Eléonore Martin

Doctorante en éthnoscénologie à l’université Paris 8, école doctorale Esthétiques, Sciences et Technologies des Arts (EDESTA. EA 1573) membre de la Société Française de l’ethnoscénologie (SOFETH). L’intitulé de ma thèse, sous la direction de M. Jean-Marie Pradier,  est ” Le Yuju à Taiwan de 1949 à nos jours : de la sauvegarde du patrimoine à l’expérimentation.”. L’aire culturelle concerne Taiwan mais aussi la République Populaire de Chine d’où est originaire le Yuju.

Voici un résumé de la problématique actuelle de mon travail :

Le Yuju (ou communément appelé ‘opéra du Henan’) à Taiwan permet de s’interroger sur l’influence d’un contexte politique complexe sur une forme spectaculaire ; et sur ce qui conditionne sa survie et son renouvellement. Il faut non seulement compter sur les facteurs politiques et économiques mais aussi sur la présence de personnalités exceptionnelles, les  « stars » quant à la survie de la forme spectaculaire par la compagnie nationale Taiwan Yuju. Cette forme spectaculaire codifiée semble se trouver devant une contradiction : celle de la sauvegarde du patrimoine (qui peut la conduire à rester figer ; se muséifier) et celle de la création. Toutes formes spectaculaires dites «traditionnelles » y sont confrontées. Qu’est-ce qui relève du « patrimoine » ?  Quelles significations peut-on donner à la présence du Yuju à Taiwan ?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: