CFP: ACHS 2016 – première annonce

Association of Critical Heritage Studies

Third biannual Conference, Montreal, 7-10th June 2016

What does heritage change?

An initiative of the Canada Research Chair on Urban Heritage at UQAM
In partnership with Concordia University

 

First announcement
Call for sessions

 

Enquiries

achs2016@uqam.ca

www.achs2016.uqam.ca

Heritage is a powerful witness to mindsets and zeitgeist; it is commonly understood that it gives way to a better understanding of societies and even brings together communities. But how would this happen? Can heritage affect reality? What does it change?

The third ACHS Conference considers the manifestations, discourses, epistemologies, policies, and stakes of heritage—as a phenomenon, a symptom, an effect or a catalyst; as a tool of empowerment or leverage; as a physical or intangible restraint or kick-off; in communities, societies, or any material or mental environment. Subthemes range from gender-related issues to identity-making, mythologies of cultural diversity and the rethinking of heritage policies beyond the authorized heritage discourse.

The inaugural manifesto of the ACHS called for the building and the promotion of critical innovations and interventions in heritage while questioning the cultural and economic power relations that traditional understandings of heritage seem to underpin. This third Conference builds on the momentum of the previous conferences, held in Gothenburg, Sweden and in Canberra, Australia; it seeks to strengthen and broaden critical heritage studies as an inclusive area of theorisation, investigation and practice built from diverse geographical regions and disciplinary fields, such as public history, memory studies, museology, tourism studies, architecture and planning, urban studies, archaeology, geography, sociology, cultural studies, political science, anthropology, ethnology and artistic research.

Submissions to the 2016 ACHS Conference should bring innovative reflections and interdisciplinary methodologies or approaches to the critical enquiries about how and why heritage is, has been or could be made, used, studied, defined and managed, and with what effects, if any, on a society, a territory, an economy. Contributions might, for example, explore the reconstruction of narratives, the reconfiguration of social relations, knowledge production and cultural expressions, the transformation of the environment or the (de)valuation of the land. We particularly welcome papers that go beyond canon theories to interrogate discipline-based norms about heritage, and the assumptions that orient practice or decision-making. In this respect, this conference aims to continue important debates about heritage as a domain of politics and citizenship, a living environment, a source of identity and an assemblage of human-non-human relations.

In order to bring new insights to the study of heritage, the 2016 ACHS Conference is framed by the general question of “What Does Heritage Change?” It is hoped that this general question will encourage submissions relating to the following over-arching themes; other proposals are nonetheless welcome.

  • Heritage performativities;
  • Cultural particularization vsglobalization and other transnational processes relating to heritage;
  • “Imagined Communities” of heritage;
  • The critical turn in public history and memory studies;
  • Urban environments and planning;
  • Heritage in conflicts;
  • Gender in heritage-making;
  • Linguistic and cultural particularizations of heritage-making and heritage studies;
  • Uses of heritage in tourism, from identity-making to political economies;
  • Critical sustainability perspectives on heritage and the Anthropocene;
  • Diaspora, diversity and cultural citizenships;
  • The rise and fall of the expert knowledge;
  • Rethinking heritage policies beyond elite cultural narratives;
  • The future of heritage.

This first announcement calls for submissions of either roundtables and sessions.

The conference will mainly host two session types:

– Regular paper sessions are sessions containing three or more 20-minutes papers which draw on recent research, empirical or theoretical, and relate to precise scientific approaches or methodologies to address a theme through a specific angle.

– Poster sessions are sessions in which research, research-action or research-creation are presented through 4×8 posters, gathered according to common thematic or problematic. While the posters will be on display for two days during the conference, poster sessions will be scheduled according to 5-minutes presentations per poster.

The conference will also welcome:

– Roundtables that bring together researchers, practitioners or decision-makers around a precise question, which is addressed by each participant for a maximum of 5 to 10 minutes, then through reciprocating questions, answers and dialogs. Roundtable proposals must include a preliminary outline of content, including participants and questions to be addressed.

– As the conference whishes to expand boundaries of critical heritage studies, through research-creation or other means, it will welcome proposals of gatherings or performances dedicated to the development of knowledge and innovation through artistic expression and experimentation. Such research-creation sessions present critically informed work, situated with research activity, in a variety of media.

Submissions should be sent with an abstract of ±450 words outlining the objectives of the session/roundtable in relation to the goals of ACHS, as described above, and/or the themes considered. Submissions should be accompanied by a brief resume (biographical notice and main publications or achievements) of the organizer(s) and an overview of some of the main or proposed participants.

Submissions can be made in English or French.

Although a general call for papers and posters will follow this call for sessions and roundtables, it is expected that all session proposals will include a preliminary outline of content; roundtable and research-creation proposals, in particular, will also include a preliminary presentation of participants.

Session organizers will be asked at a later date to submit (or to have submitted by proposed participants) detailed paper proposals and the biographical notice of each participant through the conference website (achs2016.uqam.ca). The official opening of this general call for papers is scheduled for May 1st 2015.

Papers and posters submitted independently will be forwarded to session organizers following of their assessment by the scientific committee.

The deadline for the call for session is 1st July 2015

The deadline for the call for papers will be 1st November 2015.

Venue

Located in the largest city of the province of Quebec, second in Canada and eighth in North America, the University of Quebec in Montreal, also called “UQAM”, is one of the five major universities of Montreal. Host to approximately 40,000 students, UQAM is renowned for its research in social issues and its innovations in the creative arts. Equal in size to UQAM and sometimes called its « sister university », Concordia University is also committed to innovation and excellence in research, creative activity and community partnerships. It dares to be different and draws on its diversity to strengthen society and enrich its urban environment.

At UQAM, located in its School of Management, the Canada Research Chair on Urban Heritage which is organizing the 2016 ACHS Conference follows this path of enquiry into the social and public issues of urban phenomena, both in historical and contemporary perspectives, to promote the study and to understand heritage beyond elite narratives or crises of change, and to learn to co-manage heritage as a collective tool toward community development.

Confirmed Keynote Speakers

James Count Early, Director, Cultural Heritage Policy, Smithsonian Center for Folklife and Cultural Heritage

Xavier Greffe, University Professor in Economic Sciences, Paris 1 University Panthéon Sorbonne

Michael Herzfeld, Ernest E. Monrad Professor of the Social Sciences, Harvard University

See www.achs2016.uqam.ca for updates on keynote speakers, program, timetable, fees, accommodation, and committees.

Association of Critical Heritage Studies

Third biannual Conference, Montreal, 7-10 juin 2016

Le patrimoine, ça change quoi?

Une initiative de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l’UQAM en partenariat avec l’Université Concordia

Première annonce
Appel à séances

 

Informations

achs2016@uqam.ca

www.achs2016.uqam.ca

Le patrimoine témoigne éloquemment de l’air du temps et des visions du monde; l’on convient généralement qu’il permet de mieux comprendre les sociétés et, même, qu’il peut cimenter des communautés. Mais comment cela se produit-il ? Le patrimoine peut-il transformer la réalité ? À quoi sert-il alors ? Et qu’est-ce que ça change ?

Ce troisième congrès annuel de l’Association of Critical Heritage Studies traite des manifestations, des discours, des épistémologies, des politiques et des enjeux du patrimoine, compris ici comme un phénomène, un symptôme, un effet ou un catalyseur. Le patrimoine en question peut aussi être un instrument d’autonomisation ou d’influence; un obstacle ou un tremplin, physique ou symbolique; et cela, dans diverses communautés ou sociétés, dans une gamme infinie d’environnements matériels ou imaginaires. Les problématiques traitées vont des questions liées aux genres à celles des fabrications identitaires, en passant par les mythologies de la diversité culturelle et le redéploiement des politiques du patrimoine par-delà la rhétorique de l’institution patrimoniale.

Le manifeste fondateur de l’ACHS appelait à la mise en œuvre et à la valorisation d’études critiques et d’interventions innovantes afin d’interpeller les jeux de pouvoir et les intrications économiques et culturelles que sous-tendent les définitions et les pratiques traditionnelles du patrimoine. Ce troisième congrès participe de cet esprit et s’inscrit dans la lignée des congrès précédents, tenus à Gothenburg (Suède) et à Canberra (Australie). Il vise à consolider et à élargir les études patrimoniales en tant que domaine inclusif de théorisation, d’investigation et de pratique constitué au départ de régions géographiques variées et d’approches disciplinaires diverses, telles celles de l’histoire publique, de la muséologie, des études touristiques, de l’architecture et de l’aménagement, des études urbaines, de l’archéologie, de la géographie, de la sociologie, des études culturelles, des sciences politiques, de la gestion, de l’anthropologie, de l’ethnologie et de la recherche-création en arts.

Les propositions au Congrès 2016 de l’ACHS apporteront une réflexion originale ou une démarche innovante à l’analyse critique de ce qu’est le patrimoine, de sa constitution, de ses mécanismes, de ses manipulations, de son étude scientifique, de sa définition et de sa gestion, ainsi que de ses éventuels effets dans une société, sur une économie ou au sein d’un territoire. Il s’agira, par exemple, d’explorer les constructions discursives ou la reconfiguration des relations sociales, des conditions du savoir ou des expressions culturelles ; l’on pourra aussi examiner les transformations de l’environnement ou la (dé)valorisation du sol provoquées ou entraînées par le patrimoine. L’ACHS accueille particulièrement favorablement les propositions qui s’écartent de la compréhension institutionnelle et des théories canoniques du patrimoine, voire qui remettent directement en question les fondements disciplinaires ou socioprofessionnels et les assomptions variées qui guident la pratique ou l’action publique. Dans cet esprit, le congrès soutient la poursuite des débats structurants sur le rôle du patrimoine et de la patrimonialisation dans la citoyenneté et dans l’espace politique, en tant que cadre de vie, comme berceau identitaire ou au titre d’interrelation des milieux humains et non-humains.

Afin d’apporter de nouvelles idées aux études patrimoniales, le Congrès 2016 de l’ACHS se loge à l’enseigne d’une question générale : « Le patrimoine, ça change quoi ? ». L’on s’attend à ce que cette interrogation volontairement expressionniste aiguille des propositions selon l’un ou l’autre des thèmes suivants ; l’on recevra néanmoins toute proposition thématisée autrement.

  • La performativité du patrimoine ;
  • La singularisation culturelle par rapport à la mondialisation ou à d’autres processus transnationaux relatifs au patrimoine ;
  • Les « communautés imaginaires » du patrimoine ;
  • Les dimensions critiques de l’histoire publique et des études de la mémoire ;
  • Les environnements urbains et l’aménagement ;
  • Le patrimoine en situation de conflit ;
  • Les dimensions du genre dans la patrimonialisation ;
  • Les particularisations linguistiques et culturelles de la patrimonialisation ou des études patrimoniales ;
  • Les usages du patrimoine dans le tourisme, depuis la fabrication identitaire jusqu’à l’économie politique ;
  • Les perspectives du patrimoine en matière de développement durable à l’ère de « l’Anthropocène » ou du « Poubellien » ;
  • La citoyenneté culturelle et les diasporas ;
  • L’essor et le déclin de « l’expert » ;
  • Les politiques du patrimoine par-delà les discours élitistes ;
  • Le futur du patrimoine et de la patrimonialisation.

Cette première annonce sollicite exclusivement des propositions pour des tables rondes ou des sessions, soit, plus précisément, de séances de l’un ou l’autre de quatre types :

– Des sessions régulières, qui regroupent au moins trois communications de 20 minutes chacune, lesquelles prennent appui sur des recherches empiriques ou théoriques récentes et recourent à des approches ou à des méthodes scientifiques en vue de considérer un thème sous un angle spécifique. Ces sessions régulières peuvent intégrer la participation d’un modérateur.

– Des sessions de présentations par affiche, dans lesquelles on présente les résultats d’une recherche, d’une recherche-action ou d’une recherche-création avec l’aide d’une affiche d’une dimension maximale de 1,20 mètre par 2,40 mètres ; une session regroupe plusieurs affiches en fonction d’une thématique ou d’une problématique commune. Bien que les affiches soient exposées sur une période de deux jours pendant le congrès, ces sessions allouent une présentation formelle de 5 minutes par affiche.

– Des tables rondes qui regroupent des chercheurs, des praticiens ou des décideurs autour d’un sujet précis, dont ces participants traitent tour à tour pendant une période maximale de 5 à 10 minutes, puis, subséquemment, par l’entremise d’interrogations et de réponses réciproques sous la direction d’un président ou d’un modérateur. Les propositions de tables rondes doivent impérativement inclure une esquisse de contenu, y compris une planification des participants envisagés (au moins 3 et pas plus de 8) et des questions qui seront abordées.

– Puisque le congrès aspire à repousser les frontières des études patrimoniales, notamment grâce à la recherche-création, l’on y accueillera toute proposition non-traditionnelle dédiée à la production du savoir et à l’innovation par l’entremise de l’expression ou de l’expérimentation artistique ou multimédia. De telles sessions de recherche-création ou installations présentent, par des médias variés, des travaux critiques et inscrits dans un processus de recherche. Aucun nombre de participants n’est déterminé pour ces propositions, qui seront comme les autres soumises à une évaluation par les pairs.

Les propositions doivent être transmises avec un résumé d’un maximum de 500 mots qui résume les objectifs de la séance (session, table ronde ou installation) en lien avec les visées de l’Association of Critical Heritage Studies, décrites précédemment, ou les thèmes considérés dans le contexte du Congrès 2016. Les propositions doivent aussi comporter une brève notice biographique (y compris les principales publications ou réalisations) de l’organisateur ou de l’organisatrice et un survol des participantes ou participants principaux et envisagés.

Les propositions peuvent être soumises en français ou en anglais.

Un appel à communications et à présentations par affiche suivra cet appel-ci. Toutefois, l’on s’attend à ce que toute proposition de séance comprenne une esquisse de son contenu. Plus particulièrement, les propositions de tables rondes et d’installations ou de sessions de recherche-création doivent inclure une présentation préliminaire des participants.

Tous les organisateurs et organisatrices de séances seront requis, au moment de l’appel à communications, de soumettre eux-mêmes ou de faire soumettre par les participantes et les participants une proposition détaillée de communication, de présentation par affiche ou d’intervention et une notice biographique. Ces éléments devront être déposés sur le site web du congrès (www.achs2016.uqam.ca). L’ouverture officielle de cet appel est prévue le 1er mai 2015.

Les propositions de communications et de présentations par affiche soumises indépendamment seront transmises aux organisatrices et aux organisateurs de sessions à la suite de leur évaluation par le comité scientifique.

La date de clôture de l’appel à séances est le 1er juillet 2015

La date de clôture de l’appel à communications et à présentations sera le 1er novembre 2015.

 

 

LE SITE DU CONGRÈS

Située dans la plus grande ville de la province de Québec, seconde au Canada and huitième en Amérique du Nord, l’Université du Québec à Montréal, aussi nommée « UQAM », est l’une des cinq principales universités à Montréal. Réputée pour sa recherche axée sur les préoccupations sociales et ses innovations en recherche-création, cette université publique de langue française accueille autour de 40 000 étudiants. L’Université Concordia, connue comme la « cousine »  anglophone de l’UQAM et de taille égale à celle-ci, est aussi dédiée à l’excellence en recherche et en création, notamment dans le contexte de partenariats avec le milieu. Elle s’affirme pareillement en faveur de l’originalité et prend appuie sur la diversité pour contribuer à la société et à son environnement urbain.

À l’UQAM, au sein de l’École des sciences de la gestion, la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain, qui organise le Congrès 2016 de l’ACHS, participe de cet engagement envers la maîtrise des enjeux publics de l’espace urbain, dans une perspective tant historique que contemporaine : on y étudie le patrimoine par delà les discours d’experts et les crises de la perte afin d’apprendre à produire et à gérer le patrimoine comme un outil collectif de développement local. Pour l’organisation du Congrès 2016 de l’ACHS, la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l’UQAM s’associe au Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia, un regroupement de recherche interdisciplinaire consacré à la compréhension critique et créative de la mémoire vivante et à la narration liée aux milieux de vie.

 

CONFÉRENCIERS INVITÉS

James Count Early,

Director, Cultural Heritage Policy, Smithsonian Center for Folklife and Cultural Heritage

Xavier Greffe,
Professeur de sciences économiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Michael Herzfeld,
Ernest E. Monrad Professor of the Social Sciences, Harvard University

 

Visitez www.achs2016.uqam.ca pour des mises à jour et d’autres informations sur le programme, les frais d’inscription, l’hôtellerie et les comités.

 

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: