CFP: « Vivant » et « citoyen » ? Interrogations sur l’idée de démocratie patrimoniale, Congrès AISLF – Montréal – 4-8 Juillet 2016

Congrès AISLF – Montréal – 4-8 Juillet 2016

GT14 – Institutions du patrimoine

« Vivant » et « citoyen » ? Interrogations sur l’idée de démocratie patrimoniale

Voilà plus d’une dizaine d’années que court le thème de l’émancipation de l’activité patrimoniale des cadres administratifs et scientifiques, parfois désigné comme expression de démocratie patrimoniale. On a pu, par commodité, l’associer à une opposition entre imposition top down et initiatives bottom up – qui d’ailleurs a largement été appliquée aux politiques culturelles. Nous proposons de poursuivre et de dépasser cette problématisation en s’attachant moins à opposer des formes ordinaires ou profanes de patrimonialisation à des formes institutionnelles, officielles ou savantes qu’à interroger le potentiel critique et politique de l’activité patrimoniale aujourd’hui. À y regarder de près, on pourrait déceler deux temps concomitants dans la formation de l’idée de démocratie patrimoniale : si le premier est celui de la prolifération et du débordement, le second, orchestré en particulier par l’Unesco avec la catégorie de patrimoine culturel immatériel, est celui invitant à placer le patrimoine culturel sous le signe du vivant, à négocier sa mise en valeur moins par documentation que par délibération et à considérer que l’action publique patrimoniale, précisément émancipée, est susceptible de se déployer en action citoyenne.

Nous invitons à discuter cette proposition et à mettre à l’épreuve la validité de ce qui serait une orientation décisive de l’activité patrimoniale et du patrimoine (« vivant et citoyen »). Ne pèche-t-elle pas par optimisme ? Ne procède-t-elle pas d’une vision par trop enchantée de la culture ? Ne suscite-t-elle pas des résistances de l’institution patrimoniale, dans le sens d’une réaffirmation d’un magistère (doctrinal) sur les êtres de patrimoine ? N’est-elle pas de portée illusoire au regard d’une économie florissante du patrimoine qui sert autant le marketing territorial qu’une économie de l’enrichissement (Boltanski et Esquerre) ?

Organisation : Jean-Louis Tornatore (Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier – Savoirs : normes et sensibilités (UMR 7366 Cnrs – uB), Michel Rautenberg (Université de Saint-Étienne, Centre Max Weber, UMR 5283), Cyril Isnart (CNRS, IDEMEC UMR 7307)

Deadline pour les communications : 15 janvier 2016

Site du congrès : http://congres2016.aislf.org/pages/index.php

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: