CFP: 21/05/2017 / Colloque “La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation du xviiie siècle à nos jours” / 16-17 nov. 2017

Appel à contribution


“La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation du xviiie siècle à nos jours”

Colloque International
16-17 novembre 2017
Institut national d’histoire de l’art, Paris

Date limite pour les propositions : 21 mai 2017
À l’adresse suivante : florence.duchemin-pelletier@inha.fr

De L’Abeille haytienne (Haïti, 1817) à The New Era (Sierra Leone, 1855), de la Revista de Antropofa-gia (Brésil, 1928), en passant par Black Orpheus (Nigeria, 1957) ou encore Hawar (Kurdistan, 1932) et Ngáy Nay (Viêt Nam, 1935), la revue a été et est devenue, en plusieurs lieux du monde, un support d’expression critique générateur de modernité. Elle met à l’épreuve des pratiques artistiques, littéraires et politiques singulières, et se décline à la fois en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune. Souvent éphémère, opérant par touches et essais, la revue a permis à des groupes d’artistes, d’intellectuels, de structurer leurs ressources propres, leur vocabulaire, de produire une archive de la pensée et d’élaborer un récit alternatif.

Le colloque La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du xviiie siècle à nos jours vise à accueillir des travaux dédiés à cet espace critique mondial, qu’il soit connecté ou pas, à un moment ou un autre de son histoire aux sphères artistiques et intellectuelles européennes ou marqué d’une volonté transnationale, et à sa généalogie. Ce colloque est une des manifestations du projet « Globalisation de l’art et périodiques culturels* » inauguré en 2016 à l’INHA, consacré à la valorisation des périodiques non-européens, en amont des empires coloniaux jusqu’à nos jours, tels qu’ils sont recensés et étudiés. Ce projet est constitué d’une base de données des revues en libre accès qui sera présentée à l’ouverture du colloque.

Il envisage les aires géographiques et culturelles sous l’angle de l’histoire de leur nomination et de leur distinction, mais aussi au travers des luttes communes, des cercles de sociabilités et des circulations esthétiques et conceptuelles qui les traversent. Son approche généalogique entend élargir le fait artistique à une histoire intellectuelle tout en dégageant la singularité de l’objet revue et des possibles qui s’y forment.

Nombre de revues ont disparu. Mais celles qui nous sont parvenues, ainsi que les nombreux projets de numérisation dont elles font actuellement l’objet, témoignent d’une activité éditoriale au service d’une pensée critique pratiquée à une échelle mondiale. Toutefois, les travaux consacrés à ces corpus ont peu de visibilité.

Ce colloque veut distinguer et valoriser les recherches sur ces objets pour l’étude historique et la compréhension des espaces géographiques et culturels convoqués, ainsi que leurs interrelations. Une place particulière sera accordée aux dynamiques contemporaines. Il a été précédé d’un cycle de journées d’études qui ont mis en valeur des travaux et des réflexions sur le sujet, autour de quatre temporalités, allant des révolutions de la fin du xviiie siècle au présent postcolonial, en passant par la situation coloniale et les modernismes.

Les propositions pourront s’articuler autour des axes suivants, sans y être restreintes :
– Territoires et réseaux
Histoires de collectifs, de mouvements intellectuels ; identité des auteurs ; fonctionnement des
comités ; rôle social et critique de la revue ; structures de diffusion ; lectorat…
– Formes et subversions
Rôle de la petite presse (little magazines) ; la revue comme espace ou miroir de la modernité ;
expériences esthétiques, littéraires et linguistiques ; pratiques performatives ; modalités et contraintes juridiques ; rapports à l’autorité…
– Échanges et transferts
Appropriations et détournements conceptuels ; traductions ; circulations transnationales ; régionalisme, internationalisme, panculturalisme ; diasporas…
– Enjeux théoriques et matériels de la revue
Approches méthodologiques et pluridisciplinaires ; intertextualité, rapport texte-image ; ressources et conservation (projets d’archivage et de bases de données)…
– Perspectives contemporaines
Réactivation de revues historiques ; projets transnationaux ; pratiques numériques ; multilinguisme ; open access ; nouvelles esthétiques…

Les propositions porteront sur les espaces géographiques et culturels suivants : Afrique, Afrique du Nord, Amérique centrale et du Sud, Asie, Asie de l’Ouest (Moyen Orient), Mer des Caraïbes,
Océan indien, Pacifique, territoires autochtones, ainsi, que ceux dits « continentaux », à l’exemple des espaces anglophone ou russophone, quand ils participent de dynamiques avec d’autres ensembles transnationaux.

Elles devront comporter un titre, un résumé de 300 mots en français ou en anglais, le nom de l’intervenant ainsi qu’une courte biographie.
Les langues du colloque sont l’anglais et le français en traduction simultanée.

Dates et lieux du colloque
INHA Paris, 16-17 novembre 2017, galerie Colbert, auditorium

Comité d’organisation
Zahia Rahmani, (Institut national d’histoire de l’art)
Florence Duchemin-Pelletier (Institut national d’histoire de l’art)
Aline Pighin (Institut national d’histoire de l’art)

Comité scientifique
Lotte Arndt (École supérieure d’art et design de Valence)
Marie-Laure Allain Bonilla – (Université de Bâle)
Estelle Bories (Université Paris 3)
Florence Duchemin-Pelletier (Institut national d’histoire de l’art)
Mica Gherghescu (Bibliothèque Kandinsky, MNAM/Centre Pompidou)
Émilie Goudal (CADIS–EHESS, Centre allemand d’histoire de l’art )
Anne Lafont (Institut national d’histoire de l’art)
Morad Montazami (Tate Modern)
Zahia Rahmani (Institut national d’histoire de l’art)
Devika Singh (Université de Cambridge, Centre allemand d’histoire de l’art)
Annabela Tournon (CETHA–EHESS, Centre allemand d’histoire de l’art)

* Globalisation de l’art et périodiques culturels est un projet du programme de recherche collaborative
« Globalisation, Art et Prospective », initié par l’INHA, qui regroupe un collectif plurilingue de
chercheurs et acteurs de la scène artistique. Ce projet est soutenu par le Labex CAP, en partenariat avec, la Bibliothèque nationale de France, la Médiathèque du musée du quai Branly-Jacques Chirac, la Cité de l’architecture et du patrimoine, la Bibliothèque Kandinsky du Centre Georges Pompidou, et la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art.

Advertisements
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: