Seminar: “Enseigner l’invention et la création” le 18 décembre

Séminaire du Labex « Créations, arts, patrimoines »

Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

 

Organisé par

Guy Lambert (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville, UMR AUSser),

Eléonore Marantz (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, HiCSA),

Valérie Nègre (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris La Villette, UMR AUSser),

Nadia Podzemskaia (Centre de recherche sur les arts et le langage (CNRS-EHESS)

Estelle Thibault (ENSA Paris Belleville, UMR AUSser)

Institut National d’Histoire de l’Art – Université Paris I, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

mai 2014 – décembre 2014

Jeudi 18 décembre 2014 – INHA – 1er étage – salle AVD – 14h-17h

Collections et musée dans l’enseignement

Présidence : Estelle Thibault

– Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La question du musée d’art industriel et de la formation des ouvriers et artistes sous le Second Empire : le cas du musée Napoléon III

Isabelle Warmoes (Musée des Plans-reliefs, Paris)

La création de collections de maquettes d’étude comme supports d’enseignement de l’art de la fortification dans les écoles militaires (1795-1898)

Répondant: Renaud d’Enfert (université de Cergy-Pontoise)

– Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La question du musée d’art industriel et de la formation des ouvriers et artistes sous le Second Empire : le cas du musée Napoléon III

Unique par la constitution de ses collections et les conditions de sa création, le musée Napoléon III, au palais de l’Industrie puis au Louvre, est représentatif des expérimentations et des réflexions muséographiques qui traversent les musées durant le Second Empire. Il est également l’expression de la volonté politique de Napoléon III d’une éducation élargie au plus grand nombre, et des affrontements qui existent dans les cercles du pouvoir au sujet d’une action culturelle bégayante. Cette intervention s’interrogera notamment sur la présentation pionnière du musée qui cherchait à offrir aux visiteurs, artistes et ouvriers des industries d’art, de nouveaux modèles et à les confronter aux civilisations étrangères à travers l’évolution des formes artistiques.

Arnaud Bertinet est maître de conférences à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a été post-doctorant au sein du Labex CAP à l’INP et à l’INHA, pour le projet « Évacuer le musée, entre sauvegarde du patrimoine et histoire du goût, 1870-1940 » et à l’université François-Rabelais de Tours dans le cadre du programme ANR-DFG ArtTransForm. Auteur d’une thèse “La politique artistique du Second Empire : l’institution muséale sous Napoléon III”, qui sera bientôt publiée chez Mare & Martin sous le titre “Les musées de Napoléon III, une institution pour les arts”, ses recherches portent sur l’histoire des musées, des institutions artistiques et du patrimoine en Europe. Parmi ses publications récentes : « From Model Museum to the fear of the Uhlan, Museums’ Relations between France and Germany during the Second French Empire », Savoy, Bénédicte, Meyer, Andrea (dir.), The Museum is open. Towards a Transnational History of Museums 1750-1940, Berlin 2013 ; « Le décor sculpté des musées français, les figures d’artistes », Bonnet, Alain, Jagot, Hélène (dir.),L’Artiste en représentation, cat. exp. Musée de la Roche sur Yon 2012 ; « Les fondations de musées locaux sous le Second Empire : l’exemplaire M. Jubinal », Histo.Art. Travaux de l’Ecole doctorale d’Histoire de l’art, n°4, Paris, PUS, 2012.

 

Isabelle Warmoes (Musée des Plans-reliefs, Paris), La création de collections de maquettes d’étude comme supports d’enseignement de l’art de la fortification dans les écoles militaires (1795-1898)

Cette intervention s’intéressera aux collections de maquettes de systèmes fortifiés réalisées entre 1795 et 1898 par la galerie des plans-reliefs. Créée à la fin du XVIIe siècle, cette dernière était un service du Dépôt des fortifications du département de la Guerre. Parallèlement à la fabrication des plans-reliefs des places fortes françaises, la galerie des plans-reliefs a accompagné le Comité des fortifications tout au long du XIXe siècle dans sa volonté d’améliorer l’instruction des élèves ingénieurs, puis celle des élèves des différents corps d’armée. La galerie a ainsi été sollicitée par le Comité des fortifications pour fabriquer des maquettes d’étude afin de rendre plus intelligibles les savoirs dispensés sur la fortification et sur les méthodes de défense et d’attaque des sites fortifiés. Deux grandes collections de maquettes d’étude ont ainsi été produites afin d’être diffusées à l’échelle territoriale dans les établissements d’enseignement militaires : l’une, née en 1823, avait pour objectif d’enseigner l’histoire de l’évolution des fortifications en Europe depuis le début du XVIIe siècle, l’autre, créée à partir de 1876, devait offrir aux élèves une connaissance pratique des systèmes fortifiés en usage en France et en Europe dans le dernier tiers du XIXe siècle.

Isabelle Warmoes est historienne de l’architecture, spécialisée dans l’étude du patrimoine militaire. Elle est ingénieur d’études au musée des Plans-reliefs. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire de la fortification (XVIe-XIXe siècles), les ingénieurs militaires, l’histoire de la cartographie, les plans-reliefs. Elle enseigne l’histoire de la fortification à l’Ecole du Louvre dans le cadre du cours de spécialité  « Patrimoine et archéologie militaires ». Membre de la Commission Histoire du Comité français de cartographie. Parmis ses publications récentes : Emilie d’Orgeix et Isabelle Warmoes (dir.), Les savoirs de l’ingénieur militaire. Manuels, cours et cahiers d’exercices (1751-1914) », Actes des 5e journées d’études du Musée des plans-reliefs, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction des patrimoines, Musée des Plans-reliefs, 2013 ; Christian Corvisier et Isabelle Warmoes, « L’art de fortifier de Vauban. Normalisation de la fortification bastionnée et réminiscences des formes médiévales », Thierry Martin et Michèle Virol (dir.),Vauban, architecte de la modernité ? Les Cahiers de la MSHE Ledoux, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 101-134 ; « La rationalisation de la production cartographique à grande échelle au temps de Vauban », Le Monde des cartes, revue du Comité français de cartographie, n°195, mars 2008, p. 55-66.

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: