Conference: “Dakar : scènes, acteurs et décors artistiques. Reconfigurations locales et globales ?” / 27 et 28 avril / Galerie Colbert

colloque “Dakar : scènes, acteurs et décors artistiques. Reconfigurations locales et globales ?”, sous la direction de Mamadou Diouf et Maureen Murphy, qui se tiendra les 27 et 28 avril prochains en salle Vasari de la Galerie Colbert (2 rue Vivienne – 75002 PARIS)

L’objet du colloque est d’interroger les pratiques des artistes à Dakar face aux questions soulevées par la globalisation, de scruter leur rapport au public ainsi qu’à la ville, conçue comme un carrefour stratégique. Son ambition est d’ouvrir de nouveaux territoires aux investigations tant sociologiques, économiques, politiques qu’esthétiques (simultanément ou séparément), d’identifier de nouveaux paradigmes pour avancer une réflexion critique relativement aux expositions, aux institutions, aux discours artistiques mais aussi aux acteurs qui concourent aux manifestations artistiques (créateurs, critiques d’art, journalistes, commissaires d’expositions…). Autant d’interventions qui ont des implications dans la réception de l’art contemporain caractérisée par des modes ritualisés d’exposition ; l’extraordinaire développement des biennales et des cultures spécifiques qui leur sont associées ; la professionnalisation continue du métier de commissaire d’exposition que revendique l’artiste lui-même. Ne redéfinissent-elles pas, les fonctions, de formation de l’artiste, de production de l’oeuvre d’art et de sa dissémination (magazines, revues académiques, livres et catalogues d’exposition), du musée (et de tout lieu d’exposition), du collectionneur (public ou privé, personne ou institution). Il s’agira, entre autres, d’interroger les conventions qui gouvernent les théories esthétiques et de suivre à la trace les différents rythmes et récits qui nourrissent le questionnement continuel relatif à la nature de l’art contemporain, à la place qu’y occupe et/ou qui est assignée à la production plastique contemporaine africaine, ses modes d’exposition et de commercialisation et d’identifier et de rendre compte des mécanismes de régulation des arts plastiques autant par les interventions des politiques publiques (gouvernement et institutions publiques) que privées (le marché). Penser le contemporain induit également d’interroger le « moderne ». Quel fut l’impact de la politique de Léopold Sédar Senghor en matière de création et de circulation des artistes au lendemain des Indépendances ? Quelles furent les structures de promotion et de formation des artistes dans les années 1960 et 1980 ? Et qu’en est-il aujourd’hui alors que la demande du marché se fait de plus en plus forte ? Quel rôle la Biennale de Dakar joue-t-elle localement, ainsi qu’à l’international ? Et comment les artistes se positionnent-ils par rapport aux nouveaux enjeux posés par la mondialisation ?

Programme : DakarPrintFr
Advertisements
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: