Category Archives: Call for paper

CFP: Scale-making at stake The use and meaning of the category ‘global’ in memory and heritage politics and practices – Anthropological Association Congress 2019

The annual meeting of the Swiss Anthropological Association will take place at the Graduate Institute in Geneva the 8th and 9th of November 2019.

Researchers interested in topics related to memory and heritage politics and practices are welcome to send their propositions (in French or in English) to the panel detailed below.

Scale-making at stake

The use and meaning of the category ‘global’ in memory and heritage politics and practices

 

Conveners:

Hervé Munz (University of Geneva)

Patrick Naef (University of Geneva)

Bernard Debarbieux (University of Geneva)

For the last two decades, the polysemous notion of ‘scale’ has drawn an increasing amount of attention among scholars studying memory and heritage politics and practices. Since the beginning of the 1990s, scholarly attention has focused on the growing importance of international bodies (international organizations, INGOs, foundations, etc.) and on the rise of a ‘global’ frame of action.

Significantly, in many of these works, the understanding of ‘global’ remains highly heterogeneous. When scholars use such a term, it is not obvious whether they are referring to specific scales and, even when that is the case, what the exact nature is of the scales mentioned. Does ‘global’ refer to a large geographical scale, such as the planet, to which UNESCO’s objectives and norms must be addressed and applied? Does it rather refer to a set of general values that lies behind the whole process of heritage-making and connects with other terms such as ‘universality’ or ‘humanity’?

‘Global’ and ‘national’ also happen to constitute a convenient way to refer to state and intergovernmental institutions and to the mutual adjustment of their conception and implementation of memory or heritage policies. Moreover, terms such as ‘global’, ‘national’ and ‘local’ are connected to categories of ‘scale’ or ‘level’ that are taken for granted by the scholars who use them to guide their analysis.

In contrast, this panel promotes a different, constructivist understanding of the notion of scale (Debarbieux and Munz 2019, Debarbieux 2019), inspired by the paradigm of the “Politics of scale” (Taylor 1981 ; Jonas 1994; Smith 1996; Delaney and Leitner 1997 ; Marston 2000 ; Slaughter 2004 ; Swyngedouw 2004; Moore 2008; MacKinnon 2011). Initially framed in critical geography and political economy, this paradigm states that spatial scales are not given but constructed ; they are not natural qualities of space but results of socio-discursive processes through which actors and organizations negotiate recognition, power and visibility, and frame specific issues.

Rather than focusing on spatial scales for themselves, this approach leads to investigating the numerous ways scales associated with cultural practices are elaborated, claimed, contested, transformed and used in different socio-political contexts. There is, therefore, an added value to be found in focusing—without any preconceived or external conception of scale—on the ways in which stakeholders conceive of and mobilize scale throughout the policy-making process or in the development of initiatives based on memory or heritage. Interested panelists are encouraged to propose papers addressing the ways in which scales are defined, described, elaborated, negotiated and used by various stakeholders in the fields of memory and heritage.

Contact person: Patrick Naef, patrick.naef@unige.ch

Deadline proposal: 30 June 2019

 

References

Debarbieux B., 2019. “Théories de la politique des échelles (Politics of scale) et de la fabrique des échelles (scale-making) ”, in : Claire Hancock,Géographies anglophones, évolutions récentes, Presses Universitaires de Nanterre.

Debarbieux B. and Munz H., 2019. “Scaling heritage. The construction of scales in the submission process of alpinism to UNESCO’s intangible cultural heritage list”, International Journal of Heritage studies 1(1).

https://doi.org/10.1080/13527258.2019.1590445

Delanay, D. and H. Leitner 1997. “The political construction of scale”, Political Geography 16(2), pp. 93-97.

Jonas A., 1994, “The scale politics of spatiality”, Environment and Planning D: Society and Space, 12(3), pp. 257-264.

MacKinnon, D., 2011. “Reconstructing scale: Towards a new scalar politics”, Progress in Human Geography, 35(1), pp. 21-36.

Moore, A., 2008. “Rethinking scale as a geographical category : from analysis to practice.” Progress in Human Geography 32(2): 203-225.

Slaughter A.-M., 2004, “Disaggregated Sovereignty: Towards the Public Accountability of Global Government Networks”, Government and Opposition, 39(2), pp.159–90.

Smith N., 1996. “Spaces of Vulnerability: the Space of Flows and the Politics of Scale”, Critiques of Anthropology 16, pp. 63-77.

Swyngedouw E., 2004, “Globalisation or ‘Glocalisation’ ? Networks, Territories and Rescaling”, Cambridge Review of International Affairs, 17(1), pp. 25-48.

Taylor P., 1981. “Geographical scales within the world economy approach”, Review, 5(1), pp. 3-11.

Advertisements

CFP – L’ENFANT DANS LA PATRIMONIALISATION. LEÇONS, DEFIS, PERSPECTIVES

Reciban una atenta invitación para participar en nuestro próximo Coloquio Internacional

EL NIÑO EN LA PATRIMONIALIZACIÓN. LECCIONES, RETOS Y PERSPECTIVAS / L’ENFANT DANS LA PATRIMONIALISATION. LEÇONS, DEFIS, PERSPECTIVES

Adjuntamos argumento para que puedan conocer los detalles. Esperamos su propuesta antes del 30 de mayo al correo que se indica en los documentos.

 

CFP: JPI CH Conservation, Protection and Use call

    • L’Initiative de Programmation Conjointe Patrimoine Culturel et Changement Global a lancé l’appel à projets transnationaux de recherche sur la thématique « Conservation et protection ».

 

    • Les principaux critères d’éligibilité sont:

 

    • Durée des projets : jusqu’à 36 mois ;
      Chaque projet devra comprendre au moins trois équipes de recherche, chacune provenant d’institutions de pays éligibles différents. Le nombre maximal d’équipes de recherche étant cinq.

 

    • Les candidatures devront se faire en conformité avec les règles d’éligibilité de l’organisme national financeur (pour la France, l’ANR)

 

L’appel à propositions est ouvert depuis le 1er mai 2019, avec comme délai de soumission le 3 septembre 2019, 14:00 CEST.

Vous trouverez plus d’informations dans le texte du pré-appel ci-dessous et sur lien suivant avec les documents de soumission :

http://jpi-ch.eu/2019/05/conservation-protection-and-use-joint-call-official-launch/

CFP: Rectificatif Rencontres interprofessionnelles patrimoine, numérique et participation

Rencontres interprofessionnelles
patrimoine, numérique et participation

Conception, fonctionnement et usages des dispositifs numériques participatifs relatifs au patrimoine

Contexte et état de l’art

La participation citoyenne dans le domaine du patrimoine n’est pas nouvelle. Cependant, l’articulation de la participation, du patrimoine et du numérique pose question. D’une part, ces injonctions ont donné lieu à des promesses et imaginaires de la participation renforcés par ceux associés au web 2.0 : absence de médiations, libre expression, interactivité, etc. Se développent alors les idées de culture participative (Jenkins, 2006), de sacre de l’amateur (Flichy, 2010), de renaissance du lecteur (Doueihi, 2011), qui pour être parfois trop optimistes, montrent leurs limites une fois adaptées à d’autres domaines, comme le patrimoine (Sandri, 2015 ; Cambone, 2016).

D’autre part, le seul fait de proposer des dispositifs participatifs n’est pas suffisant pour permettre leur appropriation. Se jouent également des relations entre concepteurs, développeurs, spécialistes du patrimoine et de la médiation, gestionnaires, chercheurs et publics de ces dispositifs. Ce sont ces relations que nous voulons interroger dans le cadre de ces rencontres, en faisant dialoguer les différents acteurs impliqués dans la conception, le fonctionnement et l’usage de ces dispositifs, attendu que ces acteurs ont chacun leur point de vue, leurs méthodologies et leurs attentes.

Les chercheurs en sciences humaines et sociales analysent tantôt des dispositifs numériques produits par des institutions tantôt par des amateurs de patrimoine. S’intéressant aux premiers, ils questionnent le devenir de notions et pratiques propres au patrimoine (comme l’authenticité) une fois articulées au numérique et à la participation (Hand, 2008), ils tentent de cerner le fonctionnement des plateformes d’enrichissement des collections (Casemajor Loustau, 2012) et de crowdsourcing (Ridge, 2013), ou ils scrutent les liens entre dispositifs numériques participatifs, valorisation du patrimoine et développement touristique (de Bideran et Fraysse, 2015). D’autres s’interrogent sur les publics de ces dispositifs et leurs usages[1], posant la question de ce que font la participation et les technologies numériques à l’expérience individuelle et collective du patrimoine (Giaccardi, 2012 ; Andreacola, Poli, San Juan, 2015), soulignant par exemple les apports des technologies numériques dans l’engagement pour le patrimoine par lesmodalités d’interaction et de participation qu’elles proposent (Affleck et Kvan, 2008 ; Michel et al., 2016). D’autres encore étudient les dispositifs créés et gérés par des non-professionnels, comme les sites Internet et blogs (Aigner, 2016 ; Valois-Nadeau, 2016) et les groupes Facebook (Gallego, 2015 ; Gregory, 2015 ; Istasse, 2017).

De leur côté, les professionnels du patrimoine et de la médiation s’interrogent également, lors de rencontres, sur les dispositifs participatifs qu’ils développent[2]. Ces événements sont l’occasion de questionner les différentes missions des institutions patrimoniales ainsi que leur fonctionnement, aspects interrogés par l’arrivée du numérique et des injonctions participatives, et de se positionner de manière réflexive par rapport à certaines problématiques. Ainsi, ces professionnels s’interrogent tout d’abord sur la conservation et la connaissance du patrimoine, et notamment la longue histoire de la participation dans le domaine du patrimoine, et les modalités de la participation dans la co-construction et la présentation de collections et fonds et dans l’enrichissement collaboratif des données patrimoniales. D’autres questions sont relatives à la médiation, comme l’ingénierie et la mise en œuvre de la participation, ou encore la pédagogie éducative. Certains ont plus particulièrement réfléchi aux motivations des publics à participer (Bouyé, 2012). Elles abordent également des dimensions plus organisationnelles telles que l’importance du numérique dans les institutions culturelles, descommunity managers au sein des institutions, des collaborations entre institutions, ou les usages et besoins des institutions (Moirez, 2013). Enfin émergent des questions relatives aux liens entre tourisme, attractivité des territoires et dispositifs numériques participatifs.

Les lieux d’échanges entre chercheurs et professionnels du patrimoine et de la médiation sont nombreux : projets de recherche, rencontres, colloques (Dalbavie et al., 2016)[3]. Pourtant, souvent, ni les contributeurs et publics, ni les concepteurs et développeurs des dispositifs, ni les chercheurs en informatique ne sont présents lors de ces événements. Ces derniers sont pourtant impliqués dans la réflexion concernant les dispositifs numériques participatifs. Certains se sont intéressés à l’environnement urbain, en analysant différentes méthodes de participation utilisées dans des dispositifs participatifs de planification urbaine développés par des collectivités (Atalato et al., 2017 ; Münster et al., 2017) ou en développent des manières d’articuler des données urbaines de représentation d’un environnement et des données multimédias de documentation de cet environnement pouvant être issues de la participation citoyenne (Chagnaud et al., 2016 ; Samuel et al., 2016). Cette articulation est également pensée dans le domaine du patrimoine, avec les annotations sémantiques d’objets patrimoniaux en 2D ou en 3D (Manuel, 2016) ou issues de méthodes de gamification (Maina et al., 2015). Ces chercheurs interrogent également les apports de la 3D dans l’archivage et l’exploitation (scientifique ou grand public) du patrimoine (Santos et al., 2014 ; Poux et al., 2017). D’autres encore (Münster et al., 2016) insistent sur la nécessité des équipes pluridisciplinaires dans le cadre de projets alliant patrimoine et numérique.

C’est justement l’objectif de ces rencontres : au-delà des fonctionnalités offertes par les dispositifs numériques participatifs relatifs au patrimoine, il est question de faire dialoguer tous les acteurs engagés dans les réflexions concernant le numérique et la participation dans le secteur patrimonial, et de ce fait interroger la pertinence de la pluridisciplinarité dans la conception, le fonctionnement et les usages des dispositifs numériques participatifs relatifs au patrimoine.

Axes des propositions

Il est dès lors question d’interroger la participation telle qu’elle est proposée dans les dispositifs numériques et leurs applications dans le domaine du patrimoine comme autant de problématiques pluridisciplinaires. Nous invitons tous les acteurs impliqués dans la conception, le fonctionnement et l’usage de dispositifs numériques participatifs relatifs au patrimoine à présenter et échanger sur la base de leurs expériences et réflexions autour de leurs pratiques. Pour ce faire, nous proposons d’interroger le cycle de vie de ces dispositifs, de leur conception à leur (non)-utilisation. Pour des questions heuristiques, nous décomposons ce cycle de vie en trois phases : la conception, le fonctionnement et les usages des dispositifs.

  1. Conception des dispositifs numériques participatifs de médiation du patrimoine

Nous invitons les différents acteurs à s’interroger sur les raisons et modalités de la conception de dispositifs numériques participatifs relatifs au patrimoine.

1.1.   L’influence du contexte sur la conception de dispositifs numériques participatifs

Il s’agit tout d’abord de replacer le développement de ces dispositifs dans un contexte temporel et spatial, afin de questionner leurs places et éventuelle(s) spécificité(s) par rapport à d’autres formes de participation.

Parmi les pistes à explorer :

  • l’influence de certains éléments du contexte comme les normes locales et nationales, les textes internationaux qui appellent à la participation des communautés[4],
  • le renouvellement des institutions,
  • l’injonction à la participation ou au numérique, le capitalisme informationnel ou cognitif,
  • les smart cities, la compétition entre villes, le développement territorial,
  • les modalités de financement des dispositifs,
  • les différents coûts.

1.2.  Les acteurs de la conception de dispositifs numériques participatifs

Tout d’abord, il est pertinent de réfléchir à la manière dont sont conçus ces dispositifs et aux réseaux d’acteurs dans lesquels cette conception s’inscrit. Qui y participe, comment et à quelle(s) étape(s) du processus de conception ? Quel est le rôle des équipes pluridisciplinaires dans la conception de ces dispositifs ? Observe-t-on des processus de co-design entre les différents acteurs impliqués dans le projet ?

Ensuite, il s’agit de voir comment ces différents acteurs travaillent ensemble : Quels sont les modèles, outils et méthodes utilisés pour la conception et le développement de ces dispositifs ? Quelles sont les thématiques de recherche spécifiques à l’informatique que la conception de ces dispositifs permet de développer ?

Enfin, observe-t-on, de la part des développeurs, des différences avec la conception d’autres dispositifs numériques non prévus pour le patrimoine ? Observe-t-on, de la part des institutions, des différences avec la conception d’autres dispositifs de médiation patrimoniale ?

1.3.   Comment les différents acteurs engagés dans la conception de ces dispositifs conçoivent-ils la participation et la mettent-ils en pratique ?

Il s’agit notamment d’interroger les multiples définitions de la participation et leurs reformulations par les différents acteurs engagés dans les processus de conception, les fonctionnalités informatiques par lesquelles elles sont mises en œuvre, les outils de traduction de la participation entre les différents acteurs.

  1. Fonctionnement des dispositifs

Suite à leur conception, les dispositifs numériques participatifs sont mis à disposition des publics, selon des modes de fonctionnement spécifiques. Il est alors question d’interroger, selon les différents points de vue, comment se passe la gestion de la participation :

  • les protocoles qui permettent la participation, comme l’inscription ou l’identification des contributeurs, les champs de formulaires à remplir, les rétributions des contributeurs, les méthodes informatiques de participation, etc. ;
  • les protocoles qui encadrent la participation, comme les tutoriels, la présence d’une “autorité” sous forme de modération, de contrôle des contributions, de charte, etc. ;
  • les protocoles de mise en scène et donc de reconnaissance des contributions et leur prise en compte dans le dispositif ;
  • la gestion des dispositifs au quotidien : qui s’en occupe, comment, à quelle fréquence ? Quelles sont les relations entre participation en ligne et participation hors ligne ?
  • la mise en visibilité de ces dispositifs au sein de l’offre culturelle, numérique et participative.

  1. Usages et pratiques des dispositifs

Tout comme dans la conception et le fonctionnement des dispositifs numériques participatifs, de multiples acteurs sont impliqués dans leurs usages. Il s’agit ici de croiser leurs points de vue autour de trois questions.

 

3.1.  Accès et non-accès, inclusions et exclusions

Il s’agit de se demander si le choix des dispositifs numériques participatifs a pour corollaire le fait de se couper de certains publics, et lesquels. Cette question se décline en deux sous-axes. Tout d’abord, en termes d’accès, se pose la question des objets matériels (smartphone, tablette, ordinateur) et de la connexion Internet qui permettent l’accès à ces dispositifs, tant dans les institutions, que chez soi ou dans l’espace public urbain ou rural. Ensuite, quelles sont les compétences requises pour une utilisation optimale des dispositifs ? Quels sont les apprentissages nécessaires ?

3.2.      Enquêtes d’usages

Sur la base d’enquêtes d’usages, il s’agit tout d’abord de se demander qui sont les contributeurs et les utilisateurs de ces dispositifs. Quels modes d’appropriation, de résistance et de détournements développent-ils ? Quelles sont les temporalités de la participation.) ? Qu’apportent les données issues de ces études en termes de modification des dispositifs et de connaissance des publics ?

3.3.      Retours d’expériences et pratiques participatives

S’intéresser aux usages implique de donner la voix aux utilisateurs et contributeurs, Quelle est leur expérience de la création, de la gestion et de la participation à ces dispositifs ? Comment les utilisateurs et contributeurs qualifient-ils leur engagement envers le patrimoine ?

