elles. À la toute fin de la décennie 1990 (Charles-Dominique, Defrance : 2008), la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT), qui coordonnait déjà plusieurs de ces centres de documentation (essentiellement des phonothèques), a été désignée « pôle associé » de la Bibliothèque nationale de France. Ce mouvement s’est accompagné d’une forte reconnaissance institutionnelle du secteur des musiques et danses traditionnelles, dans les années 1980 et 1990, par le ministère de la Culture, puis par les collectivités territoriales (Fabre, Gasnault, Le Gonidec : 2015-2016). Dans le même temps, les fruits des collectes ont acquis le statut d’archives sonores, leur conservation et leur valorisation devenant une préoccupation et un nouvel enjeu. À bien des égards, la chaîne opératoire que l’on constate dans la mise en patrimoine des musiques et danses traditionnelles a préfiguré la « chaîne patrimoniale » (Jacquelin. Cf. Fabre, 2000 : 13) des récentes entreprises de patrimonialisation de l’immatériel.

Un autre aspect de ces collectes revivalistes est qu’elles se sont souvent inscrites dans des mouvements régionalistes et néo-ruralistes, sans doute parce que « parmi les identificateurs à forte portée communautaire, la musique et le chant occupent aujourd’hui le premier rang » (Bromberger, Meyer, 2003 : 358). Cette ethnomusicologie « de soi », « chez soi », voire «

pour soi », a contribué à hypostasier et peut-être à survaloriser le terrain, avec la tentation de l’inscrire dans la notion d’« aire culturelle », laquelle est parfois renforcée par celle d’ « aire linguistique ». Or, cette territorialisation, parfois pensée en terme d’isolats culturels, est au cœur de la patrimonialisation, surtout dès lors qu’il est question d’ « inscription » sur les listes du Patrimoine culturel immatériel. Cependant, les tendances localistes et essentialistes qui leur sont généralement associées ne sont pas spécifiques au domaine européen, ni même à l’ethnomusicologie. L’anthropologue américain Robert Redfield (1897-1958) rappelait que « la communauté isolée, autochtone, reste l’image abstraite autour de laquelle l’anthropologie sociale s’est formée ».

D’autre part, l’ « âge patrimonial » auquel ce colloque s’intéresse a été traversé, lui aussi, par les notions d’urgence et de sauvegarde, déjà au cœur du discours des collecteurs romantiques et folkloristes du XIXe et du début du XXe s.(on parlait alors de recueillir et conserver), et que l’on retrouva ensuite chez de très nombreux ethnomusicologues, comme Claudie Marcel-Dubois qui, au sein du Musée national des Arts et traditions populaires (Mnatp), de l’après-guerre jusqu’au début des années 1980, pratiqua une ethnomusicologie d’urgence, intensive. Gilbert Rouget a résumé – et partagé – cette préoccupation en écrivant que « le plus impérieux devoir de l’ethnomusicologie est de recueillir le plus grand nombre possible d’enregistrements musicaux » (Rouget, 1968 : 336). De la sorte, depuis environ un siècle et demi, avec une égale constance, s’est forgé, développé et perpétué ce que Daniel Fabre a appelé le « paradigme des derniers ».

Ce colloque propose donc d’interroger, en France comme en Europe, le mouvement d’enquête des musiques – et des danses – traditionnelles dans toute sa diversité, ainsi que les trajectoires de chercheurs, qu’elles soient revivalistes ou académiques.

En premier lieu, il s’agira de réfléchir aux modalités d’avènement et aux déclinaisons de cet « âge patrimonial », à commencer par les contextes social, politique, culturel, sociétal mais aussi technologique qui le sous-tendent. Dans les années 1960 et 1970, qu’est-ce qui préside à la vocation ethnomusicologique ? De quelle façon cela se manifeste-t-il ? Par ailleurs, si le développement et la démocratisation des techniques d’enregistrement sonore et de captation visuelle semblent évidents dans l’autonomisation et le développement d’une collecte non académique, quelles en sont les modalités et les époques ? En amont – voire en aval – de la collecte, de quelle façon les modes de consommation induits par les productions de l’industrie discographique ont-ils pu agir sur le comportement, voire l’avènement d’un nouvel habitus de l’enquêteur-collecteur ? Au-delà de cette protohistoire, il s’agira de cerner les productions de ce mouvement ainsi que la négociation qui s’est opérée vers une issue qu’on pourrait qualifier de « post-patrimoniale ».

Un autre objectif est d’explorer les interactions entre individus et organisations, les réseaux et mobilités à l’œuvre, tant aux plans local que national voire international, en les situant d’un point de vue chronologique – rencontres fondatrices et enchaînements dessinant parfois des générations très rapprochées et pourtant distinctes. Parmi ces interactions, quelles sont celles qui ont existé – et précisément à quelles époques ? – et celles qui existent encore entre chercheurs académiques et collecteurs revivalistes ? En particulier, sur les terrains français, comment le mouvement associatif de collectage s’est-il construit et développé en regard de l’institution muséographico-scientifique de référence qu’a constitué le Mnatp ? Au- delà, quels rôles ont pu jouer l’ex-Phonothèque nationale, certaines structures muséographiques régionales et, à partir des années 1980, un certain nombre de services départementaux d’archives, dans l’édification de cet « âge patrimonial » revivaliste ? Ces spécificités institutionnelles mises à part, peut-on déceler des similitudes, et/ou des contrastes également marqués, dans les trajectoires des revivals des autres pays européens ?

Enfin, la relation des chercheurs/chercheuses au terrain (et vice-versa) constitue un élément central de la problématique ethnographique. Entre revivalisme et recherche académique, qu’est-ce qui est en jeu dans cette quête ? Quels en sont les objets ? Quelle est la relation de l’enquêteur aux êtres qui l’accueillent, quel est le « pacte ethnographique » (Fabre) qui s’instaure avec l’enquêté.ée ? Entre quête d’un « son » – un « son-monde » ? – et d’un « individu-monde » (Fabre), quelles priorités se dessinent-elles, et pour quelles recherches ? Dans quelles temporalités ou dans quels contextes ? Dans ce cheminement, quel enjeu personnel se joue-t-il pour l’ethnographe ?

Construit en fonction de ces trois axes problématiques, le programme du colloque alternera des sessions de communications avec des tables rondes favorisant les témoignages et prises de parole des protagonistes.

La participation au colloque est gratuite.

Les propositions d’intervention (résumé de 3000 signes maximum, titre inclus, et complété par un court CV, sont à envoyer avant le 3 septembre 2018 à :

l.charles-dominique@wanadoo.fr.

Comité d’organisation :

Jean-Jacques CASTÉRET (Ethnopôle CIRDOC-InOC) Luc CHARLES-DOMINIQUE (Université Nice Côte d’Azur) Aude FANLO (Mucem) François GASNAULT (IIAC-LAHIC) Cyril ISNART (IDEMEC, AMU-CNRS) Raffaele PINELLI (doctorant Universités Nice Côte d’Azur et La Sapienza-Rome)

Comité scientifique :

Jaume AYATS i ABEYÀ (Musée de la Musique de Barcelone) Marlène BELLY (Université de Poitiers) Jean-Jacques CASTÉRET (Ethnopôle CIRDOC-InOC) Luc CHARLES-DOMINIQUE (Université Nice Côte d’Azur) François GASNAULT (IIAC-LAHIC) Francesco GIANNATTASIO (Université La Sapienza-Rome) Giovanni GIURATI (Université La Sapienza-Rome) Cyril ISNART (IDEMEC, AMU-CNRS) Denis LABORDE (Centre Georg Simmel, EHESS-CNRS) Marie-Barbara LE GONIDEC (IIAC-LAHIC) Ignazio MACHIARELLA (Université de Cagliari) Raffaele PINELLI (doctorant Universités Côte d’Azur et La Sapienza-Rome)

Job: Offre de CDD enseignant-chercheur UCP (LPPI)

Recrutement d’un Enseignant-Chercheur au LPPI Contrat plein-temps en CDD éventuellement renouvelable

Le Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces de l’Université de Cergy-Pontoise recherche un enseignant-chercheur temporaire pour renforcer son activité de recherche dans le domaine des matériaux du patrimoine culturel.

Enseignement : Les enseignements seront dispensés au département de chimie, en chimie générale ou physico-chimie, au niveau licence et master

Recherche : La personne recrutée s’intéressera, notamment, aux matériaux polymères utilisés dans le domaine du patrimoine (œuvre d’art en matériau polymère, matériaux de restauration, …).

Candidat(e) : Le/la candidat(e) aura soutenu son doctorat avant septembre 2018. Il (elle) aura des compétences en physico-chimie des polymères et plus particulièrement appliquées à l’étude des vieillissements physique et chimique des matériaux en interaction avec leur environnement.

Section CNU : 31-33 Poste à pourvoir à compter du 1ier septembre 2018 Lieu d’exercice des fonctions : Site de Neuville Contact enseignement au département de Chimie :

– Gilberte Dosseh – gilberte.dosseh@u-cergy.fr Contact recherche au LPPI :

– Sophie Cantin – Sophie.Cantin-Riviere@u-cergy.fr (01 34 25 70 06) – Odile Fichet – odile.fichet@u-cergy.fr (01 34 25 70 50)

Contact recherche au LPPI : Candidature : Envoyer CV+ lettre de motivation à :

– Sophie Cantin – Sophie.Cantin-Riviere@u-cergy.fr – Odile Fichet – odile.fichet@u-cergy.fr

Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI)

5, mail Gay Lussac –95031 Cergy Pontoise (FRANCE) Tel: +33 (0)134.25.70.50 / Fax : +33 (0)1.34.25.70.71

CFP: Edited book on Sensorial collections. Research-Museum-Art

Sensorial collections Research-Museum-Art

Call for contributions

The idea of this book is to consider the ways in which sensory experiences can be captured and reproduced by ethnographers, curators, artists and collectors, or, more broadly, all those involved in modes of transcribing the world. It is a matter of illustrating how these diverse practitioners collect senses.

The senses have occupied a growing place within the social sciences and humanities since the 2000s. In France, this trajectory was opened up with the history of smells proposed by Alain Corbin from 1982 onwards. Yet, a consideration of the senses as a means to connect with the material environment has long been limited, relegated to the backstage in works exploring taste, as inspired by the sociology of social distinction of Pierre Bourdieu (1979), or masked by the perceptible which assumes their transformation by different imaginaries (Sansot 1985). Anthropological contributions to the study of the sensory, be it taste, sound, light, shape or touch, took a considerable step forward at around about this time, notably in Anglophone literature, helping to make the sensory a subject of research in its own right (Howes 1987; 1991) and a methodological imperative (Pink 2009).

In this way, a study of the senses enables us not only to have access to contextual atmospheres and human representations but also to the motivations of action. The range of perspectives in this field are multiple, be it phenomenologically-inspired approaches, interrogating perception itself (Ingold 2000); those that take a pragmatic stance, attempting to get a close as possible to the lived experience (Hennion 2004); those that follow a more Spinozian line, with human action is understood as emotional reaction (Laplantine 2005); or more cognitive approaches (Candau 2000).Thus, sensory experiences, and equally, emotions, perceptions and sensitivities – of both the observed and the observer – have secured a firm place within the analyses of social sciences and humanities (Gélard 2016; 2017).

However, in this context of the renewal of research fields, there has been little questioning of the ways in which sensorial experiences and phenomena are collected. Barbara Kirshenblatt- Gimblett has underlined the difficulty of “showing invisible sensorial experiences” (1999) that seem to end up unavoidably with the use of visual forms to translate taste, smell and feeling. But how do we collect the senses? Which forms are used to archive sensory data? What is the impact of the uses and values of the sensorial on the collections? Does the domination of the visual over touch (Krueger 1982) call for the collection of other senses in order to maintain an intangible sensorial experience?

If a society and a culture can be understood through their way of making sense of sensorial experiences and the place that these give to the manifestations of feelings, capturing these is by no means self-evident. Involving the perceptions of the researcher and their emotions, it is an approach that seems to contradict the requirement of objectivity on which the sciences are based. Their eventual analysis is confronted by their intangibility and the passage through the filter of subjectivity. It is an approach which therefore raises major epistemological and methodological questions for the social sciences.

Transcending the social sciences, the collection of the senses also questions the arts. Of course, we are thinking here of olfactory theatre (Jaquet 2015), of eat-art, or indeed of sound art, all of which require an upfront selection of sensorial artefacts.

Yet, more generally, whether they be interactive, immersive and/or scenic, all experiential devises raise questions about the heritagisation of the sensorial to the extent to which they are not aiming the singular confrontation of a spectator with the sensitive material, but rather their coproduction and collaboration (Borillon and Sauvageot 1996). In such a way, these practices interrogate not only how the senses are captured and recorded in order to be exhibited, but also how sensory creations can themselves be inventoried and archived.

Finally, the very places that serve to conserve sensorial artefacts provoke questions about collection practices, be these collections or archives, private or public. In relation to other institutions, museums find themselves particularly sharply challenged when it comes to the sensorial. While the visual and the material have long had their place within the museum sector, other perceptive registers seem less compatible with heritage (Miguet 1998). Objects, handwritten notes and photographs from the field are often accompanied by interviews, music and background sound, yet other sensorial data could be included.

This call is for classic book chapters but, given the subject matter, proposals for sound documents or annotated photographs will also be considered, subject to these documents being free from copyright.

Three main axes structure this book in order to circumscribe the challenges of sensorial collections. The first is concerned with the processes associated with sensorial collections undertaken as part of a critical reading of the world and of the society. The second focuses on the tools and materials of these collections and the way in which these inflect scientific and artistic practices. The third interrogates the conditions and premises of their conservation, or indeed, their heritagisation.

Reference cited

Borillo Mario et Sauvageot Anne, 1996, Les cinq sens de la création : art, technologie et

sensorialité, Seyssel : Champ Vallon.

Candau Joël, 2000, Mémoire et expériences olfactives, Paris : PUF.

Corbin Alain, 1982, Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe-XIXe siècles, Paris : Flammarion, coll. « Champs ».

Eidelman Jacqueline (dir.), 2017, Inventer des musées pour demain, Rapport de la mission musées XXIe siècles, Paris : La documentation Française.

Gélard Marie-Luce, 2017, Les sens en mots. Entretiens avec Joël Candau, Alain Corbin, David Howes, François Laplantine, David Le Breton et Georges Vigarello, Paris, Pétra, Collection « Univers sensoriels et sciences sociales », Paris : Pétra.

—, 2016 « Contemporary French Sensory Ethnography », The Senses & Society (11/3) : 247-250.

Hennion Antoine, 2003, « Une pragmatique de la musique : expériences d’écoute. Petit retour en

arrière sur le séminaire “Aimer la musique” », MEI, p.31-43.

Howes David, 1987, « Olfaction and transition: An essay on the ritual uses of smell », Canadian Review of Sociology and Anthropology, 24(3), 398-416.

— (ed.) 1991, The Varieties of Sensory Experience : A Sourcebook in the Anthropology of the Senses, Toronto : University of Toronto Press.

Ingold Tim, 2000, The perception of the environment : essays on livelihood, dwelling and skill, London: Routledge.

Jaquet Chantal (dir.), 2015, L’art olfactif contemporain, Paris : Garnier.

Kirshenblatt-Gimblett Barbara, 1999, “Playing to the Senses: Food as a Performance Medium”,

Performance Research, 4, 1, pp. 1-30.

Krueger Lester, 1982, « Tactual perception in historical perspective: David Katz’s world of touch », W. Schiff and E. Foulke (dir.), Tactual Perception, a Sourcebook, Cambridge University Press, New York, pp. 1-54.

Laplantine François, 2005, Le social et le sensible, introduction à une anthropologie modale, Paris, Téraèdre.

Miguet Danièle, 1998, « Autour de la sensorialité dans les musées », Publics et Musées, n°13, « Public, nouvelles technologies, musées », (sous la direction de Roxane Bernier et Bernadette Goldstein), pp. 177-182.

Pink Sarah, 2009, Doing sensory ethnography, Sage Publications, Inc., United States

Sansot Pierre, 1985, La France sensible, Paris : Champ Vallon.

Submission criteria and timeline

Abstracts in French or English of approximately 2,500 characters, accompanied by an indicative bibliography and a brief CV should be sent as a “.doc” file by the 6 November 2018 to the following addresses:

mlgelard@yahoo.fr and marie-luce.gelard@parisdescartes.fr

This should outline the questions raised in the chapter, the materials used and the collection

methods for these materials.

Any artistic or museum experience related to the theme of sensorial collection could also be

highlighted.

Authors will be informed in December 2018 whether their proposal has been accepted.

Authors whose projects have been chosen should then send the completed article (in French or English), or the work of art or sound or image file before the 1 April 2019.

The articles and files will undergo a process of peer review and, following any demands for

corrections, final versions of the selected chapters should be submitted by the 1 July 2019.

Editorial committee:

Véronique Dassié (IDEMEC-CNRS-AMU)

Aude Fanlo (Mucem)

Marie-Luce Gélard (Université Paris-Descartes/IUF-Canthel)

Cyril Isnart (IDEMEC-CNRS-AMU)

Florent Molle (Mucem)