Workshop: La Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel Dix ans après, quel bilan ?

La Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

Dix ans après, quel bilan ?

Adoptée en 2003, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, n’est entrée en vigueur qu’en 2006, après que trente États l’aient ratifiée.

Dix ans après, quel bilan dresser de l’impact de cette convention ? A-t-elle atteint tout ou partie des objectifs qu’elle s’était fixés ?

Le fonctionnement de la Convention, ses organes, les listes représentative et de sauvegarde, le registre des meilleures pratiques, les inventaires, le rôle des États, des individus, des communautés, les actions de sensibilisation, d’éducation et de renforcement des capacités, feront partie, entre autres, des sujets abordés lors de la table-ronde du dimanche 29 mai 2016.

La table ronde, animée par M. Jean-Louis Tornatore, anthropologue et professeur à l’université de Bourgogne et à laquelle participera M. Timothy Curtis le nouveau Chef de la Section du Patrimoine culturel immatériel à l’Unesco et Secrétaire de la Convention, réunira des personnalités qui, à des titres divers, ont participé à l’élaboration de la Convention et l’ont suivie depuis.

Par ordre alphabétique :

Mme Noriko Aikawa-Faure, ancienne Directrice/Chef de l’Unité du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Unesco, a développé ce programme depuis sa création en 1992 et suivi tout le processus qui a conduit à la création de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel. Elle a été  ensuite Professeure invitée à l’Institut National des Etudes Politiques (GRIPS) à Tokyo et elle est actuellement conseillère pour le PCI auprès de l’Agence des Affaires culturelles du Gouvernement du Japon.

Mme Cécile Duvelle, anthropologue, a été, de 2008 à 2015 Chef de la Section du Patrimoine culturel immatériel à l’Unesco et Secrétaire de la Convention

Marc Jacobs, historien et ethnologue. Directeur de FARO. Interface flamand du patrimoine culturel et professeur à la Vrije Universiteit Brussel, chair UNESCO pour les études critiques du patrimoine et la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (Bruxelles, Belgique).

Chérif Khaznadar, président de la Maison des cultures du monde/Centre français du patrimoine culturel immatériel, a suivi, en tant qu’expert et Président du comité culture de la Commission nationale française pour l’Unesco (de 1997 à 2014) le processus qui a conduit à la création de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du PCI et participé à sa rédaction. Il a été Président de la 2ème Assemblée générale des États parties à la Convention (2008– 2010) .

Ahmed Skounti, anthropologue, professeur à l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine à Rabat, a participé à la rédaction de la Convention du patrimoine culturel immatériel et représente le Maroc à ses organes depuis 2007. Il est membre de l’Organe d’évaluation du Comité intergouvernemental de la Convention de 2015 à 2017.

Rieks Smeets, ethnolinguiste, professeur des langues du Caucase à l’université de Leiden, a été de 2003 à 2008 Chef de la Section du Patrimoine culturel immatériel à l’Unesco et Secrétaire de la Convention pour la sauvegarde du PCI (de 2003 à 2008). Depuis 2008, il est consultant en PCI et politiques linguistiques.

 

Dimanche 29 mai 2016

De 16h à 18h

Théâtre de l’Alliance

101 Bd Raspail, Paris 6ème

 

Entrée libre

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: