CFP: Le rôle des informateurs dans la transmission et la circulation des savoirs en Afrique

« Le rôle des informateurs dans la transmission et la
circulation des savoirs (XIXe- XX e siècles) »,
3èmes rencontres des Études Africaines en France
30 juin au 1er juillet 2014 à Bordeaux

Les propositions de communications (2500 signes maximum) sont  attendues pour le 23 février 2014 et doivent être adressées aux  organisatrices, dont les adresses mail se trouvent ci-dessous.

Nathalie Carré (INALCO), nathalie.carre@gmail.com
Clélia Coret (IMAf, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) clelia.coret@gmail.com

Le rôle des informateurs dans la transmission et la circulation des  savoirs en Afrique ( XIX e- XX e siècles)

La production des savoirs, leurs modalités de transmission et de
circulation sont des sujets majeurs de la recherche, qui s’attache à  les documenter toujours davantage, afin de mieux cerner les transferts  de connaissances qui se sont joués entre les différentes sphères  culturelles.

Dans cette perspective, l’intérêt porté aux informateurs apparaît
capital, à la mesure de la place occupée par ces derniers dans la
collecte et la constitution des savoirs qui se sont mis en place avec  les contacts entre Afrique et Occident à partir du xix e siècle. Au  moment de l’exploration du continent, de la conquête coloniale puis de  la période coloniale notamment, l’expérience des « compagnons obscurs  », comme les a appelé Donald Simpson (1975), est indispensable aux  voyageurs, missionnaires, chercheurs de tous horizons : ils guident,  négocient, traduisent, transmettent des connaissances. Pourtant, si  les noms de quelques-uns de ces informateurs sont passés à la
postérité (Mtoro bin Mwenyi Bakari, plus tard Ogotemmêli, Amadou  Hampâte Bâ), leurs parcours et les apports qu’ils ont légués restent  encore relativement méconnus, même si de récents ouvrages tendent à  les renseigner (voir Lawrance, B., Osborn, E.-L, Roberts, R. (eds.),  2006 ; Wimmelbücker, L., 2009).

Ce panel se propose de réfléchir de manière transdisciplinaire à la  figure de l’informateur, en croisant notamment les approches
historiques, ethnographiques et littéraires. Les propositions de
communications, en français ou en anglais, peuvent s’inscrire dans  l’un des trois axes développés ci-dessous. D’autres propositions en  lien étroit avec le panel peuvent néanmoins être faites et seront  étudiées avec attention.

Axe 1 – Sortir de l’ombre des parcours inédits
L’axe 1 du panel s’intéresse à des parcours individuels inédits de «  compagnons obscurs » au moment de la conquête coloniale et au cours de  la colonisation. La question des sources y est centrale : comment les  vies de ces hommes et femmes sont-elles documentées ? Ces informateurs  ont-ils fait « œuvre » et sous quelle(s) forme(s) (récits de voyage,  traités, relations ethnographiques, récits oraux…) ? Comment le  chercheur a-t-il accès à leur voix ?

Les communications qui s’inscriront dans cet axe seront attentives à  comprendre les activités de ces informateurs en lien avec les agendas  politiques et sociaux locaux immédiats : qui sont les informateurs ? À  quelle couche sociale de leur société appartiennent-ils ? Comment et  pourquoi sont-ils devenus des informateurs ?

Il s’agira aussi de poser la question de leur dénomination dans le
champ de la recherche. Sont-ils des intermédiaires, des middlemen,  des « cross-cultural brokers » ? Ces termes sont-ils appropriés, dans  la mesure où ils évoquent une conception binaire et simplifiée de la rencontre entre, d’un côté, les colonisateurs européens et, de  l’autre, les colonisés africains ? D’autres terminologies pourront être proposées et discutées.

Axe 2 – Transmettre : ce que révèlent les usages linguistiques
Le deuxième axe concerne les usages linguistiques mis en place entre  les informateurs et leurs interlocuteurs européens. L’utilisation des  langues africaines a été un vecteur important de la domination  coloniale. À travers divers champs de savoirs – la géographie, la  religion, l’histoire des populations, etc. – tout un vocabulaire  spécifique a été traduit.

Quels mots transmet-on ? Que désigne-t-on ? Parle-t-on de la même  chose ? Plusieurs décennies après les premiers dictionnaires et  grammaires sur les langues africaines, que nous apprend le recul pris  sur ces travaux des incompréhensions qui ont pu se produire à l’époque  ? Que révèlent-elles sur la nature de ces contacts ?

Par ailleurs, par quels biais et circuits les connaissances
recueillies se sont-elles transmises dans les sphères européennes et  africaines : quels échanges de savoirs se sont mis en place et selon quelles modalités ? Quelles traces conservons-nous des connaissances  échangées, sous quelles formes ont-elles circulé, auprès de quels  publics ? Le rôle des sociétés savantes comme des confréries pourra  être étudié, tout comme les formes littéraires choisies pour la transmission des connaissances.

Axe 3 – Figures littéraires

Dès les textes d’exploration, les notations qui enserrent les
existences d’informateurs au sein des pages apparaissent nombreuses,  mais certains d’entre eux ont été amenés à faire œuvre littéraire  (Amadou Hampâté Bâ peut en représenter un cas typique) et le  personnage même de celui-ci, intermédiaire, guide, traducteur… est une  figure récurrente en littérature ( L’étrange destin de Wangrin  d’Amadou Hampâté Bâ ; Le collectionneur de mondes d’Ilija Troianow…).
Ce troisième axe propose de s’intéresser à la manière dont
l’informateur est devenu une figure littéraire et ce qui se joue dans  la « transformation romanesque » des existences : quels traitement des  faits et des existences par la fiction, à l’heure où se développe  notamment un engouement perceptible pour les « lectures croisées » sur  l’histoire ? Quelles figures sont choisies, comment sont-elles  traitées ? La littérature étant un lieu de transmission de savoirs, on  pourra également s’interroger sur l’importance des circuits éditoriaux  selon les différentes sphères culturelles et linguistiques. Les études  de cas sont les bienvenues, et notamment lorsqu’elles renseignent des
textes issus de sphères linguistiques africaines, tout autant que les  contributions comparatiste à visée plus globale.

Bibliographie indicative

Chrétien , J.-P., « Les traditionnistes lettres du Burundi à l’école
des Bibliothèques Missionnaires (1940-1960) », History in Africa ,
vol. 15, 1988, pp. 407-430.
Chrétien , J.-P., « Les premiers voyageurs étrangers au Burundi et au  Rwanda : les ‘compagnons obscurs’ des ‘explorateurs’ », Afrique et  Histoire , vol. 4, 2005, pp. 37-72.
Duluq , S., Zytnicki , C. (dirs.), Dossier « Savoirs autochtones et
écriture de l’histoire en situation coloniale (XIXe-XXe siècles).
Informateurs indigènes, érudits et lettres en Afrique (nord et sud du  Sahara) », Outre-mers. Revue d’histoire , n° 352-353, 2006.
Fabian , J., Out of Our Minds : Reason and Madness in the Exploration  of Central Africa , Berkeley/Los Angeles/Londres, University of
California Press, 2000.
Geider , T., « The paper memory of East Africa : ethnohistories and  biographies written in Swahili », in Harneit-Sievers , A., A place in  the World, New Local Historiographies from Africa and South Asia ,  Leyde/Boston/Cologne, Brill, 2002, pp. 254-287.
Geider , T., « Early Swahili Travelogues », in Graebner , W. (ed),
Sokomoko : Popular Culture in East Africa , Amsterdam/Atlanta, Rodopi,  1992, pp. 27-65.
Heintze , B., Jones, A. (eds), European Sources for Sub-Saharan Africa  Before 1900. Use and Abuse – special issue of Paideuma , vol. 33, 1987.
Hiribarren , V., « A European and African Joint-Venture : Writing a
Seamless History of Borno (1902-1960) », History in Africa , 2013,
vol. 40, pp. 77-98.
Jones , A. , Voigt , I, « Just a First Sketchy Makeshift. German
Travellers and their Cartographic Encounters in Africa 1850-1914 » ,  History in Africa , 2012, vol. 39, pp. 9-39.
Kresse , K., Marchand T., Knowledge in Practice : Expertise and the  Transmission of Knowledge , Édimbourg, Edinburgh University Press, 2009 .
Lawrance , B., Osborn , E.-L., Roberts , R. (eds.), Intermediaries,
Interpreters, and Clerks. African Employees in the Making of Colonial  Africa , Madison, The University of Wisconsin Press, 2006.
Piriou, A., « Intellectuels colonisés et écriture de l’histoire en
Afrique de l’Ouest (c.1920-c.1945), in Dulucq , S., Zytnicki , C.,
Décoloniser l’histoire ? De « l’histoire coloniale » aux histoires
nationales en Amérique latine et en Afrique (XIXe-XXe siècles ),
Paris, Publication de la Société Française d’Histoire d’Outre-Mer,
2003, pp. 59-81.
Schumaker , L., Africanizing Anthropology. Fieldwork, networks, and  the making of cultural knowledge in Central Africa , Durham, Duke  University Press, 2001.
Sibeud, E., Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des  savoirs africanistes en France (1878-1930) , Paris, Éditions de  l’Ehess, 2002.
Simpson, D.H., Dark Companions : the African contribution to the
European Exploration of East Africa , Londres, P. Elek, 1975.
Van den Avenne , C., « ‘De la bouche même des indigènes’. Le statut de  l’informateur dans les premières descriptions de langues africaines à  l’époque coloniale », Glottopol , n° 20, 2012, pp. 123-141.
Wimmelbuker , L., Mtoro bin Mwinyi Bakari, Swahili lecturer and author  in Germany , Dar es Salaam, Mkuki na nyota Publishers, 2009.

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: