CFP: Revue Autrepart

appel à contributions de la revue Autrepart qui portera sur la “CORRESPONDANCE ENTRE TERRITOIRES ET
IDENTITÉS : UNE CONSTRUCTION PATRIMONIALE ?”.

Correspondence between territories and identities: a heritage construction?

Guest editors, Véronique Boyer (CNRS, Mondes Américains) and Emilie Stoll (IRD, UMR PALOC)

Recent literature underlines that present-day heritage field’s stake lies in transforming of an ordinary into a remarkable good, in other words, its valorisation. An increasing number of studies show how social collectives and institutions ‘manufacture’ heritage across the world. These constructions are complex, and their meaning is unclear. Heritage elaboration and reappropriation may take diverse shapes, for example in museums or for tourism. Similarly, the different types of mediators and contractors (public institutions, NGOs or events) prompting heritage creation are not always central in its development. It seems that adopting the populations’ views allows appropriating the heritage idea in multiple ways. Researchers face a broad range of singular situations, multiple conceptions of heritage, an intense flow of notions, interactions between many actors, and the setting-up of ‘heritage communities’ typified by ethnogenesis, administrative territories or AOC certification.

It seems possible to address in those terms the deployment of State territorial policies. These policies ‘distinguish’. They try to increase the value of areas by conferring them a specific administrative status or assigning them to a particular use. Examples are natural parks, archaeological sites, Indian reservations, administrative districts, or industrial zones. They also grant these areas their own human and financial resources. In other words, the territorial mosaic observed on maps has a legal basis, real or desired. This basis is negotiated at different – local to international – levels, and by different actors such as people, third-sector, public institutions, private interests or professional organisations.

While ‘thinking heritage’ has turned into a leitmotif for various actors, we often note a strong link between the ‘distinction’ (or the promotion) of territories and institutional categories. These categories have a premise of ‘identity’, and combine notions such as ‘authenticity’, ‘tradition’ and ‘indigenousness’. People deemed to bear certain identity attributes – like ethnicity for the Zulu, know-how for Beaujolais winemakers, or archaeological remains for the emerging Indians – are assigned a space labelled with a matching status – a Park, an AOC, an archaeological site. Spatial insertion and identity claims appear intertwined: the territory confirms the identity while identity legitimises the territory. And ‘heritage development’ aims at legitimising the correlation between identity and territory.

In this issue, we intend to look specifically at the implications stemming from this correlation imperative. Contributions will explore the sociological dynamics of identity and territorial heritage making through cases drawn from the Global South and the conditions of emergence of the analysed phenomena. The proposed articles will fit in one of the three following strands:

1 – Strategies of actors in heritage development. To gain recognition as actors whose action is ‘legitimate’ or ‘worthy’ of heritage, local populations and their intermediaries develop stories about their past and ‘tradition’ grounded in space and unquestionably unique. Translating, negotiating, and transforming heritage depends on their insertion in a local political field and on their dialogue – or absence of dialogue – with various external stakeholders, institutional or not. It aims to make their territorial claims undeniable, as well as to distinguish their living space from that of close neighbours that are not always foreigners.

2 – Territorial overlapping and competing identity claims. The identity positioning of populations is contradictory and conflicting in an increasing number of cases: the legal status of groups change while internal conflicts involving competing territorial claims weaken others. This issue aims to describe and define these strategies and positioning within the possibilities opened by the emergence of heritage as a field.

3 – Geometrically variable forms of indigenousness. The plea for indigenousness takes various forms: emphasis on an emotional link, anchoring to a place, or inclusion in a specific social network. The granting of autochthonous status is variable, negotiated through short-term alliances, and sometimes, denied. This is what the difference between ‘being here’ and ‘being from here’ refers to. In other words, how many generations does it take to be considered as a real ‘native’? And how does this reflect in the speech of heritage actors?

This thematic issue will explore the relationship at play between identity and territory around the concept of heritage. The approach will be interdisciplinary, across different geographical areas.

Procedure and schedule

Proposals (not exceeding 1,000 signs including title) should be addressed to the journal before December 25, 2016

Authors will be informed in the course of January about the acceptation or the refusal of their proposal.

The articles selected have to be submitted by May 31, 2017.

Book reviews on the topic of this issue must be sent to the journal Autrepart before September, 30, 2017

Articles should be written in French or English. The title, abstract and keywords must be provided in both languages. The Drafting Committee accepts manuscripts written in Spanish and Portuguese, providing the author, upon selection of his or her manuscript for publication, assumes the costs related to the translation. The manuscripts will be submitted to two anonymous referees for approval. The Drafting Committee will send correction proposals to the author.

Revue Autrepart – 45 rue des Saints-Pères –  75006 Paris

http://www.cairn.info/revue-autrepart.htm

Merci d’envoyer vos messages à la revue à : autrepart@ird.fr avec copie à revue.autrepart@gmail.com

 

Correspondance entre territoires et identités : une construction patrimoniale ?

Véronique Boyer (CNRS, Mondes Américains) et Émilie Stoll (IRD, UMR PALOC)

Les travaux récents soulignent que ce qui est en jeu dans le champ contemporain du patrimoine est la transformation d’un bien ordinaire en bien remarquable, c’est-à-dire sa valorisation. De plus en plus d’études montrent comment, dans le monde, les collectifs sociaux et les institutions « fabriquent » du patrimoine. Ces processus sont extrêmement complexes, leur sens n’est pas univoque et ils peuvent faire l’objet d’élaborations et de réappropriations très diverses : par exemple, exploitation muséale ou touristique, gage de visibilité vis-à-vis de l’État ou de ses voisins. De la même façon, la nature même des médiateurs et des entrepreneurs qui jouent le rôle d’« embrayeurs » du patrimoine peut être très diverse (institution de l’État, ONG, mais aussi événement) et ceux-ci ne conservent pas nécessairement une place centrale dans les processus mis en œuvre. Il apparaît donc que, dès que l’on se place du point de vue des populations, l’idée de patrimonialisation peut être appropriée de multiples façons. Les chercheurs se retrouvent face à un large spectre de situations singulières, une multiplicité de conceptions du patrimoine, une circulation intense de concepts, des interactions entre de nombreux acteurs, et la formation de « communautés patrimoniales » dont les ethnogenèses, les territoires administratifs, les AOC sont autant d’exemples.

Le déploiement par les États de politiques territoriales nous semble susceptible d’être appréhendé en ces termes. En effet, ces politiques « distinguent », c’est-à-dire, cherchent à valoriser certains espaces en leur conférant un statut administratif spécifique, en les affectant à un usage particulier (parc naturel, site archéologique, réserve indienne, district administratif, exploitation économique, etc.) et en leur attribuant des moyens humains et financiers propres. En d’autres termes, la mosaïque territoriale que l’on observe sur les représentations cartographiques correspond à un découpage juridique réel ou désiré, lequel se négocie à différentes échelles (du local à l’international) et entre différents acteurs (populations, tiers-secteur, institutions publiques, intérêts privés, organisations professionnelles, etc.).

Or, dans un contexte où « penser patrimoine » est devenu un leitmotiv pour cet ensemble très diversifié d’acteurs, on observe que dans de nombreux cas, la « distinction » (ou la valorisation) de territoires est fortement corrélée à des catégories institutionnelles fondées sur un postulat « identitaire » conjuguant des notions telles qu’« authenticité », « tradition » et « autochtonie ». De fait, les populations supposément dotées de certains attributs identitaires (ethnicité pour les Zoulous, savoir-faire pour les vignerons du Beaujolais, vestiges archéologiques pour les Indiens émergents, etc.) se voient attribuer un espace balisé au statut administratif correspondant (par exemple : un parc, une AOC, un site archéologique). L’inscription spatiale et l’énoncé de l’identité semblent ainsi imbriqués : le territoire valide ici l’identité en même temps que l’identité qualifie le territoire. Et tout le travail de la « mise en patrimoine » est de faire reconnaître cette concordance entre identité et territoire.

Dans ce numéro, nous souhaitons ainsi nous intéresser spécifiquement aux implications de cette injonction de concordance. Les contributions attendues pour ce numéro d’Autrepart exploreront à partir de cas précis issus des pays du Sud les dynamiques sociologiques des mises en patrimoines identitaires et territoriales, dans une perspective qui s’attache à restituer les conditions de l’émergence de tels phénomènes. Elles s’inscriront dans l’un des trois axes de réflexion suivants :

1 – Stratégies des acteurs dans la mise en patrimoine. Pour s’imposer comme des acteurs dont l’action patrimoniale est légitime ou qui sont dignes de patrimonialisation, les populations locales et leurs relais élaborent des récits sur le passé et la tradition qui se veulent spatialement ancrés et incontestablement singuliers. Le processus de traduction, de négociation et de transformation est fonction de leur insertion dans un champ politique local et leur interlocution avec divers acteurs externes, institutionnels ou pas. Il vise à rendre incontestables leurs prétentions territoriales et la distinction de leur espace de vie vis-à-vis de voisins proches qui ne sont pas toujours des étrangers.

2 – Les superpositions territoriales et revendications identitaires concurrentes. On observe de plus en plus de situations où les positionnements identitaires des populations sont parfois contradictoires et conflictuels : certains groupes changent de statut juridico-légal, d’autres sont éventuellement traversés par des conflits internes qui impliquent des prétentions territoriales concurrentes. Il s’agira de décrire ces stratégies et positionnements au sein des possibilités ouvertes par l’émergence d’un champ patrimonial.

3 – Des formes d’autochtonie à géométrie variable. Les arguments sur l’autochtonie peuvent prendre différentes formes : de l’insistance sur un lien affectif, à l’ancrage en un lieu, ou l’insertion dans un réseau social. L’attribution de la qualité d’autochtone se révèle variable, négociée selon des alliances conjoncturelles, voire déniée. C’est à ceci que fait par exemple référence la différence entre « être ici » et « être d’ici ». En d’autres termes, à partir de combien de générations est-on considéré par ses voisins comme un « autochtone » légitime ? Et comment cela se traduit-il dans les discours des acteurs du patrimoine ?

Ce numéro thématique entend examiner les rapports entre identité et territoire qui se jouent autour de la patrimonialisation en croisant les terrains et les regards disciplinaires.

Les intentions de contributions (titre et résumé ne dépassant pas 1 000 signes)

doivent être adressées à la revue Autrepart

le 25 décembre 2016 au plus tard

Les auteurs seront informés courant janvier de l’acceptation ou du rejet de leur proposition et les articles devront être remis le 31 mai 2017

Les notes de lecture sur le thème du numéro

doivent être adressées à la revue Autrepart avant le 30 septembre 2017

Les articles doivent être écrits en français ou en anglais ; le titre, le résumé et les mots clés sont à donner dans les deux langues. Le Comité de rédaction accepte les manuscrits rédigés en espagnol et portugais, à charge pour l’auteur, quand le manuscrit est retenu pour publication, d’en assurer la traduction. Les manuscrits sont soumis à l’appréciation de deux référés anonymes. Les propositions de corrections sont transmises à l’auteur par le Comité de rédaction.

Revue Autrepart – 45 rue des Saints-Pères –  75006 Paris

http://www.cairn.info/revue-autrepart.htm

Merci d’envoyer vos messages à la revue à : autrepart@ird.fr avec copie à revue.autrepart@gmail.com

 

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: