Publication: Gradhiva N°24 “ARTchives”

Avis de parution – Gradhiva N°24 “ARTchives”, sous la direction de Nora Greani et Alice Aterianus-Owanga

typon24

SOMMAIRE

  • Alice Aterianus-Owanga et Nora Greani, Introduction
  • Sara Blaylock, La femme de leurs rêves : Cornélia Schleime et les archives de la Stasi
  • Jessica De Largy Healy, Archives sonores et médiation de l’ancestral dans le film Two Brothers at Galarra (Terre d’Arnhem, Australie)
  • Nora Greani, Fragments d’histoire congolaise. Les archives coloniales réactivées du Mémorial Savorgnan de Brazza et de la Fresque de l’Afrique
  • Alice Aterianus-Owanga, Sampler les bruits de la ville, archiver les traces de balles. La création musicale hip-hop contre les politiques de l’amnésie au Gabon
  • Franck Beuvier, Création et tradition. Histoire d’une idéologie de l’art au Cameroun
  • Anne Monjaret, A l’ombre des murs palimpsestes. Les graffiti carcéraux ou faire avec les aveux de l’histoire
  • Alice Aterianus-Owanga, Nora Greani et Philippe Artières, Entretien avec Philippe Artières

ENTRETIENS

  • Julien Bondaz, Frédéric Keck et Jean Jamin, Trente ans après : choses revues. Entretien avec Jean Jamin
  • Anne-Christine Taylor et Giordana Charuty, Suite : Gradhiva au musée du Quai Branly. Entretien avec Anne-Christine Taylor

PRÉSENTATION DU DOSSIER 

Depuis la seconde moitié du XIXe siècle, la découverte de milliers de documents d’art préhistorique a généré un exceptionnel bouillonnement créatif et scientifique. Peintures rupestres ou ossements décorés ont contribué à produire une connaissancescientifique sur le passé, et ont été intégrés au domaine des archives. A ce type de mise en archive de l’art répond aujourd’hui un procédé inverse : la « fièvre archivistique » des artistes, qui empruntent de plus en plus fréquemment leurs sources aux historiens. Par quels procédés ces artistes s’emparent-ils de documents d’archives ? En quoi la création contribue- t-elle à transformer des objets en archives ou en patrimoine ? Ce numéro explore la réinvention des archives dans les arts extra-occidentaux et les pratiques artistiques populaires : fresques ou graffiti urbains, films amateurs ou création sonore hip-hop, mettent en évidence la diversité des processus d’artification de l’archive au-delà de l’art contemporain occidental.

Advertisements
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: