CFP: Université de Guyane, PCI colloque Bals masqués de Guyane et d’ailleurs

BALS MASQUES  DE GUYANE ET D’AILLEURS

Identités et imaginaires carnavalesques en question

Colloque international

Cayenne, Guyane, 27-30 janvier 2017

Université de Guyane

Organisateurs

Université de Guyane

Département de Formation et de Recherche Lettres et Sciences  humaines

EA Migrations, Interculturalité et Education en Amazonie  (MINEA) 

En partenariat  avec

L’Observatoire régional du carnaval guyanais

La Collectivité Territoriale de la Guyane

La Direction des affaires culturelles de la Guyane

Guyane Première

Appel à communication :

L’Observatoire régional du carnaval guyanais est porteur du projet d’inscription, à l’UNESCO, du Touloulou des bals paré-masqués de Guyane afin que ce personnage soit reconnu dans l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel français et ajouté à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Si pendant longtemps, le Touloulou désignait une personne déguisée et masquée défilant  de jour dans les rues; aujourd’hui, il est plutôt associé au bal paré –masqué. Personnage énigmatique, qui se caractérise par son anonymat, cette figure emblématique des dancings interpelle, notamment sur les questions de patrimonialisation dans le contexte d’une société plurielle et mouvante.

Le bal paré- masqué, rencontre culturelle entre le bal travesti bourgeois et la danse traditionnelle populaire et endiablée, appelée  le « kasé-kô », fusion de deux espaces  festifs (salon de bal bourgeois et salle  de bal populaire) a connu lui aussi quelques évolutions au fil des années. Il suscite un certain nombre d’interrogations : fondements historiques,  description  et rôle des acteurs qui s’y engagent, évolution et enjeux dans un contexte socio- économique, politique et culturel, spécifique. Ces questionnements sont d’ailleurs valables pour toute autre forme de bals masqués saisie hors du territoire guyanais.

Aussi, le dénominateur commun pour ces bals masqués, est avant tout celui d’être un espace populaire et libre, un lieu de rêverie et d’exaltation où des rites sont parfois mis en place. La dimension théâtrale de ces bals, renforcée par la magie qu’opère le masque, favorise moult jeux et notamment ceux de la séduction et de l’illusion. « …le visible est caché et le caché devient visible… » pour reprendre la formule de Mikhaïl Bakhtine (L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris : Gallimard, 1990 (Tel, 1970), p. 199).

Les bals masqués sont-ils source de création ou de libération de tensions ? Favorisent-ils un surinvestissement de l’imaginaire ? Sont-ils l’expression paroxystique de cycles et de liens sociaux à décrypter ? S’imposent-ils comme spectacle ou performance d’identités revendiquées, réaffirmées ou parfois réinventées ? Dans ce jeu sur les identités, il faut prendre en compte les renversements, les glissements, les bascules qui se produisent dans le rapport entre espaces profane et sacré, ou encore dans la relation homme/femme, dans la définition des identités sexuées et de la sexualité.

Ce colloque international pluridisciplinaire permettra de croiser les regards, d’interroger les imaginaires, les discours et représentations concernant les bals masqués de Guyane et d’ailleurs.

Quelques  pistes de réflexion…..

1-Discours, imaginaires, représentations sociales du touloulou  de Guyane (perspectives  historique, littéraire, ethnologique, sociolinguistique, psychologique, musicologique, artistique…..)

2- Bals masqués d’ici et d’ailleurs (mises en perspectives historiques des origines de ces bals, de leur évolution, de leurs caractéristiques, des pratiques langagières qui leur sont associées, analyses monographiques ou comparatistes, approche esthétique – analyse du mouvement, dimension corporelle…-).

3- Statuts  et rôles de l’homme et de la femme dans les bals masqués de Guyane ou d’ailleurs (enquêtes sociologiques, anthropologiques ou historiques, études sur la question du genre).

4- Transmission et pédagogie (héritages et ruptures, histoire des institutions et associations liées aux bals (paré) masqués, regards sur la place de ce patrimoine culturel dans l’histoire de l’enseignement).

Ce colloque accueillera également les chercheurs et professionnels du monde carnavalesque dont les communications abordent d’autres axes liés par exemple à l’aspect religieux, juridique et économique des bals paré-masqués de Guyane et d’ailleurs…

Bibliographie

Atkins Jennifer, Setting the stage: Dance and gender in old-line New Orleans carnival balls, 1870-1920, thèse du Département Art and Sciences de l’Université de l’état de Floride, Florida State University, 2008, 250 p.

Belfort –Chanol Aline, Du touloulou  au tololo, Le bal paré-masqué, son évolution. Matoury, Ibis Rouge Editions, 2013

Blerald Monique, Carnaval. Traversée de la littérature guyanaise, Guadeloupe, Editions Nestor, 2011.

Hidair Isabelle, Anthropologie du carnaval cayennais : une représentation en réduction de la société créole cayennaise, Paris, Publibook, 2005.

Mauffret Blodwenn, Le carnaval de  Cayenne. Le jeu carnavalesque : une esthétique de proximité, Paris, Ibis Rouge Editions, 2005.

Ndagano Biringanine, Penser le carnaval, Variations, discours et représentations, Paris, Karthala, 2010

Tseëlon Efrat et Kaiser Susane (dir.), Masquerade and Identities: Essays on Gender, Sexuality and Marginality, Routledge, 2001

Modalités de soumission :

Ce colloque international est ouvert à tous les chercheurs et professionnels du monde carnavalesque ayant travaillé sur les problématiques évoquées et sensibles au thème du bal (paré) masqué qu’ils soient historiens, anthropologues, sociologues, linguistes, littéraires, juristes, économistes, musicologues, plasticiens, ou danseurs… Les propositions de communication, de préférence en français, sinon en anglais ou en portugais, comporteront un titre et une courte présentation de l’intervenant (laboratoire de rattachement, publications…). Elles ne dépasseront pas 300 mots.

Les propositions (format word  ou PDF) sont  à envoyer  à l’adresse indiquée  ci-dessous pour le 30 juin 2016 :

colloquebalmasque@gmail.com

Une notification sera envoyée aux contributeurs à la fin du mois d’août. Les interventions des contributeurs sélectionnés se limiteront à vingt minutes. Le colloque aura lieu à l’Université de Guyane, à Cayenne du 27 au 30 janvier 2017.

Des précisions seront communiquées ultérieurement en vue de la publication des actes du colloque.

Responsabilité scientifique :

Madame Monique Blerald, Professeur des universités, cultures et langues régionales, Université de Guyane

Comité d’organisation (scientifique/ logistique):

Madame Isabelle Hidair, Maître de conférences HDR, Directrice du laboratoire MINEA, Université de Guyane

 Autres membres de l’Université de Guyane

Madame Tina Harpin, Littérature comparée, UG

Monsieur Nadir Boudheri, Anthropologie,  UG

Monsieur Stanislas Ayangma, Géographie,  UG

Madame Lydie Choucoutou, Histoire  UG

Monsieur Thierrry Nicolas, Géographe, UG

Monsieur Louis Honorien, Linguiste, UG

 Membres de l’Observatoire régional du carnaval guyanais

Monsieur Brunel Boutrin,  Observatoire régional du carnaval guyanais

Madame Nadine Grandbois, Observatoire régional du carnaval guyanais

Madame Gisèle Briolin- Juniel, Observatoire régional du carnaval guyanais

Madame Elsa Bannis, Observatoire régional du carnaval guyanais

Madame Guylaine Jean-François, Observatoire régional du carnaval guyanais

Universités et Organismes  extérieurs

Nathalie Gauthard, Maître de conférences HDR, Etudes théâtrales-Ethnoscénologie, Université Nice Sophia Antipolis

Marie-Pascale Malle, Conservateur en chef  du patrimoine, Musée  des civilisations de l’Europe et  de la Méditerranée, Aix-Marseille

Clémence Mathieu, Musée international du Carnaval et du masque, Binche, Belgique

PROPOSITION DE PROGRAMME

-Exposition sur Le personnage du touloulou par les étudiants de l’Université de Guyane inscrits en enseignements libres (engagement citoyen et associatif). Partenariat avec le Musée des cultures guyanaises, sous la direction de mesdames Martine Sagne, Elsa Banis et Marie-George Thébia.

–  Colloque : séances plénières, tables rondes d’une part sur le personnage  du touloulou,  d’autre part, sur les bals (paré) masqués de Guyane et d’ailleurs

-Réceptions et soirées carnavalesques.…

Arrivée des invités en Guyane : le mercredi 25 janvier 2017

Première journée : le jeudi 26 janvier 2017

Matinée + après-midi :

Ouverture officielle  du colloque (Directeur général du patrimoine, ministère de la culture, Président de la Collectivité territoriale, Président de  l’université, Présidente de l’Observatoire régional du carnaval guyanais, Directeur de Guyane Première)

Séances plénières,  tables rondes, ateliers

Soirée : vernissage exposition sur le touloulou  par le Musée des cultures guyanaises suivi d’un cocktail dînatoire

Deuxième journée : le vendredi 27 janvier 2017

Matinée  + après-midi: séances plénières, tables rondes avec les acteurs du carnaval de Guyane, ateliers

Soirée : soirée culturelle carnavalesque en partenariat avec  un promoteur

Troisième  journée : le samedi 28 janvier 2017

Matinée libre

Soirée : immersion  dans les  dancings  (acteurs/spectateurs)

Quatrième journée : le dimanche 29 janvier 2017

Petit déjeuner créole carnavalesque

Après-midi : carnaval de rue

Cinquième journée : le lundi 30 janvier 2017

Départ de la Guyane

 

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: