CFP: Prix CILAC Jeune chercheur en patrimoine industriel, scientifique et technique – 4e édition – 2014

Prix CILAC  Jeune chercheur 2014

pdf du CFP : Prix Cilac 2014

en patrimoine industriel, scientifique et technique

en partenariat avec le Musée des arts et métiers

Institué en 2011, le Prix Jeune chercheur en patrimoine industriel, scientifique et technique est un encouragement à la recherche, à la valorisation et à la prise d’initiatives innovantes dans le domaine du patrimoine industriel, tangible et intangible. Il a pour vocation de rendre compte de la vitalité de l’enseignement et de la recherche, théorique et appliquée, dans le vaste champ du patrimoine industriel, scientifique et technique.

Il s’adresse donc aux étudiants dans les domaines des sciences humaines et sociales, des sciences de l’ingénieur, de l’architecture, de l’urbanisme et des arts plastiques, de niveau Master 1 et 2 et Doctorat.

Ce prix vise à promouvoir des travaux universitaires innovants dans le domaine du patrimoine industriel, par leur méthodologie, leur objet, leur mise en œuvre et/ou leur forme finale, en cours ou récemment achevés.

En 2014, pour sa 4e édition dans le cadre d’un partenariat avec le Musée des arts et métiers, le Prix Cilac Jeune chercheur maintient les thématiques des années précédentes, et souhaite encourager les candidatures dans le champ du patrimoine mobilier technique et industriel : restauration, conservation, mise en valeur de machines, outils…

L’édition 2014 du Prix Cilac Jeune chercheur donnera lieu à une journée d’étude le 5 décembre 2014, au musée des arts et métiers, à Paris, au cours de laquelle les candidats présenteront leur travail devant le Jury et le public. Les lauréats seront proclamés à l’issue de cette journée.

La date limite d’envoi des dossiers de candidature est fixée au 20 octobre 2014

par voie électronique au CILAC : cilac@cilac.com

ou à l’adresse postale : CILAC – BP 20115 – 75261 Paris Cedex 06.

Le dossier doit comporter :

-  Le titre du projet/travail et son résumé (10 000 signes maximum)

-  Un poster format A0 (80×115 cm) sous forme électronique

-  Le CV et la copie de la carte d’étudiant

- Le cas échéant, le mémoire ou résultat final correspondant.

Toute demande de renseignements doit être adressée à Louis André, Secrétaire général du CILAC.  cilac@cilac.com – www.cilac.com

CFP: Post-tourisms panel in Romania, 21-22 November

CFP: Post-tourisms panel in Romania

Open call for papers for a panel on tourism at the Romanian Society for Social and Cultural Anthropology’s annual conference, to be held this year in Cluj-Napoca/Kolozsvár (Romania) on 21-22 November.

Post Tourisms
Tourism remains one of the key processes of ‘appropriation of material goods and symbolic values by powerful actors’ that this conference addresses. Anthropologists have described everyday forms of marginalization, disenfranchisement and resistance embedded in the frames and structures of tourism, hospitality and travel. A key figure in tourism anthropology is the ‘post-tourist’ (Feifer 1985, Urry 1990, Rojek 1997), who self-consciously resists the banalisations of the tourism industry’s commercialized ‘authentic’ experiences. This post-tourism reflects one kind of post/ism analysis and practice among several that are now relevant to current anthropological enquiry. This panel takes as a point of departure a range of these post-s (e.g. postsocialist, postcolonial, poststructural, postmodern) in order to explore a broad range of changing tourism geographies and practices. We welcome papers that look across various political, social and geographic landscapes to explore what ‘posted’ analyses are brought to bear on tourism as embedded practices. What are the ‘post-ed spaces’ of tourism and tourism analysis? The panel encourages critical stances towards the use of posts in the anthropology of tourism. Papers that are cross-disciplinary in either research methods or theoretical frame are particularly encouraged.

http://socasis.ubbcluj.ro/sasc2014/?page_id=148

Please email abstracts of max 250 words to either myself or Raluca Nagy (ralukkia@yahoo.com). Deadline for abstract submissions is 15 september.

CFP: Trans-Atlantic Dialogues on Cultural Heritage: Heritage, Tourism and Traditions

International Conference: Trans-Atlantic Dialogues on Cultural Heritage: Heritage, Tourism and Traditions, 13-16 July 2015, Liverpool, UK

Call for Papers
Trans-Atlantic dialogues on cultural heritage began as early as the voyages of Leif Ericson and Christopher Columbus and continue through the present day. Each side of the Atlantic offers its own geographical and historical specificities expressed and projected through material and immaterial heritage. However, in geopolitical terms and through everyday mobilities, people, objects and ideas flow backward and forward across the ocean, each shaping the heritage of the other, for better or worse, and each shaping the meanings and values that heritage conveys. Where, and in what ways are these trans-Atlantic heritages connected? Where, and in what ways are they not? What can we learn by reflecting on how the different societies and cultures on each side of the Atlantic Ocean produce, consume, mediate, filter, absorb, resist, and experience the heritage of the other?

This conference is brought to you by the Ironbridge International Institute for Cultural Heritage (IIICH), University of Birmingham and the Collaborative for Cultural Heritage Management and Policy (CHAMP), University of Illinois and offers a venue for exploring three critical interactions in this trans-Atlantic dialogue: heritage, tourism and traditions. North America and Europe fashioned two dominant cultural tropes from their powerful and influential intellectual traditions, which have been enacted in Central/South America and Africa, everywhere implicating indigenous cultures. These tropes are contested and linked through historical engagement and contemporary everyday connections. We ask: How do heritages travel? How is trans-Atlantic tourism shaped by heritage? To what extent have traditions crossed and re-crossed the Atlantic? How have heritage and tourism economies emerged based upon flows of peoples and popular imaginaries?

The goal of the conference is to be simultaneously open-ended and provocative. We welcome papers from academics across a wide range of disciplines including anthropology, archaeology, art history, architecture, business, communication, ethnology, heritage studies, history, geography, landscape architecture, literary studies, media studies, museum studies, popular culture,  postcolonial studies, sociology, tourism, urban studies, etc. Topics of interest to the conference include, but are not limited to, the following:

*         The heritage of trans-Atlantic encounters

*         Travelling intangible heritages

*         Heritage flows of popular culture

*         Re-defining heritage beyond the postcolonial

*         The heritage of Atlantic crossings

*         World Heritage of the Atlantic periphery

*         Rooting and routing heritage

*         Community and Nation on display

*         Visualising the Trans-Atlantic world

Abstracts of 300 words with full contact details should be sent as soon as possible but no later than 15th December 2014 to ironbridge@contacts.bham.ac.uk<mailto:ironbridge@contacts.bham.ac.uk>
https://transatlanticdialogues.wordpress.com/

CFP: Extended Deadline, CALL FOR PAPERS: Rethinking Sami cultures in museums – University of Oslo, 26, 27, 28 November 2014

Extended Deadline, CALL FOR PAPERS: Rethinking Sami cultures in museums -
University of Oslo, 26, 27, 28 November 2014 has been extended to 8. September
2014:

Rethinking Sami cultures in museums – University of Oslo, 26, 27, 28 November
2014

In the last few years, the politics of collection, representation and curation
of Sami heritage in museums have received increased attention and are now
engendering new opportunities and challenges for both museum theory and
practice.
A conference titled “Rethinking Sami cultures in museums” is to be held at the
Center for Museums Studies at IKOS, University of Oslo. The conference is a
collaboration between the Center for Museum Studies at the University of Oslo,
the Nordiska Museet in Stockholm and the University of Tromsø.
We invite scholars and museum practitioners from different countries,
disciplines and institutions to share experiences and research findings that
illuminate aspects of Sami cultures in museums, both in an historical and
contemporary perspective. Paper topics may include (but are not limited to):

Collecting Sami: rationale and modalities of collection

*   in the past and present
*   the challenges of collecting material and immaterial Sámi heritage

Exhibiting Sami: narratives and the politics of display

*   in Sami Museums
*   in national/majority museums, as well as in regional museums
*   historically
*   contemporary representations, issues and exhibition experiments
*   the structure of the museum system (e.g. in which museums are Sami
exhibited? What is the rationale of such distribution?)

Curating Sami: new approaches to curation and conservation of Sámi heritage

*   Sami ‘traditional knowledge’, Sami concepts, and world-views: relevance
and challenges for museum theory and practice
*   Repatriation: perspectives on the process of return of collections from
national museums to local Sami museums or communities

Cross-cutting topics

*   ethical dimensions of collecting, exhibiting and curating Sami heritage
*   uses and implications of the adoption of indigenous methodologies
(including indigenous concepts, practices, values and worldviews)

We particularly welcome papers that adopt a comparative perspective across
Nordic countries, in order to bring to the fore similarities and differences in
the way Sami heritage is presented in contemporary museums as a result of
diverse:

*   forms, experiences and consequences of the colonial past;
*   roles of Sami in the process of nation-building;
*   relationships among Sami sub-groups, between Sami and the national
government, and between Sami and other groups (ethnic minorities, immigrants,
others);
*   gender perspectives.

*** Please send a 250-word abstract and a short biography to Marzia Varutti
(marzia.varutti@ikos.uio.no) and Silje Opdahl Mathisen
(s.o.mathisen@ikos.uio.no) by September 8th, 2014.*** Abstracts will be
selected by the conference organizers. Accepted contributors will be informed
by early Autumn.
Conference fees: Participants shall have to take charge of travel and
accommodation expenses. We are seeking funding to keep conference fees at a
minimum. Detailed information about this will follow.

Keynote speakers
Prof. Christina Kreps, Museum of Anthropology, University of
Denver,Colorado
Prof. Gunlög Fur, Linnaeus University, Sweden
Prof. Stein R. Mathisen, Tromsø University, Norway
Dr Birgitta Fossum, Director, Saemien Sijte / South Sami Museum and
Cultural Centre, Norway
Mr Henrik Olsen, vice-president of the Norwegian Sámi Parliament Further
details on the conference can be found
here:http://www.hf.uio.no/ikos/english/research/center/museum-
studies/call-for-papers/2014/representing-and-collecting-sami-cultures-in-
muesums.html
Publication plans
Papers presented at the conference will be included in the conference
proceedings, which will be published online. In addition, selected papers will
be published in a special issue of the peer-reviewed journal Nordic Museology.

Conference organizers
Silje Opdahl Mathisen, Marzia Varutti – Department of Culture and Oriental
Studies (IKOS), University of Oslo; Rossella Ragazzi – University of Tromsø;
Eva Silvén, Nordiska Museet, Stockholm.

Workshop: Les nouveaux enjeux de l’ethnomusicologie de la France : Adapter les objectifs, les outils et les méthodes de recherche à la mutation rapide des terrains français »

CIRIEF (Centre International de Recherches en Ethnomusicologie de la France)

Journée d’études 2014

« Les nouveaux enjeux de l’ethnomusicologie de la France :  Adapter les objectifs, les outils et les méthodes de recherche à la mutation rapide des terrains français »

 

Vendredi 26 septembre 2014

Université de Toulouse Le Mirail, Maison de la Recherche, salle D 31 (entrée libre)

 

9h : Accueil des participants.

9h15 : Ouverture de la journée d’études par Luc Charles-Dominique (président du CIRIEF).

Patrimonialisations…

9h30 : Jean-Jacques Castéret (Institut Occitan d’Aquitaine – Ethnopôle),

“Un territoire, des communautés : l’ethnomusicologue dans le concert des patrimonialisations des pratiques musicales en Sud Gascogne”

10h : Marlène Belly (Université de Poitiers)

Le chant de labour fait son bœuf !

 

Pause : 10h30-10h45.

 

10h45 : Luc Charles-Dominique (Université Nice Sophia-Antipolis — IUF)

“La dimension territoriale dans la patrimonialisation française actuelle des musiques traditionnelles”

11h15 : Corinne Savy (Université Montpellier 3 Paul Valéry)

“Le rôle de la France dans les stratégies de la patrimonialisation du flamenco”

 

11h45-12h30 : table ronde.

 

Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouvelles méthodes et nouveaux outils

14h30 : Yves Defrance (Université de Rennes 2)

“Sonner au féminin, un atout pour le renouveau des musiques traditionnelles. L’exemple breton”

15h : Guillaume Veillet (Conseil Général de Haute-Savoie)

“Le témoin comme acteur du revivalisme : une expérience de “collecte” en Savoie au début du XXIe siècle”

15h30 : François Gasnault et Marie-Barbara Le Gonidec (iiAC-LAHIC, CNRS-MCC-EHESS)

“Évaluer et éditer les enquêtes ethnomusicologiques du MNATP : un retour indispensable sur une entreprise monopolistique

16h-16h45 : Table ronde et conclusion.

 

Renseignements : Luc Charles-Dominique : luc.charles-dominique@unice.fr

CFP: Colloque – Diversité en musique

COLLOQUE INTERNATIONAL

LA FABRIQUE DE LA « DIVERSITE » EN MUSIQUE

Entre World Music et Patrimoine Culturel Immatériel

9 décembre 2014, Amphithéâtre EHESS

105 Bd Raspail, 75006 Paris

 

APPEL A COMMUNICATION

En 2005, le « samba de roda » du Brésil est déclaré « Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité » par l’UNESCO. Cinq ans plus tard, il commence à être reconnu dans les réseaux internationaux de la World Music. Sa présentation sur le site internet de la foire internationale World Music Expo (Womex) ne diffère pas sensiblement de celle qui a justifié son inscription au PCI : « in danger of dying out, catch it while you can ! ».

En 2012 le Nord du Mali est frappé par un conflit armé, où les expressions musicales sont prises pour cible d’interdictions et d’attaques destructrices. Alors que l’UNESCO active de nouveaux programmes d’archivage et de sauvegarde, les groupes actifs dans la World Music se font désormais porte-paroles de ce « patrimoine en danger » sur les scènes festivalières.

Ces échantillons témoignent d’un extraordinaire foisonnement d’initiatives culturelles aux quatre coins de la planète, qui ont en commun le recours à la « diversité » du monde pour façonner et promouvoir des pratiques d’identification et de sauvegarde patrimoniale, des politiques culturelles, des stratégies de marketing, des productions artistiques, des esthétiques nouvelles dans le domaine musical. Malgré les dimensions interconnectées et le succès certain de ces initiatives, peu de travaux scientifiques ont été consacrés jusqu’à présent aux manières de fabriquer et d’entendre la « diversité » en musique à partir de ses manifestations concrètes dans nos sociétés. Encore moins d’attention a été dévouée aux imaginaires pluriels véhiculés par les mises en scène d’un concept qui, lui, se veut singulier et consensuel. Pourquoi se saisit-on d’objets musicaux pour représenter le monde comme « divers » ? Comment les festivals, les musées et les programmes de sauvegarde culturelle des organisations nationales et internationales mobilisent-ils le concept de « diversité » et quelles représentations du monde ces institutions attachent-elles au concept ? Qu’est-ce qui fait une World Music sur les scènes festivalières et quelles sont les frontières qui séparent cette « musique des Autres » du « Patrimoine Culturel Immatériel » classé par les institutions comme l’UNESCO ? Comment rendre compte tout à la fois de la singularité du concept et de ses manifestations plurielles ?

Dans ce colloque nous privilégierons une perspective ethnographique centrée sur des festivals, des évènements musicaux, des programmes de sauvegarde, des instruments, des répertoires, des politiques culturelles institutionnelles. Interroger le concept de la « diversité » à partir de ses manifestations contemporaines nous aidera à cerner les modèles de société qui le forgent et qui s’y jouent sans nier les tensions qui peuvent se produire du fait de formulations hétérogènes, expressions de différentes « manières de faire des mondes » (Goodman, 2006) sur des arènes culturelles mondialisées. La réflexion sera articulée selon les trois axes suivants :

 

AXE 1 – La  World Music comme fabrique d’un monde « divers »

Dans cet axe, nous nous intéressons aux multiples stratégies par lesquelles la World Music fabrique de la « diversité ». Il s’agira de mettre en lumière le rôle des acteurs qui font vivre les réseaux de la World Music – les artistes, les producteurs, les programmateurs, les journalistes, le public – ainsi que les répertoires et les supports musicaux, pour réfléchir à la profusion d’un « gout des Autres » mobilisé par la musique. Comment la circulation des « musiques des Autres » assume le rôle politique de promotion de la « diversité » ? Si nous pensons à l’histoire des contacts entre cultures, largement débattue autour des musées ethnographiques, les réseaux de World Music en général, et les festivals en particulier, ne semblent pas mobiliser l’intérêt du monde académique concernant la « diversité » qu’ils produisent et mettent en scène. L’objectif de cet axe est de prendre au sérieux les festivals et les scènes de la World Music, d’interroger leur histoire et leur actualité, pour les situer dans un débat plus large sur les relations entre cultures.

 

AXE 2 – La « diversité » patrimoniale en question

Le regard sur l’autre s’insère également dans le mouvement contemporain de constitution des patrimoines culturels de l’humanité. Depuis quelques années, la Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) s’est affirmée comme une référence fondamentale pour certifier les identités culturelles et pour cerner les cultures. Ce nouveau modèle de politique « tutélaire » se distingue par une attention portée aux fragments de cultures qui peuvent encore évoquer l’abondance des manifestations et identités du monde. Quelques années plus tard, la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005) s’ouvre sur une considération de même ordre : la diversité culturelle constitue un patrimoine commun de l’humanité et doit être célébrée et préservée au profit de tous. Ces deux instruments normatifs nous amènent au plus haut degré des politiques de patrimonialisation où la diversité devient une fin en soi ; elle devient elle-même « patrimonialisable ». Comment construire une diversité culturelle qui ne se réduise pas à un jugement dogmatique porté sur le psychisme d’autrui ? Dans cet axe du colloque, nous discuterons de quelle manière la perception d’autres cultures comme pièce précieuse dans la reconstitution de l’histoire humaine est mobilisée dans les processus de construction des patrimoines culturels. Comment faire en sorte que la défense d’une effervescence des cultures et la promotion des patrimoines ne viennent pas durcir un conservatisme qui se figerait dans une perspective fixiste des cultures humaines ?

 

AXE 3 – World Music et PCI en miroir

Dans le dernier axe, nous croiserons les perspectives pour analyser la fabrique de la « diversité culturelle » au prisme de représentations musicales qui, sur les scènes des festivals, sont regroupées sous l’identifiant World Music et qui, au sein d’institutions nationales et internationales, supportent des politiques de sauvegarde du « patrimoine immatériel ». Quelles frontières et quelles passerelles entre ces deux champs de définition de la catégorie « musique » dans nos sociétés ? Quelle place pour la création musicale dans les dispositifs de sauvegarde patrimoniale, et quel rôle pour les festivals de World Music dans les mises en scène des patrimoines du monde ? Etudier les relations, souvent non apparentes, entre ces deux champs de désignation de la « diversité culturelle » nous permettra d’interroger les processus contemporains de « festivalisation » et de « patrimonialisation » sans en occulter les frictions, les tensions et les exclusions, et sans oublier les rôles assumés par les acteurs, musiciens, directeurs de festivals, médiateurs culturels, journalistes, qui s’emparent des catégories instituées pour créer, diffuser, promouvoir la musique dans nos sociétés.

Soumission de la candidature et délais :

Ce colloque s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire. L’appel à communication s’adresse aussi bien à des chercheurs qu’à des doctorants relevant de l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de la musicologie, de l’histoire de l’art, des sciences politiques etc.

Les propositions de communications sont attendues avant le 25 septembre 2014 à l’adresse email suivante : colloque.diversité.musique@gmail.com

Les propositions de communication ne doivent pas excéder les 2000 signes et devront être accompagnées d’une courte présentation de l’auteur.

Les candidatures retenues seront annoncées au plus tard le 10 octobre 2014.

Comité scientifique :

Marta Amico – Post-doctorante Labex CAP/ Musée du Quai Branly – Centre Georg Simmel

Lúcia Campos – Doctorante EHESS – Centre Georg Simmel

Maria Laura Cavalcanti – Professeur à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ)

Benoît de l’Estoile – Directeur de recherche CNRS

Denis Laborde – Directeur d’études EHESS / Directeur de recherche CNRS

Marina Mafra – Doctorante EHESS – Centre Georg Simmel

Emmanuelle Olivier – Chargée de Recherche CNRS

Carlos Sandroni – Professeur à l’Université Fédérale du Pernambouc (UFPE)

 

Comité d’organisation :

Marta Amico – post-doctorante Labex CAP/ Musée du Quai Branly – Centre Georg Simmel

Lúcia Campos – doctorante EHESS – Centre Georg Simmel

Marina Mafra – doctorante EHESS – Centre Georg Simmel

CFP: Les Ruines de la Patrimonialisation, Rio de Janeiro et Paris

Nous vous invitons à répondre à l’appel à tables rondes et à travaux individuels pour les conférences internationales “Les Ruines de la Patrimonialisation” qui se dérouleront à Rio de Janeiro en novembre 2014 et à Paris en mars 2015.
Ces conférences sont le fruit d’un partenariat entre les laboratoires brésiliens leU-PROURB-UFRJ et Geoppol-PPGG-UFRJ; le Laboratoire Architecture Anthropologie LAA (LAVUE UMR CNRS 7218) et le laboratoire d’excellence LABEX CAP.

Nous attendons des propositions venant de chercheurs d’horizons universitaires variés autour d’un cas d’étude ou d’une thématique transversale portant l’attention sur les “ruines” laissées par les processus de labellisation des villes; sur ce que la labellisation laisse, oublie, abandonne, transforme et engendre sur les territoires (le sujet de l’appel est détaillé dans le document en pièce jointe).

La date limite des propositions est fixée au 30 septembre 2014.
Les propositions sont à envoyer à ruinespatrimonialisation@gmail.com
Toutes les informations à propos des conférences et des modalités de soumissions sont dans le document en pièce jointe, également accessible par le lien suivant:
LES RUINES DE LA PATRIMONIALISATION : Call for papers | 24, 25 & 26 novembre 2014 | Rio | 13 mars 2015 | Paris

 

We invite you to submit an abstract or to propose a roundtable for the interdisciplinary and international conferences  “Ruins of the Heritagization” , which will take place in Rio de Janeiro in November 2014 and in Paris in march 2015.
These events are organized by the brazilians research teams leU-PROURB-UFRJ and Geoppol-PPGG-UFRJ, the french research team Laboratoire Architecture AnthropologieLAA (LAVUE UMR CNRS 7218) and the laboratoire d’excellence LABEX CAP.
 
is dealing with the conflicts arising between the local and global scale in contemporary urban transformations.
 
Submissions are encouraged from all disciplines and research perspectives. We are in particular interested in papers that explore, discuss and question the various notions and categories used to describe local identities, as well as disputes and misunderstandings that their use might generate or reinforce.
 
The deadline for abstract submission is Tuesday, 30 September 2014.
Detailed information about the event and instructions for abstract submission are available in the attached document and also by this link:
 

Conference: Heritagization and heritage sustainability: reflection and prospective, Lisbon, Nov. 2014

Herewith you will find the program for the meeting Heritagization and heritage sustainability: reflection and prospective, that will take place on November 27, 28 and 29, 2014 at the Faculty of Social Sciences and Humanities – UNL, in Lisbon, organized by the Institute of Contemporary History and the Institute of Art History.

The importance and role of heritage (both cultural and natural) in contemporary society have created, in a way almost transversal to all scientific areas, the need for increased knowledge and reflection on issues related to collective and social memory; the selection of elements from the past and its refunctionalisation in the present; the heritage function of several cultural goods and manifestations in relation to the communities of belonging; the cyclic character of heritage; the heritage dimension of development; ultimately, heritage as a social and cultural fact.

The thematic of heritagization and natural and cultural heritage sustainability, vast and complex, is amplified by the diversity of its historical configurations and the ambiguity of terms it summons.

This meeting is organized to stimulate a multidisciplinary reflection and aims at contributions not only from the fields of History, Art History, Anthropology, Archaeology, Sociology, Geography, and other social sciences, but also from natural sciences and other scientific and technological domains, related to heritage studies and museology, that may make known and contribute to understand and to act on heritigization processes and/or on the use, transmission and sustainable heritage management.

No registration fees will be required, but prior registration is requested – name, institution and email – through patrisuspatri@gmail.com. Acceptance will be subject to room capacity.

Best regards.

The Organizing Commission

 

Divulgacao Patrimonialização e sustentabilidade do património

programa Patrimonialização e SustPatri_2014_Prov1

 

 

Conference: ICOMOS UK September conference on Intangible Cultural Heritage in the UK

Intangible Cultural Heritage in the UK: promoting and safeguarding our
diverse living cultures
An ICOMOS-UK Conference – Saturday 20 September 2014
At The Museum of London Docklands, No.1 Warehouse West India Quay, London

*ICOMOS-UK Members: £65.00 / Non-members: £75.00 (includes light
refreshments and sandwich lunch)*

Storytelling, performing arts, social practices, rituals and festive
events, knowledge and practices concerning nature and the universe, and
traditional crafts knowledge and skills are a key part of the UK’s
traditions and cultural heritage. They have also provided us with a means
of living and a way of life, while informing us of our history and shaping
our identities.

These intangible cultural practices are not static, like buildings and
artefacts—instead they continue to evolve as they are passed down from one
generation to the next. This brings with it a risk that some may not
survive, raising questions of what we value in our intangible cultural
heritage, and whether and how we should take steps to document and
safeguard it.

ICOMOS-UK presents the first-ever conference to focus exclusively on
Intangible Cultural Heritage (ICH) in the UK, combining theoretical
contexts with practical examples. The primary aim of the conference is to
raise awareness about the different types of ICH, both rural and urban, as
practised by the UK’s culturally diverse groups of people.

The conference will also explore some of the key issues and challenges
relating to the safeguarding and transmission of traditions or living
cultural expressions to future generations.

This conference has been organised by the ICOMOS-UK Intangible Cultural
Heritage Committee in partnership with the Museum of London Docklands, and
is supported by the Royal Anthropological Institute.

Further details and a booking form are available at:
http://www.icomos-uk.org/about-us/events/intangible-cultural-heritage-conference-2014/

Workshop: CFPCI Vitré – L’économie du patrimoine culturel immatériel

L’ÉCONOMIE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL
Séminaire international organisé par
le Centre français du patrimoine culturel immatériel
Avec le soutien et la participation de la direction générale des Patrimoines
Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique
Ministère de la Culture et de la Communication
Et la collaboration de Francesca Cominelli
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Vitré – 11 et 12 septembre 2014
Depuis son introduction par la Convention Unesco de 2003, la notion de PCI a profondément bouleversé de nombreux champs d’études et a été au centre de débats et recherches. Différentes disciplines, telles que l’ethnologie, la sociologie, la géographie, l’histoire, l’art, ont essayé d’adapter et de faire évoluer leurs paradigmes d’analyse par rapport à ce nouveau concept. L’économie n’échappe pas à cette démarche : les activités artistiques, artisanales, créatives, éducatives, touristiques, qui se développent autour des éléments du PCI, ont une dimension économique, ainsi qu’un poids sur les chiffres globaux du secteur culturel qui en France contribue à plus de 3 % de la richesse nationale et emploie 670 000 personnes.
Toutefois, la spécificité de ces activités et de ce patrimoine justifie-t-elle une « économie à part », « exceptionnelle » ? Quels références et instruments de la science économique peuvent éclairer les modalités d’organisation, de développement et de transmission des activités liées aux PCI, qui en assurent la sauvegarde ?
Ces préoccupations seront au coeur du séminaire «  L’économie du patrimoine culturel immatériel  » et seront abordées à partir de quatre thèmes principaux :
• L’EVALUATION DES IMPACTS DU PCI
Quelle est la contribution des activités liées au PCI au développement culturel, social et économique ? Comment évaluer les impacts non-économiques de ces pratiques et leur contribution à la résolution de problèmes de santé, de formation, de gestion des ressources naturelles, d’insertion ? Bien qu’on observe quelques réticences à traiter de ce sujet, par crainte d’instrumentalisation ou de marchandisation du patrimoine immatériel, la définition d’une méthodologie commune et l’évaluation des bénéfices qui découlent de ces pratiques constitue un enjeu crucial pour légitimer le soutien public et orienter les mesures de sauvegarde.
• LE PCI ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL
La transmission du patrimoine culturel immatériel développée par les communautés et les stratégies de sauvegarde mises en œuvre autour de celui-ci inspirent de nouvelles formes de développement plus adaptées aux caractéristiques des territoires, aux structures sociales et aux ressources disponibles. Dans cette perspective, le PCI, adapté au fil du temps aux conditions locales, devient vecteur d’un développement qui ne fait pas abstraction des préoccupations environnementales, des problématiques sociales et des spécificités culturelles. Comment valoriser ce patrimoine en répondant au double enjeu d’une croissance économique et de la protection des conditions matérielles, naturelles, culturelles et sociales qui en assurent la durabilité ?
• L’ECONOMIE DES LABELS
L’attribution d’un label, comme l’inscription d’un élément sur une liste nationale ou internationale, engendre des effets multiples en termes d’accroissement de la visibilité, renforcement de l’attractivité et de la dynamique des territoires, attraction de nouvelles ressources, détermination de la qualité des biens et pratiques. Toutefois, ces classifications engendrent aussi des effets pervers tels que des rentes pour les seuls éléments et détenteurs labellisés, des exclusions, des hiérarchies, une marchandisation excessive. Comment comprendre et maîtriser ces effets, en évitant qu’ils puissent nuire à la sauvegarde du PCI et compromettre l’esprit de la Convention de 2003 ?
• LE PCI MOTEUR D’INNOVATION ET DE CREATIVITE
Le PCI constitue un bagage de croyances, connaissances, pratiques et savoir-faire qui ont su s’adapter aux divers environnements, modes de vie, progrès techniques. Comment soutenir cette transformation permanente du PCI pour qu’il continue à faire sens pour les communautés qui le pratiquent aujourd’hui ? Comment renforcer la capacité de ce patrimoine d’irriguer l’innovation et la créativité dans d’autres secteurs économiques en contribuant à trouver des solutions aux problèmes contemporains et à améliorer la qualité des produits, tout en renforçant la collaboration et l’échange entre communautés de créateurs, dans une perspective de transmission et de durabilité ?
PROGRAMME
Jeudi 11 septembre
14h30 Introductions
- Séverine Cachat, directrice du CFPCI
- Christian Hottin, adjoint au chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication (France)
- Francesca Cominelli, PhD Economics of Culture, Postdoctoral research fellow – StareBEI programme, Centre d’Economie de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France)
15h30-17h Table-ronde : L’évaluation des impacts du PCI
- Antoine Gauthier (vidéoconférence), directeur du Conseil québécois du patrimoine vivant (Canada)
- Jérôme Floury, président de l’association Tanm-Kreiz (France)
- Rosy Greenlees, Executive Director of the Crafts Council (Royaume-Uni)
Visite du Centre français du patrimoine culturel immatériel
Vendredi 12 septembre
9h-12h45 Le PCI et le développement local
Robert Rode, Coordinator of International Graduate in Heritage Studies – Brandenburgische Technische Universität Cottbus (Allemagne)
Expériences locales :
- Amitava Bhattacharya, Founder and Director of banglanatak dot com (Inde)
- Daniele Ciaccio (à confirmer), Associazione Stradivariazioni, creator and owner of a lutherie workshop specialized in construction, set-up and restoration of bowed instruments in Cremona (Italie)
- Jorijn Neyrinck, directrice de Tapis Plein à Bruges (Belgique)
- Nadia Bédar, chargée de mission auprès du Sénateur-Maire de Grasse et responsable de la mission Patrimoine culturel immatériel (France)
14h15 L’économie des labels
- Xavier Greffe, professeur à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne et spécialiste de politique économique (France)
- Thierry Linck, directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique, département Sciences pour l’action et le développement à Corte (France)
15h45 Le PCI moteur d’innovation et de créativité
- Yann Grienenberger (à confirmer), directeur du Centre International d’Art Verrier de Meisenthal (France)
- Emmanuel Gérard, directeur de la Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé à Aubusson (France)
17h15 Conclusion
Francesca Cominelli
Langues : français et anglais (pas de traduction simultanée)
Centre français du patrimoine culturel immatériel
Maison des Cultures du Monde
Prieuré des Bénédictins
2 rue des Bénédictins – 35500 Vitré
Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 110 other followers