Monthly Archives: February 2019

Workshop: Inventaire participatif du PCI en Pays Centre Ouest Bretagne : restitution publique de la 2e phase, Rostrenen, 8 mars 2019

Inventaire participatif du patrimoine culturel immatériel en Pays Centre Ouest Bretagne 
Depuis décembre 2015, un inventaire participatif du patrimoine culturel immatériel en Centre Bretagne a été lancé par l’association Bretagne Culture Diversité, en partenariat avec le Pays du Centre-Ouest Bretagne.

En 2016/2017, une première étape avait permis de rencontrer plus de 150 personnes représentant le Pays dans sa diversité qui sont venues témoigner, échanger et partager ce qui pour elles, fait partie de leur culture populaire et qu’il importe de sauvegarder et de diffuser.

Le chant, les jeux et sports traditionnels, la langue bretonne, les festoù-noz ou encore les pardons… autant d’éléments évoqués qui ont fait l’objet, en 2017/2018, d’enquêtes et d’entretiens auprès de personnes qui les font vivre au quotidien.

Aussi, pour vous présenter ces différents états des lieux, nous vous invitons à venir assister à la restitution publique de cette deuxième phase le vendredi 08 mars prochain, à Rostrenen, à la cité administrative, à partir de 18 heures. Vous trouverez l’invitation [ici].

Cette restitution sera l’occasion d’échanger ensemble sur l’avenir de ces pratiques et des actions qui peuvent être menées pour que celles-ci restent vivantes.

En espérant chaleureusement vous y voir nombreuses et nombreux, nous restons à votre disposition pour toute information.

Charles Quimbert, directeur de Bretagne Culture Diversité
Julie Léonard, responsable de l’inventaire du PCI

BCD/Sevenadurioù : 02.97.35.48.77

BRETAGNE CULTURE DIVERSITE
3, BOULEVARD COSMAO DUMANOIR
56100 LORIENT

Contactez l’expéditeur : contact@bcdiv.org

Job: Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé : offre de mission de service civique “Médiateur du patrimoine”, avril-novembre 2019

La Cité internationale de la tapisserie procède au recrutement de volontaires de service civique :
– 1 médiateur du patrimoine en charge du Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO,
– 1 médiateur du patrimoine “communication” : sensibiliser les nouveaux publics au medium tapisserie.

Informations : Christophe Jamot, chargé de mission, 05 55 66 66 66, contact@cite-tapisserie.fr

Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé – BP89 – Rue des Arts – 23200 AUBUSSON

https://www.cite-tapisserie.fr/fr/node/592/

CFP: Doctoral School in Arts and Anthropology, Heritage-making, Cape Town and Johannesburg, DL: March 30th

Call for applications, *Doctoral Winter School in Arts and Anthropology,
Heritage-making, Uses and Museumification of the Past*, Cape Town and
Johannesburg (July 22nd –  August 2nd, 2019), *DL: March 30th.*

The process of heritage-making in the context of a nation (re)building is
multifaceted. In periods of historical transition, challenges are many and
the fragility of the political context is fertile ground for revisiting the
representation of the past. To understand these processes, an
interdisciplinary engagement with contributions from history, anthropology,
archeology, political science, art history and museology is necessary.
Interdisciplinary collaboration, however, is not always easy to establish
within the existing research institutional framework, built around separate
disciplines. The main goal of this winter school is to create a doctoral
training space and interdisciplinary exchange between researchers working
on heritage- making process, uses and “museumification” of the past in
connection with nation-building, or, more broadly, the construction of
identities.

The South African context is particularly rich and provides complex
terrains for considering these issues as “a post-conflict zone whose
relationships with the past and sites of memory and trauma are being
closely scrutinized” (Meskell, 2012). Whilst Western Europe has long been
considered as the laboratory of modern heritage practices, and Germany in
particular as a fundamental example for the study of *Geschichtsbeweltigung*,
recent historiography has shown to what an extent South Africa has become
in the last decades the site of innovative theoretical approaches and
practices (e.g. Nuttall and Coetzee 1998, Davison 1998, 2005, Legassick and
Rassool 2000, Coombes 2003, Lalu 2009, Meskell 2011, Esterhuysen 2012,
Hamilton *et al.* 2012, Hamilton and Skotnes 2015, Peterson, Gavua and
Rassool 2015, to give just some examples) that are breaking new ground in
finding ways of coming to terms with difficult pasts, questioning
fundamental issues of authority and representation.

The winter school takes the form of specialized training in social science
research, developed in collaboration with different institutional partners,
scholars, artists and curators working on colonial archives, collections
and memories. The first edition was held in Istanbul, at the French
Institute of Anatolian Studies (IFEA) (June-July 2016), the second in Cape
Town (July – August 2017), the third one in Porto-Novo (July 2018).

*Format of the winter school *

The school has several components

• *lectures *covering both the methodology of research and topics such as
the history of museums or urban policies in South Africa. In addition to
this “classical” format of courses and workshops, lecturers will engage in
daily informal discussions with students to help them redesign their
research project, develop interview guides, find references and documentary
sources, etc.

• *a workshop at the **Centre for the Less Good Idea in Johannesburg* (see
below a short description)

• *guided visits of the city *(museums, contemporary art galleries and art
centres, areas affected by contemporary transformations) and, if possible,
guided visits to archaeological sites.

• *field research project*: teams of three students will conduct a research
project (interviews, participant observation, research in the central or
local national / private archives, etc.).

• *a workshop of curatorial practice* covering practices in the design of
an exhibition, from the museographic project to the development of
partnerships and mediation.

• The school will end up with the *presentation* of results of this
preliminary research in a form chosen by the PhD researchers: an oral
presentation, a scientific poster, a photo / multimedia exhibition
(excerpts from interviews, video material), a documentary film project or a
happening in a museum / artist’s studio.

*Scientific content:*

The courses and the PhD research projects will be focused on three main
themes, namely: 1. Contemporary artistic practices, 2. Urban policies and
politics of memory, 3. Museographies.

*1. Contemporary artistic practices: *We will interrogate artistic
practices operating in relationship with transformations of urban space,
political or societal amnesia. By meeting contemporary artists and visiting
museums and art spaces we will examine aesthetic, political and
epistemological dimensions of the encounter between urban and museum
policies and contemporary art. We will specifically interrogate the
continuities and differences between art / “anthropological” object(s), as
well as the performativity of the body and of the voice in the museum space.

2*. Museographies. *We invite doctoral researchers to question the process
of rewriting, renegotiation, and appropriation of the past from museum
collections (ie. Imperial, colonial, apartheid, etc.). It aims to help
students understand, explore and develop curatorial practices for the
display of historical, “ethnographic” or art objects. The lectures and
museum visits will problematize the power- knowledge inherent in the
construction of archives, the production of sources and their use for the
writing of history. We will specifically interrogate the continuities and
differences between art / “anthropological” object(s), as well as the
performativity of the body and the voice in the museum space.

3. *Urban policies and politics of memory*. The courses will focus on the
representations of the past in the urban fabric of Cape Town. They will
also address various methodologies to “read” urban space, including visual
ethnography, perspectives from science and technology studies, etc. The
intention is to invite students to reflect on how urban space itself
(re)presents different historical narratives and builds the cultural memory
of the city and the “nation”: How does one rebuild the (post)colonial,
post-apartheid city in South Africa? How specific “sites” (places, key
events in the history of colonialism, slavery, apartheid) become realms of
memory (Nora) or, in contrast, places of forgetting, of political or
societal amnesia?

*Convenors:* Monica HEINTZ, Université Paris Nanterre; Bronwyn LACE, Centre
for the Less Good Idea, Damiana OTOIU, University of Bucharest ; Anna
SEIDERER, Paris 8 University ; Jane TAYLOR, University of the Western Cape.

*Workshop at The Centre for the Less Good Idea in Johannesbourg*

The center aims to find the less good idea by creating and supporting
experimental, collaborative and cross-disciplinary arts projects. It is a
physical and immaterial space to pursue incidental discoveries made in the
process of producing work, it follows impulses, connections and
revelations. It is though as physical space for artists to come together
over two seasons every year and for curators to bring together combinations
of text, performance, image and dance (https://lessgoodidea.com/) For
Season 6, the first intensive workshop ends on 26-27th of July 2019,
Thiresh Govender (architect, urban researcher –
https://www.urbanworks.co.za/) and Sello Pesa (choreographer/performer and
director of http://www.ntsoana.co.za/) will attempt to pull performance out
of the physical confines of The Centre and on to the streets of Joburg
through a series of performed processions. For the students of the winter
school this would be the “hands on” part of the visual anthropology
classes, as some of they will be engaged in recording the event and follow
it from the center to the streets, others will subsequently edit and turn
it into a short documentary film.

The doctoral researchers will have the opportunity to meet researchers
(anthropologists, sociologists, art historians, etc.) and also artists,
museum professionals, architects and urban planners. They will also benefit
from the resources that will be made available by different local archives
and museums. The PhD students will present and collectively exchange on
their PhD research and on the field research projects.

*Selection of Participants:*

Prospective students should send a brief presentation of their doctoral
research (2-3 pages plus bibliography and sources) and a CV, in English, *by
March 30th 2019 *to heritage.doctoralschool@gmail.com. Applicants will be
notified of the issue by the April 15th, 2019.

*Logistics :*

Participation in the summer school is free. PhD students must cover their
own travel expenses. Additional funding covering travel expenses and
accommodation (shared double room) is available for students from the
region. When sending your application, please indicate if you require such
assistance.

*Winter school supported and* *organized by*

*Glissements de terrain. **Les **collections muséales réinvesties par le
champ de l’art contemporain* project of Université Paris Lumières, Paris,

*The Centre for the Less Good Idea,* Johannesburg,

Iziko Museums of South Africa, Cape Town,

University Paris 8, Saint-Denis, Laboratory Arts of images and Contemporary
Arts (AIAC),

UPN/ CNRS, Laboratory of Ethnology and Comparative Sociology,
The Francophone Regional Center for Advanced Research in
Social Sciences, University of Bucharest (CEREFREA),
French Institute of South Africa- IFAS Recherche, Johannesburg,

Seminar: 1/03: “Le musée ethnographique « Barthélémy Boganda » de Bangui” (Andrea Ceriana Mayneri)

Anthropologie politique de la mémoire.

Usages postcoloniaux du colonial. Regards croisés entre Inde et Afrique.

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 11h à 13h (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 2 novembre 2018 au 19 avril 2019.

 
Séance: vendredi 1er mars 2019 (11h-13h)
Intervenant: Andrea Ceriana Mayneri (CNRS/IMAF)
Titre: Le musée ethnographique « Barthélémy Boganda » de Bangui : mémoires et violences ordinaires dans une institution publique centrafricaine”
Résumé: Parmi les « victimes collatérales » du conflit centrafricain, le musée national de Bangui a été pillé en 2013 et, au début de l’année 2019, demeure fermé au public. Mais les pilleurs se sont surtout concentrés sur des matériaux (toiture, cadres et vitres des fenêtres) qui pouvaient être revendus sur les marchés : plus tard, une poignée de fonctionnaires a retiré les collections et les archives, désormais exposées aux intempéries, dans des caisses en bois, où elles reposent depuis. Dans un futur encore incertain, l’intervention de plusieurs acteurs présents à Bangui, essentiellement étrangers, permettra peut-être de réhabiliter le bâtiment endommagé, de réaménager les différents services et de réorganiser une exposition. Ce sera alors la répétition d’une scène déjà ancienne, dans et autour de cet espace muséal créé en 1964 par un expert israélien, l’ethnomusicologue Simha Arom, et une experte française, Geneviève Dournon, et plusieurs fois réaménagé par la coopération allemande d’abord, par celle italienne ensuite.
Mon exposé s’appuiera sur deux travaux de recherche entrelacés, qui demeurent encore à l’état fragmentaire et magmatique :  la réalisation d’un film-documentaire sur le musée de Bangui d’une part, une ethnographie auprès de son personnel de l’autre. À l’aide de quelques extraits filmés, je reviendrai sur les différentes conceptions du passé et de la mémoire qui se télescopent dans ces salles, ainsi que sur le rôle que les fonctionnaires qui l’habitent semblent attribuer à cette institution fermée au public. Je voudrais ainsi, non pas porter « un autre regard » sur la crise centrafricaine et ses violences, mais commencer à saisir des moments particuliers et ordinaires dans les vies d’une institution publique centrafricaine et de son personnel, exposés comme ils le sont à la tumultueuse histoire récente du pays.

Project: Appel à projets 2019 “Services numériques innovants” du ministère de la Culture

L’édition 2019 de l’appel à projets Services numériques innovants est lancée. Cet appel à projets du ministère de la Culture (département de l’Innovation numérique) est un dispositif de financement et d’accompagnement de solutions facilitant l’accès au patrimoine, à la culture et à la création, et répondant, en outre, aux objectifs de transmission des savoirs et de démocratisation culturelle : http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Innovation-numerique/Appel-a-projets-Services-numeriques-innovants

L’ambition du ministère de la Culture est d’accompagner le prototypage et des expériences concrètes, afin d’évaluer au mieux le potentiel et l’intérêt de certaines innovations pour les acteurs culturels et de préparer, le cas échéant, leur diffusion, en s’appuyant sur l’expertise et le retour d’expérience de quelques pionniers.

Cet appel à projets s’adresse directement aux acteurs de l’écosystème de l’innovation et de l’économie numérique (sociétés, associations ou laboratoires de recherche) afin d’étendre le champ des initiatives, de susciter de nouveaux types de partenariats et de nouvelles propositions d’accès à la culture par le numérique.

Date limite de dépôt du dossier de candidature (en ligne) : 2 avril 2019 à 16h00 

Site de dépôt en ligne : https://mesdemarches.culture.gouv.fr/loc_fr/mcc/requests/APPEL_APPEL_sni_01/ 

Publication: Le Patrimoine comme expérience sous la direction de JL Tornatore

Le patrimoine comme expérience. Implications anthropologiques
Editions de la Maison des sciences de l’homme

Texte de Flavie Ailhaud, Noël Barbe, Hélène Bertheleu, Aurélie Condevaux, Véronique Dassié, Arelia Epstein, Cyril Isnart, Anne Marie Losonczy, Sarah Rojon, Sylvie Sagnes

Édité par Jean-Louis Tornatore

Rassemblant les articles d’une dizaine de chercheurs issus du CNRS, de l’EPHE et des universités de Bourgogne, Nanterre Paris La Défense, Poitiers, Toulouse 2 et Tours, cet ouvrage collectif dirigé par Jean-Louis Tornatore questionne les enjeux contemporains du patrimoine, entre savoir et pouvoir. Le mot et le concept de culture, les phénomènes de sanctification et de patrimonialisation, le patrimoine comme réparation, l’attachement au patrimoine, les conditions de l’élection patrimoniale, la place des communautés et les experts dans la désignation du patrimoine, la patrimonialisation du phénomène migratoire, les formes de médiation du patrimoine, le statut de la mémoire au regard du patrimoine, la concurrence mémorielle, jusqu’à l’usage revendicatif du discours patrimonial…, autant d’aspects approfondis, qui forment au total une socio-anthropologie politique de la relation au passé, que ce passé soit patrimoine, mémoire ou culture.

Les articles réunis interrogent aussi la question de l’expertise et de l’engagement du chercheur, sur des terrains anthropologiques conduits ici en France hexagonale (biou d’Arbois, forges de Syam, citadelle Vauban de Besançon, cité de Carcassonne, cathédrale Notre-Dame de Paris, basilique de Vézelay, friches de la région de Saint-Étienne, Cité nationale pour l’histoire de l’immigration, films d’Armand Gatti pour le CAC de Montbéliard en 1975), mais aussi à l’étranger (Brésil, Colombie, Uruguay et Tonga).

Workshop: Musées et patrimoines au Brésil. Expériences communautaires et insurgentes, 12 mars 12, Dijon

Musées et patrimoines au Brésil
Expériences communautaires et insurgentes

Journée d’étude organisée par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 CNRS-uB)
(http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/18_19/19_03_12.html)

12 mars 2019
MSH de Dijon (Forum des savoirs)

Face à la dramatique actualité politique brésilienne, aux conséquences sociales, écologiques et culturelles aujourd’hui incalculables, il n’est pas inutile de souligner la singularité et la richesse des expérimentations en muséologie et patrimoine qui s’y déroulent depuis la fin des années 1980. Hugues de Varine n’a-t-il pas avancé que le Brésil « est un des leaders de la nouvelle muséologie ». Alors même que la France a tourné le dos depuis longtemps à ce courant novateur, né dans les années soixante de la critique radicale du musée européen, bourgeois, centré sur la collection et les beaux-arts, le mouvement muséologique brésilien a généré des formes originales et plurielles, musées communautaires, indigènes, de rue, de favelas…, visant le changement social et développant une fonction politique d’encapacitation des personnes et des collectifs.

À cette première différence de taille entre France et Brésil s’en ajoute une seconde qui tient au lien étroit entre musée et patrimoine pensé par la muséologie sociale, quand des partages divers – mobilier/immobilier, matériel/immatériel –, aux effets neutralisant, différencient les institutions françaises et formatent les approches. Peut-être est-il alors possible d’avancer un troisième contraste, relatif alors au poids des institutions patrimoniales au regard de leur ancienneté et de la force des traditions qu’elles ont instaurées : la « jeunesse » des institutions brésiliennes favorisant une plus grande labilité de la notion de patrimoine, son appropriation et l’émergence de pratiques « insurgentes » (Castriota).

Cette journée donnera lieu à la présentation de situations singulières qui permettront de faire valoir la singularité des approches et pratiques brésiliennes. Effet direct d’une « mobilité sortante » soutenue par la Région de Bourgogne-Franche-Comté, elle est une première concrétisation d’un partenariat entre l’université de Bourgogne et l’université fédérale de Pelotas (RS) et constitue l’amorce d’un réseau de recherche unissant le Centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne), le Programme d’études supérieures en mémoires sociales et patrimoine (Université Fédérale de Pelotas), le Programme de Post-Graduation en environnement bâti et patrimoine soutenable (Université Fédérale du Minas Gerais), et l’université Fédérale de Goias (Bacharelado en Muséologie et Programme de Post-graduation en Anthropologie Sociale).

PROGRAMME

10h-10h15

Jean-Louis Tornatore (uB, CGC)
Ouverture

 

Matin : 10h15-12h30

Modérateur : Alain Chenevez (uB, CGC)

Manuelina Duarte (Université de Liège et l’Université Fédérale de Goiás, Brésil)
Muséologie sociale au Brésil: origines, politiques publiques et expériences

Influencé par la Nouvelle Muséologie française mais aussi enracinée dans les singularités brésiliennes et surtout nourrie de la pensée de Paulo Freire, la Muséologie sociale au Brésil a eu des moments-clés : la 1er Rencontre Internationale des Ecomusées à Rio de Janeiro (1992), la création du Programme Points de Mémoire par l’Institut Brésilien des Musées (2009). Notre conférence va présenter cette trajectoire, caractériser la politique publique mentionnée et montrer quelques expériences concrètes.

Maria Leticia Mazzucchi Ferreira (Université fédérale de Pelotas, RS, Brésil)
Le programme Points de Mémoire: un essai sur la participation populaire?

Le programme Points de Mémoire a été mis en place au Brésil sous le gouvernement du PT et était lié aux ministères de la Justice et de la Culture. L’idée de la mémoire était directement articulée aux processus d’identité et de réparation symbolique des groupes socialement exclus. Parmi les diverses expériences créditées en tant que « Points de mémoire », on peut citer les soi-disant « musées communautaires ». On voudrait pointer ici les problèmes et avancées de cette politique mémoriale dans le pays.

14h-17h

Modératrice : Yannick Sencébé (AgroSup Dijon, CAESER)

Hugues de Varine
L’inculturation dans la muséologie brésilienne

À côté d’un ensemble de mouvements innovants plutôt inclusifs que l’on peut attribuer à une « Nouvelle muséologie » brésilienne (éducation patrimoniale, travail sur la mémoire, écomusées, musées communautaires et de territoires), je note l’apparition de formes, de réseaux et de personnalités qui marquent l’invention de muséologies propres à certaines populations qui utilisent le musée comme outil de luttes politiques, sociales, culturelles, économiques, au sein de la société brésilienne. Trois domaines sont particulièrement exemplaires par leurs objectifs et leurs méthodes: la muséologie indigène, la muséologie afro-brésilienne, la muséologie LGBT. On assiste là à des phénomènes qui sont nés depuis les années 1990 et qui sont d’une particulière actualité dans le nouveau contexte politique. On peut parler d’une “inculturation”, en réaction à des formes d’oppression.

Leonardo Castriota (Université fédérale du Minas Gerais, Brésil)
Patrimoines insurgents. Esthétisation et résistance culturelle dans le Brésil contemporain

Ces dernières années, se sont multipliées dans des villes brésiliennes des initiatives « d’action directe » visant l’occupation et la réutilisation de sites et édifices publics, ayant une valeur patrimoniale, dans une critique – plus ou moins claire – de la représentativité du pouvoir constitué ou même des instances formelles de participation, tels que les conseils du patrimoine, qui se sont inscrits dans la lutte pour la re-démocratisation du pays depuis les années 1970. On proposera des éléments de problématisation de cette perspective « insurgente » dans le domaine du patrimoine, occupation de rues, de places et d’édifices abandonné ou inutilisés du Brésil, remettant en question le droit à la ville et à la mémoire.

Jean-Louis Tornatore
Conclusion. Perspectives : insurgences, contre-hégémonie

On voudrait proposer une mise en contraste des situations brésiliennes et françaises. Le développement remarquable, ici, de la muséologie sociale et d’une expression insurgente des attachements patrimoniaux doit être mesuré à l’éventualité d’écrire, là, un scénario contre-hégémonique du patrimoine. Au croisement de l’une et de l’autre, est interrogée la possibilité de « retourner » les institutions muséales et patrimoniales, et, partant, leur capacité de transformation sociale et de résistance aux hégémonies politico-économiques.

Les intervenant.e.s :

Manuelina Duarte est professeure de muséologie à l’Université de Liège (Belgique) et professeure au Programme de Post-Graduation (master/doctorat) en Anthropologie Sociale de l’Université Fédérale de Goiás au Brésil. Elle a été Directrice du Département des Processus Muséaux de l’Institut Brésilien des Musées (IBRAM) de 2015 à 2016.

Maria Leticia Mazzucchi Ferreira est professeure à l’Université Fédérale de Pelotas et chercheuse au Programme de Master et Doctorat en Mémoire Sociale et Patrimoine Cultural et au Conseil National de Recherche Scientifique, CNPq. Elle mène des recherches sur les musées de la mémoire et du patrimoine dans les lieux de souffrance.

Hugues de Varine est ancien directeur de l’ICOM. Il est un acteur et un observateur des écomusées et de la muséologie sociale. Il a publié notamment La culture des autres (Le Seuil, 1976), Les racines du futur (Asdic, 2002), L’écomusée singulier et pluriel (Paris, L’Harmattan, 2017).

Leonardo Castriota est professeur à l’École d’architecture de l’Université Fédérale du Minas Gerais et coordonnateur adjoint du Programme de Post-Graduation en environnement bâti et patrimoine soutenable. Il conduit actuellement des recherches sur les patrimoines insurgents

Jean-Louis Tornatore est anthropologue, professeur au Département Institut Diderot de l’Université de Bourgogne et directeur du Centre Georges Chevrier (UMR 7366 CNRS-uB). Il travaille actuellement sur les possibilités de développer un scénario contre-hégémonique du patrimoine.



Seminar: Séminaire Critical Heritage Studies. Épistémologies, réception et actualité 11 février

Séminaire commun
INP / Lahic/ Ehess / Ecole du Louvre
Critical Heritage Studies. Épistémologies, réception et actualité
https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/1990/

coordonné par Claudie Voisenat

Institut National du Patrimoine
2 rue Vivienne
75002 Paris

Inscription obligatoire : manifestations.scientifiques@inp.fr

Restitutions, reconnaissances, réappropriations… Ces notions complexes et parfois polémiques se retrouvent aujourd’hui de plus en plus fréquemment au cœur des débats mais aussi des pratiques patrimoniales. L’opération d’incarnation de l’histoire et de la communauté nationale dans les monuments de la nation, mise en place au XIXe siècle, a connu un succès qui l’a portée bien au-delà de ses limites. Les critères classiques de la valeur patrimoniale, ancienneté, authenticité ou exceptionnalité ont aujourd’hui tendance à s’effacer au profit de ce que l’on appelle la valeur sociale du patrimoine qui n’est pas dans l’élément lui-même mais dans les pratiques communautaires dont il est le support. On est ainsi progressivement passé du monument historique et national au patrimoine culturel et mondial, au point que culture, patrimoine et communautés semblent désormais consubstantiels. En corollaire de cette évolution, le patrimoine est devenu un des lieux où travaille la critique post-coloniale, et pèse aujourd’hui sur lui tout à la fois une forme de reconnaissance des préjudices de l’histoire et la responsabilité d’en proposer des formes de réparation, qui pour être symboliques n’en sont pas moins efficaces. C’est à l’émergence de ces préoccupations et à leurs dimensions culturelles et politiques que seront consacrées les deux séances du séminaire de cette année.

Appropriations / Réappropriations
Salle Champollion

10h-12h
Franck Mermier (IRIS, CNRS) et Anne Krebs (Musée du Louvre)
Le Louvre Abou Dhabi et les appropriations de l’universel.

13h-17h
De la réserve muséale au tukusipan wayana : restitution collaborative, réappropriation médiée et appropriation numérique – l’expérience SAWA (Savoirs autochtones des Wayana-Apalaï de Guyane).

Avec la participation de : Mataliwa Kuliyaman (membre wayana, porteur du projet), Renaud Brizard (ethnomusicologue, traitement des fonds sonores), Eliane Camargo (ethnolinguiste, spécialiste du wayana), Philippe Erikson (ethnologue, spécialiste de l’Amazonie, Université Paris Nanterre), Ghislaine Glasson-Deschaumes (responsable du Labex Les passés dans le présent), Vincent Hirtzel (ethnologue, spécialiste de l’Amazonie, CNRS), Veronica Holguin (graphiste, Miloeil), Thomas Mouzard (anthropologue, Ministère de la Culture) , Fabienne de Pierrebourg (Responsable de collection – Amérique, musée du quai Branly – Jacques Chirac, coresponsable du projet), Sara Tandar (responsable des humanités numériques Maison Archéologie et Ethnologie), Valentina Vapnarsky (ethnolinguiste, CNRS, responsable du projet).
http://passes-present.eu/…/sawa-savoirs-autochtones-wayana-…

Grant: Master TEMA Erasmus Mundus en patrimoine et territoires

Le programme de master TEMA Erasmus Mundus en patrimoine et territoires, financé par  l’Union Européenne, lance son concours de bourses pour 2019-2021.

Bourse: 30 000 euros sur deux ans (sept. 2019 à août 2021).

Cheminement: tous les étudiants font obligatoirement le premier trimestre à Budapest (sept. à décembre 2019); et les trois autres dans l’université partenaire de leur choix (EHESS à Paris, l’Université Charles à Prague, l’université de Catane à Catane en Italie, ou l’Université Laval à Québec.

Co-diplomation: diplôme du programme Erasmus Mundus et diplôme de l’université d’appartenance.

Date limite pour le dépôt des dossiers: 24 février à 17h00

Formulaires: disponibles sur le site: https://mastertema.eu/

Workshop: 9e Journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels

Le ministère de la Culture a le plaisir de vous inviter aux 9e Journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels

ANTICIPEZ !

Connaître, prévoir, agir en conservation-restauration

Jeudi 21 et vendredi 22 mars 2019
de 9h30 à 17h30

à l’auditorium de la Cité de l’architecture & du patrimoine
7 avenue Albert de Mun – 75016 Paris

Organisées par la Direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture en partenariat avec la Cité de l’architecture et du patrimoine et l’Institut national du patrimoine, les neuvièmes journées professionnelles de la conservation-restauration réuniront une trentaine d’intervenants qui feront état de leurs expériences et de réalisations récentes, dans tous les champs patrimoniaux (archéologie, archives, musées, bibliothèques, monuments historiques…) tant sur le patrimoine ancien que contemporain.

Inscription obligatoire, entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles : https://www.citedelarchitecture.fr/fr/evenement/anticipez-connaitre-prevoir-agir-en-conservation-restauration