  1. Questions transversales

Enfin, certaines questions sont transversales au cycle de vie du dispositif et communes à de nombreux acteurs. Il est en effet question d’interroger les limites, enjeux, potentiels, hiérarchies, inclusions, exclusions, réseaux, contextes, relations numériques et non-numériques… qu’impliquent, créent, atténuent ou renforcent les dispositifs numériques relatifs au patrimoine, ainsi que les modèles de participation déployés dans leur conception, leur fonctionnement ou leurs usages.

4.1.      Démocratie et citoyenneté

Le contexte plus général dans lequel s’inscrivent ces dispositifs implique d’interroger les liens entre leur gouvernance, la démocratisation du patrimoine, la démocratie patrimoniale et le patrimoine citoyen. Ainsi, les dispositifs participatifs définissent-ils et mettent-ils en pratique certaines idées de la citoyenneté et de la démocratie participative ou s’inscrivent-ils dans un effet de mode, une injonction, qui n’apporte rien ou peu à la participation citoyenne ? Que permettent-ils de dire sur des notions émergentes dans les études sur le patrimoine, comme la démocratie patrimoniale (Tornatore, 2017) ou le patrimoine citoyen (Lewi et Smith, 2016) ?

4.2.      Connaissances et médiations du patrimoine

Si l’on a souligné les raisons de la mise en œuvre de tels dispositifs, il s’agit maintenant de s’interroger sur leurs effets potentiels en termes de connaissance, de diffusion et de transmission du patrimoine. De quelle manière les institutions, associations, amateurs se sont ou pas emparés des outils numériques participatifs pour continuer leurs actions de connaissance et médiation du patrimoine ? Quelles sont les relations réelles ou imaginées au patrimoine que ces dispositifs proposent ? Les dispositifs changent-ils les relations aux lieux, aux objets, aux espaces ? Induisent-ils des changements dans les relations entre amateurs et professionnels du patrimoine ? Si oui, lesquels, sinon, pourquoi ?

L’objectif de ces rencontres interprofessionnelles est de favoriser la discussion et l’échange entre les différentes professions et passionnés du patrimoine par l’apport d’éléments de réponses à ces questions. En alternant exposés et tables rondes, nous invitons les chercheurs en sciences sociales et en informatique, concepteurs, ingénieurs en informatique, professionnels du patrimoine et de la médiation, utilisateurs et contributeurs à rendre compte de leur expérience ou d’un cas d’étude en particulier. Les dispositifs présentés peuvent être variés : crowdsourcing ; géolocalisation de patrimoine sous forme de carte, de visite thématique ou d’audio-guide ; visite virtuelle en 3D (reconstitution ou modélisation) ou sous forme de photos panoramiques ; bases de données participatives, etc. Ils doivent cependant intégrer une ou des fonctionnalités participatives : tagging, commentaire, correction, transcription, ajout de données, dépôt de documents (photos, vidéos, souvenirs,…), etc. Il n’est enfin pas question de s’en tenir au patrimoine officiel ou monumental, mais bien d’inclure le patrimoine culturel immatériel, le patrimoine industriel, le petit patrimoine, le patrimoine mémoriel, le patrimoine naturel.

 

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont attendues pour le 5 juillet 2019 en précisant si vous désirez présenter un exposé (présentation de 20 minutes) ou prendre part à une table ronde (présentation de 10 minutes et discussion).

Format de la proposition (doc ou .odt) :

1ère page : le titre de la communication, une présentation de l’intervenant-e (pouvant inclure des références bibliographiques; 500 signes maximum avec indication du nom, prénom et, le cas échéant, appartenance institutionnelle) et adresse de courrier électronique ;

. Page(s) suivante(s) anonyme(s) : le titre de la communication, la proposition de communication de 3 000 signes maximum espaces compris, bibliographie indicative non incluse ;

Soumettre sur la plateforme SciencesConf sur l’URL suivant (actif dès le 13 mai 2019) : https://patri-parti-num.sciencesconf.org/

Calendrier :

Publication de l’appel : 6 mai 2019

Envoi des propositions : 5 juillet 2019

Annonce des propositions retenues : mi-septembre 2019

Rencontres : 17-18 mars 2020 (2 jours)

Lieu : Charleroi (Belgique)

Comité d’organisation

Manon Istasse, Université Libre de Bruxelles, LAMC

Marie Cambone, Université Grenoble-Alpes, GRESEC

Comité scientifique (en cours de constitution) :

Florence Andreacola – SIC – Université Grenoble Alpes / GRESEC

Emmanuelle de Champs de St-Léger – Histoire et civilisation britannique – Université de Cergy-Pontoise/AGORA

Noémie Couillard – Docteure en muséologie – CNE, co-directrice de l’agence Voix/Publics

Emilie Flon – SIC – Université Grenoble Alpes / GRESEC

Camille Jutant – SIC – Université Lumière Lyon 2 / ELICO

Nicolas Navarro – SIC – Université Lumière Lyon 2 / ELICO

Patrick Pecatte – Chercheur indépendant – Animateur du projet collaboratif PhotosNormandie

Jean-Alexandre Pouleur – Architecte – Université de Mons

Xavier de la Selle – Directeur des Musées Gadagne (Lyon)

Eric Triquet – SIC – Université d’Avignon / CNE

Bibliographie

Affleck, Janice, et Thomas Kvan. 2008. « A Virtual Community as the Context for Discursive Interpretation: A Role in Cultural Heritage Engagement ». International Journal of Heritage Studies 14 (3) : 268-80.

Aigner, Anita. 2016. « Heritage-making ‘from below’: the politics of exhibiting architectural heritage on the Internet – a case study ». International Journal of Heritage Studies 22 (3) : 181-99.

Alatalo, Toni, Pouke Matti, Koskela Timo, Hurskainen Tomi, Florea Ciprian et Ojala Timo, 2017, « Two real-world case studies on 3D web applications for participatory urban planning », Proceedings of the 22nd International Conference on 3D Web Technology, Brisbane, Juin 2017

Andreacola, Florence, Marie-Sylvie Poli et Éric SanJuan. 2015. « La participation informatique de l’usager d’un musée ». In I. Saleh, V. Carayol, et al. (coord.), H2PTM 2015. Le numérique à l’ère de l’Internet des objets, de l’hypertexte à l’hyper-objet, Londres : ISTE éditions : 331-345.

Bordeaux Marie-Christine, et Françoise Liot. 2012. « La participation des habitants à la vie artistique et culturelle ». L’Observatoire des politiques culturelles 40.

Bouyé, Édouard. 2012. « Le Web collaboratif dans les services d’archives publics : un pari sur l’intelligence et la motivation des publics ». La Gazette des archives 227 (3) : 125‑36.

Cambone, Marie. 2016. « L’expérimentation SmartCity à la Cité internationale : une réactualisation du paradigme de la participation dans le secteur patrimonial », Les Enjeux de l’information et de la communication [en ligne], disponible : https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2016-supplementA/04-Cambone/home.html

Casemajor-Loustau, Nathalie. 2012. « La participation culturelle sur Internet : encadrement et appropriations transgressives du patrimoine numérisé ». Communication et langages 171 : 81-98.

Chagnaud, Clément, John Samuel, Sylvie Servigne, Gilles Gesquière. 2016. Visualization of documented 3D cities, in: Proceedings of the Eurographics Workshop on Urban Data Modelling and Visualisation. Eurographics Association : 87–93.

Dalbavie et al. 2016. « Faire l’expérience de dispositifs numériques de visite et en suivre l’appropriation publique : vers de nouveaux rapports aux œuvres et aux lieux de l’expérience ?. Etudes de communication 46 : 109-128.

Doueihi, Milad. 2011. Pour un humanisme numérique. Paris : éd. du Seuil

Flichy, Patrice. 2010. Le sacre de l’amateur : sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique. Paris : éd. du Seuil.

Gallego, Irene. 2015. « Les groupes Facebook comme dispositif de médiation patrimoniale du music-hall à Barcelone ». Études de communication 45 : 35-52.

Giaccardi, Elisa (éd). 2012. Heritage and social media: understanding heritage in a participatory culture. New York, NY: Routledge.

Gregory, Jenny. 2015. « Connecting with the Past through Social Media: The ‘Beautiful Buildings and Cool Places Perth Has Lost’ Facebook Group ». International Journal of Heritage Studies 21 (1) : 22-45.

Istasse, Manon. 2017. « Facebook et les amateurs d’histoire et de patrimoine : participation, engagement et démocratie ». Réseaux 206 : 189-215.

Jenkins, Henri. 2006. Fans, Bloggers, and Gamers: Exploring Participatory Culture. New York : New-York University Press.

Maina, Job King’or et Hussein Suleman. 2015. « Enhancing Digital Heritage Archives Using Gamified Annotations ». International Conference on Asian Digital Libraries. Springer : 169–179.

Manuel, Adeline. 2016. Annotation sémantique 2D/3D d’images spatialisées pour la documentation et l’analyse d’objets patrimoniaux. Thèse de doctorat soutenue à l’Ecole nationale supérieure d’arts et métiers-ENSAM.

Michel, Christine, Marie-Thérèse Têtu, Pierre-Antoine Champin, et Laetitia Pot. 2016. « Stimuler la patrimonialisation socio-culturelle par des plateformes du web ». Les Cahiers du numérique 12 (3) : 31-50.

Moirez, Pauline. 2013. « Bibliothèques, crowdsourcing, métadonnées sociales ». Bulletin des bibliothèques de France 5 : 32‑36.

Münster, Sander, Wolfgang Hegel et Cindy KrÖber, 2016, « A Model Classification for 3D Reconstruction in the Context of Humanities Research ». Dans Sander Münster, Mieke Pfarr-Harfst, Piotr Kuroczyἠski and Marinos Ioannodes (dir.), 3D Research Challenges in Cultural Heritage II. How to manage Data and Knowledge Related to Interpretative Digital 3D Reconstructions of Cultural Heritage. Basel : Springer : 3-31.

Münster, Sander, Christopher Georgi, Katrina Heijne, Kevin Klamert, Jörg Rainer-Noennig, Matthias Pump, Benjamin Stelzle et Han van der Meer. 2017. « How to involve inhabitants in urban design planning by using digital tools? An overview on a state of the art, key challenges and promising approaches »Procedia Computer Science (112) : 2391–2405.

Poux, Florent, Romain Neuville, Line Van Wersch, Gilles-Antoine Nys et Roland Billen. 2017. « 3D Point Clouds in Archaeology: Advances in Acquisition, Processing and Knowledge Integration Applied to Quasi-Planar Objects ». Geosciences 7 (4).

Ridge, Mia. 2013. « From Tagging to Theorizing ; Deepening Engagement with Cultural Heritage through Crowdsourcing ». Curator, The Museum Journal 56 (4) : 435-450.

Samuel, John, Clémentine Périnaud, Sylvie Servigne, Georges Gay et Gilles Gesquière. 2016. « Representation and Visualization of Urban Fabric through Historical Documents ». EUROGRAPHICS Workshop on Graphics and Cultural Heritage.

Sandri, Eva, « Interroger le rôle de l’usager : l’imaginaire de la médiation participative en question », Colloque L’innovation ouverte : enjeux partagés entre la recherche et la pratique, ACFAS, 26 mai 2015.

Santos, Pedro, Sebastien Pena Serna, André Stork, Dieter Fellner. 2014. « The potential of 3D internet in the cultural heritage domain ». 3D Research Challenges in Cultural Heritage. Springer : 1–17.

Tornatore, Jean-Louis. 2017. « Patrimoine vivant et contributions citoyennes. Penser le patrimoine “devant” l’Anthropocène ». In Situ 33. Disponible : http://journals.openedition.org/insitu/15606

Valois-Nadeau, Fannie. 2016. Rethinking heritagization through the digitization of familial archives. Reset 6. Disponible : https://reset.revues.org/773

[1]https://home.mis.u-picardie.fr/~sfr-np/wordpress/wp-content/uploads/2018/10/JourneeSFR_USAGES.pdf

[2] Plusieurs rencontres thématiques ont été organisées récemment sur le sujet comme les journées professionnelles “Participer-Participez” organisées par la Direction générale des Patrimoines et l’Institut National du patrimoine en 2017 (http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Connaissance-des-patrimoines/Actualites/Participer-Participez-!-Patrimoines-et-dispositifs-participatifs), les rencontres “Culture Numérique” 2015 du Ministère de la Culture (http://www.rencontres-numeriques.org/2015/mediation/?action=programme)

[3] Un colloque dédiée au crowdsourcing qui s’est tenu à Angers en 2017 (http://cirpall.univ-angers.fr/fr/les-activites/actualites/colloques/colloque-crowdsourcing.html) et a rassemblé chercheurs et professionnels. De nombreux projets, comme ceux inscrits dans le LabEx IMU(http://imu.universite-lyon.fr/) de l’Université de Lyon, Monuments aux morts (https://monumentsmorts.univ-lille.fr/) ou Wikipatrimoine (http://wikipatrimoine.parisnanterre.fr/) de l’Université de Nanterre, allient chercheurs et professionnels du patrimoine. Des formations dispensées à l’Université de Nanterre (https://formation-continue.parisnanterre.fr/parcours-dispositifs-numeriques-et-mediations-culturelles-828256.kjsp?RH=1519399451376) .

[4] Convention pour la Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2004), Convention de Faro (2005), Recommandations concernant le Paysage Urbain Historique (2011).

CFP: Colloque “Le chantier cathédral en Europe” : date de soumission des communications repoussée au 10 mai 2019

La direction générale des Patrimoines (ministère de la Culture) et le Centre André-Chastel, avec le soutien du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe », de l’Institut national du Patrimoine et de l’Observatoire des patrimoines Sorbonne Université, organisent à Paris (auditorium de l’INP), du 23 au 25 octobre 2019, un colloque international intitulé “Le chantier cathédral en Europe : diffusion et sauvegarde des savoirs, savoir-faire et matériaux du Moyen Âge à nos jours”.

Il prolonge, en élargissant, dans l’espace et dans le temps, son champ d’étude, le dépôt auprès de l’UNESCO, par 18 ateliers de cathédrales de 5 pays européens, d’une candidature commune, « Les techniques artisanales et les pratiques coutumières des ateliers de cathédrales en Europe », au Registre des bonnes pratiques de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

À cette manifestation scientifique, proposant de questionner – sur le temps long et au prisme de la notion de circulation des savoirs -, la spécificité et la richesse des savoir-faire techniques, les modalités de transmission des métiers et les principes d’innovation technologique, qui, depuis l’origine et jusqu’à nos jours, caractérisent les chantiers des cathédrales, le récent sinistre survenu à la cathédrale Notre-Dame de Paris confère une résonance singulière.

La date-butoir d’envoi des propositions de communications, initialement fixée au 20 avril, est repoussée au vendredi 10 mai 2019.

Les contributions sont à adresser à :
– Isabelle Chave (direction générale des Patrimoines) : isabelle.chave@culture.gouv.fr
– Étienne Faisant (Centre André-Chastel/labEx EHNE) : labexehne7@hotmail.com  et  etienne.faisant.2@paris-sorbonne.fr

Appel à communications et modalités de soumission des propositions

http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel/Actualites/Appel-a-communications-colloque-Le-chantier-cathedral-en-Europe-2019

 

CFP: La restitution des biens culturels africains : une question toujours en débat

Les Cahiers du Celhto, n°005, décembre 2019

Appel à contribution

La restitution des biens culturels africains : une question toujours en débat

Argumentaire général :

En Afrique et en Europe notamment, ces dernières décennies ont été marquées par des débats emprunts de vives controverses entre les anciennes colonies et les anciennes métropoles sur des réalités en lien avec la colonisation. L’une des premières grandes questions en débat dans ce cadre fut et reste encore la restitution d’archives dites coloniales aux pays anciennement colonisés ou la déclassification de certains fonds jusqu’ici non-consultables. Les controverses sur cette question ont connu leur paroxysme lorsque récemment, à la faveur d’une forte campagne médiatique, une polémique scientifique[1]est née à l’aune de la publication de l’ouvrage de Philippe Artière et alii intitulé, Sexe, Race, et Colonies[2], produit sur la base des archives particulières liées à la domination sexuelle pendant la période coloniale.

L’autre question non moins importante ayant connu un regain d’intérêt est celle de la rétrocession aux Africains, des objets d’art ou plus globalement, des biens culturels « pillés » par les explorateurs coloniaux de tous acabits. En effet, suite à la demande du président béninois Patrice Talon adressée à la France en 2016 par laquelle il sollicitait la restitution des biens emportés lors de la prise d’Abomey, c’est à Ouagadougou, le 28 novembre 2017, que le président français Emmanuel Macron, alors en visite officielle,  annonça sa volonté de faire restituer par la France à l’Afrique de façon définitive ou temporaire, sur les cinq années à venir (2018-2022), les dizaines de milliers de biens culturels « pillés » pendant la colonisation, bien entendu sous certaines conditions à étudier[3]. En mars 2018, à l’occasion d’une visite du président béninois patrice Talon à l’Élysée, Emmanuel Macron en profita pour annoncer la mise sur pied d’une commission de réflexion et de consultation devant se pencher sur la question. Dirigée par la française Bénédicte Savoy et le Sénégalais Felwine Sarr, la commission réussit à rendre sa copie dans les délais impartis. Revenant sur les recommandations contenues dans le rapport, Jeune Afrique, dans sa parution du 21 novembre 2018, écrit :

Dans leurs recommandations, les auteurs du rapport préconisent «la restitution rapide» des objets prélevés en Afrique par la force ou « présumés acquis dans des conditions inéquitables ». Rentrent dans cette définition les objets saisis « lors d’affrontements militaires », ceux acquis « par des personnels militaires ou administratifs actifs sur le continent pendant la période coloniale (1885-1960) ou par leurs descendants ». Idem pour les pièces récupérées « lors de missions scientifiques antérieures à 1960 ». Les objets « oubliés » – c’est-à-dire qui avaient été prêtés par des institutions africaines à certains musées pour des expositions ou des campagnes de restauration mais n’ont jamais été rendus – sont aussi concernés[4].

Considérée comme révolutionnaire du fait que, c’est la première fois qu’un sujet qui se traitait jusque-là au cas par cas à l’échelle de l’Europe venait d’être évoqué dans une approche globale, cette démarche macronienne a ravivé les débats sur la question. Que ce soit les médias internationaux ou des journaux crédibles, chacun y allait de son sel. C’est ainsi que Jeune Afrique y a consacré plusieurs de ses parutions dont on peut citer, entre autres, ceux portant les titres respectifs suivants : « Restitution des biens culturels africains : où en est réellement l’Europe ? » (du 17 novembre 2017) ; « Restitution du patrimoine africain : des grandes annonces aux actes » (du 18 octobre 2 à18) ; « Culture : ce qu’il faut retenir du rapport commandé par Macron sur la restitution du patrimoine africain » (du 21 novembre 2018).

À travers ces différentes publications, on comprend aisément que le débat sur la restitution des biens culturels à l’Afrique est relativement ancien. Déjà en 1981, la question avait été posée par certains pays africains sans grand succès. Le journal a également évoqué les différentes approches initiées en la matière aussi bien par le Royaume Uni, l’Allemagne, que par la Belgique… ayant conduit soit à la réticence des pays bénéficiaires de la spoliation des biens culturels, au motif que les conditions n’étaient pas réunies pour la rétrocession, soit à la restitution vaille que vaille de quelques-uns de ces biens de façon symbolique, à l’instar de la statuette d’oiseau rendue en 2003, au Zimbabwe par le musée ethnologique de Berlin ou encore de l’Obélisque d’Axoum, spolié par Mussolini en 1937 et restitué en 2005 par l’Italie à l’Éthiopie[5].

Du côté des pays africains, l’Unesco s’est montrée favorable à les accompagner dans cette bataille, et pour cause ! L’institution onusienne s’est appuyée sur sa propre convention de 1970 ayant pour objet d’obliger les États signataires à restituer le patrimoine sorti illicitement (pillages, trafics, etc.) aux États propriétaires. La bataille ainsi engagée a conduit notamment dans les pays de l’Union européenne à l’amélioration du cadre juridique devant régir la procédure de rétrocession. Mais, l’une des polémiques reste le devenir de ces biens une fois rendus aux propriétaires. En effet l’Afrique dispose-t-elle  de musées dignes de ce nom pour assurer la conservation, dans les normes internationales, de ces biens une fois leur restitution opérée? Cette question vaut son pesant d’or. Car, lorsqu’on observe l’état de certains espaces muséaux sur le continent africain, on est en droit de se demander où seront stockés ces biens culturels dont on réclame tant le retour. Des exceptions existent cependant : le Gabon et le Sénégal,  Libreville et Dakar venant d’ouvrir, pour le premier le nouveau musée national d’arts et traditions et  pour le second, le grand musée des civilisations noires.

Le Centre d’études linguistiques et historiques par tradition orale (CELHTO), qui se veut à l’avant-garde des grands débats sur les questions culturelles sur le continent africain a décidé de saisir la balle au bond pour apporter sa contribution scientifique. Voilà pourquoi il a décidé de consacrer le cinquième numéro de sa revue Les Cahiers du CELHTO à cette question d’actualité, suivant les axes non-exhaustifs ci-après :

–                Typologie des biens culturels et leurs conservations ;

–                Contextes historiques de « pillage » des biens culturels africains : acteurs et stratégies ;

–                L’historicité de la question de restitution des biens culturels à l’Afrique ;

–                Des tentatives de rétrocession réussies ou échouées ;

–                Le cadre juridique de la restitution des biens culturels à l’Afrique ;

–                Le financement de la restitution des biens culturels ;

–                La conservation des biens culturels restitués à l’Afrique ;

–                La protection des biens culturels contre le pillage ;

–                La rétrocession des archives coloniales ;

–                Etc.

Calendrier

  Du 10 janvier au 31 mai 2019 : réception des articles;

  Du 1er juin au 30 septembre 2019 : évaluation des articles ;

 Du 1er au 30 octobre 2019 : correction par les auteurs des articles retenus ;

 Novembre 2019 : travail de rédaction ;

 Fin décembre 2019 : parution de la revue en version papier.

NB : Ce numéro sera consacré pour les 2/3 au thème retenu (soit 10 articles) et pour le 1/3 aux Varia (soit 5 articles). Pour les deux rubriques, seuls les 15 meilleurs manuscrits retenus par le Conseil scientifique de la revue seront publiés. Les auteurs sont invités à rédiger leur manuscrit selon les normes de la revue Les Cahiers du CELHTO, ci-dessous. Le non-respect scrupuleux de ces normes est éliminatoire.

Les manuscrits doivent être envoyés aux adresses suivantes : cahiers.celhto@gmail.com avec copie à publications@celhto.org

Les Cahiers du Celhto, n°005, December 2019

Call for papers

Theme: The restitution of African cultural property: a subject still under debate

 

General argument:

In Africa and Europe in particular, these last decades have been marked by controversial debates between the former colonies and the former cities on realities related to colonization. One of the first major issues under debate in this context was and still is the recovery of so-called colonial archives to formerly colonized countries or the declassification of some cultural artifacts which were previously not accessible. The controversies on this issue reached their climax when recently, as the result of a strong media campaign, a scientific controversy arose in light of the publication of the book by Philippe Artière et alii titled, Sex, Race, and Colonies, produced on the basis of special records related to sexual domination during the colonial period.

The other no less important issue that has been revived is the recovery of art objects or more generally, cultural objects “looted” by all types of colonial explorers to Africans.

Indeed, following the request by the Beninese President Patrice Talon for the recovery of objects taken during the capture of Abomey addressed to France in 2016, it is in Ouagadougou, November 28, 2017, that the French president Emmanuel Macron, then on an official visit, announced his will to have France return to Africa permanently or temporarily, over the next five years (2018-2022), tens of thousands of cultural objects “looted” during colonization, of course under certain conditions to be determined.

In March 2018, during a visit by Beninese President Patrice Talon to the Elysee, Emmanuel Macron took the opportunity to announce the establishment of a commission of reflection and consultation to address the issue. Led by a French woman, Bénédicte Savoy, and a Senegalese man, Felwine Sarr, the commission managed to complete its report on time. Returning to the recommendations contained in the report, Jeune Afrique, in its publication of November 21, 2018, writes:

In their recommendations, the authors of the report advocate “the prompt recovery” of objects taken in Africa by force or “presumed to have been acquired under unfair conditions”. Included in this definition are objects seized “during military confrontations”, those acquired “by military or administrative personnel active on the continent during the colonial period (1885-1960) or by their descendants”. Same for objects recovered “during scientific missions prior to 1960”. “Forgotten” objects – that is, those that have been loaned by African institutions to some museums for exhibitions or restoration campaigns but have never been returned – are also concerned.[6].

Considered as revolutionary because it is the first time that a subject that had been treated on a case-by-case basis across Europe had been evoked in a global way, this Macronian approach has revived debates on the issue. Whether it was the international media or credible newspapers, everyone was interested. Thus, Jeune Afrique  devoted several of its publications, among which are those bearing the respective titles « Restitution des biens culturels africains : où en est réellement l’Europe ? » (Novembre17  2017) ; « Restitution du patrimoine africain : des grandes annonces aux actes » (Octobre 18, 2 to18) ; « Culture : ce qu’il faut retenir du rapport commandé par Macron sur la restitution du patrimoine africain » (November 21, 2018).

Through these various publications, it is easy to understand that the debate on the recovery of cultural objects to Africa is relatively old. Already in 1981, the subject was raised by some African countries without much success. The paper also referred to the different approaches initiated in this area by the United Kingdom, Germany, as well as by Belgium … leading either to the reticence of the countries who benefited from the theft of cultural objects, on the grounds that the conditions were not met for the recovery of the objects, or the symbolic recovery of some of these goods, like the bird statue returned in 2003, to Zimbabwe by the ethnological museum of Berlin or even the Aksum Obelisk, plundered by Mussolini in 1937 and returned in 2005 by Italy to Ethiopia[7].

On the side of African countries, Unesco has shown support to accompany them in this battle, and for good reason! The UN institution relied on its own 1970 convention to oblige signatory states to return to the owner states, objects that were illicitly taken (looting, trafficking, etc.). The battle led to the improvement of the legal framework governing the retrocession process, in particular in the countries of the European Union. But, one of the controversies remains the future of these objects once returned to the owners. Indeed, does Africa have museums worthy of the name to ensure the conservation, in international standards, of these objects once they have been returned? This question is worth its weight in gold. Because, when one observes the state of certain museums on the African continent, one is entitled to wonder where these cultural objects will be stored whose recovery has been requested. Exceptions exist however: Gabon and Senegal, Libreville and Dakar have firstly just opened a new national museum of arts and traditions and secondly, the great museum of black civilizations.

 

The Centre for linguistic and historical studies by oral tradition (CELHTO), which is at the forefront of major debates on cultural issues on the African continent, has decided to grab the ball and make a scientific contribution. This is why he decided to devote the fifth issue of his journal Cahiers du CELHTO to this topical issue, along the following non-exhaustive lines:

–       Typology of cultural property and their conservation;

–       The historical contexts of the “looting” of African cultural property: actors and strategies;

–       The history of the question of the restitution of cultural property to Africa;

–       Successful or failed retrocession attempts;

–       The legal framework for the restitution of cultural property to Africa;

–       The financing of the restitution of cultural property;

–       The conservation of cultural property returned to Africa;

–       The protection of cultural property against looting;

–       The recovery of the colonial archives;

–       Etc.

Timeframe

ü  From January 10 to May 31, 2019: receipt of papers;

ü  From June 1st to September 30th, 2019: evaluation of papers;

ü  From 1st to 30th October 2019: correction by the authors of the selected papers;

ü  November 2019: work on drafting paper;

ü  End of December 2019: publication of the journal in paper version.

NB: Two thirds of this issue will be dedicated to the chosen theme (i.e. 10 articles) and 1/3 to Varia (i.e. 5 articles). For both sections, only the 15 best manuscripts selected by the journal’s Scientific Council will be published. Authors are invited to write their papers in line with the standards of the journal Les Cahiers du CELHTO, below. The clear disregard of these standards will result in disqualification.

Papers should be sent to the following addresses: cahiers.celhto@gmail.com copied to publications@celhto.org

[1] Philippe Artières, « Sexe, Race et Colonies : livre d’histoire ou beau livre ? », Libération, 30 septembre 2018 ; Kaoutar Harchi, « Quand l’art est l’autre nom de la violence », Le nouveau magazine littéraire, 12 octobre 2018.

[2] Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Pascal Blanchard, Jacques Martial, Achille Mbembe, Leïla Slimani, Christelle Taraud et Dominic Thomas (dir.), Sexe, race et colonies, Paris, La Découverte, 2018.

[3] Viviane Forson, Le point Afriquehttp://afrique.lepoint.fr/culture/restitution-des-biens-culturels-africains-ou-en-est-reellement-l-europe-17-11-2018-2272210_2256.php, consulté le 22 décembre 2018 à 19h47.

[4] Alain Aka, https://www.jeuneafrique.com/668966/culture/culture-ce-quil-faut-retenir-du-rapport-commande-par-macron-sur-la-restitution-du-patrimoine-africain/ consulté le 22 décembre 2018 à 20h15.

[5] Idem.

[6] Alain Aka, https://www.jeuneafrique.com/668966/culture/culture-ce-quil-faut-retenir-du-rapport-commande-par-macron-sur-la-restitution-du-patrimoine-africain/ Accessed on December  22, 2018 at 20h15.

 

[7] Idem.

CFP: Revue In Situ – Revue des patrimoines / appel à contributions : “Le patrimoine des écoles d’art : regards croisés France/Italie”

In Situ – Revue des patrimoines

Appel à contributions

Le patrimoine des écoles d’art : regards croisés France/Italie

Coordination scientifique
Morwena Joly-Parvex, conservateur du patrimoine au Centre des monuments nationaux, en collaboration avec Hélène Palouzié (DRAC Occitanie) et Sarah Linford (Accademia di Belle Arti di Roma)

Ce numéro d’In Situ s’articulera autour de plusieurs axes :
– Le patrimoine des écoles d’art du territoire français s’est-il constitué en rapport ou indépendamment du modèle parisien ? Le modèle italien est-il également influent en dehors de Paris ?
– L’exemple italien : comment se sont constituées les collections des écoles d’art par rapport aux écoles (accademie) de Rome et de Florence ?
– Le patrimoine contemporain : quel est le rôle des modèles français et italiens dans les écoles étrangères en cours de constitution ? quel avenir pour le patrimoine des écoles d’art et de design ? quelle valorisation ? quels enjeux ? Quelle réflexion mener sur la « patrimonialisation » en cours, au sein des écoles d’art, de support pédagogiques ou de productions d’élèves ?

Propositions de contributions
Les articles proposés peuvent être de différents ordres : soit synthétiques et/ou comparatifs, soit davantage centrés sur la description d’une collection, à condition qu’ils soient largement illustrés. Ils doivent contenir une part inédite de recherche, d’hypothèse ou de mise à jour ; ils ne peuvent reprendre la totalité d’un article déjà paru.

Si vous souhaitez contribuer à ce numéro, nous vous remercions d’envoyer avant fin avril 2019 un résumé de votre proposition de 1 500 signes au maximum, ainsi qu’un court CV par voie postale :
Ministère de la Culture
Direction générale des Patrimoines
Revue In Situ
6 rue des Pyramides
75001 Paris
A l’attention de Françoise Cosler

Ou par courriel : francoise.cosler@culture.gouv.fr

Envoyer une copie de votre proposition à : morwena.joly-parvex@monuments-nationaux.fr, selinford@gmail.com et helene.palouzie@culture.gouv.fr

Les textes eux-mêmes sont attendus pour le mois de septembre 2019.
La taille des articles sera comprise entre 15 000 et 35 000 signes

Les recommandations aux auteurs concernant le nombre de pages ou d’images, les droits de
l’iconographie, l’insertion de notes et de liens, etc., sont consultables sur le site de la revue :
https://journals.openedition.org/insitu/401

CFP: DEADLINE 8TH APRIL****PANEL ON HERITAGE AND NATURE CONSERVATION (ASA 2019)

The call for papers for our panel at this year’s ASA Annual Conference in Norwich (3rd to 6th of September) entitled Ferality and Fidelity: Conservation As a Space of Social Reproduction ends on the 8th of April. We are accepting submissions from scholars working on conservation of any variety, whether it be nature, wildlife, heritage or material culture. Please see below for details and please forward to any others you think may be interested.

Call for Submissions: ASA Panel (C01) Ferality and Fidelity: Conservation as a Space of Social Reproduction

This is a call for papers to submit to a panel at the ASA Annual Conference in Norwich this September. The aim of the panel is to broker a dialogue across different sections of anthropology concerned with the idea of conservation (of material culture and of nature) as an agent of continuity and rupture, with regard to state intervention and resistance to it. How is conservation as a social form and category of knowledge crystallised and reproduced?

We encourage submissions from people with a range of different interests, including wildlife conservation, political ecology, society and environment, heritage, visual and material culture. Please see below for the abstract as well as the link to the conference website’s call for papers.
Please indicate the panel code (C01) when submitting an abstract. We look forward to your insights.

Timothy P.A Cooper and Adam Runacres,
Dept. of Anthropology, University College London.

Abstract:
Through dialogue between ethnographic studies of material culture, heritage, wildlife, and conservation, this panel explores the parallels and dissonances among anthropological sub-disciplines’ understandings of conservation. In each case, conservation emerges from a desire for fidelity; a concern with preserving, returning to, or imitating an – ultimately constructed – ideal, whether it be a certain idea of nature and wildness, or of origins and completeness. Often both the poison and the cure for problems of asserting order over objects of conservation is wildness itself and its instability; the feral, unruly, often non-human collaborators that atrophy objects but regenerate landscapes. When the pursuit of fidelity falls under the control and intervention of the state, conservation becomes a domain in which censorship, intervention, and authority unfold. However, top-down notions of continuity can become practices of ongoing rupture for local actors, who may negotiate or subvert these processes through the appropriation and circulation of resources. Such acts re-define both the space of conservation and what is reproduced and conserved. This panel calls for a discussion between scholars across material culture, social anthropology, political ecology and wildlife conservation in order to interrogate conservation as a discursive space of ethnographic enquiry. We ask: How is conservation as a social form and category of knowledge crystallised and reproduced? In what ways does the state intervene on such spheres of reproduction through censorship or authority? What role do non-state actors play in resisting that censorship, intervention, and authority by attempting to (re)gain control over material or natural resources?

Please see the following link for the call for papers: https://emea01.safelinks.protection.outlook.com/?url=https%3A%2F%2Fwww.theasa.org%2Fconferences%2Fasa19%2Fcfp&data=02%7C01%7Cadam.runacres.15%40UCL.AC.UK%7C7320d0a329c3487c7d4108d6a6ed3ae9%7C1faf88fea9984c5b93c9210a11d9a5c2%7C0%7C0%7C636879935153848137&sdata=u5mKg0MzAoCZNP8yFdeFAPVNzwWMrASweK3ZH8UJLG8%3D&reserved=0

CFP: Revista CEM/Cultura, Espaço e Memória, nº 11 – 2020 – 1º Semestre | HERITAGE LANDSCAPES

Apelo a contribuições

Revista CEM/Cultura, Espaço e Memória, nº 11 – 2020/1

«Paisagens Patrimoniais»

 

Call for papers

Journal CEM/Culture, Space and Memory, nº 11 – 2020/1

«Heritage Landscapes»

 

 

O CITCEM – Centro de Investigação Transdisciplinar «Cultura, Espaço e Memória» convida ao envio de propostas de artigos para a sua Revista CEM/Cultura, Espaço e Memória 11 – 2020, subordinada ao tema Paisagens Patrimoniais

The CITCEM – Transdisciplinary Research Centre «Culture, Space and Memory» invites researchers to submit papers to be published in its Journal CEM/Cultura, Espaço e Memória 11 – 2020, on the theme Heritage Landscapes

 

Os trabalhos deverão ser enviados para citcem@letras.up.pt com o assunto: «CEM 11 (2020) – [Nome autor]».

Papers should be sent to citcem@letras.up.pt with the subject: «CEM 11 (2020) – [Author name]».

CFP: Les élèves d’Eugène Viollet-le-Duc. JE 20 et 21 février 2020, Paris

Appel à communication

Journée d’étude

Les élèves d’Eugène Viollet-le-Duc

20 et 21 février 2020 – Paris

Au cours du XIXème siècle, Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc (1814-1879) incarne une de ces figures qui dressent à travers leurs expérimentations de nouvelles pratiques de restauration. L’architecte-théoricien les formulera dans des textes qui jalonneront sa carrière. Parallèlement, la réappropriation des monuments anciens est à l’origine de sa réflexion sur l’architecture de son temps ; il voit dans l’architecture gothique les outils didactiques nécessaires pour la création d’une architecture nouvelle, rationnelle, adaptée au siècle de l’industrie. Tout au long de la carrière de l’architecte, du restaurateur ou de l’enseignant, un cercle de confrères se constitue, autour de lui et de ses idées, et développe les réflexions menées par le « maître » ; Viollet-le-Duc.

D’abord enseignant de composition d’ornement à l’École royale gratuite de dessin[1] de 1834 à 1850, il est ensuite sujet à deux mésaventures à l’École des beaux-arts : l’atelier libre rapidement avorté en 1856 et sa tentative de réforme en 1864, reçue par l’agitation des élèves entraînés par des enseignants opposés aux visions du représentant de l’architecture gothique. Il y donnera sept de ses cours, du 29 janvier au 18 mars 1864. À la suite de ce second échec à l’École des beaux-arts, il soutient Émile Trélat dans la fondation de l’École centrale d’architecture[2] en 1865. À travers son enseignement oral et à travers ses publications – de ses ouvrages à ses articles dans des revues[3] s’adressant aux professionnelles en activité -, Viollet-le-Duc a transmis son savoir et élaboré une pédagogie de l’architecture[4]. Une question reste de mise ; a-t-elle fait école ? William Le Baron Jenney (1832-1907), élève de l’École centrale des arts et manufactures se revendique de l’École violletleducienne dans « l’invention » des gratte-ciels à Chicago. Enseignant à l’Université de Michigan, il cherche à importer la pédagogie de l’architecte français et achète pour la bibliothèque de l’établissement les ouvrages nécessaires à son propre enseignement, dont les Entretiens, traduit en anglais par Henry van Brunt (1832-1903)[5]. Si la place de la pratique et du chantier[6] est centrale dans l’œuvre de Viollet-le-Duc, elle reste à explorer dans son enseignement. L’apprentissage « sur le tas », comme sur le chantier-école de la Sainte-Chapelle, fait partie des inépuisables méthodes pédagogiques en architecture. Les expérimentations liées à la nouvelle discipline qu’est la restauration, trouvent un lieu idéal de transmission des savoirs dans le chantier, identifiant les architectes du XIXe siècle à une communauté de maçons du moyen-âge se transmettant des secrets l’expérience commune, de praticien à praticien.

La journée d’étude Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc et ses élèves n’a pas l’ambition de revenir sur la carrière et les réalisations de Viollet-le-Duc déjà largement explorées par les travaux de Jean-Michel Leniaud[7], Françoise Bercé[8], Arnaud Timbert[9], Martin Bressani[10] ou Laurent Baridon[11], et lors de nombreux évènements comme des expositions[12], journées d’étude[13] ou colloques[14]. La journée d’étude proposée s’inscrit en revanche dans la continuité de celle organisée par l’école de Chaillot le 11 décembre 2014 sous le titre Viollet-le-Duc, enseignant qui regroupait notamment les communications de Jean-Paul Midant sur la diffusion de l’enseignement de Viollet-le-Duc[15], Frédérique Seitz sur l’école spéciale d’architecture[16] et Benjamin Mouton sur l’actualité de l’enseignement de Viollet-le-Duc à l’école de Chaillot[17]. Ici, on s’attachera plus particulièrement à explorer les effets de ses enseignements à travers les travaux et carrières de ses collaborateurs et élèves. Le terme d’élève est ici à prendre au sens large ; de l’élève ayant assisté à des enseignements professés par l’architecte dans l’un ou l’autre des établissements l’ayant accueilli, à des figures dont les méthodes d’enseignement, de restauration ou de construction découlent, directement ou indirectement, d’idées développées par l’architecte-théoricien, en passant par des personnalités s’autoproclamant de l’école violletleducienne.

Anatole de Baudot[18] au Trocadéro, Edmond Duthoit[19] à Abbadia, Lucjan Wiganofsky[20] à Pierrefonds, Guiraud Cals à Carcassonne, Léon Parvillé[21], Eugène Millet, Lucien Magne qui côtoie Viollet-le-Duc pendant le siège de Paris, Paul Abadie, Édouard Corroyer, Paul Gout son biographe, son propre fils Eugène-Louis Viollet-le-Duc, Victor Marie Charles Ruprich-Robert suppléant de l’architecte à l’École gratuite de dessin, Hector Guimard, William Le Baron Jenney, Maurice Ouradou son gendre, André Lecomte du Nouÿ[22] en Roumanie, Léon Gaucherel élève de Viollet-le-Duc à l’École gratuite de dessin et compagnon de voyage … ils sont nombreux à s’inscrire, au moins pour un temps, dans le sillage de Viollet-le-Duc ou à se réclamer de sa pensée. L’héritage de « seconde main », notamment chez les architectes praticiens qui n’ont que peu ou pas connu Eugène Viollet-le-Duc de son vivant mais ont reçu ses enseignements par l’intermédiaire de ses premiers élèves pourra être également exploré. Comment identifier par exemple, la présence d’une pensée violletleducienne dans la pratique des Architectes en chef des monuments historiques dont le corps est créé par le décret du 26 janvier 1892 et le premier concours de recrutement organisé en 1893-1894 ?

Partant de la liste publiée dans le catalogue de l’exposition de 1980[23], l’étude des carrières de ces personnalités qui reçoivent l’enseignement du « maître » et s’en émancipent, pourrait révéler la transmission de savoirs, de compétences, de processus de création d’un praticien à l’autre, de générations en générations. L’objectif de cette journée d’étude est de recenser et d’analyser l’héritage de Viollet-le-Duc à travers les carrières qu’il a influencées et de définir ainsi la nature et la portée de ses enseignements, la place de ses disciples, élèves, collaborateurs, alter égos dans le paysage architectural de la fin du XIXème et du début du XXème siècle.

Les travaux de recherche exposés au cours de cette journée d’étude pourront s’inscrire dans différents axes, tels que :

–        Les enseignements de Viollet-le-Duc, au sein d’institutions académiques (École gratuite de dessin, École des beaux-arts, École centrale d’architecture) ou à travers ses écrits dans lesquels il transmet tant sa théorie de la restauration, qu’un processus de projet et un catalogue de formes architecturales issues du Moyen Âge, que l’on peut classer en trois catégories ; les dictionnaires (comme le Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle[24]), les ouvrages destinés à la jeunesse (comme Histoire d’un dessinateur, comment on apprend à dessiner[25]) et les monographies (comme La Cité de Carcassonne (Aude)[26]).

–        Le chantier comme lieu d’enseignement et d’expérimentation intégrant les savoirs, les représentations et les pratiques pour intervenir sur les monuments historiques. On examinera également les transferts de connaissances et d’hommes depuis le chantier de restauration vers les chantiers de construction.

–        Les relations entre Viollet-le-Duc et ses collaborateurs dans la pratique professionnelle, l’autonomie qu’il leur octroie ou non, à la fois sur ses propres projets et lorsqu’il recommande des architectes pour une mission en France ou à l’étranger.

–        Les carrières professionnelles des élèves de Viollet-le-Duc, en mettant l’accent sur le domaine de la restauration et de la construction. Car si Viollet-le-Duc n’a pas beaucoup construit en comparaison du nombre de ses chantiers de restaurations, ses élèves ont pu construire, certains en quantité. On cherchera à retracer les présences et absences de la pensée violletleducienne dans les œuvres de ses cercles d’influence.

–        D’une génération à l’autre, les élèves deviennent eux-mêmes enseignants. Ses disciples ont enseigné à l’École des beaux-arts ou dans d’autres écoles comme Anatole de Baudot qui a fondé le cours du Trocadero devenu École de Chaillot. L’analyse des enseignements délivrés par les élèves de Viollet-le-Duc permettra de retracer les éléments qui ont fait école dans sa transmission ou au contraire, l’émancipation de ses élèves.

Contact :

elevesvld@gmail.com

Réponses :

Les réponses à l’appel à communication sont à envoyer avant le 29 avril 2019 à l’adresse email (elevesvld@gmail.com). Chaque réponse comportera :

–        Une proposition de 3 000 signes maximum en français (comportant un titre provisoire, une bibliographie raisonnée d’une dizaine de références et la mention des sources sur lesquelles s’appuiera la communication)

–        Un court CV de.s l’auteur.e.s de 1500 signes

Les propositions seront expertisées par le comité scientifique. Les réponses aux chercheur.e.s seront communiquées le 17 juin 2019.

Les chercheur.e.s séléctionné.e.s seront invité.e.s à rendre l’article au format « draft » pour le 30 novembre 2019 pour permettre l’élaboration du programme de la journée. Cet envoi comportera :

–        L’article « draft » avec son titre définitif,

–        Un résumé définitif de l’article 2 000 signes,

–        Un CV de.s l’auteur.e.s de 1500 signes éventuellement réactualisé.

Comité scientifique :

–        Arlette Auduc, agrégée d’histoire et docteure de l’EPHE, conservatrice en chef du patrimoine (H), correspondante du Comité d’histoire du ministère de la Culture

–        Martin Bressani, professeur en histoire de l’architecture et directeur de l’École d’architecture de l’Université McGill (Montréal)

–        Anne-Marie Châtelet, professeure d’histoire et de culture architecturale à l’Ensa Strasbourg, EA3400 Arche, Université de Strasbourg

–        Benjamin Mouton, architecte en chef et inspecteur des monuments historiques (H), professeur associé (H) de l’École de Chaillot

–        Arnaud Timbert, professeur des universités, Histoire de l’art médiéval, Université de Picardie-Jules Verne

–        Mercedes Volait, directrice de recherche au CNRS

–        Jean-Michel Leniaud, directeur d’études EPHE

Comité d’organisation :

–        Florence Lafourcade, architecte DE, doctorante en histoire de l’architecture (ARCHE, Université de Strasbourg)

–        Mohammed Hadjiat, architecte DE, doctorant en histoire de l’architecture (ARCHE, Université de Strasbourg / InVisu)

–        Bérénice Gaussuin, architecte DESA, du patrimoine, doctorante en architecture (LIAT, ENSA Paris-Malaquais / Université Paris-Est)

Institutions organisatrices :

–        Laboratoire Arche (Université de Strasbourg)

–        Laboratoire InVisu (CNRS/INHA)

–        Laboratoire LIAT (ENSA Paris-Malaquais / Université Paris-Est)

–        École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg

Lieu :

–        Institut National d’Histoire de l’Art

–        École nationale supérieure d’architecture de Paris Malaquais

Calendrier :

–        Lancement de l’appel à communication : 18 février 2019

–        Réception des réponses : 29 avril 2019

–        Réponses aux chercheur.e.s : 17 juin 2019

–        Réception des articles « draft » : 30 novembre 2019

–        Journée d’étude : 20 et 21 février 2020

[1] Future École nationale supérieure des arts décoratifs.

[2] L’École centrale d’architecture est aujourd’hui l’École spéciale d’architecture. Eugène Viollet-le-Duc y enseigne – avec Anatole de Baudot (en charge d’un cours de théorie) et son fils (en charge d’un cours d’histoire comparé de l’architecture) – jusqu’à la brouille de l’architecte avec Émile Trélat.

[3] Viollet-le-Duc écrit régulièrement notamment dans la Revue de l’architecture et des travaux publics dirigée par César Daly, dans l’Encyclopédie d’architecture puis dans la Gazette des architectes et du bâtiment dirigée par son fils.

[4] Notamment dans les Entretiens sur l’architecture qui sont la publication en deux volumes de ses cours à l’école des beaux-arts (Paris, Morel, 1863-1872). Viollet-le-Duc y exprime à de nombreuses reprises ce qui doit être enseigné aux futurs architectes.

[5] J.-F. Belhost, « Viollet-le-Duc et l’École Centrale des Arts et Manufactures » communication dans le cadre de la journée d’étude Viollet-le-Duc enseignant, Paris, école de Chaillot, 11 décembre 2014

[6] Arnaud Timbert, « Dans l’intimité du chantier » in L. de Finance et J.-M. Leniaud (éd.), Viollet-le-Duc: les visions d’un architecte, Paris, France, Norma : Cité de l’architecture et du patrimoine, 2014, pp. 46-51

[7] J.-M. Leniaud, Viollet-le-Duc ou les délires du système, Paris, France, Mengès, 1994

[8] F. Bercé, Viollet-le-Duc, Paris, France, Éditions du Patrimoine, Centre des monuments nationaux, DL 2013, 2013

[9] A. Timbert, Vézelay: le chevet de la Madeleine et le premier gothique bourguignon, Rennes, France, Presses universitaires de Rennes, 2009 ; A. Timbert, Restaurer et bâtir : Viollet-le-Duc en Bourgogne, Villeneuve d’Ascq, France, Presses Universitaires du Septentrion, 2013

[10] M. Bressani, Architecture and the historical imagination: Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, 1814-1879, Burlington (Vt.), Etats-Unis d’Amérique, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, 2014

[11] L. Baridon, L’imaginaire scientifique de Viollet-le-Duc, Paris, France, l’Harmattan, 1996

[12] P.-M. Auzas, Eugène Viollet-le-Duc: 1814-1879, Paris, France, Caisse nationale des monuments historiques, 1965 ; B. Foucart, Viollet-le-Duc, France. Direction du patrimoine, Caisse nationale des monuments historiques et des sites et Galeries nationales du Grand Palais (éd.), Paris, France, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1980 ; L. de Finance et J.-M. Leniaud (éd.), Viollet-le-Ducop. cit.

[13] Journée d’étude « Regards sur Viollet-le-Duc, recherches et actualités. », Cité de l’Architecture et du Patrimoine, (12 février 2015)

[14] P.-M. Auzas (éd.), Actes du Colloque international Viollet-le-Duc, Paris, 1980, Paris, France, Nouvelles éditions latines, 1982

[15] J.-P. Midant, « Viollet-le-Duc et les outils de diffusion de son enseignement », communication dans le cadre de la journée d’étude Viollet-le-Duc enseignant, Paris, école de Chaillot, 11 décembre 2014

[16] F. Seitz « La création de l’École centrale d’architecture en 1865 par Émile Trélat : le rôle et l’influence de Viollet-le-Duc » communication dans le cadre de la journée d’étude Viollet-le-Duc enseignant, Paris, école de Chaillot, 11 décembre 2014

[17] B. Mouton, « Viollet-le-Duc : un héritage pédagogique bien vivant » communication dans le cadre de la journée d’étude Viollet-le-Duc enseignant, Paris, école de Chaillot, 11 décembre 2014

[18] M.-J. Dumont, « Assurer la postérité de Viollet-le-Duc par l’enseignement : le défi d’Anatole de Baudot. » communication dans le cadre de la journée d’étude Viollet-le-Duc enseignant, Paris, école de Chaillot, 11 décembre 2014

[19] V. Delpech, Abbadia: le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, Rennes, France, Presses universitaires de Rennes, 2014 ; M. Hadjiat, Une histoire matérielle de la restauration des monuments “arabes” durant la période coloniale à Tlemcen, thèse de doctorat en cours sous la direction d’Anne-Marie Châtelet et Mercédès Volait

[20] A. Timbert, Viollet-le-Duc et Pierrefonds: histoire d’un chantier, Villeneuve-d’Ascq, France, Presses universitaires du Septentrion, 2017

[21] C. Gronier, « Léon Parvillé : dialogue entre architecture et arts décoratifs », Livraisons d’Histoire de l’Architecture, no17, 2009

[22] C. Popescu, « André Lecomte du Nouÿ (1844-1914) et la restauration des monuments historiques en Roumanie », Bulletin de la Société d’Histoire de l’Art français, Paris, Société d’Histoire de l’art français, 1999, pp. 287-308

[23] B. Foucart, Viollet-le-Ducop. cit., pp. 405-407

[24] E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 10 vol., Paris, Ed. B. Bance, A. Morel, 1854 à 1868

[25] E. Viollet-le-Duc, Histoire d’un dessinateur comment on apprend à dessiner, Paris, Ed. J. Hetzel & Cie, 1879

[26] E. Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne (Aude), Paris, Ed. Gide, 1858